samedi 9 janvier - par Séraphin Lampion

Captain America a la gueule de bois

"Je suis sans voix", a tweeté Chris Evans, le Captain America de la saga Marvel. "Accepter les résultats d'une élection légitime et démocratique est patriotique. Les refuser et inciter à la violence est anti-américain".

Le 6 janvier, le vice-président Mike Pence avait convoqué les deux chambres du Congrès pour certifier officiellement l’élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis, une cérémonie (plutôt qu’une une procédure) qui prend environ une heure, enfin… normalement.

Mais ce jour-là, l’ambiance n’était pas à l’unité. Plusieurs parlementaires républicains ont prolongé la séance en formulant des objections sur les résultats eux-mêmes, puis des milliers d’aficionados du président sortant ont pris d'assaut et « occupé » le Capitole, le sanctuaire mondial de la « démocratie ». Un sacrilège.

Les « supporters » du slogan « Make America Great Again » portaient des chapeaux affichant l’acronyme « MAPA » et arboraiant des drapeaux à la gloire de leur champion. Pendant qu'ils se défoulaient dans les bureaux administratifs, les parlementaires ont été invités par les services de sécurité à s'abriter dans une galerie. Muriel Bowser, la maire de Washington, DC, a alors mis la capitale américaine sous couvre-feu et a annoncé un état d'urgence de deux semaines.

Publicité

Ce qui est surprenant, c’est que tant de gens soient surpris !

Trump martelait depuis plusieurs semaines que la présidence lui avait été « volée » et incitait ses partisans à résister et saboter le transfert de pouvoir. Il ne s’était pas caché pour faire pression sur les élus républicains, y compris Pence, pour qu'ils passent outre leurs obligations constitutionnelles et le maintiennent à son poste. Il avait même passé un appel téléphonique au secrétaire d'État de Géorgie, Brad Raffensperger, pour lui demander de « trouver les votes » dont il avait besoin pour remporter le « swing state ». Autrement dit, il avait fait ouvertement ce qu’il reprochait aux autres de faire en cachette.

Quelques heures avant l'émeute, dans un discours près de la Maison Blanche, le même Trump avait qualifié le résultat des élections d '« assaut flagrant contre notre démocratie » (sic), et il avait encouragé ses partisans à « descendre au Capitole », en ajoutant : « Vous ne reprendrez jamais notre pays par la faiblesse ».

Des parlementaires et républicains et des médias conservateurs ont aidé Trump à inciter ses partisans à la violence. De nombreuses personnalités de l'establishment républicain de haut rang ont refusé de condamner ses tentatives illégales d'annuler les élections jusqu'à la dernière minute, car elles avaient peur de perdre le soutien des millions de fidèles de Trump et, du même coup, l’accès aux manettes par leur lobby. D'autres, plus avisés, ont choisi d'ignorer ou de minimiser les gesticulations présidentielles après avoir compris que son influence ne serait bientôt plus qu’un souvenir.

Aujourd‘hui, le Capitole est sécurisé et la victoire de Biden certifiée. Les politiciens de tous bords condamnent celui que certains parmi eux ont adoré et soulignent le « défi » auquel la nouvelle administration et le pays sont confrontés.

Ils se réveillent un lendemain de cuite ? Ils ne voyaient pas les manifestations continuelles dans les rues et n’entendaient pas les pétards ?

Publicité

Ils croyaient simplement à l’adage « To big to fail ». Pour eux, la « démocratie » américaine dont le contenu se résume pour 90% des citoyens au fait qu’il s’agit du contraire du « totalitarisme », terme fourre-tout permettant d’exorciser le démon, était tout simplement trop forte pour « faillir » (échouer, tomber…). Ajoutez une pincée d'exceptionnalisme américain et la foi en la supériorité des institutions libérales anglophones, et vous réussirez une merveilleuse recette de dessert indigeste.

La croyance quasi religieuse en l’invulnérabilité des institutions américaines est devenue particulièrement forte après l’implosion de l'Union soviétique vécue comme une victoire au pays de McCarthy. Aux yeux de beaucoup, la « démocratie » avait catégoriquement prévalu sur la dictature, et c’était la fin de l’histoire, comme l’avait prédit Fukuyama.

La question est de savoir si le « trumpisme » survivra à Trump, mais aussi s’il existe une autre alternative au mondialisme que celle de la démagogie baptisée « populisme » par les experts médiatiques de la manipulation qui n’osent plus utiliser le mot « fascisme » ?

« La division entraîne la chute » était le sous-titre d’une des affiches de « Civil war », le plus grand succès de la série consacrée au super-héros de la « démocratie ».



127 réactions


  • zygzornifle zygzornifle 10 janvier 09:28

    Par contre en Europe capitaine Arabica se porte bien .....


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 10 janvier 10:07

    Un article intéressant !
    Très bien écrit .....

    ttps ://www.atlantico.fr/decryptage/3595307/trump-banni-de-twitter---nous-francais-ne-pouvons-accepter-ce-qui-se-joue-en-ce-moment-pour-la-liberte-du-monde—gilles-platret

    De qualité nettement supérieur à la bêtise crasse du tas de planches pourries d’AGV.
    Car il aborde la notion de liberté d’expression que le tas de planches pourries est incapable de défendre . Puisque inféodé au Macronisme crasseux .


    • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 10 janvier 10:11

      @SPQR Sono Pazzi Questi Romani

      Le renouveau de la région bourgogne / franche-comté trop longtemps massacrée par la pestilentielle vieille peau,,,ute qui l’a maquereaute actuellement .


    • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 10 janvier 11:25

      Dans un monde globalisé, ce qui secoue une grande nation ne peut manquer d’ébranler toutes les autres. A fortiori lorsque des technologies de dimension planétaire, dont l’existence, certes guidée par la recherche du profit financier, n’en constitue pas moins un moyen d’expression entre tous les habitants de la planète, décident de se faire gendarmes de la pensée.

      Les événements de cette nuit, en Amérique et dans le monde entier, au moment où les Gafa ont décidé de lancer l’offensive contre le 45e président des Etats-Unis d’Amérique, Donald Trump, et nombre de ses soutiens, ne peuvent par conséquent nous laisser indifférents.

      On peut aimer ou détester Donald Trump.

      On peut considérer que les milliers de témoignages qui tendent à prouver une fraude électorale organisée en novembre dernier dans un grand nombre d’Etats américains n’ont aucun fondement, quoi qu’ils aient été produits sous serment et donc avec le risque accepté de peines de prison en cas de mensonge avéré de leurs auteurs.

      On peut estimer que ce provocateur-né qu’est Trump a sous-estimé, en la rassemblant au pied du Capitole, la force inépuisable d’une foule en colère dès lors qu’elle pense avoir le droit pour elle, quoique l’envahissement du Capitole ne pouvait rationnellement aboutir à rien d’effectif politiquement.

      On peut détester les méthodes de Trump, rejeter sa politique, vomir son entourage.

      On peut même contester le fait qu’il a conduit une politique de pacification partout dans le monde et qu’il a utilement refusé, contrairement à son adversaire démocrate, de mettre un genou à terre comme le lui enjoignait le délirant et liberticide mouvement Black live Master.

      Mais on n’a pas le droit de refuser de voir à quel point la décision arbitraire de fermer hier soir son compte Twitter, qui constituait son principal moyen d’expression -lequel se trouve bien souvent être également le nôtre- et l’offensive coordonnée d’autres Gafa cette nuit sur tout ce qui est trumpiste, compromettent notre liberté elle-même.

      Nous, Français, sommes les héritiers de Descartes et de Voltaire, qui ont eu l’audace de poser les principes révolutionnaires de l’autonomie de la pensée et du droit d’en user pour exprimer ses idées en acceptant toujours que son adversaire exprime pareillement les siennes.

      Nous, Français, sommes les héritiers de Montesquieu et de Constant, qui ont trouvé, dans l’équilibre des pouvoirs, le plus sûr moyen de garantir la liberté du peuple en prévenant ce dernier des risques de la dictature.

      Nous, Français, sommes les héritiers de ce peuple de Paris qui, pour sa protection et contre l’arbitraire, a pris d’assaut la Bastille le 14 juillet 1789. Ah ! je n’ose imaginer ce qu’un système médiatique tel que celui de l’Amérique de 2021 aurait pensé alors de cet événement fondateur ! Que n’aurait-on crié aux émeutiers, aux complotistes, aux factieux ! Et pourtant, ce sont ces émeutiers, ces complotistes, ces factieux qui ont renversé l’équilibre séculaire de la monarchie de droit divin, briser les fers qui entravaient le peuple français et fonder sa liberté.

      Nous, Français, sommes les héritiers de ces Poilus de 14 qui ont offert leur corps épuisé en rempart contre l’offensive ennemie visant à nous asservir et à faire triompher l’impérialisme prussien en Europe et ailleurs.

      Nous, Français, sommes les héritiers de ces résistants anonymes qui, dès l’été 1940, ont risqué leur vie et celle des leurs pour combattre l’occupant nazi et faire cesser l’intolérable occupation du sol de la Patrie.

      Si nous avons encore cela au cœur, si tous ces morts, si tous ces sacrifiés, qu’ils aient coiffé le bonnet phrygien en 89, le képi garance en 14 ou le béret maquisard en 44, ne sont pas partis pour rien, alors nous ne pouvons accepter qu’un ordre de pensée planétaire, reposant sur des moyens technologiques contrôlés par une oligarchie idéologisée, puisse nous dicter ce que nous avons le droit de dire ou de ne pas dire et nous faire taire si cela lui déplaît.

      Que personne ne s’y trompe, la liberté qu’on retire à notre voisin, que cela nous indiffère ou, pire, nous réjouisse, c’est le prélude au retrait de la nôtre.

      Tout se tient dans ce monde, tout se tient pour la cause de la Liberté.

      Ne croyons pas que les événements terribles de cette nuit se cantonnent à la rive occidentale de l’Atlantique. Ils sont les nôtres. Et demain, avec la même violence, les Gafa nous interdiront de dire ce que nous voulons dire.

      Dans notre pays même, sur cette glorieuse terre de France encore imbibée du sang de ses défenseurs, nous laissons trop faire ceux qui cherchent à nous faire taire.

      Il n’est pas un Français ami de la Liberté, quelles que soient ses opinions politiques, quelle que soit sa vision du monde, qui puisse accepter sans mot dire cette terrible évolution. Nous serons, face à l’Histoire, face à nos enfants qui nous jugeront, tenus pour responsables de l’attitude qui sera précisément la nôtre dans cette période où la menace sur nos libertés publiques devient une réalité.

      Pour ma part, face au soleil qui monte en ce matin du 9 janvier, tenant la cause de la liberté d’expression comme sacrée, je crois de mon devoir de citoyen de coucher ces mots sur le papier, pour prendre date et réveiller immodestement quelques consciences afin que la nuit ne retombe pas trop vite sur notre pays.


  • vachefolle vachefolle 10 janvier 10:59

    Nouvelles du Multivers :

    Univers Biden.079976 :

    Comme prévu le congrés a validé les votes des etats qui étaient préalablement certifiés. Tous les recours en justice de Trump et du Kraken ont été balayés, y compris par des juges Trumpistes ou la cour Supreme. Dominion lance un proces contre Powell pour diffamation et réclame plusieurs milliards de $

    Grace aux délires complotistes de Trump en géorgie et a sa tentative de manipulation des votes, la Georgie a donné les deux sénateurs démocrates qui manquaient a Biden pour avoir la majorité. Les républicains en ayant choisi un cheval fou incontrolable, ont absolument TOUT perdu, et peut etre même leur parti, entre une tendance populo-autocratique-fasciste et les modérés du partie, cad ceux qui croient que les valeurs de la démocratie et de la constitution sont supérieurs aux intérets personnels.

    Univers TRUMP.679597

    TRUMP ne concede pas sa victoire. La vidéo ou Trump l’accepte est un FAKE manipulé par les médias sionisto-capitaol-Russo-Chino-communistes. TRUMP est encore président est a tout le temps d’ici 10 jours de declecnher l’état d’urgence et de reprendre la main sur les médias corrompus (meme foxnews).

    Les manifestants qui ont envahis le capitole etaient des agents du FBI et de la CIA déguisés, pour faire tomber TRUMP.

    Dernier episode de cette fin malheureuse et affligeante de Trump, le 20 Janvier, ou il ne sera pas présent a l’investiture, mais certainement en train de jouer au golf, l’activité principale de ses 4 dernières années.


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 10 janvier 11:22

    D’ailleurs, ce que Philippe ne voulait pas endossé , le dahu de matignon, recruté parmi les autistes de la politique française, fait ce que Macron voulait imposer à Philippe. 
    Pourrir les élections de 2022 .

    Les LREM et ses supplétifs (Modem, agir ensemble , ecolo , UDI....etc) présentent en version imposé d’une réforme du mode de scrutin électorale .

    1 Le vote par correspondance .

    2 La mise en place de machine DOMINION ....etc.

    Le tas de planches pourries toujours aussi silencieux , révèlent leur miséreuses collaborations Pétainiste avec Macron .


     


    • Eric F Eric F 10 janvier 12:03

      @SPQR Sono Pazzi Questi Romani
      ce qui est marrant, c’est que dans les états où Trump a remporté la majorité, les machines Dominion étaient aussi utilisées et il y a aussi eu des votes par correspondance.


  • goc goc 10 janvier 12:28

    La question est de savoir si le « trumpisme » survivra à Trump

    Je crois que tout le monde est en train de se faire « enfler » voir « cocufié » par Trump. Car les Democrates, et autres judas Républicains ont beau tout faire pour éliminer Trump de la course en 2024, ils oublient tous que Donald a déjà un remplaçant, et c’est tout simplement son fiston, qui lui n’est mouillé dans rien (pour l’instant). Et si en plus « ils » font l’erreur majeur de transformer Donald en martyre, autant le dire de suite, le fils Trump se retrouve avec un chemin tout ouvert pour aller siéger à la Maison blanche. Et je vous épargne l’insulte suprême pour les anti-Trump, à savoir faire un ticket « Trump fils » comme président et « Trump père » comme vice-président.


  • Silence, on pique ! Silence, on pique ! 10 janvier 13:34

    Sondage au pied levé. Sur 10 personnes 7 détestent Trump.

    On leur demande les raisons.

    Sur les 7, seulement 1 est capable d’argumenter intelligemment, sans haine.

    Les 6 autres, incapables d’énumérer autre chose que la ligne officielle des medias, mot pour mot. 


    • Joseph DELUZAIN Joseph DELUZAIN 10 janvier 16:09

      @Silence, on pique !
      Surpris par votre commentaire ... c’est à peu de chose près ce que je dis fréquemment à mes amis et clients étrangers quand ils me posent cette question :« mais pourquoi les Français sont ils autant concernés par la politique ? Et pourquoi en parlent ils si souvent en argumentant comme des politologues ? » Ne sachant quoi répondre je leur sors la même démonstration que vous faites. Et je crois que c’est la plus juste qui soit. 


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 10 janvier 15:55
    USA : le général Flynn appelle à suspendre la Constitution

    https://www.voltairenet.org/article211815.html


    • slave1802 slave1802 12 janvier 18:51

      @SPQR Sono Pazzi Questi Romani

      Votre lien est daté du 1er décembre, question scoop on repassera !
      Quand au résultat, 1 mois et demi plus tard, on l’attend toujours !

      Autre chose ?


  • jef_frayeur 10 janvier 22:33

    La pression est énorme sur le candidat du pd. Surtout en matiere des solutions économiques très difficiles à mettre en place même avec l’appui des 2 chambres car l’efficacité n’est pas encore démontrée. 

    Les supporters du 45e avaient le droit de s’approprier le capitole ça leur appartient aussi... on les dépeint comme des anti démocrates ? Bah oui ils sont pas democrates et alors ? On en parle de l’absence des débats pendant la primaire des démocrates ? Toutes les propositions du candidat du pd ont été faites après cette primaire. 

    Le fait d’organiser une élection n’est ni l’apanage démocrate ni celui des républicains c’est seulement un outil qu’ils ont en commun.

    Seuls les républicains américains ont su gérer le virus en appelant à continuer de travailler tout en se protégeant. Les démocrates ont ruiné leurs états respectifs. 


    • jef_frayeur 10 janvier 22:57

      Les manifestants ayant investi le capitole peuvent s’appuyer sur la liberté d’expression qui n’est pas seulement verbale mais aussi physique. C’est donc un bon signe . 

      Le 45e président est un très bon président au vu de tout ce qui a été entrepris. 


    • jef_frayeur 10 janvier 22:58

      Les manifestants ayant investi le capitole peuvent s’appuyer sur la liberté d’expression qui n’est pas seulement verbale mais aussi physique. C’est donc bon signe . 

      Le 45e président est un très bon président au vu de tout ce qui a été entrepris. 


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 11 janvier 09:51

    Accrochez vous :

    Trump vas avoir recours à la loi martiale ce jours-ci !!!

    .
    Il y aura des arrestations massives des faussaires de l’élection américaine et j’espère aussi dans les médias américaines ... cette vague déferlante risque de passer sur l’Europe.... faites vos improvisations ...


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 11 janvier 11:37

    A lire certaines réactions, on voit bien que l’enfumage Trump a super bien marché ^^


  • LVOLC 11 janvier 11:44

  • LVOLC 11 janvier 11:46

    Les Usa sont entrés en GAFAMOCRATIE


  • slave1802 slave1802 12 janvier 13:17

    Au fait, il semblerait que le pape soit déjà sorti de sa garde à vue...

    Si tant est qu’il n’y soit jamais rentré !

    mes amitiés et un entonnoir à Dct X


    • Gollum Gollum 12 janvier 13:41

      @slave1802

      Ah mais non celui qui est au Vatican est un sosie choisi par l’état profond... C’est le doctor fou qui vient de me le confirmer à l’oreillette...


Réagir