njama njama 22 mars 2011 21:54

« afin d’éviter que la Syrie ne suive l’exemple de la Tunisie et de l’Égypte, »
Bien sûr beaucoup de monde est tenté de faire une analogie ... mais permettez-moi de la trouver un peu douteuse. Votre article tend quand même à « confessionnaliser » ces quelques manifestations sur des critères ethniques (kurdes) ou religieux.
Le problème kurde n’est pas que syrien, il est également irakien et turc.
J’ai eu l’occasion de voir la Syrie (mon neveu y travaille), j’admets que ce n’est pas l’idéal tant au niveau politique qu’au niveau liberté d’expression, mais j’en garde le souvenir d’une belle cohésion sociale à laquelle les syriens sont très attachés et qu’il ne faudrait par dénaturer trop vite, ce qui serait de mon point de vue fort préjudiciable à cette région.
Bashar Al Assad est beaucoup plus modéré que son père Hafez, et très ouvert à la culture occidentale. Ses portraits sont beaucoup moins nombreux. Il n’était pas destiné à cette vie politique, médecin ophtalmologiste il exerçait à Londres.
Les US range ce pays dans « l’axe du mal » pour des questions idéologiques, pour son soutien au Liban, pour ces alliances nécessaires avec ses voisins (dont l’Iran), pour son économie socialiste (Parti BAAS) (ersatz du maccarthysme ?), pour sa résistance à Israël ...
Méfiez-vous des raccourcis.
Amicalement.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe