fafalefou 30 septembre 2010 13:58

Définition rapidement trouvé sur Wikipedia :
"Le plagiat consiste à s’inspirer d’un modèle que l’on omet délibérément ou par négligence de désigner. Le plagiaire est celui qui s’approprie frauduleusement le style, les idées, ou les faits.

Le langage courant ne distingue pas en pratique entre le plagiat, qui relève de l’appréciation esthétique ou morale, et la contrefaçon, terme juridique, qui est un délit contre le droit d’auteur. Juridiquement, le droit d’auteur ne protège que la forme accomplie d’une œuvre, tandis que l’idée qui l’a inspirée et le style qui l’a mise en forme, ainsi que les informations elles-mêmes, restent « de libre parcours ».

Cependant, la limite entre l’inspiration, l’imitation et la contrefaçon est parfois très difficile à déterminer. La meilleure façon de s’affranchir d’une accusation de plagiaire est de citer systématiquement les sources sur lesquelles son travail est fondé, ce qui est obligatoire quand on s’appuie sur le droit de citation.

"

Ceci est une définition moderne : s’applique-t-elle à un livre, le Nouveau Testament, écrit il y a près de 2000 ans. Supposons que oui.

Vous dites que vous êtes passionné de littérature historique. C’est une bonne chose. Mais alors avez-vous étudier le contexte historique, sociologique, religieux des compositeurs du Nouveau Testament.
En effet, les premiers chrétiens étaient juifs, et l’Ancien Testament leur livre de référence. C’est ainsi que leurs doctrines, croyances et théologie s’appuyaient sur cet écrit, et la tradition orale. Notons en particulier que tous les auteurs du Nouveau Testament étaient juifs. En fait pour ces auteurs, leurs textes ne sont que la prolongation et l’accomplissement de l’Ancien Testament. L’enlever, c’est s’empêcher de comprendre leur pensée et leur raisonnement.

Passons à l’accusation de plagiat
En introduction, il n’y a pas un mais des auteurs, répartis dans le temps et l’espace, qui ne se connaissaient pas toujours. Se sont-ils concertés pour écrire une contrefaçon. Avait-il l’intention de le faire. C’est très douteux.

Passons à l’étude du plagiat.
La plupart des auteurs, si vous avez bien lu le Nouveau Testament, cite clairement l’Ancien Testament (TaNaKh), soit explicitement (exemple « Afin que fût accompli ce que le Seigneur avait dit par le prophète » (Matthieu 1:22 ; 2:15), et citant Ésaïe 7:14, et Osée 11:1), implicitement (exemple Quand les jours de leur purification, selon la loi de Moïse, furent accomplis, ils le portèrent à Jérusalem, pour le présenter au Seigneur, selon qu’il est écrit dans la loi du Seigneur ». Puis, « selon ce qui est prescrit dans la loi du Seigneur » (Luc 2:22-24 ;  Exode 13:2, 12, 15 ; Lévitique 12:8). La plupart du temps, les destinataires des écrits, au fait du TaNaKh, ne pouvait se tromper sur l’origine des citations et des allusions.

Passons à l’accusation de vol. Comme nous l’avons déjà dit, les auteurs du Nouveau Testament étaient juifs, il est donc difficile de les accuser d’avoir spolier le peuple Juif de son livre. De plus Le Nouveau Testement (alliance) n’est en aucune façon une copie, mais une suite, montrant que Jésus Christ, par une nouvelle alliance (testament) accomplit l’Ancien.

Plutôt que de considérer cela comme un plagiat, l’autre angle de vue serait plutôt de considérer le respect extraordinaires des premiers chrétiens pour le TaNaKh, qu’ils considéraient toujours comme un livre inspiré de Dieu. (respect que ne pourrait avoir un plagiaire).

Ensuite, il y eut hélas la terrible dérive qui fit du peuple juif un peuple déicide et donc détestable, honte pour tout chrétien qui a osé avancer une telle ineptie. Si ces chrétiens en particulier au moyen âge, avaient lu le TaNaKh et le Nouveau Testament, ils n’auraient pas osé proférer ou croire une telle abomination. D’où l’importance de conserver dans la Bible chrétienne tout le TaNaKh afin de comprendre que la Bible des chrétiens dans toute sa première partie est et sera toujours l’héritage du peuple juif, et que les chrétiens leur seront toujours redevables.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe