lundi 27 mai - par hommelibre

Campagne pro-Lgbtetc à Genève : d’où viennent ces données ?

En ce mois de mai la ville de Genève subventionne une campagne contre les phobies de genre. Touxtes les phobies de genre. Touxtes, un exemple de l’ignominie lexicale qu’on nous impose.

Indices ?

Je l’ai utilisé par provocation il y a longtemps et maintenant je le vois repris par les autorités ! Je ne suis pas certain d’en être honoré. Mais c’est la mode.

Je prends une première déclinaison de l’affiche reprise du site officiel de la ville. Affirmation : 1/3 des personnes sans domicile fixe sont Lgbtiq+.

Si vous avez vu cette affiche et êtes étonné par ce chiffre, comme moi vous vous êtes précipité sur internet pour trouver l’étude à l’origine de cette affirmation. Et comme moi vous n’avez rien trouvé.

Si, une seule info sur le site de la ville :

« … on estime que 25 à 40 % des jeunes personnes sans domicile fixe sont LGBTIQ+. »

On estime, on ne sait pas. Mais sur quelle base estime-t-on ? Aucun indice. En France une étude détaillée sur qui sont les sdf ne mentionne même pas les lgbt.

Une autre étude reconnaît que les données sur les jeunes sdf font défaut mais arrive cependant à déterminer ceci :

« Bien que des données exhaustives fassent défaut partout dans le les jeunes personnes LGBTIQ+ sont touchées de façon disproportionnée par ce problème. »

 

lgbt,sdf,geneve,campagne

Invérifiable

Ou encore :

« 41 % des jeunes personnes intersexes entre 18-24 ans ont été sans domicile fixe, d’une manière ou d’une autre. »

C’est précis, ça, 41 %. Mais comment le savent-ils sans études ? C’est magique. Mais pas sérieux.

Un autre site annonce 28 % de personnes lgbt chez les sdf ou les personnes ayant à un moment subi une instabilité domiciliaire :

« 28% of LGBTQ youth reported experiencing homelessness or housing instability at some point in their lives. »

Ici c’est 8 %. Et ici 17 %.

Un autre document annonce qu’une personne lgbt sur 5 est ou a été sdf. Alors, 20 %, 33 %, 41 % ? Genève est entre les extrêmes. Les concepteurs de la campagne ont-il choisi au pif ? Notons qu’aucun des ces chiffres n’est vérifié et confirmé, à ma connaissance.

Au final on ignore le chiffre réel. La campagne tente également d’établir un lien entre sensibilité climatique et identité de genre :

« Saviez-vous que le changement climatique impacte particulièrement les personnes LGBTIQ+ ? »

C’est invérifiable. Mais cela ajoute une couche à la victimisation de cette communauté. C’est le but, non ?

 



9 réactions


  • Sirius Sirius 27 mai 18:08

    merci

    grâce à la première illustration, j’ai enfin compris le drame intérieur qui se joue dans les campings pour les BAC+5 équipés de smartphones wifiphages


  • saint louis 27 mai 18:14

    Il serait plus intéressant de mesurer le degrés de précarité des SDF.

    Certains SDF sont très à l’aise financièrement, mais ne disposent pas d’adresse fixe pour les contacter, et cela peut être un choix judicieux.

    Après qu’ils soient normaux ou lgtb, on s’en moque, ce n’est pas notre problème.


  • ETTORE ETTORE 27 mai 19:39

    Il semblerait donc, qu’en Suisse, siège du gnomon geyser érectile et LACtile, quand vous cherchez un logement, vous êtes sensés poser vos attributs sexuels sur la table ! ( notez le « S » comme SuiSSe, parce que, quoi que vous en fassiez, ou pas, faudra expliquer le pourquoi du comment de sa présence,( ou de son ablation, et évitez de le faire passer pour un décapsuleur, ou autre poignée de télé siège, les suisses on un humour vignette au ras du lac, des jours sans vagues )

    Donc.....C’est histoire d’attester, que vous avez de quoi ouvrir la porte de votre futur « chez vous », même avec les mains, ( ou celles des autres) pleines de courses.

    Naaan, mais sérieux ?

    Cela frise la démence chronique, quand on arrive à un tel gerbage continu, de

    « minorités invisibles » qui deviennent si visibles, que cela vas entrainer de véritables eczémas de rétine, avec des clignement des yeux, qui risquent, par fausse invitation, de mettre en danger tout ou partie de votre être, que vous n’exposez généralement qu’à la vue d’un tronc d’arbre, qui n’en a rien à branl...de l’état de votre prostate en soulagement de geyser ridicule !


  • SilentArrow 28 mai 03:02

    @hommelibre

     

    Saviez-vous que le changement climatique impacte particulièrement les personnes LGBTIQ+ ?

    On aurait enfin trouvé une utilité à ce « changement climatique » !


    • ETTORE ETTORE 28 mai 13:36

      @SilentArrow
      Certainement !
      Une nouvelle variété de « Fungus campaniolus » !
      Certains se trouvent facilement dans les bois . ( suffit de se pencher)
      D’autres en boite ....scélé-e-ctive !
      Avec une nouvelle science dévolue : « La mycologie » l’autre branche des mycoses qui attaque les bouts, mal protégés !
      Mais bon, en vas pas en faire tout un Paris, pour être sûr de prendre son pied !


  • zygzornifle zygzornifle 28 mai 08:34

    la ville de Genève subventionne une campagne contre les phobies de genre

    En ce moment on a droit a une phobie de la Macronnie contre le RN ....


    • ETTORE ETTORE 28 mai 20:15

      @zygzornifle
      En ces temps incertains, même à l’adresse de la banqu-ise la plus haute....
      Est ce que « phobie » a un lien de parenté avec « phoque » ?
      Je sais que pour la chèvre qui se dit non binaire = Pho-bique.
      Le phoque un peu désaxé = Lou-phoque.
      Mais c’est comment le nom pour un phoque-bi ?
      Oh t’as ris, toi,...... j’ai vu !


  • rogal 28 mai 09:49

    Phobies... phobies... Vite, psychiatrisons !


  • Maître Yoda Maître Yoda 29 mai 21:17

    Etre lgbtq+, c’est se conformer à un code moral et social, alors il doit y avoir pas mal d’entraide. Les indépendants souffrent certainement beaucoup plus qu’eux mais ça ne valorise aucun biais politique, d’où l’arnaque.


Réagir