mardi 18 septembre 2018 - par cettegrenouilleci

Ceux qui, à gauche, prétendent que l’UPR ne propose aucun horizon de sortie du capitalisme ne se rendent pas service

Dire que "l'UPR ne propose aucun horizon de sortie du capitalisme" est une contre vérité.

Certes, l'objectif majeur, prioritaire, fondateur de l'UPR n'est pas la sortie de la France du capitalisme, ni la création de soviets. Cet objectif central, fondateur, impératif, rassembleur est la sortie de l'Union Européenne, de l'euro et de l'Otan.

Quoi qu'en disent les rêveurs de la France Insoumise, les bonimenteurs du Front National replâtré, les sirènes béguetantes de la Macronie, les avatars refardés du MODEM, des Verts, du PS..., aucune modification de la politique réactionnaire imposée aux Français depuis plusieurs décennies ne pourra intervenir tant que la France restera embastillée dans les chausse-trappes vicieuses de l'Union Européenne, de l'euro et de l'Otan.

Or, n'en déplaise au PRCF et à Georges Gastaud qui s'appliquent avec un entêtement curieux à discréditer François Asselineau, il est, avec l'UPR, le seul responsable politique d'envergure nationale à proposer aux Français un chemin et des modalités crédibles pour engager la France dans la voie qui permettra d'abord de mettre un terme aux dégâts causés à notre pays par la soumission à l'UE, à l'euro et à l'Otan , puis de déterminer librement et d'apppliquer sans entraves la politique nouvelle nécessaire pour reconstruire le pays.

 

Rien n'empêchera alors le PRCF et d'autres de proposer leurs solutions et de conduire, le cas échéant, une politique anticapitaliste menant à l'avènement du socialisme si tel est le choix des électeurs.

 François Asselineau appelle nos concitoyens à rejoindre l'UPR pour libérer la nation des vautours qui la déchirent, pour rétablir l'indépendance nationale, pour extraire la France des pièges mortifères de l'UE, de l'euro et de l'Otan qui la défigurent chaque jour davantage. Pour s'en sortir, il faut en sortir et tourner le dos aux chimères discréditées et vaines d'une renégociation impossible des traités, de la construction illusoire d'une europe des peuples, de la prospérité économique, du progrès social, de la liberté et de la paix 

Sans sortie de l'Union Européenne, de l'euro et de l'Otan, impossible pour les Français Français de décider librement de leur destin, de retrouver la sécurité de leur emploi, le respect de leurs droits et de leurs libertés, le bon fonctionnement de leurs services publics, le progrès social et la tranquillité , de mettre un terme au chaos social provoqué par les délocalisations en cascade de nos entreprises au nom des prétendues vertus de la "concurrence libre et non faussée", de mettre un terme au chaos migratoire provoqué, entre autres causes, par la participation de la France à des guerres illégales et injustifiables.

 

La politique nouvelle que l'UPR entend conduire, c'est le deuxième moteur de sa locomotive qui va de plus en plus hardiment, avec ses 31 895 adhérents, à la rencontre de nos concitoyens en les appelant à se rassembler, à constituer leurs bataillons et à se mettre en ordre de marche pour arrêter la casse induite par la politique inepte de la classe politique faillie qui s'accroche au pouvoir confisqué à la nation trahie.

Cette politique nouvelle est à l'image du chemin tracé par nos anciens du Conseil National de la Résistance. Il ne s'agit pas seulement de libérer la France des prédateurs qui ont réussi par la ruse, la dissimulation et le mensonge à la prendre dans leurs griffes, il s'agit de donner aux nouveaux dirigeants les moyens de conduire sans entraves la politique de redressement économique, de progrès social que les Français attendent.

C'est pourquoi l'un des fondements du programme politique de l'UPR est la reprise par l'état du contrôle de toute une série de secteurs clés de l'économie que nos européistes béats se sont appliqué à privatiser sur ordre de la Commission Européenne (énergie, transports, santé...) ou à placer sous le contrôle de forces hostiles à la nation (monnaie, diplomatie, forces armées, médias, politique agricole...).

Un autre élément important de ce programme, c'est la création et l'utilisation pragmatique du référendum d'iniative populaire pour trancher certains enjeux de société particulièrement complexes qui divisent l'opinion.

Cette façon de procéder permettra de consolider le rassemblement de nos concitoyens pour l'application effective de la politique de libération nationale, de reconstruction économique et sociale décidée par les électeurs, pour soutenir le nouveau gouvernement et les nouveaux dirigeants mis en place à tous les niveaux pour inscrire dans le paysage, et dans la durée, l'ensemble des changements pour lesquels ils se seront mobilisés en toute clarté.

Qui, à gauche, ou à droite, propose mieux ?



158 réactions


  • malitourne malitourne 18 septembre 2018 11:54

    Il n’ya pas d’autres alternatives politiques qu’une politique ultralibérale menant au chaos en restant dans l’UE.

    Les alternatives politiques passent par le Frexit.

    • Le421 Le421 18 septembre 2018 19:21

      @malitourne

      P’tain !! Vous êtes tenaces à l’UPR !!
      Plus un jour sans se choper des morpions sur les roubignolles.
      J’en suis rendu au Tic & Puces de Biocanina, un vieux flacon qui me restait...

      On le sait que vous avez tout compris.
      C’est bête, vous êtes un peu seuls !!

    • malitourne malitourne 18 septembre 2018 19:37

      @Le421
      Ah le 421 ! Après l’argumentaire graveleux, l’argumentaire chimique le Destop, l’antipuce, l’antitique. Vous pouvez monter en gamme avec l’agent orange, le zyklon B, le gaz moutarde. L’argumentaire bactériologique, vous pouvez essayer aussi (anthrax etc...).


    • Legestr glaz Ar zen 18 septembre 2018 22:49

      @Le421

      Vous avez de super arguments, vraiment, en béton armé. Sauf qu’ils sont invisibles, c’est ballot quand même. 

      Vous côtoyez de trop près des personnes infréquentables pour choper des morpions sur les roubignolles. Prenez vos précautions et vous ferez des économies. Pour un retraité, par les temps qui courent, ce n’est pas un mauvais conseil. 

  • foufouille foufouille 18 septembre 2018 14:39
    ton dieu a combien de logement ?
    4 au minimum mais c’est pas capitaliste .............


  • Sparker Sparker 18 septembre 2018 14:54
    Avec quels moyens « la privatisation en masse » des secteurs clés de l’énergie etc etc etc. Vous croyez que les capitalos vont vous les « rendre » gratos, vous allez les prendre de force, n’oubliez pas que l’état leur a vendu et qu’ils en sont propriétaires vous allez les évincer comme ont fait Lénine et Mao ?
    Quel programme économique pour réaliser votre « communisme » ?

    Enfin, bon au moins un UPR qui tente de proposer un programme mais là on ne voit qu’un catalogue d’intention qui frise le populisme au sens de « racolage ». Et il me semble bien qu’en 2017 Asselineau avait déjà reculé sur pas mal de chose en ce qui concerne les nationalisations, êtes vous vraiment à jour des propositions ?

    Dites nous comment vous allez financer le retour de « la france aux français »... alors qu’on dépend de la globalisation à outrance, vous allez tout racheter ? Faire un appel vibrant au patriotisme ? resortir la machine à décapiter ?

    Quel développement économique allez vous promouvoir, selon quelle théorie ?

    Quel rythme pour les référendum, quels sont les secteurs qui seront remis au suffrage populaire ? Quel durée de débat ?

    Avec quels cadres allez vous former un gouvernement ? Sont-ils assez nombreux à l’UPR ?

    Un peu d’éclaircissement SVP !!

    • tiers_inclus tiers_inclus 18 septembre 2018 15:42

      @Sparker

      Toujours jubilatoire le questionnement feint mais pas très fin du partisan. J’ai cru un moment que vous évoquiez En Marche (vers le suicide français) de la campagne précédente avec ses délires jupitériens et ses « oui-oui » dont la seule substantifique moelle consistait en un néant surmédiatisé. Lisez le programme de l’UPR, écoutez les conférences de FA, vous pourrez alors jouer les candides avec un questionnement constructif.
      C’est assez clair ?


    • Sparker Sparker 18 septembre 2018 18:51

      @tiers_inclus


      Non c’est pas clair, j’en suis resté aux incantations de la campagne de 2017, si vous avez de nouvelles informations à nous proposer et bien défendez les, vous êtes là pour ça.
      Le programme de l’UPR ne précise pas les moyens mis en oeuvre pour réaliser certains aspects, et non des moindres (renationalisation en masse et organisation des référendum) de 2017.
      Je n’ai plus le temps d’aller à la pèche, si vous avez du nouveau on vous écoute.

    • Ouallonsnous ? 18 septembre 2018 19:22
      @Sparker

      « Un peu d’éclaircissement SVP !! »

      D’accord, une bonne révolution culturelle pour nettoyer les écuries d’Augias que sont devenues les institutions de la République et permettre aux français de se rappeler qui ils sont !

    • Le421 Le421 18 septembre 2018 19:26

      @Sparker

      Z’ont même pas cherché à comprendre ce qui est écrit dans LAEC !!
      Ils se contentent de cracher sur LFI et JLM sans aucune nuance.
      Eux, ils ont tout bon et nous, tout mauvais.
      C’est du binaire chez UPR.
      Merde, en plus, ça rime.
      Pas fait exprès.
      Je suis LFI, donc, idiot par définition...
      Pas grave.
      Ce soir, c’est haricots verts du jardin et jambon de pays.
      Le reste ?
      Pour faire « new age », je dirais tout simplement : Get fuck !!
      En toute élégance...  smiley


    • Ouallonsnous ? 18 septembre 2018 19:27
      @Ouallonsnous ?

      A défaut de suivre l’UPR successeur du CNR !

      La crise dans laquelle la France s’enfonce depuis des années est désormais si grave que nous devons procéder à une rupture complète et décisive. Nous devons le faire de façon sereine et réfléchie, mais déterminée et courageuse. Cette rupture est totalement incompatible avec les oppositions de complaisance qui critiquent l’Europe mais refusent de regarder la réalité en face : la construction européenne n’est pas la solution, c’est le problème.

      Voulant redonner toute son actualité au programme du Conseil national de la Résistance de 1944, je propose aux Français de se rassembler, quelles que soient leurs convictions politiques ou religieuses et leurs origines ethniques ou sociales, afin de rendre à la France sa liberté et sa démocratie. Cela impose en premier lieu de dénoncer juridiquement les traités européens, de sortir de l’UE et de l’euro, de sortir de l’OTAN et de soustraire l’économie, les services publics et les médias à la mainmise des féodalités privées.
      J’assortis ces choix décisifs de toute une panoplie de réformes institutionnelles, économiques, monétaires, sociales, militaires, diplomatiques, culturelles et éthiques qui sont à des années-lumière des programmes de tous les autres candidats.


    • malitourne malitourne 18 septembre 2018 19:46

      @Le421
      Oui dans toute l’élégance qui vous caractérise. On vous répète que votre programme est rarement critiqué par l’UPR. vérifiez les contributions de chacun. C’est juste, mais c’est un détail pour vous sans doute. Il ne peut pas être mis en oeuvre en restant dans l’UE. Hors FI, maintenant c’est sûr, veut rester dans l’UE. Alors traitez de moi de tout les noms, faites moi une guerre chimique, si vous voulez, censurez moi si vous voulez, mais c’est un fait ! 

      Pour appliquer votre programme, celà necessite de conduire un Frexit. 

    • malitourne malitourne 18 septembre 2018 19:47

      @Sparker
      point 50 à 53 du programme pour le financement. Allez y.


    • tiers_inclus tiers_inclus 18 septembre 2018 20:38

      @Sparker

      On ne saurait faire boire un âne qui n’a pas soif.
      Désolé, mon temps aussi est précieux.
      Salutations.


    • cettegrenouilleci 18 septembre 2018 22:42
      @Sparker 

      Bonjour Sparker

      C’est bien de revenir sur 2017, et même sur le temps d’avant.

      Les questions que vous évoquez, notamment les re-nationalisations, ont déjà fait l’objet de réponses sérieuses dans divers documents et vidéos qui peuvent être consultés librement sur le site internet et sur la chaîne youtube de L’UPR.

      Je n’ai pas le temps de fournir là, maintenant, les liens et les références utiles mais j’y reviendrai prochainement, notamment sur la renationalisation des entreprises publiques privatisées par les gouvernements auxquels participaient les responsables politiques dont vous soutenez le bilan, et les projets, tels JLM et ses alliés roses, verts et rouges du PS, des verts, et ceux de la direction europhile discréditée du PCF.

      Ces réponses sont pour l’instant fragmentaires et certaines ont besoin d’être précisées et développées. Mais elles retiennent l’attention des responsables et des militants de l’UPR, et l’avancement de la réflexion sur ces enjeux et sur les modalités de mise en application des choix arrêtés fera l’objet de communications circonstanciées quand le moment sera venu.

      Je vous sais gré de vous préoccuper du sérieux et de la pertinence des analyses, des solutions mises en avant, des choix arrêtés sur les modalités qui seront privilégiées pour la bonne application de ces décisions.

      La pertinence des réponses trouvées , leur bonne application décidera en effet du succès ou de l’incapacité du gouvernement mis en place pour le « frexit » à engager et à tenir fermement le cap du redressement économique, du retour du bon fonctionnement de nos services publics, du rétablissement des pans entiers de la protection sociale rognée après année pour « conserver la compétitivité » de « nos » entreprises .

      En effet, les Français n’accepteront pas, et ils auront raison, que la politique du gouvernement élu pour sortir la France de l’Union Européenne , de l’euro et de l’Otan conduise par son inaction ou ses erreurs à la prorogation de la baisse des revenus, à la dégradation persistante la qualité de vie des couches populaires, au non-redressement du niveau de vie des salariés et de leurs familles pendant que dans le même temps, les dividendes des actionnaires continueraient de monter en flèche, et tout ça sans jamais arrêter ni freiner les délocalisations d’entreprises au non de « la concurrence libre et non faussée ».

      Car tel est l’enjeu de la mise en oeuvre, ou pas, de la sortie de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, objectif prioritaire du nouveau gouvernement : étape 1 : Rétablir l’indépendance Nationale et le droit du peuple français à décider lui-même de son destin, du choix de ses dirigeants, et de la politique qu’il entend conduire en toute liberté,

      tel est l’enjeu de la mise en application, ou pas, selon des modalités appropriées, de la nécessaire reprise par l’état du contrôle de toute une série de secteurs clés de l’économie du pays , étape 2 : nationalisations ou renationalisations, prises de participations majoritaires de l’état, rétablissement du franc et des prérogatives de la Banque de France, contrôle des mouvements de capitaux, contrôle des flux migratoires.

      Dire que l’on va mener une politique de progrès, et engager l’étape3:augmentation du pouvoir d’achat, préservation de l’emploi, redressement de l’industrie et de l’agriculture, de la pêche, amélioration du fonctionnement de nos services publics (éducation, santé, police de proximité, maisons de retraite, protection des plus démunis et des personnes affectées d’un handicap, transports, courrier...) ré-implantion des services de l’état dans les quartiers abandonnés des grandes cités industrielles et dans les territoires ruraux, coup d’arrêt donné à la désertification de nos campagnes, préservation notre patrimoine naturel, historique et de notre environnement .../...
       
      en faisant délibérément l’impasse sur les étapes 1 et 2 ,
      en ne se donnant pas les moyens économiques, financiers, politiques de franchir avec succès ces étapes 1 et 2,

      c’est mentir effrontément aux français.


      Ne pas engager la sortie de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, [étape 1] c’est rendre impossible la reprise du contrôle par l’état des secteurs clés de l’économie, de la monnaie, des mouvements de capitaux, des mouvements migratoires, de sa diplomatie et de ses forces armées.[étape 2]


      Faire confiance aux apprentis-sorciers euro-béats qui tirent à boulets rouges sur la campagne d’explication et de mobilisation des Français conduite par l’UPR et son président François Asselineau, qui se démènent en tous sens pour dissuader les Français de s’engager dans les étapes 1 et 2, c’est condamner notre pays et nos concitoyens à subir les effets néfastes des directives européennes, à affronter des difficultés nouvelles, à endurer une aggravation de tout ce qui fonctionne déjà de travers, de tout ce qui ne va pas.

      Renoncer aux étapes 1 et 2, ce n’est pas seulement s’interdire d’accéder à l’étape 3 du redressement, c’est condamner notre pays et nos concitoyens à revivre les échecs funestes des gouvernements qui ont menti à notre peuple et enfermé notre patrie dans le piège vicieux de l’UE, de l’euro et de l’Otan, que ce soit les gouvernements de la gauche, de la droite, les gouvernements de cohabitation, ou celui des guignols qui les ont remplacé avec l’arrivée au pouvoir de l’équipe Macron.




    • Legestr glaz Ar zen 18 septembre 2018 22:54

      @Sparker

      Un Etat a les moyens de re-nationaliser. C’est un acte de souveraineté. Bien trop long à expliquer ici. Mais, renseignez vous. Le dénigrement, sans vérification, cela ne fait pas très sérieux. 


    • cettegrenouilleci 18 septembre 2018 23:04

      @Le421


      « Get fuck !! »

      C’est réellement une façon très élégante de débattre de l’avenir de notre pays, et des réformes nécessaires, avec ceux qui ne partagent pas votre point de vue, surtout avec ceux qui ne se contentent pas de brasser du vent et qui ont de solides arguments à faire valoir à l’image des militants de l’UPR.

      Malheureusement, votre élégance fait fi des lois de la grammaire et de l’orthographe. La bonne écriture des bons voeux que vous nous adressez, c’est « Get fucked !! »

      Mais vous aviez quand même tout bon pour la majuscule et pour les points d’exclamation.

      Tout ça fait effectivement « new age », très proche des préoccupations des travailleurs et de la population laborieuse dont vous prétendez vouloir défendre les intérêts, et le faire beaucoup mieux que nous.

    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 08:38

      @Sparker


      Et bhé, cinq UPR pour répondre à mon com et pas un qui développe un minimum d’idée ou de concept, tout est renvoyé au « vidéo ».
      Z’êtes pas très disert sur votre programme, l’avez vous compris au moins par ce que les « ya ka faut qu’on » ne mène pas très loin.

      Mais ne vous forcez pas, hein , n’allez pas vous faire une hernie au cerveau...

    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 08:52

      @Ar zen


      Ben alors y sont où vos arguments, vous n’avez pas l’esprit de synthèse du haut de votre haute cognition, vous me decevez...
      Ca fait pas très sérieux.
      Le programme de la FI je vous l’ai explicité nombre de fois pendant la campagne de 2017 avec mon language et adapté à l’expression rapide d’un forum sans pourtant en trahir l’esprit et la lettre, j’en attend pas moins de vous, facile de botter en touche mais ça ne fait encore pas très sérieux pour une pointure comme vous.

      C’est à se demander si....

    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 08:57

      @cettegrenouilleci


      Merci de vous être fendu d’un com aussi long mais qui malheureusement ne brasse que du vent. Vous auriez pu donner des indications précise sur votre stratégie de reconstruction « nationale » avec beaucoup moins de signe.
      En fait vous bottez en touche aussi en nous disant que tant qu’on à pas frexité y’a pas de programme possible donc ça sert à rien de l’expliciter... vous avouerez que ça fait pas très sérieux quand même.
      Alors que comme dit à Ar-zen les FI vous en ont parlé du programme « l’avenir en commun » en en détaillant des aspects et ce sans condition.

      Allez, à votre devoir de journaliste citoyen et faite nous un bon résumé des stratégies pratiques de l’UPR pour la reconquète et le retour de « la france aux français ».

      Au plaisir de vous lire...

    • JulietFox 19 septembre 2018 09:51
      @Sparker

      Ah ben si. Il y a un scoop.
      On sort les Sten. On marie De Gaulle et Trotsky et le tour est joué.
      Au fait le franc sera équivalent à combien de miches de pain ?

    • JulietFox 19 septembre 2018 09:56

      @Ouallonsnous ?


      Même un samedi, ou il ne bosse pas ce pu...de Peuple, il n’est pas capable de se rassembler.
      Il se rassemble ...un peu dans les stades. Mais au-delà.............. ???????????????

    • Legestr glaz Ar zen 19 septembre 2018 10:12

      @Sparker

      J’ai lu page après page le livre-programme de Mélenchon. Je l’ai acheté figurez-vous !

      Je vous dévoile un aspect du programme, faisant partie de la « désobéissance » aux traités européens. Il s’agit de rétablir le contrôle du mouvement des capitaux ! Il ne blague pas le Jean Luc, il l’écrit très sérieusement ! Tout ceci en restant dans l’UE. 

      Vous avez raison de vous fier à lui, il est trop balèze !

      Et tout ce qui est de la désobéissance aux traités est du même acabit. Suppression de la BCE ! Sans blague, au sein de l’UE ! 

      Un conseil Sparker : vous devriez quand même réfléchir aux sornettes que raconte Mélenchon. 



    • Legestr glaz Ar zen 19 septembre 2018 11:20

      @Sparker

      Puisque vous insistez sur le programme, en voici un résumé :

      • le programme de l’UPR est le seul à proposer des réformes essentielles, très concrètes et très précises de nos institutions afin de rétablir la démocratie en France : 
      • – réforme de la composition du Conseil Constitutionnel, afin d’en faire une instance dépolitisée et professionnalisée, ne jugeant qu’en droit,
      • – prééminence de la Constitution française sur toute autre source de droit,
      • – possibilité de saisine du Conseil Constitutionnel par des groupes de particulier,
      • – suppression de l’article 89 de la Constitution (c’est-à-dire suppression de la procédure du Congrès qui a permis l’adoption du traité de Lisbonne malgré le NON au référendum de 2005),
      • – interdiction constitutionnelle du vote électronique,
      • – interdiction des « transferts de souveraineté »,
      • – interdiction de la prise de contrôle des médias de masse par des fonds de pension ou des groupes multinationaux,
      • – rétablissement et extension du crime de haute trahison pour le chef de l’État et les membres du gouvernement,
      • – instauration du référendum d’initiative populaire,
      • – reconnaissance du vote blanc comme un vote à part entière et conséquences concrètes,
      • – instauration de l’équité dans le financement des partis politiques,
      • – inéligibilité à vie de tout responsable politique condamné pour corruption,
      • – interdiction d’effectuer plus de 2 mandats de suite pour tous les parlementaires, conseillers généraux et conseillers régionaux,
      • – inscription dans la Constitution de la liste des services publics non privatisables par nature : EDF-GDF, SNCF, Poste, réseaux d’adduction d’eau, réseaux routiers et autoroutiers, Sécurité sociale.
      • – suppression de l’actuel système de parrainage d’élus pour l’élection présidentielle par un système de parrainage par les citoyens,
      • – réforme et démocratisation du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, transformée en une Cour Supérieure de l’Audiovisuel, dotée du pouvoir d’imposer aux médias une pluralité d’opinions, recueillie par des sondages sur Internet auprès de dizaines de milliers de citoyens,

    • Legestr glaz Ar zen 19 septembre 2018 11:31

      @Sparker

      Il n’y aucune possibilité de « désobéir » aux traités puisque la force de ceux-ci est inscrit dans la Constitution et que tous les élus de la République doivent respecter la Constitution. Vous devriez le savoir, comme Jean Luc Mélenchon. Lisez simplement les articles 5, 55 et 88-1 de la Constitution.

      Jean Luc Mélenchon ballade de pauvres gens qui pensent qu’il est possible d’instaurer un rapport de force avec l’UE alors que la Constitution française l’interdit. La Constitution a été modifiée à de nombreuses reprises, justement pour « ’respecter » le contenu des traités européens. Ceux qui veulent bien s’intéresser à ce sujet le découvrent dans de nombreux documents. J’en mets quelques uns en ligne.

      Ceci vous parle ? « Un droit spécial, appelé précédemment  »acquis communautaire« et désormais »acquis de l’UE« , est ainsi créé afin de matérialiser les politiques communes, un droit qui a la primauté sur le droit national, même constitutionnel des États membres, que celui-ci soit antérieur ou postérieur à la législation européenne. »


      Et ceci vous dit quelque chose ? "Les normes de lUnion Européenne ont une autorité supérieure à celles des lois françaises.  Règlements et directives nont pas à faire lobjet dune mesure dintroduction en droit français. Dès quils sont publiés, il sintègrent dans le droit français. Cest dire que la fameuse directive européenne n° 93/104 était applicable il y a 10 ans déjà  !

      En matière de directives, la Cour de justice européenne peut condamner l’État pour non-exécution de son obligation et les tribunaux français peuvent sanctionner les mesures qui pourraient être prises par le gouvernement français et qui savéreraient contraires à celles prescrites par lUnion Européenne.

      http://www.snphar.com/data/A_la_une/phar27/legislation27.pdf



    • Legestr glaz Ar zen 19 septembre 2018 11:36

      @Ar zen
       Y a du rab Sparker.


      L’article 55 de la Constitution constitue une règle de conflit de normes dans un système français moniste. Il appartient à tout juge chargé de l’application de la loi de faire respecter cette règle de conflit qui conduit à écarter la loi nationale lorsqu’elle vient en conflit avec un engagement international ou européen en vigueur. La hiérarchie posée par l’article 55 ne constitue donc pas une règle de validité constitutionnelle des lois.

      L’article 88-1 de la Constitution dispose :

      « La République participe à l’Union européenne constituée d’États qui ont choisi librement d’exercer en commun certaines de leurs compétences en vertu du traité sur l’Union européenne et du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, tels qu’ils résultent du traité signé à Lisbonne le 13 décembre 2007. »

      Le Conseil constitutionnel a tiré de l’article 88-1 de la Constitution que :« La transposition en droit interne d’une directive communautaire résulte d’une exigence constitutionnelle » [7]. Dans le cadre de l’article 61 de la Constitution, le Conseil contrôle qu’une loi de transposition ne contredit de façon manifeste ni les dispositions ni l’objectif général de la directive qu’elle a pour objet de transposer [8].

      Le Conseil a posé une limite à ce contrôle de la loi de transposition d’une directive : la transposition d’une directive ne saurait aller à l’encontre d’une règle ou d’un principe inhérent à l’identité constitutionnelle de la France, sauf à ce que le constituant y ait consenti. Le Conseil n’a jamais appliqué ce concept.

      https://www.conseil-constitutionnel.fr/les-membres/controle-de-constitutionnalite-et-droit-de-l-union-europeenne


      Est-ce que c’est assez clair Sparker ou faut-il que j’écrive un article sur le compréhension de la Constitution pour les nuls ? 


    • Legestr glaz Ar zen 19 septembre 2018 11:42

      @Sparker

      Pour nationaliser une entreprise voici la marche à suivre. Cela a déjà été fait sous De Gaulle et sous Miterrand. Pourquoi Asselineau ne pourrait-il pas le faire puisque la nationalisation est un acte de souveraineté ?

      "Pour nationaliser une entreprise, il suffit au gouvernement de faire voter une loi en ce sens. C’est ainsi, à quelques exceptions près, qu’a procédé le gouvernement provisoire de Charles de Gaulle à la Libération. C’est aussi par la loi que François Mitterrand a procédé, en 1982, à la nationalisation de trente-neuf banques, de cinq groupes industriels et de deux compagnies financières. Depuis, c’est le processus inverse qui est à l’œuvre : la droite, en 1986 et 1993, puis la gauche entre 1997 et 2002, ont procédé à de nombreuses privatisations.

      Quels fondements juridiques ?

      Pour ses critiques, la nationalisation est une atteinte au droit de propriété, garanti par la Constitution et par la Déclaration des droits de l’homme en tant que « droit naturel et imprescriptible ». C’est à ce titre que l’opposition de droite a saisi le Conseil constitutionnel avant le vote de la loi de nationalisation de 1982. Dans une décision restée célèbre, celui-ci a reconnu le « caractère fondamental » de la propriété privée, mais a estimé que celle-ci admet des « limitations exigées par l’intérêt général », notamment s’agissant de « faire face à la crise économique, de promouvoir la croissance et de combattre le chômage ». Un argumentaire que ne renierait certainement pas Arnaud Montebourg.


      Et d’autres réponses dans le lien. Alors, heureux Sparker ?

      https://www.liberation.fr/futurs/2012/11/26/nationalisation-mode-d-emploi_863118



    • cettegrenouilleci 19 septembre 2018 12:35
      @Sparker

      Les lecteurs de l’article jugeront sur pièce sur l’intérêt de l’article que j’ai proposé à la publication.

      L’important n’est pas, je crois, de disposer d’un catalogue détaillé de promesses dont on n’entendra plus parler une fois l’élection acquise.

      Ce qui compte vraiment, à mes yeux en tout cas, c’est de proposer aux Français des objectifs clairs et réalistes et les moyens de les mettre en oeuvre, de leur donner les moyens d’intervenir dans le débat, de mettre les pieds dans le plat et de peser utilement pour la mise en application effective des mesures de redressement économique et de progrès social, annoncées ou pas, par les différents partis candidats à la reprise en mains des manettes de pilotage, qui sont nécessaires et qu’ils attendent.

      Ce travail d’élaboration se poursuit à l’UPR avec le souci d’unir les Français autour du socle de mesures incontournables qu’il faut prendre pour assurer le changement de cap effectif de la politique suivie [ donc sortie de l’UE, de l’euro, de l’Otan, reprise du contrôle de secteurs clés de l’économie, retour du franc, contrôle des flux de capitaux etc ] et pas un énième replâtrage politicien incapable de répondre aux besoins du pays et de la population.

       L’ arrivée des nouvelles équipes à la direction des affaires de l’état au cours des quatre dernières décennies n’a conduit qu’à de tels replâtrages et à la trahison des promesses faites au électeurs tandis que la situation du pays continuait de s’aggraver, y compris avec les partis traditionnels de la gauche, et avec des ministres tels que Jean Luc Mélenchon et Jean Claude Gayssot.

      C’est pour sortir le pays de cette spirale infernale que François Asselineau appelle les Français à se rassembler avec l’UPR, dans l’UPR, et autour de l’UPR pour rétablir l’indépendance de la France en sortant de l’UE, de l’euro et de l’Otan, en donnant aux nouveaux dirigeants les clés permettant de se saisir des moyens économiques et politiques d’assurer le redressement de notre économie et d’améliorer le sort de nos concitoyens.

    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 18:22

      @Ar zen


      Visiblement l’état à mis la main à notre poche : 39 milliards de francs

      Alors heureux Ar-zen ?

    • Legestr glaz Ar zen 19 septembre 2018 19:30

      @Sparker

      Et alors Sparker ? La fraude fiscale annuelle se monte à combien dans un espace européen où le mouvement des capitaux est totalement libre ? Combien de milliards par année à récupérer en sortant de l’UE ? Le somme, modeste, de 60 milliards peut être avancée. Vous voyez que vos 39 milliards ne sont pas vraiment un problème. Par ailleurs, en sortant de l’UE, la France récupère, cash, 14 milliards par an !

      D’autres questions Sparker ?


    • Durand Durand 19 septembre 2018 19:58

      @Ar zen


       « Un conseil Sparker : vous devriez quand même réfléchir aux sornettes que raconte Mélenchon. »

      Un Conseil, Az zen : vous ne devriez pas obliger Sparker à réfléchir..., vous allez vous faire traiter de con ! ^^







    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 septembre 2018 20:22

      @Sparker

      Le programme de l’UPR est très précis sur l’immédiat après-Frexit. Voir la conférence de F Asselineau : « le jour d’après ». Je ne suis partisan qu’il soit extrêmement précis au sens où vous l’entendez sur du long terme. Le programme de l’UPR n’est pas que l’UPR prenne le pouvoir, décide de tout et, en conséquence, applique à la lettre un programme qu’elle aurait conçu à l’avance.
      Ca c’est le schéma que véhiculent tous les traitres qui avancent par exemple 110 propositions pour se faire élire en 1981 et en appliquent 3 quand ils sont élus.
      Ca c’est le schéma que propose LFI avec plein de trucs du genre 6ème république alors que rien ne sera appliqué parce que rien ne sera applicable s’en sortir de l’UE.
      Ce que l’UPR propose est réalisable puisqu’elle propose en premier lieu le Frexit. Ce que l’UPR propose ensuite - je reprends- ce n’est pas que l’UPR prenne le pouvoir mais que le peuple retrouvant la démocratie puisse à nouveau prendre son destin en main. L’UPR propose notamment le référendum d’initiative populaire et, bien évidemment, l’UPR n’a pas programmé ce qui sera décidé par cette voie.



    • Durand Durand 19 septembre 2018 20:35

      @Jean Dugenêt


      C’est clair et compréhensible par tous, sauf mauvaise foi ou QI de 12... Merci !




    • Legestr glaz Ar zen 19 septembre 2018 21:04

      @Jean Dugenêt

      Vous écrivez : « l’UPR n’a pas programmé ce qui sera décidé par cette voie ». 
       
      En revanche, Mélenchon, dans son livre « l’avenir en commun », ne se prive pas de donner des orientations de nature constitutionnelle dans le programme qu’il propose mais, en même temps, comme dirait l’autre, il avance l’idée de la rédaction d’une nouvelle Constitution par une Constituante. La Constituante devra donc appliquer les recommandations du programme du chef ?

    • cettegrenouilleci 20 septembre 2018 07:59
      @Sparker

      Je ne crois pas que ma démarche et les arguments que je mets en avant dans mes articles puissent se résumer à ce que vous appelez « de la com ».

      Je m’efforce seulement d’apporter ma petite pierre à la bataille politique qui est engagée pour le rétablissement de l’indépendance de la France, le redressement de son économie, la préservation de son patrimoine et de sa sécurité, la défense de nos services publics, l’amélioration du sort des plus humbles.

      La qualité des discussions engagées dans le sillage de la publication de ces articles témoigne du fait que ces préoccupations sont partagées par beaucoup d’internautes et par un grand nombre de nos concitoyens.

      Je n’ai ni le talent ni la feuille de route d’un journaliste. Certes, je porte à la connaissance des internautes un certain nombre de faits et de réalités.

      Mon souci n’est pas juste d’informer. Ce que j’essaie de faire, c’est donner aux lecteurs des clés pour comprendre et pour contribuer utilement à l’avènement d’une politique nouvelle. Je fais, avec mes petits moyens et mes petites connaissances ce que tout citoyen peut faire.

      Je montre que c’est possible, même si on n’est qu’un petit instituteur retraité d’une petite ville d’un petit coin de la Lorraine, ce que je suis. Je montre que chaque citoyen, chaque militant , où qu’il soit, d’où qu’il vienne, quelque soit sa sensibilité politique, quel que soit le nombre de fois où il s’est trompé, où il a été trompé à l’occasion des scrutins électoraux, quelle que soit sa profession, ses préoccupations, ses problèmes (tout le monde en a) peut participer au débat citoyen, réfléchir à ce qui est bon pour son pays, se saisir d’un étendard, avancer et porter des mots d’ordre, se faire entendre, peser dans le bon sens, être un artisan des victoires et des revanches à venir contre les ennemis de la nation, des travailleurs et de la population laborieuse.



    • Le421 Le421 18 septembre 2018 19:28

      @bébert

      bébert, tu exagères !!
      Franchement.
      Arrête de les embêter, sinon, je vais commencer à croire que t’as trouvé plus con que moi !!
      Et là, franchement, ça m’emmerde mon poulet !!
       smiley


    • malitourne malitourne 18 septembre 2018 19:39

      @Le421@Bebert

      Vous vous entendez à merveille ! Même style, même verve...

    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 09:22

      @malitourne


      C’est le catalogue, ça ne mange pas de pain.
      La FI à été critiquée car elle à annoncé qu’elle emprunterais 100 milliards pour mettre en oeuvre son programme par ce qu’elle à compris qu’un catalogue de yakafocon, ne suffit plus pour convaincre, donc avec un véritable travail sur le finanancement elle se sent plus crédible.

      Comment financez vous votre catalogue pour qu’il n’en reste pas qu’un ?

    • malitourne malitourne 19 septembre 2018 09:31

      @Sparker

      Des économies formidables pour alléger les charges et impôts de l’ordre de 78,7 milliards d’euros par an
      50

      Économies budgétaires résultant de la réduction du millefeuille administratif  : 6,4 milliards d’euros par an. Économies sur le nombre de députés nationaux  : 38 millions d’euros par an.

      Économies sur le nombre de députés européens  : 45 millions d’euros par an.

      Économies sur le nombre de sénateurs  : 131 millions d’euros par an.

      Économies sur le nombre de conseillers régionaux  : 75 millions d’euros par an.

      Économies sur le nombre de conseillers départementaux  : 62 millions d’euros par an.

      Économies sur le périmètre de la région (avant 1982)  : 6 milliards d’euros par an.

      51

      Économies budgétaires résultant de la sortie de l’UE  : 13,6 milliards d’euros budgétaires par an. Économies directes  : 9 milliards d’euros par an de déficit fiscal budgétaire (chaque année, la France contribue pour 23 milliards d’euros au budget européen, et s’en voit restituer 14).

      Économies sur les cofinancements et les condamnations pécuniaires  : 4,6 milliards d’euros par an.

      52

      Recettes budgétaires supplémentaires résultant du rétablissement du contrôle des mouvements de capitaux  : 20 milliards d’euros par an. Lutte contre la fraude fiscale  : 20 milliards d’euros par an (récupérés sur un total de fraude fiscale estimée entre 60 et 80 milliards d’euros par an), ce qui sera possible grâce à la sortie de l’UE et au contrôle des mouvements de capitaux, seul outil efficace dans cette lutte.

      53

      Économies indirectes pour l’économie française résultant de l’allégement des réglementations et contraintes européennes sur les administrations publiques et les entreprises  : estimées à environ 38,7 milliards d’euros par anÉconomies indirectes sur le coût d’application des normes européennes pour les administrations publiques  : 8,7 milliards d’euros par an.

      Économies indirectes sur le coût d’application des normes européennes pour les entreprises  : 30 milliards d’euros par an.


    • JulietFox 19 septembre 2018 09:53
      @malitourne
      Ouaaaaaaaaiiiiiiiiiiiiiiissssssssss ! C’est la luuuuuuuuuutte finaaaaaaaaaaaaaaaaaalle !

    • malitourne malitourne 19 septembre 2018 10:23

      @JulietFox

      J’ai l’impression d’avoir malencontreusement déclenché un orgasme chez vous. Croyez bien que j’en suis désolé.

  • Zolko Zolko 18 septembre 2018 15:18
    « Sans sortie de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, impossible [...] de mettre un terme au chaos social [...] de mettre un terme au chaos migratoire  »
     
    vous êtes mal informe : Asselineau veut rompre les relations privilégiées avec les voisins Européens pour renforcer les relations privilégiées avec les anciennes colonies : donc moins d’Allemands mais plus d’Algériens en France, moins de Portugais mais plus de Maliens. Vous nous expliquez s’il vous plaît comment ça va faire baisser le chaos social et le chaos migratoire ?

    • malitourne malitourne 18 septembre 2018 15:45

      @Zolko
      Il est vrai que la relation privilégiée franco-allemande bénéficie au peuple français c’est bien connu...


    • Zolko Zolko 19 septembre 2018 13:24
      @malitourne : le « peuple français », comme vous y allez. Vous pensez sans-doute que les Français descendent des Gaulois ? Savez-vous d’où vient le nom de la peuplade « franc » ? C’est un peuple germanique, les « Franken », qui vivait dans la partie ouest de l’actuelle Allemagne, donc à l’est de l’actuelle Alsace. 
       
      Le peuple français, la bonne blague. Dites-le à des Savoyards, des Bretons, des Alsaciens, des Basques ou à des Corses, et on va bien rire. Ca n’existe pas, le peuple français.
       
      En fait, vous démontrer l’anachronisme d’Asselineau : il veut revenir à la France de l’époque coloniale, sans l’Europe mais avec l’Afrique. Et vous vous étonnez de plafonner à 1%.

    • malitourne malitourne 19 septembre 2018 13:47

      @Zolko
      Le peuple français est le peuple de France. Un Français est une personne de nationalité française et citoyen de la République. Et la République est présente non seulement dans les régions que vous citez, mais aussi aux Antilles, dans l’Océan Indien dans le Pacifique et en Amérique du sud.

      Selon vous le peuple français n’existe pas, c’est sans doute pour ça que vous êtes attaché à cet autre peuple imaginaire : le peuple européen.
      La France peut avoir des relations avec le monde entier sans avoir pour intention de les dominer, je ne crois pas que ce soit ce que les français désirent. Par contre la France a quelques intérêts nationaux à défendre, ce qui n’est pas le cas en ce moment puisqu’elle est soumise à des politiques supranationales qui vont à l’encontre de l’intérêt des français.
      Parlez-moi donc de votre changement d’Europe, puisque vous préférez regarder ailleurs.

    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 septembre 2018 20:40

      @Zolko
      Un p’tit coup de choc des civilisations...

      Je ne crois pas que la politique de l’UE ait fait venir en France beaucoup d’allemand et de portugais. Elle a par contre fait venir beaucoup de personnes des pays de l’Est d’une manière non maîtrisée pour répondre aux exigences américaines : aller le plus vite possible vers l’est pour emmerder Poutine. Résultat on donne du fric pour mettre ces pays là au niveau. On récupère une masse de miséreux qui viennent chez nous parce qu’un certain nombre d’activités payent davantage chez nous que chez eux (prostitution, vol de métaux...) . On paye pour les renvoyer chez eux et ils reviennent immédiatement.
      Vous caricaturez la proposition d’Asselineau qui consiste à privilégier la francophonie et à préférer les relations de la France avec l’Algérie ou le Maroc davantage qu’avec la Lithuanie ou la Lettonie dont les français n’ont que faire. Mais pensez-vous vraiment que cela serait pire que ce que nous connaissons ?
      Pour ma part je laisse à Zemmour et à Le Pen le soin de remuer comme un épouvantail l’arrivée de populations miséreuses. Ce sont mes frères de classe qu’ils viennent des pays de l’Est, de l’Algérie ou du Mali.

    • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 20 septembre 2018 03:18

      @Zolko

      Le peuple français, la bonne blague. Dites-le à des Savoyards, des Bretons, des Alsaciens, des Basques ou à des Corses, et on va bien rire. Ca n’existe pas, le peuple français.

      Eh bien, je suis Alsacien... ET Français... l’un n’excluant pas l’autre...

      Qui l’eût cru !?!? Ca vous la coupe ?!?!

      De toute façon, que ferait l’Alsace indépendante ??? Déjà que la 6è puissance mondiale est complètement soumise aux intérêts atlantiques, alors l’Alsace ou je ne sais quelle région toute seule... Quelle bonne blague ces indépendantistes régionaux !

    • Zolko Zolko 20 septembre 2018 10:53
      @dr.jambon-beurre : « Quelle bonne blague ces indépendantistes régionaux ! »
       
      et pourquoi-donc ? Moi j’aime bien les spécificités culturelles locales, régionales, et je suis opposé à un melimelo franchouillard. Un Savoyard a beaucoup plus de points communs avec un Italien du Nord (dans la vallée d’Aoste ils parlent Français) ou un Suisse du Valais qu’avec un Parisien. Ou un Basque Français avec un Basque Espagnol qu’avec un Ch’ti.
       
      Pareil d’ailleurs en Allemagne, Italie ou Espagne.
       
      Vous trouvez ridicule les indépendantistes régionaux mais vous militez pour un indépendantisme national. Ben moi c’est le contraire : je trouve ridicule ceux qui défendent le centralisme étatique.

    • malitourne malitourne 20 septembre 2018 12:11

      @Zolko
      Vous êtes un adepte des centralismes régionaux ou du centralisme bruxellois ? A moins que ce ne soit les deux ?



    • Legestr glaz Ar zen 21 septembre 2018 17:38

      @Zolko

      Vous pensez que l’Italien du Nord regarde « Anouna » à la télévision ? Vous pensez que l’Italien du Nord va faire ses courses chez « carrefour » ou « Auchan » ? Vous pensez que l’Italien du Nord lit le « dauphine libéré » ou « Le Figaro » ou « le canard enchaîné ».

      Les Français, aujourd’hui, qu’ils soient du Nord, du Sud, de l’Est ou de l’Ouest vivent pratiquement la même chose, à quelques détails près. En revanche, les Espagnols ou les Italiens, ne vivent pas la même chose que les Français. 

      Hormis quelques habitudes gastronomiques, qui subsistent, les Français sont vautrés devant TF1 et BFMTV. Pas les Italiens, ni les Espagnols !

      Dans le val d’Aoste ils « parlaient » le Français. C’est beaucoup moins vrai aujourd’hui, même en présence du tunnel du Mont Blanc. 

      Vous avez 50 ans de retard, mais cela se rattrape. 

    • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 22 septembre 2018 23:13

      @Zolko

      Moi j’aime bien les spécificités culturelles locales, régionales, et je suis opposé à un melimelo franchouillard

      Moi de même. Rien ni personne ne vous empêche de cultiver et d’entretenir vos spécificités. Et pour l’instant et pour longtemps encore les Alsaciens resteront les maîtres de la choucroute, de la bière et de leurs innombrables spécialités et spécificités locales, en français ou en alsacien.

      En plus, les langues régionales n’ont que très peu d’écrits la plupart du temps là où le français possède un patrimoine gigantesque, en sciences, en littérature etc... Le français m’a déjà permis de discuter avec un Tahitien, un Togolais ou un Québécois, voire de lire des textes en catalan (langue très facile à comprendre à l’écrit pour nous).

      Une langue internationale est une ouverture sur le monde, quelle chance nous avons de posséder une telle langue ! Alors oui elle est un peu trop compliquée pour la parler et l’écrire parfaitement et il y a trop d’exceptions, mais le bon français « c’est » celui avec lequel « on » arrive à se faire comprendre.

      Et puis, on ne va pas refaire l’histoire où la géographie, il se trouve que ce sont des rois Francs d’origine germanique mais romanisés qui ont agrégé ce petit territoire coincé entre les Pyrénées, les Alpes , le Jura et le Rhin et qui sont des frontières naturelles assez voire très fortes. Finalement, c’est assez logique que nous vivions dans le même pays, la contrainte géographique a déterminé la facilité des échanges et des accès.

    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 22 septembre 2018 23:18

      @dr.jambon-beurre

      E’ ure titoi ...réponse tahitienne.


    • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 24 septembre 2018 10:14

      @Aita Pea Pea
      Kus men kluut


    • cettegrenouilleci 24 septembre 2018 10:26
      @dr.jambon-beurre et aita pea pea

      Je salue l’élégance de vos propos graveleux.

      Peut-être serait-il opportun pour vous de trouver un espace plus adapté à la poursuite de vos ébats...

  • Attila Attila 18 septembre 2018 15:44

    La doctrine économique de l’Union Européenne s’appelle le néolibéralisme (qui n’est pas libéral malgré son nom). C’est la pire forme du capitalisme jusqu’à présent.
    Dans son livre « La stratégie du choc », Naomi Klein nous démontre que, partout où il est appliqué, le néolibéralisme aboutit à un appauvrissement général de la population et à un enrichissement de la toute petite minorité qui était déjà la plus riche.
    .
    En sortant de l’Union Européenne, on n’est plus contraint d’appliquer le néolibéralisme. On peut appliquer les solutions choisies par la majorité du peuple français.
    .

    Une idéologie à la source de nos problèmes : le néolibéralisme

    .


    • Sparker Sparker 18 septembre 2018 18:53

      @Attila


      « En sortant de l’Union Européenne, on n’est plus contraint d’appliquer le néolibéralisme. »

      Ok et vous faite quoi ? Quelle sont les solutions choisies par le peuple français ?

    • malitourne malitourne 18 septembre 2018 19:54

      @Sparker
      L’application rigoureuse du programme de l’UPR, détaillée sur le site. Il vous faut une aide pour aller le consulter ?


    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 08:40

      @malitourne


      Non mais on passe du temps sur un forum citoyen pour échanger des idées alors c’est votre développement et votre argumentaire que j’attends, vous qui vous gausser que les autres n’ont pas d’arguments... vous êtes où là ?

    • malitourne malitourne 19 septembre 2018 08:55

      @Sparker
      Vous souhaitez que je développe l’argumentation de l’UPR sur la nécessité du Frexit, je crois que vous la connaissez. 

      Sur la mise en oeuvre du programme, c’est expliqué sur le site UPR, sur l’onglet programme.


    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 09:01

      @malitourne


      J’ai pas le temps d’être partout et je viens sur un forum citoyen pour échanger avec des gens qui défendent leurs idées, alors défendez les.
      La lecture est subjective et je risque de mal interpréter ce qui est écris, mais si vous m’expliquez et répondez à mes questions je comprendrais mieux et peut-être que vous me convaincrez, qui sait.

      Alors comment ça marche la révolution nationale, qu’est-ce qui se passe après le frexit ?

    • malitourne malitourne 19 septembre 2018 09:16

      @Sparker
       - Election de François Asselineau à la Présidence de la République et d’une majorité parlementaire de rassemblement national

       - Mise en place d’un gouvernement de rassemblement national type CNR
       - Application du programme présidentiel et du programme législatif (détaillé sur le site UPR)


    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 09:27

      @malitourne


      Election de FA, soit,
      Majorité parlementaire avec qui ?
      Mise en place du gouvernement avec qui ?
      Application du programme : avec quel financement ?

      Je rappele(dit plus haut) que la FI à l’intention d’emprunter 100 milliards à la BCE pour appliquer son programme et que peu de journaliste économique ont critiqué, comment faite vous, vous, pour nationaliser et relancer nationalement les secteurs clés et les services publiques avec agents en fonction ?

      Je suis allé voir quand le programme mis en lien, j’ai survolé mais j’ai pas vu la page des moyens pour mettre en oeuvre, vous avez un lien ?

    • malitourne malitourne 19 septembre 2018 09:37

      @Sparker
      Majorité parlementaire avec tous les députés élus sous étiquette UPR ou allié

      Mise en place du gouvernement avec toutes les personnalités politiques compétentes, honnêtes, et rassemblés autour du programme de sortie de l’UE, de l’Otan et de l’euro, et pourquoi pas des personnes actuellement à FI.
      Financement : point 50 à 53 du programme

    • cettegrenouilleci 19 septembre 2018 10:51

      @Sparker


      Les questions que vous posez sont pertinentes.
      Elles auront en temps voulu des réponses circonstanciées.

      Si vous ne faites que « survoler » les textes publiés par l’UPR qui officialisent les choix déjà arrêtés par l’UPR sur les différents dossiers, il est difficile d’en discuter utilement.

    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 11:01

      @malitourne


      Travail de longue haleine de réunir tous ces élus mais bon c’est le combat, alors que leur nombre veut être réduit ??

      Beaucoup d’économies réalisées sur le style de démocratie, réduction de bon nombre d’élus et sénateurs, de députés, ça rappelle un peu les attaques de Macron sur le parlementarisme et la volonté de présidentialiser encore plus... Moui... ça sent bon la cinquième monarchique... Désolé mais ça rejoint un peu la perception que j’ai du gars Asselineau...

      Réduction des dépenses de l’état et (en même temps !!) redéveloppement du service public, faudrait plus de détails car là ??

      recup de l’évasion fiscale, là on est tous d’accord sauf Macron et Le pen, bon...

      taxe sur les mouvements de capitaux, là aussi on va être d’accord, sauf Macron et Le pen

      Economie de la part de financement de l’UE, logique.

      Je n’ai rien trouvé sur les investissements d’avenir ? Il n’y a que des économies sur des réductions de dépenses. L’état n’investit pas ?

      Bon si ça arrive à convaincre, tant mieux mais j’ai comme un doute...

    • malitourne malitourne 19 septembre 2018 11:20

      @Sparker

      Merci d’abord de permettre un dialogue plus sincère.

      « Travail de longue haleine de réunir tous ces élus mais bon c’est le combat, alors que leur nombre veut être réduit ?? »
      Oui c’est un combat difficile, sachant que tout débat sur le Frexit est exclu des grands médias, voire de certains courants eurosceptiques

      « Beaucoup d’économies réalisées sur le style de démocratie, réduction de bon nombre d’élus et sénateurs, de députés, ça rappelle un peu les attaques de Macron sur le parlementarisme et la volonté de présidentialiser encore plus... »

      L’objectif n’est pas de détruire le parlementarisme mais de le rendre plus efficace et moins coûteux. La contrepartie démocratique, c’est de mettre en place des consultations populaires plus directe avec la mise en place de referendum d’initiative populaire.

      « Réduction des dépenses de l’état et (en même temps !!) redéveloppement du service public, faudrait plus de détails car là ?? »

      Les sources de financement sont là, la souveraineté monétaire sera également acquise et des politiques qui ne sont pas ultralibérales (imbécilement austères) pourront être mise en oeuvre. Je vous rappelle que dans l’UE c’est impossible

      « recup de l’évasion fiscale, là on est tous d’accord sauf Macron et Le pen, bon... »

      Je pense que la plupart des gens sont d’accord en effet

      « taxe sur les mouvements de capitaux, là aussi on va être d’accord, sauf Macron et Le pen »

      Vous pouvez maintenant convenir que le programme de l’UPR n’est ni d’extrême droite, ni macroniste

      « Economie de la part de financement de l’UE, logique. »

      En effet, c’est logique



    • malitourne malitourne 19 septembre 2018 11:26

      @Sparker

      « Je n’ai rien trouvé sur les investissements d’avenir ? Il n’y a que des économies sur des réductions de dépenses. L’état n’investit pas ? »

      Des stratégies économiques, des politiques de planifications économiques, pourront être mise en oeuvre, puisque le jeu démocratique retrouvé et l’indépendance par rapport à l’UE recouvrée, le permettra. A vous dès lors gens de gauche, mais aussi tout citoyen, de faire valoir vos arguments sociaux, écologiques. Le retour à l’indépendance politique de la France peut permettre des planifications économiques (pas dans l’UE c’est impossible). Le jeu démocratique pourra décider de quelle agriculture, de quelle industrie, de quelle écologie, de quelle diplomatie, de quelle défense, de quelle immigration, etc les français veulent


    • Attila Attila 19 septembre 2018 15:35

      @malitourne
      « des politiques qui ne sont pas ultralibérales (imbécilement austères)  »
      Attention à ne pas confondre le libéralisme ou l’ultralibéralisme (qui fonctionnent sur le même principe : la réduction du rôle de l’État au minimum) d’une part, avec le néolibéralisme d’autre part.
      .
      La confusion est d’autant plus facile que le nom de néolibéralisme est un piège : ce n’est pas une doctrine libérale. Contrairement au libéralisme ultra ou pas, le néolibéralisme utilise l’État en le corrompant au profit exclusif des puissances de l’Argent :
      "L’Etat joue un rôle central, au cœur de l’idéologie néolibérale. Son rôle vis à vis du marché est en effet la clé de la refondation du libéralisme. Construit contre le keynésianisme, où l’Etat est un arbitre de la régulation économique, de la protection sociale, il change ici de forme. Du libéralisme « classique » au néo-libéralisme, on transite de l’opposition – l’Etat contre le marché – à une alliance de l’Etat pour le marché et pour son développement. L’Etat, auparavant considéré intrusif et dangereux pour les libertés individuelles devient un acteur fondamental dans l’imprégnation du néolibéralisme au cœur de la société. Ainsi n’est-il pas étonnant de voir l’Etat voler au secours des banques lorsque celle-ci menace de faire écrouler le système économique mondial à cause d’un risque systémique, ce à quoi nous avons assisté récemment. " Lien

      .


    • malitourne malitourne 19 septembre 2018 15:50

      @Attila
      Merci de préciser ou clarifier mes propos, parce qu’avec mon débateur je sais que j’ai pas trop le droit à l’erreur sinon je risque de me prendre un smash !


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 septembre 2018 20:45

      @Sparker
      C’est bizarre les questions que vous posez.

      « Ok et vous faite quoi ? Quelle sont les solutions choisies par le peuple français ? »
      Si vous voulez savoir quelles sont les solutions choisies par le peuple français il faut demander au peuple français. Je crains que vous soyez obligé d’attendre qu’il les exprime.
      Ce n’est pas à l’UPR de vous dire ce que veut le peuple.
      Il y en a beaucoup des politiciens qui prétendent savoir ce que veut le peuple mais - comme c’est étrange - il ne font pas ce que le peuple demande : sortir de l’UE (référendum de 2005).

    • Xenozoid 18 septembre 2018 19:37

      @Le421
      au moin ils ont de la constance,ils avaient prédit sur agoravox que lupr aurait eu 27%,depuis on a perdu la fifi et le docteur,la releve arrive qui ressemble a la legion d’israel,pas de mémoire....pfuuuuu


  • JP94 18 septembre 2018 21:19

    A lire les commentaires, force est de constater une évidence, l’idée de l’article qui gêne considérablement les FI de Mélenchon, c’est qu’il affirme comme une condition sine qua non d’une politique sociale et souveraine la sortie de l’OTAN, de l’UE et de l’Euro.


    Les détracteurs de l’UPR lui font un bien mauvais procès sur ces questions, quand eux ils osent prétendre qu’on pourrait arriver au socialisme sans s’affranchir de la structure capitalisme, et au passage,, là où le ridicule ne tue pas - et heureusement pour eux ! - c’est quand ils prétendent arriver au socialisme sans les communistes !

    Là on tombe dans la face .

    L’opportuniste de gauche N°1 Mélenchon, qui prétend triompher du capitalisme sans les communistes et au sein de l’UE ( sic !) et des structures qui verrouillent toute possibilité de sortie du capitalisme : l’UE a été faite pour ça, qu’ils lisent les livres d’Annie Lacroix Riz.

    Ces gens sont d’une inculture historique et politique insondables. Mais à défaut de propose une théorie léniniste de l’Etat, pour les sarcasmes et pour jeter l’anathème, ça ils s’y entendent.

    Leur chef social Démocrate est maître ès-esbrouffe, mais le prendre pour un penseur politique c’est être aveugle plus ou moins volontairement.

    Il a en tête les Européennes , c’est tout. 

    Que l’UPR soit peu convaincante sur le ni-droite ni-gauche, c’est possible, mais il faut lui reconnaître la lucidité d’une idée juste, sans considération politicienne. Ses résultats sont faibles, bien plus que ceux de FI, à qui les médias tendent complaisamment le micro ( et FI jouant les victimes..., alors que c’est le N° de la com’), la raison en est évidente : FI n’est qu’un leurre et le Patronat le sait bien : voir l’épisode Tsipras en Grèce, lamentable. On a beau dire Mélenchon est le Tsipras français, l’homme providentiel qui permet au Patronat de nous offrir de « l’Opposant » ( titre de Marianne) ; tout en évacuant les vrais enjeux : les structures de l’UE : il n’y a lire le Guardian pour voir le déchaînement anti-Brexit.

    Hors du Frexit un politicien coule des jours tranquilles dans l’UE...il pourra aboyer tant qu’il veut, il ne mordra pas le Patronat, et celui-ci le sait. 
    La fonction de FI est d’éviter justement l’émergence d’un débat politique populaire sur la sortie de l’UE, de l’OTAN et de l’Euro et aussi la reconstruction d’un véritable parti communiste , l’ennemi historique du Patronat et ceux qui croient qu’il est mort feraient bien d’apprendre l’histoire...

    Ce que je ne comprends pas , c’est l’énergie dépensée par les FI à sabrer l’UPR , vu son score - l’ennemi, c’est l’ennemi de classe. . A moins , comme je le disais au début, que ce qui gêne soit ses idées, qui mettent en cause fondamentalement les thèses de FI. 

    Pourquoi ne pas lancer dans la rue une campagne sur cette sortie ? les gens, ensuite, après échange d’idées, choisiront, comme en 2005.
    Et Mélenchon se retrouvera comme pour Maastricht, à véritablement afficher son mépris de classe comme il avait osé le faire en « crachant » sur le peuple Danois qui avait voté NON.
    Mélenchon a bien une conscience de classe, mais elle est du côté de la Bourgeoisie.


    • Attila Attila 18 septembre 2018 23:14

      @JP94
      " Pourquoi ne pas lancer dans la rue une campagne sur cette sortie ? les gens, ensuite, après échange d’idées, choisiront, comme en 2005. « 
      Beaucoup de français ont peur de s’affranchir des idées dominantes véhiculées par les médias, même quand on leur met des preuves sous les yeux. Il faudrait une double campagne de communication :
      d’abord discréditer les médias : »la télé ment, la télé appartient à l’argent", par exemple.
      et ensuite on peut espérer être mieux écouté.

      .


    • cettegrenouilleci 18 septembre 2018 23:15

      @JP94



      Bonsoir JP94

      Merci pour ce commentaire très pertinent, à bien des égards.

    • capobianco 19 septembre 2018 07:44

      @Attila
      «  et ensuite on peut espérer être mieux écouté  »


      Mais ce n’est pas le but à l’upr, leur mission est de pourrir JLM et la FI, c’est quand même clair. ! 5 « articles » de leur part en 2 ou 3 jours,tous visant les insoumis et cela au profit de qui ? 


    • malitourne malitourne 19 septembre 2018 08:04

      @capobianco
      Notre mission est de faire avancer le débat sur le Frexit, sa nécessité, son urgence. Par contre, la petite entrevue de Marseille entre JLM et Macron a, quant à elle fait à mon avis plus de mal à FI, que les articles de l’UPR. 

      L’UPR ennuie tout ceux qui veulent « changer l’Europe ». Il ennuie le FN, LFI et Dupont-Aignan. Il n’y a pas que vous qui pleurnichez sans arrêt à la moindre vue d’un écrit de l’UPR.

    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 08:43

      @malitourne


      Ca pour être ennuyeux vous tenez le pompon, mais bon vous faites un peu sourire et dans ce monde de brute ça se prend...

    • malitourne malitourne 19 septembre 2018 08:46

      @Sparker
      J’ai conscience que le débat sur le Frexit vous ennuie. Mais il intéresse de plus en plus de monde, même chez vous


    • cettegrenouilleci 19 septembre 2018 08:53
      @capobianco

      A l’UPR, on ne pourrit pas le débat, c’est tout le contraire. on discute et on essaie d’argumenter avec tout le monde, et on s’efforce de rester courtois avec ceux qui ne nous répondent que par des invectives, des insultes ou des pleurnicheries.

      Nous faisons aussi la démonstration que les français qui rejoignent l’UPR issus de toutes les catégories de la population, venant d’horizons politiques très différents, animés par la nécessité urgente de mettre un terme à la gabegie et aux destructions imposées à la nation du fait de son enfermement dans l’UE, travaillent ensemble à l’élaboration et à l’affûtage des outils nécessaires pour sortir de l’Union Européenne, de l’UE et de l’Otan, travaillent ensemble fraternellement à la réussite de leur projet commun de libérer la nation, de préserver son patrimoine, de mettre en application une politique nouvelle conforme aux intérêts de l’immense majorité de la population, à l’exclusion des pilleurs, des exploiteurs et de leurs valets .

      Si vous estimez que certains des points abordés dans les articles évoqués, publiés ces derniers jours, ne méritent pas d’être discutés et soumis à la réflexion de nos concitoyens, je vous serais reconnaissant de bien vouloir nous préciser lesquels.

      Si vous avez relevé des inexactitudes, des approximations hâtives, des inepties et des critiques non fondées, non étayées par des faits avérés, merci de bien vouloir préciser tout cela aux lecteurs auxquels vous vous adressez afin qu’ils puissent aller vérifier la réalité de ces insuffisances, de ces erreurs et de ces fautes. Vous leur rendrez un service dont ils vous seront reconnaissants et vous rendrez service à la nation.

      Cela les guidera forcément à aborder ces questions avec davantage de lucidité et à peser dans le bon sens, le moment venu, dans leurs entreprises, dans leur façon de participer aux débats citoyens, dans les urnes, pour peser dans le bon sens chaque fois qu’ils estimeront devoir le faire.

      Pour ce qui nous concerne, nous y prêterons toute l’attention requise et nous nous efforcerons d’apporter les précisions et les corrections nécessaires, le cas échéant.

      Merci pour votre contribution à cette discussion.

    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 09:03

      @cettegrenouilleci


      Oui mais bon on attend toujours des détails de principes au moins sur cette « politique nouvelle », qu’avez vous à en dire pour la défendre, quels sont vos arguments ?

    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 09:11

      @malitourne


      « J’ai conscience que le débat sur le Frexit vous ennuie. »

      S’il y avait débat encore, ça se pourrait, mais là je crois que c’est plutôt l’absence de débats qui ennuie et fait sourire.
      La Grenouille fait du beau blabla à rallonge, mais d’argument de poids nada.
      Vous ne le défendez pas bien votre projet...

      Faut dire que l’UPR ne fait pas de politique c’est juste un rassemblement pour le frexit, ceci explique peut-être cela.

      La Grenouille n’aurait pas du écrire un article sur le programme, maintenant faut nourrir le fil, c’est malin tiens...

    • cettegrenouilleci 19 septembre 2018 09:18

      @Sparker


      Bonjour Sparker

      Vous avez beaucoup de griefs à l’encontre des militants de l’UPR et vous leur présentez beaucoup de doléances en soulignant souvent le caractère vain de leur entreprise et l’agacement qu’il provoque chez vous.

      Vous leur reprochez le travail politique qu’ils développent au service du succès de leur projet commun : sortir de l’UE, de l’euro et de l’Otan parce que cela vous donne des démangeaisons.

      Mais vous en redemandez encore et encore en vous accrochant aux basques des commentateurs des articles qui sont publiés pour faire mieux comprendre et populariser les objectifs politiques, les arguments, les solutions de l’UPR.

      Sensible à ce besoin irrépressible dont vous témoignez, je vous propose un lien vers un article susceptible de réveiller et d’entretenir votre crise d’urticaire.




      Je suis quand même très satisfait d’apprendre que nous avons néanmoins développé la capacité à fous faire sourire quelquefois.

      Bonne journée à vous !

    • cettegrenouilleci 19 septembre 2018 09:23

      @cettegrenouilleci pour Sparker


      Merci de bien vouloir excuser la faute de frappe, elle n’était pas délibérée.

      Il fallait lire : Je suis quand même très satisfait d’apprendre que nous avons néanmoins développé la capacité à vous faire sourire quelquefois.

    • malitourne malitourne 19 septembre 2018 09:26

      @Sparker
      Vous voulez débattre du programme de l’UPR ou de sa mise en oeuvre ?



    • JulietFox 19 septembre 2018 10:49

      @Attila
      Deux ans plus tard, alors que la mise en œuvre du divorce avec l’UE se révèle un véritable casse-tête et menace la majorité de la Première ministre Theresa May, les positions des uns et des autres n’ont pas sensiblement évolué. Les partisans d’une sortie saluent toujours une décision salutaire, dont ils minimisent les conséquences politiques, économiques et financières, de la chute de la livre sterling au casse-tête de la frontière irlandaise, en passant par le gel des investissements d’Airbus.


    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 11:10

      @cettegrenouilleci

      «  l’agacement qu’il provoque chez vous. »

      Heu, faudrait pas trop vous pomper les chevilles, il en faudrait bien plus pour m’agacer, mais je m’amuse sérieusement en vous demandant vos arguments vu que vous accusez tout le monde de ne pas en avoir.
      Alors on attend les votres...

    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 11:12

      @malitourne


      « Vous voulez débattre du programme de l’UPR ou de sa mise en oeuvre ? »

      Les deux mon général, vous pensez pas que c’est un peu lié ?

    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 11:19

      @cettegrenouilleci


      « 

      Ha ha ha , vous pouvez pas vous empêcher de renvoyer à Mélenchon pour vous sauver et botter en touche, vous êtes bien misérable.

      Je n’ai rien dit sur Asselineau bien qu’il y aurait de quoi, non, je vous ai juste interrogé sur votre programme et son application, sujet de l’article, mais non vous ne répondez rien et renvoyez à un article de parti pris que vous voulez croire objectif et dont vous vous nourissez...

      Désolé mais vous êtes pitoyable et y’a pas un de vos « collègues » pour vous défendre, c’est beau l’unité.

      Suffit pas de faire le « cocorico » hein, faut encore avoir des munitions dans la poche kangourou...

      Dans mon coin on dit « pèter plus haut que son cul » c’est pas très fin, j’en convient, mais ça vous va à ravir.


    • cettegrenouilleci 19 septembre 2018 11:30
      @Sparker

      Merci pour votre compliment.

      Les lecteurs apprécieront.

    • malitourne malitourne 19 septembre 2018 11:35

      @Sparker
      Les crispations sont maximales entre vous et nous j’en conviens. Mais la question de l’appartenance à l’UE est le noeud gordien de cette confrontation. Et la crispation est d’autant plus vive quand le flou est enntretenu sur cette question. 

      Car si au moins il y a une chose que je trouve claire avec Macron, c’est que lui, l’UE c’est son programme assumé. L’ennemi de la France c’est lui.
      Alors qu’avec des interlocuteurs qui soufflent le chaud et le froid sur cette question, les débats sont tendus car l’enjeu est celui du rassemblement et de l’unité contre les intérêts que ce traitre s’emploie à défendre.

    • malitourne malitourne 19 septembre 2018 11:43

      @Sparker
      Rompez ! 

      La mise en oeuvre s’articule sur un programme présidentiel et un programme législatif, détaillé sur le site. J’ai répondu à certains éléments dans d’autres posts. C’est beaucoup plus plaisant de répondre à vos questions politiques qu’aux quolibets abscons et puérils, j’imagine que pour vous aussi.
      Vous voyez qu’on peut s’élever, ensemble en débattant sincèrement.

    • Legestr glaz Ar zen 19 septembre 2018 12:11

      @JulietFox

      Vous n’avez donc pas réfléchi au problème de la « frontière irlandaise ». Vous vous laissez embobiner par ce que disent les journaux des « européites ». Mettons les points sur les « i ». 

      Ni la Grande Bretagne ni l’Irlande n’appartiennent à l’espace Schengen. Vrai ou faux ? C’est vrai !

      Le contrôle de la frontière entre la GB et l’Irlande n’était donc pas sous le contrôle de l’UE et des règles de la convention Schengen. Ces deux pays faisaient bien comme ils voulaient pour contrôler cette frontière. 

      Nous venons de parler de la frontière, concernant les personnes. Quid concernant la frontière au plan économique. L’Irlande et la GB appartiennent à l’espace économique européen qui regroupe tous les membres de l’UE plus trois pays hors UE (appartenant à l’AELE) à savoir la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein. En sortant de l’UE la GB reste membre de l’EEE comme l’Irlande. Il ne se passe donc rien de plus en matière de frontière économique. 

      Alors, effectivement, il aurait fallu rétablir un contrôle physique aux frontières si l’Irlande avait appartenu à l’espace Schengen. Ce n’est pas le cas ! Alors, JulietFox, où voyez vous un problème à la frontière entre l’Irlande et la GB ? Vous voudriez bien nous expliquer votre point de vue ? Quel est donc ce « casse tête » auquel vous faîtes allusion ? 

    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 12:16

      @malitourne


      Mais comment voulez vous convaincre si vous ne proposez pas de prgrame politique/social argumenté et financé.
      Vous ne pouvez plus, a l’heure actuelle, rassembler sur une prise de position qui dit, frxit et après on verra comment qu’on fait avec les bonnes volontés, les gens ne vous suivront pas.

      Et vu la réduction parlementaire ça fait un peu peur sur le présidentialisme, qu’il n’est pas loin de qualifier de monarchique, des visions démocratiques de Mr Asselineau.

      Et de ramener à la FI pour dire qu’on est flou et que vous vous êtes clair c’est détourner le débat des réalités concrètes de votre frexit pour le ramener sur une sois disant honetteté qui vous vaudrait un blanc sein et les suffrages qui vont avec, permettez moui de vous dire que vous bottez en touche pour ne pas dénoncer un procédé malhonette...

      Et je ne suis pas crispé, je ne vous craint pas car je ne vous croit pas crédible, juste que ça permet de parler indirectement de la FI par effet concave ou convexe (au choix) vu que vous ne cesser de la taxer de malhonette ou d’enfumage, ce qui revient au même.

      Mes intentions sont claires et nous n’avons jamais caché notre attachement à une certaine construction européenne à laquelle nous aspirons, nous ne sommes pas nationalistes.

      Mais bon on peut laisser tomber si vous n’avez pas de perspectives sociales, économiques et sociétales à débattre, pas de soucis.

    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 12:18

      @Sparker


      S’cusez pour le français un peu haché, je bosse « en même temps »...

    • malitourne malitourne 19 septembre 2018 12:36

      @Sparker
      Vous exigez un débat et le vous le posez d’emblée de manière disqualifiante.

      On vous donne des éléments de programme, vous les niez d’emblée.
      On vous donne un argumentaire sur des mesures et vous sous-entendez sans argumenter qu’elle relèvent d’une démarche antidémocratique.
      J’évoque nos crispation sur la question de l’UE et vous le voyez comme un attentat de lèse-Mélenchon délibéré et malhonnête contre vous.
      Et vous escamotez allègrement quand on vous dit que toute problématique économiques et sociales est envisageable, sauf en restant dans l’UE. Vous le disqualifiez sans arguments comme un nationalisme borné. 
      Donc si vous voulez débattre ok, mais faites le vraiment...

    • Sparker Sparker 19 septembre 2018 13:34

      @malitourne


      Mais je vous ai posé des questions auquelles vous ne répondez pas ou me renvoyez au programme qui n’esplique pas l’avenir de la france après le frexit.
      Je ne vous ai pas traité d’anti-démocratique !! juste que la réduction du parlementarisme au profit du présidentialisme me semble une vois inquiétante.
      Et c’est vous qui rebondissez sur Mélenchon non pas pour critiquer le programme mais pour nous traiter d’enfumés.
      Prouvez moi que « toute problématique économiques et sociales est envisegeable » après le frexit. Le néo-libéralisme ne foncrionnera plus ? la globalisation sera stoppée ? la finance sera vertueuse ? l’industrie française sera de fait florissante, les fortunes ne vont pas se barrer ailleurs ? le chomage sera réduit automatiquement, quid de la bagarre des pays après l’effondrement de l’UE sans concertation ? ?
      Beau et vaste programme mais comment réalisez vous cela, avec quels moyens, car sinon ça peut passer pour de l’enfumage de gogos avec un catalogue de bonnes intentions (pas toutes) mais vous ferez comme Mitterand ou Tsipras vous capitulerez car ça sera impossible sans appauvrir les français violemment.

    • Durand Durand 19 septembre 2018 13:45

      @Sparker


       « Mes intentions sont claires et nous n’avons jamais caché notre attachement à une certaine construction européenne à laquelle nous aspirons »

      Des détails sur cette nouvelle usine à gaz supranationale ?

       « nous ne sommes pas nationalistes. »

      Internationalistes, alors ?






    • Durand Durand 19 septembre 2018 13:48

      @Sparker


      « Prouvez moi que « toute problématique économiques et sociales est envisegeable » après le frexit. »

      Prouvez-nous qu’elle le serait sans le Frexit !




Réagir