T (---.---.7.22) 20 avril 2006 12:55

Merci pour votre article, qui a le mérite de générer un traffic important sur un sujet ou les avis sont souvent tranchés. C’est l’intéret qu’a suscité votre article (voir la quantité de réponses) qui m’a porté à le noter « intéressant », plus que son contenu qui tient de mon point de vue plus de l’exercice de style mal informé que d’autre chose.

Je conseille vivement aux personnes qui n’auraient pas eu d’autre exposition au sujet que votre article de se documenter ailleurs sur le sujet pour se forger un avis sur la question. Une recherche sur un moteur de recherche (Google ou autres) devrait les aider à trouver des infos. Wikipedia offre des pages d’info très bien faites sur le sujet. Voir : http://en.wikipedia.org/wiki/Open_source http://en.wikipedia.org/wiki/Open-source_license http://en.wikipedia.org/wiki/GNU_General_Public_License http://en.wikipedia.org/wiki/BSD_License

Il me parait nécesaire de mentionner que vous faites l’erreur fondamentale de confondre le principe général des logiciels en source libre avec un de ses modes de licences (GPL par exemple) lorsque vous indiquez que les sources modifiées doivent être versées dans le domaine public. Les programmes publiés sous licences open source de type ’BSD’ autorisent la création de logiciels propriétaires et/ou commerciaux à partir de la réutilisation de leurs codes. Il est de notoriété publique que des sociétés telles Microsoft ont tiré profit de ces possibilités, et ce sans que cela ne déclenche un tollé du fait justement que les logiciels libres publiés sous licence BSD prévoient cela.

Arguer du soutien de (plus ou moins) grosses sociétés telles IBM à certains projets de logiciels en sources libres pour batir une argumentation sur l’utopie du logiciel libre me laisse à penser que vous vous trompez de combat. Le soutien de l’industrie via des donations ou l’embauche de développeurs dont une partie du temps de travail (ou la totalité) est dévolue à la programmation de logiciels libres fait partie intégrante du mode de fonctionnement du milieu ’libre’. Et jusqu’à preuve du contraire cela ne choque personne dans les milieux concernés. Ce qui importe est le mode de mise à disposition du produit fini pour l’utilisateur final. Le code source est en accès libre, et l’on se fout que le gars qui l’a pondu soit rémunéré pour cela ou y occupe ses dimanches pluvieux.

Le profit que peut tirer l’entité qui a pondu un logiciel libre n’est également pas un problème, sauf pour vous visiblement. Des sociétés telles celle qui développe le système de bases de données ’MySQL’ (http://www.mysql.com) se sont montées sur un modèle économique ou le produit est publié en ’libre’, et la société fonctionne sur les services associés qui sont vendus. Là encore, je ne pense pas que quiconque ait attaqué MySQL pour cela, l’important étant la mise à disposition de leur programme sous licence ’open source’.

Vous dénoncez les communicants qui véhiculent un discours qui tient de l’utopie. J’aurais tendance à être d’accord avec vous à propos de certains extrémistes, mais n’oublions pas que la grande majorité des utilisateurs et des développeurs sont des gens pragmatiques plus intéressés à pondre/utiliser les programmes libres qu’à lancer une guerre de religion.

Et pour finir sur une note pragmatique, le milieu du logiciel libre est comme tout écosystème : il y a des naissances et des morts. Mais le nombre de projets matures et en production sur des projets parfois de grande ampleur invite à réfléchir à deux fois avant de considérer le phénomène open source comme anecdotique.

Le logiciel 100% libre, 100% utile et 100% utilisable existe. Je vous invite à le rencontrer concrètement avant votre prochain article sur le sujet.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe