samedi 18 mars - par George L. ZETER

Ali Baborne et ses 49.3 voleurs

Il osera tout, salira tout, piétinera tout, Macron. Bon, d’accord nous sommes loin du « Sésame ouvre toi ! » qui ouvre la caverne aux trésors, on serait plutôt « peuple de France boucle-la ! » et close sont les portes de la démocratie.

Démocratie, du grec ancien - dêmos, « peuple », et kratos, « le pouvoir », dérivé du verbe kratein, « commander », désigne à l'origine un régime politique dans lequel tous les citoyens participent aux décisions publiques et à la vie politique de la cité. Mouais…Mais depuis que « la démocratie » a été récupérée par ce qui se fait de pire dans le genre humain, c'est-à-dire depuis… Tiens remontons aux romains, avec la division entre les plébéiens, la plèbe, la masse, nous quoi, les sans dents et les praticiens, de cette minorité de propriétaires de vastes domaines, connectée entre familles qui de leur vase clos domine la vie publique en utilisant comme bras séculier des sbires, des sicaires, des apparatchiks ou plus récemment des mectons de chez Rothschild, de la répu zen marche afin de faire le sale boulot. Comme vous le constatez, rien n’a vraiment bougé depuis deux milles ans… Leur force ? Ne jamais dévier, garder le cap surtout s’il est néfaste, et pour y arriver, il faut pousser les pions (Borne, Darmanin, Véran, Bergé, Le Maire etc). Pour cette engeance là ? La plèbe rime avec la glèbe (terre cultivée à laquelle les serfs étaient attachés et qu'ils devaient travailler.) Et si le croquant a dans l’idée de secouer le jouc ? 47.1 - 49.3 et lacrymos ! Vous me direz qu’il y a des représentants…Zélus, dont le votant n’a fait que désigner son maitre. Et ces maitres siègent, se bâfrent, s’empiffrent, en jouant dans la pièce du tournez manège ya rien à voir et pis vous n’y comprenez rien, alors dormez braves gens, nous on est là, et veillons, veillons... Enfin pas trop tard hein !

Un jour, le gueux devenu vieux à dans l’idée de prendre une pose juste avant l’aller simple pour le cimetière, il appelle ça La Retraite. Horreur et damnation ! Le bourgeois ou l’idiot utile se récrie en se disant : regardez-moi ces bons à rien toujours à tirer au flanc. Devraient prendre exemple sur MOUA, qui à 75 ans dirige toujours trois usines…Il oublie de dire qu’à la tête de ces usines il y a des cadres qui font bosser des chefs, des sous chefs, des sous-sous chefs et la plèbe. Toucher les dividendes n’a jamais causé de sciatiques ou de maladies professionnelles qui tuent avant 60 ans. D’ailleurs, la classe d’en bas par 1 sur 3 fait le grand saut avant cet âge, c’est tout bénef pour les caisses de retraite. Et, pis au moins ceux là n’iront pas bruler des palettes les jours de manif.

Tout ce laïus pour dire. La réforme des retraites a été activée par un petit mecton qui n’a jamais vraiment trimé, tout occupé qu’il était à lécher les Attali, Rothschild, tout occupé à trahir Hollande, puis, en bon sbire, à suivre la feuille de route des oligarques qui le pilote depuis ses débuts. Macron est de fabrication Made Young Leaders, qui depuis quelques années sévissent sur la planète terre.

C’était du cousu main, cette réforme, y’avait plus qu’à utiliser le 47.1, le 44.3, créer une commission paritaire en huis clos, puis envoyer l’Elisabeth sur l’estrade faire le sale boulot du 49.3. Il faut dire aussi que l’Macron vis-à-vis de Bruxelles, du FMI et de la BCE, n’avait plus le choix. Un vote négatif aurait eu des conséquences économiques terribles du côté des marchés et de nos créanciers, sans lesquels la France coulerait inexorablement. En coulisses, tous les coups tordus ont été tenté afin de passer par le vote, mais tout compte fait, il eut manqué quelques voix. Pourtant, selon Le Parisien, lors d’un appel, le ministre de l’Économie Le Maire aurait promis à une élue des Républicains d’être « attentif » à sa circonscription en échange d’un vote favorable sur la réforme des retraites. Vous avez bien lu, celui qui dirige le ministère des finances aurait promis d’investir de l’argent public pour la circonscription d’une députée acceptant de voter dans le bon sens.[i] Cela s’appelle de la prévarication ce qui est passible de prison.

Allez, un peu de positif : prenons l’exemple des Etats Unis, pays cher à notre président.

Un exemple : une personne née en 1955 percevra sa retraite à taux plein à l'âge de 66 ans et 2 mois. Si elle décide de partir en retraite à l'âge de 62 ans, elle ne bénéficiera que de 74 % de sa pension. Un départ à 70 ans donne droit à des majorations. Cependant, concernant les fonds de retraite par capitalisation, des pénalités peuvent être appliquées si le pensionné décide de les toucher avant ses 70 ans.[ii] Donc, de quoi vous plaignez-vous les français toujours prêts à râler ? L’monde n’est-il pas beau en ces cieux capitalistes ? De votre naissance à votre mort vous ne serez qu’une vache à traire, jusqu’au tarissement de la dernière goutte de lait, puis… A voté, à calanché !!! Bye-bye.

Georges ZETER/mars 2023



6 réactions


  • chantecler chantecler 18 mars 14:23

    salut !

    Plèbe... plébéiens ....

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Pl%C3%A8be

    Ce sont nos patriciens qui posent problème .


  • charlyposte charlyposte 18 mars 14:27

    Une remarque : elle a vieillie de 5 ans en moins de 6 mois !!! le changement climatique ou autre ?


  • alinea alinea 18 mars 15:26

    Je ne crois pas, je crois que les ceusses qui sont au pouvoir savent qu’ils peuvent se faire un pognon de dingue sur les éconocroques des gueux ; pensez donc toutes votre vie durant vous filez tant à une banque, qui, si elle fait faillite avant votre retraite vous laissera pendre la langue et qui se sera gavée de toutes façons pendant ce temps, sans garantie de gestion « en bon père de famille ! ». Le pognon les rend fous.

    Tout ça a commencé en 95, enfin, visiblement pour nous.

    Quant à la démocratie, on va dire que si nous étions intelligents et honnêtes, elle pourrait se vivre au niveau du village ; le bourg déjà..., il y a des tire-au-flanc qui n’aiment pas prendre en charge des corvées et sont contents qu’on le fasse pour eux ; sauf que les autres sont les mêmes qui ne veulent pas faire ça pour rien...

    Non non : l’anarchisme : l’ordre moins le pouvoir.

    Pas d’alternative, qui c’est déjà qui a dit ça ? Tina Rossa ?


Réagir