Vipère Vipère 8 décembre 2010 14:47

L’initiative d’Eric CANTONA aura eu le mérite de révéler à des français qui l’ignorent encore, la nature prédatrice et parasitaire des banques qui s’efforcent d’apparaitre comme des organismes d’utilité publique.

L’employée de banque, tel un acteur, placé sur le devant de la scène, propre sur lui, avenant et cordial, des talents indipensables, rodés pour mettre le client en confiance, mais, toute la statégie financière se trame à l’arrière, dans la discrétion des bureaux, aux portes capitonnées, où les hiérachies mitonnent « des produits et leurres inventifs et audacieux » destinés aux clients crédules et avides, disposant d’avoirs liquides.





Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe