vendredi 20 mars - par Le Cri des Peuples

Coronavirus : la Chine a fait gagner du temps à l’Occident, mais nos dirigeants l’ont dilapidé

Pourquoi tant de pays ont-ils passivement observé l’épidémie se développer pendant des semaines comme si elle ne les concernait pas ?

JPEG

Par Ian Johnson, écrivain basé à Pékin, auteur de l’ouvrage récent “Les âmes de la Chine : le retour de la religion après Mao

Source : New York Times, le 13 mars 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

LONDRES – Lorsque mon vol Pékin-Londres a atterri il y a près de deux semaines, je savais ce que je devais faire : me mettre directement en quarantaine.

Je vis en Chine, où un blocage spectaculaire depuis fin janvier a clairement fait comprendre que tous les résidents, même vivant bien au-delà de l’épicentre de l’épidémie à Wuhan, étaient pris dans le tourbillon d’une crise sanitaire mondiale. Le processus d’embarquement à Pékin a été le dernier rappel de cet état d’urgence sanitaire : deux contrôles de température obligatoires et une déclaration de santé électronique pour laquelle j’ai dû fournir une adresse e-mail et deux numéros de téléphone.

Mais alors que l’avion approchait de Londres, un sentiment d’irréalité s’est installé. La compagnie aérienne a distribué une feuille imprimée à bon marché qui ne nous conseillait d’appeler la hotline du Service de Santé National (NHS) que si nous nous sentions mal. À l’arrivée, il n’y avait pas de contrôle de température ni de déclaration de santé, ce qui signifie que les responsables britanniques n’auraient eu aucun moyen aisé de nous suivre si l’un de nous avait débarqué avec le Covid-19. Au lieu de cela, nous avons juste quitté l’avion, enlevé nos masques faciaux (obligatoires pour tous en Chine) et disparu dans la ville.

Publicité

Depuis lors, l’Europe et les États-Unis ont été convulsés par la propagation rapide du coronavirus en leur propre sein. L’Italie est désormais en confinement et les cas se multiplient rapidement aux États-Unis. Les marchés boursiers se sont effondrés. Mercredi, l’Organisation mondiale de la santé a officiellement annoncé ce que tout le monde savait déjà : il s’agit d’une pandémie. Peut-être qu’au moment où vous lirez ces lignes, les bilans de santé et les déclarations des aéroports seront finalement obligatoires dans des endroits comme Londres.

Mais cela ne changera pas le fait que depuis des semaines, l’attitude envers l’épidémie de coronavirus aux États-Unis et dans une grande partie de l’Europe a été étrange, sinon carrément passive : les gouvernements de ces régions ont laissé passer leur meilleure chance pour contenir la propagation du virus. Ayant déjà vu une sorte de déni initial en Chine, je ressens un sentiment de déjà vu. Mais alors que la Chine a dû faire face à une violente surprise soudaine, les gouvernements occidentaux ont été mis en demeure depuis des semaines.

C’est comme si l’expérience de la Chine n’avait pas averti les pays occidentaux des dangers de l’inaction. Au lieu de cela, de nombreux gouvernements semblent avoir imité certaines des pires mesures mises en place par la Chine, tout en fermant souvent les yeux sur les meilleurs d’entre elles, ou sur ses succès.

Les étrangers semblent vouloir considérer les expériences chinoises comme uniques. J’imagine qu’il y a plusieurs raisons à cela, y compris l’idée réconfortante que la Chine est loin, arriérée et qu’une épidémie là-bas ne pourrait sûrement pas vraiment se propager si loin et si vite ici. Plus que tout, cependant, je pense que les étrangers, en particulier en Occident, se fixent sur le système politique autoritaire de la Chine, ce qui leur fait ignorer la valeur et la pertinence possibles de ses décisions pour eux.

Jusqu’à récemment, une histoire dominante était que l’épidémie en Chine était devenue incontrôlable parce que les autorités avaient réprimé les premiers lanceurs d’alerte fin décembre, permettant au virus de se propager. Lorsque la Chine a mis en place un verrouillage draconien et des mesures de quarantaine en janvier, certains médias dominants étrangers n’ont pas simplement critiqué le programme comme étant excessif ; ils ont décrit l’ensemble de l’exercice comme étant complètement insensé, le contraire de ce qu’il fallait faire (pour atteindre la pseudo-immunité de groupe ?) ou essentiellement inutile. La Chine a obtenu des éloges à demi-mot pour ses deux hôpitaux construits en un peu plus d’une semaine [en France, félicitons la décision-choc de Macron de faire intervenir l’armée pour créer un hôpital de campagne qui pourra accueillir… seulement 30 personnes ! Cocorico !], mais même l’ébahissement face à cet exploit était teinté d’un sentiment que quelque chose de néfaste était à l’œuvre, réminiscent des heures les plus sombres de notre histoire… Et lorsque des abris de quarantaine ont été mis en place pour accueillir les personnes infectées afin qu’elles ne transmettent pas la maladie aux membres de leur foyer, l’effort a été décrit comme dystopique ou, au mieux, chaotique. [Condamner les familles à être contaminées, ce que fait le gouvernement français en confinant à domicile les gens présentant des symptômes et en refusant de les dépister malgré les recommandations de l’OMS, est certainement plus louable…]

M’opposer à ces interprétations me rend un peu mal à l’aise. Je me rends compte que les autorités chinoises ont probablement dissimulé le problème fin décembre et début janvier via une série de décisions désastreuses. Et je sais que maintenant, les dirigeants chinois veulent vendre leurs méthodes brutales comme exemplaires. Le Président Xi Jinping a effectué sa première visite à Wuhan mardi, signe implicite de réussite.

Même si le virus tuait des dizaines de personnes par jour, la propagande gouvernementale vantait le modèle chinois, tout en ridiculisant les efforts des États-Unis pour lutter contre les catastrophes naturelles. Maintenant que d’autres parties du monde souffrent, la Chine fait des efforts bien connus pour offrir de l’aide, en envoyant des équipes en Iran, en Italie (et en France) pour livrer des fournitures et offrir des conseils. Et elle a imposé des interdictions de voyager à partir de certaines destinations touchées par des infections, une mesure que Pékin avait jugée excessive lorsque la Chine en a été victime.

Pourtant, il serait insensé de croire que les décisions de la Chine reposent principalement sur un autoritarisme brut. Il n’est pas nécessaire de défendre chacune des mesures de Pékin pour des raisons médicales ; ce sont des questions dont les professionnels de la santé pourraient débattre dans les années à venir. Mais il convient de reconnaître que tous les échecs de la Chine ne sont pas propres à son système politique, et que certaines de ses politiques étaient motivées par un souci sérieux du bien public et exécutées par une fonction publique hautement compétente.

Par exemple, avant de condamner la décision des autorités chinoises au début du mois de janvier de rejeter la menace d’une épidémie imminente, rappelez-vous qu’à cette époque, le coronavirus n’avait encore causé aucun décès. Comparez cela avec, disons, les États-Unis (ou la France) aujourd’hui : bien qu’ayant eu une libre circulation de l’information pendant des semaines et vu des milliers de décès en Chine comme preuve, certaines parties de l’establishment politique américain, y compris à la Maison Blanche, ont poussé à minimiser le risque via une campagne de désinformation. [la Chine a confiné 60 millions de personnes lorsque 400 nouveaux cas ont été diagnostiqués en un jour, quand la France a attendu de dépasser le millier de cas]

Publicité

Et si vous pensez qu’il est trop facile de critiquer le Président Trump, souvenez-vous de mon expérience à l’aéroport de Londres. Ou pensez à la décision prise par l’Allemagne plus tôt cette semaine d’organiser un événement sportif de masse au milieu de sa zone d’épidémie. Ou la décision du Japon de laisser les gens quitter un bateau de croisière infecté sans tests appropriés. [Et que dire du maintien du premier tour des municipales en France ?] Certains de ces gouvernements font maintenant marche arrière, essayant d’expliquer leurs attitudes blasées, mais c’est des semaines en retard.

Les dirigeants chinois ont tâtonné au tout début, mais en peu de temps, ils ont agi de manière beaucoup plus décisive, efficace et soucieuse du bien-être de la population que de nombreux dirigeants démocratiquement élus à ce jour. Autoritaires ou non, ils veulent aussi l’approbation du public. Les dirigeants chinois ne sont peut-être pas confrontés aux électeurs, mais eux aussi se soucient de la légitimité, et cela dépend aussi de leur performance.

Certains aspects de la mise en quarantaine de la Chine (en particulier lorsqu’ils entravaient les personnes âgées et les handicapés au niveau des soins médicaux) étaient inutilement excessifs. Mais dans l’ensemble, je ne pense pas que les mesures soient impopulaires. Le gouvernement a travaillé dur pour inciter les gens à accepter la nécessité de mesures sévères. Il a bombardé le public avec des publications sur les réseaux sociaux, des histoires, des panneaux d’affichage, des émissions de radio et des articles sur les risques posés par le virus. Dans un parc de Pékin, un enregistrement diffusé en boucle exhortait les gens : « Lavez-vous soigneusement les mains. Évitez de rencontrer des amis. Gardez une distance de sécurité. »

D’après mon expérience (j’ai vécu en Chine des semaines pendant la période la plus sévère du blocage, et j’ai pu parler à divers groupes mécontentes des élites), les gens étaient frustrés, voire exaspérés par les mesures de confinement, mais ils les ont également largement soutenues.

Et tandis que certains en Occident se sont penchés sur la façon dont le système chinois n’a pas réussi à endiguer l’épidémie au début, ils ignoraient les aspects qui fonctionnaient. Il n’y a rien d’autoritaire à vérifier les températures dans les aéroports, à imposer une distanciation sociale ou à offrir des soins médicaux gratuits à toute personne atteinte de Covid-19.

Toutes les sociétés ouvertes n’ont pas tâtonné. Singapour, Taïwan et peut-être assez tôt la Corée du Sud ont réagi avec force, mais de manière sensée, pour contenir le virus, montrant le genre de bon sens qui semble faire défaut dans de vastes étendues de l’Occident. C’est peut-être parce que ces pays sont suffisamment proches du centre de l’épidémie que leurs gouvernements ont pu reconnaître sa gravité, tout en se méfiant des mesures-massues de la Chine.

Mais trop de pays plus éloignés sont restés impassibles, observant pendant des semaines ce qui se passait en Chine, puis ailleurs en Asie, comme si cela ne les concernait pas. Certains gouvernements ont hésité par manque de volonté politique [préférant sacrifier leur population que renoncer à leur idéologie & se résigner à la perspective d’un krach boursier qui s’est tout de même produit]. Certains semblent encore être la proie d’une perception de la Chine comme l’éternel « autre », dont l’expérience ne pourrait peut-être pas nous concerner, et encore moins donner des leçons, sinon en nous montrant ce qu’il ne faut pas faire.

Voir notre dossier sur le coronavirus.

Pour ne manquer aucune publication et soutenir ce travail censuré en permanence, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez également nous suivre sur Facebook et Twitter.



22 réactions


  • Arogavox Arogavox 20 mars 10:45

    Bien vu ! :

    "Et tandis que certains en Occident se sont penchés sur la façon dont le système chinois n’a pas réussi à endiguer l’épidémie au début, ils ignoraient les aspects qui fonctionnaient.

    Il n’y a rien d’autoritaire à vérifier les températures dans les aéroports, à imposer une distanciation sociale ou à offrir des soins médicaux gratuits à toute personne atteinte de Covid-19.

    "


  • dimitrius 20 mars 10:53

    Je sens dans les copiés collés de Mr Sayed comme une incitation à faire paniquer le peuple Occidental en particulier. La leçon à tirer de cette pandémie , c’est que la mondialisation est un échec cuisant , et surtout qu’il ne faut plus acheter de merdes Chinoises de mauvaise qualité.


  • eddofr eddofr 20 mars 11:32

    J’espère que cette crise permettra à nos dirigeants de se rendre compte que certaines ressources, certaines industries, certains savoir-faire sont stratégiques et ne peuvent pas être délocalisés.

    Même si la Chine est un fournisseur fiable et bon marché (si on oublie le coût social qu’on génère chez nous en achetant chinois), il peut tout de même faillir. Il y a donc des ressources et de industries à relocaliser et contrôler, d’urgence, parce que des catastrophes, celle-ci n’est probablement que le première.

    Ceci étant, je trouve incroyable les mensonges et demi-vérités officiels concernant les masques.

    En gros ils nous disent « ça ne sert à rien, pas parce que c’est inutile, mais parce qu’on en a pas assez et qu’il seront plus utiles pour les soignants ».

    Le bon discours, honnête, aurait du être « ça aurait pu servir, si on en avait eu assez, ça n’aurait été qu’un moyen de prévention parmi d’autre, mais ça aurait été utile. Mais puisqu’on en a pas assez, cela devient contre productif, le masque qui vous protège individuellement quelques heures, ce masque là précisément va manquer à un soignant qui sera infecté et ne pourra plus soigner, et l’épidémie va en profiter et des gens vont mourir et peut-être même vous un peu plus tard »

    Mais faire appel à notre intelligence, nos dirigeants ne savent pas faire, il nous prennent vraiment trop pour des cons ! (en même temps on doit l’être un peu pour avoir élu des incompétents pareils).


  • leypanou 20 mars 12:14

    Et que dire du maintien du premier tour des municipales en France ? 

     : est-ce qu’en allant dans un bureau de vote on court plus de risque d’être infecté qu’en prenant les transports en commun (bus, métro, train) ou en allant au marché ?


  • republicain 20 mars 13:56

    Vous êtes près de 25 000 à avoir signé la pétition mais ce n’est pas assez … J’ai transféré au professeur la liste des signataires pour qu’il puisse faire valoir que la population est consciente de l’impérieuse nécessité de changer de politique sanitaire. Les savants ne sont pas assez nombreux dans le comité scientifique.

    Il faut baisser la charge virale pour que les malades ne tombent pas dans un état critique, il faut compléter le traitement par l’antibiotique adapté. Il faut détecter massivement comme en Corée Les machines PCR qui permettent de faire de la détection existent dans beaucoup de laboratoires et il suffit de changer les « amorces » pour détecter le coronavirus.

    Je suis historien et peux vous assurer que sommes retombés au 19eme siècle, face à l’épidémie de choléra, avec comme seule action la quarantaine et l’absence de soins. Le confinement est nécessaire mais insuffisant .

    Je fais confiance au meilleur expert scientifique, Didier Raoult, mais il est en bute aux égos des bureaucrates de la médecine .

    Le pouvoir politique  doit comprendre que les citoyens ne laisserons pas les soignants et les malades face à la mort alors qu’un traitement existe.

    Aidez le professeur Raoult, diffusez la pétition. Facebook m’a censuré et je ne peux plus directement publier dans les groupes pendant trois mois.

    Vous devez prendre le relais !

    https://www.mesopinions.com/petition/sante/faut-ecouter-professeur-raoult/82737



    • leypanou 20 mars 16:37

      @republicain
      Les machines PCR qui permettent de faire de la détection existent dans beaucoup de laboratoires et il suffit de changer les « amorces » pour détecter le coronavirus 

       : d’après cet article, les Japonais vont mettre à disposition des kit tests de covid-19 qui donnent le résultat en 15 minutes au lieu des 4-6 heures pour le PCR ; d’autre part, le test permet permet de détecter le covid-19 très tôt contrairement au PCR.


  • QAmonBra QAmonBra 20 mars 15:08

    Merci @ l’auteur pour le partage.

    Davantage que vos articles, votre personne elle même semble agir sur les $ionnards comme une lampe sur les insectes nocturnes, ou comme la muleta sur le taureau !

    Si, au delà de toute autre considération, la santé est individuellement et collectivement le capital premier de tout individu et tout Peuple, il est à présent incontestable qu’en matière de protection de sa population contre le « covid-19 », le parti communiste et le Peuple chinois ont placé la barre si haut, qu’ils classent dès à présent la Chine hors concours dans le combat contre la pandémie, quelle que soit son origine !

    Les populations occidentales, particulièrement des U$A, auront bientôt tout le loisir de le constater à leurs dépens et de comparer leurs dirigeants aux chinois dans les semaines et mois à venir.

    Aucune nation dans l’Histoire de l’humanité n’a connu, en si peu de temps, une si grande accélération et amplification du progrès et du bien être de son Peuple, estimé présentement à 1,4 milliard d’individus !

    Fort d’un passé plusieurs fois millénaire, le Peuple chinois s’est doté du système politique le plus adapté à ses besoins, ses qualités, ses défauts spécifiques et force est de constater qu’il ne s’est pas planté, honni donc soit qui mal y pense.

    Pour se faire une petite idée de ce que serait devenue la plus vieille nation du monde sans le parti communiste chinois, il suffit de franchir une de ses frontières et visiter « la plus grande démocratie du monde » avec son 1,3 milliard d’indiens, dont les 3/4 vivent encore comme leur ancêtres sous le joug britannique, voire pire, au grand ravissement des touristes occidentaux et qui, grâce aux grands démocrates les gouvernant, semblent s’engager dans une énième guerre de religion, malgré la prétendue laïcité de leur constitution !

    Par ailleurs, toute ressemblance de cette situation avec une autre prétendue démocratie, pourtant minuscule au regard de l’indienne, ne pourrait être que le pur fruit du hasard.

    Ah elle est belle leur europe de mes 2 ! Heureusement que les méchants communistes chinois et cubains sont là !

    Quand aux héros du monde prétendument libre et démocratique, capables de tuer des centaines de milliers de pauvres gens pour les sauver de la dictature, ils en sont réduit a vouloir acheter avec leur monnaie de singe, pour leur usage exclusif, le vaccin produit par d’autres !!

    Étymologiquement, le terme apocalypse signifie dévoilement, révélation de ce qui était caché par un voile, en l’occurrence l’épais voile du mensonge qui, manifestement, s’effiloche et semble annoncer enfin la fin des années grasses pour mythomanes, au grand bonheur des amoureux de la vérité, sans autre considération. . .


    • dimitrius 20 mars 16:05

      @QAmonBra

      J’espère pour toi que tu résides en Chine , paradis sur terre , parce que sinon , tu es loge à la même enseigne que nous. Et je te rappelle que l’auteur ne fait pas d’articles , mais des copies colles pris dans des journaux. Alors sois honnête sale petit coco et suceur de babouches.


    • QAmonBra QAmonBra 20 mars 18:58

      @dimitrius

      (. . .) « Pas de blacks ni de bicots sur mes chantiers , des ritals et des portugais , jamais en maladie et des bosseurs . »

      Et toi l’alcoolique ? Hormis purger la haine qui empoisonne les quelques neurones alcoolisés qui te restent, ou/et aligner 4 lignes et les terminer invariablement par quasiment les mêmes insultes, que sais tu écrire d’autres le raciste ?!

      Je sais que l’imagination n’est pas une qualité qu’on trouve chez les cocus de l’Histoire de ton acabit, mais essaye au moins de faire un petit effort le « duconlajoie ment au nez », es tu vraiment con à ce point ? . . .


  • caillou14 rita 20 mars 15:59

    En première ligne, l’UE est resté assise sans rien faire ?

    L’Italie en détresse est secourue par la Chine pas l’UE ?

    Et ce gouvernement incompétent, commande des masques aux Chinois ne pouvant les obtenir en France ?

    Mais rassurez vous pour Macron tout est sous contrôle ?

    Ben nous voilà en dictature smiley

    MDR


  • MagicBuster 20 mars 16:23

    il n’y a jamais eu aucune cohésion européenne ;

    l’europe actuelle est une utopie.

    Tous les pays sont en concurrence.


  • Konyl Konyl 20 mars 17:57

    « mais nos dirigeants l’ont dilapidé » C’est assez vrai, surtout le coup des élections, mais il ne faut pas oublier les connards de Français incapables d’écouter une règle simple, restez chez vous.


  • BA 20 mars 18:07

    Vendredi 20 mars 2020 :


    Etats-Unis : fermeture de la frontière avec le Mexique, l’état de New York et l’état de Californie instaurent le confinement et l’interdiction de tout rassemblement.


    17h20 : New York décrète l’arrêt de toute activité non essentielle, interdit les rassemblements.


    Le gouverneur de l’Etat de New York Andrew Cuomo a décrété vendredi l’arrêt de toutes les activités non essentielles et l’interdiction de tout rassemblement, pour faire face à la pandémie de coronavirus.

    Ces mesures sont similaires à celles annoncées jeudi par le gouverneur de Californie, qui a placé la totalité de l’Etat en confinement. Elles sont plus restrictives que celles annoncées jusqu’ici au niveau fédéral.


    17h10 : Fermeture de la frontière Etats-Unis/Mexique aux voyages non essentiels.


    https://www.20minutes.fr/monde/2744351-20200320-coronavirus-direct-senat-donne-feu-vert-projet-loi-etat-urgence-sanitaire



    • ZXSpect ZXSpect 20 mars 18:19

      @BA
      .
      Bruno Arfeuille revient, pas pour commenter et apporter son opinion ou son éclairage sur la situation, mais pour copier-coller des infos anxiogènes accessibles à tous sur le web...
      .
      C’est le mec qui, dans l’évacuation d’un immeuble en flammes, se fait plaisir à crier « AU FEU » pour augmenter l’angoisse !
      .
      Jouissif ?


  • L’Astronome 21 mars 10:36

     

    Je ne sais pas pourquoi les gens s’obstinent à dire : coronavirus, ou plus abstraitement : covid-19. Il s’agit tout simplement d’une forme de peste — la peste jaune, puisqu’il semble qu’elle ait été transmise par la Chine.

     


  • julius 1ER 21 mars 10:37

    C’est drôle que les gens prennent la propagande chinoise pour argent comptant les sources chinoises sont invérifiables et invérifiés, !!!

    quand les autorités chinoises enferment l’ophtalmo lanceur d’alerte lixinjang (pardonnez l’orthographe de mémoire ) et le laisse mourir en prison en Nov/Déc 2019 on ne peut pas dire qu’elles aient pris la mesure du phénomène Covid19 ni de son ampleur....

    et lorsqu’elles font le black-out sur Wuhan et d’autres villes pour dire que finalement le Virus a été endigué .... ce qui finalement laisse l’Italie seule en tête de la mortalité .... eh bien je n’en crois pas un mot je pense que les italiens donnent les vrais chiffres mais pas les chinois je ne donne aucun crédit à des staliniens fussent-ils chinois et que dire de la Corée du Nord qui balance des missiles en ce moment et qui affirment qu’ils n’ont aucun cas chez eux ????

    on doit bien sûr les croire sur parole, mais de qui se moque-t-on ????


    • CN46400 CN46400 21 mars 11:27

      @julius 1ER
      Personne n’est obligé d’aimer les chinois, mais en Chine, il y a des masques, des tests, des respirateurs et, cerise sur le gâteau, c’est eux qui ont dû « essuyer les plâtres ». Tout en distribuant largement toutes les infos scientifiques au fur et à mesure qu’ils les découvraient.
      Certes, ils ont fait quelques erreurs, mais par rapport à l’armée mexicaine de Macron, il n’y a pas vraiment photo....


    • leypanou 21 mars 12:35

      @julius 1ER
      eh bien je n’en crois pas un mot je pense que les italiens donnent les vrais chiffres mais pas les chinois je ne donne aucun crédit 

       : quels vrais chiffres ?
      Personne ne peut vérifier les chiffres donnés : qui vous dit qu’une personne -âgée ou non d’ailleurs- à plusieurs pathologies qui attrape le covid-19 et qui meurt est mort à cause du covid-19 et non des pathologies antérieures ?. Pire, et ceux qui ont intérêt à semer la panique, n’ont pas intérêt à gonfler les chiffres dûs au coronavirus ?

      J’ai croisé un couple récemment sur la place du marché ; la femme me disait : « vous savez, il va sur ses 87 ans ; s’il attrape le coronavirus, il va y passer ». Je lui ai répondu : « madame, on va tous y passer, qu’on le veuille ou non »


  • Marcel43 21 mars 17:07
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=10&v=C1dnrWeyQtw&feature=emb_logo

    Plein de fric pour des conneries et et pas même capable de fournir des tests aux laboratoires dans les quartiers les villes les villages...

  • CN46400 CN46400 22 mars 09:58

     Depuis la conférence du ministre de la santé les choses sont plus claires. Le confinement est une maneuvre d’attente pour voir arriver d’abord les masques, puis les néo-tests qui seront l’arme d’attaque principale contre la pandémie, la chloroquine venant en second pour traiter rapidement tous les cas positifs.

     C’est donc une variante de la stratégie allemande (44 morts le 20/3 contre 371 en France), boostée par la chloroquine qui va être adoptée.

     Près d’un millier de décès clôtureront alors le bilan des divagations de l’armée politico-sanitaire de Macron. Avec des épisodes qu’on aura du mal à rapprocher d’Autsterlitz :

     -La pénurie de masques !

     -la pénurie de tests !

     -l’essai thérapeutique, européen s’il vous plaît, imposé à un médicament, vieux de 70 ans, présent dans toutes les pharmacies, repéré par un « professeur Tournesol » de Marseille, avant de l’engager sur le front de conv-19.

     Evidemment, ils seront innombrables ceux qui pleureront sur les milliards envolés, les « quoi que çà coûte » qui inventeront alors des recettes à la Matusalem pour que les survivants passent à la caisse avec assez de pommade pour éviter un autre épisode type « gilet jaune » ou « retraite »....


  • Julot_Fr 22 mars 16:37

    vous vous faites manipuler, pour passer la crise financiere globale en developpement au second plan, ainsi notamment, la pertinence du nombre de morts en Italie, les morts serait exclusivement des gens avec un probleme de sante (dont 75% avec probleme de coeur) a qui l’administration de medicaments antiviraux toxics aurait donner le coup de grace https://www.sgtreport.com/2020/03/italy-coronavirus-new-explosive-information/


Réagir