samedi 29 septembre 2018 - par Emile Mourey

À M. Jean-Louis Bruneaux au sujet de votre ouvrage sur les Gaulois, vérités et légendes

En commençant par la fin de votre ouvrage, vous dites que les Gaulois ne sculptaient pas d'oeuvres d'art en pierre, pages 289 et 290.

300 pages de réflexions pourtant approfondies et documentées pour en arriver à cette conclusion étonnante ! 300 pages qui reposent, au départ, sur une erreur monumentale de localisation : celle de BIBRACTE AU MONT BEUVRAY...

En effet, si vous replacez Bibracte sur son site militairement logique de Mont-Saint-Vincent - comme l'indiquent César et Strabon si on les traduit correctement (1) - vous y découvrirez un temple du IX ème siècle d'avant J.C., réplique du temple de Salomon, ainsi que des chapiteaux sculptés évoquant des guerriers casqués au visage de lions (dans la tradition cananéenne, voire sumérienne). Rien à voir avec la Grèce qui ne représentait pas de tels symboles en haut de ses colonnes. Si vous replacez Gergovie sur son véritable site du Crest, vous y verrez un temple, de même, et des chapiteaux sculptés, l'un surmonté de la feuille de chêne des druides, un autre représentant les "lampadaires" de la genèse biblique, le soleil et la lune.

Ce soleil et la lune, vous les retrouvez, personnifiés, sur le chaudron gaulois de Gundestrup, mais VOUS ET VOS COLLÈGUES ARCHÉOLOGUES, VOUS N'INTERPRÉTEZ PAS CORRECTEMENT cette oeuvre d'art. Je ne comprends pas pourquoi(2)

Page 278 : Hercule est-il l'ancêtre des Gaulois ? Hercule grec, dites-vous ? OUI ET NON ! Si l'on remonte à l'origine des textes, il s'agit de l'Héraklès phénicien venu de Tyr. C'est un nom/symbole pour désigner ceux qui partaient à l'aventure pour parcourir et coloniser le monde. En Gaule, c'est une colonie qui s'est établie, en toute logique, à l'extrémité du couloir Rhône/Saône, sur la butte de Taisey qui domine l'actuelle ville de Chalon-sur-Saône. Ces colons.y ont épousé la "fille" du roi indigène. Il n'est pas dit qu'ils aient suplantés les Gaulois sur le site. Bien au contraire, il est dit que les "barbares" y ont repris le pouvoir. CETTE LOGIQUE ÉLÉMENTAIRE, VOUS LA REFUSEZ . Vous vous inventez une grande capitale gauloise en dehors des grandes voies de circulation, ce qui est absurde.

Page 269. Le site d'Alésia se trouve-t-il en Bourgogne ? Bien évidemment oui, mais c'est parce que les archéologues sont toujours INCAPABLES de traduire correctement le texte de César que certains sont allés chercher ailleurs le lieu de la bataille. (3)

Page 260. César a-il conquis la Gaule par les armes ? Bien évidemment oui, mais IL EST FAUX de dire que c'est avec l'aide des Éduens. César laisse clairement entendre que Dumnorix jouait double jeu, ainsi que Divitiac. Bien au contraire, c'est leur ralliement à Vercingétorix qui a été déterminant. Les médailles de Togirix retrouvées en grand nombre sur le champ de bataille d'Alésia sont des monnaies éduennes, non séquanes. IL EST FAUX ET MÊME SCANDALEUX de dire qu'une très grande partie de l'armée de secours n'a pas participé au combat (Page 267). Une bonne traduction prouve le contraire. (4)

Page 251. Les Gaulois se répartissaient-ils en tribus ? L'expression est tendancieuse et impropre. Il n'est parlé,en effet, que de peuples, de cités, et de magistratures. Oui, vous avez raison, je vous cite : tous ces peuples se retrouvent dans des institutions communes (page 258). Nous avons là un exemple de confédération de peuples comme cela existait, d'ailleurs, dans le monde grec.

Page 242. La Gaule était-elle couverte de forêts ? Par rapport à aujourd'hui, oui. Mais vous avez raison de citer Srabon : "On ne voit pas en Gaule de sol inactif, sauf en quelques endroits défendus par les étangs et les forêts" (page 247). En revanche, je m'étonne que vous persistiez à situer Bibracte dans les forêts profondes du Morvan alors que les terres cultivées éduennes bordent la Saône. On ne voit pas, d'ailleurs, comment une Bibracte qualifiée de "arx" par Strabon aurait pu assurer, depuis le mont Beuvray, la sécurité et le commandement d'une cité - civitas- ayant Cabillodunum/Taisey/Chalon-sur-Saône pour centre. 

Page 215. Les Gaulois craignaient-ils que le ciel leur tombe sur la tête ? Oui. Voyez mon image en début d'article : Gaulois soutenant, de part et d'autre, la voûte (du ciel) de l'entrée du temple... à Mont-Saint-Vincent, ancienne ville murée que j'identifie à la véritable Bibracte.

Page 159. Les Gaulois habitaient-ils des huttes rondes ? Évidemment non ! il s'agit de mauvaises traductions... Ils n'avaient aucun goût pour la maçonnerie, dites-vous... La sculpture sur pierre est quasi inexistante en Gaule (pages 165 et 166)... VOUS ÊTES DANS UNE ERREUR TOTALE. 

Page 134. Les Gaulois étaient-ils moustachus et barbus ? Oui,vous avez raison de rappeler que les nobles se rasaient et que le célèbre Gaulois mourant de Pergame portait la moustache. En revanche, contrairement à ce que vous dites par ailleurs, il me semble assez logique que Vercingétorix ait été blond. Connaissant le goût des Gaulois et de leurs chefs pour cette couleur de cheveux, couleur des rayons du soleil, il me semble assez logique qu'ils aient cherché à épouser des femmes blondes jusqu'à fixer le caractère dans la transmission héréditaire.

Page 124. Vercingétorix a-t-il réellement existé ? Évidemment oui. Mais il s'agit d'un nom composé : Ver comme Vergobret, Cin (?), geto comme toge, rix comme commandant en chef. Ce que César reproche à Vercingétorix, c'est d'avoir rompu l'alliance - amicitia - qui liait le peuple arverne à Rome, après la défaite de Bituit. Vercingétorix aurait été dans l'entourage de César ? C'EST FAUX ! Si cela avait été, César l'aurait dit clairement.

Page 113. Les Gaulois sont-ils les ancêtres des Français ? Évidemment oui. Avant la guerre des Gaules, les Gaulois commettaient le meurtre rituel des étrangers (Diodore de Sicile), ce qui limitait l'immigration. C'est, d'ailleurs, ce qui explique que l'intérieur du pays soit resté longtemps inconnu des Grecs. Comme vous le dites par ailleurs, rien ne prouve que les marchands grecs aient sillonné le pays ; mais qu'ils aient passé des contrats avec des locaux pour le faire, probablement. Quant aux invasions burgondes et franques, c'était principalemet des populations militaires aux effectifs forcément limités, d'autant plus qu'il fallait que les cités leur donnent des terres en échange de leur soutien. Aucun texte n'évoque un grand remplacement ; seulement une descendance franque dans la noblesse française jusqu'à la Révolution. Oui, les Gaulois sont bien les ancêtres des Français.

Page 79. Les Gaulois sont-ils des géants à cheveux blonds ? Vous avez raison de souligner le goût qu'avaient les Gaulois pour cette couleur jusqu'à se teinter les cheveux avec du beurre (qui devenait roux en rancissant), mais VOUS AVEZ TORT de penser que les Galates sculptés sur le monument de Pergame n'étaient pas des Gaulois ou des Celtes. Il est clair que ce sont ces Gaulois vaincus qui se sont sculptés eux-mêmes. Témoignages irréfutables, on y voit le bras d'un combattant animalisé en lion de Bibracte (Mont-Saint-Vincent) et les jambes d'un autre en queue d'anguipède gaulois (cf. tympan d'Autun, le bras d'un damné transformé en salamandre de Gergovie).

Page 47. Rome fut-elle prise par les Gaulois ? Vous dites que les auteurs anciens en savaient si peu sur l'Occident qu'ils assimilaient encore les populations du nord de la Gaule aux légendaires Hyperboréens. Citant Héraclide du Pont, vous écrivez : la nouvelle arriva du couchant qu'une armée sortie de chez les Hyperboréens avait pris une ville grecque appelée Rome.(page 48). POURQUOI LÉGENDAIRES ? D'autres auteurs ont évoqué une très ancienne cité (Hérodote) ayant la maîtrise des sources du Danube (Pindare), laquelle ne peut être que la cité éduenne des bords de Saône, dont j'ai précédemment parlé, Tasiacum/Taisey. Vous placez le Capitole assiégé à Rome. Dans mon interprétation militaire du texte de Tite-Live, il ne peut s'agir que d'un Capitole situé à Monte Cavo. Il s'y trouvait le premier temple de Jupiter. 

Page 37. Les invasions gauloises étaient-elles barbares ? (en Italie et en centre Europe). Sans aucun doute. Vous précisez : Dès le Vème siècle (page 38). Vous pensez que l'histoire d'Ambigatus et de ses deux neveux Bellovèse et Sigovèse est un conte... que Tite-Live reprend... que Polybe livre un récit plus nuancé (pages 40 et 41). NON ! IL N'Y A AUCUNE RAISON D'Y VOIR UN CONTE. Ambigatus était roi des Bituriges. Dans ma compréhension des textes, il se trouvait dans la ville des bords de Saône fondée par Héraklès (Tasiacum/Taisey). Comme vous le dites, sa coalition comprenait des peuplades voisines, ou alliées : Éduens de Mont-Saint-Vincent, Blanovices de Blanot, Ambarres d'Ambérieu, Aulerques de Brançion, autrement dit une Celtique réduite. A cette coalition se seraient joints, toujours selon Tite-Live, les Arvernes de Gergovie, les Carnutes d'Orléans et les Senons de Château-Landon. Nous sommes dans une pure logique militaire à condition de mettre la Bibracte des Éduens à Mont-Saint-Vincent et les Bituriges à Cabillo/Cabillodunum/Chalon/Taisey.

Page 25. Sont-ils Gaulois ou Celtes ? Vous dites, page 27, que passant par la Celtique, Héraclès fonda Alésia où il épousa la fille du roi. Il est clair qu'il s'agit de la même histoire où vous parliez précédemment d'Hercule... d'où on en déduit, primo, qu'Hercule, c'est Héraclès, secundo, que la ville qu'il a fondée à Cabillodunum/Cabillo/Taisey est une autre Alésia, mais une Alésia que Diodore de Sicile considère comme la métropole religieuse de la Celtique. Ensuite, de la page 28 à 36, vous vous lancez dans une longue digression pour essayer de comprendre ce qui différencie les Celtes des Gaulois. L'affaire est beaucop plus simple. Les Gaulois restant en place depuis le début jusqu'à aujourd'hui, les Celtes sont l'oligarchie qui était au pouvoir avant que les Francs les supplantent. Autrement dit : la classe dirigeante. Suivant l'Héraclès phénicien venu de Tyr, eux venaient de l'arrière-pays, apparemment du pays de Canaan. Vous dites qu'Hécatée situait les Keltoï dans l'arrière pays méditerranéen et qu'ensuite Hérodote les situait le long des Pyrénées. VOUS ÊTES DANS LA PLUS ENTIÈRE CONFUSION. Hécatée de Millet écrit : Au delà de Marseille, Nuerax habitée par les Keltoï. Tout est dit dans cette simple phrase. Cette nouvelle forteresse - nue arx - et ville habitée, c'est celle qu'Héraclès a fondée, le Tasiacum/Taisey dont j'ai parlé. Hécatée donne aux habitants le nom de Celtes, première mention connue, un nom qui s'est étendu aux habitants des bords de Saône, au nord du cours supérieur du Rhône (Hérodote) puis à toute la Gaule. Cet Hérodote écrit ou semble avoir écrit : Au-delà des colonnes d'Hercule (donc, en abordant la Gaule par la côte atlantique après avoir franchi le détroit de Gibraltar), on trouve les Kinèsioi, qui sont, à l'Occident, le dernier peuple d'Europe (les habitants de Gergovie). Tout de suite après eux (donc à l'est) se trouvent les Celtes (les habitants de Taisey)... Le Danube prend sa source au pays des Celtes, près de la ville de Pyrènè, puis traverse toute l'Europe qu'il coupe en deux. Au lieu de Pyréné, il faut lire "Rhippée". C'est le nom par lequel Pindare évoque les montagnes neigeuse du nord d'où descentd le vent Borée... "monts Rhippées". Il ne s'agit pas, bien sûr, des montagnes de l'Antartique mais de celles qui entourent et dominent la cuvette chalonnaise, au bout du couloir Rhone/Saône. Cette ville de Pyréné, c'est Taisey.

Page 19. Les druides n'étaient-ils que de simples prêtres ? Vous dites en fin de chapitre que César aurait écrit que les druides n'étaient que de simples prêtres. Je ne vois pas où il aurait écrit cela. Voici ce qu'il a écrit, ce en quoi nous sommes d'accord : Dans toute la Gaule, il y a deux catégories d'hommes qui se distinguent des autres par un certain rang et certaines responsabilités : il s'agit des druides et des nobles cavaliers... et encore : Les druides sont dans tout ce qui est divin. Ils s'occupent des sacrifices publics et privés. Ils essaient d'expliquer les sentiments religieux qui montent des consciences. Les jeunes gens viennent en foule s'instruire auprès d'eux. Ils tranchent dans presque toutes les affaires où les Etats, les collectivités et les particuliers s'opposent. Et il y a aussi d'autres auteurs que, d'ailleurs, vous citez  : Les Gaulois ne sacrifient jamais sans qu'un druide soit présent. On cite plusieurs formes de sacrifices humains chez eux : par exemple, on tue certaines victimes à coup de flèches, ou on les crucifie dans les temples...(Strabon IV, IV, 5, Ier siècle av.J.C.). Un siècle plus tard, Pomponius Méla précise que de son temps, on s'abstenait en Gaule d'immoler des hommes, mais qu'on ne refusait cependant pas ceux qui se dévouaient. Il fallut attendre Auguste pour qu'il soit mit fin à ces sacrifices humains. Voici ci-dessous, l'un de ces sacrifices humains où le sacrifié est volontaire. Ne dites pas que ce tympan de Perrecy-les-Forges a été sculpté au Moyen-äge et que le sacrifié est Jésus de Nazareth. Vu le coutelas du sacrificateur, je ne vous croirai pas. (4)

Page 15. Marseille-la-Grecque a-t-elle adouci la civilisation gauloise ? Certainement. Non pas que la Gaule ait été barbare, mais elle avait reçu toute la violence du Proche-Orient. Tournant décisif, c'est l'arrivée d'une forte immigration judéo/essénienne venue de Palestine, au Ier siècle avant J.C., qui a ouvert la voie au christianisme.

Malgré mes critiques, j'ai lu votre livre avec intérêt. Bonne continuation !

Emile Mourey, 29 septembre 2018

Renvois :

(1) https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/bibracte-a-m-le-directeur-du-200163

(2) Mon Histoire de Bibracte, Dieu caché.

(3) https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/explication-de-la-bataille-d-58046

(4) https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-sacrifice-humain-au-temps-des-107526

 



15 réactions


  • Emile Mourey Emile Mourey 29 septembre 2018 14:19

    Lire Jean-Louis Brunaux


  • BA 29 septembre 2018 17:25

    Article très intéressant.


  • blablablietblabla blablablietblabla 30 septembre 2018 09:36
    « Les Gaulois sont-ils les ancêtres des Français ? Évidemment oui »
    Les Francs ont envahi la Gaule , les élites gauloises étaient "gallo-romaine me semble t-il. Le père de Clovis Childéric 1er était officier romain du moins ce que l ’on ma appris à l’école.
    Donc les Gaulois ont fini par être assimilée aux Francs si j’ai bien compris.

    • Emile Mourey Emile Mourey 30 septembre 2018 10:03

      @blablablietblabla

      En effet, vous n’avez pas bien compris. J’essaie d’expliquer que les Francs et les Burgondes ne pouvaient être qu’une minorité en nombre par rapport à la masse de la population d’autochtones gaulois, mais qu’étant au pouvoir et écrivant L’HISTOIRE de France... dans la suite de l’histoire des Francs de Grégoire de Tours... L’HISTOIRE n’a retenu que leur histoire, leurs bas et hauts faits et leurs histoires de famille. Les révolutionnaires de 89 qui se considéraient comme les descendants des Gaulois l’avaient tellement bien compris qu’ils en avaient diminué le nombre, vous savez comment, en en forçant d’autres à l’émigration.

    • Emile Mourey Emile Mourey 30 septembre 2018 10:18


      @blablablietblabla


      Quant aux Romains qui auraient fait souche en France, je me demande comment vu que les empereurs gaulois les en ont chassé. Qu’il y ait eu des alliances de pouvoir et des mariages mixtes dans les sphères du pouvoir, j’en suis bien d’accord, mais en nombre limité ; Sidoïne Apollinaire en est un descendant.


    • blablablietblabla blablablietblabla 30 septembre 2018 10:44

      @Emile Mourey
      J’aime beaucoup vos article monsieur Mourey ils sont riche d’enseignement .


  • Antenor Antenor 30 septembre 2018 18:12
    @ Emile

    Bien vu le rapprochement entre les « Atlantes » soutenant symboliquement la voûte des églises et la peur des Gaulois de l’effondrement du Ciel. Même si je continue de penser que vous faites remonter trop loin en arrière la construction de ces « églises » ; cela n’empêche pas que leurs concepteurs de la Basse Antiquité ou du Haut Moyen-Age aient reçu un important héritage druidique que ni la conquête romaine ni la christianisation n’ont effacé. Le philo-judaïsme illustré par certains chapiteaux est à mon sens à rapprocher avec le statut relativement protégé dont disposaient les Juifs sous les Carolingiens.



  • Antenor Antenor 30 septembre 2018 18:43
    Le Mont-Beuvray était sans doute un chef-lieu de pagus comme Joeuvres, Vertault, Viermeux. Ces sites ont été abandonnés du jour au lendemain suite à des réorganisations parce qu’il s’agissait de capitales administratives et religieuses sans véritable intérêt militaire ou économique propre. Merdogne était peut-être dans ce cas aussi.

    A l’échelon supérieur, il y avait des sites comme Javols ou Corent (et Vernon ?), chefs-lieu de cité qui reposaient sur une logique d’occupation cependant similaire. Une fois son rôle de capitale envolé, le site décline rapidement. La proximité de Javols avec le Roc de Peyre et celle de Corent avec le Crest ne peut pas être une coïncidence. L’emplacement de la capitale administrative est lié à celui de la capitale militaire. A Alesia, les deux se trouvent même sur le Mont-Auxois et il y a de fortes chances qu’on découvre une configuration similaire au Mont-Saint-Vincent, le somme étant relativement large.

  • Emile Mourey Emile Mourey 1er octobre 2018 10:46

    @ Jean-Louis Brunaux


    Enfin, si vous ne voyez pas que l’art celtique tout en arabesques de vos fourreaux d’épée est comparable à la figure ébauche du dieu inconnu du chapiteau de la tempête sur le lac ci-dessus, c’est que votre cas est vraiment désespéré.

  • Emile Mourey Emile Mourey 1er octobre 2018 13:33

    L’empereur Claude (41-51) abolit entièrement dans les Gaules la religion cruelle et barbare des druides, qu’Auguste n’avait interdite qu’aux citoyens (Suétone, Vie des douze César, Claude, 25). Cela signifie qu’au temps d’Auguste, le clergé druidique bénéficiait encore de toutes ses prérogatives de mise à mort (il faut comprendre que les mises à mort des condamnés se faisait suivant un rite religieux). Auguste avait seulement interdit la pratique des sacrifices humains à ceux qui sollicitaient le titre de citoyens romains. Leurs Premiers défilaient à Rome, en chars, sur le même rang que les grands prêtres Flamines romains. Rappelons également qu’à Lyon, chaque année, les représentants religieux des Gaules se réunissaient sous l’autorité d’un grand prêtre.


    (cf ma lettre au journal La Monde du 24 juillet 2009 qui, évidemment, n’en a pas tenu compte)


  • osiris 1er octobre 2018 20:55

    Il ya comme une confusion ou amalgame entre la peine de mort infligée à des individus jugés criminels par le clergé druidique avec une cérémonie religieuse l’accompagnant (d’ailleurs comme au Moyen-âge avec le clergé catholique ) et le sacrifice humain sur des personnes innocentes pour honorer et faire plaisir à certaine divinité ou apaiser la colère de certain dieu ,amalgames dans le s récits historiques écrits par les vainqueurs. .

    Vercingétorix est un noble gaulois instruit ayant une grande prestance et éloquence ,blond et beau comme un Apollon ( sans barbe ni moustache comme le montre son effigie sur les pièces de monnaie)

    les dernières fouilles et découvertes montrent que les gaulois n’étaient pas des barbares vivant dans des chaumières loin des clichés de la BD d’Astérix, ils construisaient déjà des maisons en pierre et façonnaient des bijoux de qualité ,ils ont inventé la cote de maille montrant par là une grande maitrise dans la technicité et l’inventivité


    • Emile Mourey Emile Mourey 1er octobre 2018 21:36

      @osiris


       Oui, vous avez tout à fait raison. Contrairement à ce que dit M. Brunaux, les Gaulois construisaient non seulement des maisons en pierre mais de superbes temples avec des chapiteaux sculptés. À la même époque, la ville de Rome n’était qu’en bois et le temple de Jupiter de Monte Cavo ne montrait en façade que deux simples colonnes.

  • Emile Mourey Emile Mourey 1er octobre 2018 21:40

    @Osiris


    Vous dites également :

    Vercingétorix est un noble gaulois instruit ayant une grande prestance et éloquence ,blond et beau comme un Apollon ( sans barbe ni moustache comme le montre son effigie sur les pièces de monnaie)

    Mais bien sûr, sinon on ne voit pas comment il aurait pu entraîner les foules.

  • Antenor Antenor 5 octobre 2018 21:11
    @ Emile

    Sur le tympan de Perrecy-les-Forges, à gauche du sacrificateur on distingue encore ce qui devait être un personnage agenouillé avec les mains liées dans le dos.

    C’est plus clair ici :



    Il pourrait s’agir du sacrifice d’Isaac. Le sacrificateur serait Abraham encadré de ses deux fils et le personnage à droite semble porté un mouton dont on voit les deux pattes dépassées.

Réagir