Roosevelt_vs_Keynes 28 juin 2011 12:31

Alors je vais tâcher de résumer concrètement la chose :)

La version top->down avec des exemples :

Le jour où on posera le pieds sur Mars, on maîtrisera la fusion thermonucléaire par laser (découverte par Jean Robieux en 1960) , permettant le type de propulsion nécessaire (accélération constante et patin coufin). On maîtrisera également - par exemple - les énormes problèmes osseux qui se produisent lors d’un vol dans l’espace.

Ce jour-là, cela fait belle lurette que les pays du monde sauront travailler ensemble. Car pour réaliser un tel projet, faut que tout le monde s’y mette et pendant longtemps !

Ce faisant, des révolutions scientifiques, technologiques, philosophiques, religieuses etc. se seront produites.

Pour ce faire, encore faut-il que chaque pays du monde ait le choix de participer à l’aventure. Et s’il est d’accord, encore faut-il qu’il puisse se joindre à ce type de projet, en discuter les modalités, etc.

Pour que le Zimbabwe ou le Rwanda puisse participer, encore faut-il des enfants qui apprennent de belles choses, plutôt qu’à manier des armes. Pour cela, il faut que les populations de ces pays ne soient pas en rade d’eau, de nourirture, de transports, n’aient pas à craindre le froid ou le chaud. Bref, il faut des bonnes conditions de vie.

Pour cela, il faut que ces pays puissent émettre leur propre crédit, souverainement ; il faut égaement que les pays qui savent comment fabriquer une maison ou un chemin de fer aille apprendre aux autochtones qui le veulent à le faire par eux-mêmes, afin que le peuple en question soit libre de faire ce qu’il veut de ce savoir-faire.

Pour tout cela, encore faut-il que des accords internationaux garantissent (à qqch près) que de grands projets puissent être financer sans trop de suprises financière, sur 50 ans, par exemple. Pour ce faire, il faut donc des taux de changes fixes entre les crédits des pays.

Pour ce faire, il faut éliminer la spéculation de l’économie réelle. Pour ce faire, il faut commencer par instaurer un Glass-Steagal au niveau international. Pour ce faire, il faut destituer Barack Obama. C’est ce qui se discute actuellement.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe