Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 31 août 2010 11:28

Nous avions également évoqué l’affaire, moins en détail mais dans un cadre plus global, dans ces deux articles :

CNRS, élections, abstention... (IV)

Le 26 août, d’après l’AFP, Eva Joly a qualifié de « très grave » la démarche de l’UMP en vue d’une prise en charge par ce parti de trois quarts des dettes générées par l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Mais sans doute, le véritable problème de fond réside dans le fonctionnement institutionnel qui a permis qu’une telle situation ait pu se produire échappant au contrôle direct des citoyens. Comment garantir une réelle transparence des administrations ? Le 26 août également, l’affaire de la surfacturation imputée à GDF Suez par des usagers renvoie au problème de la transparence des factures. D’après Le Parisien, le médiateur national de l’énergie Denis Merville a estimé que « les calculs de facturation sont tellement compliqués, qu’il faut avoir fait Polytechnique pour les comprendre ». Il paraît évident que les pouvoirs effectifs, publics et privés, de la société actuelle s’écartent de plus en plus du respect de certaines règles de précaution déontologique qui, si elles étaient appliquées, éviteraient de nombreux risques d’aboutir à des situations conflictuelles. S’agissant de la France, une organisation peu suspecte de « penchants révolutionnaires » comme Transparency International formule de nombreux avertissements. Jusqu’à rappeler la nécessité de la liberté de la presse et de l’indépendance de la justice dans l’affaire Woerth - Bettencourt, ou avancer des « propositions et pistes de réflexions pour remédier à l’absence de code de déontologie et d’autorité de surveillance encadrant l’activité des élus, des ministres et de leurs collaborateurs ». Dans un tel contexte, nos recours en Conseil d’Etat évoquant, sans formuler aucune accusation personnelle, la question de l’apparence d’impartialité et d’indépendance de l’actuelle ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche ne nous paraissent pas déplacés. Encore moins, diffamatoires ou abusifs. La question des apparences a été un sujet central d’un mémoire du 26 août à l’adresse de notre recours récent (requête 342681) contre les élections de 2010 aux Conseils Scientifiques du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et des dix Instituts du CNRS, et demandant en même temps l’annulation du Décret 2010-911 relatif à l’Etablissement public de Paris-Saclay et de la convention intitulée « Investissements d’avenir, convention Etat-ANR. Action : « opération Campus » » récemment parue au Journal Officiel. Les interventions volontaires soutenant nos recours en Conseil d’Etat sont les bienvenues.

(...)

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/08/26/cnrs-elections-abstention-iv.html ]

CNRS : message aux personnels des laboratoires (29 août 2010)

Le dimanche 29 août, dans un article intitulé « Emplois fictifs : Betrand Delanoë justifice son accord avec Jacques Chirac », La Tribune fait état de cette déclaration d’Eva Joly : « C’est un mauvais ’deal’ au très haut niveau qui traduit une fois encore un mépris de la justice ». L’arrangement défendu par le maire de Paris, sur le remboursement proposé par l’UMP et l’ancien président de la République, comportera notamment l’abandon des poursuites par la mairie. Il s’agit, de toute évidence, d’une transaction de nature à mettre en cause devant l’opinion publique l’apparence d’indépendance et l’image globale du monde politique. Répondant à Eva Joly, l’ancien trésorier du Parti Socialiste Michel Sapin a estimé d’après France 2 que le financement public des partis dépend de leurs résultats électoraux mais qu’ensuite les partis sont libres de l’usage de cet argent. Une étonnante analyse, s’agissant en l’espèce de secourir un ancien maire mis en cause dans une affaire d’emplois fictifs. Tel est le comportement majoritaire d’un monde politique qui depuis vingt-cinq ans n’a cessé de pousser la recherche publique française vers une perte progressive de son indépendance et vers une soumission accrue aux intérêts du secteur privé. A présent, les organismes publics comme le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) se heurtent à une offensive gouvernementale visant à leur démantèlement définitif au profit d’un dispositif lié au secteur privé. Quels intérêts sert cette politique, et que penser de l’apparence d’indépendance de Valérie Pécresse dont la proche famille exerce des fonctions dirigeantes dans des groupes privés (Bolloré, Imerys) avec des intérêts directs dans le domaine de la recherche ? Et comment comprendre le surprenant silence systématique des organisations syndicales de la recherche par rapport aux « suivis post-évaluation » par des « spécialistes des ressources humaines » imposés depuis trois ans à un nombre croissant de chercheurs du CNRS ? Tel est l’inquiétant contexte de notre message du 29 août aux agents des laboratoires du CNRS.

(...)

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinte... ]

Cordialement

Le Collectif Indépendance des Chercheurs
http://science21.blogs.courrierinternational.com/
http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe