dimanche 11 novembre 2018 - par guylain chevrier

Centenaire de 14-18 : L’imposture d’une réconciliation franco-allemande jusqu’à la mascarade

On fête encore une fois la « réconciliation franco-allemande à l’occasion du centenaire de la Première guerre mondiale. Mais de quoi nous parle-t-on ? La réconciliation de qui avec qui ? De la France avec elle-même, au regard d’une première guerre mondiale commémorée uniquement autour du drame humain qu’elle fut, sans rien rappeler de ses causes et nécessités historiques ? En tout cas pas avec l’Allemagne dont on sait peu, que le 11 novembre ne représente rien de l’autre côté du Rhin, qu’il n’y a aucune commémoration publique et rien quasiment dans les musées, aucun monument aux morts digne de ce nom, aucun regret d’avoir été à l’origine de cette Première guerre mondiale, puisque c’est l’Allemagne, contrairement à ce qu’on laisse planner, qui l’a bien déclarée. Les principaux concernés, les Allemands, s’en fichent. Seuls leurs journaux de ce jour, du fait de la présence en France d’Angela Merkel, s’en sont faits l’écho, et donc très ponctuellement, avec surtout des témoignages de leurs soldats.

Un discours de culpabilisation qui rend les peuples responsables renvoyés dos à dos

N’est-il pas incroyable de nous tenir un discours de culpabilisation générale sur cette guerre, derrière l’image d’une boucherie gratuite, mettant tous les peuples dans le même sac d’un nationalisme ne les faisant rêver que de se combattre, comme si c’était les peuples qui prenaient les décisions de se faire la guerre, jusqu’à donner l’impression que cette guerre n’avait aucun sens, y compris le sacrifice des Poilus ? Si elle a surtout il est vrai profitée aux « Marchands de canons » qui n’ont pas de camp, on ne saurait oublier l’intransigeance d’un empereur allemand réclamant sa part dans l’influence des grandes puissances européennes, à quoi il entendait qu’elles se soumettent, dont il posa l’ultimatum lors de son discours à Tanger en mars 1905, qui fut la véritable déclaration de guerre. On assista à l’affrontement entre un Empire belliqueux et une république, des démocraties, ce qui ne fut pas rien dans cette opposition, jusqu’à ce que le monde entier quasiment se ligue contre l’ambition de domination d’une nation qui était devenue l’ennemi commun. L’Empire allemand prend fin le 9 novembre 1918, par l'abdication de l’empereur Guillaume II, remplacé par la République de Weimar. 

On veut renvoyer dos-à-dos les protagonistes, en rajoutant à la chose le mythe d’une défaite allemande à laquelle la France aurait rajouté l’humiliation comme cause au nazisme, pour nous culpabiliser encore un peu plus. Mais il n’y a rien de plus faut, c’est l’argument qu’utilisa Hitler pour nourrir le nationalisme qui conduira à la barbarie. On nous fait oublier que l’Allemagne (La Prusse) en 1870 a gagné la guerre contre la France en lui soustrayant une région et en en obtenant un trésor. Faudrait-il à tout prix chercher la première humiliation qui motiva les autres, ou s’interroger sur le fait, que c’est bien l’Allemagne qui fut deux fois à l’origine des deux seules guerres mondiales de l’histoire ? Et ce serait en quelque sorte à nous de nous excuser de cette guerre par ce genre de commémoration à sens unique, pendant que du côté de l’autre partie, on la méprise ? Avec le thème central de cette réconciliation, on cherche surtout par l’effet d’une leçon de morale aux peuples, à nous endormir.

La France et l’Allemagne, deux conceptions radicalement différentes de la nation

Publicité

Si pour l’Allemagne d’aujourd’hui, cette date ne représente rien, ne serait-ce pas parce qu’on n’y est jamais sorti d’une vision de la nation qui est celle fondée sur la langue, la race, la religion, considérant la nationalité comme étant transmise par les ancêtres, par le sang pur ? Ne serait-ce pas cette conception de la nation qui serait à l’origine du nazisme ? Ce sur quoi se sont depuis longtemps d’ailleurs accordés les historiens. C’est seulement en 2000 que fut introduit dans les institutions allemandes un élément de droit du sol dans le Code de la nationalité : « Les enfants d'étrangers nés sur le territoire allemand, de parents étrangers également nés en Allemagne et y ayant vécu de façon durable, sont maintenant allemands à leur naissance ». Et cela, avec pour conséquence, une société allemande où l’on ne se mélange pas, où chacun vit dans sa communauté, sous le signe du multiculturalisme. C’est Angela Merkel qui expliquait à un récent congrès de son parti, la CDU, Union chrétienne démocrate, qu’il fallait revenir aux « références allemandes » pour tous, face à l’échec du multiculturalisme, autrement dit, aux racines chrétiennes de l’Allemagne pour les imposer comme la seule référence. C’est tout le contraire de la France, pour laquelle la nation est le produit de la volonté des individus et de leur libre choix de s’associer, de la citoyenneté avant tout, d’une terre civique d’où viennent les droits, d’un Etat impartial parce que séparé sans ambiguïté du religieux, et ainsi où l’on se mélange. Le droit du sol y a été acquis dès la Révolution française et définitivement adopté en 1889 par la IIIe République. Jusqu’à faire qu’un enfant né et ayant vécu au moins cinq ans en France de parents tous deux nés à l'étranger, puisse devenir français à sa majorité s'il y a sa résidence habituelle, et ce, de façon automatique, à moins qu’il ne le refuse.

Une négation de l’histoire et rien que de la politique politicienne : une mascarade !

Travestir ainsi les choses et laisser une partie des protagonistes d’une telle guerre en nier la réalité jusqu’à la faire sortir des mémoires, constitue une faute grave devant l’histoire, et montre combien l’Europe n’a rien d’un monde uni autour des mêmes valeurs (1). Avec ça, elle est belle l'histoire européenne !

En réalité, cette réconciliation avec ses diners officiels, n’est qu’une vitrine déconnectée qui sert l’image du couple franco-allemand à la tête d’une Union européenne, en mal de légitimité. Elle réactive le mythe de son origine, dont la profession de foi était, par la création d’une union politique et économique, de repousser le risque de guerre et d’assoir la paix, jusqu’à en obtenir pour l’UE un prix Nobel en 2012. Une gageure, alors que le centre des conflits s’était depuis longtemps déplacé vers l’Est. Cette union européenne s’était faite avant tout contre le Bloc communiste. D’ailleurs, on ne cesse, pour prolonger cette tradition, de désigner la Russie comme l’ennemi, en créant des tensions qui n’ont rien à voir avec l’esprit de fraternité entre les nations, mais plutôt l’esprit guerrier. On n’a pas hésité à soutenir les nationalistes ukrainiens et à les mettre au pouvoir, parce que ce sont les dignes héritiers du plus violent des anticommunismes, qui vouent à la Russie une haine farouche. Il y a une toute autre histoire commune à écrire, mais à la condition de ne pas se mentir ou de truquer les cartes.

Il y a vraiment quelque chose d’un tour de passe-passe insupportable dans cette commémoration, à quoi toute la machine médiatique se prête, qui tient de l’imposture autant que de la mascarade.

Publicité

 

1-Le Centenaire de 14-18 et la Nation : Trahison des élites et désinformation ! 14/11/2017

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-centenaire-de-14-18-et-la-198679



69 réactions


  • Laulau Laulau 11 novembre 2018 11:21

    « On assista à l’affrontement entre un Empire belliqueux et une république, des démocraties »

    Oui mais une république un tantinet revancharde, l’œil fixé sur la ligne bleue de Vosges. Et une république à la tête d’un empire colonial qu’elle entendait garder.

    Pour le reste beaucoup de vrai dans cet article.


  • Séraphin Lampion NEMO 11 novembre 2018 11:41

    Intéressant.

    Le catéchisme laïc écrit par les hussards noirs de la république au service des maîtres de forges a été tellement rabâché par les instits dans les oreilles et les cerveaux les citoyens actuels de toutes les générations que le récit national a pris dans bien des esprits la place de la vérité historique, pourtant simple et énoncée sobrement par Anatole France :

    ’On croit mourir pour la patrie, on meurt pour les industriels !"

    Lequel, Anatole France, a écrit aussi :

    “La paix universelle se réalisera un jour non parce que les hommes deviendront meilleurs mais parce qu’un nouvel ordre, une science nouvelle, de nouvelles nécessités économiques leur imposeront l’état pacifique.”

    Mais ça, c’est une autre histoire, justement.


  • Alain 11 novembre 2018 12:57

    Que de méconnaissances historiques dans cet article. Un ramassis de grands principes qui vont à l’encontre des faits, du stéphane bern en somme.

    L’auteur ne semble pas connaitre « a l’ouest, rien de nouveau », pas plus que ’« 4 de ’linfanterie ». Il ne connait pas plus les revanches de chacun face aux envies de pétrole qui commence à poindre au proche-orient, les empires coloniaux qui s’affrontent pour des ressources minières.

    Les régions perdues de la France. Quel gag... Il ne connait rien à la guerre de 1870, et la commune de paris qui entraine la cession de l’alsace et de Lorraine à l’Allemagne. Un don bien volontaire de la France, qui n’avait qu’une envie : réprimer dans le sang une révolte qui grondait et qui était plein de bon sens.

    Avant d’écrire de telles inepties historique dans un article, il serait bon de se renseigner.

    Dont acte


    • Ouallonsnous ? 11 novembre 2018 19:15

      @Alain

      Si l’article de l’auteur est incomplet, que ne nous éclairiez vous  !


    • baldis30 12 novembre 2018 10:56

      @Ouallonsnous ?

      Re ...
      « Si l’article de l’auteur est incomplet, que ne nous éclairiez vous 
       ! »
       L’article mérite d’être enrichi ... c’est le propre de tout article sur AVX , mais enrichi dans le même sens que celui de l’auteur ... 
      et je partage totalement votre point de vue !


    • mmbbb 17 novembre 2018 13:13

      @Alain non il est incomplet Quant a l Allemagne , il est evident qu avec l alliance de l empire ottoman et la main mise des ressources petrolieres notamment de ce que deviendra l IRAK , cette situation strategique n avait pas échappée a l Angleterre . Il suffit de regarder le film Laurence d Arabie , il est vrai avec un parti pris , que fait il ? il sabote le chemin de fer construit par les allemands Cette ligne qui devait traverse le MO . Apres les accords de Sykes Picot , l Angletterre s empare de ce que deviendra l IRAK . Etrange coincidence historique Il faut aussi noter que cette guerre a installe le communisme en Russie . Il faut noter que cette guerre a sorti les USA de son isolement voulu par Wilson .


  • Alain 11 novembre 2018 13:04

    Quant à la fameuse démocratie française, cette beau pays...

    le film « les sentiers de la gloire »... interdit dans une démocratie pendant combien de temps ????


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 novembre 2018 13:40

    Le grand retour du KARMA. DES DETTES du passé. ENFIN. C’est toujours préférable à l’ère glaciaire. C’est la combat de la REMORE (glace qui fige nos remords, notre culpabilité) dans la glace contre la SALAMANDRE (le feu, le sel), qui détruit ou réveille le passé figé. « Histoire comique des états et empire du soleil » : Cyrano de Bergerac. Ayant la conscience totalement cristalline. C’est VOTRE problème. PAS LE MIEN.


  • Sergio Sergio 11 novembre 2018 16:10

    Ok mais, que fait-on de bien dans notre société ?


  • lloreen 11 novembre 2018 16:33

    "En tout cas pas avec l’Allemagne dont on sait peu, que le 11 novembre ne représente rien de l’autre côté du Rhin

    ".

    Vous saurez maintenant qu’on y fête la Saint Martin...C’est moins sanglant ...


  • zygzornifle zygzornifle 11 novembre 2018 16:52

    ils trouillent car le populisme gagne sur le Rothschildlisme .....


  • zygzornifle zygzornifle 11 novembre 2018 16:55

    Macron ferait mieux de s’occuper des immeubles a Marseille car se mêler de cette période alors qu’on n’était même pas un spermato dans les couilles a papa ça craint autant qu’une selfie Antillaise .....


  • Alain 11 novembre 2018 16:58

    ah, les démocraties... 

    La cérémonie d’aujourd’hui :

    « Lorsque l’orchestre des jeunes de l’Union européenne cesse de jouer, le président français ravive la flamme du Soldat inconnu, qui ne s’est jamais éteinte depuis son installation en 1923.
    Puis la sonnerie »Aux Morts« résonne, l’assistance se fige pour une minute de silence que rompt la sonnerie au clairon du »Cessez le feu« .
    Les dirigeants remontent alors dans les bus pour rejoindre l’Elysée pour un déjeuner dans les salons donnant sur le parc. Leurs conjoints sont reçus dans le même temps au château de Versailles. »


    En d’autres termes, des millions de morts, une petite larme pour les caméras et hop, on va manger...

    Les riches s’empiffrent... Vive la démocratie, à bas la guerre ?


    • oncle archibald 11 novembre 2018 17:22

      @Alain :

      A la campagne il est de tradition après un enterrement de se retrouver tous ensemble en revenant du cimetière pour un bon repas au cours duquel on va honorer la mémoire du défunt, se raconter des anecdotes du temps ou il était parmi nous.

      Pourquoi cela vous choque-t-il quand il ne s’agit pas d’un défunt mais de 10 millions de morts, sans compter les civils presque aussi nombreux ? Ça vaut bien un gueuleton non ?


    • Alain 11 novembre 2018 18:13

      @oncle archibald
      En effet, pour honorer la mémoire de millions de morts, rien ne vaut un gueuleton entre vendeurs d’armes à l’Elysée, pendant que les conjoints se goinfrent à Versailles. Au fait, à la campagne, quand on fait un repas, c’est l’Etat qui le paye ou la famille ?


    • oncle archibald 11 novembre 2018 18:33

      @Alain

      Si des cérémonies commémoratives de cette fin de semaine vous ne retenez que l’horrible dépense que représentent les repas entre chefs d’états organisés par la République Française je vous plains de tout cœur .... C’est franchement minable !

      Vous voudriez quoi ? Que Macron les emmène bouffer au Mac Do et chacun paye son sandwich ? Au fait cette guerre a t-elle fait des morts dans votre famille ? Vous trouvez con que notre Président ait choisi de commémorer la paix plutôt que la victoire ?

      A mon avis dans cet aréopage de chefs d’états qui se pressent autour de lui il y a davantage d’acheteurs que de vendeurs d’armes ! S’il n’y a pas d’acheteurs il n’y aura plus de fabricants et de vendeurs ! Tandis que s’il y a des acheteurs, ils trouveront toujours un fabricant et un vendeur.


    • Alain 11 novembre 2018 18:46

      @oncle archibald
      Si le bal des fauxcul, vendeurs ou acheteurs ne te gêne pas, tant mieux pour toi.
      Si dans certains endroits, la chanson de Craone a été interdite, et que tu n’y voies pas de pb, tant mieux pour toi.
      Si des millions de morts sont morts pour des vendeurs d’armes, des affairistes, et que 100 ans plus tard, la même ploutocratie jette une petite larme et court manger du caviar, ca ne te fait rien...

      Commémorer la paix ? Alors que 15 jours plus tôt, on ne s’emeut pas de vendre des armes à l’Arabie Saoudienne, alors qu’on a des troupes spéciales en Syrie sans qu’on sache ce qu’elles y font, alors qu’on a des ogives nucléaires sur des sous-marins ou des avions, alors que nous sommes dans le top5 des vendeurs d’armes mondiaux, alors que nous importons de l’huile de palme en échange de ventes de rafale, mon dieu... dans quel monde vis-tu pour sortir une horreur pareille ?


    • baldis30 12 novembre 2018 11:03

      @Alain

      bonjour
       « Au fait, à la campagne, quand on fait un repas, c’est l’Etat qui le paye ou la famille  ? »
       La curiosité est un vilain défaut !


  • Sergio Sergio 11 novembre 2018 18:10

    Ça fait 100 et 70 ans que tous les ans on se réconcilie, quand est-ce qu’on s’aime ? Remarquons que c’est plus compliqué.


  • mauriceronet 11 novembre 2018 19:03

    -La France voulait la guerre en 1914 pour venger la défaite de 1870 et pour récupérer l’Alsace et la Lorraine comme l’Allemagne voudra la guerre en 1939 pour se venger de la défaite de 1918 !


    • jef88 jef88 12 novembre 2018 15:30

      @mauriceronet
      Et l’Allemagne préparait la guerre depuis l’épisode marocain, vers 1905....
      fortifications
      gares pour troupes (j’ai habité un patelin de 200 habitants en Moselle , près de l’ancienne frontière avec un quai de gare de près d’un km de long )


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 novembre 2018 19:13

    Un rappel historique bienvenu


  • Jonas Jonas 11 novembre 2018 20:26

    "C’est tout le contraire de la France, pour laquelle la nation est le produit de la volonté des individus et de leur libre choix de s’associer, de la citoyenneté avant tout, d’une terre civique d’où viennent les droits, d’un Etat impartial parce que séparé sans ambiguïté du religieux, et ainsi où l’on se mélange. Le droit du sol y a été acquis dès la Révolution française et définitivement adopté en 1889 par la IIIe République. « 

    C’est la faille.
    Le reniement de l’héritage civilisationnel, culturel, identitaire, ethnique et religieux de la France depuis 1789 est la raison pour laquelle ce pays disparaîtra dans moins de 20 ans, sous l’immigration de masse de millions d’africains qui transformeront cette brillante civilisation en annexe du tiers-monde, quand la  »gouvernance mondiale" si chère à Macron sera réalité.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 12 novembre 2018 09:19

      @Jonas

      C’est ce que disaient déjà vos prédécesseurs lorsque les troupes coloniales occupaient la Sarre.

      C’est ce que disaient déjà vos prédécesseurs lorsqu’ils justifiaient l’esclavage aux USA.

      Vous voyez, vous êtes en très bonne compagnie. smiley


  • l’alsacien 11 novembre 2018 20:35

     Un autre avis sur cette guerre :

     

    Les origines de la première Guerre Mondiale Henri Guillemin

    https://www.youtube.com/watch?v=3waPliT6ciw


  • egos 11 novembre 2018 20:51

    Pas de commémoration du 11 nov. en Allemagne.

    D’un autre côté, nous n’avons pas de Tarfalgar Square ou de Waterloo Station non plus.


  • George L. ZETER George L. ZETER 11 novembre 2018 22:55

    l’Allemagne célèbre le 9 novembre 1918, jour de la fin de la monarchie et déclaration de la république.


    • bob de lyon 12 novembre 2018 12:16

      @George L. ZETER

      Le 9 novembre est un jour de nostalgie romantique en Allemagne : putsch raté de Munich, Nuit de Cristal et plus tard démolition du Mur de Berlin… c’est pourquoi le 3 octobre fut choisi comme jour de fête national outre-Rhin, il rappelle la réunification du pays.

      Les autres jours fériés sont décidés au gré du Land.


  • Kapimo Kapimo 12 novembre 2018 00:50

    Sans rentrer dans les mécanismes/intérets à l’origine de ce conflit (mes quelques lectures me laissent penser que l’Angleterre a été le pays le plus pousse-a-la guerre), je suis d’accord avec le fait que cet étalage d’amour « franco-allemand » de la part de Macron est lamentable.

    Les allemands sont très contents qu’on leur cire les pompes et qu’on vante à longueur de temps l’UE et l’euro, dont ils sont de très très très loin les principaux bénéficiaires, à commencer par la destruction des industries de leur concurrents directs. Macron n’obtiendra rien à faire une telle lèche, sinon peut-etre un futur poste de Direction dans la dictature UE.


  • chantecler chantecler 12 novembre 2018 05:58

    Soyons sérieux :

    Dans cette guerre de 14/18, l’Allemagne ,dont l’unité a été constituée en 1870 selon les voeux de Bismark , avait des visée impérialistes pour stimuler , nourrir son industrie et son « expansion vitale » .

    Elle avait amputé notre territoire de l’Alsace Lorraine et lui avait fait payer très cher sa victoire et son « occupation » .

    En 14 le monde occidental était un baril de poudre et chacun savait que la guerre était inéluctable . Le prétexte est sorti des Balkans .

    Cette guerre , mondiale s’est fixée à l’ouest sur notre territoire après avoir dévasté la Belgique , pays neutre . Et à l’est en Russie .

    Massacres immenses , destructions , ravages à la mesure .

    Finalement la coalition des alliés  : France , RU et ses dominions , Russie vaincue à l’est et ayant signé un traité de paix séparé , et Etats Unis imposent la fin de la guerre .

    L’Allemagne quand elle se retirera pratiquera nombre de destructions barbares , gratuites .

    Nous arrivons à l’Armistice du 11 novembre : fin des combats sur le front ouest .

    Le problème très réel c’est que l’Allemagne de 18 n’admettra jamais sa défaite .

    Le parti militariste prussien renâcle et a tôt fait d’imputer cette défaite à la république de Weimar qui signera les accords de paix , alors que c’est bien le kaiser et son régime militariste et féodale , qui a entamé et provoqué la guerre .

    Nait immédiatement en Allemagne le mythe « du coup de poignard dans le dos » qui serait effectué par la SD , alors que l’Allemagne prussienne aurait été victime de malheureux concours de circonstances et donc de trahison .

    L’Allemagne suite à ce conflit a son territoire intact , au contraire du nôtre , les alliés se refusant à l’envahir , jusqu’à Berlin .

    Erreur que les alliés ne commettront pas deux fois en 44/45 .

    Car du fait que l’Allemagne « n’aurait pas été vaincue » en 18 , et qu’elle a été trahie , le national socialisme a pu développer , entre autre , sa revanche (sur une injustice , une trahison ...)

    La preuve en est bien la signature de l’Armistice Pétain en 40 dans la clairière de Rothondes , dans un wagon identique à celui de novembre 18 .

    Dans le cadre d’un conflit encore plus meurtrier qui devait propulser l’Allemagne en championne mondiale , voulant mettre la main sur toute l’Europe (son espace vital) ses richesses minières , pétrole et agricoles au profit du Reich et des « surhommes allemands » .

    Merci l’auteur .


    • bob de lyon 12 novembre 2018 08:24

      @chantecler

      Bien vu.

      J’ajoute : c’est lorsque, acculés à leurs frontières, que les généraux allemands ont demandé l’armistice. Dernière protection du territoire.


    • Alain 12 novembre 2018 09:47

      @chantecler
      Ce n’est pas l’Allemagne qui a annexée l’Alsace et la Lorraine. C’est le français Adolphe Thiers, mandaté par le gouvernement français qui est envoyé négocier la capitulation et qui donne l’Alsace et La Lorraine à l’Allemagne, afin de dégager des troupes du front pour les envoyer sur Paris et mater une rébellion de grande ampleur (La commune de Paris).

      C’est faux de dire que l’Allemagne n’a pas accepté la défaite de 1918. Disons que c’est très réducteur. Ce que l’Allemagne n’a pas acceptée, c’est des indemnités exorbitantes qu’elles devaient verser à la France et qui l’a saigné, alors que le pays était déjà dans une situation économique dramatique.

      C’est faux de dire que les alliés ont voulu marcher sur Berlin en 1945. Ce sont les russes qui ont marché sur Berlin et qui ont écopés de 10 millions de morts. Le capitalisme américain n’avait pas vraiment de problème avec les nazis (les affaires sont les affaires). Mais devant l’avancée des russes à l’Est, il devenait hors de question de donner l’europe aux communistes... donc, le capitalisme américain a changé de vue.

      De même, la Belgique est 1914 était loin d’être un pays neutre : La Belgique avait renforcé les protections de ses villes, les conscriptions avait été lancées, les français avait été prévenus. Les anglais s’en foutaient complètement d’ailleurs et un généralissime français, nommé Joffre n’en a absolument pas tenu compte, malgré un état-major qui n’arrêtait pas de lui dire. Mais Joffre était un abruti : les généraux qui provoquaient des massacres et des défaites étaient promus, et ceux qui obtenaient des victoires sur le terrain (parce qu’ils ne suivaient pas ses ordres) étaient dégradés.

      En fait, ce que tu dis, n’est pas faux en soit, mais c’est très réducteur. L’histoire est bien plus complexe. D’ailleurs, la guerre de 1914 découle des luttes coloniales et des accès aux zones pétrolières, le reste c’est de la propagande (la patrie, la nation, le sacrifice... tout cela c’est du baratin...)


    • nono le simplet nono le simplet 12 novembre 2018 10:12

      @Alain
      reprendre le com de chantecler, un excellent et concis résumé pour lequel j’ai voté d’ailleurs, en racontant un boulguiboulga sans queue ni tête ... ;-/


    • baldis30 12 novembre 2018 11:14

      @bob de lyon

      bonjour,
      « Dernière protection du territoire »
      absolument ... parce que leur outil industriel était intact ... ce qui manquait c’étaient les matières premières .... qu’ils retrouvèrent très rapidement par l’importation ...
      Inversement ils détruisirent tout l’outil industriel français du Nord-Est et ses transports ferrés ! Et la France mis plusieurs années à s’en remettre ... le pillage de 1870 a été suivi du saccage de 1914 1918 ...
       Et vous voudriez discuter avec ces gens-là ? Faudrait être masochiste !
      Quels sont les manifestants et le financement de ces manifestants à Fessenheim ? Et en d’autres lieux !


    • Eric F Eric F 12 novembre 2018 11:22

      @Alain
      " Ce que l’Allemagne n’a pas acceptée, c’est des indemnités exorbitantes qu’elles devaient verser à la France et qui l’a saigné, alors que le pays était déjà dans une situation économique dramatique.

      « 
      C’est la légende urbaine la plus répandue, et que les média nous ont resservi ad nauseam, mais retenez bien tous ce chiffre : de remises en moratoires, l’Allemagne n’a versé que 17% des »réparations" prévues par le traité de Versailles ?
      Après 1870, la France avait versé, et même avec de l’avance, la totalité de la rançon fixée par l’Allemagne. Après la première guerre mondiale, elle a du rembourser la totalité de ses dettes d’armement.


    • oncle archibald 12 novembre 2018 11:26

      @Alain : « Mais devant l’avancée des russes à l’Est, il devenait hors de question de donner l’Europe aux communistes... »

      Absolument, et grand merci aux américains qui nous ont évité les années horribles qu’ont eu à subir les polonais, les allemands de l’Est, les tchécoslovaques, etc etc etc .... jusqu’à ce qu’enfin tombe le mur de Berlin et le rideau de fer.

      Pour d’autres explications s’adresser à Madame Merkel, elle connait bien le problème !


    • Alain 12 novembre 2018 13:30

      @Eric F
      Il est vrai que les légendes urbaines ont bon dos. En d’autres termes, selon une légende urbaine, les français n’ont pas donné l’alsace et la lorraine pour récupérer des troupes afin de réprimer dans l’urgence absolue la commune de paris, les allemands ont toujours été les méchants, et en 1918, c’était l’opulence dans les rues allemandes.
      J’ai bon.

      Dans la réalité, les bourgeois de Paris et les monarchistes se sont dégarnis de deux régions françaises afin de pouvoir éteindre un feu qui prenait de toute part en France.
      Les allemands ont été à la traîne dans la colonisation et toujours bloqués par les français et les anglais. Ce qui entraina alors une certaine envie d’en découdre. Le pétrole et autres matières premières devenant plus que vitales dans ces trois pays.

      La pénurie est apparue assez tôt en Allemagne pendant la guerre de 14-18. A l’armistice, les français en ont rajouté une couche ce qui entraina une certaine rancoeur.

      Mais voilà, l’histoire étant toujours écrite par les vainqueurs, on en arrive donc à la conclusion suivante :
      La commune de paris, c’était des méchants anarchistes et les autres des gentils démocrates.
      L’allemagne, c’est un pays belliqueux et la France, c’est la patrie des droits de l’homme et du citoyen.
      Les américains, ils sont super sympas parce qu’ils nous ont libéré et ensuite, ils nous ont donné du chocolat et du lait en poudre. Puis des séries télé et la liberté de croire que les USA, c’est un paradis qu’il faut absolument copier.


    • bob de lyon 12 novembre 2018 17:52

      @baldis30
       Fessenheim… J’ai rencontré les mêmes du temps de Creys-Malville


    • oncle archibald 12 novembre 2018 18:17

      @Alain :

      Effectivement les américains de 1944 étaient  super sympas parce qu’avec les Britanniques, les canadiens et quelques autres ils sont venus se battre pour nous aider à repousser les allemands chez eux. Oui ils nous ont libéré, c’est difficile à nier, et ensuite, ils nous ont vendu plutôt que donné du chocolat, du lait en poudre, des clopes pour les mecs et des bas en nylon pour les dames, entre autres denrées qui manquaient cruellement sous l’occupation allemande.

      Puis ils ont installés des bases militaires un peu partout en Europe et au Maghreb pour établir avec les Russes un « équilibre de la terreur » qui a limité leurs conquêtes en Europe de l’Est, ce qui a évité à la France de devenir une colonie communiste comme la RDA ou la Pologne.

      Et du coup comme tous les habitants du monde dit « occidental » nous avons eu la liberté de croire ce que nous souhaitions croire. Par exemple que l’URSS était le paradis sur terre pour certains et que l’Amérique était un jeune continent ou l’on pouvait encore aller faire fortune pour d’autres.

      Et c’est bien agréable de pouvoir choisir son idéal, ses dirigeants, son métier etc etc ... sans entrer dans les choix « programmés » par un « parti » unique et tout puissant. Donc oui, merci encore aux Américains qui nous ont permis d’échapper d’abord au joug des Nazis et ensuite à nouvelle perte de liberté incontournable si nous avions du subir un régime communiste sous tutelle de Moscou.


    • Alain 12 novembre 2018 19:05

      @oncle archibald
      Il est vrai que les américains nous ont libéré pour croire.... que le paradis est capitaliste et SURTOUT que les canadiens étaient sympa de venir..
      Alors qu’on allait chercher dans les provinces québécoises des gens qu’on enrôlait de force dans l’armée canadienne et qu’on mettait en première ligne car mieux valait un québécois mort qu’un ontarien...
      L’armée anglaise aimait bien aussi envoyer des irlandais....

      La vache, c’est vrai. Nous ne sommes pas en pays communiste. On a eu chaud. Vive les américains. Nous sommes libres... Nous avons des centrales nucléaires sous contrôle américain, nous avons un internet contrôlé par les américains, le réseau bancaire est sous contrôle américain et quand tu ouvres une plan épargne retraite en France, tu dois dire que tu n’est pas américain. La France, ce pays libre où même Apple ne paye pas d’impôt, où le moindre courrier électronique est scruté par des serveurs us.. Ca c’est un pays libre.


    • oncle archibald 13 novembre 2018 10:25

      @Alain : « La vache, c’est vrai. Nous ne sommes pas en pays communiste. On a eu chaud. Vive les américains. Nous sommes libres... »

      C’est bien vrai. Mon père avait bien vu à la fin de la guerre les deux options qui s’offraient à nous et avait dit que quitte à être bouffé il préférait l’être en sauce américaine qu’en macédoine russe. Rétrospectivement je trouve que son choix était le bon et vous êtes libre de penser le contraire.


  • Patrick Samba Patrick Samba 12 novembre 2018 08:31

    Bonjour,

    pas tout à fait d’accord avec l’auteur au sujet du titre de l’article, un tantinet excessif, quand l’article a tout son intérêt, mais en revanche un bravo appuyé pour ne pas avoir une seule fois utiliser cette monstrueuse appellation de Grande guerre (de la part d’un historien c’est plus que louable. Sans doute parce qu’il dénonce lui aussi un discours de culpabilisation. Là-dessus on est bien d’accord :C’est ma guerre, c’est ma guerre, c’est ma très Grande Guerre - AgoraVox le média citoyen)


  • bob de lyon 12 novembre 2018 09:07

    À l’auteur de l’article, Monsieur Chevrier,

    Que pensez-vous du livre de Gerd Krumeich sur les responsabilités de la guerre de 14/18.

    Merci.


  • Jelena Jelena 12 novembre 2018 09:40

    >> c’est bien l’Allemagne qui fut deux fois à l’origine des deux seules guerres mondiales de l’histoire

    Pas d’accord... L’Autriche-Hongrie envoya des troupes en Serbie, bien avant que les allemands ne posent un pied en France. C’est donc Vienne qui déclencha cette PGM.

    A noter que le roi des bulgares, période 14-18, était également né à Vienne.


    • baldis30 12 novembre 2018 11:19

      @Jelena
      bonjour,
       d’accord avec votre vision et il faut penser à la question italienne au XIXème siècle !
      mais peut-être certains n’ont pas le souvenir d’un film de Fellini ... et d’une certaine scène au théâtre de la Fenice ... parfaitement reconstituée ...


  • Michael Gulaputih Michael Gulaputih 12 novembre 2018 11:13

    @Tous (puisque l’auteur ne participe pas au fil  ce qui reste son droit !)

    1/ Les stratèges de l’armée allemande ont envisagé depuis 1904 d’envahir la France par la Belgique. Les politiques via le Kron Prinz ont donné leur feu-vert ce qui a abouti à la Grande Guerre.

    Mais savez-vous que l’Etat-Major français avait lui aussi proposé cette solution (envahir l’Allemagne via la Belgique) en 1912 et que les politiques français de l’époque avaient refusé.

    Pour dire que cette guerre était inévitable mais qu’elle a surpris tout le monde par son ampleur.

    2/ La question de la nationalité est un très vieux débat qui oppose les tenants de la jus sanguinis (la nationalité par filiation) à ceux du jus soli (le droit du sol). Cet article décrit très bien ce distingo et j’ajouterai que le droit ne fait qu’entériner une évolution civilisationnelle (sinon on en serait encore au droit romain, pour ne pas remonter aux Déluge). Et je me permets de citer cet extrait :

    En Europe, l’heure est à la convergence. Toutes les législations contemporaines combinent comme en France des éléments de jus sanguinis et de jus soli avec des droits fondés sur le mariage et la résidence. Il n’est pas jusqu’à l’Allemagne qui n’ait à son tour introduit le droit du sol : depuis le 1er janvier 2000, tout enfant né dans ce pays d’un parent étranger titulaire du statut de résident est allemand. Comme la France un siècle plus tôt, l’Allemagne a tiré les conséquences de sa transformation en pays d’immigration. Si particularité de la France il y a, elle est dans cette propension à combiner tous ces outils de façon à embrasser la population la plus large. « Il n’y a donc aucun outil auquel le droit français puisse être identifié puisque tous ont été tour à tour utilisés, dans des configurations différentes. [...] Lorsqu’une législation devenait principe dominant, les autres n’étaient pas abandonnées et pouvaient ainsi être réactivées s’il se révélait nécessaire d’effectuer des adaptations législatives. »

    3/ Le vrai débat serait plutôt de savoir pourquoi cette guerre qui devait être la der des der ne l’a pas étée !

    4/ C’est faux ! Les allemands fêtent le 11 Novembre...Ce jour-là à 11h11 commence le carnaval de Cologne !


    • Alain 12 novembre 2018 13:40

      @Michael Gulaputih
      En effet, les belges savaient dès 1904 que les allemands passeraient par la Belgique et ont alors lancé des travaux de fortifications de certaines ville.
      Joffre, était aussi au courant mais il n’a pas voulu en tenir compte. Son mot d’odre était : l’offensive à tout prix.
      C’est ainsi que Foch lança une offensive sur Morhange : 4000 morts, 8000 blessés et le général (Foch) devant une telle défaite est monté en grade quelques jours plus tard. Alors que quelques jours plus tôt, le général Bonnot qui a été obligé de reculer par manque d’artillerie sur du terrain qu’il avait conquis pendant plusieurs jours fut révoqué !!


  • troletbuse troletbuse 12 novembre 2018 14:20

    Le freluquet qui n’a jamais découvert de culture en France vient de déterrer un autre mot -, un peu comme le mot populisme- c’est le mot multiculturalisme qui est un mot ambigu et que tous les pédés et conasses de l’info ont repris immédiatement sans chercher à savoir ce qu’il y avait derrière. Ils se gargarisent avec ce mot creux comme des perroquets idiots et on peut en faire une indigestion.Pauvres poilus, Micronimbus s’est servi de cette commémoration pour essayer de faire oublier sa politique. Et il n’a reçu que des satisfecit de touye la journaputerie. Trump a été rendre hommage aux soldats américains tombés, c’était là le vrai but. Micronimbus a essayé d’instiller sa politique de soumis. J’espère que seuls les mougeons ont applaudi.


  • pipolo 12 novembre 2018 15:19

    même pensée .

    .la culpabilisation du peuple Français pour entretenir le pouvoir politique sur l’Europe , a coup de propagande médiatique et d’amalgame historique est une évidence merci a vous de l avoir rappelé je vois que nous ne sommes pas tous des demeurés !


  • troletbuse troletbuse 12 novembre 2018 16:31

    Y avait-il un représentant pour l’Italie ?. Les Garibaldiens s’étaient fait décimer en Argonne en 1915. Il aurait pu inviter Salvini  smiley Et pour l’Angleterre ? Paraît qu’un sous-fifre avait été envoyé. Ah oui, le Brexit influe sue la 1ere guerre mondiale. C’est ça, le multiculturalisme de notre lopette.


  • osiris 12 novembre 2018 21:40

    La cause de la première guerre mondiale est due en premier à l’empire Austro-Hongrois sous la direction de François-Joseph qui voulait annexer la Serbie après avoir déjà annexé la Bosnie ,des territoires slaves du Sud de l’Empire. Il y a dans l’Empire Austro-hongrois comme dans l’empire Allemand un anti-slavisme virulent en particulier à cause de l’empire russe à ses frontières ,et qui continue de nos jours comme la guerre contre la Yougoslavie et la propagande antirusse.

     Mais le prince héritier François-Ferdinand de l’Empire Austro-hongrois contrairement à son père François-Joseph qui est à tendance tyrannique et belliqueuse ,est un homme raisonnable et sensé plutôt affable et pacifique ,et a été défavorable à la guerre contre la Serbie et voulut se réconcilier avec celle-ci . Le vieux père furieux avec le soutien de toutes les forces affairistes et financières ,les forces capitalistes et impérialistes avides de pouvoir et d’argent sans limite a organisé un attentat contre le prince héritier pour l’éliminer et empêcher une réconciliation avec la Serbie et faire la guerre à la Serbie pour l’annexer comme prévu d e longue date et avec l’assentiment de l’Empire Allemand frère et allié. Ce fut un bosniaque qui a assassiné le prince hériter François-Ferdinand pour le compte des deux Empires, et bien sûr on accusa la Serbie d’être le commanditaire de cet attentat comme prétexte pour entrer en guerre contre la Serbie ce qui fut fait. (Ce n’est pas la première fois ni la dernière fois que l’on provoque un attentat sous faux drapeau pour avoir un prétexte de lancer une guerre capitaliste et impérialiste comme l’Incendie du Reichtag ou l’Incident du Golfe du Tonkin).

     L’empire austro-hongrois attaque la Serbie ,ce qui provoque l’entrée en guerre de la Russie pour aider ses frères slaves de la Serbie. L’Empire allemand entre en guerre comme prévu au côté de l’Empire frère austro-hongrois .quelque temps auparavant ,la Grande Bretagne ,la France et la Russie qui avait conclu un pacte de solidarité sachant que l’Empire allemand et l’empire austro-hongrois allait faire sa guerre impérialiste de conquête de territoires se prépare à entrer en guerre .Les allemands déclare la guerre à la France et l’attaque .Les anglais déclarent l a guerre à son tour à l’empire allemand .Les allemands selon un plan classique envahit la Belgique pour après envahir la France vers Paris ,les belges résistent ,les français à côté des anglais ,des canadiens et des australiens résistent au nord de la France .

     Ce fut une guerre meurtrière horrible de 20 millions de morts et qui se termina par la victoire méritée des Alliés le 11 Novembre .Mais hélas ce ne fut pas la der des der.

     


    • Jelena Jelena 13 novembre 2018 07:07

      @osiris : En partie d’accord avec votre commentaire, mis à part sur le fait que Gavrilo Princip était un Serbe de Bosnie... Un fait peu connu, avant de commettre l’attentat, il était déjà atteint de tuberculose et donc condamné.


    • osiris 13 novembre 2018 19:00

      @Jelena

       Il n’ a jamais été prouvé que c’est la Serbie qui est le commanditaire de l’attentat ,l’empire austro-hongrois a posé un ultimatum à la Serbie pour laisser les policiers et les juges pénétrer en Serbie pour faire une enquête ,ce que la Serbie a refusé tout naturellement par le principe de sa souveraineté ,ce qui donna comme prévu le prétexte à l’Empire Austro-Hongrois d’attaquer la Serbie.Classique .


    • Jelena Jelena 13 novembre 2018 20:33

      @osiris : Devant les austro-hongrois, derrière les bulgares... Mauvaise idée.

      Ce n’était pas Belgrade, mais c’était des Serbes.


    • osiris 14 novembre 2018 20:00

      @Jelena

       je n’ai pas très bien compris votre commentaire et votre position dans cette affaire ,je dis simplement que la Serbie ne peut être à l’origine de cet attentat du Prince héritier François Ferdinand car celui-ci justement est l’ami de la Serbie en voulant conclure un pacte d’amitié avec la Serbie et refusant la guerre alors que l’Empire Austro-hongrois avec l’Empire Allemand avec ses dirigeants avides d e pouvoir et corrompus par les financiers capitalistes était en préparation de faire la guerre à la Serbie pour l’annexer ;ce qui est une position logique et cohérente me semble t-il quand bien même ce soit un serbe qui ait exécuté l’assassinat en étant corrompu par l’argent ou un intérêt quelconque ,encore que on n’ est pas sûr que ce soit lui qui est l’assassin ,il pourrait être celui qui porte le chapeau dans un complot si on scrute bien le déroulement de l’attentat comme Oswald l’assassin officiel de Kennedy porte le chapeau dans un complot d e la CIA.


    • Jelena Jelena 15 novembre 2018 08:59

      @osiris >> François Ferdinand car celui-ci justement est l’ami de la Serbie en voulant conclure un pacte d’amitié avec la Serbie

      En Serbie, le roi qui voulait faire alliance avec les austro-hongrois est mort suite à coup d’Etat des militaires, lui succéda Pierre Ier qui lui voulait faire alliance avec la Russie et la France. A partir de là, il n’y avait plus « d’amitié » entre l’Autriche et la Serbie.

      Quand à Gavrilo Princip, il faisait partie d’une organisation qui avait 2 objectifs :
      1/ Détruire l’Autriche-Hongrie (mission accomplie).
      2/ (ça c’était une mauvaise idée) Créer la Yougoslavie.

      Au passage, on comprend pourquoi les allemands voulait détruire cette Yougoslavie dans les 90.

      Au cas ou vous douteriez encore que c’était un serbe, ce monument à Belgrade, c’est Gavrilo Princip.


    • Jelena Jelena 15 novembre 2018 09:10

      Niveau complotisme, sachant que l’assassinat du roi Alexandre Ier profita aux russes et plus encore aux français, on peut se poser des questions...


    • osiris 15 novembre 2018 19:22

      @Jelena. ça c’est votre interprétation ,qui n’est pas très convaincant ,un serbe impuissant qui voulait détruire l’empire austro-hongrois rien que ça et qui assassine un prince hériter qui est l’ami de la Serbie qui la guerre avec celle-ci, ce n’est pas très logique ,je ne peux le prendre comme mien ,l’histoire montre que cet assassinat a provoqué la guerre contre la Serbie ce qui était prévu par l’empire austro-hongrois et l’empire allemand.


    • osiris 15 novembre 2018 19:25

      @osiris

       manque un mot ------

      -------- un prince héritier qui est l’ami de la Serbie et qui REFUSE la guerre avec celle-ci


    • Jelena Jelena 15 novembre 2018 20:27

      @osiris : Pour vous Gavrilo Princip c’était un bosniaque et vous prétendez connaitre l’histoire ? L’Autriche-Hongrie, c’était un château de cartes, que ce soit chez les tchécoslovaques, les polonais, les roumains ou même les italiens, il y avait un vent de révolte.

      Maintenant croyez moi ou pas, cela ne m’empêchera pas de dormir.


    • osiris 16 novembre 2018 19:27

      @Jelena

       Gavrilo Principe est un serbe bosniaque , L’Empire Austro-Hongrois a déjà annexé la Bosnie un territoire slave appartenant à la Serbie et s’apprêtait à nouveau à annexer la Serbie ,c’est pourquoi à mon avis il y a eu ce complot d’assassinat du Prince héritier François Ferdinand pour avoir un prétexte de déclencher la guerre contre la Serbie. C’est ma conviction ,ce n’est pas la votre ,il ya un désaccord entre nous sur l’origine et la cause première d ela guerre tout simplement ,c’est pas grave, chacun jugera selon s a conscience.


    • Jelena Jelena 18 novembre 2018 09:57

      @osiris : Quelques corrections après relecture...

      Je disais donc « un bosnien = un habitant de la Bosnie » et « un bosniaque = un musulman ».

      Concernant l’attentat, en plus de la colonisation de la Bosnie, depuis 1904, l’Autriche-Hongrie avait mis en place un embargo afin de ruiner la Serbie, ce qui explique qu’il y avait « des tensions ».

      Pour la suite, je pars du raisonnement que si cet attentat fut la cause de « la guerre Serbie / Autriche-Hongrie », pour les autres pays qui se sont lancés dans le conflit... Chacun avait ses objectifs.


  • guylain chevrier guylain chevrier 13 novembre 2018 02:53

    Cet article, pour Alain, ce serait « du Stéphane Bern », des « inepties » … Pour Alex lui emboîtant le pas, ce serait « assez loin de ce que l’on attend d’un « vrai historien ». Quelques contributeurs vous ont déjà répondu. Cela étant, en réalité, vous critiquez par opinion quelque chose, que vous décriez non comme un travail d’historien mais comme une opinion, afin de vous y autoriser. C’est tellement facile. Quant à la notion de « vrai historien » … « Vrai » je ne sais pas ce que cela veut dire, c’est un peu « cucul la praline ». Mais historien, pour le coup, je le suis, c’est ainsi, et vous n’avez pas le pouvoir de m’en défaire. Et vous, vous êtes un « vrai historien » ? Vous n’apportez d’ailleurs ni l’un ni l’autre le moindre éclairage pertinent pour vous permettre de tels débordements critiques. D’ailleurs, dans vos commentaires Alain, vous cherchez en général à faire taire tout le monde, en usant de ce  que décrit nono le simplet  :« du gloubi-boulga ». Passons.

    Tout le problème avec l’histoire, c’est non seulement de la connaitre, mais de ne pas tomber dans des préjugés du présent qui servent à la réécrire, bien au contraire, de la recontextualiser, tout en développant une certaine vision d’ensemble, et donc, une analyse qui relève de la philosophie de l’histoire. Pourquoi ? Pour tenter d’y comprendre quelque chose, repérer le cas échéant un mouvement de l’histoire, pour tenter de guider notre pensée, vers l’avant. Pour transformer, le cas échéant. L’histoire mémorielle est instrumentalisée en faveur d’un couple franco-allemand qui ici est un leurre, uniquement au service de l’imagerie d’une Union européenne qui a besoin de se construire des mythes historiques, pour créer l’illusion de fournir aux peuples une histoire commune, comme prête à porter, pour mieux asseoir un modèle économique ultra-libéral, injuste. Pour justifier peut-être, encore un peu plus, un modèle allemand qui en est l’idéal-type. C’est une imposture, une vraie celle-là, au regard de l’histoire. Voilà ce que j’ai argumenté.

    Il est par ailleurs un fait capital, qu’on le veuille ou non, que le sens de l’histoire qui se dégage des faits, est bien celui d’une liberté que portait la République française d’alors face à un Empire, qui faisait déjà partie du passé. Que la France ait eu en héritage un empire colonial n’y change rien. Il ne pouvait tenir justement devant l’histoire, au regard d’idéaux républicains d’émancipation impliquant, un jour ou l’autre, peu ou prou, la reconnaissance de la libre disposition des peuples. C’est ce qui fut, jusqu’au prix de la guerre d’Algérie, la France républicaine ne pouvant plus imposer une Algérie française. Un Empire ne l’aurait jamais fait, il aurait préféré par nature à toute concession, le feu et le sang. C’est d’ailleurs encore, République et démocraties qui vaincront le nazisme, avec l’aide d’une Union soviétique dont le communisme n’avait pas d’avenir à s’en prendre au nom du socialisme à la liberté de l’individu. Il y a bien là à distinguer un sens à l’histoire qui s’écrit. Il est à ne pas confondre, avec les contradictions qu’y oppose, un libéralisme vidant la liberté conquise par notre République, de son contenu historique. J’invite vraiment à lire le discours de Guillaume II à Tanger en mars 1905 et ses autours, pour voir ce que lui doit le nationalisme allemand à travers la notion de « place au soleil », qu’il réclamait pour son empire contre les autres nations développées. Il en va d’identifier un point de départ à cette guerre de 14-18. J’ai voulu avec cet article, tenter de rétablir des faits au regard de leur sens, tout en livrant une grille d’analyse qui n’est évidemment pas une fin en soi. Ce n’est jamais qu’un regard modeste d’historien sur l’histoire, une pierre apportée à un décryptage, en réaction à l’overdose idéologique de cette commémoration.


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 13 novembre 2018 16:23

    La loge Fraternité Verte, c’est la nouvelle loge P2....

     smiley


Réagir