mardi 1er octobre - par CLOJAC

Au carnaval des imposteurs le bouffon est roi

Dans une société démocratique, au moins en apparence, la prise de pouvoir est un jeu d'enfant pour qui contrôle les faiseurs d'opinion : médias stipendiés, sondeurs truqueurs, chantres de la culture engagée. L'infection macronienne est un exemple parfait de cette osmose qu'on pourrait qualifier de cas d'école. Mais pour en arriver là, il fallut un long cheminement parsemé d'échecs. Une mise au point laborieuse avant que l'empapaoutage figure au rang des beaux arts.

Qui se souvient encore comment furent fabriqués ces hommes providentiels ? Jean Jacques Servan Schreiber, Michel Jobert, Jacques Delors, Berneur Tapie et Berné Kouchner, Edouard Balladur, DSK... Tous noyés dans les égouts de l'Histoire.

 

Cabotins manipulateurs

Le cirque commence après 1968 avec la faillite de l'ORTF. Au nom de la liberté, les politiciens se tirent une balle dans le pied en acceptant sans sourciller que se constitue une caste journalistique adoptant des postures de gauche, recrutant ses adeptes par cooptation et éliminant par une mise en quarantaine impitoyable ceux qui ne souscrivent pas à son idéologie.

Au départ, le quatrième pouvoir s'interdit les attaques frontales contre les élus qui constituent une majorité de droite jusqu'en 1981 et soutient mollement Mitterrand auquel il préfère Rocard. Mais la connivence est partout. Elle commence par des repas partagés dans des restaurants prestigieux. Continue dans des auberges de luxe. Et se termine dans des draps de satin où les catins des médias récoltent des ragots d'oreillers. Féministes par principe, elles tirent les ficelles des marionnettes par sens pratique.

Une stature sociale bien ciselée par des éditos complaisants et des reportages de connivence servent à se faire élire et, une fois élu, à éviter les émeutes de rues. Des trotzkistes repentis deviennent conseils en communication de personnalités de droite et pas des moindres.

Déjà de mauvais esprits suggèrent qu'il n'y a pas une grande différence entre un libéral social et un social libéral... Quant aux politicards réticents, ils sont terrorisés à l'idée d'être ciblés par des tirs de barrage et de voir révélées leurs turpitudes. Et c'est ainsi que, petit à petit, à son insu de son plein gré, la France s'imbibe comme un buvard de réflexes et de slogans délivrés par une gauche fort adroite.

Une gauche protéiforme et invertébrée, moraliste, mondialiste, capitaliste et immigrationniste, sous le contrôle d'une censure insidieuse qui n'interdit pas grand chose (les délits d'opinion viendront plus tard) mais ignore les livres, les films, les discours, les propositions et les réalisations qui ne vont pas dans le « bon sens » : celui d'un multiculturalisme généreux d'autant plus hypocrite qu'il sert en priorité les intérêts des banksters qui prospèrent sur la misère des uns et la consommation forcenée des autres.

 

Tout ça c'est la faufe à Gramsci !

La conquête du pouvoir par l'hégémonie culturelle théorisée par Antonio Gramsci est une arme à double détente. Pour s'emparer du pouvoir en douceur, il faut commencer par phagocyter l'idéologie dominante en la remplaçant progressivement par d'autres critères, de nouvelles références : changer les mots ou en modifier le sens, interdire ce qui était autorisé et permettre ce qui était proscrit, valoriser ce qui était répugnant et rendre désirable ce dont personne ne voulait. La déstabilisation totale par pertes de repères. Plus on est paumé, mieux on est conditionné pour suivre un sauveur.

En même temps, il faut convaincre les gouvernants de se référer à ces nouveux critères et à les mettre en application parce que l'évolution de la société veut qu'il en soit ainsi. Un intimidant messianisme laïque.

Même dans un régime autoritaire c'est possible en prenant quelques risques calculés. Il suffit de trouver des dirigeants mal dans leurs baskets, de gens influents amenés à douter de leurs choix du fait de multiples échecs, et une caste dominante soumise à une pression internationale qui lamine leur confiance en eux.

La fin de l'apartheid en Afrique du Sud, la discrimination raciale devenue crime fédéral aux USA, le retrait de Pinochet et la mort de l'URSS relèvent de cette logique qui a échoué pour la Chine et la Corée du Nord parce que les deux premières conditions n'étaient pas remplies.

Mais n'y a-t-il jamais de rebelles ? Oui mais non... Un facteur psychologique dont l'importance a été bien comprise par Gramsci joue ici un rôle majeur : même si vous n'y croyez pas au début, à force de faire semblant de souscrire à des concepts qui suscitent votre réticence mais que vous rabâchez pour être dans la norme, vous finissez par vous autocontaminer. Outre les avantages sociaux et professionnels que cela peut rapporter, peu de gens acceptent de gaité de cœur de reconnaître qu'ils ont été manipulés, se sont trompés ou pire ont fait preuve d'une grande lâcheté. Changer de paradigme vous oblige, quelque part, à admettre que vous avez été un mouton de Panurge ou un arriviste sans scrupule, et ça c'est dur à avouer.

 

Le divertissement sclérosé par la propagande

Les prétendues « avances sur recettes » faites au cinéma ne sont remboursées qu'à hauteur de 5%. Source Cour des Comptes. Cela montre que les films subventionnés de la sorte ne trouvent pas leur public.

Ce n'est pas surprenant puisque les fonds ne sont alloués ni en fonction du talent du réalisateur, mais des idées à la mode qu'il défend... Ni de l'intérêt de l'intrigue, mais de la moraline subliminale qu'elle diffuse. Sans parler des copinages et renvois d'ascenseurs au sein d'une camarilla de prétendus progressistes masquant sous ce maquillage l'étendue de leur fortune et de leurs privilèges.

À la péche aux deniers publics, le scénario idéal, quels que soient le thème et le style, doit mettre en scène des personnages stéréotypés respectant ces trois présupposés :

1. Le mâle blanc européen hétérosexuel est un gros beauf. Un imbécile ou un salaud. Les deux à la fois s'il affiche un patriotisme ringard ou s'il exerce une fonction d'autorité fut-elle modeste.

2. L'immigré de service est forcément victime de la vindicte de ces individus qui n'ont pas compris qu'il était une chance pour la France. Une variante : il suffit d'être basané pour faire partie du lot même si on est Français depuis plusieurs générations !

3. L'héroïne de l'histoire, courageuse et intelligente, s'oppose aux gros beaufs stupides et incultes qui la méprisent, la harcèlent ou la persécutent. Pas d'autre alternative. Variante récente imposée sous la pression des féministes : fini les filles canon, vive les grosses et moches. Et après ça, on s'étonne que ces films ne fassent pas recette...

« Un Érythréen unijambiste arrive à Marseille avec des faux papiers et couche avec une bourgeoise obèse, écolo et végétarienne, c'est le pitch type du film français. Ça ne peut donner qu'un chef d'œuvre ! »

On peut observer une évolution semblable chez les humoristes de cabaret et de music hall. Fini l'impertinence d'un Thierry Le Luron, d'un Pierre Desproges ou d'un Coluche. Aujourd'hui, ils seraient mis en quarantaine et condamnés par les tribunaux. La tendance, inaugurée naguère par Guy Bedos, est de confondre spectacle et meeting politique où l'on ne prend même plus la peine de suggérer la bonne pensée. On l'assène sans subtilité et sans nuances. Quiconque ne rit pas sur commande est un odieux facho.

Quelques artistes, plus ou moins reconnus par les médias, flirtent quand même avec le politiquement incorrect. Comme Jeremy Ferrari, Walter, David Azencot ou Gaspard Proust, liste non exhaustive. Avec tout de même mesure et circonspection pour ne pas tomber sous le coup des délits d'opinion. Certains vont jusqu'à demander à un avocat spécialisé de relire leurs sketches. C'est révélateur d'un état d'esprit. Quand on se sent libre, on ne prend pas de telles précautions.

 

La culture arme de dissuasion massive

La bien-pensance a inventé un nouveau concept : le rire de résistance. On a le droit de ridiculiser, d'éreinter, de piétiner les déviants qui ne sont pas dans les normes : les europerplexes, les écologistes dubitatifs, les climatosceptiques et les islamophobes, autant d'abominations à fustiger. Mais interdit d'égratigner leurs antonymes, ces vaches sacrées qui broutent dans les allées du pouvoir. Pour l'ayatollah de l'humour Jean-Michel Ribes, ces ricanements vulgaires seraient du rire collabo (sic).

Du côté des livres, la dérive est comparable. Des ouvrages médiocres bénéficient d'un matraquage médiatique indécent. Si ça ne suffit pas, les bibliothèques publiques et les mairies amies en achètent à la tonne. Peu importe le contenu et le style. L'important est que l'auteur soit politiquement correct et assène les injonctions de la propagande. Condition sine qua non pour qu'on lui serve la soupe à la louche... Tandis que nombre d'écrivains iconoclastes, qui ont pourtant un lectorat fidèle, doivent adopter des stratégies de contournement pour être édités et surtout diffusés.

Ainsi Maurice G. Dantec encensé par l'intelligentzia parisienne tant qu'il passait pour un écrivain rocker anarchiste, surjouant ses délires dans une science fiction surréaliste... Puis conspué et mis en quarantaine par ses anciens amis, et exilé au Canada, du jour où il prend parti dans le choc des civilisations.

Ainsi Marc-Édouard Nabe, auteur aux tirages enviables, tricard chez ses anciens éditeurs, rejeté par les autres en raison de ses provocations tous azimuts, obligé de racheter ses contrats et de s'auto-publier comme un débutant inconnu.

Un sort moins tragique que celui de Jean-Edern Hallier, auteur de best sellers, passé du gauchisme au nationalisme par pure bravade, détenteur de secrets d'État et interdit de publication de 1984 à 1996 (la menace de redressement fiscal retient les éditeurs mieux que tous les procès) et finalement tombé de vélo, le crâne fracassé, sans témoins, le jour où son appartement fut visité et son coffre forcé. Pures coïncidences.

À l'inverse, qui se souvient du ministricule Stasi ? Plus grand monde mais on n'a pas oublié le slogan servant de titre à son bouquin : « L'immigration est une chance pour la France ». Un livre d'une médiocrité affligeante au plan de l'analyse économique et des projections sociétales, matraqué jour et nuit par tous les médias connivents pendant un an.

 

Une anecdote significative :

Un exemple entre cent : À la fin du siècle dernier, je dînais chez des proches dont la fille était doctorante en sciences économiques. Plus de 2 ans de recherches pour une thèse presque finalisée qu'elle m'avait demandé de lire d'un œil critique. Entre le fromage et la glace, elle déplora que la France n'ait aucun prix Nobel en économie. Sur la forme, elle n'avait pas tort. Le père Alfred n'avait pas prévu d'honorer cette discipline. Le prix de la banque de Suède en sciences économiques en tient lieu. Ce qui provoque quelques remous. Mais passons sur ces querelles de puristes.

Lorsque je lui parlai de Maurice Allais (1988) elle tomba des nues. Expurgé des manuels universitaires, jamais invité à la télé, boycotté par les profs, il n'existait pas !

Consultant auprès d'institutions internationales, faisant des conférences dans des universités des USA, de l'Inde et du Japon, son pays l'avait renié. En raison d'un série de crimes impardonnables : il avait plaidé contre la mondialisation pour un protectionnisme éclairé, traité les banquiers européistes de faux monnayeurs, et tenté de calculer par l'économétrie les avantages et surtout les inconvénients qu'une immigration massive causait à la France.

En dehors des experts, combien de Français ont entendu parler de lui ? Personne ne lui a ciré les pompes comme à Jean Jouzel ! Pourtant Allais avait mis en garde les politiques contre un danger plus grave que le prétendu réchauffement : celui de la désintégration des marchés, prélude à l'effondrement de l'économie réelle, bien avant les crises systémiques de 1998 (faillite de la Russie avec des répercussions à Wall Street) 2008 (subprimes et écroulement de grandes banques) et 2010 (zone euro et maintien artificiel d'une monnaie de singe) En outre, il avait réussi l'exploit de compter parmi ceux qui l'appréciaient « L'Huma » et « Marianne », et plus récemment des personnalités aussi différentes que Bruno Maigret et Étienne Chouard.

Mais bon, comme disaient les guignols de l'info avant qu'on leur coupe la tête : « Si tu passes pas au JT, t'existes pas ! »

 

La justice instrumentalisée par le camp du bien

Le cinéma, la scène et la littérature peuvent vivre en parallèle comme l'info grâce au web qui s'annonce comme le cinquième pouvoir au XXIème siècle, s'il parvient à esquiver les manœuvres d'assujettissement engagées par tous les états.

Avec la justice c'est une autre paire de manches. Les faits et le droit comptent encore, mais la personnalité du justiciable, ses idées et ses croyance peuvent faire la différence. Et c'est la Cour de Cassation qui le dit : « Le fait pour un juge de traduire dans les motifs de son jugement un parti pris en faveur d'un plaideur constitue une violation flagrante de l'impartialité qui s'impose à toutes les juridictions.  » Plusieurs arrêts récents vont dans ce sens. On doit se réjouir de ce rappel des grands principes, quel que soit le litige, tout en soulignant le fait qu'une procédure longue et onéreuse est parfois indispensable pour les faire reconnaître.

Comme si ça ne suffisait pas, des cours européistes prennent un malin plaisir à dénaturer les lois votées par les parlements nationaux et à casser les arrêts des juridictions supérieures sous des prétextes le plus souvent idéologiques. Une pratique qui fut (l'a-t-on oublié ?) le ressort initial des brexiters.

 

Rappel des grands principes par la Cour de Cassation :

https://www.dalloz-actualite.fr/flash/motivation-des-jugements-et-impartialite-du-juge#.XXyumW5FzIU

 

Les limites vite atteintes de l'humour politiquement incorrect :



55 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 1er octobre 11:45

    Le capital ne récompense pas l’honnêteté et l’indépendance, il rémunère l’obéissance et la servilité.


  • JL JL 1er octobre 11:52

    ’’Le cirque commence après 1968 avec la faillite de l’ORTF.’’

     ???

    La faillite de l’ORTF ? En 68 ? Qui vous a raconté ça ?


    • CLOJAC CLOJAC 1er octobre 12:52

      @JL
      L’état ne peut pas faire faillite au sens commercial du terme, je parlais donc métaphoriquement. Après l’été 68, on a commencé à virer un grand nombre de personnes de talent, cultivées, et emblématiques (leur grand défaut, il fallait faire des exemples !) qui animaient des émissions assez intéressantes, parfois même culturelles, sous le prétexte que ces gens avaient fait grève... Certains étaient de gauche, d’autres pas mais ils ne supportaient plus la tutelle et la censure.

      On les a remplacés par des petits nouveaux, pistonnés, incultes et sans talent, souvent plus à gauche que ceux qu’on avait virés, mais qui le cachaient bien, avec l’approbation des syndicats... Donc moins de grèves, n’oublions pas qu’en ce temps là le Français moyen était déjà addict à sa téloche.

      Forcément le niveau a baissé mais le coup fatal a été porté l’année suivante par Chaban Delmas, un type du passé, qui ne comprenait rien aux enjeux de la télé, en dehors des discours politiques et sous prétexte d’ouvrir des fenêtres de liberté a traité les professionnels avec un paternalisme désuet tout en laissant des gauchistes phagocyter les programmes et les plateaux. Lentement, insidieusement.
      Si vous trouvez que je ne suis pas assez clair, je vous invite à lire Gramsci, il vous exposera mieux que moi comment fonctionne l’hégémonie culturelle.


    • JL JL 1er octobre 13:11

      @CLOJAC
       
       j’ai vécu cette (r)évolution de l’intérieur de la Grande maison.
       
       https://www.liberation.fr/evenement/1995/01/06/1975-l-ortf-eclate-et-les-chaines-publiques-deviennent-concurrentes_121041


  • Buzzcocks 1er octobre 11:54

    Le « nobel » d’économie a été attribué à 80% à des américains, puis quelques anglais et enfin 3 français (à égalité avec les norvégiens) sur le podium. Donc la fille de votre ami, peut déplorer qu’il n’y a aucun français, mais visiblement la banque de Suède ne lit que les publications anglo-saxonnes acquises au consensus de Washington (FMI, Banque mondiale et tous les pompiers pyromanes de ce style).

    Aucun allemand, aucun chinois décorés, une seule femme.

    On peut déjà dire que votre amie, aussi brillante qu’elle soit, n’aura jamais le « nobel » d’économie


    • CLOJAC CLOJAC 1er octobre 12:56

      @Buzzcocks
      Je ne pense pas qu’elle coure après. À 40 ans, elle dirige une filiale d’une multinationale. Oui, je sais, j’ai de mauvaises fréquentations. 


  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 1er octobre 12:18
    « les fonds ne sont alloués ni en fonction du talent du réalisateur, mais des idées à la mode qu’il défend... Ni de l’intérêt de l’intrigue, mais de la moraline subliminale qu’elle diffuse. Sans parler des copinages et renvois d’ascenseurs au sein d’une camarilla de prétendus progressistes masquant sous ce maquillage l’étendue de leur fortune et de leurs privilèges. »   Agoravox n’échappe pas à la règle malgré sa volonté affichée : « Ainsi, sur AgoraVox, la parole n’est ni au « peuple », ni aux « élites ». La parole est à ceux qui ont des faits originaux et inédits à relater ou qui veulent mettre en perspective des informations existantes. »

  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 1er octobre 12:25
    « La bien-pensance a inventé un nouveau concept : le rire de résistance. On a le droit de ridiculiser, d’éreinter, de piétiner les déviants qui ne sont pas dans les normes : les europerplexes, les écologistes dubitatifs, les climatosceptiques et les islamophobes, autant d’abominations à fustiger. »   Vous avez oublié de citer parmi les rebelles les créationnistes et les antiévolutionnistes, les négationnistes, les sexistes, les homophobes, les chercheurs non universitaires, etc…   Il me souvient que vous ne vous êtes pas privé de moquerie envers ce genre de rebelles.

    • JL JL 1er octobre 12:34

      @Daniel PIGNARD
       
       bravo pour vos amalgames !
       

       smiley


    • CLOJAC CLOJAC 1er octobre 13:05

      @Daniel PIGNARD
      Je ne me moque pas des créationnistes, des négationnistes, des sexistes, des homophobes et des savants Cosinus. Le plus souvent je les ignore tant leurs propos péremptoires, définitifs, sont hors du champ d’un dialogue raisonné.


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 1er octobre 14:32

      @CLOJAC

      Maurice Allais, disparu en 2010 à l’âge de 99 ans, avait beaucoup étudié les expériences de Michelson. Il estimait que le silence fait sur les expériences de Michelson et de Dayton Miller favorables au géocentrisme et à l’existence de l’éther était un scandale. Il pensait que la Terre était immobile dans l’espace et en rotation diurne sur elle-même. (Comme moi en fait)

    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 1er octobre 14:55

      @CLOJAC

      Dans Lettre aux français : “Contre les tabous indiscutés” le Testament de Maurice Allais :

       « Question clé : quelle est la liberté véritable des grands médias ?

      Je parle de leur liberté par rapport au monde de la finance tout autant qu’aux sphères de la politique.

       


      Deuxième question : qui détient de la sorte le pouvoir de décider qu’un expert est ou non autorisé à exprimer un libre commentaire dans la presse ?

       


      Dernière question : pourquoi les causes de la crise telles qu’elles sont présentées aux Français par ces personnalités invitées sont-elles souvent le signe d’une profonde incompréhension de la réalité économique ? S’agit-il seulement de leur part d’ignorance ? C’est possible pour un certain nombre d’entre eux, mais pas pour tous. Ceux qui détiennent ce pouvoir de décision nous laissent le choix entre écouter des ignorants ou des trompeurs. »


    • CLOJAC CLOJAC 1er octobre 20:16

      @Daniel PIGNARD
      Je n’ai pas l’intention de vous laisser polluer cet article par un trollage en règle, comme celui que vous avez mené sur les atolls. Donc je réponds une fois et basta. 
      Maurice Allais qui était aussi polytechnicien remettait en question une partie de la relativité, considérant que l’espace est anisotrope (rien à voir avec le pastis)
      Pour faire simple les forces gravitationnelles varient selon l’angle d’observation. Miguel Alcubierre est parti de là pour développer sa métrique. Selon lui, on pourrait créer une distorsion de l’espace temps permettant à un astronef de contourner la constante c.
      Pour cela il faudrait une énergie négative hypothétique que Maurice Allais envisageait sous le nom d’ éther. 
      P.S : J’ai vu que des mormons ignares avaient récupéré ce qui les arrangeait dans cette théorie en l’assaisonnant à leur manière. 


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 2 octobre 08:47

      @CLOJAC

      « La bien-pensance a inventé un nouveau concept : le rire de résistance. On a le droit de ridiculiser, d’éreinter, de piétiner les déviants qui ne sont pas dans les normes »

       

      Par exemple d’appeler trollage en règle quelques dérangeants commentaires qui ne vont pas dans le sens qu’on veut.


  • exol 1er octobre 13:04

    Belle satyre de la société Françouaise , d’un frustré ne trouvant pas sa place dans celle ci et vivant sous les cocotiers et le sable blanc ou la population locale se prélasse mollement des prébendes de l’état . Un véritable enfer que l’auteur stressé et surmené en chemise Tahitienne et bermuda +Tong , affublé de sa planche à voile , nous raconte les travers de celui ci . Tain la loose !!!


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er octobre 13:17

      @exol

      Salut Bébert. La plupart des plages tahitiennes sont noires . Sinon le pareo porté bas est sympa pour s’aerer les cou...es .


    • CLOJAC CLOJAC 1er octobre 13:30

      @exol
      Vous êtes un bel exemple de projection freudienne, i.e le fait de rapporter sur autrui vos propres névroses. C’est une gestion banale des frustrations qui permet aux laissés-pour-compte de soulager un vécu qui les tourmente.
      Pour le reste, je vous épargnerai mon CV, on pourrait me croire immodeste.


    • exol 1er octobre 13:33

      @Aita Pea Pea
      Salut ma couille et pour les mecs plus étanches comme moi tu proposes Quoi ???


    • exol 1er octobre 13:42

      @CLOJAC
      Mais mec je m’en branle de ton CV , j’ai 67 balais et j’ai de quoi vivre tranquillou , tu crois que je perd mon temps à jalouser qui que ce soit ??? Mon avenir est derrière moi , et en plus je suis affublé du crabe , tu crois que les conneries que tu racontes ont de l’importance pour moi . J’ai pas de névrose ni d’addiction .


    • CLOJAC CLOJAC 1er octobre 13:42

      @Aita Pea Pea
      Ia Orana. À Mahina c’est volcanique, mais à Huahine, tu as plein de belles plages de corail sur la côte W. On en trouve aussi sur les atolls aux débouchés des hoas,

      Le pareo c’est encore mieux quand c’est une belle plante qui le porte.
      Dans les îles lointaines où subsiste un peu de l’innocence d’antan, elles l’enlèvent pour se baigner. Le curé ou le pasteur du coin a depuis longtemps renoncé à éduquer ces sauvageonnes.


    • CLOJAC CLOJAC 1er octobre 13:44

      @exol
      Tu es trop vieux pour une psychothérapie. Dommage pour toi.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er octobre 13:47

      @CLOJAC

      Rhaaa les belles sur les motus a l’écart du tourisme ...je connais. Ia orana .


    • exol 1er octobre 13:56

      @CLOJAC
      Pas besoin de psychothérapie , surtout sur Avox , il y a des cas bien plus grave que le mien . Tu vois mec t’es parti au fin fond du monde ou tout est apaisé et tu reproduis dans ce cadre idyllique les mêmes erreurs que dans la société merdique dans laquelle on vit . Tu devrais prendre de la hauteur et relativiser , alors tu vois je crois que des deux c’est toi qui a besoin de te faire soigner . Même au paradis t’as un balai dans l’cu .


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er octobre 14:01

      Clojeac ...l’autre jour tu parlais d’un soulèvement des Tuamotu du a un peut être nouveau point chaud. J’ai cherché...pas trouvé. S’il y a un lien...


    • arthes arthes 1er octobre 18:20

      @exol




      Mais parfois, je te trouve un peu trop matérialiste/nihiliste dans tes propos mon chou

      Bon, pas sur ce tipoc hein, d’autant que j’ai lu le billet en diagonale (et encore, même pas) ...Rien que le titre est ennuyeux, à avox, rien de nouveau (et d’ailleurs nulle part).

      Sinon, j’aime bien le look de Macron sur la tof de l’article....Il a un petit air de Freddy Mercury sympa : https://youtu.be/f4Mc-NYPHaQ



    • CLOJAC CLOJAC 1er octobre 20:37

      @arthes
      Ce n’est pas le micron, c’est un sosie.
      Je ne me serais jamais permis de manquer de respect à notre bien aimé conducator, héros de l’Eurocrature et éminence de la finance mondiale.


    • CLOJAC CLOJAC 1er octobre 20:56

      @Aita Pea Pea
      Je ne retrouve pas de lien, peut-être n’est-ce qu’une déduction de ma part.

      À Rangiroa, l’antenne du LDG (laboratoire de détection et de géophysique) de Tiputa gère 4 sismographes. À l’origine destinés à surveiller Mururoa et Fangatofa, Ils enregistrent des ondes qui ne proviennent pas de cette zone.

      De son côté Virginie Duvat a observé, malgré la montée du niveau de l’océan, une surélévation de l’atoll ailleurs que près du rivage où il est peu probable qu’il s’agisse de sédiments marins. Conclusion : ça pousse à nouveau dessous mais trop tôt à l’échelle géologique pour dire s’il s’agit d’un épiphénomène ou d’une tendance durable.

      Autres indices : le réveil de Mehetia à mi chemin entre Tahiti et les Tuamotu et les petits tsunamis observés depuis quelques décennies aux Tuams. 


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er octobre 21:18

      @CLOJAC

      Pour ce qui est de l’est des iles du vent et des sous le vent sur que ça bouge dans l’axe. Le point chaud est toujours vivant. Comme a l’est des australes...fascinant.


    • exol 1er octobre 23:32

      @CLOJAC
      Encore heureux que t’oses pas . Rien que l’énoncé pompeux de tes qualificatifs sont d’un ennui et d’une escroquerie intellectuelle peu commune.


    • CLOJAC CLOJAC 1er octobre 23:59

      @exol
      Je pense que tu as quelques difficultés à maîtriser des concepts un peu élaborés, utilisant un vocabulaire précis, et que tu en éprouves un complexe d’infériorité.
      Prouve-moi le contraire en produisant quelques articles au lieu de glavioter sur ceux des autres.


    • exol 2 octobre 09:04

      @CLOJAC
      çà serait pas plutôt un complexe de supériorité qui te fait prendre la mouche sur les piques que je t’envoie. Tes réactions puériles pour savoir qui a la plus grosse sont d’un ridicule peu commun. Parce que d’écrire 4 lignes sur un site comme celui ci t’ouvrirais peut être les portes du panthéon ??? Vu le melon que t’as chopé , je pense pas que les autochtones de la région où tu vis , apprécient ta superbe. Et contrairement à toi je n’éprouve pas le besoin d’étaler mes états d’âme pour avoir l’impression d’exister , je laisse çà aux petits intellos égotiques qui se prennent pour le centre du monde . Soit déjà content que quelqu’un vienne faire la critique de tes misérables écrits , car si tu devais en avoir une de la communauté intellectuelle de ce pays , ton existence journalistique serait restée inconnue et côtoierait plutôt les poubelles que le haut du pavé.


    • CLOJAC CLOJAC 2 octobre 09:40

      @exol
      Ton agressivité gratuite contre quelqu’un que tu ne connais pas est un phénomène classique de compensation des refoulements liés à de multiples frustrations et à un manque probable de reconnaissance sociale.
      C’est un comportement habituel chez les losers qui souffrent d’une surestimation du moi, et en veulent au monde entier de les ignorer. 
      Essaie de te contrôler sinon tu risques de basculer dans la schizophrénie paranoïaque.


    • Le421 Le421 2 octobre 10:54

      @CLOJAC
      Et dire qu’une bonne branlette de temps en temps résoudrait le problème...  smiley


    • Le421 Le421 2 octobre 10:54

      @Le421
      Je parle de Bébert, œuf corse !!


    • exol 2 octobre 13:24

      @Le421
      Avec un cancer de la prostate , çà va pas être possible tu vois !!!!


  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 1er octobre 19:55


    Comme j’ai vu que tu évoquais le terme bouffon, ..et l’impertinence d’un Thierry Le Luron, d’un Pierre Desproges ou d’un Coluche, alors une info concernant un bouffon du paf, en la personne du sieur Ruquier Laurent serait y sur le point de quitter france 2 :sources


    .Alors je me permets de la faire comme nos trois cités plus haut tous fervents adeptes du politiquement incorrect .. au sieur Ruquier, ..comme cadeau d’adieu, quelques boîtes de : ceci !!!


    Pour en revenir à l’objet de ton article ,l’élection de Jupiter , normal rien de bien étonnant dans ce pays peuplé de « mougeons » qui vivent sous la coupe de la « caste  » !


    Ensuite sur notre auguste personnage des images qui aussi lui siéent bien :Ici.


    @+ P@py


    • CLOJAC CLOJAC 1er octobre 21:05

      @Gilbert Spagnolo dit P@py
      « Le Média » mériterait d’être plus connu, on peut espérer qu’il ouvre les yeux de nos chers compatriotes. Mais ce qu’il dénonce n’est pas nouveau, hélas.
      Dommage que le web n’ait pas existé en 1973 quand Pompidou qui venait lui aussi de chez Rotschild a dépouillé de ses prérogatives la Banque de France au profit des banques privées, obligeant notre pays à emprunter au taux le plus fort du moment.


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 1er octobre 21:33

      @CLOJAC


      OK, maintenant le web existe, .. mais hélas nos premiers de la classe continuent de nous « prendre pour des billes » !


      .. Ben normal car dans leurs ciboulots est enregistré la morale de ce proverbe arabe : Les chiens aboient , mais la caravane passe !

      .. alors nos jérémiades, voir nos colères, ils n’ont rien à secouer,... et comme disait feu Chirac « cela m’en touche une ,sans faire bouger l’autre  » !


      @+ P@py











    • Le421 Le421 2 octobre 11:00

      @Gilbert Spagnolo dit P@py
      Il est plus que probable qu’un Laurent Ruquier, limite impertinent se fera virer bien avant une Léa Salamé.
      Une question de langue bien pendue ?
      Tout dépends de ce qu’on fait avec...  smiley


  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 1er octobre 21:17

    Dans le domaine des bouffons qui sévissent constamment dans le monde médiaique. A la radio et sur le web, cette info circule, où un sauveur de la France en la personne de Joey Starr a déclaré, « qu’il en avait rien à foutre de la mort de Chirac » :sources.


    Nous avons quand même à la DGSI quelques bons éléments qui devraient « s’occuper » de ce guignol , le foutre à poils, et le balancer dans un buisson d’orties non !


    @+ P@py



    • CLOJAC CLOJAC 2 octobre 00:33

      @Gilbert Spagnolo dit P@py
      Je compatis au chagrin de sa famille et de ses amis, et je ne suis pas du genre à cracher sur les tombes mais lorsque l’émotion sera dissipée, il n’est pas sûr que les 44 années pendant lesquelles il a occupé pratiquement tous les postes de pouvoir, seront considérées comme bénéfiques pour le pays.
      Entre le décret loi de 1975 favorisant le regroupement familial des immigrés, la loi de 86 renforçant le droit du sol, puis les abandons de souveraineté au profit de l’Eurocrature... Sans oublier la complaisance assumée à l’égard des voyous de banlieue et la connivence affichée envers le dictateur Bongo qui saura se montrer reconnaissant... Il n’y a pas de quoi pavoiser !
      Et je ne parle pas des saloperies qu’il a faites ou couvertes en Polynésie, j’y ai déjà consacré un article.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 octobre 00:42

      @CLOJAC

      Flosse Peretini no Polinetia ...épicétout ! Lol


    • CLOJAC CLOJAC 2 octobre 01:16

      @Aita Pea Pea
      Te pereniti no Fenua Frani doit venir fin 2019, ça tombe bien c’est la saison des cyclones. smiley


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 octobre 01:46

      @CLOJAC

      Manquerait plus qu’une dépression se creuse , en effet, au sud ouest ...lol . Va gouter au fare MTR le pereteni . Zoouuuuuu ....zouiiuuuuu fait le vent ...et c’est flippant. ( connu trois fois ) .


    • CLOJAC CLOJAC 2 octobre 02:16

      @Aita Pea Pea
      Déjà qu’avec Brigitte ils étaient morts de trouille quand les gilets jaunes s’approchaient de l’Élysée, ça promet !


    • CLOJAC CLOJAC 2 octobre 19:48

      @troletbuse
      Il finira président du Conseil Constitutionnel.
      Ce ne sera pas le premier délinquant à occuper ce poste...


Réagir