samedi 16 août 2014 - par Nicole Cheverney

Ainsi mourut Zarathoustra

L'on assiste effaré, à la progression inexorable de l'EL (État islamique), en train de former au Moyen-Orient, le Califat. Au passage, ils se livrent en Irak, en Syrie et ailleurs, aux pires exactions contre les populations du Levant. Leur réputation de cruauté sème la terreur partout où ils passent.

Jusqu'à la chute de Sadam Hussein suite à l'invasion de l'Irak et de l'Afghanistan, Chrétiens d'Orient et Yazidis pouvaient pratiquer librement leur culte.

Hélas, pour ce que les Islamistes considèrent comme un « crime » passible de la peine de mort, les milices sanguinaires de l'EL violent, tuent, assassinent, dans des conditions particulièrement cruelles, barbares et révoltantes, les chrétiens d'Orient et ces adorateurs du Soleil que sont les Yazidis. Quelques voix s'élèvent, par ci, par là .... Sans grand écho, bien entendu, dans l'indifférence générale et de cette apathie similaire ressentie devant le massacre des populations civiles du Donbass, massacrées par les milices fascistes ukrainiennes. Partout la mort frappe, partout où l'Empire du Chaos construit ses bases de domination mondiale et envoie ses émissaires les plus virulents, les plus déterminés à faire triompher le chaos. Le monde s'est transformé en Pandémonium !

Cette indifférence criminelle laisse donc le champ libre aux exactions perpétrées par ce que l'humanité compte de plus sordide. L'ignominie n'a donc plus de limites. L'on tue, l'on égorge, l'on assassine, l'on éviscère, l'on trucide, l'on coupe des têtes, et nous assistons au massacre... impuissants.

Les Chrétiens d'Orient et les Yazidis d'Irak, payent eux, le prix fort d'une politique démentielle organisée depuis Washington. S'il n'y avait le NET pour nous informer, le silence médiatique parfois rompu par une news sensationnelle, signe l'arrêt de mort des valeurs de civilisation moribonde. L’occident ne s'en remettra pas.

Et Soudainement, à la lumière vacillante des quelques informations sur les exactions de l'El, que daigne dispenser au grand public, les médias mainstream, resurgit du fin fonds de l'Histoire, une ethnie oubliée et quasiment ignorée de tous, les « Yazidis ».

Les Yazidis pratiquent un culte vieux de plusieurs milliers d'années et vénèrent un prophète, Zarathoustra, que les Grecs avaient surnommé Zoroastre.

 

Qui était Zarathoustra ?

Né en Perse, Zarathoustra, bien avant la venue de Jésus-Christ en Palestine, apparut dans « l'Airyanavaejo » ( la demeure des Aryens). La légende veut qu'il fût conçu divinement, qu'il eût un ange gardien. Que cet ange gardien entra un jour dans le haoma (Plante perse mythique), et passa avec son suc dans le corps d'un humain, un mage (ou prêtre), au moment où celui-ci s'adonnait à un sacrifice rituel auprès des Dieux. Un rayon de soleil, (le soleil étant considéré par les Perses à l’égal d'un Dieu surpuissant) pénètra à son tour dans le sein d'une jeune vierge de très haute naissance. Le prêtre « élu » convola avec la jeune fille, c'est alors que l'ange-gardien et le suc de haoma se mêlèrent étroitement au rayon emprisonné.

 

Ainsi fut conçu et naquit ZARATHOUSTRA.

Zarathoustra, le jour de sa venue au monde manifeste tout de suite un caractère enjoué. Il éclate de rire dans de joyeuses tétées éloignant de lui et de sa tribu, les esprits maléfiques qui rôdent autour de sa jeune existence. Pris de terreur, les tumultueux génies du mal, s'éloignent...

Paraît-il, dit toujours la légende, il fut toute sa vie durant, poussé par un grand amour de la justice. Très jeune, il se retire de la vie profane. Zarathoustra est un sage. Il vit en anachorète dans une montagne aride. Pour n'y subsister que de produits que la nature lui offre : lait de chèvre, fromage et fruits sauvages.

Quelle part de vérité accorder à cette croyance ? Elle montre par certains détails, des similitudes étonnantes avec un certain Jésus-Christ.

 

Zarathoustra fut-il inventé par un conteur perse imaginatif ? En quête de merveilleux ?

Les Grecs eux, le considéraient comme un personnage historique et ayant véritablement existé 5500 ans avant J.C.

Un historien babylonien, Bérose, le ramène à 2000 ans avant J.C.

Mais qu'adoraient donc ces païens, ancêtres des Iraniens ? D'abord la terre, le soleil, ils adoraient les animaux, ils pratiquaient le culte des ancêtres, des traits commun avec les « Hindous de l'âge védique ».

Pas de Dieu sans Diable. Le Malin est donc là, tentateur, et Zarathoustra résiste... Car Zarathoustra adore Ahura-Mazda, le Dieu de Lumière : le Dieu suprême. Ahura-Mazda lui apparaît un jour et lui remet entre ses mains, l'Avesta, le livre de la science et de la Sagesse, en l'enjoignant d'aller prêcher l'Avesta au reste de l'humanité.

Zarathoustra prêche donc, mais ne rencontre sur son chemin que quolibets et bien plus grave, persécution. Or, un jour, un grand Prince persan, Vishtaspa (ou Hystaspe, le père du roi Darius 1er), lui accorde de l'intérêt et lui promet de répandre sa croyance dans son peuple.

Dès lors se répandit le Zoroastrisme qui dépassa largement les frontières de la Perse, jusqu'en Mésopotamie. La légende dit encore : Zarathoustra fut foudroyé par un éclair et monta directement au ciel.

Dans l'actuel Afghanistan subsistaient encore des descendants de ces adorateurs du Soleil, avant que les Talibans ne répandent la terreur. On n'aura aucun mal à imaginer quel sort leur a été réservé.

Mais nous pouvons encore nous interroger sur l’influence du Zoroastrisme. Mithra fut une divinité Zoroastrienne. Mithra, Dieu du Soleil que l'on a vénéré en Provence et en Languedoc, pendant des siècles. Avec le syncrétisme (religion chrétienne mâtinée de paganisme ancestral), l'église catholique, apostolique et romaine en fera un saint : Saint-Mitre dont beaucoup de lieux portent en Provence son nom, et bien des édifices, un statuaire édifié en son honneur.

Les Zoroastriens vénèrent également Anaïta, déesse de la fertilité et de la terre, ils adorent Haoma, dieu-taureau qui meurt, ressuscite et donna son sang à l'humanité, boisson d'immortalité.

Les Iraniens célébraient leur culte également en fumant le haoma. Cependant, Zarathoustra s'insurgeait de ces rituels dionysiaques. Il se révoltait contre les mages qui s’enivraient de cette herbe.

Choqué, il annonça qu'il ne pouvait sur cette terre, y avoir qu'un seul Dieu véritable, Ahura-Mazda, seigneur de la lumière et du ciel.

Darius 1er embrasse la nouvelle croyance, jugeant que son peuple y trouverait son besoin de spiritualité. Cela par la même occasion renforcerait son autorité. Le Zoroastrianisme devint donc « Religion d’État », se basant sur l'Avesta, la bible incontournable de cette nouvelle foi.

Au 3ème siècle de l'ère chrétienne, un roi Persan de la dynastie arsacide, Volgèse 1er, réunit tous les fragments subsistants de l'Avesta, soit écrits, soit puisés dans la mémoire orale des Zoroastriens et l'on découvre d'étonnants passages en provenance de Babylone, par exemple : les 6 étapes de la création, le ciel, l'eau, la terre, les plantes, les animaux et enfin... l'homme, faisant remonter l'origine de l'homme à deux premiers parents,(l'équivalent du Adam et Eve de la Bible), la création d'un paradis terrestre, le mécontentement du créateur devant sa création, et sa décision de tout détruire par un déluge, à l'exception d'un petit résidu.

En 1771, Anquetil-Duperron, un orientaliste français, traduisit l'Avesta, en y rajoutant le préfixe Zend que les Persans avaient employé pour l'écriture de 21 volumes dont il ne restaient que des fragments. Deux copies avaient été faites par le prince Vishtaspa, l'une d'elle avait été détruite pendant l'incendie du palais royal de Persépolis. Les Grecs avaient rapporté la copie rescapée en Grèce, et l'avaient traduite dans leur langue.

A lire ces fragments dans le texte, les scientifiques iraniens en avaient conclu que le monde était fondé sur un principe dualiste ( sous l'aspect d'un théâtre sur lequel se déroule douze mille ans d'une lutte entre Ahura-Mazda le dieu, et Ahriman, le diable.

Pureté et honnêteté, sont de grandes vertus devant conduire à la vie éternelle.

Ahura-Mazda s'habille de la voûte du ciel. Son corps est la lumière et la gloire souveraine. Le Soleil et la Lune sont ses yeux.

Par le « Bon esprit », Zarathoustra entendait non pas un esprit humain, mais la sagesse divine ( nous sommes là dans le fameux logos théïos, ou le verbe divin selon Philon d'Alexandrie). Et nous retrouvons en substance le fameux « esprit saint » de la chrétienté.

Tel que le concevait Zarathoustra cet ensemble de préceptes et de doctrines confinait au monothéisme. Il n'est donc pas insensé de prétendre que la pensée zoroastrienne et le dualisme persan aient durablement influencé la pensée chrétienne, tout comme elle fut influencée par le puritanisme hébreu et la philosophie grecque.

Ahura-Mazda se présente comme la somme totale des forces qui prônent la justice dans ce bas-monde, fournissant à l'imaginaire de l'homme un puissant stimulant, une sanction morale, dans le combat que se livre l'homme depuis la nuit des temps, entre le bien contre le mal, l'éthique contre la corruption morale.

Et conclut l'AVESTA : trois choses pour l'homme et sa survie :

« Faire de l'ennemi, un ami »

« Faire du méchant un juste »

« Faire de l'ignorant, un homme instruit,

« Mais la PREMIERE, la première de toutes les vertus, reste la PITIE ».

 

Alors, revenons en 2014, revenons aux Yazidis d'Irak !

Voilà ce peuple erratique, chassé de chez lui, pourchassé par des milices sanguinaires. Un peuple qui ne s'arme que de sa seule croyance en la parole d'un sage antique, d'un prophète. Un peuple qui n'a ni armes, ni fortune, et qui s'accroche à son pays, aride et qui est cette mémoire vivante de leur contrée et de leur culture, celle d'une grande civilisation, la Perse et qui prit fin un jour, « parce que toute civilisation est mortelle ». Un peuple qui a pour tout viatique, ses traditions orale et écrites, sa façon de vivre, sa façon de parler, sa langue, ses rites, religieux, culinaires...

Ils sont comme ces pierres calcinées regarderont encore longtemps le soleil, suprêmement se lever et se coucher sur l'Irak, lorsque eux, les Yazidis, livrés aux égorgeurs de l'EL, auront bientôt cessé d'exister, au nom de la Haine, au nom d'une guerre qui n'a pas de nom.

L'homme moderne de ce début de troisième millénaire, dans sa conception terre à terre, de son devenir, n'est-il plus qu'un ver de terre impuissant qui se tord ? Un simple automate ? Une simple mécanique ? De simples pions sur l'échiquier cosmique ?

Or, nous avons, paraît-il, le libre arbitre.

Un poète persan dit un jour :

« Si Dieu n'a pas détruit le monde, c'est qu'il reste encore des oiseaux, et des petits enfants ».

Dans notre monde barbare, les oiseaux se raréfient, beaucoup d'espèces ont disparu, et des milliers d'enfants de par le monde se font massacrer, petits enfants d'Irak, de Palestine et du Donbass. L'horreur n'a plus de limites, le silence de ces agneaux qui meurent sous les balles des brutes et les lames des assassins ne rencontre que celui assourdissant de ceux qui devraient tout faire pour les protéger.

 

Et s'il ne nous reste que que les larmes, alors... pleurons.



21 réactions


  • chapoutier 16 août 2014 17:10

    n’oublions pas de remercier les étasuniens d’avoir apporté la démocratie et le progrès en Irak et Syrie.


    • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 17 août 2014 11:06

      @ Bonjour Chapoutier,

      Que voilà une réflexion particulièrement pertinente, surtout lorsque l’on sait que la fameuse « démocratie » états-unienne n’est que le faux nez du capitalisme et de son bâtard, l’ultra-libéralisme.

      Cordialement.


  • diogène diogène 16 août 2014 21:53
    « L’homme a besoin de ce qu’il y a de pire en lui s’il veut parvenir à ce qu’il a de meilleur. »Friedrich NietzscheExtrait de Ainsi parlait Zarathoustra

  • Rétif 17 août 2014 00:32

    Javais supposécru comprendre que Ahura-MAZDA,dans un artIcLe de gnostique soit qu’Ahura-MAZDA et Zararhoustran’était que deux non differentsdu même personnage divin.Et vous m’apprenez que l’un est adorateur de premier..Maintennant,voilà qu s Zarathatoustra est en somme undiscipled’ Ahura-Mazda. ! Isoccorro ! Al ayuda !


  • Rétif 17 août 2014 00:38

    Javais supposé-cru comprendre que Ahura-MAZDA,dans un artIcLe de gnostique soit qu’Ahura-MAZDA et Zararhoustra n’étaient que deux non differentsdu même personnage divin.Et vous m’apprenez que l’un est adorateur de premier..Maintennant,voilà qu s Zarathatoustra est en somme undiscipled’ Ahura-Mazda. ! Isoccorro ! Al ayuda ! Por favor !
    Ou alors Zarathoustra serait leprohète d’Ahura-Mazda,est-ceça ?


    • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 17 août 2014 10:35

      Bonjour Rétif,

      D’après mes sources, toutes concordantes, ZARATHOUSTRA ou ZOROASTRE et AHURA-MAZDA sont deux entités différentes. L’une humaine, le prophète perse, l’autre une divinité d’origine païenne adorée par les Perses, (le Soleil), au même titre que RA, chez les Egyptiens.

      Les Grecs qui avaient traduit l’AVESTA ne contestent pas son existence, retraduit plus tard du Grec, par ANQUETIL-DUPERRON, le premier orientaliste de l’histoire.

      Parmi les sources bibliographiques les plus sérieuses, je me baserai plus volontiers sur Will Durant et sa remarquable Histoire de la Civilisation en 32 tomes.

      L’existence de Jésus-Christ par les agnostiques a elle-même été remise en cause.

      Nous n’avons aucune certitude pour Zarathoustra, mais on peut remarquer que ses écrits ou ses doctrines diffusées à travers la Perse, comme le démontre mon article, par le truchement de Darius 1er, en font un personnage parfaitement terrestre.

      Cordialement.

       


  • caillou40 caillou40 17 août 2014 09:36
    Ainsi mourut Zarathoustra...d’un arrêt du coeur..comme tout le monde !

    • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 17 août 2014 11:12

      @ Caillou 40

      Je ne sais comment est mort Zarathoustra !

      Mon titre évoquerait plutôt la mort physique des Yazidis, héritiers de la doctrine zoroastrienne.

      Peut-être aussi un clin d’oeil au titre de l’ouvrage magistral de Nieztzche « ainsi parla Zarathoustra ».


    • caillou40 caillou40 17 août 2014 11:22

      Par Nicole CHEVERNEY...de l’humour simplement..++


    • caillou40 caillou40 17 août 2014 17:36

      Et pourtant...toute l’humanité meurt d’un arrêt du coeur...n’importe quel mes-deux-seins vous le dira.. !


    • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 17 août 2014 12:26

      @ Bonjour Constant,

      Merci d’avoir relevé la coquille : il s’agit de EI (Etat Islamique) ou le Califat.

      Cordialement.


    • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 17 août 2014 18:09

      @ Constant dans l’Ayreur

      J’ai été moinssée dans ma réponse à votre com dont je n’ai pas très bien compris le sens.

      Je ne fais que reprendre le sigle EI que tous les médias utilisent auprès du grand public, appelée précédemment EIL ? Non ?

      Pouvez-vous être plus explicite ? Merci de m’éclairer.

      Cordialement.


  • ecolittoral ecolittoral 17 août 2014 12:59

    Zarathoustra !

    N’est ce pas lui qui disait que la terre à une peau et que l’une de ses maladies (de peau) c’est l’homme !

    « ...Les Chrétiens d’Orient et les Yazidis d’Irak, payent eux, le prix fort. »

    Comme les habitants d’ex Yougoslavie, ex Irak...ou les 500 000 « sacrifiés » de la révolution française.

    C’est fini les guerres ou, alignés en rangs d’oignon, les soldats s’affrontaient sur des champs de bataille.

    Les armes modernes et, quelles que soient les mains qui les manipulent sont des armes de destruction massive.

    Avant, on tuait pour gagner. Aujourd’hui, on pulvérise pour obtenir des parts de marché et des contrat de « reconstruction ».

    Avant on tuait artisanalement.

    Aujourd’hui, il n’y a que des dégâts collatéraux ou des victimes.

    Victimes ou dégâts collatéraux en fonction des valeurs de chaque microbe sur cette peau.


  • Loatse Loatse 17 août 2014 14:34

    « Pour finir, je ne résiste pas au plaisir de citer cheikh chemseddine, un prédicateur algérien avec beaucoup d’humour répondant à un p’tit con lui ayant posé la question de savoir s’il était de son devoir religieux d’aller combattre sous l’égide de l‘état cecicelique et s’il était tenu de faire la bayââ (serment d’allégeance) au Calife. »


    @Constant


    Que votre cheick avec provision « d’humour » (?) réponde par une pirouette en mettant tout sur le dos des GI (le grand shaytan n’est il pas ?) deresponsabilise complètement les acteurs sur le terrain de ce carnage... 

    Ce qui évite toute remise en question des dogmes qui perpétuent les guerres de religions (bien utiles certes parfois mais là n’est pas le problème). ou tout du moins leur contextualisation..


    ps : on lapide aussi chez les yésidis 

    Une jeune fille kurde de 17 ans Doah Khalil Aswad* a été lapidée pour être entrée en relation avec un jeune musulman sunnite, acte provoquant l’indignation et la condamnation unanime de groupes internationaux de défense des droits humains.

    Son « crime » : appartenant à une communauté kurde de religion Yazidi** dans la ville de Bashiqa, proche de Mossul, capitale du Kurdistan irakien, elle projetait d’épouser un jeune musulman sunnite dont elle était amoureuse et envisageait semble-t-il de se convertir (2) ; « suprème horreur », elle lui avait même rendu visite.














  • Lord WTF ! Lord WTF ! 17 août 2014 16:19

    hmmm...Les Yazidis ne sont pas des Parsis ou Iranis : c’est à dire ne sont pas des zoroastriens...Il y a certes des liens entre religion yazidi (liées à d’autres courants religieux de la région : Ahl el Haqq, Ishikisme (variante de l’Alevisme), etc...) et zoroastrisme antique mais ils sont antérieurs à la réforme zoroastrienne du mazdéisme : le substrat commun renvoyant à la religion médique. 


    Les Yazidi vénèrent un sheikh sufi (Adi ibn Musafir) fondateur de l’ordre de l’Al-Adiwiya et considéré par eux comme incarnation de Melek Taus (le Paon > Être Suprème), et non pas Zoroastre. 

    Pour le reste, il s’agit d’une religion syncrétique, issu de l’islam hétérodoxe/soufisme et de la folk religion du Kurdistan où se mélait diverses influences (mithraisme, gnosticisme, mazdéisme, zoroastrisme, christianisme, judaïsme, etc...) : la différence notable étant que les Yazidis n’accordent pas aux « livres » révélés l’importance centrale que lui accorde les autres monothéismes nés dans la religion. 

  • Frédéric MALMARTEL Le Kergoat 17 août 2014 19:18

    Pour autant que j’ai pu en comprendre (cf le livre de Duchesne-Guillemin)

    La religion zoroastrienne, pour autant que j’en sache était une religion qui affirmait la dualité Le Bien contre le Mal, dans ses fondements, mais aussi qui voyait trois Dieux en Un !

    Beaucoup de ses caractéristiques seront reprises dans le Christianisme. Non seulement les deux ci-dessus, mais aussi dans ses discours sur la Sagesse, la Sainteté, la Justice.

    C’était (c’est toujours si on compte les quelqu’uns qui la pratiquent encore) une religion sommes toute assez subtile et profonde.

    ça a été la religion de la Perse Antique qui n’a certainement pas gagné au change quand elle est devenue musulmane.


    • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 17 août 2014 19:33

      @ Bonjour le Kergoat,

      Oui, en découvrant les fondements du zoroastrianisme, l’on découvre une religion pleine de sagesse. Mais comme toutes les religions, au carrefour géographique de cet l’Orient « compliqué » et du commerce intense avec les pays Méditerranéens, il était prévisible que des interactions influencent telle ou telle religion. Ce fut le cas pour la chrétienté, et je ne doute pas un seul instant qu’elle ait emprunté au zoroastrianisme, qu’elle ait pris mais alors là directement à la religion juive, (d’ailleurs JC était Juif, circoncis et avait enseigné au temple ) ! enfin que l’Islam ait racine commune avec les deux monothéismes précédent.

      Je prépare d’ailleurs un article à ce sujet que j’espère terminer rapidement pour le proposer à la modération.

      Bien cordialement.


    • Frédéric MALMARTEL Le Kergoat 17 août 2014 19:43

      Merci à Vous.

      Du coup, pour Vous répondre, je suis allé chercher le vieux livre sur Zoroastre de Duchesne-Guillemin que j’ai lu, il y a... j’ose pas le dire, plusieurs dizaines d’années !

      Comme quoi, on a parfois raison de garder des vieux bouquins !


  • Frédéric MALMARTEL Le Kergoat 17 août 2014 19:27

    J’ajoute que les Yézidis sont vraiment un cas particulier, ils ne sont pas les descendant directs du Zoroastrisme.
    Les Enfants de Zoroastre survivent en Iran, mais juste au niveau de quelques villages, et surtout plus nombreux, à Bombay où ils forment la communauté Parsis.

    Il ne faut pas dire que Yézidis sont les survivants de la religion zoroastrienne. Ils ont créé une autre religion qui se réfère au même prophète.

    Les Musulmans reconnaissent Jésus comme prophète, ça n’en fait pas les successeurs des Chrétiens !

    Bien à vous. Et merci de lancer ce sujet intéressant et méconnu.


  • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 17 août 2014 19:42

    à Le Kergoat,

    Non, j’ai peut-être un peu forcé le trait en prétendant qu’ils étaient les descendants directs des Zoroastriens antiques.

    Mais, ces populations « résiduelles » qui survivent en milieu hostile, et qui se prêtent encore à certains rites issus de ce prophète perse, méritent que l’on s’y attarde et que l’on se penche sur leur bien triste sort.

    Beaucoup d’ethnies hélas sur notre pauvre planète martyrisée, disparaissent sans que l’ombre d’un remord ne vienne effleurer des dirigeants sans conscience. Comme les Indiens d’Amazonie, par exemple.

    L’on a eu le massacre des Indiens d’Amérique centrale et du sud, au XVe siècle, est-ce que cela a empêché la reine d’Espagne de l’époque de dormir ? Ou Cortès, ou Colomb ? Non !

    Plusieurs grandes civilisations ont disparu, ainsi. On ne refera pas le monde !

    Bien cordialement.


    • Frédéric MALMARTEL Le Kergoat 17 août 2014 19:49

      Tout à fait d’accord avec Vous, ces populations méritent qu’on s’y attardent, d’autant plus que leurs religions dites « primitives » quand vous les regardez de prés, sont peut être beaucoup moins primitives qu’on veut bien le dire.

      L’Amérique du Sud que vous citez connaît, du côté de la Bolivie un fort regain spirituel (et politique) qui renoue avec les religions d’antan. A suivre.

      J’ai une certaine tendresse pour les religions païennes qui étaient, ou sont encore, lorsqu’elles existent, structurellement souvent bien plus tolérantes que les monothéisme. Mais là, on est complètement sur un autre débat.


Réagir