jeudi 31 mars 2011 - par Paul Villach

Contre la Laïcité française six religions font bloc

Elles sont venues, elles sont toutes là ! Il ne manque que la Scientologie à l’appel. C’est à désespérer ! En chœur, six religions signent une tribune commune dans Le Parisien du 29 mars, pour défendre, disent-elles, « la laïcité comme faisant partie du bien commun de notre société ». On peut être tranquille : la Laïcité est dans de bonnes mains. Ce sont ses adversaires désormais qui la défendent : après le Front national, son ennemi intime historique, ce sont ses victimes qui courent à son secours. Quand les loups les encerclent, on peut être sûr que les moutons sont bien gardés !

Le problème est que, si ces six religions ont appris à parler la langue de la Laïcité, elles n’en ont pas encore adopté la conduite. Du coup, leurs actes démentent leurs paroles.
 
I - Des paroles laïques convenues
 
Il est amusant d’entendre ces religieux parler « le laïque » ; ils ont un accent reconnaissable, celui des formules stéréotypées d’un catéchisme : « La laïcité est un des piliers de notre pacte républicain, écrivent-ils avec emphase, un des supports de notre démocratie, un des fondements de notre vouloir vivre ensemble. » « La laïcité, professent-ils encore, n’est pas séparable des valeurs fondamentales que nous partageons, en particulier de la dignité et du respect de la personne humaine et de sa liberté inaliénable. Ces valeurs qui ne peuvent s’épanouir que dans la confiance mutuelle source de paix pour notre société. »
 
On croit entendre le Néron de Racine parlant de Britannicus : « J'embrasse mon rival, mais c'est pour l'étouffer  » (2). Le moins qu’on puisse dire c’est que le partage allégué ne remonte pas à plus d’un siècle pour certaines et n’a même pas encore eu lieu pour une autre.
 
1- Quel chemin parcouru, cependant, depuis le supplice infligé en 1766 au jeune Chevalier François-Jean de la Barre raconté par Voltaire dans son « Discours Philosophique  » au chapitre « Torture » ! Le malheureux, dont une statue est aujourd’hui dressée sur les pentes des jardins du Sacré-Cœur à Paris, avait été soumis à la petite et à la grande question pour « avoir passé devant une procession de capucins sans avoir ôté son chapeau  » et « pour savoir précisément combien de chansons il avait chantées, et combien de processions il avait vues passer, le chapeau sur la tête ». Et « les juges d'Abbeville (avaient ordonné) qu'on lui arrachât la langue, qu'on lui coupât la main, et qu'on brûlât son corps à petit feu  ».
 
2- À entendre ces six religions psalmodier leur hymne à la Laïcité, on en oublierait presque qu’il a fallu plusieurs siècles de luttes violentes et de guerres pour qu’en France la loi de séparation de l’Église et de l’État soit enfin imposée par une majorité de républicains radicaux et socialistes en 1905, contre la volonté de l’Église Catholique dominante qui s’y opposera vigoureusement en rejetant d’abord les « associations cultuelles » auxquelles était confié l’usage des édifices religieux devenus propriétés de l’État. Les inventaires de ces biens se sont effectués alors dans un climat de quasi-guerre civile avec des morts. Et il ne faut pas moins que la dévastation de la Première Guerre Mondiale pour que, la fraternité des tranchées et des massacres aidant, « ceux qui croyaient au Ciel et ceux qui n’y croyaient pas » se regardent différemment et que le conflit s’apaise.
 
3- Et depuis, malgré des poussées de fièvre à l’occasion des réformes de l’école, l’Église catholique avait fini par s’accommoder et même tirer parti de cette sage séparation entre État et religion. Les compromissions du passé entre trône et autel ou sabre et goupillon pouvaient être à l’avenir évitées. L’action persévérante de certaines familles de pensée catholiques, lucides et courageuses quoique minoritaires, n’a cessé de montrer le chemin à une institution ecclésiastique acquise par tradition au monarchisme de droit divin, depuis Félicité Lamennais combattant au 19ème siècle l’aversion de l’Église pour la démocratie, jusqu’au Mouvement Républicain populaire, le MRP, à la Libération, en passant par la revue « le Sillon » de Marc Sangnier au début du 20ème siècle, la revue « Esprit » d’Emmanuel Mounier dans les années trente, ou encore aujourd’hui, la revue « Golias  » de Lyon-Villeurbanne, sans oublier les mouvements de jeunesse chrétiens et les admirables prêtres ouvriers condamnés par leur hiérarchie.
 
II - Des actes qui démentent les paroles
 
Pourquoi a-t-il fallu que les président et vice-président de la conférence des évêques de France emboîtassent le pas aux dix personnalités musulmanes qui ont lancé une pétition demandant le rejet du débat sur la Laïcité et la place de l’Islam en France ?
 
1- Ignorent-ils que par cette alliance ils jettent le soupçon sur leur attachement à la Laïcité dont ils font profession et donnaient jusqu’ici des gages ?
 
- À la différence de l’Islam dont ni la doctrine ni l’Histoire ne tolèrent l’idée même de Laïcité dans sa prétention hégémonique à gouverner la vie sociale et individuelle des personnes, l’Église Catholique a appris avec le temps à composer avec elle bon gré mal gré.
 
- Hormis la crise de 1984 et les manifestations monstres pour la défense de l’École privée, menacée par le projet socialiste de « Grand service public de l’Éducation » vite retiré, et celle de 1994 qui, en sens inverse, a mobilisé les laïcs contre la révision de la loi Falloux proposée par M. Bayrou alors ministre de l’Éducation nationale du gouvernement de Droite de l’époque, l’Église catholique a su tisser avec la République française depuis cent ans un mode de relations plutôt apaisées, régi par la loi de 1905, si on excepte la période de dictature pétainiste de 1940 à 1944. Comme la Première, La Seconde Guerre Mondiale n’y a pas peu contribué plongeant une fois de plus dans un malheur commun « ceux qui croyaient au ciel et ceux qui n’y croyaient pas » et les réunissant pour un même combat contre l’oppresseur. Qu'on aille donc, pour s'en convaincre s'il est besoin, se recueillir devant le monument élevé, place Bellecour à Lyon, aux jeunes résistants fusillés par les Nazis, qu'ils aient cru au Ciel ou non et à qui Louis Aragon a dédié son poème "La rose et le réséda".
 
2- Les évêques signataires ont-ils conscience de prendre le risque de dilapider cet héritage de paix civile ? Cette tribune remet en cause, en effet, la loi de 1905 et prétend censurer la liberté d’expression, donnant une idée de ce que celle-ci deviendrait si, par malheur, les religieux retrouvaient leur domination d’antan.
 
- Une remise en cause de la loi de 1905
 
Dans le sillage d’un Islam conquérant et intolérant, la loi de 1905 y est ouvertement mise en cause avec les euphémismes diplomatiques d’usage.
 
* « (Elle) est déjà plus que centenaire  », commencent par faire remarquer les six religions. L’insinuation par sous-entendu souligne une décrépitude inhérente à la vieillesse qui réclame « restauration ». 
 
* Les six religions feignent toutefois d’en être satisfaites : « (La loi) a permis, écrivent-ils, d’apporter depuis lors des solutions à des questions nées de nouvelles situations et des évolutions de notre société dans un monde de plus en plus rapide. Tous les cultes adhèrent sans réserve à ses principes fondamentaux tels qu’ils s’expriment en particulier dans ses deux premiers articles. »
 
* Mais comme le vaccin inocule des germes inactivés pour susciter des anticorps, ce leurre de la vaccine, ne vise qu’à faire admettre en douceur sous la flatterie une exigence latente de révision : « Mais, émettent-ils comme réserve, les modalités d’application de ces principes restent toujours perfectibles.  » Grands dieux ! Qu’y a-t-il de plus achevé et de moins perfectible dans la pensée et son expression que l’article 2 de la loi de 1905 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte  » ? 
 
- Une réglementation religieuse de la liberté d’expression
 
Pis, cette tribune contredit en acte à elle seule l’attachement affiché par ces six religions à la Laïcité en contestant l’opportunité d’un débat sur la Laïcité et la place de l’Islam en France.
 
* Les procédés d’amortissement utilisés ont beau chercher à éviter de heurter, ils ne trompent personne : les questions simulées posées portent en elles-mêmes la seule réponse implicite négative souhaitée : « Faut-il dans le contexte actuel un débat sur la laïcité ? est-il faussement demandé. Le débat est toujours signe de santé et de vitalité. Le dialogue est toujours une nécessité. Il a un rôle majeur dans une société libre, démocratique et respectueuse de la personne humaine. Mais un parti politique, fût-il majoritaire, est-il la bonne instance pour le conduire seul ? » L’hymne savoureux à la salubrité du débat de la part de religions qui ne le tolèrent pas sur elles-mêmes, ne vise qu’à le rejeter comme nuisible, selon un nouveau leurre de la vaccine.
 
* Un amalgame confirme d’ailleurs sans appel son rejet : celui-ci est carrément assimilé abusivement à une cause de discorde « N'ajoutons pas de la confusion dans la période trouble que nous traversons  », ordonnent d’autorité ces six religions. Or, que font-elles ainsi d’autre que de s’arroger le droit de réglementer dans la République la liberté d’expression en distinguant les sujets qui peuvent être débattus et ceux qui ne doivent pas l’être comme la Laïcité et la place de l’Islam en France.
 
Lors d’un précédent article (3), on rappelait la critique féroce de Beaumarchais dans « Le mariage de Figaro » : « Pourvu, s’écrie son héros dans son fameux monologue, que je ne parle en mes écrits ni de l'autorité, ni du culte, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni des corps en crédit, ni de l'Opéra, ni des autres spectacles, ni de personne qui tienne à quelque chose, je puis tout imprimer librement, sous l'inspection de deux ou trois censeurs. »
 
Par leur prétention à censurer la liberté d’expression, c’est bien trois siècles en arrière que ces six religions entendent ramener la France, si on les laisse faire : elles appellent ça « une laïcité de bonne intelligence  » ! Pas folles les guêpes ! Mais le masque de cet euphémisme cache mal l'ordre clérical dont est souhaitée la restauration.
 
On ne comprend pas que les deux dirigeants de l’Église catholique de France aient suivi aussi légèrement l’Islamisme dans son entreprise patiente de destruction de la Laïcité à la française. Faut-il en déduire que son appareil dirigeant, nostalgique d’un passé révolu, cédant à des démons à nouveau réveillés, croit pouvoir tirer parti des brèches que l’Islamisme a commencé à ouvrir en profitant de la démission des familles politiques dont les ancêtres ont été les artisans de ce mode de vie pacifié original ? Les palinodies récentes de deux responsables socialistes éminents, Mme Aubry et M. Fabius, ne peuvent qu’y inciter. On les a vu signer le même appel à rejeter le débat sur la Laïcité, avant de se dédire non pour le poison liberticide contenu dans cet appel mais seulement pour cause de voisinage trop voyant avec un islamiste sulfureux (3). Loin d’être un mode de vie définitivement acquis et établi, la Laïcité a toujours été un combat incessant, avec ses crises et ses pauses. Il est grand temps que des laïques assoupis se réveillent. Grâces soient rendues à ces six religions de s’être unies pour utilement le rappeler. Paul Villach
 
(1) « Débat sur la laïcité ? Sérénité, attention et réflexion appliquées, recommandent les responsables de culte !  » Le Parisien 29.03.2011
(2) Jean Racine, « Britannicus », Néron, IV, 3, (1669)
(3) Paul Villach, « La Laïcité menacée : Aubry, Fabius et Ramadan, même combat ?  », AgoraVox, 29 mars 2011.


181 réactions


    • Emmanuel Aguéra LeManu 31 mars 2011 14:51

      J’aime quand Christian oublie son cosmétique et se lache un peu...
      C’est plus clair.
      Quand à l’article, paul, ça craint un peu. Rétablissement des faits svp :
      Bien que profondément agnostique, je salue la réunion des ces responsables, qui ne peuvent pas évidemment (bandes d’idiots !) prendre position POUR la laïcité, mais qui prennent position contre la connerie de l’UMP, qui n’en est plus à allumer un incendie de plus ou de moins pour se maintenir à flots...
      Le problème, c’est que du Karcher à la laïcité en passant par l’homme africain qui rate le train de l’histoire ou par les charters de Roms, la seule chose positive qui sort de ce pseudo-débat avorté avant de s’ouvrir, c’est la fin de l’UMP.
      Champagne pour tous le monde !


    • Png persona-nongrata 31 mars 2011 15:00

      @ Christian Navet ,

      En attendant on se fait bien emmerder par les laicards extrémistes de ton genre et ton débat tu sais ou je me le colle ?!

    • balao 31 mars 2011 15:33

      Article ridicule.
      L’UMP veut un débat préélectoral sur la laïcité.
      Le PS s’oppose : normal.
      Toutes les personnalités de gauche sont contre : normai.
      Le premier ministre n’en veut pas : normal.
      Un certain nombre de gens de droite désertent : normal
      Les rabbins, pasteurs, moines bouddhistes refusent : pas un mot.
      L’église CATHOLIQUE exprime ses doutes. Quelle horreur ! mon Dieu !
      Il est choqué Villach...
      Recyclez donc vos vieux cours de prof, ils ne vous recruteront pas chez Golias !


    • Rounga Roungalashinga 31 mars 2011 16:24

      - Est-il justifié à l’hôpital d’exiger de choisir le sexe de son médecin ?

      Dans certains cas, oui, ça peut se comprendre.


    • Nobody knows me Nobody knows me 31 mars 2011 16:29

      Chapeau le parallèle musulmans-Kim Jong Il... De la haute voltige.

      Cdlmt


    • BlackMatter 31 mars 2011 16:59

      « - Est-il justifié à l’hôpital d’exiger de choisir le sexe de son médecin ? »
      Dans certains cas, oui, ça peut se comprendre

      Lesquels par exemple ?


    • Rounga Roungalashinga 31 mars 2011 17:34

      Je peux comprendre, par exemple, qu’une jeune fille ait des réticences à se faire examiner par un gynéco homme.


    • Leo Le Sage 31 mars 2011 18:15

      Par Roungalashinga (xxx.xxx.xxx.123) 31 mars 17:34
      « 
      Je peux comprendre, par exemple, qu’une jeune fille ait des réticences à se faire examiner par un gynéco homme »
      Précisément...

      Par LeManu (xxx.xxx.xxx.24) 31 mars 14:51
      "prennent position contre la connerie de l’UMP, qui n’en est plus à allumer un incendie de plus ou de moins pour se maintenir à flots"
      C’est exactement la raison de leur refus...
      Et l’UMP sait très bien qu’ils vont refuser, c’est pour cela qu’il insite pour que le débat sur l’identité national ait lieu...
      Ainsi on ne parlera pas de la première préoccupation des français : le chômage...

      Par BlackMatter (xxx.xxx.xxx.225) 31 mars 16:59
      « lesquels ? »
      Tuer un animal est impensable pour un hindouïste...
      De même qu’une musulmane refuse la présence d’un homme.
      L’euthanasie est aussi inacceptable pour beaucoup de gens...
      Enfin, voir la première réponse que j’ai donné...

      @agoravox
      Tiens c’est curieux mais mon article n’est pas encore sorti alors que celui ci est plus récent...
      Bizarre...
      Plein de pro FN ici sur agoravox ? smiley


    • BlackMatter 31 mars 2011 18:50

      et si le gényco femme est lesbienne ?


    • BlackMatter 31 mars 2011 18:56

      @Leo le Sage.

      « Tuer un animal est impensable pour un hindouïste...
      De même qu’une musulmane refuse la présence d’un homme.
      L’euthanasie est aussi inacceptable pour beaucoup de gens...
      Enfin, voir la première réponse que j’ai donné... »

      Il est beau dans un débat sur la laicité que vous nous renvoyez à des arguments religieux.
      D’où mon opinion qu’il ne sert à rien d’en débattre, il faut la faire respecter.
      Sinon, on ne sent sortira jamais.


    • morice morice 31 mars 2011 21:26

      Mais j« aurais fait plus simple : nos ancêtres ont mis 15 siècles à se débarrasser des curés et des évèques... »


      Pour que quelques illuminés, au XXI e siècle, croient aux hélicoptères chez les Pharaons : on avance, là en effet.

    • Emmanuel Aguéra LeManu 31 mars 2011 22:12

      @ leo
      C’est exactement ce que je voulais dire. smiley


    • Dominitille 31 mars 2011 23:53

      M. Navis,
      Sérieusement, aucun médecin homme ne m’a jamais demandé de le choisir juste parcequ’ il a un sexe différent du mien ? est-ce pour le comparer ?
      Maintenant que Mayotte est française musulmane à 95% vous allez avoir l’occasion d’allonger la liste des tirets car côté curiosités locales cela vaut son pesant de caouètes.
      Voilà une facette que l’on ne vous connaissait pas.


    • Emmanuel Aguéra LeManu 1er avril 2011 11:25

      Aux Navis, Juluch, et consorts...

      Bougez-vous un peu, merde ! mon score de moissages baisse dangereusement...
      Je mesure le peu de fierté « nationale » qui me reste au nombre de moins. Et là, franchement, les gars, vous déconnez.
      Je compte sur vous.


    • Leo Le Sage 1er avril 2011 17:42

      Par Christian Navis (xxx.xxx.xxx.147) 31 mars 13:24
      « Ce n’est pas pour qu’on se laisse emmerder maintenant par les imams et les muftis ! »
      çà donne envie de discuter avec vous... smiley

      Par Christian Navis (xxx.xxx.xxx.147) 31 mars 16:15
      « Est-il normal d’interdire le porc dans des cantines scolaires et des restaus d’entreprises »
      Si tu sais ce que mange un porc, la question se posera pour toi, religion ou pas...
      Même remarque si tu es végétarien...
      Aux USA le végétarisme gagne du terrain pour de bonnes raisons...

      « Est-il légitime d’interdire aux hommes les piscines municipales à certaines heures ? »
      Doit-on autoriser des hommes à entrer dans une piscine remplie de petites blondes d’une école primaire ?

      « Est-il justifié à l’hôpital d’exiger de choisir le sexe de son médecin ? »
      Si ma fille veut voir un gynéco ai-je forcément envie qu’il l’a touche... ?
      Si je suis une femme est-ce que j’ai envie qu’un homme me touche alors que mon mari est un jaloux ?

      « Est-il légal de laisser, sous prétexte de prière, des gens entraver la circulation et s’approprier la voie publique quand ça leur convient ? »
      Est-il légal de refuser aux musulmans de construire une mosquée ?
      En d’autres termes, si un musulman veut pratiquer sa foi, n’est-il pas contraint de le faire dans la rue/la voie publique parce que justement il n’a pas de mosquée ?

      La kipa dans la rue, c’est légal dans un lieu publique ?
      La soutane c’est légal dans un lieu publique ?

      D’habitude vous argumentez mieux... smiley


    • xray 1er avril 2011 21:05


      Qu’ils soient chrétiens ou musulmans,  les curés ne gagnent pas à voir touiller la loi 1905. 

      La loi 1905 (France) La première grande imposture du 20 ième siècle.
      http://echo-athees.over-blog.com/article-moralistes-par-devant-sans-scrupule-par-derriere-55533349.html



    • cevennevive cevennevive 1er avril 2011 21:41

      XRAY,

      « Qu’ils soient chrétiens ou musulmans, les curés ne gagnent pas à voir touiller la loi 1905. » 

      Des curés musulmans ? Chez les musulmans, ce sont des imams...

      Quant à loi de 1905, c’est la loi. Point. Reste à la faire appliquer à la lettre, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui où elle est souvent bafouée au profit d’une ou de l’autre confession. Vivre ensemble dans la paix, demande des efforts de chacun dans le respect mutuel.

      Donc XRAY, les guides spirituels des musulmans sont des imams, les guides spirituels des catholiques sont des curés.


  • Taverne Taverne 31 mars 2011 11:27

    Cette intervention est tout-à-fait logique. Sarkozy a affirmé le principe de la laïcité positive et la suprématie de la pensée du religieux sur celle de l’athée. Par ailleurs il interfère dans le religieux. Tout cela encourage le religieux à intervenir ouvertement dans la politique. C’est logique mais pas normal.
     


    • Leo Le Sage 31 mars 2011 18:17

      « Tout cela encourage le religieux à intervenir ouvertement dans la politique »
      Je suppose que c’est pour dire après aux électeurs que les religieux sont des hypocrites, parce qu’ils font de la politique... smiley

      J’ai remarqué que les rabbins comme les imams ne sont pas contre la loi 1905... smiley


    • Ouallonsnous ? 31 mars 2011 23:04

      Surtout que dans ces six prétendues religions, au moins trois sont des sectes !


    • clostra 31 mars 2011 11:52

      Il est vrai que les prescriptions de la vie courante instaurées par les idéologies politiques font basculer le politique dans le religieux :avec de nombreuses interdictions (ou autorisations) de manger telle ou telle chose, de se reposer ou non le dimanche, le samedi ou le vendredi ou le mercredi jour des enfants, de bien respecter les recommandations, les prescriptions (médicales) etc

      Les partis politiques et/ou les consensus sont en passe de remplacer les religions qui pourraient être vidées de leur sens. La laïcité est une religion (pas toujours respectueuse de l’homme et de sa liberté de dire oui ou de dire non, de s’égarer, de se retrouver, de faillir ou de défaillir) avec ses dogmes qui doivent avant tout « faire marcher l’économie » pour pouvoir donner à tous (?), disons : pour avoir la paix et la tranquillité au détriment parfois de la sécurité elle-même...sans compter que chacun fait dans son coin ses petites pratiques propriatoires, expiatoires, compensatoires, supplicatoires, pour déjouer le sort ou le destin...

      Un bon tremblement de terre et vous verrez si tout le monde ne se retrouve pas à genoux !


    • Castel Castel 31 mars 2011 12:21

      Se focaliser sur les seules ingérences musulmanes serait donc fermer les yeux sur celles conduites, avec plus de discrétion et, sinon d’intelligence, du moins de ruse, par les autres sectes

      Je pense à la scientologie. N’oublions pas que Sarko, ministre de l’intérieur, a reçu Tom Cruise à sa maison. Il est tout-à-fait possible que la scientologie soit la pièce manquante pour bien comprendre la personnalité et le parcours de Sarko : son intérêt pour la religion et l’Amérique, son goût de la manipulation et des médias. Certains disent qu’il est un agent de la CIA, je n’ai pas eu de preuve jusque là et cela me parait bizarre alors qu’il maitrise assez mal l’anglais et qu’il est assez maladroit dans la gestion des dossiers et dans ses discours. Je trouve que la scientologie peut très bien correspondre à un « complexé » comme Sarko, qui a une peur (maladive ?) de la pauvreté dû au passé familial.


    • paoum 31 mars 2011 13:02

      @ castel

      ça fait longtemps que j’y pense sans oser vraiment, merci, premier post que je lis dans ce sens..


    • Petrus 31 mars 2011 20:39

      @ [email protected]

      Excellent !

      Croire, c’est obéir.

      Penser, c’est désobéir.

      Nul besoin de penser pour obéir.

      Ne pas penser, c’est croire.


  • RilaX RilaX 31 mars 2011 11:30

    J’aime bien la référence numéro (3) ... Paul Villach cite Paul Villach smiley

    Pour en revenir au sujet, j’écoutais hier France Info au micro duquel parlait le grand je sais plus quoi du grand orient de France (franc maçonnerie). De ce que je sais de la franc maçonnerie, ce sont de farouches défenseurs de la laïcité.
    Et bien ces grands laïcs, sont eux aussi contre ce débats populiste sur la la¨cité. La raison ?
    La laïcité est un principe républicain et de ce fait, n’a pas à être débattu pour la remettre en cause.

    Après tout, qu’attends-t-on d’un débat sur la laïcité ? Que tout le monde dise que c’est important, qu’il faut l’appliquer ? Que certains la remettent en cause ? Qu’on attise les extrémistes de tous bords pour diviser pour ... ?

    Et bien je suis d’accord avec les francs maçons ainsi qu’avec les 6 religions, ainsi qu’avec Francois Baroin et François Fillon. Ce débat n’a pas lieu d’être.


    • Rounga Roungalashinga 31 mars 2011 11:46

      Exactement, si l’on instaure un débat sur la laïcité, alors il fadra laisser s’exprimer des intervenants hostiles à la laïcité, sans quoi ce ne serait pas un vrai débat. La laïcité ne peut donc qu’en sortir affaiblie, et la République laïque n’y a aucun intérêt.


    • BlackMatter 31 mars 2011 12:06

      Ca fait partie aussi de mon opinion.

      La laicité ne se débat pas, elle s’impose.

      On n’en serait pas là si certains de nos responsables n’avait pas fait mumuse avec.


    • Tarouilan Tarouilan 31 mars 2011 13:36

       Depuis des millénaires, ces religions comme toutes les sectes ou les réseaux souterrains d’intérêts communs (FM) nous enfument l’existence...

      Les religions : au hasard ; Les bonnets jaunes, sectes du Dalaï-lama, gentils ’membres’ séculiers ...sodomisant depuis des siècles, de pauvres enfants moinillons abandonnés dans leurs monastères... sans parler de leur épouvantable théocratie ayant réduit la population en esclavage avant 1949.

      Les FM : Instalés aussi bien à l’Elysée que dans les grandes structures régaliennes de l’état, ils ont corrompus totalement  : la justice, la ’police’, et de multiples seccteurs écomomiques...

      Il y en a vraiment mare.... ils faut arriver à les erradicquer .... TOUS !

       


    • epapel epapel 31 mars 2011 13:39

      Entièrement d’accord, un débat sur la laïcité est inutile et ne mène à rien. En revanche un débat sur sa non application est nécessaire mais là on jetterait un tas de cailloux dans la mare des politiques qui ont fauté.


    • supradine 31 mars 2011 14:14

      D’accord avec l’article et votre commentaire : la loi existe, elle donnait satisfactionjusqu’à présent, pourquoi ne pas simplement l’appliquer ? Pas très franc du collier ce soudain accord entre ennemis d’hier...

      Quelles sont les religieux qui font bloc : cathos, protestants, juifs, musulmans et ? M’en manque deux....


    • BlackMatter 31 mars 2011 14:50

      Je crois que de toute façon, pour la paix sociale, il est impératif que la religion reste dans la sphère privée et qu’il n’y ai aucune exception à cette règle.

      Déjà quand on voit certains débats entre religieux.

      Par exemple sur TV perso, début entre un évangéliste et un imam :

      L’évangéliste : Ma religion est la meilleure parce dans le Coran vous passez votre temps à dire que Dieu est miséricordieux alors vous incitez l’homme a pécher car il croit qu’il sera toujours pardonner...

      Et oui... Y a des chrétiens qui pensent que le Coran est un texte beaucoup trop laxiste.


    • Emmanuel Aguéra LeManu 31 mars 2011 15:18

      @ el papel...

      Oui.


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 31 mars 2011 18:33

      @ epapel

      Oui, oui, je suis tout à fait d’accord avec votre conclusion très bien vue.

      Néanmoins, je suis d’accord avec l’auteur pour voir un brin d’hypocrisie dans le soutien unanime des 6 religions à la laïcité. Il est permis de douter quelque peu de l’entière sincérité de la chose qui semble surtout circonstancielle.

      Mais ne boudons pas notre plaisir de voir la laïcité ainsi publiquement défendue et comme leManu, je dirais volontiers « Champagne ! » parce c’est quand même bien l’UMP qui se prend une gamelle...


    • Leo Le Sage 1er avril 2011 17:44

      Par Luc-Laurent Salvador (xxx.xxx.xxx.152) 31 mars 18:33
      « hypocrisie dans le soutien unanime des 6 religions à la laïcité. Il est permis de douter quelque peu de l’entière sincérité de la chose qui semble surtout circonstancielle »
      Dans les religions monothéïste, on respecte la laïcité...
      Cela fait partie des règles. Donc, il ne peut pas y avoir démagogie ou manque de sincérité de leur part.
      Je me souviens même d’avoir entendu qu’il fallait respecter les lois du pays de sa présence, quel que soit la religion monothéïste de l’individu...
      Et si vraiment, la loi du pays où ils se trouvent posent problème alors il fallait quitter le pays en question.
      Pour le moment, les lois en France ne posent pas de problème.

      Juste pour rappel, le voile n’est pas une obligation religieuse...
      Par contre si quelqu’un veut mettre un voile, je ne comprends pas qu’on l’interdise.
      La Kipa est bien autorisée...


  • criticaldistance 31 mars 2011 11:32

    Excellent article .
    Il manque l’hindouïsme à la tribune, est-ce une différence ou que l’hindouïsme est confidentiel en France
    Les clergés sont dans une relation de pouvoir avec les fidèles .
    * Dieu n’existe pas
    * Si Dieu existe, quelle en est la définition ?
    * Si Dieu existe, qui a le droit d’en donner la définition, n’est pas une atteinte à Dieu de s’arroger ce droit ?
    * Si Dieu existe, qui a le droit de le représenter, n’est-ce pas une atteinte à Dieu de s’arroger ce droit ?


    • Kergadon 31 mars 2011 23:26

      Qu’est-ce que vous nous chantez là ? Dieu existe, voyons !

      Mais à méditer sur sa création, pleine de virus, de microbes, de serpents et de sales bêtes, on en arrive inévitablement à conclure :
       . soit il est totalement nul comme créateur, et il ne mérite aucun culte, 
       . soit il l’a fait exprès, et on devrait se réunir tous les dimanches pour dénoncer sa méchanceté et son sadisme, et certainement pas pour chanter ses louanges, car on n’a rien demandé, nous, ses créatures, et il nous a mis dans un sacré pétrin, en prétendant nous aimer en plus, suprême hypocrisie.

    • Abou Antoun Abou Antoun 3 avril 2011 01:42
      Mais à méditer sur sa création, pleine de virus, de microbes, de serpents et de sales bêtes, on en arrive inévitablement à conclure :
       . soit il est totalement nul comme créateur, et il ne mérite aucun culte, 
       . soit il l’a fait exprès, et on devrait se réunir tous les dimanches pour dénoncer sa méchanceté et son sadisme, et certainement pas pour chanter ses louanges, car on n’a rien demandé, nous, ses créatures, et il nous a mis dans un sacré pétrin, en prétendant nous aimer en plus, suprême hypocrisie.

      Le véritable ami de l’homme Al Pacino dans « l’Associé du Diable »

      "Pour qui tu le portes ton sac de briques dis-moi, Kevin ? Dieu, c’est ça ? Dieu, tu sais quoi ? Je vais te dévoiler une petite info exclusive, au sujet de Dieu : Dieu aime regarder, c’est un farceur ! Réfléchis.
      Il accorde à l’Homme les instincts, il vous fait ce cadeau extraordinaire et ensuite qu’est-ce qu’il s’empresse de faire -et ça je peux te le jurer- pour son propre divertissement, sa propre distraction cosmique, personnelle : il établit des règles en opposition. C’est d’un mauvais goût épouvantable... "Regarde, mais surtout ne touche pas. Touche, mais surtout ne goûte pas. Goûte, n’avale surtout pas !" Et pendant que vous êtes tous là à sautiller d’un pied sur l’autre, lui, qu’est-ce qu’il fait ? Il se fend la pêche à s’en cogner son vieux cul de cinglé au plafond ! C’est un refoulé ! C’est un sadique ! C’est un proprio qui habite même pas l’immeuble. Vénérer un truc pareil : JAMAIS ! "


    • Emmanuel Aguéra LeManu 31 mars 2011 15:23

      T’es encore là, toi, avec ta machine de guerre... ?
      Pathétique troll, va jouer dans ta cour


    • Nobody knows me Nobody knows me 31 mars 2011 15:29

      Ils cherchent le bâton pour se faire battre ma parole !!

      Je suis sûr qu’il doit se le répéter dans son char avant de dégommer un bâtiment...
      Histoire de se convaincre.
      Un peu comme « si tu sais pas pourquoi tu bats ta femme, elle au moins elle le sait ».


  • Innsa 31 mars 2011 11:45

    « Contre la laïcité française six religions font bloc »

    Le titre de l’article est soit de la mauvaise foi, soit de la démagogie : la laicité française est inscrite dans la loi de 1905 et n’est remise en cause par AUCUNE religion.

    Ce qui est remis en cause est qu’en période de crise, alors que le chômage est a son plus haut niveau, que les entreprise françaises ont des difficultés a exporter, que le pouvoir d’achat des français est en berne, que l’école est en crise, que les affaires de corruption politique se multiplient, qu’on es en guerre en Afghanistan et en Libye, que des radiations venus du Japon vont nous tomber sur le coin de la gueule etc... le gouvernement français ne trouve rien de mieux que d’organiser un débat sur la religion.

    Ils nous ont volé le débat sur les retraites, sur l’OTAN et sur l’engagement de nos troupes en Afghanistan ou en Libye, le débat sur l’emploi est inexistant, il n’y a pas de débat sur la finance, sur l’hôpital, sur la santé, sur l’école ou sur la sécu etc. ET QUOI ? On va débattre sur les religions ? pourquoi ne pas faire un grand débat sur sur la couleur de gazon en France ?

    Il faut arrêter de suivre l’agenda de l’UMP. Qu’a apporté le débat sur l’identité nationale dans nos vies de tous les jours a part dépenser nos impots ? Que pensez vous qu’un débat sur la laicité va nous apporter ?


    • epapel epapel 31 mars 2011 13:07

      Dans le contexte actuel avec l’équipe actuelle au pouvoir et à un an de la présidentielle, c’est un débat totalement faussé.

      Ce n’est pas un débat sur la laïcité qu’il faut car ce qui est définit par la loi de 1905 est très bien et ne doit pas être remis en cause mais sur son application car c’est là que se trouve le problème.


    • philpax 1er avril 2011 22:17

      innsa

      j’ai bien aimé ton coup de gueule, en effet pourquoi un débat sur laicité , ? 
       on a compris que ceux qui veulent ce débat c’est peut être pour avoir l’occasion de la modifier a la sauce orientale ,(ce qui d’ailleurs ce fait dans la pratique ( participation au financement des mosquées sans demander l’avis des citoyen, prières sous la voie publique.......)
      soit les imams n’ont pas bien compris ce qu’est la laicité , soit ils font semblant de rien comprendre

      bon tout ça , çà fait pas baisser le prix du gaz et des loyers !


    • Abou Antoun Abou Antoun 3 avril 2011 01:54

      Ce n’est pas un débat sur la laïcité qu’il faut car ce qui est définit par la loi de 1905 est très bien
      C’est ce que beaucoup de gens pensent (la plupart), mais il existe malheureusement au gouvernement des individus qui ne partagent pas cet avis, ou adoptent des postures allant dans ce sens et destinées à favoriser la poursuite de leur carrière politique. Il y a donc bien une remise en cause du principe de laïcité.
      De toutes façons, rien, rien n’est jamais acquis. Il faut se battre pour obtenir des changements dans la société, et il faut se battre pour les conserver. La ’réaction’ quelle qu’elle soit ne désarme jamais.
      La défense nationale, l’éducation nationale, la sécurité sociale sont en train de disparaitre sous les yeux incrédules de millions de citoyens et il en va de même de notre « laïcité à la française » qui devrait être un modèle.


  • Serpico Serpico 31 mars 2011 11:49

    Paul Villach ou la mauvaise foi (!) personnifiée.

    Je vous retourne vos procédés malhonnêtes : la laïcité est l’affaire de tous ? pourquoi prétendre que les religieux n’ont pas voix au chapitre ?

    La laïcité est l’affaire de tous ? pourquoi suggérer qu’un religieux est forcément son ennemi ?

    Il est trop évident que vous n’accordez le label « laïque » qu’aux non-croyants.

    Imposteur et truqueur.


    • epapel epapel 31 mars 2011 12:33

      Le principe même de la laïcité est de circonscrire les religions pour ne pas subir leur ingérence dans la gestion des affaires publiques, c’est en tout cas ainsi qu’elle a été mise en place par la loi de 1905.

      Les religions, qui ont naturellement vocation à gérer les individus (l’église Catholique n’a reconnu la liberté de conscience qu’avec Vatican II) voir les états (l’Islam est une religion politique qui ne se sépare pas des affaires publiques), sont donc mal placées par rapport à une laïcité qui gênera toujours, fut-elle positive.

      Les religions ont naturellement voix au chapitre mais il ne faut pas se faire d’illusion sur leurs intentions, car elles sont fatalement pour une réduction de la contrainte laïque. C’est un peut comme demander aux politiques exposés au conflit d’intérêt de le définir et de le cadrer.

      Ceci dit, vous confondez les croyants (les fidèles) avec les clercs (ceux qui les dirigent). Par exemple dans la perception du christianisme, un croyant qui n’est pas associé à l’exercice du sacerdoce est un laïque, la population est donc en fait constituée de 99,999% de laïques.


    • epapel epapel 31 mars 2011 13:42

      Je vous retourne vos procédés malhonnêtes : la laïcité est l’affaire de tous ? pourquoi prétendre que les religieux n’ont pas voix au chapitre ?

      D’accord, mais pourquoi veulent-elles empêcher le débat ?


    • Serpico Serpico 31 mars 2011 14:45

      epapel : « D’accord, mais pourquoi veulent-elles empêcher le débat ? »

      *********************

      C’est Villach qui charge la mule en titrant « Contre », alors que ça n’a strictement rien à voir.

      Ce qui est frappant, c’est la coalition des « représentants » des religions : ils perçoivent très bien qu’il y a une instrumentalisation du concept. ici même, on introduit beaucoup de militantisme dans la notion de laïcité.

      Or la laïcité n’est pas là pour contrer les religions comme vous le prétendez mais pour garantir la liberté de chacun en matière de croyance et, DONC, la liberté de culte.

      Comme dans la plupart des mouvements dans les pays sous-développés, on commence en France à confondre athéisme et laïcité.

      D’autre part, je mets au défi quiconque de me démontrer que le citoyen (ou l’individu) est « tenu » d’appliquer la laïcité. Ce qui se passe en France est assez grave. Même le ministre de l’intérieur veut soumettre les citoyens à l’observance des « principes » laïcs. Or, c’est à l’Etat de respecter la laïcité dans ses rapports avec les citoyens et NON l’inverse.

      En résumé, la laïcité s’impose à l’Etat et non à l’individu : que je porte un voile ou un kilt et dans n’importe quel endroit, la laïcité ne devrait pas me l’interdire. Au contraire !

      Car en quoi prter des signes religieux, même OSTENSIBLES, menacerait-il la laïcité de l’Etat ?

      A part les faux-jetons dotés d’une âme de concierge, intolérants et hypocrites...


    • Serpico Serpico 31 mars 2011 14:52

      epapel : "Ceci dit, vous confondez les croyants (les fidèles) avec les clercs (ceux qui les dirigent). Par exemple dans la perception du christianisme, un croyant qui n’est pas associé à l’exercice du sacerdoce est un laïque, la population est donc en fait constituée de 99,999% de laïques.« 

      ********************

      Je ne confonds rien du tout et je me demande d’ailleurs d’où vous tirez cette déduction (à moins que vous n’ayez déjà une idée sur ce que je pense).

      Je sais très bien distinguer laïcs et laïques. Je suis laïque en tant que citoyen et laïc en tant que croyant non-prêtre dans mon église. Je peux même être laïc non-laïque.

      D’accord ?

      De plus, aussi étonnant que ça puisse paraître, c’est la même chose en Islam. Il y a des croyants qui ne pratiquent pas du tout sans pour autant se sentir hors religion. Ils défendent la liberté de chacun d’avoir le culte qu’il veut.

      Affirmer que l’Islam est une religion qui combat la laïcité est un peu rapide. Vous êtes saturé »d’infos" savamment matraquée et ignorante.


    • Serpico Serpico 31 mars 2011 14:59

      epapel

      Et comment ne pas rejeter un « débat » voulu par un toqué du christianisme, qui rappelle à tout bout de champ les racines chrétiennes et même judéo-chrétiennes de la France ?

      Au-delà de l’imposture, comment ne pas voir que ce zigoto ne vise qu’une religion et ne fait que louvoyer hypocritement ?

      S’il faut être honnête en France, c’est le moment ou jamais.

      Avant de brandir un point Godwin, voyez les parallèles qu’on peut faire :

      Les musulmans veulent conquerir la France et l’Europe

      Les musulmans se regroupent en communauté

      Les musulmans ne s’intègrent pas...

      Les mêmes arguments sont cycliquement brandis par les mêmes racistes.


    • BlackMatter 31 mars 2011 16:06

      « En résumé, la laïcité s’impose à l’Etat et non à l’individu : que je porte un voile ou un kilt et dans n’importe quel endroit, la laïcité ne devrait pas me l’interdire. Au contraire ! »


      Je pense Serpico que vous vous trompez.
      Dans les services publics par exemple, je pense que certains signes sont indésirables.
      Que pensez d’une fonctionnaire au guichet qui porterait le voile intégral ?
      Ne serait ce pas une violation de la neutralité de l’Etat ?
      Un usager de même confession ne serait il pas tenter d’aller voir cette guichetière plutot qu’une autre afin d’obtenir certains avantages ?


    • Serpico Serpico 31 mars 2011 16:28

      BlackMatter

      Un fonctionnaire qui porterait un voile ou autre chose, cela relève de l’ordre public et non du respect de la laïcité.

      Exemple : en Algérie, il est interdit de présenter des photos d’identité « voilé » pour avoir une CNI. C’est de la simple règlementation.

      Pourquoi Sarkozy a-t-il éprouvé le besoin en 2002 d’en faire tout un plat ?

      Il suffisait (et il suffit) d’appliquer la Loi et la Règlementation.

      C’est aussi simple que ça.


    • Serpico Serpico 31 mars 2011 16:29

      BlackMatter

      De plus, un fonctionnaire représente l’Etat. Or j’ai dit que l’Etat devait respecter la laïcité.

      Aucune contradiction.


    • BlackMatter 31 mars 2011 17:38

      Oui Serpico...

      Mais dans un état républicain et laic, où commence l’ordre public et où comme la laicité ?

      Vous dites que l’on devrait être libre de s’habiller ou de porter les signes religieux que l’on veut dans la rue... Moi j’ai rien contre si l’ordre public est respecté et qu’il n’y a pas de risque pour la sécurité. Mais en droit administratif français, l’ordre public est l’état social idéal caractérisé par « le bon ordre, la sécurité, la salubrité et la tranquillité publique ». Et ce sont les lois votées par le législateur qui définissent finalement ce qui constitue un trouble à l’ordre public.

      Si le parlement estime par exemple qu’il y a un risque de trouble à la tranquilité publique ou à la sécurité à porter tel ou tel vetement, c’est son droit. Après tout, il est interdit de se promener nu dans la rue, pourquoi ne serait il pas interdit de se promener en burqa ?
      De plus, dans un période de tension entre communautés et pour la paix sociale, je pense que justement les signes religieux devraient être prescrit dans tout l’espace public et pour toutes les religions. Mais il n’y a pas que dans la religion qu’on peut faire des interdictions préventives. Je pense par exemple à certains matchs PSG-OM où les supporters ont été interdits de déplacement par mesure de sécurité.

      Quand les choses seront apaisés, quand certains conflits prendront fin (on peut rever), quand tout le monde admettra que les lois de la République s’applique prioritairement aux lois « divines » sur le territoire et que chacune des différentes religions sera assez humble pour admettre qu’elle ne détient pas forcément la vérité, on verra. Mais on n’y est pas...

      Pour Nicolas Sarkozy je suis d’accord. Il aurait pu traiter les choses de manière bien plus intelligentes en évitant de stigmatiser les jeunes ou les musulmans pour masquer sa propre incompétences à faire respecter les lois déjà existantes. Malheureusement, je ne crois pas qu’il faille attendre beaucoup plus de finesse de la part de ce personnage. Mais avouons aussi que c’est de renoncement en renoncement de la part de tous, que nous en sommes arriver là.

      Si le principe de laicité et la lutte contre le communautarisme était appliqués comme ils étaient appliqués il y a 30 ans, on s’en porterait tous mieux. Sous prétexte de lutter contre la discrimination, on s’est assis sur certains principes tout en oubliant que c’est eux qui permettait l’intégration en société. Résultat : jamais le racisme et la discrimination n’ont été aussi fort et jamais certains jeunes et les musulmans n’en ont été aussi victimes. Il est temps de faire un retour arrière et réaffirmer nos valeurs en appliquant tous simplement les lois en vigueur, sans chi-chi et sans bla bla.


    • Nobody knows me Nobody knows me 31 mars 2011 18:24

      Si le parlement estime par exemple qu’il y a un risque de trouble à la tranquilité publique ou à la sécurité à porter tel ou tel vetement, c’est son droit.

      Les vêtements dangereux, c’est balaise. Faut y faire gaffe.
      La question va maintenant être : on s’arrête quand ?
      La tranquillité/l’ordre public a toujours bien aidé les gouvernants pour museler ceux qui avaient un peu trop de gueule.

      Ah mais si !! Il y a bien cet accoutrement bleu marine, souvent complété d’une cuirasse, d’un casque et d’une matraque. Je ne sais pas de quel club sont ces supporters, mais ils foutent un bordel quand ils s’y mettent !
      En effet, il est urgent de légiférer et de durcir la loi !

      Cdlmt


    • BlackMatter 31 mars 2011 19:02

      Non...

      Le port intégral est un risque pour la sécurité.
      Si la personne en dessous n’est plus identifiable, qu’est ce qui vous dit que c’est une femme musulmane ?

      Ca pourrait etre un homme qui cherche à se cacher du public ou des caméras ou pire encore qui s’apprete à commettre un délit et qui utilise ce subterfuge pour rester masqué.

      C’est un vrai problème.


    • BlackMatter 31 mars 2011 19:05

      D’ailleurs, je voudrais juste rappeler que pour les mêmes raisons, on interdit désormais les cagoules dans les manifestions sans que cela est la moindre relation avec la religion (fait puni de 1500 euros d’amende)


    • Petrus 31 mars 2011 20:25

      @ Serpico

      « En résumé, la laïcité s’impose à l’Etat et non à l’individu : que je porte un voile ou un kilt et dans n’importe quel endroit, la laïcité ne devrait pas me l’interdire. Au contraire ! »


      Pas d’accord du tout du tout du tout : car les religions monotheistes sont par essence hégémonique. Une liberté totale accordée aux signes religieux dégénérerait très vite en revendication agressive la plus visible possible, avec tous les débordements imaginables ; votre « ordre public » se ferait vite submerger.

      L’arme principale des religions, c’est la femme, et les munitions ce sont les enfants ! Le but premier des familles très croyantes chrétiennes est de faire le plus d’enfants possible, petite armée dréssée au goupillon à fin de prosélytisme (voir la multitude de « chantiers » jésuites partout dans le monde auquels tous ces enfants décérébrés participent activement). Idem en Islam, où les enfants sont éduqués au seul respect du coran ; l’islam a compris depuis longtemps l’intérêt évident de la polygamie : quelques générations pacifiques suffisent à désorganiser un état, uniquement par le paraître ! On peut voir aussi ce que la liberté du vêtement et la coiffe en tant que signes religieux peut donner en Israël...

      Imaginez ce qu’il en résulterait ! Déjà, même une obligation de vivre nu serait obsolète au vu de la flopée de croix chrétiennes tatouées ostensiblement partout sur les corps ! On ne peut même plus rêvasser à poil sur une plage sans voir passer une croix tatouée !!! C’est fou !

      La laïcité c’est l’interdiction de tout signe religieux, à commencer par ceux de la religion « historique » ( en France donc le christianisme), pour montrer l’exemple aux autres.

      Marre-marre-marre des religions ! Déjà on ne peut les éviter dès que l’on fourre le nez dans l’histoire des civilisations, de l’art, de la géographie, etc..., nous pourrions au moins être tranquille dans notre vie désormais laïque de tous les jours !


    • BlackMatter 31 mars 2011 20:43

      Par ailleurs, il est inutile d’insulter ceux qui défendent la laicité avec fermeté en les traitant de raciste ou d’electeur d’extreme droite.

      J’ai voté une cinquantaine de fois dans ma vie et je n’ai jamais voté FN.

      Je fais partie de la gauche laic, au vrai sens du terme, qui respecte vraiment les religions mais qui pense qu’on ne peut vivre ensemble qu’en respectant des règles communes qui ne prétendent pas découler d’un eventuel droit divin.

      A ce titre par exemple, je pense qu’il est inadmissible à Lille d’avoir prévue des horaires spéciaux pour les femmes musulmanes à la piscine. Si je combat la droite, je pense que certains bobo de gauche sont aussi responsables de la situation qui fait qu’on demande toujours plus à la république de reculer.

      Mais je ne suis guère plus tendre avec des gens comme BHL qui lui s’emerveille constamment devant les réactions d’Israel.

      Quand à l’eglise chretienne, y a le meilleur comme le pire.

      Moi je ne sais pas si Dieu existe et il n’y a aucune preuve de son existence. Je ne vois pas pourquoi la république devrait prendre compte pour établir ses règles d’hypothèse certes anciennes mais très loin d’etre démontrées tout en étant non réfutable. La religion c’est donc de la croyance et on ne fonde pas les lois sur des croyances aussi noble soit telles.


    • epapel epapel 31 mars 2011 22:12

      Loi de 1905
      Art. 28.- Il est interdit, à l’avenir, d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l’exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions.

      Dans l’esprit, ça pouvait très bien s’appliquer à tout port de signe ou emblème religieux, et il est bienvenu que des lois récentes l’aient enfin formalisé.


    • Abou Antoun Abou Antoun 3 avril 2011 01:10

      La religion c’est donc de la croyance et on ne fonde pas les lois sur des croyances aussi noble soit telles.
      Bien entendu, les religions proposent à leurs adeptes des visions du monde différentes et surtout contradictoires. Elles sont donc potentiellement (et pratiquement) conflictuelles. Prendre une religieux au sérieux, c’est pour l’appareil d’état commencer à prendre parti. Le poids des monothéismes est en Europe bien trop lourd, ces religions sont d’une certaine façon les pires à cause de leur emprise totalitariste sur l’esprit des gens.


    • Abou Antoun Abou Antoun 3 avril 2011 02:04

      Car en quoi porter des signes religieux, même OSTENSIBLES, menacerait-il la laïcité de l’Etat ?
      Porter ostensiblement des signes religieux c’est afficher sa différence. On n’oblige pas les gens à être tous les mêmes mais dans la vie en société il est préférable de rendre évident ce qui unit les hommes plutôt que ce qui les divise.
      Je suis évidement contre les prières dans les rues, mais dans le même ordre d’idées on doit également supprimer les ’processions’ qui sont des manifestations sur la voie publique. Il est d’ailleurs curieux que personne ne fasse ce rapprochement :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Procession_%28cort%C3%A8ge%29


    • BlackMatter 3 avril 2011 18:15

      Je ne crois pas qu’il faille interdire toute procession ou évènement religieux publique.
      D’ailleurs ces processions sont soumises à autorisation préfectorale (accordée généralement uniquement s’il existe effectivement une tradition religieuse en ce sens).

      Moi je ne vois pas par exemple pourquoi on empecherait les musulmans de fêter publiquement la rupture du jeun pourvu que cela se fasse dans le respect de l’ordre public et que les demandes d’autorisations aient été validées.

      Pour la prière dans la rue, ca n’est quand même pas la même chose. Aucune autorisation ayant été délivrée, il s’agit d’un acte illégal. Et puisque ce n’est pas une tradition religieuse que de prier dans la rue tous les vendredis, ca ne peut être soumis à autorisation. De surcroit l’argument du manque de mosquée est faible. Dans les églises catholiques, il y a plusieurs messes le dimanche, on peut choisir son heure et ça desengorge l’église lors d’evenements particuliers. Or rien n’empeche l’imam de prévoir plusieurs séances de prière le vendredi : la sourate 62 verset 9 impose certe d’invoquer Allah mais n’impose ni lieu ni horaire. L’argument ne tient pas donc.

      Pour la laicité, je rappelle que certe la république défend la liberté de culte mais l’article 2 de la loi de 1905 est très clair : elle ne reconnait aucun culte. Aucun argument religieux ne peut donc lui être opposé concernant les règles et loi qui régente l’espace et la vie publiques.


  • epapel epapel 31 mars 2011 11:56

    Excellent article de Paul Villach.

    C’est la réponse du berger religieux à la bergère étatique qui ne l’a pas volé.

    En début de mandat, Sarkozy avait prôné la « laïcité positive » qui est en fait une forme de complaisance vis à vis des religions contre la « laïcité de combat » qui n’existe plus depuis longtemps. Ce que contestent maintenant les religions, c’est la remise en cause possible de la « laïcité positive » qui les arrangent bien mais qui est une fausse laïcité.

    Le problème de ce débat qui pourrait être très utile voire indispensable, c’est qu’il est miné par des considérations politiciennes pour contrer le FN et par les maltraitances opérées sur la laïcité par le pouvoir actuel pour s’attirer les bonnes grâces des religions.

    Un tel débat peut-il être mené par un pouvoir qui s’est dé crédibilisé sur la question ?

    La gauche ne devrait-elle pas promettre de renvoyer ce débat en 2012 à la place de la critique stérile actuelle si elle prend le pouvoir mais est-elle claire sur ce sujet ?


    • Abou Antoun Abou Antoun 3 avril 2011 01:19

      En début de mandat, Sarkozy avait prôné la « laïcité positive » qui est en fait une forme de complaisance vis à vis des religions contre la « laïcité de combat » qui n’existe plus depuis longtemps.
      C’est exact, la « laïcité de combat » était en voie de disparition parce que le problème religieux ne se posait plus dans la société française. La religion (majoritairement chrétienne) était retournée à sa place et avait plus ou moins accepté cette situation. Mais la réapparition de religions revendicatives et démonstratives, entrainant dans leur sillage les religions ’traditionnelles’ et ’résignées’ doit relancer la « laïcité de combat ».
      Pour retrouver certaines de leur prérogatives, les dignitaires chrétiens n’hésitent pas à s’aligner sous le drapeau de l’islam. Quand ils seront devenus minoritaires leur sort sera celui des chrétiens d’orient, dhimmitude dans le meilleur des cas, extermination dans le pire (Irak, Egypte, Pakistan).


  • bo bo 31 mars 2011 11:57

    Cher Paul.

    Très bon article....Pour le pauvre chevalier de La BARRE sa tante qui était supérieure d’un couvent n’a rien pu faire.
    Mais qui lit VOLTAIRE et les autres philosophes ?..
    L’éducation nationale a tué l’instituteur de la 3 ét 4éme république.
    L’instruction civique a été jetée dans les poubelles.
    Alors les religions « cet OPIUM du peuple »..occupent le terrain laissé libre par la démagogie de nos politiques de plus en plus lâches...qui eux ne croient plus en rien ( sauf en eux-mêmes, à l’argent et à leurs privilèges).
    Les médias asservis, décervelés jouent du tambour à hue et à dia.
    Plus de réflexion sur l’homme et la société...à par les « statistiques » ...(le pire des mensonges au service de l’asservissement comme l’a écrit DISRAELI..).
    Les religions elles sont toutes contre l’avortement, toutes contre le divorce, toutes contre les différentes orientations sexuelles, toutes contre la liberté d’expression. ........ elles rêvent de remettre en vigueur les interdictions de livres, de films... de reprendre le contrôle de la vie sociale de chacun de nous... avec obligation des offices religieux du vendredi au dimanche...sans oublier les pèlerinages et les indulgences.
    Quand elles auront pris totalement le contrôle de notre vie...leur coalition éclatera et elles reprendront leur fonction première s’entrégorger au nom de DIEU.....
     :->


    • Ray Volté 31 mars 2011 14:30

      Bien dit Paul.

      Les méfaits des religions sont trop nombreux pour qu’on leur accorde la moindre confiance. Il ne faut pas discuter avec elles. Il faut les combattre jusqu’à leur anéantissement, cela ne peut se faire que par l’éducation, la culture philosophique, un langage vrai. Le seul credo des religions, ASSERVIR LES PEUPLES. La lecture de l’ancien testament m’a convaincu de la nocivité des religions. Pas un mot de tolérance, de bonté. mais l’apologie de la trouille de la mort. Je suis un dieu vengeur, etc.. etc .. Ces mots guerriers pullulent. Que les religions du livre s’entendent et prennent le pouvoir, et c’en sera fini de la liberté. l’esclavage sera rétabli. Il faut être plus que naïf pour croire en leurs mensonges. L’inquisition n’a pas été établie par des penseurs libres, mais par des moinillons obscurantistes, des papes vengeurs. Sans exceptions les religions ne souhaitent que l’asservissement des individus. Les fauteurs de guerre religieux n’ont pas déposé les armes, soyons vigilants et ne nous laissons pas abuser par les discours des religieux. Les drogues mentales sont plus dangereuses que les cocaïne et héroïne réunies.

    • Nobody knows me Nobody knows me 31 mars 2011 16:47

      Les méfaits des religions sont trop nombreux pour qu’on leur accorde la moindre confiance.

      Et les méfaits du reste du monde, vous en faîtes quoi ??

      Cdlmt


    • icap 1er avril 2011 14:09

      Cher par bo,

      Etre laïque et avoir une religion est possible. Si effectivement les religions ont des principes de partage, d’égalité et des principes moraux communs à priori ce sont ceux aussi pris par la laïcité (et fort heureusement). Ensuite on peut débattre sur les autres principes et il ne faut pas forcément être religieux pour être contre l’avortement (sachant qu’il y’a beaucoup de couples qui serait ravi d’adopter). Tout de façon la vrai raison de l’opposition du « débat » était pour arrêter net l’UMP dans sa récupération des voix du font national.
      A l’époque des allemands c’était contre les juifs. En France récemment c’était contre les roms et maintenant les muslmans. Je trouve cela une très bonne chose que les différents responsables religieux en France ait eu le courage de dire stop !!

      A bon entendeur
      icap


    • Abou Antoun Abou Antoun 3 avril 2011 00:47

      Quand elles auront pris totalement le contrôle de notre vie...leur coalition éclatera et elles reprendront leur fonction première s’entrégorger au nom de DIEU.....
      C’est ce que nous enseigne l’histoire, et c’est ce que nous voyons encore aujourd’hui dans certaines parties du monde.
      C’est ce qui nous attend si l’État n’adopte pas la seule attitude raisonnable : « ignorer par principe les religions », les combattre quand elles sont par leur pratique en contradiction flagrante avec les droits élémentaires de la personne (mutilations rituelles pratiquées sur des mineurs, appel au meurtre, etc.. etc...). L’État ne doit jamais se laisser impressionner par l’importance des communautés religieuses. Les ’grandes’ religions ne sont après tout que des sectes qui ont ’réussi’.


  • Cocasse cocasse 31 mars 2011 11:58

    Je n’ai pas trop suivi, c’est lesquelles ces 6 religions ?


  • clostra 31 mars 2011 12:00

    Avant Tadéi, il y avait une contre-émission : la restauration des temples romains érigés aux divinités antiques qui déjà, comme tout parti politique dominant, veillaient sur le bon déroulement des opérations sur le fleuve Rhône, apportant richesse et prospérité à la région et à tout l’empire romain. Des divinités renommées d’après les dieux grecs.

    Mars, Vénus, Jupiter... Se posait la question de savoir si Vénus était vierge et mère...Culture !


  • Robert GIL ROBERT GIL 31 mars 2011 12:03

    Dans un monde idéal, aucun signe religieux ne devrait être permis à l’intérieur des instances de la République, ni aucun élu ayant des accointances avec des groupes d’intérêts privés ne devrait y siéger. Pourtant de nombreuses personnalités politiques vont régulièrement à l’université d’été du Medef ou au diner du Crif ! La laïcité nous permet de vivre ensemble, malgré nos différences d’opinions et de croyances. Ce n’est ni une négation de la religion ni une négation de la sphère privée. La laïcité c’est simplement le refus de l’Etat de se soumettre à quelque idéologie partisane que ce soit.

     

    Lire....
    http://2ccr.unblog.fr/2011/01/25/vous-avez-dit-laicite/


  • Rousquille Rousquille 31 mars 2011 12:07

    Je trouve scandaleux que les religions rejettent le débat, qui me semble indispensable dans une société démocratique, et je ne peux que lamenter l’alliance de fait qui s’instaure entre l’église catholique et l’islam (mais le pape n’a-t-il pas souhaité l’intégration de la Turquie dans l’Europe ?).

    Cela dit, il faut se mettre à la place des religions. Non pas à la place de religions folkloriques moumounes comme la secte humanitariste de Vatican II, mais à la place de croyants qui croient vraiment à leur credo et à leur Dieu. Cette laïcité que l’on prétend instaurer et que l’on vante ne peut être pour eux qu’une injure permanente à leurs convictions les plus importantes. La laïcité n’est pas neutre, comme elle veut le faire habilement croire, car il n’existe pas de neutralité en matière morale. Et même si elle existait, cette neutralité, elle serait une prise de position : une prise de position CONTRE les religions. Car enfin qu’est-ce que la laïcité sinon la prédication de l’indifférence religieuse , quand ce n’est pas celle de l’anticléralisme et du satanisme maçonnique ? 

    Quand l’Etat dit : « Croyez au dieu qui vous plaît le plus », que fait-il d’autre que proclamer comme vérité le relativisme dans lequel c’est l’homme qui juge Dieu (au lieu du contraire) ? Quand l’autorité proclame le relativisme comme doctrine offcielle, toutes les religions (surtout les monothéistes qui sont par essence exclusives) se sentent menacées. Si elles ne réagissent pas, c’est qu’elles sont é-nervées, flasques, exsangues.
    Je me souviens d’un passage à l’aéroport Charles de Gaulle : à côté de la file d’attente avant la fouille corporelle se dressait une publicité montrant une femme quasiment nue. Cela à première vue n’est pas de la propagande religieuse, mais le fait est que ce type d’images est une gifle aux sentiments de pudeur que veulent inculquer toutes les religions et une invitation à la débauche, d’où s’ensuit la désintégration du lien familial. De quel droit les impose-t-on dans l’espace public ? Les croyants doivent-ils accepter d’être constamment violés dans leurs convictions, déstabilisés, agressés au nom de la « liberté » ?

    Par conséquent, il est normal que les musulmans, qui sont les seuls à résister au raz-de-marée de la propagande matérialiste antitraditionnelle parce qu’ils en sont restés à la mentalité d’avant les prétendues Lumières, se sentent très mal à l’aise et tentent de se créer un espace sain et saint pour eux-mêmes. Certains catholiques qui trouvent également insupportable la pression constante à la consommation et à la licence ont pris le parti de s’écarter du « monde » et de vivre en communauté. Pour la plupart des français d’aujourd’hui, cela relève de l’intégrisme et du fanatisme, mais leur jugement ne fait que refléter un autre fanatisme, celui du rejet de la religion, qui est devenu la norme et donc passe inaperçu.

    Puisque la laïcité est une doctrine fondée sur le matérialisme et donc une religion à l’envers—et non une sorte de vision rationnelle inattaquable, une sorte d’équivalent de la Science dans le domaine de la morale et de la politique—, pourquoi devrait-elle s’élever au-dessus des autres et leur imposer ses normes ? Voilà ce qu’un croyant est en droit de dire et sa remise en cause est justifiée.

    De plus, si la laïcité est une religion chrétienne devenue folle qui ne dit pas son nom, qui, comme le christianisme, est violemment prosélyte, universaliste et totalitaire (comment le nier ???), n’est-il pas normal qu’elle suscite la violence et le conflit ?

    J’aimerais faire remarquer à ce sujet que si nous étions encore au stade du polythéisme, nous n’aurions pas tous ces conflits insolubles. Dans le polythéisme, chacun se choisit un dieu, qui n’est qu’une sorte de représentant régional de la divinité suprême, et personne n’ennuie son voisin ni ne cherche à le gagner à ses mythes (les religions païennes n’ont pas de dogmes). Quant à la divinité suprême, eh bien, on ne lui donne pas de nom (on se souviendra de l’épisode où Paul de Tarse voyant un autel dédié au dieu inconnu à Athènes, prétendit dévoiler qui il était à ses auditeurs goguenards).

    Une fois que l’on bascule dans le monothéisme avec sa prétention inouïe à mettre directement en rapport Dupont avec la source éternelle de Tout via une doctrine et un clergé spéciaux, on entre dans la confrontation pour peu qu’il y ait autre chose que le Dieu en question dans la cité. Et si en plus la croyance détermine une destinée éternelle unique de tourments (ou de délices), on sombre dans le drame.

    La question qu’il faudrait se poser est celle-ci : pourquoi n’y a-t-il pas de conflits religieux en Chine (ou dans la Rome antique) ? N’y aurait-il pas quelque chose à apprendre de ce côté-là ?

     


    • jef88 jef88 31 mars 2011 15:06

      "Certains catholiques qui trouvent également insupportable la pression constante à la consommation et à la licence ont pris le parti de s’écarter du « monde » et de vivre en communauté"
      Ce n’est pas nouveau et n’a rien a voir avec la consommation : le monachisme a commencé vers le 4ème ou 5ème siécle.


    • Abou Antoun Abou Antoun 3 avril 2011 00:53

      Quand l’Etat dit : « Croyez au dieu qui vous plaît le plus »,
      Ce n’est pas cela le principe de laïcité c’est :
      « Croyez en un dieu si vous voulez, de toutes façons je ne veux pas savoir lequel, cela ne regarde que vous et votre pratique doit être en accord avec les lois de la république ».


  • Rousquille Rousquille 31 mars 2011 12:11

    Contrairement à ce que vous pensez le FN est très attaché à la laïcité. Vous retardez d’une guerre...


  • Vilain petit canard Vilain petit canard 31 mars 2011 12:13

    Encore une annonce de débat bruyante et inutile, on est bien en Sarkozie... Franchement, les Français s’en branlent de cette laïcité avec laquelle on nous casse les oreilles. A quand un débat républicain sur le prix de l’essence et les fins de mois difficiles ? Là les gens s’y intéresseraient.


    • Nobody knows me Nobody knows me 31 mars 2011 13:46

      Il est beau son cha-char au monsieur.
      Dîtes, ça servirait pas à ingérer un petit peu par hasard ça aussi ?
      En tout cas un peu plus qu’un signe ostentatoire non ?

      Cdlmt


    • Nobody knows me Nobody knows me 31 mars 2011 14:02

      « Les gens en ont marre », « les gens ça les intéresse », ... C’est un peu facile comme formules.
      A moins que vous ne connaissiez personnellement à peu près 35 millions de français (en considérant que « les gens » représente la majorité des français), aucun raisonnement logique ne permet de prouver que vous ayez raison.
      Bon, j’encule un peu les mouches, mais c’est de bonne guerre... Rapport au char... LoooooLzzz !!

      Cdlmt


    • jaja jaja 31 mars 2011 16:21

      Rien que pour toi Juluch ....

      Appel pour une mobilisation nationale et unitaire contre le racisme, la politique d’immigration du gouvernement et pour la régularisation des sans-papiers

      Au lendemain de la victoire de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle de 2007 était créé, pour la première fois dans l’histoire de la République, un ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Co-développement. Depuis, des dizaines de milliers d’étrangers en situation irrégulière, hommes, femmes, enfants, sont traqués, arrêtés et expulsés, y compris dans un pays en guerre comme l’Afghanistan. Voulue par le chef de l’Etat, mise en œuvre par ses gouvernements successifs, le ministère de l’Intérieur aujourd’hui, et soutenue par l’UMP et ses alliés à l’Assemblée, cette politique est inacceptable car elle viole des principes humanitaires élémentaires et des dispositions internationales ratifiées par la France. A cela se sont ajoutés les effets désastreux du pseudo-débat sur l’identité nationale puis la chasse aux Roms.

      Pour que cesse cette situation qui porte atteinte à des droits fondamentaux, menace gravement le droit d’asile et ruine l’existence des personnes étrangères visées, nous appelons à une manifestation nationale et unitaire au mois de mai 2011, à la date anniversaire de la création du ministère de l’Immigration qui perdure aujourd’hui sous une autre forme.

      Nous exigeons sa suppression, l’arrêt immédiat de cette politique et la régularisation des sans-papiers.

      Pour signer l’Appel et prendre connaissance de l’ensemble des signatures collectives et individuelles : http://www.reseau-terra.info/wordpress/?p=641

      Organisations politiques : • Association des communistes unitaires (ACU) • Les Alternatifs • Europe Ecologie les Verts (EELV) • La Gauche Unitaire • Mouvement Jeunes Communistes • Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) • Parti Communiste Français (PCF) • Parti des indigènes de la République (PIR) • Parti Occitan • Union Démocratique Bretonne (UDB) • Les Jeunes Verts

      Syndicats : • FGTE-CFDT (fédération générale des transports et de l’équipement) • CGT - Fédération de l’Éducation, de la Recherche et de la Culture (FERC) • CGT - Syndicat National des Travailleurs de la Recherche Scientifique (SNTRS). • CGT - Educ’Action (UNSEN). • CGT - FERC Sup (enseignement supérieur - national). • SOLIDAIRES • SOLIDAIRES-Justice • SUD-Education • Fédération SUD Etudiant • SUD Etudiant 34 • Sud Santé sociaux 80 • Fédération Solidaires SUD Emploi • Syndicat de la Magistrature • UNSA Santé Oise (60).

      Organisations : • ABCR - Association biterroise contre le racisme, Béziers (34). • Amoureux Au Ban Public, collectif Marseille, France • Association La Maison du Monde d’Evry • Association des Elus Progressistes de Bretagne (AEPB) • ASAPA - Amitié Solidarité Avec le Peuple Algérien (Evry). • Association "93 au coeur de la République." • Association BALLON ROUGE Aubagne (13). • ALDA - Association de Lutte contre les Discriminations (Alsace). • Association les Mille et Une Vies de Fibuline (Tramayes 71) • Association de soutien aux étrangers du Val-de-Marne (94).• AHSETI - Association havraise de solidarité et d’échanges avec tous les immigrés (Le Havre). • Association La Passion ne Chôme pas. • ASTI des Ullis • ARDLFM - Association pour la Reconnaissance des Droits et Libertés aux Femmes Musulmanes.• ATTAC - Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne (national) • Association Réveil des Consciences. • Association « Tous égaux sous un même drapeau. » • Association Sortir du colonialisme. • AUBER SANS LA PEUR Comité de Vigilance d’ Aubervilliers contre l’Expulsion des Familles et Elèves Sans-Papiers • CAPJPO-EuroPalestine. • CLAP - Contre Les Abus Policiers, Gironde (33). • Clichy Solidarité Palestine. • Collectif antiraciste de Saint-Denis • Collectif CO.U.R.R.I.E.L. • Collectif de l’Eure de Soutien Wei-Ying et Ming aux Mineurs et Jeunes Majeurs Scolarisés Sans Papiers • Collectif des Musulmans de France. • Collectif de soutien de l’EHESS aux sans papiers et aux migrant-es• Collectif Féministes Pour l’Egalité. • CIVCR - Collectif Ivryen de Vigilance Contre le Racisme (Ivry) • Collectif Manouchian. • CRAN - Comité Représentatif des Associations Noires (national) • Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie (CIR). • CNSP - Coordination Nationale des sans papiers (national). • ELENA-France(Association d’avocats liés au Conseil Européen pour les Réfugiés et Exilés) • FACF (Fédération des Associations Comoriennes de France) • FASTI - Fédération de solidarité avec les travailleur-euse-s immigrées (national) • FTCR - Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (national). • FASE - Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique (national). • La Marmite aux Idées Calais (62). • La voix des Rroms (national). • Migrations-Santé, Comité médico-social pour la santé des migrants. • M’PEP26 - Mouvement politique d’éducation populaire (fédération de la Drôme) • Mouvement UTOPIA • MRAP - Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (national). • MRAP - Fédération de Paris. • RESF - Réseau Éducation Sans Frontières (national) • RESF60 / Solidarité Migrants, Beauvais. • RESF60 Compiègne. • RESF43, Haute-Loire. • RESF19, Corrèze. • RESF34, Hérault. • RESF37, Indre-et-Loire. • RESF60, Noyon. • RESF84 / UCIJ, Vaucluse. • RESF94, Val-de-Marne • RESF - Paris12, Collectif de vigilance pour les droits des étrangers. • RESF 63 • Réseau Féministe « Ruptures » . • Respaix Conscience Musulmane. • Collectif Réseaux Intervention Réflexion Quartier Populaire • Rouges Vifs 13 • Salam (Nord Pas de Calais) • SoS Soutien aux Sans Papiers, association, France. • UJFP - Union juive française pour la paix. • VISA - Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes.


    • Nobody knows me Nobody knows me 31 mars 2011 16:33

      Je me suis aperçu une chose, les gens quelques soit leurs idées politiques, ont en commun la même idée

      C’est ce que je dis, vous devez connaître ’ach’ment de monde !!
      Et en plus, vous lisez dans les pensées. Trop fort.

      Cdlmt


    • Emmanuel Aguéra LeManu 31 mars 2011 22:17

      Bien vu Jaja.


    • Kergadon 1er avril 2011 00:01

      Débat sur le prix de l’essence ?

       Tous les acheteurs sont d’accord pour qu’il soit le plus faible possible, on ne peut pas faire de débat sur un sujet quand tout le monde est d’accord, vous comprenez bien.
      Comme de plus les acheteurs paient le prix qu’on leur dit de payer, et n’imaginent jamais de la grève des achats, c’est sans espoir.

      Pareil sur les fins de mois difficiles, tout le monde est d’accord que ça ne devrait pas exister.
      Et dans le même temps ceux qui ont le plus de difficultés s’empressent de faire des familles encore plus nombreuses pour avoir encore plus de difficultés de fin de mois, c’est sans espoir aussi.

    • Nobody knows me Nobody knows me 1er avril 2011 13:23

      Et dans le même temps ceux qui ont le plus de difficultés s’empressent de faire des familles encore plus nombreuses pour avoir encore plus de difficultés de fin de mois, c’est sans espoir aussi.

      Les difficultés financières n’ont jamais freiné le désir d’avoir des enfants et ne le devraient jamais. Heureusement, quelle horreur. Genre « Voyons voir si j’ai assez sur moi pour faire un gosse ».

      Lorsque je me suis rendu en Côte d’Ivoire l’année dernière, j’ai pris ma claque quand on m’a dit que les nombreux enfants qu’ils pouvaient avoir... s’occuperaient d’eux une fois vieux.
      Une conception toute différente de la nôtre où les personnes âgées restent dans la famille et sont prises en charge par leurs enfants.
      D’ailleurs, on s’étonne chaque année du vieillissement de la population, des problèmes de fonds de retraites, tout en imaginant que faire des gosses ne peut se faire que si on en a les moyens. D’un autre côté, vu le chômage qu’il y a en France et la croissance de merde (qu’on devait aller nous chercher « avec les dents » [sic]), les opportunités de travail pour les enfants se raréfient.
      Il existe un immense respect pour les seniors de ce que j’en ai vu en Côte d’Ivoire.
      En France, quand on n’est plus utile à la société (et surtout plus rentable, vers les 45-50 ans), on est mis au placard en attendant la fin.

      Cdlmt


    • Abou Antoun Abou Antoun 3 avril 2011 01:32

       Tous les acheteurs sont d’accord pour qu’il soit le plus faible possible, on ne peut pas faire de débat sur un sujet quand tout le monde est d’accord, vous comprenez bien.
      Il y a au moins une personne ici qui sait ce que le mot ’débat’ veut dire.
      Pour les autres :
      http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/debat/


    • Abou Antoun Abou Antoun 3 avril 2011 02:22

      Et dans le même temps ceux qui ont le plus de difficultés s’empressent de faire des familles encore plus nombreuses pour avoir encore plus de difficultés de fin de mois, c’est sans espoir aussi.
      C’est parce qu’on les y encourage par une politique nataliste imbécile. Il faut instituer les allocs à l’envers : 0 ou 1 enfant —> allocs
      2 enfants —> perte des allocs
      3 et plus ---> taxe de luxe ( 7 milliards c’est suffisant).


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 5 avril 2011 08:11

      Ils ont vraiment réussi leur coup : annoncez que LE débat est la laïcité et l’islam, et tout le monde se précipite bille en tête sur l’Islam.


  • daniel paulmohaddhib 31 mars 2011 12:14

    mot tres court...
    le vrai sujet n’est pas du tout la religion , ni la politique, ni le business etc etc...mais la demence de chaque homme a vouloir imposer sa facon de penser..
    le vrai sujet est la demence humaine, et le refus de s’y interesser..
    nous dements ? ca va pas la tete...c’est les autres !!!!


  • Yvance77 31 mars 2011 12:18

    Salut,

    Et dire qu’en toile de fond tout cela est monté de toutes pièces et, en tête d’épingle, pour que Pipole 1er ne cède pas son trône en 2012.

    Faudrait tout de même le gueuler sur les toits ce fait là ; qui est la pierre angulaire de ce vrai-faux débat que l’UMP (en partie) désire.


    • Yakaa Yakaa 31 mars 2011 13:07

      "Et dire qu’en toile de fond tout cela est monté de toutes pièces et, en tête d’épingle, pour que Pipole 1er ne cède pas son trône en 2012."

      En effet et le plus malsain dans l’histoire c’est que c’est bien ce connard de Chanoine de Latran dans son grand numéro de pompier pyromane qui a commencé à brader la laîcité au profit de tous les communautarismes religieux en embuscade.

      Si un débat sur la laïcité est grandement utile ce n’est pas à ceux qui qui oeuvrent quotidiennement pour la division de la société Française et piétinenet allégrement la plus élémentaire des laïcité d’organiser ce débat mais aux penseurs et intellectuels.


    • FRK44 FRK44 31 mars 2011 15:49

      Dans le mille Yvance !

      Est-ce qu’un débat sur la laïcité va améliorer mes fins de mois ?
      Est-ce qu’un débat sur la laïcité va créer des emplois ?
      Est-ce qu’un débat sur la laïcité va améliorer mon pouvoir d’achat ?
      Est-ce qu’un débat sur la laïcité va offrir un futur plus radieux à mes enfants ?

      Vouloir un débat sur ce sujet, c’est vouloir fuir les problèmes et noyer les esprits faibles dans des confusions.
      Vouloir un débat sur l’islam, c’est de la xénophobie.

      Il y a une loi sur la laïcité, les religions doivent s’y plier. Point barre.


  • Rounga Roungalashinga 31 mars 2011 12:20

    Article d’une connerie incroyable. Quelle médiocrité, vraiment !

    Tout au long de votre argumentaire, vous ne faites qu’affirmer que la pensée de ces signataires est double, mais sans jamais en apporter la moindre preuve. C’est du pur procès d’intention.


    Quand, par exemple, vous dites :

    « Mais, émettent-ils comme réserve, les modalités d’application de ces principes restent toujours perfectibles.  » Grands dieux ! Qu’y a-t-il de plus achevé et de moins perfectible dans la pensée et son expression que l’article 2 de la loi de 1905 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte  » ?

    C’est vraiment extraordinaire, car si l’article 2 de la loi de 1905 est si parfait, si « achevé », et définit, selon vous, à lui seul les « modalités d’application » des principes de la laïcité, alors vous considérez qu’il n’y a pas de débat à faire.

    Ne parlons même pas de ce passage :

    « (Elle) est déjà plus que centenaire  », commencent par faire remarquer les six religions. L’insinuation par sous-entendu souligne une décrépitude inhérente à la vieillesse qui réclame « restauration ».

    Là on est dans le contre-sens le plus total.

    On note d’autres passages d’une rare mesquinerie, comme quand vous écrivez :

    que font-elles ainsi d’autre que de s’arroger le droit de réglementer dans la République la liberté d’expression en distinguant les sujets qui peuvent être débattus et ceux qui ne doivent pas l’être

    vous considérez que « distinguer les sujets qui peuvent être débattus et ceux qui ne doivent pas l’être », c’est « s’arroger un droit ». Etonnant, cette confusion, d’ailleurs fort répandue, entre l’opinion et le droit (je dis « fort répandue » car il est courant, lorsqu’on n’est pas d’accord avec quelqu’un, de se voir répondre « mais pourquoi veux-tu m’interdire de penser cela ? ») !


    Bref, article stupide et haineux.


    • Louise Louise 31 mars 2011 17:10

      Stupide oui, et malhonnête !

      Affirmer : ils disent telle chose, mais cela en sous-entend une autre, ça fait un peu divinatoire...

      Pourquoi les religieux devraient-ils participer à ce « débat » s’ils ne le souhaitent pas ?

      Serpico a tout à fait raison !


  • Hortus 31 mars 2011 12:21

    Trop drôle, Villach, l’apôtre des intégristes sionistes, défenseur de la laïcité. Tout est permis smiley))


  • manusan 31 mars 2011 12:27

    6 religions ? tant que ça ?

    Surtout ne stigmatisons pas les religions.


  • Castel Castel 31 mars 2011 12:30

    Ce que je me demande vraiment c’est : Un débat peut-il marcher sur un sujet comme celui-là ? Avec des politiciens et des chefs religieux comme ceux-là ? Il y a toujours cette histoire que l’on « stigmatiserait » certaines personnes... il est difficile d’entendre des gens honnêtes qui posent très sérieusement les problèmes sur la table et qui cherchent des solutions. Ce débat pourra-t’il être mieux qu’un ensemble de monologues ?

    Pourquoi ne pas tout simplement faire respecter la loi ?


    • epapel epapel 31 mars 2011 13:46

      Tout à fait d’accord, le vrai sujet c’est l’application de la loi mais les élus en place ont déjà fait beaucoup d’accommodement avec elle et ne veulent pas qu’on l’aborde sous cet angle.


    • ourston 31 mars 2011 23:23

      La loi n’est pas respectée. Alors il faut se demander pourquoi. N’y aurait-il pas quelque influence religieuse dans cette affaire ?


  • Worldemocracy 31 mars 2011 12:37

    Un débat sur la laïcité, ça vous intéresse ? Votez en un clic sur www.worldemocracy.com


Réagir