mardi 14 mai - par Michel J. Cuny

Chine 2030 : « Une société moderne, harmonieuse, créative ». France 2030 : «  ? »

Quelles peuvent être les principales perspectives d’un Etat ouvrier et paysan ? Et, par conséquent, sous quel angle considérer ce que la Chine réalise aujourd’hui dans le cadre de l’économie mondiale ?

JPEG

La réponse à cette question tient à l’ensemble de ce en quoi peut consister le marxisme. C’est donc une affaire qui ne trouvera pas à se résoudre en quelques mots hâtivement jetés dans la nature.

Pour sa part – et comme tout un chacun en Occident -, Alexandre Mirlicourtois ne se croit pas dans la situation de ne pas devoir appliquer les critères économiques habituels quand il se tourne vers les résultats d’un pays comme la Chine… Ainsi en revient-il à ce qui n’a cessé de se dire tout au long de la période où Joseph Staline conduisait l’ensemble de la politique soviétique : que tout cela était à peu près sans résultat… Or, quand Hitler a voulu aller vérifier lui-même cette absence de résultat, il y a très vite rencontré son propre cercueil…

La Chine tend tout simplement à s’ouvrir la voie qui doit la mener au communisme… alors qu’elle sait pertinemment qu’il lui reste encore beaucoup à faire avant même d’avoir pu rejoindre l’intégralité du socialisme… qui n’est déjà pas une si petite affaire.

Evidemment préoccupé par ce qu’est devenue la croissance économique en Europe et plus particulièrement en France – alors que la Chine se soucie, elle, du développement de ses forces productives (et c’est tout autre chose) -, Alexandre Mirlicourtois imagine qu’il en va de même pour les dirigeants chinois, et, dans ce contexte – qui n’est pas du tout le leur -, il veut les croire vraiment à la peine :
« De son côté, le gouvernement a peu de marges de manœuvre pour relancer la croissance. La politique monétaire est déjà expansionniste. Et le niveau élevé d’endettement des collectivités locales rend plus compliqué qu’en 2009 la relance des investissements d’infrastructures. Jugez plutôt : la dette des gouvernements locaux représentait déjà près de 27% du PIB en 2010. C’est 10 points de plus qu’en 2007. Dix points en 3 ans seulement. »

Mais s’agit-il, pour la Chine, de « relancer la croissance » ? Et d’utiliser rien que des bouts de ficelle pour y parvenir ?

À lui tout seul, Alexandre Mirlicourtois anéantit son propre propos…


« Tous ces facteurs ne laissent pas espérer plus de 7,5% de croissance pour la Chine en 2012. »

Serait-ce donc si catastrophique ?

Tout au contraire. Pour le comprendre, il suffira de se tourner vers le rapport que la Banque Mondiale était alors occupée à élaborer pour le publier en 2013 sous le titre : « Chine 2030 : Construire une société moderne, harmonieuse et créative.  »

Voici ce que l’on peut lire dès le premier paragraphe du Résumé sur lequel s’ouvre ce document de 473 pages :
« À tous points de vue, la performance économique de la Chine au cours des trois dernières décennies a été impressionnante. La croissance du PIB a atteint en moyenne 10% par an et plus de 500 millions de personnes ont été sorties de la pauvreté. »

Mais 7,5% seulement en 2012… Quelle catastrophe, n’est-ce pas ? Prenons, alors, le deuxième paragraphe du résumé en question :
« Même si la croissance ralentit, la Chine est tout à fait capable de devenir une économie à revenu élevé et la première économie mondiale avant 2030, malgré le fait que son revenu par habitant serait encore une fraction de la moyenne des économies avancées. »

Tout dépend du ralentissement en question… 7,5 %… Alexandre Mirlicourtois ne peut s’empêcher de voir cela comme une catastrophe à laquelle le gouvernement chinois n’aurait quasiment plus aucune réponse à fournir…

Glissons un peu plus loin dans le rapport de la Banque Mondiale…


« Après plus de 30 ans de croissance rapide, la Chine a atteint un autre tournant dans son chemin de développement tandis qu’un deuxième changement stratégique non moins fondamental est attendu. Le 12ème plan quinquennal fournit un excellent début. Ce rapport combine ses éléments clés pour concevoir une stratégie à plus long terme qui s’étend jusqu’à 2030. »

Eh oui, il y a même des pays qui ont devant eux un avenir qu’ils s’efforcent de tracer… et à quoi ils peuvent initier leur jeunesse… tout en lui offrant de participer à sa mise en oeuvre en se saisissant des pensées du plus haut niveau et de celles qui sont encore à venir…

Bon, mais laissons-là ce… communisme… et revenons à la Banque mondiale qui ne veut surtout pas de ça, mais qui ne peut que convenir de ceci dès les premières lignes de l’Introduction de son Rapport :
« Même si la Chine augmente d’un tiers plus lentement à l’avenir par rapport à son passé (6,6% par an en moyenne contre 9,9% sur la période des 30 dernières années), elle deviendra un pays à revenu élevé un peu avant 2030 et dépassera les États-Unis en taille économique (son revenu par habitant, cependant, ne représentera toujours qu’une fraction de celui des pays avancés). »

6,6%… Décidément 7,5% – contrairement à ce que veut croire Alexandre Mirlicourtois -, voilà que c’est déjà presque de la surchauffe pour une société qui a le grand tort de se vouloir « moderne, harmonieuse et créative  » pour 2030…

Tiens, au fait… Si on relisait un petit peu Karl Marx, Vladimir Ilitch Lénine, Mao Zedong… pour y avoir un peu plus clair au milieu du cauchemar européen qui ne fait que commencer…

NB. Cet article est le cinquante-deuxième d'une série...
« L’Allemagne victorieuse de la Seconde Guerre mondiale ? »
Pour revenir au document n° 1, cliquer ici



5 réactions


  • zygzornifle zygzornifle 14 mai 13:18

    La Chine monte pendant que l’UE nous démonte ....


  • McGurk McGurk 14 mai 14:23

    La Chine n’est certainement pas un modèle de développement économique et sociétal.

    Sorti des gens de la pauvreté ? Peut-être, mais lorsqu’on voit les conditions de travail des ouvriers dans ce pays, le nombre hallucinant d’heures qu’ils font et pour un salaire plus que minable, on omet de dire « travailleur pauvre surexploité ».

    Les emprunts des collectivités à quel propos d’ailleurs ? n’est qu’une bulle, grossissant chaque jour, prête à leur exploser à la figure.

    Quant au terme « société harmonieuse et moderne », il y a de quoi se marrer : dictature, militarisme, expansionnisme économique et territorial, droits humains ignorés, populations déportées et remplacées, etc.

    Ce qui me gêne le plus lorsque je vois les journaux, ce sont ces chiffres et la manière de les interpréter. On prend souvent comme exemple des pays en développement en disant « oulala, 10% par rapport à nous qui ne faisons que 1% ou moins ».

    Ils se leurrent de croire que la croissance est infinie, qu’on pourra vendre toujours plus, essorer encore plus les travailleurs qui en ont déjà plus qu’assez. Les « plans » à la soviétique n’ont jamais fonctionné, c’est un état « communiste » déguisé parce que seul le « noyau dur » à savoir le parti reste communiste de cœur mais le reste de la société ne l’est pas.


  • zygzornifle zygzornifle 15 mai 09:11

    L’UE veut se lancer dans la fabrication de batteries lithium pour les poubelles électriques .....

    La Chine vient d’annoncer ce matin qu’après 15 ans de recherche elle avait trouvé un moyen de séparer lors de l’extraction le libitum des autres matières ce qui allait diviser son prix environ par 5 .


Réagir