samedi 21 mars 2015 - par Dwaabala

Avant le vote du projet de loi humanitaire

Je ne vais pas écrire un article, simplement vous livrer le discours d'Alexis Tsipras devant l'Assemblée avant le vote du projet de loi humanitaire. Il est intéressant de le comparer au titre des Échos d'hier : "Réformes en Grèce : Merkel et Hollande recadrent Alexis Tsipras".

Au nom de quel accord européen, de quel traité, de quel sur-pouvoir, de quel principe osent certains parler d’acte unilatéral, argument qu’osent aussi répéter machinalement certains individus au sein même de ce Parlement ? S’ils le font juste pour nous faire peur, notre réponse est simple : Nous n’avons pas peur et nous ne laissons pas intimider

Alexis Tsipras {JPEG} Mesdames et Messieurs les députés

Aujourd’hui c’est un grand jour, parce que c’est la première fois depuis plus de quatre ans que le Parlement grec discute et vote un projet de loi qui n’a pas été « traduit » mais écrit « ici ».

Il est peut-être paradoxal de le souligner, mais ce projet de loi n’est pas la traduction d’un « e mail ». Il a été écrit en grec, et il va être voté par une grande majorité.

Tout aussi important est le fait que le Parlement va voter pour un projet de loi qui répond aux besoins sociaux d’un grand nombre de personnes et non pas au cercle restreint des privilégiés attitrés.

Le Parlement va voter un projet de loi favorable à ceux qui ont le plus besoin de soutien. C’est le premier projet de loi depuis cinq ans qui non seulement n’affaiblit pas les citoyens et ne porte pas atteinte aux droits sociaux et au droit du travail, mais qui vise à soutenir et protéger les couches sociales les plus vulnérables.

Le gouvernement commence à mettre en œuvre ses engagements électoraux même si certains ont encore du mal à l’accepter. Nous nous sommes engagés à être le gouvernement qui réalisera son programme. Nous nous sommes engagés à nous saigner nous-même, s’il le faut, à la place du peuple.

Aujourd’hui, donc, c’est un nouveau départ. Et nous allons continuer dans cette voie en déposant les jours suivants un projet de loi qui permettra aux ménages d’étaler en cent fois le paiement de leurs arriérés, qui permettra à nos concitoyens de reprendre haleine tout en augmentant les ressources des fonds publics. Des projets de loi concernant la reconstruction de la fonction publique, la relance de notre économie, la justice, la réouverture d’ ERT (radiotélévision publique) seront déposés par la suite.

Et tous ces projets seront décidés et écrits ici, parce que nous n’avons pas l’intention de suivre les méthodes de nos prédécesseurs en confiant à des technocrates l’élaboration de nos propres projets.

En deux mots, nous ne revenons pas sur nos engagements et surtout sur les mesures que nous considérons nécessaires pour l’amélioration de l’état de notre société et de notre économie.

Bien sûr, nous sommes ouverts à toute proposition, au dialogue, à la confrontation des idées opposées qu’elles viennent de l’intérieur ou de l’extérieur de notre pays.

Mais le mandat populaire que nous avons reçu a été explicite et nous avons l’obligation de le mettre en œuvre.

Mesdames et Messieurs les députés,

Que nous a t il demandé, le peuple grec, le 25 janvier ? Une chose : Mettre fin aux mémorandums et à l’austérité et restituer sa dignité. Et pour ce faire, il nous a naturellement demandé de mener enfin une vraie négociation avec nos partenaires européens.

Ce mandat, que nous avons reçu, nous l’honorons. Nous savions dès le début que le respect de ce mandat nous engageait sur un terrain miné d’avance. Nous prévoyions très bien les difficultés qui allaient se dresser devant nous, les pressions qui allaient s’exercer, et même cette tentative d’asphyxie financière actuellement entreprise contre nous, pour nous détourner de nos engagements envers le peuple grec et nous contraindre à la mise en œuvre d’une politique qui serait tout simplement la continuation des politiques du gouvernement sortant.

Nous connaissions tout cela avant de commencer. En revanche, c’est seulement maintenant que nos partenaires commencent à nous connaître. Et si quelques-uns nourrissaient l’idée que nous serions dans la continuité, avec une certaine « flexibilité » – pour utiliser un de leurs termes préférés – des gouvernements précédents, ils doivent être certainement déçus.

