jeudi 14 février - par Martin de Wallon

Affaire Baupin : Harcelée par des menaces d’agression sexuelle, l’ex ministre du logement Cécile Duflot porte plainte

Le lundi 11 février, Cécile Duflot dépose une plainte auprès du Procureur de la République du Tribunal de Grande Instance de Paris. L’ex Ministre, témoin au procès en diffamation des députés écologistes accusatrices de Denis Baupin, a reçu sur twitter un message insultant à caractère sexuel envoyé à plusieurs reprises. 

Le procès des Ecologistes

En Mars 2016, Denis Baupin alors Vice-président de l’assemblée nationale participe à une campagne contre les violences faites aux femmes. Sa photo si elle sensibilise certains, créera un véritable malaise chez d’autres. Le 9 mai 2016 , 14 femmes brisent le silence. Des témoignages scandaleux sont publiés sur France Inter et Mediapart . Huit femmes dont 4 élues écologistes et 4 anonymes accusent Denis Baupin, de harcèlement sexuel et d’agression sexuelle. Isabelle Attard, Sandrine Rousseau, Elen Debost et plusieurs autres collaboratrices déclarent avoir été des victimes de l’élu, de 1998 à 2014.

Denis Baupin nie les faits qui lui sont reprochés. Il précise qu’il s’agissait simplement d’un « jeu de séduction entre adultes ». Le 10 mai, le parquet ouvre une enquête préliminaire. De nouveaux témoignages sont recueillis et publiés. Une plainte est déposée par les victimes du député parmi lesquelles Véronique Haché, Directrice d’Autolib, qui confie avoir subi une agression sexuelle en 2004 pendant qu’elle était encore conseillère de Bertrand Delanoë. En Mars 2017, l'affaire est classée officiellement sans suite. En effet, les faits portaient sur la période de 1990 à 2013. La prescription couverte pour ce type de délit était fixée à trois ans. Denis Baupin s’en sort sans passer par un procès et avoue être satisfait de la décision. Se considérant comme « le DSK des Verts », il regrette même la prescription qui ne rétablirait pas la vérité. Très rapidement, son avocat porte une autre plainte en diffamation contre ses accusatrices et les médias. Au procès, Cécile Duflot, témoignera pour la défense. La voix pleine de sanglots, elle raconte son agression sexuelle en 2008 au Brésil, alors qu’elle était en délégation avec Denis Baupin, au congrès mondial des écologistes. Le Monde la cite : « Je tire mon lait, parce que je ne veux pas arrêter d’allaiter ma fille, quand je reçois un SMS de Denis Baupin qui me demande mon numéro de chambre parce qu’il a un truc à me dire ». « Sans lâcher mon tire-lait, je lui réponds. Dix secondes plus tard, il est à ma porte. J’ai tout de suite vu son regard ». Elle poursuit : « Il me dit : Je savais que tu en avais autant envie que moi. Il a posé la main sur mon cou. Je lui ai dit : “ Ça va pas, arrête ! ”. Il essaie de mettre son pied pour coincer la porte, je lui ai donné un coup de pied au tibia, (…) j’ai claqué la porte ».

Cecile Duflot prétend avoir évité son collaborateur sans porter plainte pour ne pas être accusée d’instrumentalisation politique puisque Denis Baupin était son adversaire en interne. Le 8 février 2019, la représentante du ministère public demande la relaxe des femmes et médias poursuivis.

Une menace de sodomie répétée

Juste après son témoignage, l’ancienne ministre du logement a reçu sur twitter, une même menace de plusieurs comptes faisant allusion au procès. Elle publie les captures sur son compte en affirmant : « Depuis jeudi je reçois ça, environ toutes les heures… imparable, adresse à chaque fois différente, inbloquable… et pourtant depuis plus de dix ans je résiste et lis mes mentions, pour répondre de temps en temps, pour pas céder le terrain à tous ceux la… ».

Le contenu du même message qui revient incessamment reste choquant : « Ton témoignage sur l’affaire Baupin m’a fait bander ! J’aimerais te sodomiser à sec ton gros cul de salope !!! ».

Cécile Duflot porte plainte. Son avocat Tewfik Bouzenoune explique au journal Le monde qu’il s’agit « avant tout à identifier l’auteur d’un harcèlement concerté suite à la réception par Mme Duflot d’une vingtaine de messages, envoyés postérieurement à son témoignage dans le procès dit Baupin ».

Avant la fin de cette nouvelle affaire, l'auteur Damien Liccia lui, a fait sa petite enquête. Le site Marie Claire révèle cette hypothèse parmi toutes celles qui sont émises sur la toile depuis la publication des captures : Il s’agirait pour lui « des tweets achetés via des plateformes d'astroturfing », qui peuvent donner l'illusion d'un mouvement massif citoyen sur les réseaux sociaux via un régiment de faux comptes coordonnés.



12 réactions


  • Clocel Clocel 14 février 09:47

    « Ton témoignage sur l’affaire Baupin m’a fait bander ! J’aimerais te sodomiser à sec ton gros cul de salope !!! ».

    C’est plein d’indices !

    Le coupable est un créatif, plein d’inventivité, l’auteur de synopsis aussi audacieux ne doit pas être bien difficile à retrouver !

    PôÔôvre Baupin, encore une victime d’un sevrage hardcore ! smiley


    • Chantecler Paracétamol 14 février 10:12

      @Clocel

      « PôÔôvre Baupin, encore une victime d’un sevrage hardcore !  »

      Il n’est pas le seul dans sa catégorie : le second tour de la dernière présidentielle mettait en lice une fille qui avait tué (symboliquement) son père et un gars qui avait épousé sa mère. Les électeurs ont choisi Œdipe plutôt qu’Electre. Le sevrage a du commencer par l’usage du biberon dur et froid plutôt que la mamelle moelleuse et tiède. La question est de savoir pourquoi seuls les névrosés sont en quête de cette notoriété suprème. Frustration ? Besoin de reconnaissance ?


  • Albert123 14 février 10:24

    histoire de basse court entre des porcs et des truies., en pathocratie on le présente comme de la politique.

    vivement la grande purge 


  • MagicBuster 14 février 11:58

    Balances ta chèvre  !!!!!!

    Bêêêêêeê


  • Ruut Ruut 14 février 12:41

    Vue que l’anonymat du net est une vaste illusion, l’auteur des menaces c’est qui ?


  • Clocel Clocel 14 février 12:59

    En tous cas, perso, si j’avais eu du vague à l’âme dans le kangourou au Brésil, c’est pas chez Duflot que j’aurais été frapper, faut pas déconner ! smiley


  • Pierre 14 février 13:18

    Ce mec semble adorer les boudins ! Mais qu’il morfle pour m’avoir emmerdé comme personne au volant de ma bagnole...


  • ZenZoe ZenZoe 14 février 16:30

    On dit souvent que les femmes sont mythos.

    Mais faut voir le Baupin !

    Il m’a tout l’air d’un bonhomme dégueulasse et passablement dérangé si ce que dit Duflot est vrai et bien que je n’aime pas cette femme, je la crois honnête et je sens qu’elle dit la vérité.


  • aimable 14 février 17:19

    Je crois surtout que ce Baupin ( comme pas mal d’hommes dans le métro parisien par exemple ) a besoin d’un séjour en psychiatrie avec soins intensifs pour remettre ses idées en place , franchement être obsédé a ce point ne peut relever que de la maladie .


  • hehah 14 février 18:06

    Bonjour,

    Je pense qu’on est un peu dans le « clash de rap » la, il se font mutuellement de la comm, alors qu’aucun des deux n’est blanc comme neige.

    Baupin, il y a des mains au cul filmés, c’est effectivement un indice de dégueulasserie. Mais c’est aussi un élu « trop curieux », pas du tout un larbin.

    Duflot, il y a de magnifiques je dis blanc et un an aprés je dis noir, preuve qu’elle ment bien et souvent. C’est aussi un membre de la secte en marche.

    C’est pas moi qui suis chargé du dossier, mais si c’étais le cas, je miserai sur de la surveillances discrète, et j’attendrais le beau flag indéniable, pour le confondre.

    ++


  • ETTORE ETTORE 14 février 19:47

    Baupin....Baupin..... ?

    Doit y avoir un raté, parce que avec ...Bellepine, on y croirait plus par curiosité.


  • cétacose2 14 février 21:15

    ....mais puisqu’on vous dit qu’il a «  paniqué » !......


Réagir