samedi 28 juillet 2018 - par PETINOS

A quoi sert le pouvoir si ce n’est pour en abuser ?

Aujourd’hui je suis fainéant ! Je n’ai vraiment pas envie d’écrire quoi que ce soit.

Nonobstant, et comme il ne faut pas s’éloigner des fondamentaux, rappelons-nous le texte de l’Internationale Noire, écrit il y a fort longtemps et qui demeure d’actualité dans le contexte d’intolérance, de l’individualisme exacerbé, de la bêtise érigée en dogme dominant, de l’exclusion, de l’enfermement dans l’inculture du vaste réseau des réseaux sociaux, des pensées uniques, etc. Bien évidemment, la guerre ne se fait pas qu’avec des fusils.

Je n’ai pas d’autres commentaires, à part ce qui précède et bonne lecture de ce qui suit pour ceux qui ne connaissent pas ce texte…

 

L'Internationale Noire

Debout les damnés de la terre !
Les despotes épouvantés
Sentant sous leurs pas un cratère
Au passé se sont acculés
Leur ligue folle et meurtrière
Voudrait à l'horizon vermeil
Éteindre l'ardente lumière
Que verse le nouveau soleil

(Refrain)

Debout, debout, les damnés de la terre !


Ceux qu'on écrase en les charniers humains
Debout, debout, les forçats de misère !
Unissons-nous, Latins, Slaves, Germains

Que la troisième République
Se prostitue au tsar pendeur
Qu'une foule extralunatique
Adore l'exterminateur !
Puisqu'il faut que tout disparaisse
Peu nous importe ! C'est la fin
Partout les peuples en détresse
S'éveillent se donnant la main

(Refrain)

Bons bourgeois que César vous garde
César aux grands ou petits bras :
Pape, République bâtarde


les tocsins sonnent votre glas
Rois de l'or hideux et féroces
Les fiancés que vous tuez
Demain auront de rouges noces
Tocsins, tocsins, sonnez, sonnez

(Refrain)

Les potentats veulent la guerre
Afin d'égorger leurs troupeaux :
Pour cimenter chaque frontière
Comme on consacrait les tombeaux
Mais il vient le temps d'Anarchie
Où, dans l'immense apaisement
Loups de France et de Sibérie
Loups humains jeûneront de sang

(Refrain)



3 réactions


  • Macondo Macondo 28 juillet 2018 20:13

    Bonjour. Merci pour l’offrande. Un chant féroce, qu’on pressent d’instinct en sommeil léger avec ces chaleurs pouvant provoquer, soyons fous, quelques vapeurs collectives pouvant faire vaciller des préceptes a priori immuables. J’ai donc retenu surtout, un thème phare : « Mais il vient le temps de l’Anarchie ». Laissant probablement chacun(e), aller vers ses rêves, ses projets, ses utopies, la chanson ne donne pas l’heure du début ...


  • Matlemat Matlemat 29 juillet 2018 09:28

    Le titre de l’article est tiré du film le roi Dagobert avec Coluche, Michel Serrault y est particulièrement excellent.


  • UnLorrain 30 juillet 2018 12:03

    Esprit libéral pour avoir le moins de risques possibles d’être instrumentaliser,manipuler.

    J’ai cru rêvé quand je parcourait des nouvelles écrites par des anarchistes fin XIX. ..ils pouvaient se disputer sévèrement sur ce point « qu’est ce qui est mieux entre le vegetalisme et le vegetarisme ? »Rallier un certain Bela Kun,Hongrois communiste pour fomenter une révolution et a la fin des pérégrinations dangereuses écrire « le communisme ? une belle Kunnerie ! » Ce même aventurier, ce « En-Dehors »comme l écrira son biographe en utilisant un titre d’une de ses parutions savait vivre de « sauvagisme » appelé de nos jours,survivalisme.


Réagir