jeudi 2 avril - par Olivier Perriet

Course de lenteur au Moyen-Orient : des diplomaties borgnes (1/2)

Une enième trêve entre Turquie et Russie, le 5 mars 2020. De nouveaux réfugiés qui fuient les combats.

Une avancée de quelques dizaines de kilomètres des troupes gouvernementales dans la région d’Idleb. Le président turc qui lance illico des réfugiés « syriens » (parfois venus d’Afghanistan) à l’assaut de la frontière grecque… avant d’interrompre le flux une semaine après.

 

Et les diplomaties des uns et des autres qui paraissent comme obstinées dans des combats d’arrière-garde.

 

Avec une subtilité de pachyderme, la diplomatie russe crie évidemment à la « victoire historique ». Ce ne sera jamais que la 5e ou 6e depuis 2015, après Alep, la Ghouta, le processus mort-né d’Astana, etc...

Il s’agit encore une fois de s’envoyer des fleurs, et de marteler que les Occidentaux ont, tout seuls, grâce à leur influence présumée diabolique, provoqué l’implosion de la Syrie en 2011. On n’est jamais si bien servi que par soi-même. Et il est important de faire oublier que l’intervention militaire russe à l’appui du gouvernement syrien s’est faite en septembre 2014. Soit plus de 3 ans après le début de l’implosion du pays et, coïncidence, la même année que la reprise de la Crimée et les graves troubles en Ukraine :

la crise syrienne a essentiellement été utilisée comme faire-valoir par la Russie, pour se réaffirmer sur la scène internationale, en même temps que porter secours à un allié historique en méditerranée. Loin des analyses énamourées des poutiniens, la Russie (comme tout le monde) défend ses intérêts et ses alliés, sans être particulièrement altruiste. Si l’évidence était différente, il n’y aurait nul besoin de le marteler.

 

On en arrive donc à une situation surréaliste : le seul pays qui s’est imposé comme interlocuteur de tous les protagonistes, la Russie, ne propose officiellement rien de plus qu’une résolution purement militaire du conflit. Que ce soit, temporairement, par un partage du pays en « zones d’influences » parrainées par les uns et les autres, ou, à terme, par la défaite des rebelles. Aucune solution politique, syrienne et régionale, n’est évoquée. Faisant implicitement sienne l’analyse de Assad, la Russie considère que la rébellion née en 2011 n’est qu’une importation pernicieuse dans un pays supposé nager dans le bonheur et la concorde nationale. La « dissidence » se met d’elle-même en dehors d’une communauté nationale unanime et parfaite. Elle est obligatoirement à la solde de l’étranger, qu’il soit israélien, américain, séoudien ou autre. Pour le dire plus simplement, comme à Cuba dans les années 80, « s’ils ne sont pas contents [de mon gouvernement], qu’ils s’en aillent ».

Les vieux réflexes soviétiques réapparaissent bizarrement plus de 30 ans après la fin de l’URSS, et les poutiniens trouvent ça formidable. Tant mieux pour eux.

 

Chez les Européens, et singulièrement les Français, on n’est évidemment pas très à l’aise. Passé le 1er moment de stupéfaction, la diplomatie française, soucieuse de reprendre en marche le train des révolutions arabes s’est prononcée avec constance et régularité pour le départ d’Assad, que ce soit sous Sarkozy ou sous Hollande. Cheval léger du « changement de régime », la France de Hollande s’est ainsi retrouvée seule à demander l’intervention de la cavalerie aérienne, en septembre 2013. Mais Obama, échaudé par le précédent irakien, fit volte-face et décida un repli prudent.

Malgré la vague terroriste de 2015-2016, Hollande ne dévia jamais de ce mot d’ordre, ou plutôt inventa un « ni-ni » (« ni Assad, ni Daesch ») qui ne correspondait...à rien. Il fallu un changement de président en 2017 pour que le sujet ne soit plus à l’ordre du jour. Encore le dégel vers une position plus réaliste n’est-il pas complet.

Lorsque la Russie fait la guerre à la rébellion, à Idleb, à Alep ou à Damas, les Européens bottent en touche et font dans l’humanitaire : la guerre, ça tue, et c’est très mal.

Publicité

 

Mais alors… que faudrait-il faire ? Surtout ne rien toucher et laisser la Syrie coupée en 3, 4, 5 ou 6 « émirats » fondamentalistes ?

Il en fut de même en cet automne 2019, lorsque la France demanda à cors et à cris le maintien de la tutelle américaine sur la « zone autonome arabo-kurde » de l’Est syrien, fruit de la résistance des milices kurdes à Daesh et de l’appui militaire occidental.

Au delà de la forme, brutale, du désengagement américain, c’est évidemment Trump qui avait raison au fond :

Daesh disparu, pourquoi des forces militaires étrangères devraient être utilisées comme moyen de soutenir une demande d’autonomie régionale face au pouvoir central ? L’avenir de l’Est syrien est plus sûrement avec le reste de la Syrie (quelle que soit la forme que cela prendra), que dans une crypto-indépendance sous protection étrangère, qui ne sera acceptée par personne, et évidemment pas par la Turquie.

 

Le « ni-ni », pour être efficace, ne peut se baser sur un idéal inexistant (ou embryonnaire) dans la réalité. Il est vrai que la continuité de la politique française est aussi celle des hommes, puisque Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense sous François Hollande, est actuellement aux Affaires étrangères.

 

La Turquie d’Erdogan trace aussi sa propre route, et on ne voit pas bien en quoi elle contribue à résoudre la situation.

Alliée traditionnelle de l’OTAN, elle s’en est brutalement émancipée, sous le prétexte d’une complicité américaine hypothétique dans le putsch raté de juillet 2016. Déjà bien rafraîchies avec Obama, les relations avec Trump oscillent entre le glacial et le polaire. Le nouveau sultan entend surtout jouer sa propre partition, entre Russie et USA, et devenir le leader du monde arabo-musulman après les printemps arabes de 2011. Au panturquisme et à la lutte contre le séparatisme kurde, des constantes de la politique turque, s’ajoute des velléités de panislamisme (sunnite).

Soutien de la première heure de l’opposition armée à Assad, Erdogan épaule toujours des milices islamistes qui n’ont désormais aucun avenir : si « l’accord d’Astana » semblait de fait prendre acte de la partition du pays en reconnaissant 4 « zones de désescalade » tenus par les milices dans l’Ouest, la suite a montré qu’il n’en était rien.

 

Évacuées de la Ghouta de Damas (avril 2018), puis de Deraa (juin – août 2018), vers Idleb, à l’issue d’autres « accords » turco-russes, les milices protégées par la Turquie font face à l’avance de l’armée gouvernementale dans cet ultime réduit. Et après ? On les enverra en Libye ? C’est ce qu’a proposé sans rire Erdogan.

 

Demeure aussi la question des autres gages territoriaux pris par l’armée turque et ses supplétifs en Syrie, d’abord sur Daesh dans la haute vallée de l’Euphrate en août 2016 (Bouclier de l’Euphrate), puis sur les milices kurdes en janvier-février 2018 (Afrin) et en octobre 2019.

Publicité

 

Toujours sans rire, il s’agit officiellement de « relocaliser » le long de la frontière turque les « bons réfugiés » (de préférence arabes sunnites) provenant d’autres régions syrienne, au détriment des « mauvais » kurdes. Un délire pur qui rappelle les funestes déportations d’un autre temps, aussi inacceptable qu’improbable. Qu’importe l’absurdité et l’irréalisme de la proposition, elle ne dépare pas dans une ambiance aussi surréaliste.

 

Sans développer les implications de tous les (nombreux) autres protagonistes (pays du Golfe, Iran, Hezbollah, Israël…), on peut terminer en rappelant que la crise syrienne se greffe aussi sur la question plus générale de la place de l’Iran, soutien du monde chiite, dans la région.

 

Là où Obama menait une politique plus médiatrice, quitte à mécontenter tout le monde1, Trump a changé de paradigme et a fait des USA le paratonnerre des pays les plus anti iraniens, Arabie Séoudite et Israël.

Il n’est officiellement aucunement question de provoquer, les armes à la main, la chute de la théocratie iranienne comme les néo-conserateurs, mais, nuance, d’utiliser un blocus économique pour faire chuter les mollahs et « faire fleurir la démocratie à Téhéran ». Croit-on sérieusement à cette hypothèse, quand on voit les issues désastreuses des précédents irakiens et libyens ? Là encore, la question n’est pas vraiment posée.

 

Loin d’inventer des solutions, les diplomaties semblent concentrés sur des objectifs à très courte vue (gagner la guerre), sectaires (défendre mes alliés et mon clan) voire franchement fumeux.

 

Et comment s’étonner que la résolution du conflit apparaissent inaccessible, presque 10 après, si les enjeux ne sont même pas posés ouvertement, comme autant de non dits qui empoisonnent (encore plus) l’atmosphère ?

(à suivre)

 

 

1 l'accord sur le nucléaire iranien, qui levait les sanctions économiques en échange de l’arrêt du programme nucléaire, fut combattu par les conservateurs iraniens, qui tiennent la réalité du pouvoir, et suscita le vif mécontentement d’Israël et de l’Arabie séoudite.



24 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 avril 08:44

    Vous ne parlez pas d’Israël, si ce n’est que ce pays est parmi les plus anti-iraniens

    Ses propres projets d’expansion territoriale ne joueraient-ils aucun rôle dans de conflit à base d’oléoducs, commerce pétrolier et question kurde ?


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 avril 08:48

      @Séraphin Lampion

      je rédigeais mon commentaire pendant que Massada postait le sien
      je ne pensais pas qu’il montrerait aussi imprudemment son gros bec jaune


  • chantecler chantecler 2 avril 08:54

    Massada ,

    Tiens tu ne parles pas de ce qui se passe en ce moment à l’intérieur du Grand Israël .

    C’est dommage car la pandémie s’étend à toute vitesse grâce aux ultra religieux qui n’entendent pas se prêter au moindre confinement : attroupements dans les synagogues et dans les lieux publics , papouilles entre mâles religieux à couettes etc etc ....

    https://www.marianne.net/monde/cause-d-eux-nous-mourrons-tous-l-irresponsabilite-des-ultra-orthodoxes-affole-les-israeliens

     smiley


    • dimitrius 2 avril 09:09

      @chantecler
      Le petit professeur des écoles étant le premier a dénoncer les exactions commises par Israel sur les Palestiniens , qui aujourd’hui se réjouit de la mort d’humains fussent ils Israéliens , tu viens de prouver ton racisme et ton antisémitisme crasse.


    • chantecler chantecler 2 avril 09:14

      @dimitrius
      Ouais ma poule , enfin mon putois , :
      N’oublie pas de spécifier à ton radiologue que les rayons, c’est vers tes roubignoles qu’il faut les diriger et non vers ce qui te sert de cerveau .
       smiley


    • dimitrius 2 avril 11:16

      @chantecler
      infâme petit parasite de la société , tes jugements de gauchiasses sont du niveau de ta nullité d’enseignant assisté , tu es et a été un boulet pour notre société , sans compter le bourrage de crâne que tu as fait subir aux enfants de ta misérable idéologie merdique.


    • chantecler chantecler 2 avril 11:34

      @dimitrius
      Mouarf,
      Bravo !
      Encore !
      Ah que je t’aime , ma pourriture préférée !
      T’as pas réussi à faire censurer mon post ?
      La Hasbara n’est plus aussi efficace qu’auparavant .
      Tout se perd !
      Bisous .
       smiley
      PS : félicitation pour ton humanisme affiché .
      Ca ne mange pas de pain !
      Enfin , je me comprends ...
      Mais dans cette histoire plus d’ennemi extérieur ou intérieur à exterminer.
      Que des bons Israéliens , qui colonisent et se reproduisent comme des lapins .
      Et qui à l’occasion tuent les dirigeants qui veulent faire la paix .
      Tchao le putois .


    • dimitrius 2 avril 11:49

      @chantecler
      Saches que je ne fais jamais censurer quoi que ce soit , bien que tes potes le fassent à mon endroit. Au contraire je me régale de tes réponses de minable vieillard cacochyme , il ne te reste plus que ta haine de raté de la vie. Tu es petit par l’esprit et malingre de corps.


  • leypanou 2 avril 08:57

    Loin des analyses énamourées des poutiniens, la Russie (comme tout le monde) défend ses intérêts et ses alliés   : est-ce étonnant ?

    A moins que vous ne préfèreriez la position de l’UE qui s’aplatit devant le diktat du Grand Satan.

    J’ai cru comprendre que l’UE a tout de même défié l’injonction du « protecteur » en envoyant de l’aide à l’Iran ces jours-ci pour lutter contre le coronavirus.


    • troletbuse troletbuse 2 avril 09:22

      @leypanou
      Comme en Italie ?  smiley
      Le Perier a du être outré qu’un Antonov 24 nous livre les masques chinois et aussi par l’aide de matériels russes à l’Italie.
      Pour terminer, la situation devient comique ; les ricains nous piquent les masques
      http://www.leparisien.fr/societe/des-masques-commandes-par-la-france-rachetes-au-pied-des-avions-par-les-americains-01-04-2020-8292483.php
      Ca fera une excuse supplémentaire pour Micon pour le manque de masques. Espérons qu’il va serrer ses petits poings devant Trump avant de baisser son froc.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 2 avril 09:35

      @leypanou

      Oui, ok, vous jouez en contre, comme les poutiniens smiley

      Obama a fait un accord avec l’Iran sur le nucléaire, et Obama en son temps, c’était le diable.

      Maintenant que Trump a dénoncé l’accord, subitement, c’est devenu LE truc à défendre.

      Vous êtes vachement crédible smiley

      Vivement le tome 2 smiley


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 2 avril 09:36

      @troletbuse

      toujours aussi subtil dans votre campagne de soutien à Macron, mdr


    • leypanou 2 avril 10:04

      @Olivier Perriet
      votre anti-poutinisme vous rend ridicule.
      Je n’ai jamais approuvé toutes les décisions de Poutine, en particulier les dernières sanctions contre la Corée du Nord, ainsi que sa posture vis-à-vis du Petit Satan.

      Même le JCPOA n’a pas lieu d’être : en vertu de quoi certains pays peuvent dicter ce que les autres peuvent avoir comme types d’armes ?
      Qu’ils se séparent déjà de leurs propres armes nucléaires s’ils veulent être crédibles.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 2 avril 13:53

      @leypanou

      Vous avez bien raison de refaire le monde tel que vous voudriez qu’il soit, mais ça n’a pas grande importance


    • troletbuse troletbuse 2 avril 23:12

      @Olivier Perriet
      Voyons je ne parle jamais de Macron, mais de micron, vous savez, le millionième du mètre. En plus j’ai oublié le R de Micron, enfin c’est pareil ? car si j’avais voulu parler de Macron, j’aurais mis Complétement Con.


  • troletbuse troletbuse 2 avril 09:00

    J’ai lu tous les interlignes. Très intéressant. Vivement l’article 2  smiley


  • samy Levrai samy Levrai 2 avril 09:36

    La géopolitique du Moyen Orient vu par un enfant regardant la télé... article de haut vol...


  • Copain 2 avril 18:06

    Comment peut on devenir antisémite d’un peuple de manouche composé à 99% d’ashkénaze, en volant la terre des autres et leurs cultures. 


  • Copain 2 avril 18:47

    La troisième guerre mondiale opposerait le Judaïsme et l’Islam. Cette prophétie est remarquable à plusieurs égards. Nous devons bien réaliser que cette prophétie a été faite en 1870, à l’époque où Israël n’existait pas encore en tant que nation. Personne ne pensait que cela serait un jour possible, à part quelques Chrétiens fondamentalistes !

    Cette guerre commencera entre Israël et ses voisins Arabes, et s’étendra au monde entier. C’est de la fumée et des destructions causées par cette troisième guerre mondiale que jaillira littéralement l’Antichrist !

    • Dans Abdias, Dieu annonce la destruction de la Maison d’Esaü, en particulier du peuple d’Edom, dans les derniers jours. Dieu annonce cette délivrance, à cause de la manière dont les Arabes ont traité Son peuple élu, Israël. Il est vrai que la nation d’Edom a déjà été sévèrement jugée en 70 après Jésus-Christ. Mais ils n’ont pas été éliminés en tant que peuple, et ils n’ont pas été détruits par Israël à l’époque, comme l’annonce le verset 18 d’Abdias. En outre, le verset 15 parle du « jour de l’Eternel » au verset 15. Ce jour concerne la fin des temps, ce qui n’étais pas le cas en 70.
    • Dans Joël 2:18 à 3:21, Dieu annonce un terrible jugement sur toutes les nations, en commençant par les Arabes. Dieu « ramènera les captifs de Juda et restaurera la prospérité d’Israël. Nous savons que cela s’est accompli le 14 mai 1848. Relisez soigneusement ce passage de Joël, et vous verrez que la main de Dieu exercera de terribles jugements contre toutes les nations qui entourent Israël, lorsque Israël sera rétabli dans son pays. Joël 2:30-31 semble même prédire une guerre nucléaire dans les temps de la fin.
    • Israël échappera à la destruction physique par la puissance miraculeuse de Dieu. Mais ce pays courra un danger si grand que Dieu Lui-même devra surnaturellement le protéger. Dans Daniel 12:1, nous voyons qu’au temps de la fin, Israël courra un danger tel, que l’Archange Micaël devra »se lever" pour secourir le peuple de Daniel, c’est-à-dire Israël.

    Nous pouvons donc accorder une réelle importance à cette vision démoniaque d’une troisième guerre mondiale. Car elle doit permettre à l’Antichrist de se manifester triomphalement au travers de toutes ces destructions. C’est lui qui mettra fin à cette guerre, pour offrir à un monde meurtri « la paix et la sûreté. » Mais il est écrit dans 1 Thess. 5:1-4 que c’est à ce moment précis, quand les hommes diront : « Paix et sûreté ! » qu’une ruine soudaine les surprendra.

