inès 20 juin 2010 09:48

Pierre,

Autre réflexion de cette fille qui rejoint votre thèse :

« Je te crée une entreprise presque virtuelle avec des »formules magiques« (expression qu’elle aime utiliser pour parler des équations dont la majorité des quidams ne comprennent pas).

Investisseurs + com avec des gogos et je la revends avec un supposé potentiel qui parfois la transforme en économie réelle ou bien, il continue au jeu du virtuel.

Au cas où cette »Entreprise« s’effondre, les gogos seront de leurs poches mais pas les financiers.

Cela rejoint aussi le phénomène des »bulles". 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe