jeudi 13 février - par uleskiserge

Coronavirus : être ou ne pas être chinois aujourd’hui à Paris…

 

     A propos d’une actualité brulante, voici la confession d’un de mes amis qui souhaite garder l’anonymat :

     "C'est étrange mais depuis l'annonce de l’arrivée en France de ce coronavirus je vois des chinois partout. J'en croise un, j'en vois mille. Pourtant, avant cette annonce, je ne les voyais pas dans mon quartier ni dans ma commune, là où ils sont supposés être ultra- minoritaires ; ce qu’ils sont dans les faits. N'empêche que maintenant je ne vois qu'eux. 

Et bien qu’il puisse s’agir de Vietnamiens, de Cambodgiens ne change rien à l’affaire : le moindre signe d’une appartenance au continent asiatique suffit : « C’est un Chinois, pour sûr ! »

Dans le 13è arrondissement de Paris, là où la densité de Chinois au km2 est la plus élevée de la capitale et de la région, j'ai pu assister à un va-et-vient continu d'un trottoir à l'autre, celui de gauche puis celui de droite, de piétons chinois qui tentent d'échapper à un autre piéton chinois venant à sa rencontre ; confrontés à ce va-et-vient incessant de milliers de piétons chinois à un instant T, principalement dans l’avenue de Choisy, difficile de ne pas penser à une sorte de ballet à la chorégraphie certes minimaliste (d’inspiration contemporaine très certainement, faute d’une technique développée) de pauvres hères paniqués et désespérés d'impuissance, visages tendus, regards scrutateurs, avides, à la recherche d'un non-Chinois, d'un visage européen en l'occurrence... mais rien n'est moins vain, rien n'est moins rassurant, car cet européen que l’on croisera avec un soulagement... éphémère, hélas ! pourra très bien cacher un piéton de retour d'un séjour en Chine ! N'est-ce pas ? 

J'ai fui. J'ai alors pris mes jambes à mon cou et j'ai fui sans demander mon reste.

Aujourd'hui, on ne compte plus les annulations de réservations dans les restaurant dits « chinois » pour la saint Valentin ; on a même vu des fumeurs renoncer à leur vice, oh combien répréhensible ! et d’autres encore, parcourir des kilomètres à pied, à cheval, en voiture, en train, jusqu'à la charrette à bras du siècle dernier pour les plus démunis, avec pour seul souci : ne pas avoir à franchir la porte d'un des nombreux bureaux de tabac parisiens tenus par cette communauté paisible ; et pour cette seule raison : communauté très sympathique.

Déjà, les associations anti-racistes se mobilisent ; elles donnent de la voix ; elles en appellent à la solidarité nationale selon le principe suivant : le risque d’une contamination doit être partagé équitablement par tous, quels que soient sa couleur de peau et ses origines ethniques !

 

      Mais alors, quelle est la solution pour les premiers concernés d’entre nous tous, à savoir ces milliers de Chinois du 13è arrondissement de Paris ?

Dans ma commune le problème ne se pose pas puisque les Chinois se comptent sur les doigts des deux mains ; ils sont ultra-minoritaires ; aussi, il me suffit de les voir venir de loin pour m’empresser de changer de trottoir d’un pas nonchalant en sifflotant, mine de rien.

        Qu'à cela ne tienne ! C'est alors que le questionnement suivant surgit, angoissant, menaçant : "Etre ou ne pas être chinois dans le 13e arrondissement de Paris aujourd’hui"... car telle est la question qui en appelle une seconde : comment ne plus être ce que l’on est pour soi et pour ceux que l’on croisera inévitablement ?

     Sartre ( Jean-Paul) avait bel et bien raison ( une fois n’est pas coutume) : l’enfer, c’est vraiment l’autre, toujours !"

Telle fut la conclusion de cet ami maintenant souffreteux (fièvre et toux) dont j'ai dû dans l'urgence me séparer en composant le 15 à son insu.

Il en a pris pour 40 jours.

On n'est jamais trop prudent. Jamais.



33 réactions


  • Jelena Jelena 13 février 18:52

    La psychose autour de ce virus, démontre une fois de plus avec quelle facilité les médias manipulent les émotions de ce bon peuple.


    • Fergus Fergus 13 février 19:22

      Bonsoir, Jelena

      Ce ne sont pas les médias qui sont en cause, mais les rumeurs internes à la communauté asiatique : voir mon commentaire ci-dessous.


    • Ruut Ruut 14 février 08:00

      @Jelena
      En effet cela prouve 2 choses.

      1. Un racisme latent (Pratiqué sur les autres sans s’en rendre compte, le pire de tous les racismes) presque exclusivement de gauche extrêmement présent. (c’est particulièrement visible sur les plateaux TV).
      2. Une mauvaise information produite par nos vecteurs d’information officiels.

  • Fergus Fergus 13 février 19:20

    Bonsoir à tous !


    « j’ai pu assister à un va-et-vient continu d’un trottoir à l’autre, celui de gauche puis celui de droite, de piétons chinois qui tentent d’échapper à un autre piéton chinois venant à sa rencontre »


    Je confirme : dans le 13e arrondissement et à Belleville, ce sont principalement les Asiatiques qui cherchent à éviter les autres Asiatiques, présumés Chinois et par conséquent suspectés d’être porteurs du coronavirus. C’est très étonnant !


    D’après des amis qui vivent sur place (dans le 13e où j’ai moi-même habité durant plusieurs décennies), c’est l’annulation des festivités du Nouvel An chinois qui a mis le feu aux poudres en faisant courir des rumeurs de présence du virus dans la population locale qui ont occasionné ces comportements irrationnels.


    Le plus cocasse  si l’on peut dire car ce n’est pas drôle —, c’est que dans les restaurants asiatiques ouverts (j’y ai moi-même dîné un soir vendredi dernier), il n’y a quasiment que des clients européens, les Asiatiques habitués ayant déserté ces établissements !


    Tout cela fait le bonheur des restaurateurs indo-pakistanais : à défaut de cuisine sino-vietnamienne, beaucoup de clients se reportent sur la cuisine indienne. 


    • Jelena Jelena 13 février 20:12

      @Fergus : Merci pour le reportage. smiley


    • uleskiserge uleskiserge 13 février 20:55

      @Fergus

      Attends ! « resto indo-pakistanais »... t’es gentil : qui nous dit que...


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 février 09:46

      @Fergus

      Dans ma petite ville éloignée de Paris je n’ai jamais vu beaucoup de chinois au restaurant chinois, particulièrement sympa, où nous avons plaisir à déjeuner de temps en temps, ma femme et moi.
      Hélas nous avons constaté, avec peine, la semaine dernière, que les clients non-chinois, habitués du restaurant, « l’avaient déserté », eux aussi.


    • sylvie 14 février 18:32

      @Fergus
      et tu as tout cela à Dinan ?


  • cétacose2 13 février 20:30

    ..... et même leurs virus sont de mauvaise qualité !


  • uleskiserge uleskiserge 13 février 20:47

    Je tiens à préciser qu’il s’agit d’un conte.... d’une parabole, d’une fable aussi.... 


    • Jelena Jelena 14 février 08:43

      @uleskiserge : Je me disais disais bien que sur plusieurs points ce « témoignage » sonnait faux, maintenant je ne vois pas l’intérêt d’ajouter une couche à la paranoia ambiante, comme si les médias n’en faisaient pas assez.


    • uleskiserge uleskiserge 14 février 08:51

      @Jelena

      Pour la beauté du geste... et l’écriture..


  • uleskiserge uleskiserge 13 février 20:52

    J’ai oublié de préciser que la bière de la marque Corona a été retirée des ventes..... smiley


  • ETTORE ETTORE 13 février 20:55

    Ben alors ?

    Ne sommes nous pas tous...« .bridés »....par ce gouvernement ?

    Allez un peu de solidarité, que diable !


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 février 21:06

    Toujours pas vu « les chinois a Paris  » du regretté Jean Yann. Sniff.


    • uleskiserge uleskiserge 13 février 21:23

      @Aita Pea Pea

      En effet, je pensais à J Yann qui lui aussi a donné dans la parabole : les chinois sont les Allemands et leur occupation de la France ( les collabos, les résistants....). C’est sa « Peste » à lui ; celle de Camus.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 février 21:36

      @uleskiserge

      Avez vous dans votre cuisine mis le chinois en quarantaine de peur qu’il ne contamine la passoire ? Moi oui .


    • uleskiserge uleskiserge 14 février 08:50

      @Aita Pea Pea

      J’ai oublie cet aspect... merci à vous !


    • uleskiserge uleskiserge 17 février 11:15

      @Aita Pea Pea

      Ce film est dispo en DVD.

      Cela dit, le meilleur de J Yann de cette période reste : « Moi, y’en a vouloir des sous »... une satire sur le monde syndical et patronal d’une actualité toujours aussi pertinente. malheureusement (est-ce un hasard ? ), le DVD n’est pas dispo à la vente ; n’a pas été réédité. 

      Cordialement.


    • Shawford Shawford 17 février 11:18

      @uleskiserge

      En #U42, il sera inscrit au programme de toutes les p’itites Ecoles pour légionnaires en herbe section Jamming !

      Inutile de dire qu’il suffira pas de bruler des billets de 500 balles pour y avoir sa cartouche à demeure ! ^^^ smiley


  • microf 13 février 21:58

    Au point oú c´est entrain d´aller, le 13e 14e et Bellevile, seront bientôt plus honnis que le 9-3, pauvres chinois.


  • Le Sudiste Le Sudiste 14 février 00:56

    Bon en tous cas, l’ami Serge n’a plus sa tenue orange de condamné à la décapitation.

    Il a du faire un deal pour sauver sa tête.


    • Le Sudiste Le Sudiste 14 février 01:08

      382 articles 1549 commentaires depuis 2007 et un nouveau compte ?
      C’est quoi cette embrouille Serge ?


    • uleskiserge uleskiserge 14 février 08:49

      @Le Sudiste

      J’ai déjà expliqué : depuis des mois, je ne pouvais plus me connecter... j’ai alerté l’administration d’Agora... sans réponse. Ainsi, il m’a fallu créer un nouveau compte. C’est tout. 

      Cdlt


    • uleskiserge uleskiserge 14 février 08:52

      @Le Sudiste

      Mais c’est bien le Serge ULESKI (bonne typo) qu’on ne présente plus et que vous chérissez tous. 


  • leypanou 14 février 09:21

    moindre signe d’une appartenance au continent asiatique suffit : « C’est un Chinois, pour sûr ! »   : un signe certain d’un état de connitude avancée.

    Et la télévision est là qui fait son travail de crétinisation.


  • sweach 14 février 11:05

    *on ne compte plus les annulations de réservations dans les restaurant dits « chinois » pour la saint Valentin

    il me suffit de les voir venir de loin pour m’empresser de changer de trottoir d’un pas nonchalant en sifflotant, mine de rien.*

    Pour ma part ma réaction est inverse, je me force un peu à être plus sociable envers les asiatiques qui malheureusement doivent subir les conséquences de cette pression médiatique absurde, totalement injustifié et personne ne se retournera contre ces médias qui ont crée cette psychose.

    Je n’ai absolument aucun motif valable de me méfier d’un asiatique, ceux qui pratique cette méfiance sont des CONS, il n’y a pas d’autre mot et c’est là qu’on réalise qu’ils sont très nombreux.

    Mais ce mécanisme est le même avec les Arabes, perso je déteste les Arabes pour des aspects culturel ou bien d’éducation, mais il faudrait être con pour les prendre pour des terroristes.


    • uleskiserge uleskiserge 15 février 06:35

      @sweach

      Je tiens à rappeler qu’il s’agit d’un conte.... d’une parabole, d’une fable aussi.... 


    • sweach 17 février 09:47

      @uleskiserge
      J’ai bien compris que votre poste est une fiction, pourtant il illustre des réactions relativement inconsciente qui se produise en se moment dans notre civilisation.

      Il suffi de suivre la journée classique d’un asiatique dans le métro, dans la rue, ou autre pour voir qu’un périmètre de sécurité se dessine autour de lui.

      Je n’ose imaginer la pression social que cela doit représenter pour ces personnes et tout cela uniquement parce que notre TV nous l’ordonne.

      Nous sommes collectivement très CONS et avec un cas aussi flagrant que le coronavirus, il faut en faire prendre conscience à qu’elle point on donne du crédit aux conneries racontés par la TV.

      Je le dis haut et fort, il n’y aura pas plus de 5 morts en France avec ce virus, tout ceux qui ont peur, ont peur pour absolument rien et donner leur crédulité en pâture c’est faire un affront à notre intelligence.
      Je ne peux que espérer un mea-culpa à posteriori des idiots qui font n’importe quoi avec leur opinions en se moment.

      Malheureusement ils vont troquer leur indignation actuel par une autre sans jamais prendre du recul ni comprendre qu’ils sont manipulés.


    • uleskiserge uleskiserge 17 février 11:12

      @sweach

      Merci pour cet éclairage.

      Cordialement.


Réagir