jeudi 11 octobre - par Martin de Wallon

Clash Booba et Kaaris : la culture rap est-elle une culture de la violence ?

Les rappeurs Booba et Kaaris ont quitté la scène musicale pour rejoindre le rayon des faits divers et la case prison.

Ce n'était pas le tube, mais le clash de l'été. Le tribunal correctionnel de Créteil a condamné mardi 9 octobre les rappeurs Booba et Kaaris à 18 mois de prison avec sursis et 50.000 euros d'amende pour leur retentissante bagarre à l'aéroport d'Orly début août.

 

Le procureur avait requis un an de prison avec sursis pour les deux prévenus et certains de leurs acolytes. Après avoir qualifié leur bagarre du 1er août de « spectacle indigne et ridicule », à « l'impact médiatique négatif extraordinaire », le magistrat a fini par littéralement « clasher » les clasheurs en les qualifiant de « petits bourgeois du clash ». « A les entendre (Booba et Kaaris, ndlr), on comprend que détourner le regard, baisser les yeux, s'asseoir, se taire, c'est déjà abdiquer, c'est déjà perdre la face, devenir non seulement la risée du clan rival mais de toute la planète », avait souligné l'homme de loi.

 

Au-delà de ce fait particulier, certains déplorent la « culture de la violence » concomitante au rap en général. « Il faudrait une sanction extrêmement lourde en travaux d'intérêt général. Il faudrait les obliger à aller expliquer pourquoi ils ont eu tort de se comporter comme ça devant leurs fans, devant tous les jeunes qui rêvent de devenir rappeurs », avait plaidé l'éditorialiste Christophe Barbier sur BFMTV, à propos des frères ennemis du rap français. Cette image de rappeurs violents se marie bien avec une autre : celle qui fait des représentants de ce genre musical des incultes, blindés à la testostérone et gonflés aux stéréotypes, et qui refuse d'y voir un genre artistique digne de ce nom.

 

Dès sa naissance, le rap se conjugue avec violence. Des textes de révolte scandés sur une rythmique basique. De Los Angeles à New York, dans les quartiers noirs retentissent ces cris de colère, notamment contre les brutalités policières. Une violence toujours présente aujourd'hui, dans les banlieues américaines, chez des rappeurs proches de gangs qui s'entretuent. Les stars du rap Tupac et Notorious B.I.G., froidement abattus, ont fait les frais de ce culte des armes à feu dans les clips et de la mort violente.

 

Dans les années 90, quand la culture hip-hop débarque en France, MC Solar s'inspire de Brassens, Renaud ou Verlaine et la plume remplace le flingue. IAM préfère aussi l'humour aux bastons. La violence semble absente du rap français. Mais, depuis dix ans au moins, sur les réseaux sociaux, les rivalités s'exacerbent. Par tweets interposés, on se charrie, on se toise, l'insulte n'est jamais loin. Et parfois les joutes verbales dégénèrent en combats physiques, comme dans la bagarre générale qui a éclaté à l'aéroport d'Orly. Cela a d'abord été la guerre entre Booba (encore lui) et Rohff, puis avec La Fouine, Kaaris et plus récemment Maître Gims (qui invoquait la mort de Booba). Quand on y regarde de près, les motifs sont assez obscurs, mais toujours liés à des histoires de contrats et d'argent, de rivalités de vues et de ventes, de fausses allégations. Le résultat est toujours le même : les belligérants font le buzz sur les réseaux sociaux et dans les médias.

 

Dans une société où il faut faire du sensationnel pour exister médiatiquement et être rentable commercialement, le clash est un moyen que peuvent utiliser les fripons adroits pour l'emporter sur leurs concurrents. Plus que de leur caractère violent, les clashes qui opposent les rappeurs témoignent peut-être de leur bonne compréhension des exigences du marché et de leur désir de réussite commercial. Pour Benjamine Weill, spécialiste du rap, « il y a toujours un peu de communication là-dessous », observe la philosophe, qui note que Booba se retrouve depuis plusieurs années souvent mêlé à des clashs très médiatiques. L'experte du rap ajoute : « À chaque fois qu’il y a un clash, ils gagnent en notoriété. La preuve : depuis 24 heures, on parle beaucoup de cette histoire (…) Le sensationnel prend le pas sur tout le reste ».

 

Force est de constater que, dans le cas de l’animosité entre Booba et Kaaris, les motifs de haine semblent minces. En 2011, Booba, qui aime à parrainer les jeunes talents du rap, offre à Kaaris de participer à une mixtape, puis lui confie le morceau Kalash dans son album Futur. Kaaris lui en est reconnaissant. Mais, suite à une de ses disputes de coq avec les rappeurs La Fouine et Rohff, Booba accuse Kaaris de ne pas l’avoir soutenu. Depuis, c’est entre les deux hommes un assaut permanent de violence verbale. Cette hostilité ne relève-t-elle pas d'une stratégie médiatique bien conçue ?



67 réactions


  • JL JL 11 octobre 08:41
    « la culture rap est-elle une culture de la violence ? ’’

    Pour moi, clairement oui. Le rap est nativement, congénitalement, le langage de la violence : y exprimer un autre affect un tant soit peu noble ou élevé serait mission impossible.
     
    Imaginez »Les feuilles mortes se ramassent à la pelle« , »Comme un coquelicot", ... en rap !!!
     

    • Konyl Konyl 11 octobre 11:43

      @JL
      Ecoutez Adb al Malik ou renseignez vous un minimum, avant de parler sans connaître quoi que ce soit de ce style musical.


    • microf 11 octobre 14:37
      @JL

      Les chanteurs du Rap chantent la violence qu´ils subissent.

    • Martin de Wallon MartindeWallon 11 octobre 15:06

      @JL Il y a rap et rap. Le rap d’un MC Solaar n’assume aucun recours à la violence.


    • Saint Rata de l'himalaya Maitre Ratatouille 11 octobre 18:23


      @JL
      une autre version...
      « les feuilles d’impôt se rappellent à la masse » ...

    • JL JL 11 octobre 18:40

      @MartindeWallon

       
       ’’ Il y a rap et rap ’’
       
       oui,, ... comme il y a chasseurs et chasseurs.
       
       smiley
       
      Plus sérieusement : à part la haine qui fait son succès, qu’y a-t-il d’autre dans le rap qui ressemblerait de près ou de loin à de l’art ?

    • Oceane 11 octobre 20:39

      @microf

      Ces deux-là sont des charlots. Je m’étonne que l’on puisse s’intéresser à eux. J’admets aussi que les goûts et les couleurs...


  • cétacose2 11 octobre 08:41

    La France commet un acte indigne en hébergeant des types aussi infects Ces ignobles individus doivent être dirigés manu militari vers leurs pays d’origine et la« culture »rap déclarée dangereuse pour les esprits simples ,primaires et bornés de nos banlieues chéries .


  • math math 11 octobre 09:05
     le brouillon de culture rap !

  • Dom66 Dom66 11 octobre 09:09

    C’est qui ces deux débiles ?

    Et dire que des mecs appellent musique le rap ??


    • Konyl Konyl 11 octobre 11:40

      @Dom66
      Vous écoutez quoi vous ?


    • Dom66 Dom66 11 octobre 14:12

      @Konyl

      Un peu de tout, mais certainement pas de rap ni de musique sortie de presse hydraulique


    • Konyl Konyl 11 octobre 14:17

      @Dom66
      Vous êtes gavé de préjuger donc.

      « Certainement pas de RAP » Vous n’aimez pas, vous n’y connaissez rien donc pourquoi commenter ? Pour vous donner un peu d’épaisseur ? (vous devriez du coup faire un peu de musculation cérébrale).


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 octobre 14:26

      @Dom66 Un simple hp fendu sur un Marshall aura donné le son Hendrix. Lui a su a la feuille savoir le potentiel qu’il pouvait en tirer...un de ses potes electronicien créera pour lui la pedale de saturation reproduisant ce son...


    • Dom66 Dom66 11 octobre 14:50

      @Konyl

      Vous n’aimez pas, vous n’y connaissez rien donc pourquoi commenter ????


      Si j’ai le droit de commenter et dire que je n’aime pas…. Et je ne suis pas le seul à ne pas aimer….Quand passe du rap sur une radio ou télé, je zap...c’est mon choix...J’ai bon là ? j’ai le droit non ? merci


    • Konyl Konyl 11 octobre 19:00

      @Dom66

      « Et dire que des mecs appellent musique le rap ?? »

      Ou dites vous que vous n’aimez pas ? 

       si vous aviez dit :
      « Moi c’est pas ma tasse de thé mais ces deux là sont des débiles », effectivement. La non, désolé.

      Le respect ce n’est pas ça, donc le « mec qui appelle musique le rap » vous dit d’aller écouter un peu avant de causer.


    • imago imago 12 octobre 01:47

      @Konyl

      Moi c’est pas ma tasse de thé, je préfère ma tondeuse à gazon....
      c’est bon là ?

    • QiroreuR QiroreuR 12 octobre 08:23

      @Konyl
      Quels artistes conseillerais-tu ?



      P.S. : j’en ai bcp écouté aux débuts, jusqu’à la fin des années 90 et mis à part qq noms actuels je ne connais pas de rappeur intéressant que ce soit musicalement ou que ce soit au niveau des textes (à part Lino... et encore).
      Mais si tu as des références de musiciens et de chanteurs qui ont qq chose à dire et le disent dans un Français un minimum travaillé, je suis preneur...

    • Konyl Konyl 12 octobre 12:34

      @imago
      Non mais ne vous fatiguez pas, les gens qui comparent les musiques qu’ils n’aiment pas à du bruit n’ont souvent aucune idée de la musique en question.


    • Konyl Konyl 12 octobre 12:41

      @QiroreuR
      https://www.youtube.com/watch?v=zLMr3DdCZNc

      Sinon ils ne font plus grand chose mais j’aime bien ça :
      https://www.youtube.com/watch?v=jLnmHa_k3Y0


  • Gabriel Gabriel 11 octobre 09:19

    Le RAP, signe distinctif d’une société agonisante, abreuvée de sous culture télévisuelle, ayant soldée les valeurs humaines au détriment des biens êtres individuels et éphémères. Que sont devenus Mozart et Rimbaud face à ces primates atrophiés du bulbe hurlant leurs haines du pays qui les engraisse et des demeurés qui se trémoussent dans leurs concerts ?



    • aimable 11 octobre 11:58

      @Gabriel
      en plein dans le mille , avec leur 3 ou 400 mots connus par eux de la langue Française , ignares en solfège , ils ne pouvaient pas composer autres choses .


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 octobre 12:01

      @aimable

      Django Reinhardt ne connaissait pas le solfège...et pourtant...


    • Dom66 Dom66 11 octobre 14:15

      @Aita Pea Pea

      pour Django = mauvais exemple, c’est de la musique.
      Moi aussi je joue de la guitare et je ne pige rien en solfège......tablature 

    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 octobre 14:49

      @Dom66 Django avait un sens inné de l’harmonie. Duke Ellington himself est tombé sur le cul en l’écoutant swinguer sur des accords majeurs 7e majeure (et non de dominante)...


  • Buzzcocks 11 octobre 10:53

    « Je sais que je ne sais rien » Socrate

    Sur internet, c’est le contraire, on n’a que des experts... Aucun intervenant n’écoute de rap (moi compris) mais tout le monde a un avis, et ça taille sec.
     


    • imago imago 12 octobre 01:52

      @Buzzcocks
      si moi j’écoute le rap de mon voisin du haut, mais je préfère le bruit de ma tondeuse à gazon, désolé.


  • Christian Labrune Christian Labrune 11 octobre 11:13
    Cette image de rappeurs violents se marie bien avec une autre : celle qui fait des représentants de ce genre musical des incultes, blindés à la testostérone et gonflés aux stéréotypes, et qui refuse d’y voir un genre artistique digne de ce nom.
    ==============================

    Il ne s’agit aucunement d’un « genre musical », et ces sortes de vociférations imbéciles de cr’étins parfaitement décérébrés n’ont absolument rien à voir avec une quelconque culture.

    C’est même la négation de tout ce qui peut servir à définir la notion de civilisation. La responsabilité de beaucoup de journalistes complaisants et, il faut bien le dire, de plus en plus incultes, dans la promotion de cette sorte de répugnante barbarie, est considérable. Et je ne parle pas du spectacle abominable, digne du règne d’Héligabale, dont le palais de l’Elysée fut le théâtre, le jour de la fête de la musique. A l’initiative de qui ?


    • Konyl Konyl 11 octobre 11:39

      @Christian Labrune
      « Il ne s’agit aucunement d’un « genre musical » »

      Pardon mais si, et ce n’est pas à vous d’en décider. Pour dire ce que vous dites c’est juste que vous n’aimez pas et souhaitez que tout le monde pense comme vous.

      Toutes les musiques subissent le même sort : La génération précédente n’aime pas le changement en général et donc déteste tout ce qui est neuf. Je n’ai pas dit que je trouvais tout bien, loin de là mais il faut respecter les nouveau talent, écouter donc Abd al malik https://fr.wikipedia.org/wiki/Abd_al_Malik_(artiste). Evidemment JUL je n’aime pas, comme je n’aimais pas Benny B parce que je trouvais ça trop limité. Pour ma pars je n’aime pas le principe du correcteur de tonalité (Autotuner) car ça permet de chanter « juste » en chantant faux et abolie ainsi la notion de travail dans l’art, alors que le travail dans l’art c’est tout ce qui vient après le talent.


    • Christian Labrune Christian Labrune 11 octobre 12:22
      Pardon mais si, et ce n’est pas à vous d’en décider. Pour dire ce que vous dites c’est juste que vous n’aimez pas et souhaitez que tout le monde pense comme vous.
      ===============================================

      @Konyl

      Quand j’avais treize ou quatorze ans, dans les années soixante, la mode était au « Yé-Yé », mais moi je venais, grâce à un prof d’allemand qui nous avait fait entendre en classe de quatrième des extraits de l’Art de la fugue, de découvrir avec Bach ce que c’était que LA musique, et ça n’avait évidemment rien à voir avec les chansonnettes qu’on pouvait entendre sur les chaînes de radio populaires des grandes ondes.

      La musique, ce n’est évidemment pas ce que vous croyez et à quoi vous faites allusion. Si encore vous me parliez de Schönberg, de Berg, de Boulez, de Berio, de Messiaen ou de Stockhausen, une discussion serait possible, mais la sous-culture de consommation courante que vous évoquez, et qui est condamnée à disparaître avec le siècle, n’est pas la Culture. C’est vrai en musique comme en littérature : il ne viendrait pas à l’idée de quelqu’un qui aurait sérieusement étudié les lettres, de mettre sur le même plan les romans de gare de la collection Harlequin et les oeuvres de Claude Simon !

      Pendant les trente-huit années que j’ai passées à enseigner, l’une de mes premières tâches aura été de faire comprendre à mes élèves que tout n’était pas dans tout, que tout ne se valait pas. Ca, c’est précisément le b.a. - ba de la Culture avec un grand C. Il appartient précisément au citoyen cultivé, sur ces questions-là, de « décider ».

    • Konyl Konyl 11 octobre 12:41

      @Christian Labrune
      Vous confondez art et culture, c’est précisément ce que je pensais en vous lisant.
      Avec un grand C dites-vous ? Cette simple réflexion prouve que même dans un parsec ou deux vous n’auriez pas pu ouvrir votre esprit à l’art. Certes en musique certaines choses sont trop commerciales et offrent peut de créativité mais dénigrer tout sauf vos gouts montre simplement que vous êtes limité à ce que vous avez sous les yeux. Levez un peu la tête, même si c’est un peu tard, il y a de belles choses à découvrir.
      Stockhausen est un pur malade (dans le bon sens du terme), mais il n’est pas seul et le génie se retrouve dans d’autres courant musicaux, Rap, Electro, Pop ; Expérimental.


    • Dom66 Dom66 11 octobre 14:16

      @Konyl
      Toutes les musiques subissent le même sort ?????? Le rap est tout sauf de la musique


    • Konyl Konyl 11 octobre 14:24

      @Dom66
      Ah bon et en quoi ?

      Musique selon le Larousse : « La musique est l’art qui permet à l’homme de s’exprimer avec des sons. »

      https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/musique/53415

      Et si c’est si facile et que vous êtes pauvre (mentalement ça ne fait plus aucun doute) je vous invite a composer un morceau de House ou de Rap et à devenir riche en deux minutes puisque pour vous ce n’est rien a faire...


    • Cyrus l’ hermite 11 octobre 21:17

      @Konyl

      Ne vous fatiguez pas ... La musique , ou les texte classique ne sont pour zinzin que le moyen de vomir sa propagande .

      n’ est t’ il pas curieux que sa seule référence musicale soit un vieux prof d’ allemand aussi étriqué que lui au lieu d’un prof de musique certifié ... 

      Souvent aussi on le verra vomir sur l’ intégrisme iranien et le refus de toute musique ...
      Mais lui même ne fait rien d’ autre qu’ émettre ses fatwa .

      Je n’ aime pas le rap ... mais en aucun cas je ne peut nier qu’ il s’ agit de musique ... 
      Avec quelque notion de solfège et d’ arrangement , la mélodie initiale peut aisément passer d’ un style musical au suivant , du métal au reggae , du Ragga au rap , du rap au classique tout est permis mais tout ne plaira pas a tout le monde .... 

      Bonne soirée 


    • osiris 11 octobre 21:27

      @Konyl

       heu pas tout à fait ,la musique est l’art qui permet de s’exprimer avec des sons harmonieux ,sinon c’est du bruit.

      Il ne faut pas confondre musique et bruit.


    • Cyrus l’ hermite 11 octobre 21:28

      @l’ hermite
      post-scriptum


      Par honnêté , il faut aussi parler du Gangsta-Rap , qui se séparent nettement du « rap commerciale » , 
      en prêchant la haine de l’ autre et la violence ... 

      D’ autre courant musicaux ont aussi eu des gens qui ne respectait pas la loi ...
      Il serait donc bon de parler de musique de gangster et non de gangsta-rap uniquement .


      -Appel a la désertion 
      -menace de mort sur les gendarme.




    • Cyrus l’ hermite 11 octobre 21:42

      @osiris

      « La beauté est dans l’ ouil de celui qui regarde, l’ harmonie dans l’ oreille de celui qui écoute ».
      Vous définissez ainsi très justement « votre musicalité » et non pas « la musique de maniere universelle » .



    • Martin de Wallon MartindeWallon 12 octobre 18:19

      @Christian Labrune Comment définissez-vous les termes de culture et de genre musical ?


    • osiris 12 octobre 20:10

      @l’ hermite

       Il existe une beauté universelle comme il existe une vérité universelle ou une raison universelle .

      Je ne pense pas qu’il existe une personne qui trouve un visage brûlé par un litre d’acide comme beau ou que le visage d’apollon d’un Alain Delon soit laid , à moins d’être un pervers .

       Il y a des gens qui ont l’oreille moins fine que d’autre comme il existe des gens qui ont plus le sens gustatif que d’autre comme il existe des gens qui ont des sens plus intuitifs que d’autres

      il est prouvé que des sons harmoniques obéissent à une certaine loi mathématique.


  • Konyl Konyl 11 octobre 11:28

    « Dans les années 90, quand la culture hip-hop débarque en France, MC Solar s’inspire de Brassens, Renaud ou Verlaine et la plume remplace le flingue. IAM préfère aussi l’humour aux bastons. La violence semble absente du rap français. »

    Vous oubliez une des plus grosse figure tu rap français : NTM...
    IAM c’est apaisé avec le temps mais tous leur textes n’étaient pas sans violence, « non soumis à l’état, »Tam tam de l’Afrique« , »Demain c’est loin".


  • zygzornifle zygzornifle 11 octobre 11:35

    J’aurai bien vu Macron se faire démonter la tronche en tentant de faire des selfies ....


  • McGurk McGurk 11 octobre 12:38
    Le sensationnel n’est pas du tout synonyme de rentabilité. C’est le talent de l’artiste qui détermine son succès. Ce n’est pas parce que les chanteuses d’aujourd’hui sont habillées comme des prostituées (trois bouts de tissus qui laissent voir le reste) dans leurs clips qu’il faut tout de suite y voir la décadence d’un secteur. Tout comme la violence ne représente pas le rap au sein de la musique.

    En ayant écouté dans ma jeunesse, j’ai largement préféré ses débuts parce que c’était largement plus proche de la poésie pure (ex : MC Solaar) que ce qu’on voit maintenant à la télé. Est ensuite venu le temps des « petites frappes » qui ont, elles, prôné la violence, le fait d’être une racaille et que « vivre dans une cité c’était cool ». Cela devait être un débouché commercial juteux car ces chanteurs-racailles se sont multipliés, déformant de fait un courant musical intéressant et novateur.

    Pour autant, ces derniers ne représentent pas à eux tout seuls le rap, il y a probablement des milliers d’artistes tout aussi talentueux voire bien plus. En général, les textes de ces chansons parlent des problèmes de société passés sous silence et non pas forcément la violence pure. Les deux artistes cités dans l’article sont donc minoritaires.

    D’autre part, si ils sont obligés de se taper dessus pour faire de l’audience, c’est qu’ils sont déjà en perdition (tant mieux !). D’ailleurs je ne comprends pas bien pourquoi, alors qu’on a fait toute une polémique sur ce chanteur pro-terrorisme (et donc juste bon à être enfermé entre quatre murs), on ne leur ait pas reproché la violence de leurs textes.

    Leur condamnation est absurde. Ils auraient dû avoir une peine bien plus longue et humiliante pour justement leur apprendre la discipline et l’humilité.

    • Buzzcocks 11 octobre 14:30

      @McGurk
      On retrouve le même phénomène dans le hard rock... vous prenez des vieux groupes comme Blue Oyster Cult, Led Zeppelin, les mecs sont des virtuoses de la guitare. Puis, certains ont ajouté de la provocation en mettant des tenues de démons genre Kiss, puis est arrivé la composante Metal, où là, certains ont joué plus vite, plus fort, ont égorgé des animaux sur scène ou surfé sur le satanisme.
      D’où la volonté de certains (toujours un peu les mêmes, d’ailleurs) de faire interdire le hellfest.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 octobre 14:40

      @Buzzcocks Black Sabbath pour le métal ... 1968


    • Buzzcocks 11 octobre 16:57

      @Aita Pea Pea
      Enfin, le black sabbath de 68 est constitué de musiciens venant du blues... ils jouent donc au début, un blues un peu plus énervé, avec des riffs lourds.
      Y a même un des zicos qui vient de Jethro Tull, donc c’était un gros baba.

      Bref, ça n’a strictement rien à voir avec ce qui se pratique actuellement avec le grind core, le death metal....


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 octobre 19:34

      @Buzzcocks

      Album :Black Sabbath Titre : Black Sabbath Groupe : Black Sabbath Année de production :1970 ....naissance du heavy Metal


    • Buzzcocks 11 octobre 20:55

      @Aita Pea Pea
      Le heavy metal, c’est gentil ... Blue Oyster Cult aussi, c’est du heavy metal, et c’est de la tisane par rapport à du death metal.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 octobre 22:16

      @Buzzcocks

      Y’a toujours un début...sinon guitares énervées c’est Slayer pour moi . Le plus grand groupe de métal. Épicétout.


  • Sergio Sergio 11 octobre 21:08

    PUBLIC ENEMY



  • osiris 11 octobre 21:36

     On trouve des chefs d’œuvre dans tous le s genres de musique ,classique ,rétro , rock, soul ,rythm and bues ,zouk, reagge et même dans le hardrock ou métal ----------------------------Whole lotta love de Led Zeppelin est un chef d’œuvre du métal

    Il n’ y a pas de chefd’oeuvre dans le rap car il n’ y a a aucune mélodie musicale dans le rap.

    Le rap est plus dans le genre théâtral que dans le genre musical.


    • Martin de Wallon MartindeWallon 12 octobre 18:23

      @osiris On trouve aussi dans la musique classique contemporaine des mouvements qui ne mettent en avant aucune mélodie. Peut-on dire pour autant qu’ils ne relèvent d’aucun genre musical ?


    • osiris 12 octobre 19:56

      @MartindeWallon

       la musique contemporaine qui ne met aucune mélodie n’est pas à proprement parler un genre musical mais une recherche musicale de sons nouveaux ,de matériaux pour de futur genre musical une fois que ces sons nouveaux aient été remis en ordre harmonique quelconque par un musicien quel qu’il soit .En tout cas si c’est un genre musical il est primitivement disharmonique comme un assemblage de sons formant un bruit et je n’ai jamais considéré le bruit comme un genre musical.


    • osiris 12 octobre 20:15

      @Osiris

       Remarque au cinéma on fait bien la différence entre bruitage et musique ,il y a un oscar pour le bruitage qui est différent de l’oscar pour la musique.


  • BM 12 octobre 00:50
    Moi, le rap, ça me rappelle les poèmes ridicules du « père-cent » des bidasses à un mois de la quille. C’était long, benêt et les rimes étaient des infinitifs faciles, faute de talent.

    ama,
    Le rap, ce sont les lamentations de pleureuses, ponctuées de simagrées et postures : copie des loubards américains.
    C’est bien évidemment violent, et l’image des femmes est généralement malmenées.

    Ca fait du bruit, la construction musicale est rudimentaire, voire indigente.
    Seul un borborygme noyé dans du boum-boum rappelle vaguement une voix humaine.

    Pour raper, il faut impérativement avoir une casquette à l’envers, une posture camptocormique et tendre à bout de bras des doigts dupuytrens.
    Des maladies quoi...et je ne parle pas de la tête...

    Le rapeur est avide de clinquant et de couleurs primaires...tout ça est bien cohérent.





    • imago imago 12 octobre 02:03

      @BM

      ça semble correspondre au signalement de mon voisin du dessus !
      vous êtes fort vous...

  • zygzornifle zygzornifle 12 octobre 12:50

    On prend de la musique , on enlève toute sa beauté , on passe les paroles au mixer et on chante par sa trachée artère le tout accompagné par les gestes qui au moyen age vous aurait amené au grand inquisiteur via le supplice de la roue de l’entonnoir ou autre vestige de notre passé glorieux ....


Réagir