suumcuique suumcuique 8 décembre 2010 20:59

L’idée directrice de l’UE - peu importe, au point de vue où je me place ici que cette UE ait été souhaitée et créée de toutes pièces dans l’Europe occupée par les fonds judéo-yankee de Rockefeller à partir de la fin des années 1940 - l’obsession pathologique de l’UE est celle d’un égalitarisme forcenée : en Europe, tous les pays seraient égaux ; même les plus radicaux de la soi-disant extrême droite actuelle n’en disconviendront pas : Irlande, Lituanie, Italie, France, Portugal, Allemagne, etc., tous ces pays sont égaux ; ils ont beau ne pas l’être dans la réalité, il faut qu’ils le soient sur les tableaux électroniques de contrôle des économistes et des imposteurs qui sont à la tête des États européens depuis 1945 : le bien-être des judéo-yankees en dépend.

Dans la pratique, cette obsession pathologique de l’égalité, cet égalitarisme forcené, aveugle, hystérique, a fait que les deux États supérieurs de l’Europe, l’Allemagne et la France, ont dû, depuis que les judéo-yankees ont pris le contrôle de l’Europe, payer pour les autres : l’Espagne, l’Italie, le Portugal, la Grèce, d’abord. Franco avait doté l’Espagne des infrastructures dont les démocrates espagnols ont bénéficié ensuite pour faire de ce pays une des principales destinations mondiales des touristes (anglo-saxons) ; Salazar qui, quand il fut imploré de prendre le pouvoir devant les exactions et les spoliations en tout genre des socio-démocrates, avait remis le Portugal à flot en quelques années (accordant, entre autres, des prêts sans intérêts aux jeunes ménages et aux veuves), avait fait son maximum, mais le Portugal restait un pays relativement pauvre - pauvre matériellement ; les mafieux mis au pouvoir en Italie par les judéo-yankees à partir de 1944 n’avaient pas tardé à replonger le pays dans la misère, alors que, le dernier jour du régime fasciste, le dernier jour de la république de Salo’, aussi incroyable que cela puisse paraître aujourd’hui à un consommateur européen, les comptes, malgré les dépenses de guerre, étaient dans le vert ; la Grèce, que les colonels avaient fait le maximum pour faire revenir sur le chemin de l’Europe et de la raison, livrée aux prévarications des socio-démocrates, redevenait un pays du Moyen-Orient. Aujourd’hui, l’Espagne, le Portugal, la Grèce et l’Italie sont aussi « avancés » que la France et l’Allemagne et c’est à l’Allemagne et à la France qu’ils doivent leur « avancement ». Ce sont les impôts prélevés, extorqués aux Français et aux Allemands durant les trois dernières décennies qui, dans une large mesure, ont servi à « construire » l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la Grèce tels que nous les connaissons aujourd’hui. Ensuite, il s’est agi de « construire » la Finlande et l’Irlande. Le cas de l’Irlande es particulièrement scandaleux. Depuis la fin des années 1980, l’UE n’a eu de cesse qu’elle n’ait fait, à coup de fonds extorqués aux Allemands et aux Français, de ce pays pauvre un « dragon » ; avec des fonds européens, a été ainsi construite une plate-forme clé-en-main pour les entreprises yankees. Dans le même temps, des centaines de milliards d’euros devaient être réunis pour financer dans le droitdelhommisme le plus angélique l’installation de millions d’extra-européens en Europe. Qui croyez-vous qui a payé et qui continue à payer ? Et, comme les imposteurs qui gèrent actuellement l’UE comptent en faire venir encore des millions et des millions, qui croyez-vous qui va continuer à payer pour entretenir une armée de parasites levée par des parasites parlementaires en chef qui siègent à Bruxelles, à Strasbourg et dans toutes les capitales européennes ?


Encore un peu plus de démocratie et d’irresponsabilité oligo-populacière de la part du consommateur français et c’est la fin en attendant la faim ;

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe