vendredi 23 avril 2010 - par morice

Bagdad : faux terroriste et vraiment mort ?

Dans le flot de nouvelles de ces dernières semaines, submergées par les catastrophes, l’une d’entre elles est passée inaperçue. En provenance d’Irak, où il se passe actuellement un drôle de phénomène qui n’est pas sans rappeler ce qui s’est passé en Floride en 2000. Un premier ministre croupion, Nuri Al-Maliki, en difficulté électorale, a fait une bien étrange conférence de presse le 19 avril, relayée partout dans le pays par la télé nationale, conférence dans laquelle il annonçait la mort de deux « top leaders » d’Al-Qaida en Irak, ce qui n’a pas été sans nous surprendre. Non pas qu’il n’y ait pas d’Al-Qaida là-bas, mais plutôt que la personnalité des deux chefs tués nous interpellait, plutôt, surtout l’un des deux. Car rien qu’à l’énoncé de son nom, on était en droit de se dire que ça sentait le réchauffé. Abu Omar al-Baghdadi est en effet un cas très à part dans le paysage chargé du grand n’importe quoi accompagnant les fables habituelles au sujet d’Al-Qaida. C’est même un des meilleurs cas d’espèce, annoncé mort un nombre incroyable de fois, ayant emprunté une demi-douzaine de noms différents, ou faisant des vidéos alors qu’il était censé être en prison, c’est, dans son genre, une sorte de recordman. Celui de la désinformation, avant tout : pourquoi donc Nuri Al-Maliki, l’homme qui était à côté de G.W. Bush lors du célèbre lancement de chaussure, a-t-il choisi de sortir de son chapeau ce jour-là la carte al-Baghdadi, c’est ce que je vous propose d’examiner en détail aujourd’hui.

L’annonce de Maliki aurait-elle mis fin à une farce, celle d’un homme dont le premier ministre irakien avait lui-même dit un jour que "son arrestation était plus importante que la capture de Saddam Hussein"  ? Alors qu’al-Baghdadi ne figure même pas sur la liste des 28 terroristes les plus recherchés par le FBI (amis que l’ineffable Adam Gadahn y figure !) ?.... La capture, devrais-je dire, car Abu Omar al-Baghdadi avait été effectivement déjà arrêté le 23 avril 2009. Alors qu’il circulait en voiture à Bagdad... car c’est bien connu, vous le savez bien, les chefs d’Al-Qaida circulent en voiture en plein milieu de Bagdad et se font arrêter pour excès de vitesse dans la Green Zone ! Et nous qui les pensions bêtement encore au fond des grottes de Tora Bora !!! La farce s’enfonce davantage dans le grotesque quand ce bon gros général Odierno ajoute aux côtés de Maliki figurait Ayyub al-Masri, qui selon lui était le relais entre l’Irak, Oussama ben Laden et Al-Qaïda : "Al-Masri est devenu le chef d’Al-Qaïda en Irak en 2006 après qu’Abou Moussab al-Zarqaoui ait été tué dans une attaque des États-Unis". Voilà qui "légitime" nos deux tués du jour, sans doute, surtout le second. Pour Abu Omar al-Baghdadi, les questions, pourtant, s’accumulent depuis des années à son propos.
 
Cette caricature de terroriste est en effet un cas à lui tout seul : la référence à ce bouffon d’al-Zarqaoui n’était donc pas fortuite ! N’oublions pas en effet qui il était , ce Zarqaoui, celui dont la tête avait été mise à prix dix millions de dollars : "dans son réquisitoire contre le régime de Bagdad, le secrétaire d’Etat américain, Colin Powell, affirmait en effet que l’homme était le chaînon entre le réseau d’Oussama ben Laden et Saddam Hussein". Quand on sait aujourd’hui qu’il n’y avait aucun lien entre les deux on peut effectivement parler de bouffonnerie ! Il n’y avait pas d’ADM, et al-Zarqaoui était bien un pantin !
 
 
Un auteur plus attentif que d’autres fait déjà remarquer tout de suite que l’annonce de Maliki est déjà bancale : "Reuters laisse le Premier ministre irakien localiser l’emplacement du raid comme étant "une maison de Thar-Thar, une zone rurale 50 miles à l’ouest de Bagdad qui est considéré comme un foyer d ’activité-Qaïda, cependant, le Washington Post, citant des responsables américains, affirme que le raid s’est produit "à quelques miles au sud-ouest de Tikrit". Si vous regardez une carte de l’Irak, ces deux descriptions ne sont pas tout à fait proches, à moins que vous prendre en considération que "quelques miles" signifierait plus de cent." Mort à deux endroits différents, voilà qui commence bien !
 
Quelques jours plus tard, on a droit à une photo du bâtiment bombardé où les deux seraient morts. Avec quelques détails qui filtrent : "dans les ruines de la maison, quatre uniformes militaires, six dishdashas (robes masculines traditionnelles) et des keffiehs sont éparpillés sur le sol. Plus étonnant, on trouve des robes et des sous-vêtements féminins neufs, ce qui laisse penser que les deux hommes vivaient là de manière plus ou moins régulière". Encore un peu, et on y aurait trouvé le corps de Zahia Dehar (et un maillot de Frank Ribery ?). A côté de celui du porte-parole du ministère irakien du Commerce, Abdel Falah as-Soudani, qui ne sembait pas vraiment porter Maliki dans son cœur.... mais appréciait tout autant la chair fraîche que le buteur boulonnais ! Mais il y avait aussi, précise l’article, d’autres choses "des livres religieux, un poste de télévision, une antenne satellitaire, du matériel électronique, des chargeurs pour ordinateurs, un réfrigérateur sont visibles dans les ruines." Le matériel du parfait terroriste est là, ouf ! Une antenne Thuraya, bien entendu, dont la localisation est un jeu d’enfant pour Boeing qui a conçu les satellites... Mais bizarrement, aucun cadavre n’est visible. A noter que Reuters fait visiter une maison de Tikrit : pas celle indiquée, donc, par le premier ministre irakien ! Tikrit, ou Thar-Thar ? Voilà qui continue pas mal... dans l’imprécision.
 
La mort d’ Omar al-Baghdadi surprend tout le monde. Le fait de l’avoir dégotté dans une maison de Tikrit aussi. Officiellement, en effet, il croupissait dans une prison irakienne depuis dix mois ! En mai 2009, les services irakiens avaient mis en circulation une cassette où un homme, nommé Ahmed Abd Ahmed Khamis al-Majmaie, qui s’accusait d’être ce fameux Abu Omar al-Baghdadi. SA tête a fait la une des journaux irakiens. A Mais très vite, la communication gouvernementale irakienne cafouillait : dans une interview, le ministre de la sécurité lançait à la presse un autre nom... et une toute autre biographie : problème de fiches, visiblement, au gouvernement de Maliki. Selon lui, Bagdadi aurait déjà été djihadiste salafiste en 1985, ce qui en fait un opposant à Saddam (et très certainement un employé de de la CIA, on n’y échappe pas à l’époque), puis il aurait quitté le pays en 1987 pour revenir en 1991 après l’opération Desert Storm : c’est difficile à avaler, car Saddam Hussein est toujours en place à ce moment-là et ce n’est pas le moment de revenir avec un Saddam encore plus parano et encore plus suspicieux : comment aurait-il pu alors, en revenant de l’étranger (on ne sait d’où !) devenir un homme important de la police irakienne ?... Saddam désarçonné de son trône, en fuite puis capturé, le voilà qui’ll aurait fait signe de son existence au beau milieu de la bataille de Falloujah en 2004, contre l’armée US : qu’a-t-il fait pendant 13 ans, les services irakiens l’ignorent en fait : c’est un peu fort de café. Mais les américains ont c’est sûr l’explication : "de son vrai nom Hamid Dawud Muhammed Khalil al-Zawi, il aurait commencé à prêcher dans les mosquées après avoir quitté l’armée." Un des tortionnaires de Saddam devenu imam ? Et on compte comment faire avaler ça ? Voilà qui continue encore mieux !
 
Le New-York Times vient à la rescousse le 30 mai 2009 : il titre méchamment "Terroriste ou symbole mythique : Un conte de la politique irakienne", avec un article incendiant littéralement le gouvernement irakien et ses effets d’annonce pré-électoraux. "Ainsi, Il est bon de garder à l’esprit le récit de Abu Omar comme étant une partie du jeu qui s’intensifie pour les très importantes élections nationales, qui se tiendront en janvier". Clairement, le New-York Times parle donc de manipulation. L’arrestation du danger public renforce le pouvoir en place : c’est bien connu, on va appeler ça le syndrome d’Yvan Colonna, disons... Les sons fort discordants entendus alors en Irak confirment amplement cette manipulation des médias. Maliki avant de se faire élire, utilise le cas d’un terroriste arrêté : une impression de déjà vu, ici en France.
 
Chez le ministre irakien de la Défense, le général Mohammad al-Askari, autre son de cloche, en effet. Bagdadi, selon lui avait un lourd passé de responsable de la police sous Saddam Hussein, et en ce nom avait été arrêté en 2006 par... les américains. Pour être libéré quelque temps après : voilà qui n’est pas commun et qui en fait un candidat parfait au rôle d’employé de la CIA, qui "retourne" ainsi énormément de "repentis".... les suspicions sur le rôle exact de notre trucidé du jour commencent. Le New-York Times ne dit rien d’autre, non sans humour : "Habituellement, si un homme est déclaré prisonnier c’est assez simple : Il est en prison ou il n’y est pas. Mais chez les "Irakologues" occasionnels trouver l’idée d’une aussi simple proposition est drôlement naïf, surtout dans une cas politiquement chargé comme celui-ci." Bref, selon le journal américain, Bagdadi n’y est plus, en prison. Et déjà embauché à la CIA, ou plutôt a retrouvé du travail à la CIA où il émargeait déjà avant 1987... Voilà qui devient passionnant.
 
De l’autre côté, chez les islamistes, la moquerie a été de mise à l’annonce de Maliki : ils mettaient en ligne deux vidéos différentes, avec deux personnages différents s’accusant tous deux d’être le terroriste le plus recherché, dès l’annonce du décès connu. En tout cas, en mai 2009 notre homme dort en prison, en prison irakienne, et ce depuis presqu’une année donc. Et c’est bien pourquoi l’annonce de sa mort en avril dernier étonne. Lui, ou encore une fois un autre ? Comme les sosies de Saddam Hussein, qui semble-t-il n’existaient pas ? Comment est-on passé en quelques mois d’un homme emprisonné à un homme tué à l’extérieur de la prison ? Quelqu’un l’en a sorti ou ça n’est pas le même ? Et l’homme arrêté à sa place, est-il toujours en prison ? Il serait sort de prison pour aller se faite abattre ? Pas très doué le gars ! Pas davantage que son prédécesseur, Abou Moussab al-Zarqaoui, pris sur le vif en vidéo portant des baskets New Balance et peinant à se servir d’une mitrailleuse... (et posant à côté du même modèle à canon court que celle de Ben Laden, pour faire plus vrai !). Abou Moussab al-Zarqaoui, encore une marionnette grotesque bien pratique ! Aux guignols de l’info, il aurait eu largement sa place à lire péniblement son prompteur à textes revendicatifs ! Al-Zarqaoui, la marionnette évidente de la CIA !
 
Selon le sulfureux Gilles Munier, en effet, Le New York Times révéla en 2006 que l’armée américaine avait à dessein exagéré le rôle de Zarqaoui, estimant qu’en Irak la « menace à long terme » n’était pas l’extrémisme religieux, mais le baasisme. Le Général Mark Kimmit, ancien n°2 des forces d’occupation, déclara même que : « le programme PsyOp Zarqaoui » était « la campagne d’information la plus réussie à ce jour ». L’objectif étant de monter les « insurgés » les uns contre les autres, et de faire du « terrorisme et des djihadistes étrangers » - et de la résistance à travers eux - la source de toutes les souffrances. Ce qui expliquerait parfaitement le terroriste en baskets New Balance... "monter les insurgés les uns contre les autres" impliquant le recours à des forces de type escadron de la mort, dont j’ai déjà ici évoqué le rôle en Irak. Or notre homme venait de se faire arrêter à la suite d’attentats meurtriers : Maliki, fort adroitement, en l’arrêtant, signifiait à son électorat qu’il pouvait arrêter la vague d’attentats ! A Baqouba, un attentat venait de tuer 45 personnes, dont des pèlerins en partance pour la Mecque, et 28 autres, dont 5 enfants et 10 policiers dans un faubourg de Bagdad. A la veille du départ annoncé des américains, on tient à marquer le territoire semble-t-il : on peut y voir l’action de Baassistes, en quête de revanche, donc. Mais dans ce cas, difficile d’incriminer al-Baghdadi, s’il a été salafiste dès 1985...
 
Un salafiste à la mode Zarqaoui, "trahi, dit-on, par un agent du GID - le service secret jordanien infiltré dans son entourage, il fut tué le 7 juin 2006 près de Baqouba (nord de Bagdad). Il a été remplacé, le 12 juin, par Abou Hamza Al-Mouhajer (L’Emigrant), dit Abou Ayyoub Al-Masri (L’Egyptien), au parcours tout aussi énigmatique : un avocat du Caire affirme qu’un islamiste portant son nom est incarcéré en Egypte à la prison de Wadi Al-Natroun" précise Munier. Al-Masri et Bagdadi sont très certainement deux agents d’une opération de psy-ops comme adore en monter la CIA. Leur "mort" conjointe signifierait en ce cas le meilleur moyen de les retirer du jeu mis en place : une mise en scène complète. Même pas de New Balance à acheter... voilà qui devient plus qu’intéressant !
 
Mort, de toute façon, il l’avait déjà été, notre Bagdadi ! En mai 2005, déjà, le porte-parole du ministère de l’intérieur du gouvernement irakien, le major-général Abdul-Karim Khalaf, l’avait en effet annoncé tué lors d’une attaque de la police irakienne. Selon lui, son vrai nom aurait été Abdul-Latif al-Jabouri. Pour appuyer ses dires, il déclarait : "nous avons reçu des personnes qui le connaissent depuis 20 ans, et ils ont identifié son corps. Comme ça n’avait pas l’air de convaincre, il avait ajouté : nous leur avons fait écouter les enregistrements vocaux mis par lui sur l’Internet, et ils ont confirmé que c’était bienla voix d’Abdul-Latif al-Jabouri. " Le lendemain, la famille al-Jabouri niait catégoriquementqu’Abdul- Latif puisse être en fait al-Baghdadi. Personne n’avait pu voir en réalité son cadavre. Nouveau pataquès, visiblement. Voilà qui ne nous surprend guère, cette fois !
 
Depuis plusieurs mois, on ne voyait il est vrai plus sa tête dans les communiqués, mais seulement une photo fixe avec un long commentaire parlé : voilà qui n’était pas sans ressembler à un personnage fort connu. En mars 2005, avait déjà été annoncé comme mort par les irakiens : cet homme a une propension à mourir au-delà de la norme : il est déjà mort au moins deux fois. Puis à nouveau arrêté, par les américains cette fois : Maliki, pour annoncer son décès, en ce mois d’avril 2009, le montre en photo dans la combinaison orange des détenus des camps américains, tenant une pancarte arborant le nom de Hamid Daoud Muhammad al-Zawi. Encore un autre nom accolé à notre personnage ! Le jour de 2006 où il avait été soi-disant arrêté, les militaires US l’avaient démenti, et le lendemain les Irakiens, qui l’avaient revendiqué... également ! Pas arrêté, pas de tenue orange. Elle vient d’où, Alors, cette tenue montrée par Maliki ? Sur le net, à l’annonce du décés, un seul titre partout : "Irak : les autorités espèrent avoir mis fin au mythe du chef d’Al-Qaïda Abou Omar al-Bagdadi" ? Le titre se répand partout sur le net avec une constance et une répétition dans les mêmes termes exactement qui indique la manipulation. C’est cela même en effet... c’est fou ce qu’on y croit !
 
En uniforme orange de prisonniers sortant d’une cellule de la prison secrète de Bagdad, celle dévoilée par le Los Angeles Times le 19 avril dernier ? Celle visitée "par des commandants de l’armée qui ont d’abord résisté aux efforts pour inspecter la prison, mais qui ont ensuite cédé et a autorisé des visites par deux équipes d’inspecteurs, y compris les droits de l’homme et du ministre Wijdan Salim. Les Inspecteurs ont constaté que les 431 prisonniers avaient été soumis à des conditions épouvantables d’emprisonnement et cité l’exemple de l’un d’eux, un ancien colonel de l’armée de Saddam Hussein, qui était décédé en janvier à la suite de la tortures". Vision d’apocalypse, avec un autre particularité pour cette prison très spéciale : une porte, menant directement au bureau de Maliki... Electricité, viols, prisonniers battus, voilà aussi qui rappelait quelque chose : non, pas Guantanamo, car on avait trouvé pire sur place, déjà.  En 2005, au début de la guerre entre factions shiites et sunnites, les américains avaient découvert un bunker sous le ministère de l’intérieur (chiite) où étaient torturés les sunnites... voilà qui commence à écœurer...
 
Visiblement, prison secrète ou pas, on cafouille sérieusement, quand on veut parler de lui. Comme si deux services secrets se discutaient sa paternité. C’est probablement là tout le nœud de l’affaire : les heurts constants entre l’armée américaine et la CIA qui ne l’informe pas toujours de ces activités, les services secrets irakiens étant quasi inexistants. Mais heureusement, justement, il y a l’armée américaine pour remettre un peu d’ordre dans tout ça... ou plutôt cette fois pour ajouter une large louche à la confusion ! A la surprise générale, ou lassée par les déclarations contradictoires irakiennes, elle lance en effet en juillet 2007 un beau pavé dans la mare médiatique : selon elle, enfin selon son porte parole sur place, le Brigadier-General Kevin Bergner, Baghdadi serait en fait une personne fictive créée par Abou Ayyoub al Masri, le véritable chef d’al-Qaïda en Irak ! Le même qu celui tué à Tikrit, dans la même maison ! Celui qui a affirmé qu’il n’existait pas serait mort à ses côtés ? Voilà qui est pour le moins... intriguant ! Mort aux côtés de "l’homme qui n’existait pas ?" Selon lui, donc, Baghdadi aurait même carrément joué par un acteur irakien, nommé Abu Abdullah al Naima ! Un rôle de composition qu’aurait confirmé Khalid Abdul Fatah Al Mahmoud Daoud, le responsable d’Al-Qaida récemment arrêté (et torturé ?). Evidemment, impossible de trouver un acteur répondant au nom indiqué. Deux morts au même endroit, l’un d’entre eux ayant déclaré que son voisin de chambrée n’existait pas : décidément, on nage en plein roman d’aventures ou d’espionnage...
 
Manque de chance, au moment de l’annonce, Hamed Mohammed Dawoud Khalil al Zawi, un ancien membre de la police de Saddam l"affirme haut et clair, ce n’est pas un comédien, mais tout autre chose : "c’était un officier des services de sécurité qui a été renvoyé de l’armée à cause de son extrémisme", déclare-t-il à Al Arabiya. Renvoyé des tortionnaires de Saddam pour excès de zèle ? A part Caligula, on ne voit pas bien qui ça pourrait être ! Une déclaration qui rentre totalement en conflit avec la déposition de 2005 du général Mohammad al-Askari, qui le déclarait membre de la police de Saddam jusqu’au départ de ce dernier en 2003 ! Un double pataquès, voire un triple, cette fois ! Pour ajouter à la confusion, le leader d’Al-Qaida arrêté le 4 juillet 2007 Khalid al-Mashadani enfonçait le clou... américain et déclarait lui aussi qu’Abu Omar al-Baghdadi, "n’existait pas"... enfin, c’est ce qu’avait dit celui qui a été arrêté par le Brigadier-General Kevin Bergner... qui clamait haut et fort le premier la même chose !
 
Un peu secoué par toutes ses annonces contradictoires, le journal LA Times fait le bilan des courses en juillet 2007 : "En Mars, il a été déclaré capturé. En mai, il a été déclaré mort, et son prétendu cadavre a été affiché à la télévision d’Etat. Mais mercredi, Omar al- Baghdadi, le chef supposé d’un groupe d’al-Qaida en Irak, a été déclaré "inexistant" par les responsables militaires américains, ceux-là même qui disent qu’il est un personnage fictif créé pour donner une façade Irakienne à un groupe terroriste étranger." Sacré résumé ! Pour y mettre une couche finale, le But, 30 décembre 2007, Osama ben Laden, dans un discours audio, enjoignait "tous les musulmans d’Irak de rejoindre Abu Omar al-Baghdadi." Un véritable adoubement. Un comédien poussé sur la scène par un spectre, c’est plutôt rare en effet ! Et si Ben Laden le dit... c’est que ça doit donc être faux, peut-on aisément se dire aussi : ça devient captivant.
 
Revenons-en donc, si vous le voulez bien, à celui qui a clamé partout qu’ Omar al-Baghdadi n’existait pas : le Brigadier-General Kevin Bergner. L’homme est très intéressant, à plus d’un titre. Et c’est aussi très intéressant de vérifier s’il mentait ou non, en affirmant cela, et pourquoi surtout il le faisait. Pour cela, il suffit d’attendre l’année suivante, en 2008. Revoilà notre Brigadier Général, qui clame que son camp (le Camp Victory) a été bombardé par des obus de 107 mm iraniens. L’homme annonce pour les jours à venir une "conférence" où il annonce déjà des chiffres : "20.000 pièces de munitions, d’explosifs et d’ armes ont été saisies ou découverts par les forces américaines et irakiennes gouvernementales lors de ces dernières semaines de combats, ainsi que 45 lance-roquettes, 570 engins explosifs, 1800 mortiers et des obus d’artillerie"... On sent le vent venir : le "point" annoncé par le Brigadier, serait obligatoirement l’annonce de l’ingérence iranienne avec des armes données aux insurgés ! Pour sûr ! " C’était le jour, selon le LA Times, c’était le grand jour, où l’armée américaine allait montrer aux médias du le monde entier la preuve concluante qu’au moins certaines de ces armes utilisées par les insurgés irakiens avaient été fournies par l’Iran"... or le jour de la conférence, on déchante vite : "Lorsque les experts des États-Unis ont jeté un regard sur toutes ces choses, ils ont dit : "Rien de tout cela ne provient de l’Iran". 20.000 munitions ? Nombre de celles fournies par l’Iran : zéro. Pourcentage de l’importation en provenance d’Iran : zero pour cent. Preuves reliant l’Iran à des soulèvements anti-américains à Bagdad : aucune"... j’avais relaté la complète cover-up des faux obus de 107 mm "iraniens" repeints de neuf ici-même. 
 
 
Le Brigadier-General Kevin Bergner, commandant de Camp Victory, l’homme qui un an auparavant avait tant tenu à faire d’ Abou Omar al-Baghdadi un "acteur"... mentait donc comme il respirait et participait clairement aux opérations de désinformation décrétés au Pentagone. Ce qui laisserait entendre qu’Omar al- Baghdadi existerait bel et bien, à contrario. Et qu’il serait lié de près en revanche au pouvoir américain : Kevin Bergner servait directement les intérêts d’un Dick Cheney en essayant de mouiller l’Iran ! A noter que cette -rare- fois là, la presse n’avait pas suivi, et n’était pas tombée dans le panneau ! Le 15 janvier dernier, Kevin Bergner partait en retraite, en quittant la tête de "l’Office of the Chief of Public Affairs" (OCPA) : remplacé par Brigadier General Lewis Boone, formé à Fort Benning... voilà qui ne va pas améliorer le style de la propagande US...
 
Il existerait bien, donc, notre Al-Qaidiste irakien, mais communiquerait fort mal avec ses supporters. Au moment où Bergner s’échine a essayer de prouver que les armes d’Al-Qaida seraient iraniennes, il annonce qu’Al-Qaida fabrique désormais ses propres missiles ! Une fanfaronnade de plus ! "Dans le domaine de l’armement, nous annonçons à tous les moujahidine dans le monde et en particulier en Irak que la roquette ’Al-Qods-1’ est entrée dans la phase d’industrialisation et de fabrication", déclare Abou Omar al-Baghdadi (...) en faisant le bilan de quatre années d’"occupation" des forces américaines de l’Irak. "Cette roquette est dotée de hautes performances quant à la portée et la précision de frappe. Elle est capable de concurrencer ce que les pays du monde ont pu réaliser de mieux sur le plan militaire", soutient encore Baghdadi, sans autre précision, dans cet enregistrement de 42 minutes". Evidemment, on n’en verra jamais la couleur, de ses missiles. Sauf un seul, entrevu sur la vidéo de Zarkaoui... on retombe sur les mêmes, "fabriqués" de toutes pièces, comme leur missile d’opérette. Voilà qui commence à lasser sérieusement ! 
 
Or au même moment aussi, voila que notre homme se mêle de vie politique au... Danemark, en déclarant dans un enregistrement audio diffusé "sur un site Internet islamique" que, je cite "nous appelons à l’assassinat du caricaturiste Lars Vilks qui a osé insulter notre Prophète" et "nous annonçons une récompense pendant ce généreux mois du Ramadan de 100.000 dollars (72.000 euros) pour quiconque tuera ce criminel". Déchaîné, notre caricature de terroriste s’en prend également aux téléphones Ericsson... et à d’autres sociétés suédoises... En fait de site islamique, c’est bien entendu notre célèbre fournisseur en vidéos terroristes du MEMRI qui l’annonce... la désinformation continue et bat son plein avec un Abou Omar al-Baghdadi omniprésent sur le front de la propagande ! Il n’est pas le seul à s’intéresser aux caricatures danoises : un américano-pakistanais qui passait par-là s’y intéressait aussi : David Headley. Pas mort, lui, mais autant en prison que Baghadi a pu l’être ces derniers mois : pour le protéger... C’est fou comme le microcosme des psy-ops de la CIA est petit !
 
Ce que ne dit pas le le Brigadier-General Kevin Bergner à sa conférence sur ses fausses saisies d’armes, il le raconte à une autre du 11 juillet 2007. "Le mois dernier, nous avons découvert un "Al-Qaïda Media Center" près de Samarra. L’installation, qui n’était pas très visible de l’extérieur, était en fait un important centre de production des médias et un centre de distribution pour al-Qaïda en Irak. Il a été appelé le Al-Furqan Media Productions par Al-Qaida. Il produit des CD, DVD, des affiches, des brochures, et des produits de propagande liées au Web et documents contenus indiquant clairement al-Qaïda en Irak àl’intention d’utiliser les médias comme une arme. Le bâtiment contenait 65 disques durs, 18 clés USB, plus de 500 CD et 12 ordinateurs". Personne n’avait jamais entendu parler de ce studio de production ! Pourquoi donc l’a-t-il fait vis à vis d’ Abou Omar al-Baghdadi ? Visiblement, pour le protéger, et pour qu’on cesse de s’intéresser à lui. Ou, plutôt, à son studio de production, qui sort des vidéos qui ressemblent beaucoup à celles de Ben Laden. Ou à celles estampillées IntelCenter ! Kevin Bergner, d’un côté, "saisit" des documents de propagande (mais ne les montre pas toutes) et de l’autre en fait une autre... pour que l’un des protégés de la CIA, un peu trop sur la sellette, ait le champ à nouveau libre... façon studio As-Sahab, celui que fréquentait notre agent préféré, Jack Idema ? "Tora Bora Jack " ? le faux tortionnaire ?
 
L’ex-tortionnaire au visage si changeant (les trois photos fournies sont censées être la même personne), aurait aussi "servi de conseiller municipal dans le village de Behroz, dans la province sunnite de Diyala, selon à des sources au sein de l’Alliance irakienne unifiée chiite, une cohalition islamiste" avait-on appris lors de sa première arrestation. Selon ces mêmes sources, "une partie du financement pour l’Al-Qaida Irak viendrait aussi des salaires détournés des employés irakiens", selon al-Baghdadi... évidemment, venant de l’AIU, la façade "propre" désormais de Moqtada al-Sadr, qui a rejoint le mouvement devenu l’Alliance nationale irakienne en août 2009 l’annonce est à prendre avec des pincettes. Le principal groupe d’opposition à Al-Maliki à la suite des élections de 2010 qui ont fabriqué une majorité introuvable à la chambre des députés. Et avec cette annonce, l’air de rien, voilà une troisième province de plus pour notre fugitif ! Encore deux ans, et on le retrouvait propriétaire d’une portion de terrain sur la Lune !
 
En avril 2009, lors de son arrestation en pleine rue de Bagdad, le gouvernement irakien montrait le premier cliché de la photo de leur prisonnier. Au même moment, le site de Rita Katz, SITE, annonçait qu’il détenait une vidéo (enfin avec image fixe et audio) qui se réclame d’ Abou Omar al-Baghdadi, qui se dit donc libre. Visiblement, il y en a qui tiennent à faire savoir à Malilki qu’il s’est trompé de personne, ou qu’il a été berné. Dans cette vidéo, notre faux prisonnier s’accusait d’avoir fait sauter un bâtiment à Samarra en 2006... là où l’armée US aurait trouvé le studio de production des vidéos d’Al-Qaida ! Bien qu’en prison, il continuait à sortir cassette sur cassette jusque 2009, clamant ne pas être prisonnier !!! Etonnant don d’ubiquité ! Et discours connu de Rita Katz, qui sans pouvoir vérifier quoi que ce soit, affirmait de façon péremptoire que c’était bien de lui dont il s’agissait. "Bien qu’il ait lui a été impossible de dire avec certitude celui qui parlait était Baghdadi ou non, Rita Katz, directrice de la société américaine SITE Intelligence Group, qui surveille les sites extrémistes, a déclaré à l’ Associated Press que la voix semblait être la même que celle de la personne qui s’est identifiée comme Baghdadi dans le passé". "Semblait être la même" ? 
 
Mieux encore quand on apprend les circonstances étranges du décès des deux "top leaders" en ce mois d’avril 2010 : "Un responsable de la police dans la province d’Anbar a dit qu’al-Masri était mort lorsque sa ceinture d’explosifs a explosé au cours des combats, mais les forces de sécurité n’a pas pu récupérer le corps parce qu’il était dans une partie du désert contrôlée par le groupe terroriste". On avait commencé grotesque, on finit ridicule. Cette fois, voilà des morts sans corps. Volatilisés, la belle affaire ! "Nous n’en savons pas plus", dit sobrement le porte-parole militaire US, le contre-amiral Mark Fox. Personne n’a remarqué que la province d’Anbar n’a rien à voir avec celle de Salah ad-Din, ou est situé Tikrit, mais bon. "Nous n’en savons pas plus"... après les guignols de l’info, voilà qu’arrivent les sketchs des Inconnus !
 
Le résumé des "aventures" du personnage est en effet tout simplement incroyable. La presse US ironise : "Un chef d’Al-Qaïda en Irak : capturé, tué, jamais réellement existé, recapturé, maintenant de nouveau tué..." En avril 2009, la photo du grand leader d’Al-Qaida Irak montrée était celle-ci. Lors de sa mort annoncée, on montre celle-là. Faudrait choisir.
 
"Officier des services de sécurité" de Saddam, émargeant très certainement à la CIA depuis 25 ans, Abu Omar al-Baghdadi était une pièce de l’échiquier à ne pas rater pour le nouveau pouvoir irakien : il devait connaître tous les rouages de l’état et tous les coups tordus faits ou ceux qui restaient à faire. Logique qu’on ce soit intéressé de près à lui. Quand Joe Biden apprend la mort d’Abou Omar al-Baghdadi, il commente en déclarant que c’est un "coup dévastateur porté à al-Qaida". Pour sûr.... Sait-il qu’en ce cas le "coup dévastateur" a déjà au moins était porté trois fois, sur la même personne ? Tout cela ne nous dit pas en effet combien de fois un faux terroriste peut-il être tué... comme le fait remarquer la presse : le temps que l’on recompte selon la célèbre méthode venue de Floride les bulletins de l’élection perdue par Maliki, mais qu’il va regagner après recomptage, c’est sûr. La méthode est au point, on le sait  : si besoin est, il pourra toujours demander à Jeb Bush, le frère de l’autre, comment l’on fait pour gagner une élection perdue...



22 réactions


  • Philou017 Philou017 23 avril 2010 13:51

    Article trop confus. Dans ce théatre d’ombres qu’est la fantasmagorique nébuleuse des « terroristes » Irakiens, il aurait été utile de clarifier au maximum les choses. Mais cela montre bien à quel point la propagande Américaine est présente dans chaque déclarations sur les terroristes« Irakiens, à laquelle s’ajoute les manipulations et magouilles du pouvoir Irakien. Pas triste.

     »Al-Masri et Bagdadi sont très certainement deux agents d’une opération de psy-ops comme adore en monter la CIA.« 
    Je pense qu’Al-zarkawi, dont on a aucune preuve de la réelle existence en tant que chef terroriste, a été aussi une marionnette agitée par ces mêmes services psy-ops, comme le montre »les nombreux visages« donnés sans rire par ce site spécialisé dans le terrorisme.

    Je ne savais pas que Powell, dans son discours à l’ONU en Février 2003, avit commencé à donner corps au myhe Al-Zarqawi, prétendant qu’il était en Irak sous Saddam Hussein, ce qui ne receuillera pas le début

     »"Les responsables irakiens prétendent qu’ils ne savent pas où Abou Zarkaoui ou ses comparses se trouvent. De nouveau, ces dénégations ne sont pas plausibles. Nous sommes au courant des activités d’Abou Zarkaoui à Badgad. Je viens de vous les décrire.

    Je tiens maintenant à faire état d’un autre fait. Nous avons demandé au service de sécurité d’un pays ami de faire des démarches auprès de Bagdad en vue de l’extradition d’Abou Zarkaoui et de la fourniture de renseignements à son sujet et au sujet de ses complices. Ce service est entré en relation avec des responsables irakiens à deux reprises et nous avons communiqué des détails qui auraient dû permettre de trouver Abou Zarkaoui. Le réseau est encore à Bagdad. Abou Zarkaoui est encore libre d’aller et venir.«  »

    Un rapport du Sénat ira dans ce sens. Mais en 2006, un autre rapport dira le contraire :
    Le rapport sur l’Intelligenceavant-guerre du Sénat en 2006 a conclu que Zarqawi n’était pas une liaison entre Saddam et al Qaeda : "des informations de l’après-guerre indiquent que Saddam Hussein a essayé, sans succès, de localiser et capturer Al-Zarqawi et que le régime n’avait pas de relation avec, un havre pour, ou fermé les yeux sur Zarqawi."

    D’ailleurs Al-zarjaoui fut accusé de tout, d’être hébergé par Saddam Hussein, d’être responsable de l’envoi d’Anthrax, de multiples attentats, etc

    La réalité apparait pourtant clairement :

    Plusieurs document internes de l’armée traitent de la campagne Zarkaoui. « Diabolisez Zarkaoui / Faites monter la réponse xénophobe », stipulait en 2004 un briefing de l’armée américaine. Trois méthodes y étaient listées : « Opérations dans les médias », « Opérations spéciales (626) » (en référence au Corps Expéditionnaire 626, une unité d’élite de l’armée américaine assignée principalement à pourchasser en Irak les responsables du gouvernement d’Hussein) et « Opérations Psychologiques » (le terme de l’armée américaine pour le travail de propagande).

    Un briefing interne, produit par le QG de l’armée américaine en Irak, disait que Kimmitt avait conclu que "le programme ’psyop’ Zarkaoui est la campagne d’information la plus réussie à ce jour« .
    http://questionscritiques.free.fr/edito/WP/programme_propagande_Zarkaoui_10 0406.htm

    Même Le Monde a des doutes, c’est dire :
     »« Comment une ancienne petite frappe du djebel Jordanien, sans argent, sans profession ni viatique intellectuel, devient-elle en moins de trois ans, l’ennemi no1 de l’hyper-puissance en Irak ? Comment réussit-on si vite avec quelques centaines de fanatiques, à rendre ingouvernable une bonne partie d’un vaste pays en guerre, patrouillé nuit et jour par 160.000 soldats étrangers et au moins 130.000 autres militaires et policiers nationaux ? Comment obtient-on à 39 ans, sans titre ni bagage religieux , la notoriété quasi mythique qui est celle de Zaquawi dans tous les milieux, islamistes et au-delà ? Beaucoup d’Irakiens pensent que c’est l’Amérique qui a en quelque sorte »fabriqué« Zarquawi »« 
    http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/37/21/72/PDF/Bonnefoy_v.03.pdf

    Bref, de la propagande made in US que nos médias reproduisent fidèlement. Dire que les journalistes prétendent que le journalisme »professionnel" vérifie les informations... Un mythe, aussi, à l’évidence.


  • morice morice 23 avril 2010 14:15

    à « Article trop confus », réponse pas très bien ordonnée.... 


    la bonne question est celle du monde : « Comment une ancienne petite frappe du djebel Jordanien, sans argent, sans profession ni viatique intellectuel, devient-elle en moins de trois ans, l’ennemi no1 de l’hyper-puissance en Irak ?  »

    parce qu"il en a été décidé ainsi : s’en est-il rendu compte ? Je ne pense pas que son QI ait pu le permettre.

    maintenant, observons un autre QI...

    et c’est celui-là, le grand cerveau du 11 septembre, et désormais le SEUL ; comme je l’ai démontré ???

    on va continue à y croire longtemps ?

    • Pyrathome pyralene 25 avril 2010 14:27

      Non , lui ,c’est le champion du monde du waterboarding toute catégorie , bientôt une discipline olympique à part entière....


  • reivax 23 avril 2010 14:20

    Je partage l’avis de Philou017 : l’article est confus et semble réservé aux initiés.
    Par exemple, l’auteur aurait pu au début de l’article nous donner les noms « annoncés » des deux leaders tués.
    Ensuite on suppose que Maliki est le président irakien mais cela aurait plus simple de le rappeler à ceux qui ne suivent pas à fond l’actualité irakienne.


  • morice morice 23 avril 2010 14:28

    Par exemple, l’auteur aurait pu au début de l’article nous donner les noms « annoncés » des deux leaders tués.


    sixième phrase du texte : « Abu Omar al-Baghdadi est en effet un cas très à part dans le paysage chargé du grand n’importe quoi accompagnant les fables habituelles au sujet d’Al-Qaida ». 

  • morice morice 23 avril 2010 14:30

    Ensuite on suppose que Maliki est le président irakien mais cela aurait plus simple de le rappeler à ceux qui ne suivent pas à fond l’actualité irakienne.

    troisième ligne du texte 
    « Un premier ministre croupion, Nuri Al-Maliki, en difficulté électorale,  »

    dois-je en conclure que vous n’avez même pas lu l’intro ?

  • morice morice 23 avril 2010 18:19

    Maliki a raté son coup : les attentats continuent, visant à chaque fois des chiites... les partisans du baassisme de Saddam sont toujours là, et ceux qui ont armé les milices sunnites peuvent pleurer : c’est Petraeus, futur candidat républicain à la présidentielle, qui en est responsable..



  • Pierre HENRY 23 avril 2010 18:39

    des chiites ici...des sunnites la bas...cette religion (islam) qui tue au nom d’allah et de mahomet est étonnante, non ?
    a vrai dire...moins il y en a...mieux le monde se porte...alors qu’ils continuent à s’entretuer...


  • furio furio 23 avril 2010 18:49

    Ils prennent les gens pour des cons, les services états_uniens, les israéliens et autres irakiens.....et ça marche encore sur certains neus-neus. De moins en moins quand même !


  • curieux curieux 23 avril 2010 21:28

    Bien sûr, tous les morts en Irak sont des terrorristes et font partie d’Al-Qaïda. Et tous les journaleux de France et de Navarre gobent et regobent . Idem en Afghanistan. Mais au fait, c’est qui Al-Qaïda.


  • morice morice 23 avril 2010 21:38

    c’est qui Al-Qaïda.


    Power Of Nighmares...

  • morice morice 23 avril 2010 23:39

    et ça continue !!!! 


    « Jeudi, le porte-parole du commandement militaire de Bagdad, le général Qassam Atta, a affirmé que l’arrestation en mars du chef d’Al-Qaeda pour Bagdad avait permis de lancer l’opération « Saut du Lion » qui a mené aux deux chefs tués et durant laquelle 86 membres d’Al-Qaeda ont été capturés. »

    ça c’est trop beau : le gars dit que l’arrestation en mars (2009) du chef d’Al-Qaida mené aux deux ostrogoths ! Or en mars de l’année dernière, celui avait été arrêté était le même que celui tué.... décidément, ça continue allégrement la désinfo !!

  • morice morice 25 avril 2010 09:40

    et le grand cirque de la désinfo continue : ce matin, on apprend qu’AlQaida reconnaît la perte de ses leaders : exemple selon le figaro


    Reuters
    25/04/2010 
    « Le groupe al-Qaida en Irak a confirmé la mort de deux de ses hauts dirigeantsdans un communiqué mis en ligne sur internet et traduit aujourd’hui par l’organisme de surveillance des sites activistes SITE. »Or tout est dit là : encore une fois, l’info provient du site internet de Rita Katz, celle qui a déjà déclaré aux Etats-Unis qu’un fermier vendeur de poulets américain était un dangereux terroriste d’Al Qaida, et qui juste avant cette annonce avait dit que la vois des messages audio d’un des deux trucidés « ressemblait » à celle du nom présumé..pour tout savoir sur SITE ; et les productions vidéos affiliées comme IntelCenter, fondé par deux anciens de la CIA, il faut se rendre sur CentPapiers ici sur deux articles...http://www.centpapiers.com/elvis-presley-est-davantage-vivant-aujourd’hui-que-ben-laden-1/9847/
    http://www.centpapiers.com/elvis-presley-est-davantage-vivant-aujourd’hui-que-ben-laden-2/9852/on y apprend que c’est la même dame qui a proposé la célèbre cassette de Ben Laden a la barbe noire, la dernière où l’on voyait sa marionnette bouger... sortie miraculeusement juste avant l’élection présidentielle US.... Rita Katz et le Memri, fondé par l’ancien responsable du Mossad, sont les deux sites, avec IntelCenter qui lui fabrique les images, qui se chargent de faire la plus grande propagande possible à AlQaida...http://libertesinternets.wordpress.com/2007/09/08/ousama-ben-laden-fait-faire-sa-comm-par-israel-et-le-fbi-vous-avez-dit-bizarre/
    « Même plus besoin de fabriquer des sites islamistes pour rendre public les vidéos des terroristes. Il suffit de les faire passer par un site US “consacré aux terroristes”. Et vous savez quoi, la patronne vient d’Israël et bosse pour le FBI. Trop facile… Pourquoi s’emmerder, hein ? »


  • Pyrathome pyralene 25 avril 2010 14:23

    C’est rigolo , mais je l’ai pas vu passer cet article..... ?..
    C’est pourtant un article édifiant , les unes d’AV ne sont pas toujours très bien organisées....


  • morice morice 26 avril 2010 17:38

    qu’est ce que je disais sur l’Irak ???? Irak= Floride ????


  • morice morice 27 avril 2010 11:37

    la floride, effectivement :

    « Election Ruling in Iraq Favors Prime Minister as Crisis Grows »

  • morice morice 29 avril 2010 12:39

    mort pas mort ?


    pas mort...

    « He’s alive. He’s got some minor injuries, » said a Pakistani security source who spoke on the condition of anonymity because he is not authorized to discuss such issues. The source said Mahsud is believed to be hiding somewhere in the tribal areas, but would not specify which district authorities believe he is in.

    comment les services secrets de l’ISI le savent ? Bonne question. On va demander à Balladur ce qu’il en pense ?

  • morice morice 15 mai 2010 12:55

    le spectre se précise



    rappelons que Joe Biden avait dans ses cartons une partition duj pays en 3 morceaux : Kurdes, Sunnite et Chiite. A moins de le faire, le pays ne tiendra pas debout... les jours prochains s’annoncent très sombres pour l’Irak : le pays est ingérable.

  • morice morice 1er juin 2010 22:23

    bis 


    Vérification faite, le numéro 3 tué avant hier... avait déjà été annoncé mort il y a deux ans...

    « 
    Media Reports Death of Al-Qaeda No. 3 Killed in 2008

     »On Monday evening and Tuesday morning, The New York Times and The Washington Post both ’broke’ a story. ’Al-Qaeda’s third-ranking operative, an Egyptian who was a founding member of the terrorist network and a key conduit to Osama bin Laden,’ has been killed in Pakistan by a US predator drone. The alleged al-CIAduh No. 3, Mustafa Abu al-Yazid, is also known as Sheikh Saeed al-Masri. However, Saeed al-Masri was reported ’killed’ in August 2008.

    Al-Qa’eda’s Abu Saeed al-Masri ’killed on Afghan border’ 12 Aug 2008 A senior commander of al-Qa’eda has reportedly been killed in recent clashes with Pakistani forces on the Afghan border - the fourth leader of the terror group to be killed in as many weeks. Abu Saeed al-Masri, said to be among the top leadership in the terror group, was killed in fighting in the hotly disputed border between Pakistan and Afghanistan. « He was believed to be among the top leadership of al-Qa’eda, » the senior security official in Pakistan said.

    Official : Senior Al Qaeda Commander Killed in Pakistan 12 Aug 2008 Senior Al Qaeda commander Abu Saeed al-Masri has been killed in recent clashes with Pakistani forces in a Pakistani region near the Afghan border, a security official told Reuters on Tuesday. « He was believed to be among the top leadership of Al Qaeda, » the senior security official told the news agency on condition of anonymity... Pakistani television identified the man as Mustafa Abu al-Yazid and said he was also known as Abu Saeed al-Masri.


    bon, ben il est mort deux fois à deux ans d’intervalle : pas mal, hein... euh, la CIA, faudra vous payer un archiviste... 

    • italiasempre 1er juin 2010 22:33

      C’est fou ça quand même !

      Tout pareil qu’Ingrid annoncée morte il y a deux ans...vérification faite, elle est toujours pas morte.

Réagir