mercredi 17 août 2016 - par Gérard Dahan

Communication anti-djihadiste : les différences entre la France et la Grande-Bretagne

 

La campagne de communication « Stop-djihadisme » parue en France fin janvier 2015 a eu le mérite de donner de la visibilité à la politique gouvernementale et a permis de mieux faire connaître les structures de signalement. Elle a donc eu une réelle utilité en matière de prévention. Elle a été cependant critiquée en Grande Bretagne pour donner des conseils beaucoup trop généraux voire caricaturaux.
 

Traditionnellement, les campagnes de communication anglaises et françaises sont basées sur des principes différents.

La communication publique française répugne à l’utilisation d’images chocs, cherche à être consensuelle et plus basée sur l’utilisation de didactisme accompagné d’images « softs ».

La campagne Stop-djihadisme Française

 

La communication anglaise utilise beaucoup plus le second degré et n’hésite pas à utiliser des images chocs ou violentes pour créer l'impact. Elle dit moins, elle ne légende pas et elle suggère plus.

La campagne de communication anglaise « Bienvenue sur le territoire de l'Etat Islamique » est l’illustration de cette approche.

La campagne "Bienvenue sur le territoire de l'Etat Islamique" Britannique

 

Traduction des légendes et commentaires :

Publicité

Ne vous approchez pas de l’Etat Islamique

image d’Al-Baghdadi : « Venez parce que la Syrie n’est plus aux Syriens et que l’Irak n’est plus aux Irakiens »

Légende : Ou vous pouvez apprendre de nouvelles compétences, utiles pour l’oumma.

- Faire exploser des mosquées

- Crucifier et exécuter des musulmans

- Piller les ressources publiques

- Commettre des attentats suicides dans des mosquées
Publicité

- Bénéficier d’un voyage peu coûteux parce-que sans besoin de ticket retour.
Réfléchissez, Faites demi-tour.

Les deux campagnes sont basées sur la contradiction des discours, mais la campagne française légende la contradiction sur le mode : affirmation /vérité en utilisant une alternance d’images couleur (le discours) et de noir et blanc (la réalité).
La campagne anglaise est construite sur le second degré en opposant le discours d’Al-Baghdadi demandant à venir aider les syriens et les irakiens, à la réalité de l’action dirigée contre les musulmans eux-mêmes.

Certaines des critiques ont porté sur les critères (ci-dessous) pour juger de la radicalisation d’un jeune et les icones (jugées caricaturales) les accompagnants.
Signes de radicalisation


On peut en effet douter que la disparition des pères, la suppression du pain, le changement de style vestimentaire ou l’arrêt du sport soit un signe de radicalisation religieuse chez un adolescent.

Ou alors, tous nos adolescents sont radicalisés...



7 réactions


  • blablablietblabla blablablietblabla 17 août 2016 17:06

    punaise la vidéo quel horreur, c’est sur que les anglais ont beaucoup plus d’humour que nous mais enfin ,. Jaime bien Tom Combell depuis des années dénonce l’islam en angleterre !


    • sls0 sls0 17 août 2016 20:07

      @blablablietblabla
      Vidéo peut être un peu dure, mais on voit au moins à quoi sert une partie de nos impôts, ’’ils font du bon boulot’’, après la vidéo je comprends mieux le sens de la phrase.


  • OMAR 17 août 2016 17:14

    Omar9

    @G. Dahan .« «  Venez parce que la Syrie n’est plus aux Syriens et que l’Irak n’est plus aux Irakiens »

    C’est une vérité incomplète....

    Car ça sera totalement vrai en ajoutant simplement ! »Par la volonté et les armées de l’Occident"...


  • Le421 Le421 17 août 2016 21:03

    Flash info du site Français De Souche.
    Avant de tomber devant le train, les passagers l’ont entendu crier « Allahu Akhbar »..  smiley

    Daesh réfléchit avant de revendiquer. Il n’y aurait pas de morts... Pour l’instant.


Réagir