barnabé (---.---.148.154) 21 mars 2006 17:33

Comparer le chef d’entreprise et le salarié n’a aucun intérêt ni même aucun sens. L’entrepreneur prend des risques, il ne sait pas de quoi demain sera fait, il doit se battre et sa société n’est payée que s’il trouve des clients, les conserve et développe chaque jour son business.. c’est vrai, mais généralement, il est (ou sera) rémunéré en conséquence. J’entends par là qu’il pourra en tirer une rémunération importante sans parler qu’il pourra également à un moment ou à un autre vendre son entreprise... Il y a donc prise de risque mais avec une probabilité de gains importants, voire très importants à terme. Des gains (très) supérieurs en tous cas, c’est une évidence, à ceux de ses salariés... A partir de là, il me parait difficile de comparer leur situation.

Alors oui bien sur, il faut de la flexibilité, là aussi c’est une évidence mais cela n’implique pas de concevoir le CPE tel qu’il est conçu c’est à dire de la flexibilité pour les entreprises (une bonne chose) mais très peu de (voire aucune) sécurité pour les salariés (une garantie de sécurité que l’état devrait prendre en charge)... Bien sur qu’une entreprise devrait pouvoir faire fluctuer ses effectifs en fonction de son marché, de son évolution et tout simplement de ton état de santé et ce, non pas sur « seulement » 2 ans.. mais de manière permanente ! Par contre, les salariés ainsi licensiés devraient être assurés d’une indemnité (assedic) « longue » (mais plafonnée) et d’une « couverture sociale » associée, un peu sur le modèle danois par exemple. De plus, un salarié en CPE devrait bénéficier automatiquement d’une garantie de crédit (caution de l’état par exemple) et d’une véritable aide à l’accès au logement (autrement plus sérieuse et favorable que Locapass bien sur). Je suis certain que dans ces conditions là, la flexibilité serait beaucoup plus acceptée par les francais...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe