miaou (---.---.102.1) 19 mars 2006 19:35

Je vis en Alsace-Lorraine, où « sévit » également cet épouvable concordat, en accord avec l’immense majorité de la population (>90%, pourcentage d’ailleurs en hausse ; voilà pour l’aspect démocratie). les membres des cultes catholiques, protestants et juifs sont rétribués (mais l’IVG a droit de cité ! !!) C’est que notre Concordat fait partie d’un droit local, qui accorde (entre autre) de meilleurs remboursement de la sécurité sociale, des jours fériés supplémentaires... Ceci est est un legs de l’Allemagne bismarkienne, sous le joug duquel nous étions entre 1871 et 1919 (donc nous ne sommes pas concernés par la loi de 1905). C’est d’ailleurs marrant que ce système (archaïque ?) est plus performant que le système français contemporain. Ainsi, toucher au Concordat serait vécu (et à raison) comme une brèche à nos acquis sociaux ; Je connais même des athées enragés (anticléricaux de base) qui refusent qu’on y touche, au nom d’un certain régionalisme.

Il existe un présupposé en France qu’un état démocratique doit être laîc. Il est facile de citer des états laïcs, mais non démocratiques (anciennes démocraties populaires, Cuba, la Chine, l’Irak de Saddam) ou des pays démocratiques, mais non laïcs (Royauume-Unis, Grèce et d’autres pays de l’UE qui ont une religion officielle). La laïcité (notion de définition extrêment floue) fait partie de l’histoire particulière de la France ; si elle peut être un « faciliteur » de démocratie dans certains cas (comme l’a été le catholicisme en Pologne, per exemple), il importe de ne pas généraliser.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe