lundi 25 mai 2020 - par GHEDIA Aziz

Américains et Chinois sauront-ils éviter le piège de Thucydide ?

Depuis qu’ils commencent à sentir le sol de l’hégémonie sur le monde se dérober sous leurs pieds, les Américains sont devenus hantés par les guerres. Ils ne veulent pas se laisser distancer sur le plan économique, scientifique ou militaire par quiconque. Ils jouent le rôle de leadership du monde depuis si longtemps qu’ils tiennent à le rester définitivement. Jusqu’à la fin des temps. Sauf que d’autres pays ne l’entendent pas de cette oreille. On leur dispute actuellement ce rôle. Et c’est de bonne guerre.

 En fait, c’est la crise sanitaire provoquée par la Covid-19 qui vient révéler d’une manière on ne peut plus subtile comment les Chinois sont sur l’offensive pour mettre fin, le plus tôt possible et sans entrer directement en conflit militaire avec les armées de l’oncle Sam, à l’hégémonie américaine. Les Chinois ont non seulement pu faire face à cette épidémie de coronavirus en recourant d’abord à un confinement général de plus de deux mois de la population de la ville de Wuhan (11 millions d’habitants) puis en proposant leur aide logistique et médicale à des pays de l’Europe, entre autre l’Italie, qui, idéologiquement et politiquement appartiennent au bloc occidental. Il va de soi que les Américains et le président Trump en premier n’ont pas du tout apprécié le fait que les Chinois, tenus comme les seuls responsables de cette pandémie, en viennent à se comporter comme les sauveurs de l’humanité. En effet, l’intervention des Chinois et leur aide si précieuse pour un certain nombre de pays ne se sont pas limités aux seuls pays de l’Europe mais à l’ensemble des pays d’Afrique, par exemple, qui en avaient fait la demande. 

Souvenons-nous d’abord du fameux « Choc des civilisations » de Samuel Huntington qui a fait l’objet de nombreuses critiques, en particulier de l’intellectuel palestino-américain Edward Saïd qui n’y voyait ni plus ni moins qu’un « choc de l’ignorance ». A postériori, on pourrait dire que ce livre a, peut-être, été commandité par le pouvoir militaro-industriel étasunien qui devait trouver un substitut à l’ennemi communiste, incarné par l’URSS, qui venait d’être disloquée à la suite de la chute du mur de Berlin. La guerre froide étant finie, il fallait au gendarme du monde un autre ennemi, même imaginaire, de quoi alimenter les hauts fourneaux industriels de son industrie militaire et garder toujours en alerte les GI’s. 

Voilà ce que je disais, en 2013, dans un article intitulé « essai de déconstruction du mythe de « choc des civilisations » que j’avais publié sur le site français Agorvox : « La fin de la guerre froide ne pouvait donc qu’engendrer, de la part des penseurs et des intellectuels états-uniens une autre conception du monde qui puisse leur permettre de sauvegarder leur hégémonie économique, politique, militaire et culturelle sur le monde. Il fallait donc, coûte que coûte, créer un ennemi. Mais un ennemi qui fasse consensus au sein de l’opinion publique de l’Occident. Et qui, mieux que l’Islam, pourrait faire ce consensus ? ». 

S’en suivirent alors des guerres en Afghanistan d’abord sous le prétexte que les Talibans avaient soutenus El Qaida à commettre les attentas du 11 septembre 2001. Ensuite ce fut le tour de l’Irak, accusé de posséder des ADM (armes de destruction massive), de faire les frais de cette folie guerrière des Américains. En fait, toutes ces guerres étaient déjà programmées et n’avaient pour but que de provoquer « le chaos constructeur », tel qu’imaginé par les think tanks américains, qui conduirait au morcellement du GMO (Grand-Moyen-Orient.

Graham Allison, un autre intellectuel américain, est revenu sur la question si je puis dire en écrivant, en 2017, un livre sous le titre de « Vers la guerre. L’Amérique et la Chine dans le piège de Thucydide ? » qui renforce encore l’idée que les Américains sont ou plutôt devraient rester sur leur garde pour ne pas faire les frais de ce piège qui s’est répété, semble-t-il, plusieurs fois dans l’histoire.



22 réactions


  • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 25 mai 2020 19:00

    Une malencontreuse erreur lors du téléchargement du texte sur l’espace rédactionnel d’Agoravox a fait qu’une bonne partie de ce texte n’y figura pas. Désolé pour cette erreur.

    Voilà donc le texte dans sa totalité.

    Américains et Chinois, sauront-ils éviter le piège de Thucydide ?



    Depuis qu’ils commencent à sentir le sol de l’hégémonie sur le monde se dérober sous leurs pieds, les Américains sont devenus hantés par les guerres. Ils ne veulent pas se laisser distancer sur le plan économique, scientifique ou militaire par quiconque. Ils jouent le rôle de leadership du monde depuis si longtemps qu’ils tiennent à le rester définitivement. Jusqu’à la fin des temps. Sauf que d’autres pays ne l’entendent pas de cette oreille. On leur dispute actuellement ce rôle. Et c’est de bonne guerre. En fait, c’est la crise sanitaire provoquée par la Covid-19 qui vient révéler d’une manière on ne peut plus subtile comment les Chinois sont sur l’offensive pour mettre fin, le plus tôt possible et sans entrer directement en conflit militaire avec les armées de l’oncle Sam, à l’hégémonie américaine. Les Chinois ont non seulement pu faire face à cette épidémie de coronavirus en recourant d’abord à un confinement général de plus de deux mois de la population de la ville de Wuhan (11 millions d’habitants) puis en proposant leur aide logistique et médicale à des pays de l’Europe, entre autre l’Italie, qui, idéologiquement et politiquement appartiennent au bloc occidental. Il va de soi que les Américains et le président Trump en premier n’ont pas du tout apprécié le fait que les Chinois, tenus comme les seuls responsables de cette pandémie, en viennent à se comporter comme les sauveurs de l’humanité. En effet, l’intervention des Chinois et leur aide si précieuse pour un certain nombre de pays ne se sont pas limités aux seuls pays de l’Europe mais à l’ensemble des pays d’Afrique, par exemple, qui en avaient fait la demande.


    Souvenons-nous d’abord du fameux « Choc des civilisations » de Samuel Huntington qui a fait l’objet de nombreuses critiques, en particulier de l’intellectuel palestino-américain Edward Saïd qui n’y voyait ni plus ni moins qu’un « choc de l’ignorance ». A postériori, on pourrait dire que ce livre a, peut-être, été commandité par le pouvoir militaro-industriel étasunien qui devait trouver un substitut à l’ennemi communiste, incarné par l’URSS, qui venait d’être disloquée à la suite de la chute du mur de Berlin. La guerre froide étant finie, il fallait au gendarme du monde un autre ennemi, même imaginaire, de quoi alimenter les hauts fourneaux industriels de son industrie militaire et garder toujours en alerte les GI’s.


    Voilà ce que je disais, en 2013, dans un article intitulé « essai de déconstruction du mythe de « choc des civilisations » que j’avais publié sur le site français Agorvox : « La fin de la guerre froide ne pouvait donc qu’engendrer, de la part des penseurs et des intellectuels états-uniens une autre conception du monde qui puisse leur permettre de sauvegarder leur hégémonie économique, politique, militaire et culturelle sur le monde. Il fallait donc, coûte que coûte, créer un ennemi. Mais un ennemi qui fasse consensus au sein de l’opinion publique de l’Occident. Et qui, mieux que l’Islam, pourrait faire ce consensus ? ».
    S’en suivirent alors des guerres en Afghanistan d’abord sous le prétexte que les Talibans avaient soutenus El Qaïda à commettre les attentas du 11 septembre 2001. Ensuite ce fut le tour de l’Irak, accusé de posséder des ADM (armes de destruction massive), de faire les frais de cette folie guerrière des Américains. En fait, toutes ces guerres étaient déjà programmées et n’avaient pour but que de provoquer « le chaos constructeur », tel qu’imaginé par les think tanks américains et mis partiellement en œuvre par George W.Bush, qui conduirait au morcellement du GMO (Grand-Moyen-Orient. En procédant ainsi, c’est, en fait, une remise en cause des accords de Sykes-Picot signés en 1916 par les Français et les Anglais que les Américains voudraient obtenir. Ils voudraient redessiner la carte du Moyen –Orient à leur guise de telle sorte à obtenir de petites entités ethniques ou confessionnelles sans souveraineté politique aucune. De ce fait, leur domination n’en sera que plus aisée. Cela découle bien entendu du paradigme trop bien connu puisque vieux comme le monde de « diviser pour mieux régner ».


    L’irruption de cette Covid-19, qui a montré au monde entier la vulnérabilité des Etats-Unis dont le système de santé est plus que défaillant, remettra peut-être en cause tous les calculs géostratégiques élaborés depuis longtemps par les boites à idées américaines dans l’optique du « project of the new american century ».


    L’impact politique de cette pandémie n’est pas encore évalué à sa juste mesure mais il est indéniable qu’il va provoquer un déséquilibre des rapports de force en faveur de la Chine. Et cela, les Américains ne l’accepterons jamais, ils feront des mains et des pieds pour renverser la vapeur si je puis dire et reprendre leur leadership quitte à provoquer une 4e guerre mondiale. C’est dans ce sens-là qu’il faut comprendre donc la théorie de Thucydide déjà évoquée il y a quelques années par Graham Allison.


    En effet, Graham Allison, un autre intellectuel américain, est revenu sur la question si je puis dire en écrivant, en 2017, un livre sous le titre de « Vers la guerre. L’Amérique et la Chine dans le piège de Thucydide ? » qui renforce encore l’idée que les Américains sont ou plutôt devraient rester sur leur garde pour

    ne pas faire les frais de ce piège qui s’est répété, semble-t-il, plusieurs fois dans l’histoire.


    • foufouille foufouille 25 mai 2020 19:06

      @GHEDIA Aziz

      complètement débile, personne n’a vu tes millions de masques donnés gratuitement par les tinois.


    • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 25 mai 2020 19:08

      @foufouille je n’ai pas parlé de masques, mon ami. J’ai parlé de l’aide médicale chinoise en particulier pour les Italiens que personne ne peut nier.


    • Djam Djam 26 mai 2020 14:15

      @Cadoudal
       Réjouissez-vous et profitez de ce petit événement qui vous réjouit, ça ne va pas durer...


    • foufouille foufouille 26 mai 2020 16:11

      @Cadoudal

      le marchand de sommeil est le plus souvent blanc et français, certaines fois il est aussi élu ripoublicain et avocat en droit immobilier.

      il ne va jamais en prison même si il tue ses locataires.


    • foufouille foufouille 26 mai 2020 16:49

      @Cadoudal

      sissi, très courant en campagne ce loueur de taudis et toujours blanc vule peu de gens de couleur sauf sa femme payé 10 000€ en afrique.


    • foufouille foufouille 26 mai 2020 17:16

      @Cadoudal

      j’ai vécu longtemps en campagne donc je connais bien.

      10 000 en une fois car acheté à madagascar et elle avait 20 ans de moins que lui.

      regarde leboncoin, tu verras des souplex, cave, en location hors de prix.


    • ᗪᗩᖇTH Ƭᖇ〇〇ᖘᕮᖇ Cyrus de cylonie 26 mai 2020 18:26

      @Cadoudal

      en fait il avais commander le model mamie tipiak , il s’ est un peut fait arnaquer sur ce coût la :)


    • ᗪᗩᖇTH Ƭᖇ〇〇ᖘᕮᖇ Cyrus de cylonie 26 mai 2020 18:43

      @Cadoudal

      son nom de guerre c’ était « l’ haine hai » (/lena HIC)...
      LAM en as eu marre de marché sur les chaton ...

      Mais tu va voir pour deux chameaux mongol et une couche de peinture omar est foutu d’ acheter sans soulever la bâche :)


    • foufouille foufouille 26 mai 2020 18:47

      @Cadoudal

      il était trop con et rapia donc elle a divorcée, obtenu une pension pour son gamin, il a pris sa retraite et s’est fait virer du gaec car trop d’arnaque.

      il lui reste 800 balles et une petite ferme pourrie.

      c’est vrai qu’il s’est vanté de sa jeune grosse moche.


    • ᗪᗩᖇTH Ƭᖇ〇〇ᖘᕮᖇ Cyrus de cylonie 26 mai 2020 18:50

      @foufouille

      Yep , quand la mayonnaise coule du dessous , c’ est que le joint de CUL-ash est defectueux :) ...800 et une petite ferme c’ est encore un bon partit , va faloir en parler a marine.

      Tu est sur qu’ il aime marché sur les chaton ? 


    • ᗪᗩᖇTH Ƭᖇ〇〇ᖘᕮᖇ Cyrus de cylonie 26 mai 2020 19:10

      @Cadoudal

      Mais non , ma vegane ca se fait plus , c’ est une serie formule 1 franc comptoise 
      Elle vient de se taper 1000 mettre carré de pelouse avec une tondeuse antique qui avait un peut pôussé a 1 metre de haut :)

      Du coup je vais lui faire un bon petit plat pour la requinquer :)


  • Aaltar Aaltar 26 mai 2020 08:44

    Je considère (peut être à tort)

    Que la logique séculaire du piège de Thucydide est rendue totalement caduque du fait de la présence de l’arme atomique. Elle ne redeviendrait (ré)opérante que dès lors qu’un des acteurs ait développé un bouclier efficace.

    Il est de principe généraux que souvent le « challenger » sorte vainqueur de l’affrontement résultat de la logique de Thucydide mais si la Chine a aujourd’hui les moyens de tenir tête aux USA sur une logique défensive ; pour vaincre il faut être capable d’aller vaincre et ils sont bien loin d’avoir ce qu’il faut pour terminer vainqueur dans ce domaine.

    La logique d’affrontement vaut d’un rapport de force de 10 pour 1 en défaveur de celui qui attaque. La Russie est capable de contenir une éventuelle agression US mais pas de projeter efficacement une telle agression. Il en va de même pour la Chine où si les échanges se font à une relative courte portée de ses frontières (pour ne pas dire à la mer de Chine) peut soutenir une bonne défense, elle ne sera pas en mesure d’aller forcer en s’éloignant de ses points de force dont elle ne dispose réellement que près de ses frontières.

    Il faut aussi prendre en compte la ligne d’approvisionnement, car comme le Japon dans les années 30, la Chine dépend de ressources qu’elle n’a pas et sécuriser une ligne d’approvisionnement aussi longue sera bien trop difficile pendant encore une bonne vingtaine d’année ; le temps de constituer des groupes aéro-navales forts. (7 sont envisagés, ils en sont très loin)

    Quoi qu’il en soit, l’arme nucléaire prévaut. Thucydide n’a pas dans ses paramètre cet élément et la Chine n’est pas Athènes devant Sparte.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 26 mai 2020 10:36

      @Aaltar
      Réflexions intéressantes. J’estime que la seule puissance des armes conventionnelles empêche un conflit de haute intensité. Dans les premières minutes d’un tel conflit, les protagonistes perdraient des décennies d’investissement. Les instruments de puissance tels que porte avions et bases logistiques sont paradoxalement très vulnérables face à un adversaire qui n’aurait pas les moyens de ces instruments. A ce titre, la victoire coûte la puissance. C’est l’esprit de la stratégie iranienne des missiles.

      Je pense que la Chine est la cible principale de la « grande réforme Covid-19 ». La stratégie américaine serait d’allonger au maximum la vingtaine d’années que vous évoquez.
      En réformant le système de libre échange et le système monétaire de façon à pénaliser les Chinois, en déstabilisant (doux euphémisme) tous les pays ou la Chine a des intérêts, en exacerbant les conflits à ses frontières (Inde-Pakistan, Corées), en augmentant les capacités militaires de Taïwan, en multipliant les opérations de propagande type « Tibet » et autres minorité, qu’on inventera si nécessaire, etc...


    • Aaltar Aaltar 26 mai 2020 12:27

      @Opposition contrôlée
      Hélas, les prochaines années ne vont faire qu’aiguiser les appétits impérialiste du milieu.

      Non pas parceque comme on peut le connaitre en occident, un despote éclairé lorgne sur le territoire du voisin par égocentrisme mais bel et bien par nécessité stratégique de subsistance.
      Les USA vont s’adonner à une implosion isolationniste et vont chercher à réduire autant que possible leurs besoins venant de Chine. En Europe, un peu de vie va enfin germer au sein de l’espace communautaire et nous allons chercher à redéployer un tissus industriel. Au final, des deux cotés de l’Atlantique il va se produire la même chose : une diminution des rapports commerciaux avec la Chine.
      C’est là que les choses vont se crisper car la Chine dépend de ses exportations et même si elle parvient un temps à stimuler ses nouveaux manques par de la consommation interne, ils savent très bien les limites sociales de cet exercice. Leur population si elle s’élève socialement trop va se désolidariser du pouvoir centralisé et leur plus grande crainte est cette déstabilisation sociale.
      Alors la Chine va devoir élargir sa sphère d’influence, contrainte et forcée de reproduire le parcours du Japon du début du siècle : l’ère Taïsho (où elle est actuellement) et le début de l’ère Showa (avec la phase expansionnisme agressif).
      D’ici 20 ans, la guerre froide aura fait son chemin, les appétits autant que les couteaux seront aiguisés et les râteliers brilleront de nouvelles armes prêtes à servir.
      L’Amérique de son coté se prépare a ses échéances, la militarisation de l’espace est la carte qu’ils souhaitent jouer pour prendre de l’avance et trainer la Chine dans des programmes couteux (les mêmes qui ont ruinés l’URSS).
      La saturation missile est une stratégie court-termiste, très vite les stocks s’épuisent, c’est le genre de logique qui font gagner des batailles mais pas des guerres.


    • Djam Djam 26 mai 2020 14:31

      @Aaltar
       Bon raisonnement Aaltar mais binaire et par conséquent non valable. C’est la Chine qui emportera in fine la « guerre » avec les EU. Pour une raison à la fois simple, dans son énoncée, mais complexe dans son fonctionnement... il s’agit de la structure de pensée chinoise qui n’a rien à voir avec celle des occidentaux.

      La Chine à de la mémoire, l’occident à une mémoire sélective et une histoire souvent réécrite (Hollywood ne fait que ça). La Chine est 100 % meilleure en esprit de commerce et de négociation que les occidentaux et plus particulièrement les américains qui ont toujours avancé comme des gros bourrins (voyez leurs soldats patauds, surchargés d’équipements). Il ne suffit pas d’avoir 1000 chars d’assauts pour gagner une guerre, il faut avant tout de l’intelligence.

      Or, la pensée chinoise relève du jeu de Go, celui des occidentaux est resté à la stratégie des échecs (rapport de force frontal). Dans un monde archi complexe comme celui qu’ils ont tous contribué à établir, c’est bien l’esprit chinois qui est le meilleur.

      Un pays qui été humilié (guerre de l’Opium), partitionné (arrachement de Taïwan qui leur appartenait depuis toujours) et qui accepté d’être pendant des décennies considéré comme une réserve d’esclaves à bas coût est beaucoup plus efficace au moment de sa propre remontée.

      Le problème majeur des américains c’est qu’ils sont persuadés d’être la pointe de la puissance, de l’intelligence et le nec plus ultra du modèle de société... évidemment, il y a longtemps que ce mythe est tombé... sauf pour l’américain moyen des grandes villes, le bobo ricain équivalant à celui de nos grandes villes.

      Ceci dit, je n’ai pas plus de sympathie pour l’un ou l’autre. Les géants finissent dans l’obésité et en meurent. Je ne le verrai certainement pas, mais c’est ainsi que ces deux là finiront. Quant à l’Europe, elle est morte depuis longtemps. Nous ne sommes que des zombies dépendants du souffle américain et... chinois !


    • Aaltar Aaltar 26 mai 2020 17:19

      @Djam
      Mon sujet n’est en rien binaire, et quand bien même beaucoup de raisonnement binaires ne sont pas faux pour autant. cf l’IA. Mais passons...

      On voit vite poindre l’anti américanisme primaire, le discours sur les obèses dont on se demande bien ce qu’il vient foutre ici.

      Si tu penses que l’Amérique n’est pas ultra-dominante en matière de défense, grand bien te fasse mais dès lors ou même les chinois le considère je vais éviter d’accorder trop de considération à ton optique caricaturale.

      La stratégie US n’est pas d’être seul, elle ceinture et va continuer de le faire, le périmètre chinois. Leur doctrine est d’ailleurs lancée depuis bien longtemps puisque l’Inde a toujours été censé joué le rôle du premier bouclier. De l’autre coté, le Japon, au Sud l’Australie etc... L’Amérique resserra les mailles au fil du temps et disposera d’options bien plus conséquentes que sera la position chinoise qui perdra en intensité à mesure qu’elle s’éloignera.

      Ton laissus sur les 1000 chars et l’efficacité de la masse... regarde l’URSS en 42 ; fin de l’argumentaire hasardeux.

      Alors je suis d’accord sur la stratégie chinoise et sa passion pour le jeu de go. La Chine tend a avoir toujours un coup d’avance, mais quand en matière de défense tu as la nécessité de combler encore 30 ans de retards, ta stratégie est uniquement basée sur le « plus tard » et d’ici là les choses continuent de changer.

      De mémoire (peut être que je me trompe), je ne connais pas d’Empire ayant gagner une large guerre de conquête sans avoir la matière première en abondance sous la main. La guerre moderne ça coute beaucoup de technologie et si on se projette c’est beaucoup de carburant et la Chine a quedal et ne parviendra à sécuriser quedal. Elle peut contenir la marine US à portée de ses frontières mais pas à 3000 km et elle ne pourra pas le faire avant bien longtemps.
      Regarde les problématiques du Japon dans les années 30 et 40, la Chine aura inexorablement les mêmes en cas de conflit de haute intensité dont on aurait la chance de ne pas voir glisser en nucléaire d’entrée de jeu.
      Je le dis et le répète, sans aucune partisanerie (puisque je conchie l’impérialisme américain), le piège de Thucydide se heurte à la nouvelle réalité imposée par les armes nucléaires.


  • zygzornifle zygzornifle 26 mai 2020 13:03

    Ils ne veulent pas se laisser distancer sur le plan économique, scientifique ou militaire par quiconque

    Sur, ils se sentent menacés par les Inuits , les papous , Gibraltar , l’Ile De Pâques etc ….


  • dimitrius 26 mai 2020 16:32

    Faut avoir de l’estomac pour dire que les Chinois ont mieux maitrisé la pandémie que le reste du monde , vu que les journalistes occidentaux ont été embastillé pour ne pas rapporter la vérité. Chez eux pas de vagues ou une balle dans la tête , et il y a encore ici des gens pour soutenir ce régime de merde et où les libertés n’ont jamais existé. Mais on comprend que l’auteur qui vit dans un pays paradisiaque où tout est permis se permette de cracher sur les USA. Tais toi vilain apôtre du FLN et apparatchik du pouvoir et concentre toi plus sur ton boulot car les hôpitaux de ton pays sont dignes d’une porcherie Bretonne.


  • Sylv1 26 mai 2020 17:00

    « En fait, c’est la crise sanitaire provoquée par la Covid-19 »

    Faux, il faut dire « la crise provoquée par un confinement généralisé et synchronisé entre tous les pays » (à qq exceptions près, Suède, Pays Bas, par ex.).

    Sinon, le reste de l’article est une vision très « manichéenne » de la géopolitique. De la première assertion découle le reste. Il suffit par exemple de voir que le labo de Wuhan est financé par la France, la Chine et les US notamment. Et qu’on ne vienne pas dire que c’est la faute à pas de chance si le virus en est sorti.

    Considérer également l’empressement des politiques (de tout pays) à sortir tout l’arsenal permettant la surveillance des individus. Croit-on encore qu’il y a des contre-pouvoirs et une indépendance des pays dans le monde ?


  • Jonas 27 mai 2020 15:15

    A l’auteur , 

    N’oubliez pas la Chine ,qui se cache derrière les occupations des Îlots de Spratleys et Paracels en menaçant ,le Vietnam-Malaisie-Philippines etc , sans parler , de vouloir intervenir a HongKong et à Taïwan. contre les opinions des populations.

    Vous semblez oublier , cher analyste , que la crise actuelle est due a la Chine avec ses marchés d’animaux vivants et d’animaux sauvages. En voulant distribuer des masques et autres , elle cherche à travers de la propagande a s’acheter une virginité. 

    Certes la Chine a fait d’immenses avancées , mais  grâce à l’apport des pays occidentaux à leurs nombreux investissements, aux délocalisations , aux partages de leurs savoirs , dans le domaine technologique. Des universités américaines et européennes ont ouvert leurs portes a des centaines de milliers d’étudiants etc. Ce n’est pas l’inverse qui s’est produit. 

    Quels que soient ces progrès et ils sont nombreux la Chine est encore loin d’atteindre la puissance des Etats-Unis elle a encore trop besoin des pays occidentaux pour maintenir sa croissance a deux chiffres. .

    Vous écrivez « Ils jouent le rôle de leadership depuis si longtemps 1945 ) , qu’ils tiennent a le rester jusqu’à la fin des temps. Sauf que des pays ne l’entendent pas de cette oreille. » Quels sont ces pays , ? A part la Chine ?  

    Il arrive que des pays , sans être des puissances importantes, mais du fait qu’ils détiennent un certain produit , indispensable pour faire tourner la machine économique , ne se gênent pas  pour faire quadrupler leur prix sans tenir compte , de la situation des pays pauvres ni de faire du chantage à d’autres pour les attirer a leur vue. 

    Quant a Edouard Saïd , il s’est réfugié aux Etats-Unis , ce sont les Etats -Unis ,qui lui ont permis de s’épanouir grâce aux libertés qui existent dans ce pays, malgré ses imperfections.

    Une puissance ce n’est pas seulement , la force ,militaire, économique , technique , cultuelle ,etc mais c’est aussi celle d’une force d’attraction , comme celle qui a attiré Edourd Saïd. Il n’a pas été étudié . en Syrie Egypte ou en Irak. Mais Aux Etats-Unis. 

    Hier mardi , 25 mai sur la chaîne de TV 5, Mustapha Kessous a montré le témoigna d’une jeunesse algérienne en lutte«  Les combattants du Hirak ». Les jeunes et moins jeunes revendiquaient entre autre -La liberté et la démocratie-@Ghedia Aziz , ils ne pensaient pas a la Chine pour cela . Certains parmi les jeunes interviewés , souhaitaient quitter l’Algérie , mais pas pour aller vivre chez Xi Jinping. . 

    Le politologue américain , Graham Allison« est le père de cette citation  » piège de Thucydide , que l’on cite a bout de champs et qui veut dire que si un système international est brusquement déstabilisé , par la venue d’une grande puissance , cela se termine par une guerre. Les dirigeants chinois sont pragmatiques et on ne peut pas douter , de leur intelligence pour mesurer le chemin qu’ils ont encore a parcourir ..  

     

     


  • Jonas 28 mai 2020 10:26

    A l’auteur , 

    Vous analysez et décortiquer la politique des autres pays non musulmans , en revanche , votre cerveau , subi un certain blocage , lorsqu’il s’agit de pays musulmans. 

    « Il faut que tout change , pour que rien ne change » cette formule de Guiseppe Tomasi di Lampédusa, va comme un gant aux pays musulmans ou arabo-musulmans. 

    Je vous ai interpellé , pour avoir « votre analyse » sur le documentaire du journaliste Mustapha Kessous passé sur la 5 , le mardi 26 mai courant : « Algérie , avec les combattants du Hirak » . Pas de réponse bin sûr de votre part mais votre gouvernement , a répondu , lui rapidement. 

    Mécontent , du documentaire où des jeunes algériens s’exprimaient librement et sans tabous, rappelle son ambassadeur pour dit-il ,« sous prétexte de liberté d’expression , ce sont des attaques contre le » peuple Algérien et ses institutions". Les hommes changent , le système reste. 

    @Ghedia Aziz , demain , essayez , de parler des Martiens et de leurs habitudes , vestimentaires et culinaires cela ne mange pas de pain.


Réagir