samedi 29 juin - par Luniterre

Amérique, Rêve assassin ! (« Dis, Papa, c’est loin l’Amérique ? »)

 

« Dis, Papa, c'est loin l'Amérique ? »

Tel pourrait être, dans un style humour noir, le titre de cet article...

Tania, 21ans, a vu comment Oscar, son mari, 26 ans, et Valeria, sa fille de 23 mois, ont été emportés dimanche par les eaux du Rio Grande, après un périple familial de 3200 kilomètres pour atteindre ses rives. Elle n'a revu leurs corps que lundi matin.

Les pompiers et les sauveteurs mexicains les ont trouvés près de la rive, deux corps flottants sur le ventre, enlacés dans une étreinte protectrice qui a ému le monde entier, selon l'AFP. On peut le comprendre... La même dépêche précise le point de vue de Carlos Alberto, le frère aîné d'Oscar qui vit aux États-Unis, et espérait les accueillir et les aider à leur arrivée. Il regrette qu'ils n'aient pas écouté ses conseils de suivre la voie légale et demander l'asile.

"Ne prends pas le risque de traverser la rivière avec une petite fille, c'est très dangereux, ce fleuve est meurtrier" se souvient-il lui avoir dit.

« Ce fleuve meurtrier » ??? Le fleuve est-il véritablement l'assassin, ou bien plutôt le système impérialiste « mondialisé » qui pousse ses victimes à quémander leur survie auprès du bourreau US ?

Bien plus qu'un titre dans le style humour noir, c'est bien là la réalité paradoxale qui révèle le cynisme de l'empire US.

Un empire au sommet d'une gigantesque pyramide économique et financière qui domine les flux de capitaux et de richesses sous toutes formes en y faisant régner sa propre loi, celle du dollar.

Un empire qui voudrait imposer un monde sans frontières, sauf les siennes !!!

Qu'en est-il vraiment ?

 

 

 

La « mondialisation » abolit-elle les frontières ?

Selon ses tenants et ses partisans, c'est à dire la plupart des gouvernements, dont celui de la France, et la plupart des médias, la « mondialisation » serait un progrès et un bienfait pour l'humanité... Elle rapprocherait les humains, abolirait les frontières et ouvrirait donc une ère de paix nouvelle...

Et tout ce bonheur nous viendrait essentiellement d'un commerce libre et sans entraves entre les nations...

Qu'en est-il en réalité ?

Il n'y a guère plus d'une semaine, Mercredi 19 Juin 2019, l'ONU annonce une nouvelle statistique record du nombre des réfugiés dans le monde : plus de 70 Millions, en ne comptant que ceux qui font des demandes officielles d'asile...

Très officiellement, donc, déjà 70 Millions d'êtres humains qui quittent leurs pays par force et ne goûtent pas vraiment les félicités de la « mondialisation »....

Comment évaluer réellement le nombre d'êtres humains qui quittent leur pays poussés par la misère, la guerre, la dictature ?

Deux, trois fois plus ? ...ou plus encore ?

La « mondialisation » n'a donc pas, et c'est le moins que l'on puisse dire, éradiqué tous les fléaux qu'elle est sensée guérir...

Mais est-elle au moins en voie de progression dans ce sens ? Son « moteur économique », sensé être le libre échange commercial, est-il en train de s'établir, est-il en train de « gagner du terrain » ?

Le premier pas de la nouvelle mondialisation avait pourtant « bien commencé » en apparence, avec la célèbre poignée de main Nixon-Mao et l'ouverture de l'économie chinoise sur le reste du monde, dès 1972.

Aujourd’hui, presque un demi-siècle plus tard, c'est la guerre économique qui prévaut entre les USA et la Chine, devenue la seconde puissance mondiale.

En vérité, force est de constater que le « libre commerce » ne peut se faire que tant qu'il est avantageux pour les USA, et se fait, directement ou non, dans son intérêt, et en fin de compte, exclusivement selon les règles édictées et imposées par ce maître...

Tout ce qui ne rentre pas dans ce cadre USA-centré est, en pratique et très concrètement, banni, interdit selon ce droit US imposé au reste du monde, et empêché par tous moyens, sanctions, blocus et finalement, intervention militaire sous le premier prétexte « trouvé », c'est-à-dire, en fait, inventé et créé de toutes pièces, dans la plupart des cas, et sinon, mis en œuvre par d'habiles provocations et manipulations de tiers, groupes « dissidents », « djihadistes », etc...

Toujours pas de commerce libre et sans entraves, donc, dans ce monde "mondialisé", et surtout pas sur une base d'équité entre nations, dans les échanges.

Et manifestement, avec la guerre économique actuelle, le principe du libre échange n'est pas non plus en train de gagner du terrain, bien au contraire...

Plus de guerres ? Sauf celles déclenchées ou attisées par les USA et leurs « alliés », et elles sont de plus en plus nombreuses et féroces.

L'une, comme en Syrie, n'est pas encore terminée, que deux ou trois se profilent déjà, en Iran, au Venezuela, et toujours en suspens, en Corée...

En Europe, une série de conflits dans les Balkans à peine terminée qu'une nouvelle guerre s'est enkystée en Ukraine et que la tension dans les pays baltes remonte sur des bases qui rappellent, à quelques kilomètres carrés près, celles des prémisses de la seconde guerre mondiale.

 

 

Malgré ce constat d'évidence, selon l'ONU aussi, c'est bien connu, tous les humains sont frères et il suffirait donc de bien accueillir les réfugiés pour que tout aille au mieux dans le meilleur des mondes « mondialisés »...

Et l'ONU de louer comme une preuve de son « humanité » la chancelière Merkel : « Je n’ai pas l’habitude d’attribuer bons et mauvais points, mais je pense que dans ce cas, il faut féliciter l’Allemagne pour ce qu’elle a fait. La chancelière a été courageuse » déclare Filippo Grandi, le Haut-Commissaire de l'ONU, en présentant son rapport...

Qu'en est-il réellement ? La chancelière s'est-elle prononcée en faveur du retour des Palestiniens sur leurs terres ancestrales ? En faveur de l'ouverture de la frontière Mexique-USA aux réfugiés et migrants d'Amérique Latine ? En faveur de la paix au Yémen ?

Non, mais elle a « courageusement » ouvert ses frontières à quelques milliers de réfugiés...

Pourquoi la France, pays des « droits de l'homme », n'en fait pas autant ?

La raison est simple : du temps où l'industrie française était encore en plein essor, pas besoin de « réfugiés », le capital français importait directement de ses « ex-colonies » devenues néo-colonies, la main d’œuvre dont elle avait besoin, et à bon marché, tant qu'à faire... Aujourd’hui la France est essentiellement « désindustrialisée », mais ce n'est pas encore le cas de l'Allemagne, et une main d’œuvre localement acclimatée depuis trop longtemps, à son goût, sera désormais avantageusement, pour son industrie, « complétée », de manière on ne peut plus « compétitive », par cette manne humaine apportée par la misère du monde.

De plus, « gérer » la nouvelle conflictualité locale que cela génère, inévitablement, loin d'être un « problème », au delà de la rhétorique officielle, c'est bel et bien un moyen de manipulation en plus, pour le système capitaliste, un « excellent » moyen de gouvernance.

En France, le dosage est déjà suffisamment explosif, mais il n'est pas à exclure que la « pression » remonte encore en cas de nécessité, surtout du genre rébellion sociale...

Les discours « humanistes » d'acceptation ou les discours « nationalistes » de rejet ne se font qu'en fonction des intérêts locaux du capital, et ils trouvent leurs adeptes et leurs relais parmi tous les « idiots utiles » à son service, volontairement ou non, tantôt « à gauche » ou « à droite », selon le dosage et la pression souhaitée.

La problématique d' « acceptation » ou de « rejet » est une fausse problématique qui sert utilement le système capitaliste, en masquant la seule véritable issue, qui est d'en finir avec lui, en commençant par refonder le droit des nations et des peuples à des relations équitables, à disposer d'eux-mêmes, et y compris et surtout, à choisir de rompre avec le système capitaliste, ce qui est la seule façon de mettre fin aux causes profondes de toutes ces guerres, de toutes ces inégalités extrêmes, qui poussent les peuples sur la voie de l'exil.

Luniterre

 

SOURCE :

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/06/28/lamerique-un-reve-qui-tue/

 

 

 

 



6 réactions


  • zygzornifle zygzornifle 29 juin 10:17

    On accuse trop facilement les pays refusant l’accueil au lieu d’accuser les pays d’où viennent tous ces gens , les dirigeants des pays pauvres vivent dans l’opulence et il y a des milliardaires chez eux , c’est tellement facile de compter sur les autres et de se débarrasser ainsi de tous les pauvres .....

    Macron serait le premier a regarder d’un bon œil le départ de tous les SDF , les pauvres , les chômeurs et autres RSA ....


  • moderatus moderatus 29 juin 15:13

    En vérité, force est de constater que le « libre commerce » ne peut se faire que tant qu’il est avantageux pour les USA, et se fait, directement ou non, dans son intérêt, et en fin de compte, exclusivement selon les règles édictées et imposées par ce maître...

    ==========================================================

    Si nous sommes d’accord sur de nombreux points, force est de constater que sur ce point nous sommes en complète contradiction.

    Cibler l’Amérique comme vous le faites est une erreur.

    Aujourd’hui contrairement à la France et à,la majorité des membres de l’U.E , les grands pays sont protectionnistes, et font du commerce bilatéral.

    la Chine

    la Russie,

    l’Inde .

    l’Amérique

    comme Trump, leurs dirigeants défendent leur pays d’abord et c’est normal. C’est Macron et les technocrates de l’U.E qui sont dans l’erreur.

    l’avenir et dans les compromis et les accords bilatéraux. le mondialisme et le multilatéralisme sont des impasses.


    • Luniterre 29 juin 15:46

      @moderatus

      « l’avenir et dans les compromis et les accords bilatéraux. »

      C’est exactement le sens de ma conclusion, du moins pour ce qui concerne la perspective à relativement court terme :

      « ...en commençant par refonder le droit des nations et des peuples à des relations équitables, à disposer d’eux-mêmes... »

      Je n’ai pas davantage développé ce point, car il est irréalisable sous la domination actuelle de l’impérialisme US, qu’il faut d’abord nécessairement réduire.

      La Chine a largement profité de la mondialisation, invitée qu’elle y était par les USA eux-même, via Kissinger et Nixon.

      Sans la mondialisation, son ascension économique eut été impossible, alors qu’elle a été, jusqu’à un certain point, voulue par les USA.

      Ce point est aujourd’hui dépassé, ce qui change la donne !!!

      Pour l’instant, la Russie, encerclée par l’OTAN, est également coincée, économiquement, entre l’Europe, qui joue stupidement le jeu US, et la Chine, dont elle se trouve donc essentiellement dépendante, en termes de débouchés, notamment.

      Le protectionnisme US vis à vis de la Chine, paradoxalement, lui redonne une marge de négociation avec cette dernière... Tant mieux !

      Mais se sont là d’autres sujets...

      (couramment traités sur TML : https://tribunemlreypa.wordpress.com/ )

      Luniterre


    • Luniterre 30 juin 15:57

      ERRATUM

      Évidemment, il faut lire :

      « ...ce sont là d’autres sujets... »

      Mais toujours sur TML...

      https://tribunemlreypa.wordpress.com/

      Luniterre


  • Le421 Le421 30 juin 14:10

    Le monde se divise en deux parties.

    Celui où règne l’esclavage et celui où règne la gabegie...


Réagir