Cosmic Dancer Cosmic Dancer 11 juin 2010 22:09

L’acte de tuer pour une jeune fille éduquée en un couvent, quand bien même elle avait lu les philosophes des Lumières, paraît difficilement concevable acquis de sang-froid.
Peut-être cette (longue) discussion a-t-elle correspondu pour elle à une forme de procès conduit en intérieur, au terme duquel, Marat garantissant qu’il allait guillotiner, sa décision fut prise de tuer l’un pour sauver les autres ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe