latitude zéro 6 décembre 2010 15:31

Quelle bouffée d’oxygène !
Merci JL pour cet extrait de Frédéric Lordon

Je ne résiste à le remettre en 2ième lecture .

« Après tout le problème est bien plus symétrique qu’on ne croit : la finance peut sans doute nous prendre en otages mais, dès lors qu’il est suffisamment débiteur, l’Etat a aussi les moyens de la ruiner, avec au surplus, derrière, le pouvoir de la ramasser à la petite cuillère et à sa façon... Pour tous ses dangers réels, la faillite technique des banques a au moins un effet intéressant : elle permet de leur mettre la main dessus. Et à pas cher en plus. Les arguments de principe pour une recommunalisation du système du crédit abondent ; la situation de faillite leur offre leurs conditions de réalisation – et même de réalisation modique. Car si la nationalisation intégrale est la première étape du processus de recommunalisation du bien commun bancaire, avant la mutation ultérieure en système socialisé du crédit [19]), la situation critique de la faillite générale offre la possibilité d’opérer cette nationalisation par simple saisie.  » (FL)

En quelque sorte la stratégie du choc de M Friedman , retournée et appliquée aux banques et à la finance actuelle .

Juste revanche des peuples
« I have a dream »

Dans l’ordre des priorités il y a la nationalisation des banques, l’Euro n’est qu’une « arme » très pratique qu’ils utilisent.

La moralisation du capitalisme, on attend toujours, piège et perte de temps.

Revenir au capitalisme des origines, celui des campagnes Anglaise du XVII siècle, n’est qu’un leurre.
Celui ci , partant d’une idée pourtant novatrice et enthousiasmante , n’a su que prospérer sur l’esclavage, l’exploitation du monde par le colonialisme, jusqu’ à ce que nous connaissons aujourd’hui.
Personne ne niera les avancées du capitalisme sur le plan matériel et de santé, mais celui ci n’a profiter qu’aux occidentaux, au détriment du reste de l’humanité.
Nous ne sommes riches que parce qu’ils sont pauvres.

La redistribution n’a fonctionné que pour faire face au bloc soviétique.

Aujourd’hui , ce même capitalisme, un capitalisme ’extrémiste« , se retourne contre ses propres populations.( »Voyage dans le monde réel" Bertrand Jacquier )

 Il est maintenant bien clair que leurs lois du marché se retourne contre nous et que leur capital ne prospérera que sur une nette détérioration de nos conditions de vie et d’une dégradation toujours croissante de l’environnement partout dans le monde.

Ces types sont des rapaces sans foi ni loi
Il n’y a qu’à les voir se dépecer les états nations, retraite, sécurité sociale, santé, éducation nationale , services publiques, police et bientôt l’armée.
Une énorme manne financière à se partager

Il n’y a pas d’autres solutions que de leur appliquer la stratégie du choc !!


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe