Marc Bruxman 4 novembre 2010 19:31

Contrairement à ce que disent certains, le Tea Party n’a rien à voir avec le parti républicain. C’est un mouvement indépendent que le parti républicain tente de récupérer à tout prix car ils sont effectivement paniqués de son existence.

Le « libertarianisme » est une tendence politique américaine très ancrée (contrairement à ici ou elle est inexistante), mais depuis la premiére moitié du XXème siécle, le parti républicain puis démocrate se sont éloignés du libertarianisme et l’ont fait disparaitre de la scéne politique américaine. Pour autant, les américains sont restés de tradition libertarienne.

Même si le parti républicain était le plus proche des idéaux libertariens il n’en reste pas moins que son coté « conservateur social » n’est pas compatible avec ce mouvement. Et surtout, la part de l’état dans le PIB a continué d’augmenter même sous Reagan.

Depuis le millieu des années 90 toutefois, le libertarianisme remonte en force aux USA. D’une part la peur du communisme a disparu et donc le besoin d’un état est moins présent et d’auytre part internet a remis certains idéaux libertariens au gout du jour. Ceci panique une partie de l’establishment politique américain et le 11 Septembre peut être vu comme une aubaine : Recréer de la peur pour empécher à cette lame de fond de changer la politique américaine. Mais cela n’a pas fonctionné.

L’arrivée du Tea Party est donc avant tout une catastrophe pour les deux partis américains et avant tout pour le parti républicain dont une partie plus importante des membres pourrait se tourner vers le Tea Party. Mais le parti démocrate n’est pas rassuré non plus du retour sur le devant de la scéne d’une idéologie très puissante aux USA. Et donc à même de remporter des élections et de réinventer le système politique américain.

Le parti républicain espére maintenant réussir soit à réenglober le tea party au sein de l’appareil (et ne pas appliquer son programme) ou que ses membres se grilleront d’eux mêmes par leur intransigeance.

Mais le tea party arrive dans un moment ou les finances de l’état américain vont mal et appliquer un programme libertarien peut être une bonne voie de sortie.

Suite à cela, la seule question sera : Est ce que les américains vont exporter ce modèle ailleurs dans le monde. L’europe n’y est pas prête (les idées libertariennes nous sont clairement étrangères) mais on sent également en europe une certaine montée de ces idées et même si cela n’a rien à voir en intensité, il est clair qu’une prise de pouvoir aux USA va inciter les européens à se poser des questions : Le modèle libertarien est il si mauvais que cela ? Si l’expérience est un succès aux USA, il est clair que l’idée pourrait faire son chemin.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe