vendredi 21 juillet - par christophecroshouplon

Consentir est la clef

Des trois religions monothéistes, la mienne, chrétienne ET catholique, est la seule qui offre le Royaume de Dieu à tout individu obéissant dans les actes de sa vie à la bonté et à l’amour. De quelque obédience et origine qu’il soit la promesse est et demeure la même, Dieu ne fait pas de tri sélectif selon les Saintes Ecritures en fonction de paramètres humains. Il ne dit pas : tu es en dessous de si tu n’es pas de telle race, ou bien : tu auras ta place au paradis si tu égorges les mécréants qui refusent de se soumettre à telle interprétation.
 
L’histoire de la chrétienté est loin d’être dénuée d’épisodes sanglants : guerres de religion, conquêtes colonisatrices et invasions avec crimes en pagaille, croisades, Saint Barthelemy, inquisition etc… : la liste est longue. La Sainte Bible elle-même est pleine de textes ou le Verbe du Demiurge tonne et ordonne et se fait guerrier. Dieu n’est pas un petit être efféminé et mou, c’est certain, il s’est montré à plusieurs reprises capable de déchainer sa colère divine sur ses petites créatures. De même, Christ n’est pas que ce joli barbu contant peace and love. Sa colère quand il chasse les marchands du temple n’a rien d’une attitude zen à la sauce Bouddha. Et la passion qu’il endura pour nos péchés fut un véritable calvaire.
 
Il est pour le fervent catholique que je suis passionnant d’interroger les Saintes Ecritures, de les lire, de les ressentir, de les creuser. J’ai la foi en action, c’est-à-dire que loin de prendre tout pour comptant je questionne sans cesse le texte pour tâcher d’en comprendre le sens profond sans gober passivement. Je m’y adonne avec cœur davantage qu’avec le biais de mon intelligence ou de mon érudition. Et mon cœur il me semble me rapproche du sens peut être mieux que ne le ferait ma raison. L’effort en tout cas est sincère, sincèrement tourné vers le Seigneur mon Créateur et son fils incarné dans Jésus.
 
Je puis donc prendre pour acquis bien des paroles de la Sainte Bible et aussi émettre des doutes sans jamais blasphémer sur certaines choses que je ressens comme provenant des hommes, du séculier et donc du pouvoir. Je ne lis rien dans la Sainte Bible qui dise que la représentation de l’Eglise doive s’accompagner de faste et de pourpre bien au contraire, et donc ai un mal de chien, tout en respectant infiniment les petits curés de campagne et plein de membres dévoués du clergé, à admettre la réalité du Royaume du Vatican et tout ce tralala couvert d’or. J’y verrais plutôt l’inverse de ce que j’ai lu et compris des enseignements de Jésus et de Sa Parole.
 
De même la position séculière vis-à-vis des femmes et de l’homosexualité. Je doute et remets en doute en profondeur ce que je lis ici et là dans l’histoire chrétienne, qu’Eve soit la seule et unique coupable, que la femme soit sous l’homme, qu’elle ne puisse être ordonnée prêtre, que la créature aimant une autre de son sexe soit contre-nature et pècheresse. Par le prisme du Verbe seuls amours et bontés comptent, et respect des dix commandements, et Foi en son Créateur. En quoi une femme ou un homme aimant les hommes et s’adonnant dans sa vie et dans ses actes au respect absolu et sincère des enseignements de Dieu seraient ils inférieurs et pécheurs puisqu’ils ont été créés ainsi ? Dieu serait il à ce point injuste qu’il créerait des êtres ainsi faits pour les humilier et les contraindre à renoncer à la nature dont ils ont été dotés sans l’avoir choisie ? Le chrétien que je suis ne peut admettre cela.
 
Il y a dans le Verbe Divin à la fois contrainte et liberté, c’est ce qui en fait la force. Nous sommes libres de la voie à choisir et tout autant prévenus : chacun fait donc ce qu’il veut, croire ou pas, commettre ou pas des péchés, croquer ou pas la pomme, prier ou blasphémer, s’adonner à Dieu ou à Lucifer ou à aucun des deux. L’ère chrétienne a dorénavant atteint un âge ou le glaive est rangé.
 
Toutefois la liberté, cette fameuse liberté individuelle tant chantée par l’époque moderne m’apparait comme un leurre et une douce illusion. En tant que créatures nous sommes individuellement pré déterminés à notre insu. Et tout autant tentés un à un par le serpent, qui s’immisce sournoisement dans nos pas. Bien malin celui ou celle qui peut clamer la certitude de ne pas être manipulé, tant le fourbe sait s’y prendre avec cinquante coups d’avance.
L’architecte de l’apparition de la mort dans la geste humaine, le corrupteur du Jardin d’Eden, le futur Grand Monarque est un sacré filou. Ses mensonges sont légion, et son aptitude à nous faire prendre le blanc pour le noir et inversement est redoutable. C’est que la créature imparfaite a ce qui s’appelle un ego, et celui-ci est aisément corruptible. Le coup du fruit défendu fut le premier mensonge, et tous ceux qui lui succédèrent procédèrent de la même technique.
 
La Parole du Christ est fort heureusement là pour nous éclairer sur le chemin à suivre, cette parole est proprement lumineuse, éclairante, simple à appréhender et à comprendre. C’est une parole claire, qui ne procède pas par énigmes, et qui se donne brute de forge : une parole pour cœurs et esprits simples, que des êtres sans aucune éducation peuvent instantanément saisir et appliquer. C’est en cela qu’elle est bouleversante, dans le sens : suffisante pour tracer le chemin de toute une vie, lui offrir généreusement une direction, l’orienter dans le meilleur sens qui soit, sans forcer, gentiment. Ce n’est pas une parole faite pour les bigots, oh non, mais pour tout le monde. Et j’ai beau moi qui ai lu des dizaines de milliers de livres cherché, je n’en connais aucune qui ait cette force, cette intensité, cette puissance et cette simplicité.
 
De même pour les artistes. Au-dessus de tout les œuvres sacrées. Hildegarde Von Bingen bien sûr. Jean Sébastien Bach au-dessus de Mozart (pour lui, le 3e acte de Don Giovanni et le Requiem au-dessus du reste) ou Haydn (Les 7 paroles du Christ au-dessus du reste), tous deux maçons, ayant composé nombre d’œuvres païennes (opéras et oratorios à foison, La Flute enchantée ou La Fedelta premiata et Il mundo della luna) et se rachetant sur le tard par de somptueuses créations allant dans le sens opposé.
 
En littérature Dostoïevski, le meilleur connaisseur de l’âme humaine, celui qui dans Les Possédés ou Crime et Châtiment, pieds dans la glaise et regard vers les cieux, s’en va fouiller dans les cœurs les plus mauvais qui soient pour les donner à lire. Avec lui les grands mystiques, Sainte Thérèse d’Avila, Saint Thomas d’Aquin …
Et au cinéma, Dreyer, Tarkovki, Zulawski ou Inarritu : que des croyants qui s’en vont puiser des deux versants, Bien et Mal, et donnent à vivre sur écran ces luttes acharnées. Ces plans d’oiseaux volant dans les cieux au petit matin se levant sur la violente Barcelone, tels des anges, et ces travelings du cœur suivant le regard du personnage incarné somptueusement par Javier Bardem dans Biutiful 
 
Le point auquel je suis parvenu depuis aout dernier est celui du consentement. Ayant enfin compris que ma liberté était un leurre et que seul le lâcher prise permettait d’atteindre une plénitude, j’ai quitté le fonctionnement de l’homme machine agissant et décidant pour accueillir ce qui advenait. Tout étant décidé au-dessus à quoi bon ferrailler ? Donc actions oui mais selon ce qui est dicté et soufflé, j’ai déposé ma volonté à terre. Ouvert à ce qu’Il me souffle j’accueille, accepte, veille, espère et ne fais rien dans le sens d’avant. Ce faisant et à compter de – tout advient, exactement, c’est-à-dire ce qu’il faut, ce dont j’ai envie et besoin, vraiment envie et vraiment besoin, en son temps. Et je le vis : Il fait admirablement les choses pour celui ou celle qui L’entend. Et il les fait en temps et en heure au juste moment.
 
Consentir est l’inverse de ne rien faire. C’est au contraire faire en conscience, à la bonne distance des choses, à la bonne hauteur. La vie devient simple et déroule un fil auquel tu obéis sagement comme une plume au vent. Tu deviens dénoué, aussi léger que profond. Plus de peurs, plus d’inquiétudes, plus d’appréhensions, plus d’impatiences, plus de colères, que des pensées de lumière et de bonnes intentions qui je le sens s’accomplissent une à une. L’intention détient un pouvoir de réalisation de soi sur soi mais aussi sur les autres, sur ses aimes – et donc sur le monde. Jouer sa musique quotidiennement a son bout participe bel et bien au rééquilibrage des choses, faire pencher le bateau ivre du bon versant. C’est la seule véritable connexion. 
 
Jusqu’au corps qui reprenant énergie et forme rajeunies se libère, se dénoue et devient plus gracieux quand s’élèvent des musiques : je surprends mes pas épouser les rythmes en les ressentant du dedans, surprends ma voix soudain chanter juste et parvenir à des notes et des gammes qu’auparavant je ne pouvais atteindre. C’est fort surprenant, assez mystérieux, et pourtant facile à entendre et à comprendre. Et à vivre : wow.
 
Dans ce pays où j’habite presque tout le monde vit ça et croit, et presque tous sont incroyablement heureux – fort simplement. C’est donc possible pour tout un chacun. Et pas simple pour beaucoup compte tenu de la culture, de tout ce qu’on a appris ou désappris à notre insu. Pas une once de prosélytisme dans ces mots, chacun sa voie c’est tout, et si je me retourne sur mon passé il me fallut 51 ans pour y parvenir : l’entendre, l’admettre, le comprendre et le vivre. Et encore : il y eut une 1ere fois en 2008, quelques semaines, avant de le perdre, une 2e en 2011 quelques mois. Pour enfin en aout 2016 depuis Athènes l’ancrer une bonne fois pour toutes.

 

Grâces Lui soient rendues.
 


19 réactions


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 21 juillet 18:00

    Vous écrivez :


    « ...vis-à-vis des femmes et de l’homosexualité. Je doute et remets en doute en profondeur... »

    ... avec un peu de gel quand même ?

    Excusez-moi : j’ai pas pu me retenir !

    A part ça, je vous envie d’avoir trouvé votre port d’attache, ce n’est pas mon cas.



    • Nyspelache 21 juillet 21:57

      @Jeussey de Sourcesûre
      Si je puis me permettre, j’ai suivi le même chemin que l’auteur, chemin qui a été tracé par mes découvertes de Marthe Robin, Padre Pio, des miracles eucharistiques, et mon approfondissement du sujet de l’exorcisme.


      Chacun sa route, mais celle-ci me semble rationnelle, et source de sens et de joie

    • christophecroshouplon christophecroshouplon 21 juillet 23:12

      @Jeussey de Sourcesûre Hello vous, merci pour la touche d humour bienvenue et bonnes vacances


    • Alren Alren 22 juillet 13:26

      @Nyspelache

      Chacun sa route, mais celle-ci me semble rationnelle, et source de sens et de joie

      Si l’on fait une étude rationnelle de la métaphysique, on démontre facilement que les propriétés prêtées par les religions monothéistes à une conscience divine en activité constante depuis l’éternité, entraîne que la Création n’a jamais lieu puisqu’elle est toujours précédée d’un temps infini.

      D’autre part, il est totalement et définitivement inconciliable qu’une telle conscience éternelle soit de plus omnisciente, c’est-à-dire connaissant l’avenir comme le passé (infini !) en totalité et omnipotente c’est-à-dire libre de choisir son destin à tout instant.

      Je ne parle pas du traitement de l’information par l’âme immortelle humaine (les hominidés primitifs en avaient-ils une ?) sans source d’énergie après l’arrêt de fonctionnement des neurones.

      Alors la source de joie du croyant est comparable à la joie, au bien-être, du drogué. Ce que Marx avait bien résumé en disant que « les religions sont l’opium du peuple ».

      Ceci dit, historiquement, les religions, toutes les religions, ont-elles, comme aurait dit Georges Marchais « un bilan globalement positif » ?

      Comme le souligne l’auteur, partout et toujours, elles ont justifié les pires violences, partout et toujours, elles ont exigé des sacrifices,voire des souffrance de la part des croyants (je pense entre autres à cette imbécillité qu’est le jeûne du Ramadan en particulier pour la déshydratation qu’il entraîne). Partout et systématiquement, elles ont restreint leur liberté de penser toujours dans un sens de racornissement et les ont soumis par la peur et la force à des dominants qui les ont exploité de toutes les manières, y compris bien souvent sexuelle.

      Les religions sont toutes conservatrices. Partout elles se sont opposées par la force et s’opposeraient chez nous si elles en avaient encore le pouvoir, à la société équitable et à la science libératrice.

      À côté des superstitions, formes primitives de religion, qui font encore tant de mal en Afrique subsaharienne (cf. les albinos et les accusations de sorcellerie qui entraîne mutilations et meurtres sauvages), elles font le malheur de l’humanité.

      Actuellement, leur plus grand crime est d’empêcher la contraception alors que la surpopulation future entraînera une catastrophe pour l’humanité et la vie terrestre.


    • Nyspelache 26 juillet 22:26

      @Alren

      Pour moi, l’infini des durées qui nous précèdent rejoint bien l’idée de l’infinité de Dieu. Le dogme Catholique affirme que la Création est une image illustrant que Dieu a fait le monde par amour, mais nous soutenons l’idée du Big Bang et de l’Evolution.

      Les Catholiques choisissent plutôt de dire que nous sommes libres de nos choix, mais que Dieu connaît toutes les conséquences de ces choix. Il n’existe donc pas de destin pré-figé, sauf pour quelques éléments sur lesquels on ne peut pas influencer. Ainsi, Dieu sait tout, et nous sommes toujours libres malgré cela. (un Protestant ne vous tiendra pas forcément ce discours)

      Je dirais qu’à partir du moment où on souhaite faire la guerre, on trouve un prétexte. Il y a 1000 ans, on disait que c’était pour le Christ : aujourd’hui c’est pour « apporter la démocratie ». On justifie la guerre comme on peut, l’argument religieux est un outil comme un autre, de même que la démocratie. Je doute cependant que ceux qui ont lu les évangiles et les prennent au sérieux puissent faire ce genre de guerre, car il est écrit que « ceux qui tuent par le glaive périront par le glaive ».

      Personnellement, j’ai été très marqué par le témoignage de 3 personnes de mon entourage, qui ont vécu une EMI, ainsi que le témoignage déconcertant de l’EMI du docteur Eben Alexander. Je ne comprends pas cet acharnement Français à vouloir se convaincre qu’il n’y a rien après la mort, alors que des millions de gens en Europe ont vécu une EMI...

  • genrehumain 21 juillet 18:54

    " Des trois religions monothéistes, la mienne, chrétienne ET catholique, est la seule qui offre le Royaume de Dieu à tout individu obéissant dans les actes de sa vie à la bonté et à l’amour."

    L’ étude dénuée de préjugés des textes religieux révèle leur unité de vision en ce qui concerne l’éthique et la promesse de paix et d’unité attendue par tout le genre humain .

    Les contextes environnementaux et sociaux contenus dans ces textes sont relatifs à l’époque de leur révélation et donc soumis aux changements comme toute loi sociale, mais leur message spirituel transcende les âges.

    Les images utilisées pour marquer les esprits font appel à notre inconscient collectif et ne sont que des paraboles destinées à nous mettre en garde, n’en faisons pas des « idoles »

    "Spinoza explique que le Dieu de l’Ancien Testament adaptait son discours à la faible capacité de compréhension du peuple hébreux auquel il s’adressait."

    Sur un plan historique, la religion a été l’un des moteurs les plus puissants du changement d’attitudes et de comportement de l’homme.

    La venue de nouveaux Messagers représente des moments primordiaux dans l’histoire. Chacun déclenche un nouvel élan spirituel, stimule la remise en cause personnelle et le progrès social. Parmi eux se trouvent les Fondateurs des grandes religions du monde : Moïse, Krishna, Zoroastre, Bouddha, le Christ et Muhammad .

    Ces Messagers ont une double fonction. 
    D’une part, ce sont des êtres spirituels. D’autre part, ce sont des êtres humains qui naissent, connaissent la maladie, la souffrance et la mort. Ils ont des identités physiques différentes et s’adressent à l’humanité à des moments différents de l’histoire. Ces différences créent entre les religions des distinctions culturelles qui cachent parfois leur unité.

    Fondamentalement, cependant, le message spirituel de ces Messagers a été le même
    Chacun a souligné l’importance de l’amour de Dieu, de l’obéissance à sa volonté, et de l’amour du prochain. Les mots ont varié, mais l’enseignement essentiel tourne autour du principe de base, à savoir que chacun doit traiter les autres comme il aimerait être traité lui-même.

     Krishna ditTu es le Brahman Suprême, la vérité Absolue et l’éternelle Personne Divine. Tu es Dieu, l’Etre primordial, original et absolu. Tu es le Non-né, la beauté qui tout pénètre. O Krishna, tout ce que Tu m’as dit, Je l’accepte comme la vérité la plus pure."
    ça ne veut pas dire que les différentes croyances et organisations religieuses sont les mêmes, mais on peut concevoir qu’il n’existe qu’une seule religion et que tous ces Messagers en ont progressivement révélé la nature. Ensemble, les grandes religions du monde peuvent ce concevoir alors comme l ’expression d’un seul plan divin .

    Muhammad dit " Quiconque espère rencontrer son Seigneur, qu’il fasse de bonnes actions... Chaque fois que Je vous accorderai un Livre et de la Sagesse, et qu’ensuite un messager vous viendra confirmer ce qui est avec vous, vous devez croire en lui."

    Pour conclure par une note d’humour, finalement qu’est ce qu’un Chrétien ? sinon qu’ un Juif qui a reconnu le Christ et qu’est ce qu’un Musulman ? tout simplement aussi un chrétien qui a reconnu Muhammad.

    Alors,

    « Ouvert à ce qu’Il me souffle j’accueille, accepte, veille, espère et ne fais rien dans le sens d’avant. »

    " Ô Dieu, tu as créé toute l’humanité d’une seule et même souche. Cimente les cœurs ensemble. Fais que les religions s’accordent et les nations s’unifient, afin qu’ils se voient comme une seule famille et regardent la terre comme un seul foyer. Lève l’étendard de l’unité du genre humain, établis la très grande Paix.« 
    Baha’u’llah


      » Grâces Lui soient rendues."

    • microf 21 juillet 22:55

      @RougePomme

      Ne vous en faites pas pour la natalité en Afrique, aujourd´hui l´espérance de vie en Afrique ne dépasse pas 50 ans, et dans certains pays comme la République Centrafricaine, c´est 40 ans et ne cesse de baisser. Avec les difficultés que connait l´Afrique, en 2050 l´espérance de vie ne dépassera pas 30 ans, en 2100 il n´y aura peut être plus d´Africains, ou bien á peine nés, ils vont mourrir.


  • Decouz 21 juillet 19:45

    Pour le peu que j’ai vécu, lu et rencontré, des figures de sainteté ont existé et existent encore dans toutes les traditions spirituelles, je n’exclue bien sûr pas le christianisme.
    Les juifs, une partie des juifs n’ont pas admis le christianisme, plutôt le christianisme paulinien, et sont restés fidèles à la Torah, car selon les sages d’Israel, la Torah comprend tout.
    Bien sûr les chrétiens disent réaliser la Loi dans un sens spirituel, mais les juifs ont aussi une lecture spirituelle de la Torah, on peut se référer par exemple au Zohar, ils ont la Loi et l’esprit de la
    Loi (je ne dis pas que tous les juifs réalisent l’esprit de la loi, mais que le message intégral, intérieur et extérieur est resté une réalité pour ceux qui en ont les motivations et les capacités).
    Mohammed est un prénom de consonance arabe, le prénom français serait mahomet  ?
    Les turcs ont mahmet, les noirs mamadou.


  • Leonard Leonard 22 juillet 08:12

    Consentir en silence c’est pas mal dans notre pays d’athées...


    Parce que les dégénérés des bouquins stupides...
    Ca suffit...

  • Jean Keim Jean Keim 22 juillet 08:39

    Pourquoi mettre dans un même emballage les écritures que certains qualifient de saintes et le message christique qui est d’un dépouillement sans égal, l’église est une construction artificielle dont le ciment est fait de mots et d’idées, c’est dire son inconsistance.


    • arthes arthes 22 juillet 17:05

      @Jean Keim

      Ca me parle , mais est ce que nous le voyons de la meme maniere ? 

      Le message christique est :Amour et liberte...Parce que Christ est lui meme le message, il est le graal ...Dissous en tous.
      Enfin, je le vois comme cela.

      Quant a la construction de l eglise , elle devrait etre notre propre corps, a notre epoque, c est a dire chacun etant le receptacle de sa spiritualite, alors nous n aurons plus besoin de dogmes religieux.

      Mais nous pouvons lire les ecritures saintes autrement, plus librement et profondement, sans...Soumission.


    • Jean Keim Jean Keim 22 juillet 22:02

      @arthes
      Tous les livres dits sacrés devraient être lus quand l’occasion s’en présente, d’une part ils font partie de notre culture (celle de l’humanité) et d’autre part ne serait-ce que pour savoir ce qu’ils contiennent.

      Quand aux religions en général et aux religions chrétiennes en particulier, elles ne sont que le résultat du développement d’organisations qui se sont mises en place, celle de Paul y figure en bonne place ; en ce qui concerne la religion catholique, il est difficile au vue de sa hiérarchie, de sa pompe, de son décorum et du dogme d’y voir la continuité du message de Jésus.
      Il faut (re)lire les Évangiles non pas comme un catholique voire même comme un chrétien mais comme des faits relatant la courte vie d’un homme singulier qui ne faisait qu’un avec ce que la Vie a de fondamentale, les 3 Évangiles synoptiques sont en qq. sorte un reportage, celui de Jean est plus spirituel et donc plus secret ; il est possible à la suite de ces lectures de percevoir que Jésus n’est pas ce que les églises en ont fait, rien ne justifie un culte quelconque sur sa personne, ce sont les continuateurs qui ont fabriqué son personnage.
      De même que l’ancien testament n’est qu’une compilation de textes anciens et disparates dont le principal objectif a été de donner une unité a des tribus sémitiques trublionnes, le nouveau testament comporte également des textes hétéroclites qui ont été rajoutés artificiellement à l’ancien testament afin de donner une assise à une religion nouvelle et à son église, toute l’existence de celle-ci repose sur ce montage et donc sur une duperie.

    • arthes arthes 23 juillet 14:33

      @Jean Keim
      Tous les livres dits sacrés devraient être lus quand l’occasion s’en présente, d’une part ils font partie de notre culture (celle de l’humanité) et d’autre part ne serait-ce que pour savoir ce qu’ils contiennent.


      Je suis d’accord avec cela smiley

      Il y a 4 évangiles ...Ou alors je m« ai gourée ???
      Mathieu, Marc, Luc et Jean....Qui racontent la même histoire mais sous des aspects differents, Jean révélant clairement qui est Christ /le logo lui même (lequel s’incarne en Jésus lors du baptême, dans les eaux du Jourdain, par le fait de Jean baptiste, un »éclairé« et aussi le »préféré"

      Mais en effet, rien ne devrait justifier ce que les églises on fait de Jésus , sauf que notre époque matérialiste ne pouvait emmener qu’à voir en lui l’homme de chair, une sorte de prophète , et non plus le porteur de Christ , et l’église catholique , décadente, est devenue elle même matérialiste (comme beaucoup de religions)

    • Jean Keim Jean Keim 24 juillet 08:38

      @arthes
      Oui il y a bien 4 Évangiles : les 3 écritent officiellement par Marc, Matthieu et Luc et dont le plan est semblable d’où leur nom de synoptiques, et celui de Jean qui est le témoignage d’un témoin direct et ami de Jésus.

      Le témoignage de Jean est le fait non pas d’un des 12 apôtres - il ne faut pas pas le confondre avec Jea le fils du tonnerre - mais d’un disciple qui accompagnait Jésus quand les circonstances l’exigeaient.

      À tout hasard je vous joins le lien d’un article que j’ai écrit sur Jésus : 

      Je vous souhaite une bonne journée.


  • Decouz 22 juillet 10:31

    Très souvent, la plupart du temps même les gens adoptent la religion de leur milieu ou de leurs parents, il y a là une forme de consentement ou de passivité, il y en a peu qui remettent en cause ou vont voir ailleurs, comme si la nourriture spirituelle offerte leur convenait et qu’il n’y ait pas de nécessité d’aller goûter d’autres nourritures.
    En dehors de l’époque actuelle en occident et de l’abandon de la religion, en dehors aussi des périodes d’expansion lors de l’arrivée d’ un religion nouvelle.
    Sans doute ce consentement obeit à une sagesse qui veut que la religion prenne la forme mentale du peuple auquel elle s’adresse, et qu’un chinois ou un noir africain seront sensibles à des paroles et à des rites différents.
    Quand je dis que je n’exclue pas le christianisme dans les manifestations de sainteté, c’est plutôt un euphémisme, je viens juste de lire un excellent ouvrage consacré aux « Docteurs de l’Eglise » , parmi lesquels quelques femmes célèbres.
    Le Christ étant, selon Ibn Arabi, le Sceau de la Sainteté, quelle que soit la forme religieuse dans laquelle elle est manifestée. Il faut entendre la sainteté dans les deux sens : « kadish » ou « Quddus » , pureté transcendante incompréhensible, et « ’wilaya », amitié, amitié entre Dieu et les hommes, amitié et générosité du saint envers les hommes.


  • macchia 22 juillet 11:33

    Est ce que vous consentez à endurer une éventuelle atroce souffrance pour vos derniers jours ?


  • geronim23 22 juillet 15:14

    Non Eve n’est pas l’unique coupable sinon pourquoi Dieu les a-t-il chassé tous les deux ( Adam et Eve) du jardin d’Eden ? Non la femme n’est pas sous l’homme. Ils se complètent (…et les deux ne feront qu’une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux mais une seule chair. Marc 10.8). Sur les actes contre nature la bible dit « Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination (Lévitique 18 ,22). Dire que les femmes ne doivent pas être ordonnées prêtres ne sous-entend pas que les hommes soient supérieurs ou meilleurs à celles-ci. Sinon pourquoi le Christ Jésus aurait-il chargé une femme, Ste Marie Madeleine (sa fête est aujourd’hui d’ailleurs, priez pour nous) d’annoncer aux disciples (des hommes) sa Résurrection ?


  • Allexandre 22 juillet 17:42

    A l’auteur,

    Bonjour,

    Vous parlez de « fourbe » et de manipulateur", mais l’Eglise chrétienne n’a-t-elle pas été la plus grande manipulatrice de l’humanité ? Tout au moins, une des plus grandes, avec ses soeurs jumelles ?

Réagir