Nous avons entamé cette négociation sans user d’une diplomatie secrète ou personnelle. Nous n’avons rien caché au peuple grec. La transparence a été absolue à tout moment. Nous n’avons pas demandé et nous ne demandons pas un traitement spécial. La seule chose que nous avons demandé et nous continuons de demander, c’est l’égalité de traitement. Et à la grande surprise de certaines personnes en Grèce, nous ne nous sommes pas retrouvés isolés et privés d’alliés. [...]

A la suite de l’accord du 20 février, le gouvernement a soumis à l’Eurogroupe son propre projet de réformes et chacun peut enfin les comparer à celles auxquelles le gouvernement Samaras consentait par e mail.

Nos démarches ont fait comprendre à tout le monde que le [nouveau] gouvernement grec n’est pas disposé à continuer dans la voie de ses prédécesseurs, qu’il n’est pas disposé à accepter des ordres venus de technocrates et à transformer en lois les courriels de groupes techniques.
Il est cependant manifeste que cet accord n’a pas été satisfaisant pour un certain nombre de personnes qui se trouvent tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays [...] et qui ont essayé immédiatement de le saborder. Certains en attaquant des membres du gouvernement, d’autres en continuant les litanies – bien ennuyeuses à la longue – des chantages et des menaces. Il s’est même trouvé quelques technocrates qui n’ont pas encore compris, par incapacité ou par mauvaise foi, que les choses ont changé et qui tentent de nous intimider avec des ultimatums. Nous, nous leur répondons avec des actes.

Les paroles abondantes sont dépourvues d’intérêt. Nous leur répondons aujourd’hui, demain, après demain en haussant un mur de souveraineté et de dignité par nos actes au sein du Parlement. Nous leur répondons aujourd’hui en faisant voter par le Parlement le projet de loi pour parer à la crise humanitaire, nous leur répondons en appliquant fidèlement l’accord du 20 février. Nous leur répondons avec autant de sérénité que de détermination.

Cependant, je suis certain que le comportement de certains de nos partenaires – et je dis bien de certains et pas de tous – et aussi de certaines équipes de technocrates, ne fait que renforcer nos arguments. Leur comportement ne réussit qu’à discréditer l’Europe. Que dire de l’impudence de ceux qui osent écrire et confirmer par e-mail que parer à la crise humanitaire grecque constitue un acte unilatéral non conforme aux institutions européennes ? Que dire de ceux qui, ancrés dans leurs habitudes d’hier, osent nous demander de geler nos projets de loi en laissant geler des milliers de ménages grecs sans courant électrique ?

Et là, surgit une autre question – que je n’adresse pas naturellement au Parlement grec, mais aux institutions européennes. Je l’adresse aux gouvernants politiques de l’Europe mais aussi à tout citoyen européen : Est ce bien cette Europe là à laquelle nous avons aspiré ? Est ce bien cette Europe que nous sommes en train de construire ? Une Europe qui après avoir créé par ses décisions une crise humanitaire pour tout un peuple, qui après avoir admis cette réalité, ose déclarer que parer à cette crise humanitaire constitue un acte unilatéral ? Mais de quoi cette Europe est-elle faite et quelles vocations exprime-t-elle ?

Mesdames et messieurs les députés,

Ce projet de loi vise, après une période de catastrophe économique et sociale de cinq ans, à fixer des mesures pour assurer des besoins vitaux comme le logement, l’alimentation, ou l’énergie, selon les stipulations de la Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne.

Au nom de quel accord européen, de quel traité, de quel sur-pouvoir, de quel principe osent certains parler d’acte unilatéral, argument qu’osent aussi répéter machinalement certains individus au sein même de ce Parlement ?

S’ils le font juste pour nous faire peur, notre réponse est simple : Nous n’avons pas peur et nous ne laissons pas intimider.

Depuis cinquante jours, nous recevons toujours les mêmes menaces. Des menaces vides, dépourvues de contenu. Elles ne font que discréditer leurs auteurs.

Si, toutefois, ils le font parce qu’ils croient que l’Europe peut fonctionner de la sorte, à l’encontre des principes démocratiques, des principes de souveraineté, des principes de solidarité, dans ce cas là il s’agit d’un autre problème qui nous interpelle aussi. Nous défendrons non seulement les intérêts grecs, mais aussi le caractère et la perspective de l’Europe même. Nous allons débattre de ce problème tant au sommet européen qu’ au niveau des autres institutions : la Commission et le Parlement européen.

Parce que l’Union Européenne n’est pas la propriété des technocrates. Il y a des institutions et des règles qui sont surveillées par les peuples européens. Il n’y a pas des procureurs et des accusés. Il n’y a pas des propriétaires et des locataires. Nous sommes tous des partenaires égaux avec des droits et des devoirs égaux.

Mesdames et Messieurs les députés,

Le gouvernement grec est décidé à respecter à la lettre l’accord du 20 février. Mais nous réclamons que nos partenaires en fassent de même. Nous avons devant nous une négociation difficile, qui doit dépasser les affrontements personnels de certains politiques ou les stratégies nationales des états membres, car son enjeu est la confrontation de différentes stratégies politiques pour l’Europe. Il s’agit d’une confrontation d’intérêts économiques, d’une confrontation sociale, d’une confrontation de classes.

La Grèce a servi pendant cinq ans de cobaye à des expérimentations économiques. Certains désirent l’utiliser maintenant comme cobaye politique afin de couper court au grand changement politique qui est en train de naître dans d’autres pays européens et afin de continuer à appliquer le modèle néolibéral de l’austérité à toute l’Europe, et ce parce que ce modèle profite à certains – les peuples souffrent mais quelques-uns y gagnent – ,en construisant une société européenne sans droits, sans sécurité, sans aucun contrôle social.

Mais ils n’y arriveront pas. Le changement politique qui a commencé avec les élections du 25 janvier en Grèce, avance comme un fleuve impétueux en Europe, en Espagne, en Irlande et ailleurs. Personne ne peut arrêter ce changement politique, parce qu’il a été enfanté par une trop criante injustice sociale, par les inégalités, par la résilience des peuples asphyxiés. [...]

Le nouveau gouvernement grec a déposé auprès de ses partenaires européens une liste détaillée des réformes pour combattre l’évasion fiscale, la corruption et les conflits d’intérêts, pour faire face à la crise humanitaire, pour restructurer l’appareil étatique, pour éliminer la bureaucratie.

Ces réformes sont nécessaires pour combattre les problèmes qui sont devenus endémiques dans notre pays, pour renforcer la justice sociale pour inverser le classement honteux de notre pays : premier selon l’indicateur de pauvreté sociale et dernier selon l’indicateur de justice sociale en Europe. Mais je n’ai jamais entendu personne de tous ceux qui réclament des réformes parler de ces classements négatifs ni des moyens pour y remédier.

Les changements que nous voulons promouvoir sont à l’antipode des mesures mémorandaires d’austérité, des mesures visant à la dérégulation des relations de travail et à la destruction de l’État social pour le dire en un mot. Parce que le mémorandum n’était pas une réforme ; c’était la désintégration sociale et économique.

Je voudrais demander aux réformateurs zélés de nous parler d’une « réforme mémorandaire » réussie. Les coupes budgétaires, les licenciements, la déréglementation sont-ils des réformes ?

Non, mesdames et messieurs les députés, il ne s’agit pas des réformes. Il s’agit de mesures de représailles. Et dites moi, est-il déjà arrivé à la troïka de frapper la main sur la table en réclamant l’avancement des réformes concernant l’administration ou la justice fiscale ? Jamais !
Les menaces et le chantage ne servaient qu’à faire passer des mesures concernant les licenciements et les baisses des salaires et des pensions. Ils sont donc hypocrites, tous ceux qui prétendent se soucier des réformes. Il n’y a eu jamais un projet cohérent et conséquent de réformes qui a été appliqué dans notre pays. [...]

La semaine dernière, j’ai été invité à Paris par le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria. [...]

Nous avons convenu d’un vaste cadre de réformes pour restaurer la justice sociale, pour combattre la corruption et la collusion entre intérêts privés et intérêts publics, réformes qui n’ont jamais été envisagées par les gouvernements précédents. Pourquoi ? Parce qu’ils étaient engagés vis-à-vis de puissants intérêts économiques. Mais maintenant notre pays a enfin l’opportunité de promouvoir ces réformes parce qu’il a un gouvernement qui n’est pas entravé par des intérêts économiques et qui dispose du soutien de la grande majorité de son peuple. [...]

Nous mettrons en œuvre ces réformes, non pas parce qu’elles nous ont été réclamées mais parce que nous le voulons, et ce en respectant en même temps l’accord du 20 février.
Et si certains préfèrent l’ignorer et croient que les élections démocratiques n’impliquent aucun changement, que les pays qui participent à un programme peuvent se dispenser des urnes, que les sièges gouvernementaux peuvent être occupés par des technocrates, si enfin certains rêvent de voir la Grèce retourner à la période mémorandaire malgré le mandat de son peuple, qu’ils se dispensent des menaces qui n’ont aucune emprise à notre gouvernement et à notre peuple.

Nous, Mesdames et Messieurs, nous sommes voués au service et à la défense de la
dignité et des droits de tout un peuple. Nous sommes voués à défendre l’avenir et les générations futures. Et nous le ferons.

Je vous invite, Mesdames et Messieurs les députés, à le faire en votant pour le premier projet de loi du gouvernement de salut social, indépendamment de votre appartenance politique.

Je vous remercie.

Source : http://syriza-fr.org/2015/03/20/discours-da-tsipras-avant-le-vote-du-projet-de-loi-humanitaire/



13 réactions


  • eric 21 mars 2015 09:54

    Il n’y a pas de doute, ces gens savent faire de très beaux discours.....Pour un peu on se croirait au Bourget en 2012....


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 mars 2015 10:38

    Il faut vraiment être naïfs pour croire que l’ UE est démocratique et que les gouvernements peuvent faire ce que demandent leurs électeurs...

    « Il n’est plus possible de faire des politiques intérieures nationales, mais uniquement des politiques européennes ». Ce n’est pas l’ UPR qui dit ça, c’est Viviane Reding ex dirigeante de la Commission européenne. Ce que l’ UPR ne cesse d’expliquer.


    L’UE & l’euro ont justement été mis en place pour « que les vilains petits élus » soient dépossédés des manettes du pouvoir et ne puissent plus faire de politiques budgétaires et monétaires au bénéfice de l’intérêt général. Je vais l’écrire en gros :

    « L’UE & L’EURO SONT DES MACHINES DE GUERRE POUR UNE LUTTE DES CLASSES QUI NE DIT PAS SON NOM » Qui dit ça ? L’UPR ? Non, c’est Robert Mundell, l’inventeur de l’euro.

    C’est expliqué dans ce texte du Guardian :

    « Les ravages sociaux de l’ euro, une stratégie délibérée » Robert Mundell.


    Même quelqu’un comme Chevènement, que personne ne peut taxer d’extrême-droite explique :
    « Les politiques ont trompé les Français sur l’ Europe ». ( A partir du chapitre sur la démocratie")

    Vous voulez quand même y rester, dans ce machin réactionnaire TINA- Reagan- Tchatcher ??
    Grand bien vous fasse.


  • Le chien qui danse 21 mars 2015 10:39

    Merci à Mr Tsipras pour cette intelligence simple et honnête et surtout directe. Nous ne sommes pas encore à l’heure de la déflagration en france, saurons-nous réagir avant...


  • lloreen 21 mars 2015 17:09

    Monsieur Tsipras révèle tout simplement ce qui se fait ailleurs :

    "Et tous ces projets seront décidés et écrits ici, parce que nous n’avons pas l’intention de suivre les méthodes de nos prédécesseurs en confiant à des technocrates l’élaboration de nos propres projets.« 

    Les projets sont élaborés par des technocrates totalement illégitimes donc les lois, comme je le dis et je le répète sont NULLES ET NON AVENUS.

    Inutile de perdre son énergie à écrire de longs discours pour »sortir de l’ UE" puisque les français ont proclamé par referendum leur opposition à l’ adhésion de leur pays au Traité de Lisbonne.
    Et les parlementaires qui sont allés contre la volonté populaire se sont juste discrédités.
    Le fait est donc que toute décision découlant de près ou de loin du traité de Lisbonne est NUL ET NON AVENU.
    Et les apparatchiks suivis de leurs larbins pourront de plier dans tous les sens et ruer dans les brancards que cela ne changerait rien.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 mars 2015 17:47

      @lloreen
      Sauf que « ces projets élaborés par des technocrates illégitimes » s’appellent Traités européens, et que Tsipras n’a aucunement l’intention d’en sortir.


  • Spartacus Spartacus 21 mars 2015 19:50

    En 3 mois ce zozo a détruit 5 années de réformes.

    Le pays commençait à voir la fin de son déficit primaire.
    Maintenant les capitaux partent à grande vitesse. L’investissement est bloqué. Les gens enlèvent l’argent des banques.

    Réparer des années de dépenses publiques sans compter, et le Bolchevique veut recommencer

    C’est pas en créant la terreur et l’enfer fiscal aux investisseurs privés qu’il attirera les créateurs de travail.....

    Pas un mot pour les chômeurs..La création d’offre d’emplois....
    Juste des bêtises habituelles de gauchiste a créer sans cesse des coupables factices extérieurs.


  • Passante Passante 21 mars 2015 20:41

    ok donc le canal de panama passe par le montenegro puis les balkans,
    la norvège en alaska, la crète en patagonie,
    l’itale c’est le pérou,
    la france m’exique beaucoup


Réagir