lundi 11 octobre - par Alain Alain

Comme avec Zemmour ou Marine, l’insécurité et l’immigration ça va être vite réglé ! Si on voyait pour le reste ? Les impôts…

Oyez, oyez, oyez ! Françaises, Français (de souche), dormez tranquilles ! Avec Zemmour ou Marine ou Bertrand ou Pécresse ou Wauquiez ou Ciotti ou même Barnier ou Valls, l’insécurité et l’immigration seront à jamais vaincues.
C’est sûr ! N’en parlons plus alors.
Intéressons-nous plutôt à tout le reste : impôts, dette, chômage, pouvoir d’achat, gilets jaunes, injustices, inégalités, pauvreté, Europe, mondialisation, crise climatique, catastrophe écologique, extinction de l’humanité…
Pour aujourd’hui, les impôts des particuliers, des entreprises…

« L'une des spécialités de la télévision consiste à faire débattre des invités sur des sujets tout à fait secondaires. Avez-vous souvenir d'un débat contradictoire sur l'euro ? Sur la libre concurrence instituée par les traités européens ? Sur l'évasion fiscale ? Sur les privatisations des biens publics ? La plupart du temps, sont organisés des débats orientés pour évoquer la "lourdeur des charges sociales", la " rigidité du Code du travail" ou encore "l'ouverture des commerces le dimanche". »

(Reprendre le pouvoir, François Boulo. Avocat au barreau de Rouen, porte-parole des Gilets jaunes.)
Actuellement, l’immigration, l’insécurité, le grand remplacement, le péril islamique occultent tous les autres sujets qui pourtant conditionneront bien plus la vie des français après les élections présidentielles : inflation, dette, déficit, situation économique, démocratie, etc. 
Dans une suite d’articles je vous proposerai donc de découvrir les analyses d’auteurs compétents oubliés par les grands médias, télévision, presse écrite et radio appartenant quasi exclusivement à quelques milliardaires, ce qui explique cela.

Pour ce premier sujet, les prélèvements obligatoires, je citerai deux auteurs : Reprendre le pouvoir, François Boulo, avocat au barreau de Rouen, porte-parole des Gilets jaunes ; Impôts, idées fausses et vraies injustices, rédigé sous la responsabilité d'Attac France.

(Impôts, idées fausses et vraies injustices, Rédigé sous la responsabilité d'Attac France.)
Depuis que Pierre Moscovici, ministre de l'Économie à l'époque, a utilisé l'expression « ras-le-bol fiscal » en 2013, elle fait florès chez les néolibéraux de tout poil. C'est ainsi que ces derniers en concluent que le niveau des prélèvements obligatoires en France est excessif et qu'il est donc nécessaire de baisser les impôts.
Or, cette vision est contredite par les sondages successifs. Ainsi, l'un des derniers sondages réalisé par Ipsos pour le journal Le Morà en 2018 mettait en tête des raisons du « ras-le-bol fiscal » : « Les impôts baissent pour les plus riches, mais pas pour les plus modestes » et « il y a trop de gens qui profitent du système, c'est décourageant pour ceux qui font des efforts ».

(Reprendre le pouvoir, François Boulo. Avocat au barreau de Rouen, porte-parole des Gilets jaunes.)
La dépense publique représente 56 % de notre PIB. Voilà L'origine de tous nos maux ! Il faut donc baisser les impôts et baisser les « charges sociales » ! ...
Une telle présentation produit bien entendu son effet, puisque nombreux sont ceux qui sont convaincus que 56 % de la richesse produite serait captée par l'État au détriment de l'économie réelle. Ce raisonnement est une escroquerie intellectuelle. Il suggère que la dépense privée correspondrait à 44 % du PIB ce qui signifierait que le poids de l'Etat français dans l'économie serait démesuré. Or, ce raisonnement est totalement faux car la dépense privée ne représente pas 44 % comme on pourrait spontanément le penser, mais en réalité plus de 200 % du PIB. Autrement dit, cette présentation est fallacieuse en ce qu'elle prête au chiffre de 56 % une signification qu'il n'a pas. En définitive, le montant total des dépenses publiques et privées correspond à environ 250 % du PIB. Il en résulte que l'État n'intervient que pour un cinquième dans le montant des dépenses, et non pas la moitié.
L'autre argument répété en boucle consiste à dire que la « France a vécu au-dessus de ses moyens ! ». Il faudrait bien entendu qu'on nous désigne précisément les personnes qui ont vécu au-dessus de leurs moyens. S'agit-il des salariés au Smic ? Des infirmiers, juges, policiers ou enseignants ? Des retraités ? Des enfants scolarisés ? Non ! Nous aurions distribué trop « d'aides sociales ». Mais ces prestations sociales ont été réinjectées dans l'économie en sorte qu'elles se sont retrouvées dans la consommation, l'impôt et les cotisations sociales augmentant d'autant les recettes de l'État. L'économie est un circuit où les dépenses des uns sont les revenus des autres. La distribution de prestations sociales ne peut donc nullement expliquer le niveau de notre endettement public. À suivre les ayatollahs de la dette dans leurs élucubrations, il faudrait comprendre que nous serions le dernier élève de la classe comparé aux autres pays du monde. Et c'est là que l'arnaque apparaît au grand jour. Car la plupart des pays développés présentent un niveau d'endettement public similaire, voire supérieur à celui de la France. 

(Impôts, idées fausses et vraies injustices, Rédigé sous la responsabilité d'Attac France.)
La comparaison internationale des taux de prélèvements obligatoires n'a de sens que si on met en balance les prestations qu'ils permettent. Dans les pays où on paie moins de prélèvements obligatoires et où la santé, la retraite et l'assurance chômage sont confiées au marché privé, quelle est la part du revenu disponible des ménages qui est captée par ces dépenses complémentaires (retraite, assurance maladie...) tout autant nécessaires voire obligatoires ? Soumis à des exigences de rentabilité, ces systèmes sociaux privés coûtent finalement plus cher que le financement public.

Les impôts des particuliers.

En 2019, la TVA aura rapporté près de 125 milliards d'euros (soit près de 43 % des recettes fiscales), contre 76 milliards d'euros pour l'impôt sur le revenu.
La TVA est, de loin, l'impôt le plus rentable budgétairement : il finance à lui seul 43 % des recettes de l'État et il complète également les recettes de la Sécurité sociale et celles des régions. Mais pour la justice fiscale, il y a beaucoup à redire.
Selon le Conseil des prélèvements obligatoires : « Un ménage situé dans le premier décile de niveau de vie (les 10 % les plus pauvres) consacre ainsi à la TVA une proportion de son revenu disponible deux à trois fois plus élevée qu'un ménage appartenant au dernier décile (les 10 % les plus riches) ».
La TVA n'est pas le seul impôt injuste. C'est le cas de la TICPE, la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques, sur les carburants (plus de 31 milliards d'euros en 2019), ou encore, le cas échéant, des droits sur le tabac (près de 14 milliards d'euros) et des droits sur les boissons, alcoolisées ou non (environ 4,6 milliards d'euros), lesquels s'ajoutent à la TVA.
L'augmentation des taxes sur le carburant, indolore pour les plus riches, est difficilement supportable pour les plus modestes : « en pourcentage du revenu des ménages après impôt, le poids des dépenses énergétiques est de 15 % en moyenne pour les 20 % les plus pauvres et de 6 % pour les 20 % les plus riches. Pour les carburants, ces chiffres sont respectivement de 4,6 % et 2,4 % ».

La majorité des pauvres s'acquitte de deux autres contributions proportionnelles : la CSG, contribution sociale généralisée, principal prélèvement sur les revenus (126 milliards d'euros en 2019 soit 54 milliards d'euros de plus que l'impôt sur le revenu) mais aussi la CRDS, la contribution au remboursement de la dette sociale, un autre prélèvement proportionnel de 0,5 % (7,6 milliards d'euros en 2019, soit l'équivalent de 10,5 % de l'impôt sur le revenu).

De l'aveu même du gouvernement, la suppression de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et l'instauration du prélèvement forfaitaire unique (PFU, plus connu sous le terme « flat tax » pour les revenus du capital) n'ont pas eu d'effets positifs sur l'économie ! Dans son deuxième rapport, le Comité d'évaluation des réformes de la fiscalité du capital notait que l'IFI (qui remplace ISF) et le PFU ont entraîné une hausse du versement des dividendes, mais « aucun effet significatif sur l'investissement ». Pourtant, Emmanuel Macron n'est pas revenu sur cette réforme.

(Reprendre le pouvoir, François Boulo. Avocat au barreau de Rouen, porte-parole des Gilets jaunes.)
Pour l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), les 2 % des ménages les plus riches ont été les grands gagnants de la politique d'Emmanuel Macron en 2018 :
« En moyenne sur 2018, les mesures fiscales et budgétaires auraient un effet quasi nul sur le pouvoir d'achat global. En revanche, en ce qui concerne l'impact redistributif des mesures nouvelles pour les ménages, celles-ci devraient être en 2018 largement au bénéfice des 2 % de ménages du haut de la distribution des revenus qui sont ceux qui détiennent l'essentiel du capital mobilier ».

(Impôts, idées fausses et vraies injustices, Rédigé sous la responsabilité d'Attac France.)
Pour l'économiste français Gabriel Zucman installé aux Etats-Unis et mondialement connu, « l'équivalent de 10 % du PIB mondial est détenu offshore par des particuliers sous la forme de dépôts bancaires, d'actions d'obligations et de parts de fonds de placement, la plupart du temps à travers des sociétés-écrans, des fondations et des trusts ».

La question n'est donc pas : le taux des impôts est-il excessif, mais :

- qui en souffrent le plus en réalité ?

- quel est le niveau de l’injustice fiscale ?

- qui s’en exonèrent le plus ?

- à qui doit-on l’insuffisance des recettes ?

- et qui est responsable des déficits budgétaires ?

- que financent les prélèvements ?

- quel modèle social les prélèvements permettent-ils ?

- quels services publics sont mis à disposition des citoyens grâce à l’impôt ?

- quelles retombées positives pour l’économie du pays ?

Les impôts des entreprises.

(Impôts, idées fausses et vraies injustices, Rédigé sous la responsabilité d'Attac France.)
« Les entreprises paient trop d'impôts » affirmait le président du MEDEF à Challenges en mars 2019, préconisant un (énième) « choc fiscal ».

Et pourtant, malgré une augmentation de leurs chiffres d'affaires et des dividendes versés aux actionnaires, les entreprises du CAC 40 versent moins d'impôts en 2017 qu'en 2010 (-6,4 %), d'après un rapport de l'Observatoire des multinationales et d'Attac. Or, non seulement les grandes entreprises paient moins d'impôts grâce à des réformes avantageuses et à leurs pratiques d'évitement fiscal, mais elles en paient moins que les petites et moyennes entreprises (PME).
En 2009, le Conseil des prélèvements obligatoires avait calculé que le taux effectif d'imposition des sociétés était d'environ 30 % en moyenne pour les entreprises de moins de 20 salariés, de 23 % pour les entreprises de 20 à 50 salariés, de 20 % pour les entreprises de 50 à 2 000 salarié-es et de 13 % pour celles de 2 000 salariés et plus.
En 2011, pour la Direction générale du Trésor (DG Trésor), il varie de 42 % pour les PME à 25 % pour tes grandes entreprises. Actualisant ces travaux en fonction de la législation, la DG Trésor estimait en 2014 que le taux a évolué pour varier de 42 % pour les redevables fiscaux de type PME à 28 % pour ceux de type grande entreprise.
Pour l'Institut des politiques publiques, entre 2005 et 2015, le taux implicite moyen en matière d'impôt les sociétés des grandes entreprises se situe à 17,8 %. Quand celui des PME est de 23,7 %.

Le taux réel d'imposition est bien inférieur au taux dit « facial » de l'impôt sur les sociétés c’est-à-dire le taux apparent avant tout mécanisme de déduction.
Ce taux facial, ou nominal, passe progressivement de 33,3 à 25 % en 2022. Il était de 50 % jusqu'en 1986.

Les mécanismes de déduction.

- Le crédit d'impôt recherche (CIR), situé à hauteur de 6,6 milliards d'euros en 2020, fait partie des dispositifs très utilisés. Il bénéficie majoritairement aux grandes entreprises (en 2015, 5,1 % des entreprises bénéficiaires percevaient les deux tiers du CIR). La Cour des comptes s'est interrogée sur son efficacité et son contrôle, jugés insuffisants. L'Assemblée nationale estimait également que « l'efficacité du CIR [...] paraît cependant difficile à établir ». Mais aucun gouvernement n'a voulu le réformer ;

- Instituée en 2004, la « niche Copé », du nom de son instigateur, prévoit pour sa part une exonération de plus-value sur les cessions de titres de participation détenus depuis plus de 2 ans par des sociétés soumises à l'impôt sur les sociétés (notamment les holdings). Or, ce dispositif facilite l'exil de sociétés holdings françaises vers des pays « à fiscalité privilégiée » par la revente à peu de frais, par une société mère, de ses titres de participation détenue dans une filiale. Le coût de cette niche s'est élevé à 7,02 milliards d'euros pour 2018 !

- De son côté, le régime dit « mère-fille » est utilisé par les groupes de sociétés pour faire remonter les produits de participation (les dividendes) des filiales en bénéficiant d'une exonération d'impôt sur les sociétés*... En 2018, 46500 entreprises bénéficiaient de ce régime qui génère un manque à gagner de 17,6 milliards d'euros.

*Seule une quote-part de frais et charges de 5 % sur le montant des dividendes reçus est réintégrée dans le résultat fiscal imposable de la société mère et de 1 % pour les produits de participations perçus de sociétés soumises à un impôt équivalent à l'impôt sur les sociétés dans un État membre de l'Union européenne ou de l'Espace économique européen.

Au-delà de l'impôt sur les sociétés, la baisse des impôts de production (les impôts locaux payés par les entreprises)...
Tous impôts confondus, les grandes entreprises sont favorisées, comme le relève la députée Émilie Cariou, ex-LREM, pour qui cette baisse « ne bénéficiera pas aux TPE (les artisans et commerçants ne paient pas la CVAE*) et très peu aux quelques PME qui bénéficient de dégrèvement de CVAE. Mécaniquement, cela bénéficiera davantage aux grandes entreprises et plus spécifiquement au secteur de la finance, qui n'est pas le segment qui a souffert de cette crise. En clair, sur les 570000 entreprises qui bénéficieront d'un gain de CVAE, la moitié d'entre elles ne toucheront que 125 euros. »

*CVAE : cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises. C'est un impôt affecté aux collectivités locales. La CVAE baisse en 2021 et 2022 mais sa baisse est très inégalement répartie.

NOTE PERSONNELLE : total des réductions 6,6 + 7,02 + 17,6 = 31,22 milliards d’euros sans compter les 19 milliards du CICE qui vient d’être transformé en suppressions de cotisations sociales, soit 50,22 milliards d’euros.

 Finalement.
Globalement, le taux moyen d'imposition sur les sociétés ne cesse de baisser année après année et, dix ans après la crise financière, les grandes multinationales s'en sortent bien. Elles paient bien moins d'impôts aujourd'hui qu'avant 2008. Et les écarts d'imposition avec les PME, eux, perdurent...
Les pratiques d'évasion fiscale des multinationales... sont coûteuses, rappelons-nous en effet qu'elles représentent de 80 à 100 milliards d'euros par an. (Selon les rapports « Évasion et fraude fiscales, contrôle fiscal » (janvier 2013) de Solidaires Finances Publiques & « La lutte contre la fraude aux prestations sociales » (septembre 2020) de la Cour des comptes).

NOTE PERSONNELLE : soit une perte de 150 milliards d'euros par an pour le budget de l’État.

S'agissant plus précisément des multinationales, les profits non déclarés en France auraient atteint 36 milliards d'euros en 2015 d'après la Cour des comptes, pour l'économiste Gabriel Zucman, « à l'échelle mondiale, plus de 40 % des profits réalisés par les multinationales sont délocalisés artificiellement dans les paradis fiscaux, et 8 % de la richesse financière des particuliers y est dissimulée. [...]
Si l'on s'en tient à ce rapport, les supposés problèmes de compétitivité des entreprises françaises par rapport aux pays de l'OCDE et de la zone euro sont avant tout liés à des composantes non monétaires. On y évoque une qualification inadéquate de la main-d'œuvre, un retard dans l'adoption des technologies de l'information et de la communication, capacité d'innovation moins importante, ainsi que les « caractéristiques du système productif ». Autrement dit, les baisses d'impôts consenties aux entreprises au nom de la compétitivité sont des cache-misère. On fait des cadeaux censés « doper » artificiellement la compétitivité des entreprises et qui viennent parfois plutôt « doper » leur rentabilité financière.

NOTE PERSONNELLE.
Les entreprises étrangères désirant s'installer en France seraient hésitantes à cause des impôts trop élevés. Foutaise, car l'optimisation et l'évasion fiscales leur permettent d'y échapper tout en bénéficiant de généreuses subventions de l’État qu'elles ne remboursent jamais quand elles ont gagné assez d'argent et qu'elles ferment en mettant à la porte tout le personnel qui par leur travail les ont enrichies.

Toutes ces données chiffrées, vérifiables, confirmées démontrent deux choses :

- chez les particuliers comme pour les entreprises, ce sont les plus riches qui proportionnellement participent le moins à l’effort national supporté par tous les autres y compris et surtout les plus pauvres chez qui le fardeau est insupportable (TVA, CSG, TICPE, taxes sur les carburants, etc.) ;

- ceux qui prétendent que l’économie en France souffre de trop d’impôts mentent.
Trop d’impôts pour les pauvres, les classes moyennes, les petites et moyennes entreprises, vrai.
Trop d’impôts pour les classes supérieures, les plus riches, les grandes entreprises, faux.
Et si ceux-là versaient leur juste quotte part à proportion de ce que paient les premiers, le budget de l’Etat pourrait être mieux équilibré sans perturber la compétitivité du pays et alourdir la dette publique.

Françaises, Français de toute origine sachez reconnaitre les vrais enjeux pour notre avenir avant de choisir votre candidat. Pour cela, lisez ces deux premiers livres présentés ici :
Reprendre le pouvoir, François Boulo, avocat au barreau de Rouen, porte-parole des Gilets jaunes ;
Impôts, idées fausses et vraies injustices, rédigé sous la responsabilité d'Attac France.

En complément, cette chronique sur Agoravox :
De Reagan et Margaret Thatcher à Emmanuel Macron, la même politique qui détruit l’humanité

D’autres chroniques, des réflexions et une sélection de livres éclairants sur :
Mon Blog



134 réactions


  • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 11 octobre 08:43

    « Reprendre le pouvoir » ? ça voudrait dire qu’on l’a déjà eu ? sui parle ?


    • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 11 octobre 08:44

      @Docteur Faustroll

      cor : qui


    • Gégène Gégène 11 octobre 09:31

      @Docteur Faustroll

      Oui oui, je me souviens de Mitterrand qui voulait
      « Prendre le pouvoir pour vous le rendre »
      ça me résonne encore dans les oreilles  smiley


    • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 11 octobre 09:34

      @Gégène

      Je ne me souviens pas de ça, mais c’était sûrement encore une trouvaille de Séguéla.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 11 octobre 09:45

      @Gégène
      Article du 8 janvier 2017, sur le site « D’en marche » : Prendre le pouvoir pour le rendre.


    • ASTERIX 12 octobre 10:50

      @Docteur Faustroll qui paye QUOI ?

      DSK hidalgo et le ps ; BOLLORE Lrem valeurs actuelles  ;les RIPOUX (lr ) la finance §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§
      NOTRE PRESIDENT IMMATURE INCOMPETENT IRRESPONSABLE EST COMPLETEMENT FOU §§§§ QUI PAYE ? le peuple francais !!!!!
      la tres petite france CHIURE DE MOUCHE SUR LA NAPPEMONDE se croyait grande car PAYS DU GRAND LUXE ET DE LA GRANDE CORRUPTION MAIS DE L HABITAT INSALUBRE AUSSI AVEC DES LOYERS DOUBLES elle paye 1500 EUR/MOIS SES INFIRMIERS ET ENSEIGNANTS 2500 EUROS SES INGENIEURS (ailleurs 3000 EUROS ET 4500 EUROS)
      cherchez la faute un ZELU SOUVENT TRES MAUVAIS CAR CORROMPU EST PAYE 4 FOIS PLUS QU UN INGENIEUR OU AVEC FRAIS DE DEPLACEMENTS DE 1500 EUROS + 1500 EUROS A/R D ?AVION

      soit on divise ces sommes soit on eradique 50% DES POLITIQUES DES NATIONAUX AUX CONSEILLERS DEPARTEMENTAUX  !!!!!!!!!! et on met le SMIC A 1500 EUROS:net L ’INFIRMIER ET L ’ENSEIGNANT A 3000 EUROS/ MOIS
      L INGENIEUR A 4500 EUROS MOIS ET LE POLITIQUE A 2500 EUROS DONT FORFAIT DE DEPLACENENT EN TGV OUIGO !!

      et on arrete de jouer a bataille navale« nucleaire » plus de portes avions et de sous-mains ca ne set qu’a couler les « bateaux de peche » pris pour cibles !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      on ARRETE AUSSI DE SUBVENTIONNER LES CULTES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


  • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 11 octobre 09:18

    L’autre argument répété en boucle consiste à dire que la « France a vécu au-dessus de ses moyens ! »

    Ce paragraphe est un peu faible. Voyez les balances commerciales G-B, Allemagne, Italie, et vous verrez que la France vit bien au-dessus de ses moyens.


    • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 11 octobre 09:32

      @Opposition contrôlée

      On ne va pas recommencer à expliquer à quoi sert « la dette »...
      L’économie capitaliste repose sur l’endettement et le paiement d’intérêts aux créanciers qui ont accumulé un capital qu’ils font fructifier aussi bien en le prêtant à des privés qu’à des états.
      Le « crédit » est le moteur de cette économie.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 11 octobre 09:49

      @Docteur Faustroll
      Peu importe. Le capitalisme est le même pour tout le monde, mais force est de constater que la France est le seul pays européen a avoir un déficit commercial abyssal. Dont on ne voit pas très bien comment et avec quoi il pourrait être endigué. 


    • eddofr eddofr 11 octobre 10:33

      @Opposition contrôlée

      Le capitalisme est le même pour tout le monde.

      Et nous sommes les champion internationaux du respect des règles du libre concurrence.

      Nous sommes en déficit commercial abyssal parce que nous nous laissons « baiser » par tous les autres avec une candeur sans limite et que chaque fois qu’un autre pays triche avec les règles de la libre concurrence nous ne trouvons rien de mieux que de militer pour encore plus de règles de libre concurrence que nous serons les seuls à respecter.

      Mais surtout, nous sommes les pires tortionnaires de PME/PMI. Et toutes les mesures prises, soit disant pour favoriser les PME/PMI, ne profitent finalement qu’aux entreprises du CAC40 et aux « entreprises financières » qui ne produisent rien.

      Il serait pourtant facile de positionner un abattement sur la fiscalité des entreprises (toutes fiscalités confondues) comme on le fait sur le droit de succession, mais basé sur le chiffre d’affaire.

      Une telle mesure, favoriserait directement les PME/PMI sans que les multinationales et les « fond de placement » ne puisse le détourner à leur profit.


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 11 octobre 10:38

      @Docteur Faustroll
       
       ’’Le « crédit » est le moteur de cette économie.’’
       
       Plus précisément le mécanisme de l’argent dette.
       
      « Trois ingrédients sont nécessaire pour que la société de consommation puisse poursuivre sa ronde diabolique : la publicité, qui crée le désir de consommer, le crédit, qui en donne les moyens, et l’obsolescence accélérée et programmée des produits qui en renouvelle la nécessité. Ces trois ressorts de la société de croissance sont de véritables pousse-au-crime » .(Petit traité de la décroissance sereine : Serge Latouche).
       
      Ce sont les champions de cette société de consommation qui ont décidé e,semble à Davos, d’y mettre fin de la façon la plus criminelle qui soit : le Grand Reset.


    • roby roby 11 octobre 12:08

      @Opposition contrôlée
      Avec le travail de nos enfants et petits enfants et les ponctions sur les retraités


    • Zolko Zolko 11 octobre 12:44

      @eddofr

      Mais surtout, nous sommes les pires tortionnaires de PME/PMI

       
      +1000 ! C’est ça le vrai problème. Et là, les gouvernements et les syndicats son autant en tort.

    • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 11 octobre 14:47

      @Opposition contrôlée

      Il ne faut pas confondre dette publique, balance commerciale et balance des paiements.

      Selon la comptabilité nationale française, le terme de balance commerciale est limité aux seuls échanges de biens, à l’exclusion des services. À partir des statistiques douanières de marchandises, la direction générale des douanes calcule mensuellement le solde de la balance commerciale.

      La balance des paiements, elle, est un document de la comptabilité nationale qui recense, pour une période donnée, l’ensemble des transactions économiques internationales (commerciales, financières et monétaires) que les résidents d’un pays (les particuliers, les entreprises ou l’État) ont réalisées avec ceux du reste du monde.

      Les ventes à l’international sont enregistrées comme des crédits tandis que les achats de marchandises, de services ou de capitaux sont enregistrés comme des débits.

      Du fait de la comptabilisation en partie double (chaque opération donne lieu à deux enregistrements de signes contraires), la balance des paiements est toujours équilibrée. L’expression « déficit de la balance des paiements » est donc un abus de langage.

      La balance des paiements est constituée de plusieurs soldes intermédiaires qui peuvent être excédentaires ou déficitaires, et si le compte des transactions courantes est déficitaire, pour payer cette différence l’économie nationale doit emprunter.

      L’accumulation de déficits du compte de transactions courantes a pour conséquence un accroissement de l’endettement du pays, ce qui est une rente assurée pour les organismes privés créanciers qui ont établi une échelle de confianc (établie par les fameuses « agences de notation ») qui évaluent les risques pour les prêteur de retrouver leur argent. Les pays les mieux notés sont ceux où les conflits sociaux existent peu ou pas . C’est pour ça que Hollande avait dit aux financiers de la City : « I am not dangerous ».


    • Captain Marlo Captain Marlo 11 octobre 21:48

      @Opposition contrôlée
      Peu importe. Le capitalisme est le même pour tout le monde, mais force est de constater que la France est le seul pays européen a avoir un déficit commercial abyssal. Dont on ne voit pas très bien comment et avec quoi il pourrait être endigué. 

      Non, tous les pays européens n’ont pas les mêmes structures industrielles.
      L’Italie a une multitudes de PME. L’Allemagne bénéficie de l’euro, plus intéressant au change avec le $ que si elle avait gardé le mark. Ce qui facilite ses exportations. De plus, elle est leader mondial dans les machines outils et les voitures haut de gamme.

      Comment endiguer le déclin de l’économie française ?
      En sortant de l’UE & de l’euro, et en faisant du protectionnisme. Comme c’était le cas avant que les accords de l’Uruguay Round ne « dérégulent » toutes les lois qui protégeaient nos entreprises et nos emplois.
      Il suffit de regarder comment fonctionnait l’économie française avant les années 90.

      Mais tous les européistes/mondialistes s’accrochent aux lustres pour expliquer que ce sont « des idées anti-progressistes », des idées de fachos et de nationalistes... !!


    • Captain Marlo Captain Marlo 11 octobre 21:50

      @Francis, agnotologue

      L’argent dette, c’était avant le Grand Reset.
      C’est Michel Rocard qui dévoile le pot aux roses...


  • McGurk McGurk 11 octobre 10:01

    C’est bien beau de parler d’impôts mais c’est tout le modèle français qui a été sciemment détruit.

    Effectivement, un peuple ne peut envisager l’avenir si on le barde d’impôts et de taxes...qui ne suffisent visiblement pas pour faire tourner cette machine malade depuis un bon moment d’ailleurs.

    Quel avenir peut-on avoir lorsqu’on ne protège pas nos entreprises de la concurrence déloyale, qu’on a expatrié l’immense majorité de notre appareil productif soi-disant pour « avoir les meilleurs prix et imiter la concurrence » , qu’on vend notre pays au plus offrant ?

    On a même plus de protection des secteurs vitaux de notre pays : énergie, transports, hôpitaux, éducation. Tout est monnayable à merci et on s’interdit même d’avoir une réflexion poussée, encore plus au niveau national, sur les possibles voies à prendre et ou alors on préfère baver sur « le modèle allemand ».

    L’éducation ? Elle est en totale perte de vitesse (et de sens) depuis au moins trente ans et les diplômes, sur le marché du travail, n’ont presque plus de valeur. Quel intérêt de faire des études, de former des gens ?

    Pareil pour l’emploi. Les entreprises exigent n’importe quoi à n’importe quel salaire et l’Etat laisse faire...On leur donne même du pognon sans contrepartie notre brillant « Ministre de l’économie » nous a rétorqué qu’il « faisait confiance aux entreprises ».

    Quel avenir envisager sans protection sociale ? A part détruire la sécu et nous faire payer plus cher, rien n’a été envisagé.

    En définitive, comme pour le problème de l’emploi, c’est que nos dirigeants sont incapables d’imaginer l’avenir d’un peuple et d’un pays. Rien que toujours plus de sécurité (et donc moins de liberté).


    • germon germon 12 octobre 06:57

      @McGurk

      « C’est bien beau de parler d’impôts mais c’est tout le modèle français qui a été sciemment détruit. »

      Par qui ?
      Et pourquoi ne pas le reconstruire en récupérant tout ce qui part dans les paradis ficaux ?

      Il serait temps que ceux qui en ont ras le bol aillent voter au PREMIER tour pour un autre candidat que LREM, RN, LR, PS, EZ (il joue le SousMarin de LREM) qui nous enfoncent depuis 50 ans. .
      Au DEUXIÉME tour c’est RAPÉ.
      Même au risque de se tromper.
      Mais simplement pour leur donner un bon coup de pied au derriere en direction de la sortie.


    • Captain Marlo Captain Marlo 12 octobre 07:25

      @germon
      Et pourquoi ne pas le reconstruire en récupérant tout ce qui part dans les paradis fiscaux ?

      Il faudrait pour cela remettre en place le contrôle des mouvements de capitaux qui existait avant Maastricht. C’est ce que propose le programme de l’UPR.

      Les 4 piliers de la mondialisation des échanges sont inscrits dans le marbre des Traités européens.
      Tout doit circuler librement, en Europe, mais aussi avec le reste du monde : les capitaux, les marchandises, les hommes et les services.

      C’est cette liberté de circulation des capitaux qui permet aux riches et aux entreprises d’utiliser les paradis fiscaux. C’est aussi ce qui permet aux capitaux étrangers d’acheter la France à la découpe, sans que le Gouvernement ne puisse rien dire.

      Avant Maastricht, sortir des capitaux n’était pas interdit, mais régulé.
      Il fallait l’accord du Ministre des Finances et du Directeur du Trésor public.
      Et ces accords étaient donnés en fonction des intérêts stratégiques du pays.


    • germon germon 12 octobre 08:19

      @Captain Marlo

      Bonjour,
      "Il faudrait pour cela remettre en place le contrôle des mouvements de capitaux qui existait avant Maastricht. C’est ce que propose le programme de l’UPR."

      Encore faudrait t’il que la dispersion des votes sur toutes les listes qui n’arriveront pas aux 5 % pour être remboursées de leur campagne se montrent plus
       MALINES


    • yakafokon 12 octobre 08:30

      @Captain Marlo
      François Asselineau dit tout ça depuis plus de 14 ans, mais personne ne peut l’entendre, puisqu’il est banni des médias depuis des années !
      Vous ne voudriez tout-de-même pas qu’à une heure de grande écoute, on puisse enfin entendre des gens intelligents, qui aient un vrai programme de gouvernement pour la France ? Où irions-nous, je vous le demande !
      Ce n’est pas ce que demande la plèbe !
      Elle veut des combats de coqs et des pugilats oratoires dans l’arène ( « panem et circenses », comme au bon vieux temps de l’empire romain ) !
      Allez Zemmour, allez Mélenchon, montrez vos muscles !
      Pour ceux à qui il reste quelques neurones ( j’espère qu’ils sont nombreux ).
      www.upr.fr


    • JulietFox 12 octobre 09:49

      @McGurk
      Jeter le fric par les fenêtres, sans aucun contrôle :
      Prime Covid aux entreprises = 200 millions d’’€ de fraude estimée.


    • Lugsama Lugsama 14 octobre 01:47

      @yakafokon

      Et le prix d’un porte-avion ? Méfiez vous des gens si imbu de peur personne qu’ils se disent plus intelligent que tout le monde alors que leur seul gloire est de faire des conférences soporifiques ou ils enchainent les mensonges historiques, sont incapable d’accepter la contradiction et profitent de leur position pour harceler sexuelement les stagiaires..

      Par ailleurs il a (malheureusment) autant la parole que les candidats sérieux en période électoral.


  • MagicBuster 11 octobre 10:57

    Luttons contre la tyrannie du KousKous Klan

     :->


  • Zolko Zolko 11 octobre 12:40

    Intéressons-nous plutôt à tout le reste : impôts, dette, chômage, pouvoir d’achat, gilets jaunes, injustices, inégalités, pauvreté,

     

    Zemmour est candidat à l’élection présidentielle, les sujets que vous voulez traiter concernent les élections législatives. Vous reprochez aux journalistes de na pas s’intéresser à vos sujets, mais c’est vous qui faites l’erreur de confondre les enjeux.

     

    Les 3 prérogatives du président de la république Française sont :

     

    1. l’armée et la politique étrangère
    2. les référendums
    3. le respect des institutions !!! Tout bon candidat devrait vous renvoyer dans les cordes en disant que vous êtes hors-sujet. Un président PRESIDE, il ne décide pas pour les autres !!! (tout comme un terroriste terrorise, et donc le gouvernement actuel est un gouvernement terroriste par définition même, mais c’est un autre sujet)

     

    Bon, vous n’êtes pas seul : Macron le premier fait de la politique économique et viole les institutions. Mais il est là le vrai sujet de l’élection présidentielle, pas dans les impôts. Malheureusement, depuis le quinquennat, les enjeux présidentiels et législatives sont amalgamés.


    • perlseb 11 octobre 17:47

      @Zolko
      Les élections législatives, donc nos chers députés. Mais comment ça marche en pratique ?
      Quand le président a la majorité (ce qui a toujours été le cas depuis que l’on a aligné les élections législatives sur l’élection présidentielle à 5 ans), il nomme son chien-chien préféré comme premier ministre et chaque député a des consignes de votes selon le parti auquel il appartient. Donc qui dit parti majoritaire, dit pleins pouvoirs pour le « président » grâce à nos députés-ministres qui jouent leur carrière en étant bien obéissants.

      Nous sommes bien en monarchie. Si les députés n’appartenaient à aucun parti, et n’avaient par conséquent aucune consigne de vote, on pourrait éventuellement parler d’un pouvoir législatif autonome.

      En pratique aujourtd’hui, depuis 18 mois on est dans un régime d’« exception » puisqu’on est en urgence sanitaire. Ils ont défini eux-mêmes les critères pour rentrer dans ce régime (objectivement on n’a aucune raison d’y être depuis au moins 6 mois), et une fois dans ce régime d’exception ils peuvent décider en petit comité, le fameux conseil de défense (cad zapper les députés qui ne servent de toutes façons à rien même en temps normal).


    • yakafokon 12 octobre 08:39

      @Zolko
      Tout ce que vous dites n’est qu’un vœu pieux, car il est impossible à réaliser sans sortir de l’Union Européenne ( article 50 de la Convention Européenne ).
      C’est ce qu’on compris les britanniques en votant pour le Brexit !
      Et ils semblent qu’ils ne le regrettent pas, sauf pour quelques bricoles qu’ils finiront par régler !
      La devise de la Grande-Bretagne ( en français ), c’est : « Dieu et mon droit », ne l’oublions pas !


  • tashrin 11 octobre 12:51

    Tout à fait d’accord avec vous

    On assiste au bal des hypocrites pour savoir qui sera candidat, mais personne n’a encore émis la moindre proposition, la moindre vision, le moindre projet de société qui nécessiterait qu’on aborde des thématiques de fond (et on a que l’embarras du choix, tout part en couille...)

    Et apres ca se demande la main sur le coeur pourquoi les gens vont plus voter

    Tiens d’ailleurs j’ai repondu à l’enquete parlementaire sur l’abstention. Drole...

    Parmi les motifs proposés pour expliquer le taux de non vote, les seules propositions « cochables » concernent des problemes logistiques... J’ai pas pu y aller, c’est trop loin, j’avais piscine, j’etais pas au courant... Impossible de mentionner autre chose (à part en détournant le sujet d’une autre question). Et par conséquent, les super propositions qui vont en découler concerneront... l’organisation logistique (vote par correspondance, vote en ligne, délégation, ...)


    • Captain Marlo Captain Marlo 11 octobre 21:09

      @tashrin
      On assiste au bal des hypocrites pour savoir qui sera candidat, mais personne n’a encore émis la moindre proposition, la moindre vision, le moindre projet de société qui nécessiterait qu’on aborde des thématiques de fond (et on a que l’embarras du choix, tout part en couille...)

      Si, si, l’UPR a un programme très détaillé sur tous les sujets, avec un programme présidentiel et un programme législatif.
      Il sera réactualisé si François Asselineau obtient les 500 parrainages pour 2022.
      La condition première, c’est la sortie de l’UE & de l’euro, afin de « reprendre la main et le pouvoir » que les Traités européens ont transférés aux Instances européennes.

      Evidemment, seuls ont accès aux médias nationaux ceux qui ne veulent sortir de rien du tout et l’UPR est censurée par les médias depuis 14 ans, dans l’indifférence générale de toute la classe politique ! Car nous avons une classe politique schizophrène. Elle fait la morale sur la démocratie et les libertés publiques à la terre entière. Pour elle, les dictatures & la censure, c’est toujours ailleurs : en Russie, au Brésil, en Pologne, en Hongrie, en Iran, en Afghanistan, en Turquie... mais jamais en France !!


  • ETTORE ETTORE 11 octobre 13:15
    ETTORE 11 octobre 13:11

     Il faut apprendre à regarder plus loin que le pipeautage à deux trous, constant qu’on nous livre à longueur de journée, avec des attrapes gogols, digne de la pêche au canard pour petits enfants.
    On voit très bien les entrants furtifs, et ceux que l’on laisse s’installer, pour un jeu à plus long terme.
    Tout se joue sur une partie, à plusieurs participants, mais avec le même stratège.
    Il en vas de même, si vous vous donnez la peine de voyager un peu soit il, à dos d’informations internationales.
    Comprendre que, ce qui se passe en Australie, en Italie, en Espagne, en France....
    N’est qu’un seul et unique script de ce feuilleton macabre, avec une distribution différenciée dans le temps, mais déversant toujours le même scénario. a l’image, et aux MAUX, du sous titrage..... près.
    Le fameux «  NOUS, sommes en guerre » ayant participé bien sournoisement, au fait de faire baisser les yeux des Français, sur leur unique et inique situation, en s’appuyant sur des images scandaleuses, de soumission des autres pays, face à une guerre, pourtant menée par les mêmes individus, sur TOUT cet espace de jeu malsain, qu’est devenu l’Your Hope, et une grande partie de la planète .
    ( à y regarder de plus près, vous verrez les mêmes empreintes digitales sales, sur bien des continents )
    Tant que nous n’aurons pas compris, cette martingale mondiale, on nous garderas toujours, soumis et contraints par des peurs et des obligations punitives.
    En nous privant de tout différentiel d’opinion, par « dénégation des contraires » et « accusation en perversités » voir l’effacement pur et simple, de nos idées et de nos vies !
    ( Faut imaginer ce que seras la finalité de ce Cabinet Noir de la Pensée u(I)nique , voulu par un menteur invétéré )
    En ayant déjà bien hypothéqué ? le cerveau de bien de personnes, en ce pays, il est facile de forcer le débordement à saturation, afin que le minimum de réflexion requise, passe après les instincts primaires d’accession aux plaisirs de la vie, quitte à imaginer un futur rose, que certains s’emploient déjà à recouvrir d’une sous couche bien noire, sans aucune réflexion......de lumière d’intelligence.


  • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 11 octobre 13:17

    Attac, Quelle référence a la con.

    Une armée de gauchistes subventionnés par les élites gauchistes qui doivent toute leur vie aux taxe pour sortir des niaiseries économiques taxatrices.

    1/Niaiserie de 250% du PIB.

    Il faut expliquer à l’auteur que « rameau » le type qui a sorti l’énormité que la dépense privée représente 250% du PIb est un abruti qui compte 2 fois la même chose.

    Il compte les salaires et les dépenses des ménages, c’est con ? Oui c’est con !

    Les salaires sont aussi de l’autre la dépense. On ne compte pas 2 fois la même chose.

    2/Le refus d’admettre que la France a vécu au dessus de ses moyens.

    C’est simple, la dette créé pour la France actuelle ce sont les impôts futurs des nouvelles générations. Oui nous vivons au dessus de nos moyens. Les dépenses fiscales et sociales sont moitié moins que les recettes et nous vivons sur les impôts et les augmentations de cotisation ou de durée de travail pour les générations futures.

    Qu’est ce que la CRDS sinon une taxe pour compenser des dettes de vie au dessus des moyens réels de la sécurité sociale ?

    3/la niaiserie de faire croire que le social privé cout moins cher que le public totalement infondé et inexact.

    C’est certain l’auteur na jamais été en Suisse. SMIC a 4000€ et a charge du secteur privé la maladie. La Suisse paye même le luxe d’avoir la meilleure espérance de vie que la France. 

    Par ailleurs, l’assurance vieillesse privée est plus juste que la publique car elle ne fait pas de discrimination statutaire et de "régime spéciaux pour ceux qui attendent tout de l’état sur le compte de ceux qui n’attendent rien de l’état. 

    4/ l’injustice des prélèvements. Effectivement les prélèvements sont injustes, mais pas dans le sens entendu de l’auteur. Comme les impôts ne sont pas en pourcentage des revenus mais par tranches, il est injuste.

    Le droit sur tabac et boissons alcoolisés sont des taxes pour compenser les dépenses sociales non provisionnées.


    • McGurk McGurk 11 octobre 13:33

      @Spartacus Lequidam

      Je ne suis pas d’accord sur le « on a vécu au-dessus de nos moyens ».

      Depuis que papi De Gaulle est parti, il a toujours manqué des visionnaires qui voyaient dans ce pays non pas un panier de fric illimité mais une civilisation qui perdure et donc un avenir.

      Nous sommes censés être en démocratie mais on décide à notre place quoi faire, quand, où et dans quelles conditions. Ca s’appelle une dictature, bien avant Macron d’ailleurs.

      Qui décide des investissements à faire, des impôts et taxes, des lois tout simplement ? Ce système pseudo-représentatif qui monopolise toutes les ressources et les redistribue en fonction de ses propres impératifs.

      Si on avait respecté les règles de base de ce fonctionnement, le pays ne serait certainement pas dans cet état et on aurait pas des crève-la-faim et de l’autre côté des gens avec un niveau de vie himalayen.

      Si on avait pas cherché à excuser les grands groupes/les hommes d’affaires et qu’on ne les avait pas gavés de fric à en crever, cet argent aurait été parfaitement investi et notre pays n’aurait pas subi à ce point les effets pervers du libéralisme qui a infecté l’ensemble de la société (certains appellent ça « mondialisme », comme si c’était une nouvelle notion).

      L’investissement est la base même de la survie et donc de l’avenir...celui auquel on nous a fait renoncer pour nous taxer jusqu’à l’os...et après ils s’étonnent que la démographie est en déclin...quelle mauvaise plaisanterie...


    • eddofr eddofr 11 octobre 13:42

      @Spartacus Lequidam

      Vous dites « on ne compte pas deux fois la même chose », mais les impôts et taxes, on les paie bien deux fois, une fois sur le salaire qu’on touche et une fois sur l’argent qu’on dépense ... trois fois même si on considère que celui auprès duquel on le dépense vont aussi payer un impôt dessus.
      L’économie n’est qu’échange et donc chaque échange compte, même si c’est la même masse monétaire qui est réutilisée et recyclée.
      Dans le cas contraire, il y a belle lurette qu’il n’y aurait plus rien à compter ... Car après tout, mon salaire est bien issu du CA de mon entreprise, il ne doit donc pas, selon votre logique, être compté, ça ferait doublon ... mais le CA de mon entreprise est issu du revenu des acheteurs, il ne doit pas être compté non plus ... etc ...


    • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 11 octobre 14:40

      @eddofr
      Faites un jour un bilan smiley
      Non ; On ne compte jamais 2 fois la même chose. Evidemment.

      Vous ne recevez pas un revenu « complet », vous recevez un salaire net 
      La différence entre votre salaire net et brut est comptée comme prélèvement. On additionne la TVA et taxes sur la consommation. Du cumul on trouve la charge de l’état dans vos revenus.

      Du reste l’INSEE établit le PIB sur la base des bilans des entreprises pour la partie de production.
      Pour le secteur public, définir la productivité d’un fonctionnaire est compliqué, (allez définir la productivité d’un pompier ou policier qui n’émet pas de facture d’échange) c’est conc un agrégat (estimation) qui est pris. On définit le revenu du fonctionnaire pour le calcul de la productivité de celui-ci au PIB.

      Et évidemment un salaire chargé contient entre 25 à 50% de charges, additionné de taxes, TVA, l’état prend bien 56% de la richesse produite,

      Le 250% c’est de la branlette de gauchiste de ATTAC.


    • véronique 11 octobre 15:59

      @Spartacus Lequidam

      Quand les emprunts de l’Etat ont des taux d’intérêts élevés, la dette publique pose un réel problème, parce qu’on rembourse des intérêts. Mais depuis quelques temps, les taux d’intérêt sont proches de zéro pour la France, donc la charge de la dette est très faible.
      Le principal quant à lui n’est jamais vraiment remboursé puisque lorsqu’un emprunt d’Etat arrive à échéance, il est remplacé par un autre. Et il vaut mieux éviter de rembourser réellement d’ailleurs, parce que tout remboursement correspond à une destruction de monnaie, ce qui serait très déstabilisant pour l’économie du pays.
      Donc pour les générations futures, je ne sais pas comment ce sera, mais au vu simplement de ce qui se passe actuellement par rapport à la dette publique, on ne peut pas penser que ce sera plus pénible pour elles que pour les générations actuelles.


    • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 11 octobre 16:59

      @véronique
      Le montant a rembourser influe sur le niveau des prélèvements.

      Les taux faibles n’existent que par l’obligation des banques de placer leurs liquidité et la capacité des états a rembourser.

      Un défaut d’un seul pays entrainera une hausse des taux de tous les pays et des impôts.
      Les moins endettés pénaliseront moins leur populations.


  • uleskiserge uleskiserge 11 octobre 13:42

    Macron est déjà ré-élu. Tous les médias le savent. 


    • zygzornifle zygzornifle 11 octobre 14:30

      @uleskiserge

       Il connait même le nombre de ses électeurs et aussi des abstentionnistes car en plus il est le maitre des chiffres ... 


  • uleskiserge uleskiserge 11 octobre 13:43

    ce sont les abstentionnistes et les divisions de la droite et de la gauche qui élisent macron et tous les présidents depuis sarkozy. 


    • McGurk McGurk 11 octobre 13:50

      @uleskiserge

      La démocratie n’est pas subordonnée au vote. Celui-ci n’est qu’un des très nombreux instruments existants pour l’exercer. Encore faut-il qu’on ait accès aux autres, ce qui n’est pas le cas...du moins pas encore.

      Dans un système déjà conditionné, voter ou ne pas voter ne change fondamentalement rien vu que tout est joué d’avance. Choisir A ou B revient au même car ils appartiennent à la même caste qui dirige d’une main de fer ce pays depuis longtemps (et ensuite on ose critiquer la Corée du nord...).

      Je n’ai jamais voté et je ne voterai jamais. Avant je me disais que les candidats étaient juste mauvais et maintenant je sais que seule l’apparence les distingue. Du coup, mieux vaut un système comme en Allemagne de l’est (« Voulez-vous réélire le camarade [insérer un nom svp] comme président ».

      La démocratie n’est pas morte, elle n’a jamais réellement existé. Nous somme dans une monarchie républicaine. Rien d’autre.


    • Captain Marlo Captain Marlo 11 octobre 21:26

      @uleskiserge
      ce sont les abstentionnistes et les divisions de la droite et de la gauche qui élisent macron et tous les présidents depuis sarkozy. 

      Certes, mais pas seulement. Depuis Mitterrand qui a propulsé le FN dans les médias pour diviser l’électorat de Droite et agiter un épouvantail à moineaux, le FN a servi utilement à faire élire toute la brochette de candidats de la finance que nous connaissons....

      Hélas, Marine ma Divine a eu la mauvaise idée de « se normaliser », elle ne fait plus peur et risquait d’être élue ! Les électeurs de Macron de 2017 ont commencé à dire qu’il ne fallait plus compter sur eux « pour le vote utile »...

      A moins d’avoir une peau de saucisson devant les yeux, tout le monde comprend bien que le scénario médiatique de 2017 se reproduit pour Zemmour.
      Il ne s’agit pas de faire élire Zemmour, mais de fabriquer un épouvantail à moineaux le plus affreux possible, pour rabattre vers Macron les électeurs au 2e tour. Il faut dire que dans ce rôle, Zemmour se surpasse... !!

      PS : les électeurs croient qu’ils choisissent, en fait ce sont les médias qui choisissent pour eux : « Les résultats électoraux sont proportionnels aux temps de passage dans les médias, la télé en particulier ».


    • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 12 octobre 09:31

      @Captain Marlo

      « PS : les électeurs croient qu’ils choisissent, en fait ce sont les médias qui choisissent pour eux : « Les résultats électoraux sont proportionnels aux temps de passage dans les médias, la télé en particulier ». »

      Conclusion pratique à tirer sur la façon de conduire la bataille politique qu’il est nécessaire de mener pour sortir la France de la dictature de l’UE, de l’euro et de l’Otan , et de se donner ainsi les moyens de combattre efficacement l’oligarchie qui est derrière tout ce cirque, y compris celui de la dictature sanitaire ?

      Doit-on se laisser enfermer dans le carcan des institutions de la Vème république, revisitées par le traité de Lisbonne et autres (par exemple la suppression , à l’initiative de Sarkosy du crime de haute trahison et, ou comme en Italie, le dédouanage de la responsabilité des labos et des responsables politiques quant aux conséquences des prescriptions imposées à la population (vaccination quasi-obligatoire...) ?


  • zygzornifle zygzornifle 11 octobre 14:27

    11 millions de sous le seuil de pauvreté aimeraient que l’on parle un peu d’eux et surtout que l’on prenne des mesures au lieu de chercher les piscines par drone ....


    • perlseb 11 octobre 18:00

      @zygzornifle
      Bien sûr qu’ils vont s’occuper des pauvres. Comme Hollande s’est occupé de la finance et comme les Pandoras Papers vont radicalement changer la donne avec les paradis fiscaux.


  • Le421... Résistant Le421... Résistant 11 octobre 17:57

    Zemmour cherche probablement à importer en France l’équivalent du conflit Israël/Palestine.

    Bah, un juif qui s’en prends aux arabes ? Rien de nouveau sous le soleil, non ??


  • germon germon 11 octobre 18:48

    Bonsoir,

    Moi d’abord, les autres après et tout pour moi, rien pour les autres.

    C’est la devise des libéraux de droite : LREM, RN, LR, PS, EZ (il joue le SousMarin de LREM) qui nous enfoncent depuis 50 ans.

    Il serait temps que ceux qui en ont ras le bol aillent voter au PREMIER tour pour un autre candidat.
    Au DEUXIÉME tour c’est RAPÉ.
    Même au risque de se tromper et ce ne sera pas pire que maintenant.
    Mais simplement pour leur donner un bon coup de pied au derriere en direction de la sortie.


  • troletbuse troletbuse 11 octobre 19:00

    Est-ce que l’oligarchie a décidé de remplacer Tarlouzette ?

    Zemmour qui veut rester dans l’EI aurait bien du mal à appliquer son plan contre l’immigration ou alors il devrait s’organiser, non, s’Orbaniser. Je crois qu’il est pour le passe dit sanitaire, donc la dictature et le génocide.

    Et puis depuis la montée dans les sondages bien truqués, il n’y a plus de pidémie.

    Enfin c’est vrai car il n’y en a jamais eu mais pendant ce temps, on peut faire passer des lois liberticides pendant que les mougeons regardent ailleurs.


  • yakafokon 11 octobre 19:26

    Et si nos futurs candidats nous parlaient du sort ignoble réservé à la fauvette à queue grise, ou aux ours et aux loups arrachés de force à leur habitat naturel en Slovénie ?

    Qu’est-ce qu’on en a à foutre d’être les esclaves soumis de l’Union Européenne, de la B.C.E., de l’euro, et de l’O.T.A.N., donc des Etats-Unis ?

    Parlons plutôt de choses sérieuses, comme le duel aux guignols de l’info, entre Eric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon !

    Au moins ça, c’est de l’information sérieuse, qui va redresser l’économie française !

    Mais bon, tant qu’il y aura assez de crétins pour être prêts à voter contre cette engeance, Emmanuel Macron aura de beaux jours devant lui...jusqu’en 2027 !

    www.upr.fr


    • Captain Marlo Captain Marlo 11 octobre 21:59

      @yakafokon
      Mais bon, tant qu’il y aura assez de crétins pour être prêts à voter contre cette engeance, Emmanuel Macron aura de beaux jours devant lui...jusqu’en 2027 !

      Allons, c’est la classe politique et les médias aux ordres qu’il faut insulter, pas les Français qui sont manipulés par des mensonges sur l’UE toute la journée !

      Ils font croire que Macron décide de tout, ils cachent depuis Maastricht les Traités européens et tout ce que les Français ne doivent pas savoir sur la construction européenne ...

      Ils sont même arrivés à faire croire aux Français qu’il y avait un couple franco-allemand !


    • yakafokon 12 octobre 08:06

      @Captain Marlo
      Si les français se laissent manipuler aussi facilement, c’est qu’ils n’ont rien dans le crâne ! ( ce qui n’est pas un scoop ).
      Tous les moyens sont à leur disposition pour s’informer précisément sur le « piège à cons » qu’on appelle l’Union Européenne ( qui n’est ni une union, ni européenne ).
      A part le général De Gaulle, personne ne semble s’être rendu compte que la France n’est plus que l’un des 27 districts du 51ème état américain créé dès 1949 !
      Tous ceux qui prétendent vouloir réformer l’Union Européenne de l’intérieur, n’ont apparemment pas lu en détail la Convention Européenne !
      Ce document, concocté soigneusement entre Washington et les responsables européens de l’époque, est conçu de telle manière qu’il soit impossible d’en modifier le moindre paragraphe...et bien-entendu, l’ O.T.A.N. fait partie du paquet-cadeau !
      Il n’existe qu’une seule manière de recouvrer notre indépendance dans tous les domaines, c’est de foutre le camp le plus vite possible de l’Union Européenne, de l’euro, et de l’ O.T.A.N., avant qu’il ne soit trop tard, en recourant à l’article. 50 de ce torchon, comme l’ont fait les britanniques.
      FREXIT !
      Sinon, nous courons à la catastrophe !
      Tous les blaireaux qui vous disent que c’est impossible, vous mentent effrontément !
      www.upr.fr


    • Captain Marlo Captain Marlo 12 octobre 08:49

      @yakafokon
      Si les français se laissent manipuler aussi facilement, c’est qu’ils n’ont rien dans le crâne ! ( ce qui n’est pas un scoop ).

      C’est toi qui ne réfléchis pas. J’ai mis 4 ans avant de découvrir l’UPR ! La censure est plus efficace que tu ne crois, et il ne suffit pas d’avoir Internet, il faut savoir où chercher !? En 2008, quand Sarkozy a fait voter le Traité de Lisbonne, j’étais furieuse, et j’ai commencé des recherches sur la construction européenne.

      J’ai découvert l’UPR et Asselineau par hasard dans un commentaire d’un blogueur dans le journal Marianne, au bout de 4 ans.
      Qui connaît l’UPR et Asselineau ? 5% des Français, pas plus. 
      Demande autour de toi combien de gens connaissent l’UPR et Asselineau ??
      Tu verras bien leurs réponses ! Ou ils ne savent pas, ou ils confondent avec Cheminade.

      Et puis traiter les électeurs de crétins n’est sûrement pas le bon moyen de les informer. D’ailleurs, tu ne mets aucun lien dans tes commentaires pour informer les lecteurs d’Agoravox, ce qui prouve que tu n’as pas compris ce qu’est le travail de militant à l’UPR : « respecter les Français & s’adresser à leur intelligence ».


    • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 12 octobre 09:02

      @Captain Marlo

      « Traiter les électeurs de crétins n’est sûrement pas le bon moyen de les informer. D’ailleurs, tu ne mets aucun lien dans tes commentaires pour informer les lecteurs d’Agoravox, ce qui prouve que tu n’as pas compris ce qu’est le travail de militant à l’UPR : respecter les Français & s’adresser à leur intelligence. »

      Merci pour ce recadrage tout à fait pertinent.

       Je pense que yakafocaon sait ce qu’il fait et qu’il est là pour nuire, pas pour participer utilement à la bataille politique de l’UPR.


  • Doume65 11 octobre 19:38

    « Avez-vous souvenir d’un débat contradictoire sur l’euro ? Sur la libre concurrence instituée par les traités européens ? Sur l’évasion fiscale ? Sur les privatisations des biens publics ? »

    Tout ça, c’est le même sujet : l’UE.

    Sortis de l’UE, nous maitrisons le cours de notre monnaie, nous contrôlons les capitaux, nous nationalisons et privatisons ce que nous voulons.


  • troletbuse troletbuse 11 octobre 22:14

    Pour les impôts, pas de problème : monnaie numérique et il pourront prélever directement sur vos comptes. Pas belle la vie ?


  • Berthe 11 octobre 22:22

    La majorité des pauvres s’acquitte de deux autres contributions proportionnelles : la CSG, contribution sociale généralisée,...

    a quelques exceptions près oui mais en majorité, l’AAH par exemple, est imposable sur la CSG RDS et même au PAS ; idem le chômage, le RSA... 


  • titi 12 octobre 00:35

    @L’auteur

    La seule vraie question c’est l’efficacité de la dépense.

    Peut être que l’impôt est injuste, il n’en reste pas moins excessif.

    Les taux de prélèvement sont extrêmement élevés et malgré cela, les recettes ne sont pas suffisantes : l’Etat emprunte, pour des services publics de qualité réduite.

    Avant de jeter encore plus d’argent dans ce tonneau des Danaïdes, il faut le réformer.

    Le consentement à l’impôt, qui est dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, n’est plus du tout d’actualité.


    • Captain Marlo Captain Marlo 12 octobre 08:03

      @titi
      Les taux de prélèvement sont extrêmement élevés et malgré cela, les recettes ne sont pas suffisantes : l’Etat emprunte, pour des services publics de qualité réduite.

      Je crois que vous prenez le problème par le petit bout de la lorgnette.
      1/ La destruction des services publics est imposée par la Commission européenne.
      Les cotisations pèsent sur les salaires et elle estime que c’est mauvais pour la compétitivité. La Commission pense « mondialisation » et jamais protectionnisme, puisqu’elle applique les 4 piliers de la mondialisation.

      Pour être compétitif, le mieux serait donc d’avoir le modèle social du Bangladesh ou de l’Éthiopie, avec des salaires à 20 euros par mois. Pas sûr que cela convienne aux Français, très attachés au modèle redistributif.

      2/ Quand un pays ne produit plus pour satisfaire les besoins de sa population, il importe massivement, y compris de la nourriture, alors que la France était le champion d’Europe de l’agriculture. Un pays qui importe massivement est un pays qui s’appauvrit, car il sort des devises constamment.

      3/ Quant à la dette, si nous n’étions pas dans l’Union européenne, ce serait un non sujet de discussion.


    • Eric F Eric F 12 octobre 11:27

      @Captain Marlo

      « Quant à la dette, si nous n’étions pas dans l’Union européenne, ce serait un non sujet de discussion. »


      Le Royaume Uni qui n’a jamais été dans l’euro et qui a quitté l’UE a une dette publique d’un niveau équivalent à la nôtre, et à un taux plus élevé.

      Croire que l’on va soutirer chaque année 300 milliards à la Banque de France à taux nul est une chimère, du reste de Gaulle avait mis fin au déficit budgétaire et ne recourrait pas aux emprunts à la BdF. Mitterrand a du également renoncer à mettre à contribution la BdF (qui était resté possible après 74 contrairement à ce qu’annonent les ignorants) à cause des attaques contre le franc. Rocard après coup a réécrit l’histoire pour justifier le creusement de la dette liée aux déséquilibres budgétaires.


    • titi 12 octobre 13:44

      @Captain Marlo

      « Je crois que vous prenez le problème par le petit bout de la lorgnette. »

      1. Nous ne sommes pas seuls. Il y’a d’autres pays autours de nous qui ont fait d’autres choix, tout en étant dans l’UE et dont les services publics fonctionnent bien mieux que nous. Quand, dans une fonction, on obtient des résultats diamétralement opposés avec toutes ses variables identiques sauf une, c’est que c’est sur celle là qu’il faut agir.
      2. Votre vision de l’économie date de Préobrajenski. 
      3. C’est vous qui regardez par le petit bout de la lorgnette : la question c’est l’équilibre budgétaire. Que le déficit soit financé par la dette ou la planche à billets, ça reste un problème.


    • Captain Marlo Captain Marlo 12 octobre 19:05

      @Eric F
      Où sont les preuves de ce que vous avancez sur de Gaulle et Mitterrand ? C’est Pompidou, donc après la mort de de Gaulle, qui a commencé à mettre en place les emprunts aux banques privées avec intérêts, évidemment.

      La Commission européenne et les banques ont trouvé que c’était une excellente idée ! C’est devenu l’article 104 du Traité de Maastricht, puis l’article 123 du Traité de Lisbonne. 1. " Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales », d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres etc 

      Quant à Mitterrand, dès 1984, il a fait une réforme bancaire d’envergure !
      "Le 24 janvier 1984, le PS votait la première loi bancaire au monde – qui mettait fin à 40 ans de séparation des activités bancaires en France. 10 ans plus tard, ses effets commenceraient à se faire sentir, avec le début de la constitution des mégabanques universelles.
      Mais ce n’était que le début du processus de dérégulation massive du système financier français, déjà étudiée dans ce billet. N’oublions jamais…"

      Vous pensez qu’avec une telle réforme, Mitterrand était « un ennemi de la finance » ? Rêve !


    • Captain Marlo Captain Marlo 13 octobre 10:40

      @titi
      Il y’a d’autres pays autours de nous qui ont fait d’autres choix, tout en étant dans l’UE et dont les services publics fonctionnent bien mieux que nous.

      Les véritables maîtres de la France, sont à Bruxelles.
      Ils épluchent jour après jour le budget de la France et sa gestion.
      Ils imposent des réformes et demandent constamment des économies budgétaires. Chaque pays fait donc des économies où il veut.

      La France a choisi de tuer les services de santé publics.
      « 100 000 lits d’hôpitaux ont été fermés en 10 ans », explique Patrick Pelloux.
      Les autres pays ont fait d’autres choix. Mais au final, l’objectif, c’est la privatisation des services publics et la fin des acquis sociaux : Macron, en plein Covid a supprimé 5700 lits d’hôpitaux en 2020.


    • titi 13 octobre 11:31

      @Captain Marlo

      « Chaque pays fait donc des économies où il veut. »
      Non.
      La France ne fait pas d’économie, puisque les dépenses continuent d’augmenter.
      Elles augmentent avec toujours plus de personnels hospitalier, toujours plus de fonctionnaires territoriaux, et le même nombre de fonctionnaires d’Etat.
      Elles augmentent avec toujours moins de résultats : il y a moins de lits dans les hôpitaux, le classement PISA nous relègue en nation de seconde zone, etc...

      Avant de parler recettes, il faut parler dépenses... et sérieusement.


    • Yaurrick Yaurrick 13 octobre 12:38

      @Captain Marlo
      La France n’a pas fait d’économies, au mieux (hors covid) elle a ralenti l’accroissement du déficit budgétaire.
      Et comme le dit titi, que le déficit soit financé par de la dette ou la planche à billet , ça reste un problème qui a pour conséquence de spolier les français.


  • titi 12 octobre 00:52

    @L’auteur

    « Les pratiques d’évasion fiscale des multinationales... sont coûteuses, rappelons-nous en effet qu’elles représentent de 80 à 100 milliards d’euros par an. »


    Et par pitié arrêtez de colporter ces ragots.

    Ces chiffres sont donnés tous les ans par Solidaire qui est un syndicat de la DGFIP.

    => soit la DGFIP connait vraiment les chiffres et dans ce cas elle a identifier les fraudeurs et c’est réglé.
    => soit la DGFIP ne connait pas les chiffres et donc comment les baltringues de Solidaires pourrait les connaitre ?


    La Cours de Comptes a rendu un étude sur le sujet où elle affirme qu’il est impossible d’évaluer la fraude fiscale, et qu’aucun outil ne le permet.

    La TVA elle sait faire... mais pas la fraude fiscale.




    • Captain Marlo Captain Marlo 12 octobre 08:33

      @titi
      => soit la DGFIP connait vraiment les chiffres et dans ce cas elle a identifier les fraudeurs et c’est réglé.

      Les paradis fiscaux sont des pays où les impôts sont plus bas qu’ailleurs, parfois à 0%. En Europe : l’Irlande, le Luxembourg, Malte & les Pays-Bas.
      Et la Belgique, pour les particuliers fuyant l’enfer fiscal de Neuilly !
      Les grosses entreprises y délocalisent leurs sièges sociaux.
      Je ne crois pas que ce soit interdit. Ces pays tiennent beaucoup à conserver leurs exilés fiscaux ! Par exemple l’Irlande !


    • titi 12 octobre 13:39

      @Captain Marlo

      Vous parlez d’optimisation fiscale qui n’est justement pas hors la loi.
      L’auteur parle de fraude fiscale qui elle l’est.

      En plus vous avez oublié d’autres paradis fiscaux : St Barthélémy (France), et St Martin (France aussi).
      Et pour le dumping fiscal chez les armateurs il y aussi des « pavillons de complaisance » dont les Terres Australes et Antarctiques Françaises font partie.

      C’est quoi l’histoire déjà ? Vous savez une histoire de paille et de poutre ?


    • Captain Marlo Captain Marlo 12 octobre 19:18

      @titi
      Vous parlez d’optimisation fiscale qui n’est justement pas hors la loi.
      L’auteur parle de fraude fiscale qui elle l’est.

      Nous avons peut-être des définitions différentes sur la nature les paradis fiscaux...Voici les 4 caractéristiques des paradis fiscaux, selon le journal la Tribune :

      "Une fiscalité faible sur les plus-values immobilières ou sur les bénéfices. Une grande opacité qui consiste à refuser de communiquer à l’administration des éléments d’information sur ses clients. C’est l’élément le plus important et le plus recherché. L’instrument c’est le secret bancaire etc 


      Il y a aussi la création de trusts. Il s’agit de confier des biens - qui peuvent être matériels comme des maisons, des tableaux... à un trust qui en devient le propriétaire officiel. La pratique date des Croisades. Quand les croisés partaient pendant plusieurs mois, ils confiaient leur famille, leurs terres à un homme de confiance, d’où le terme de « trust » en anglais qui signifie confiance etc

      Le troisième élément est une législation peu contraignante pour les activités financières. Ce sont des paradis réglementaires où les exigences prudentielles sont très faibles. C’est la raison pour laquelle de très nombreux hedge funds américains sont enregistrés aux Caïmans. En Europe, le Luxembourg est un paradis fiscal pour les Sicav.etc


      Le quatrième élément est l’absence ou la faible coopération judiciaire. Si un soupçon de fraude pèse sur quelqu’un et qu’une commission rogatoire est lancée, il sera très difficile au juge français par exemple d’obtenir des informations.etc



    • Lugsama Lugsama 14 octobre 01:35

      @titi

      Surtout la fraude et l’évasion fiscale ce ne sont pas la même chose, l’évasion n’est pas une fraude, et vu les taux d’imposition en France il n’y a rien d’etonnant. A la Jonquera ils sont nombreux à traverser la frontière pour acheter leurs clopes et se plaindre de cette évasion..


  • devphil30 devphil30 12 octobre 07:07

    @Alain Alain

    Rappelez moi qui a mis la France dans cet état de dépendance financière et d’endettement ?

    Qui a fourni de l’argent pour acheter la paix sociale avec les lois ville ou autre subvention des quartiers dit en difficulté ?

    Qui a laissé les fleurons et l’industrie Française se détériorer et être délocalisé ?

    Oui avec Eric Zemmour un redressement est possible en partant d’un arrêt de l’immigration qui conduit la France à sa perte


  • La plus grande urgence, c’est la SANTE MENTALE. Le nombre de dépressions, de suicides, d’absence de vision d’avenir, de qualité de vie, mène la société au désespoir. Ce qui dans l’avenir pèsera très lourd dans le budget. Je n’aime pas le côté ultra-liberal de Zemmour. Mais il faut être réaliste, L’argent pour payer les Smics, les chômage, la maladie, l’enseignement, l’éducation doit bien venir de quelque part. Et je ne pense pas que les français ont envie d’une évolution à la communiste totalitaire (2 %). ZEMMOUR n’est pas insensible au problème climatique, mais comme toujours il s’attaque sans politiquement correct à la manière écologiste. Eoliennes partout, ... Non, c’est la démographie galopante qui est la véritable cause... 


  • Et si Zemmour est ultra-libéral. Il est aussi réac, ce qui est moins grave...


  • L'apostilleur L’apostilleur 12 octobre 09:05

    @ l’auteur 

    « ..le niveau des prélèvements obligatoires en France est excessif et qu’il est donc nécessaire de baisser les impôts.
    Or, cette vision est contredite par les sondages successifs.... »


    La France est championne d’Europe des prélèvements fiscaux, ce n’est pas une vision. La ficelle est usée, il y a d’autres solutions que la gauche ignore trop


    https://onenpensequoi.over-blog.com/2020/05/plutot-qu-un-nouvel-impot-ps-pourquoi-pas-la-participation-et-l-interessement-de-darmanin.html


  • L'apostilleur L’apostilleur 12 octobre 09:17

    @ l’auteur 

    Le principe indiscutable que vous rappelez « ...La comparaison internationale des taux de prélèvements obligatoires n’a de sens que si on met en balance les prestations qu’ils permettent... » doit s’appliquer à la fiscalité des entreprises. Une analyse honnête « bénéfice pour les entreprise/richesse nationale » est un préalable à la conclusion. 

    Sans dogme bien sûr.


    • Yaurrick Yaurrick 13 octobre 15:34

      @L’apostilleur
      Le problème des prélèvements obligatoires est justement l’empêchement de définir la ventilation et le choix des prestataires.
      Pourquoi le contribuable ne peut il pas choisir de s’assurer librement contre le chômage ou comment cotiser pour sa retraite ?


  • Jonas 12 octobre 10:10

    A l’auteur 

    La gauche a montré à travers Arnaud Montebourg , que l’on peut être ministre sans rien connaître en économie. Une fois blackboulé , celui-ci s’aperçoit qu’il avait besoin d’ un stage en entreprise pour se former à la gestion et à l’économie. 

    Dans les autres pays contrairement à la France , c’est la réussite dans le privé , qui peut donner accès à un poste au gouvernement. 

    Un autre , ministre de gauche , Benoit Hamon , représentant du parti socialiste, lors des élections présidentielles de 2017, affirme sur France culture, sans se démonter , que les entreprises distribuent les dividendes avant de faire leur BILAN. 

    C’est une des raisons de leurs échecs au pouvoir, leur idéologie se casse les reins devant la réalité. 

    Avant de vous préoccuper de l’avenir du monde , évertuez-vous à prendre soin de l’avenir de votre pays la France, avant qu’elle ne disparaisse sous le poids de sa générosité. Une générosité qui est un appel d’air , à tous les immigrés qui souffrent de tout dans leur pays et dont certains sont pourtant riches . Les maux de ces pays pourvoyeurs de l’immigration sont l’incompétence , la corruption et d’un autre sujet tabou dans ces pays la « démographie galopante ». L’Algérie par exemple c’est un million de bouches à nourrir par an, alors que la chômage frise les 30% . L’Egypte qui va dépasser les 100 millions d’habitants vit sur une surface de son territoire égal a celui de la Belgique. 

    1) La France est championne du monde pour la dépense sociale ( voir l’AME , dispositif pour les immigrés irréguliers qui n’existe dans aucun pays sur la planète )

    2) L’impôt sur la production est de 0,7% du PIB, en Allemagne et de 4,9% en France. 

    3) Un employeur en France doit débourser 200 euros pour que son salarié moyen puisse disposer de 100 euros de pouvoir d’achat ce qui équivaut à 120 euros de charges et impôts contre 85 euros en moyenne de l’Union européenne. 


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 12 octobre 10:30

      @Jonas
       
       ’’La gauche a montré à travers Arnaud Montebourg , que l’on peut être ministre sans rien connaître en économie.’’

       
       Et à travers Véran, que l’on peut être ministre de la santé sans rien connaître en épidémiologie et disciplines apparentées.


    • @Jonas les calculs sont pourtant simples. Chine 1 milliard et demi d’habitants (le pays le plus polluant), l’Indes : 1 milliard et demi d’habitants, l’Afrique : 1 milliards 200 000 d’habitants, region musulmane : 1 milliard et demi d’habitants. L’Amérique du nord la plus polluante avec la Chine : 579 millions d’habitants (mais deux ou trois voitures, une agriculture archaïque et polluante). Ce qui nous fait 5 milliards d’habitants sur les 7milliards 800 000. Généralement des pays pauvres. Ce n’est pas quelques éoliennes qui vont résoudre le problème climatique ET sur ce point : Zemmour a encore raison. OUH, fasciste, malthusien. Non, Simplement réaliste...


    • Jonas 12 octobre 11:37

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      L’Afrique en 2050 , sera peuplée de 2,5 millard d’habitants. Elle battra la Chine et l’Inde. 
      Les 10 pays les plus pollueurs. 1) La Chine, 2) Les Etats-Unis ,3) L’Inde , 4) Russie, 5) Japon, 6) Allemagne, 7, L’Iran , 8) Corée du Sud , 9)Arabie Saoudite , 10 Canada. 
      L’Allemagne est le pays européen qui émet le plus de CO2 , a cause de sa forte dépendance au charbon. 1/4 des émissions de CO2 de l’Union européenne provient de l’Allemagne. La France échappe grâce au nucléaire. Eric Zemmour a raison. 

      J’ai dit sur un de mes posts , que je ne voterai jamais pour Eric Zemmour ni pour aucun candidat , misogyne. Un autre sujet me sépare d’Eric Zemmour , c’est la peine de mort . Je suis viscéralement contre la peine capitale. 

      Cela ne m’empêche pas de reconnaître et de remercier Eric Zemmour , pour son courage, d’aborder les sujets qui font son succès et en premier lieu de mettre les mots  sur cette angoisse existentielle qui étreint de plus en plus les Français  .Eric Zemmour dit que le droit à la continuité historique de notre pays est un droit fondamental , au-dessus de tous les autres. 

       
      L’économie , l’industrialisation , les innovations , l’éducation etc sont très importants a la seule condition d’être maître dans son pays et que la France reste la France, et non une auberge où chacun vient s’y installer avec ses moeurs , ses coutumes , traditions etc la France n’est pas un pays anglo-saxon c-à-d un pays communautariste. Il n’y a qu’une seule communauté , une seule la française. 


    • @Jonas bien sûr que moi aussi je n’adhère pas tout à fait à Zemmour. Mais je pense d’abord qu’il est tactique... J’aurais préféré un Zemmour de gauche. D’ailleurs Marchais lui aussi était contre l’immigration. Mais je le remercie pour sa défense des enfants, pour ces analyses, il faut le dire assez justes. Chaque fois que je l’écoute, je m’excuse, mais il arrive à me convaincre. Je reste une décroissante de gauche. Mais Zemmour me semble être l’homme qu’il faut... 


    • Jonas 12 octobre 11:49

      @Francis, agnotologue

      La seule différence entre Arnaud Montebourg est Olivier Véran et la suivante : Montebourg a fait des études de droit , qui ne le prédisposent pas à être ministre de l’industrie. 
      Quant à Olivier Véran , en tant que médecin , reste dans sa discipline, la santé. 


    • @Jonas Je suis contre la peine de mort, parce que la vengeance s’invite et je n’aime pas cela. Par contre, j’estime que les pervers narcissique peuvent être envoyé sur une île et qu’ils cesse de nous ennuyer. La presse est assez ambigüe sur le sujet. D’un côte elle préconise de fuir les personnes toxiques parce que ce sont des tueurs en coulisse.. et de l’autre elle ose dire que c’est monstrueux de tuer (je dirais perso : de l’écarter) une personne. beaucoup de contradictions. 


    • @Jonas si Zemmour se dit misogyne, c’est pour faire contre-poids à 68. N’empêche que c’est lui qui fait les courses,... 


    • Jonas 12 octobre 18:01

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Je ne connais pas la vie privée, d’Eric Zemmour et ne sais pas s’il fait les courses ou s’ il aide son épouse pour le ménage. Moi je le prends aux sérieux ,parce qu’il est intelligent et cultivé et pense ce qu’il écrit , contrairement a beaucoup d’hommes politiques qui se font aider par des journalistes. 

      << La propagation consumériste mina la culture traditionnelle du patriarcat ; les publicitaires , sociologues , psychologues s’allièrent aux femmes et aux enfants contre les pères qui contenaient leurs pulsions consommatrices . Les mêmes, alliés aux féministes , firent campagne pour que les femmes aient un accès égalitaires aux dépenses du foyer. Aujourd’hui encore , lors du moindre débat sur les acquis du féminisme, on exhume ce fameux carnet de chèques auquel les femmes françaises n’avaient pas accès sans l’autorisation de leur mari avant 1965.>> ( Le suicide français , ed. Albin Michel, p. 31) Même le fait que les femmes aient le droit comme les hommes de disposer d’un carnet de chèques , n’est pas acceptable pour Eric Zemmour. 


    • L'apostilleur L’apostilleur 12 octobre 18:17

      @Jonas
      « ...La gauche a montré à travers Arnaud Montebourg , que l’on peut être ministre sans rien connaître en économie... »

      Et pourtant considéré par le patronat comme le meilleur ministre de l’industrie (redressement productif ) depuis des décennies. 


    • Captain Marlo Captain Marlo 12 octobre 19:46

      @Jonas
      Eric Zemmour dit que le droit à la continuité historique de notre pays est un droit fondamental , au-dessus de tous les autres. 

      Qu’attend-il pour se prononcer pour le Frexit, ce grand défenseur de la France éternelle ?? Silence radio. Il ne peut pas y avoir de liberté et de souveraineté pour défendre la France et les Français qu’en sortant de l’UE, de l’euro et de l’Otan.

      C’est simple, depuis Maastricht, les Gouvernements français jouent aux coqs gaulois, alors qu’ils ne gèrent plus rien : ni le budget qui est sous tutelle, ni la monnaie, ni les frontières, ni les lois, ni les réformes économiques & sociales, ni l’immigration, ni la politique étrangère & la Défense qui sont sous la coupe de l’Otan, c’est à dire de Washington.

      Quand un candidat, quel qu’il soit, vous fait des propositions séduisantes, demandez-vous à chaque fois, comment il va faire avec les Traités européens qui interdisent ses brillantes idées, et lisez en détail son programme.
      S’il ne traite pas le sujet, c’est qu’il vous enfume.


    • Captain Marlo Captain Marlo 12 octobre 20:16

      @L’apostilleur
      Et pourtant considéré par le patronat comme le meilleur ministre de l’industrie (redressement productif ) depuis des décennies. 

      Il a « redressé »quoi exactement ? Alstom peut-être, vendu aux Amerloques ??

      Sur la vente d’Alstom, l’UPR a publié un rapport du Centre Français de Recherche sur le renseignement (CF2R) qui conclut à un “scandale d’état”.

      L’article 63 du TFUE sur la liberté de circulation des capitaux a permis de vendre au Qatar de l’immobilier de luxe, des terres agricoles et des châteaux bordelais à la Chine, Alstom aux Américains et toute une série de pépites françaises, sans demander leur avis aux Français qui avaient financé les entreprises publiques.

      Voilà la réalité des Traités européens : la vente de la France à la découpe.
      Et nos euronouilles, Macron en tête, de prôner « la réindustrialisation » de la France, « la nécessaire souveraineté de la France et de l’ Europe ».
      Que des mensonges !


    • L'apostilleur L’apostilleur 12 octobre 20:55

      @Captain Marlo

      Le décret pour la protection des entreprises stratégiques est une initiative Montebourg Walls. 

      Les entreprises Latécoère, Madrange, Entremont... doivent leur survie à Montebourg.

      Pourquoi le discréditer sur ce terrain ??


Réagir