    Les événements actuels montrent qu’Israël cherche à échanger « la terre contre la paix. » Cela n’a aucun sens. Même les responsables politiques d’Israël, dont certains sont d’anciens généraux de l’armée, ont fini par soutenir ce plan insensé. Sur le plan militaire, ce plan est un désastre, car il offre aux Arabes la possibilité de s’installer de manière permanente au cœur même d’Israël, dont l’armée ne pourra plus réussir à défendre ce pays, si les attaques proviennent d’un Etat Palestinien. Les Juifs Orthodoxes sont convaincus que ce « Plan de paix » ne peut aboutir qu’à la guerre et non à la paix. Ils ont raison

    Vous pourriez vous demander pourquoi tant de responsables Israéliens ont fini par accepter l’idée de donner un Etat aux Palestiniens, ou de rendre le Golan à la Syrie, alors qu’ils devraient savoir ce qui va en résulter ? Je crois qu’il y a deux raisons à cela :

    • Ce sont des humanistes. A ce titre, ils peuvent donc être facilement séduits par Satan.
    • Ils ont reçu, de la part des puissances occidentales,« des »garanties« quant à la sécurité d’Israël, s’ils acceptent ce plan.

    Quelle qu’en soit la raison, les responsables Israéliens ont fini par concevoir ce plan impossible. Ils ont déjà commencé à en réaliser une bonne partie de ses dispositions. A présent, avec un nouveau Premier Ministre de droite, tout est en place pour une prochaine explosion, car il ne semble pas disposé à s’engager plus loin dans ce »plan de paix." S’il tente de revenir sur les concessions déjà accordées, il ne peut qu’en résulter une guerre !


  • Copain 2 avril 18:56

    Rappelez-vous aussi ce qui est écrit dans Apocalypse 17:17 : « Car Dieu a mis dans leurs cœurs d’exécuter son dessein et d’exécuter un même dessein, et de donner leur royauté à la bête, jusqu’à ce que les paroles de Dieu soient accomplies. »

    Etes-vous spirituellement prêt ? Votre famille est-elle prête ? Protégez-vous efficacement vos bien-aimés ? C’est la raison d’être de notre ministère : vous permettre de comprendre à quel péril nous sommes confrontés, et vous aider à employer les moyens qui vous permettront d’avertir et de protéger ceux que vous aimez. Quand vous aurez été suffisamment formés, vous pourrez utiliser ce que vous savez pour engager la discussion avec ceux qui ne sont pas sauvés. J’ai pu le faire bien souvent, et j’ai vu des gens venir à Christ à la suite de ces discussions. Ces temps périlleux que nous vivons sont aussi des temps où nous pouvons gagner beaucoup d’âmes à Jésus-Christ, ce qui aura des conséquences éternelles.

     

    Si vous avez déjà accepté Jésus-Christ comme votre Sauveur, mais si vous êtes tièdes dans votre marche spirituelle avec Lui, vous devez Lui demander immédiatement pardon et Le prier de vous renouveler. Il vous pardonnera instantanément, et remplira votre cœur de la joie du Saint-Esprit. Il vous faudra ensuite veiller à prier et à lire la Bible chaque jour.

    Si vous n’avez jamais accepté Jésus-Christ comme votre Sauveur, mais que vous avez compris qu’Il est vivant, que nous approchons de la fin des temps, et que vous voulez accepter le don gratuit de la vie éternelle, vous pouvez également le faire dès maintenant, dans le secret de votre demeure. Dès que vous acceptez Jésus comme votre Sauveur, vous passez par une nouvelle naissance spirituelle, et vous avez la certitude d’aller au Ciel, comme si vous y étiez déjà. Vous pouvez alors être assuré que le Royaume de l’Antichrist ne vous touchera pas spirituellement.


  • Jonas 3 avril 09:44

    Bonjour Olivier Perriet, 

    Je suis d’accord avec vous en gros sur votre analyse concernant le Moyen-Orient, sauf que vous passez sous silence la non intervention des Etats-Unis , malgré le franchissement de la « Ligne rouge » , ce qui a remis Poutine au centre de la politique syrienne, puis enhardi , a son non respect des frontières en Europe. 

    Par ailleurs je signale , que seuls les Occidentaux sont soumis à la réprobation et la condamnation, jamais les autres pays, dont les drapeaux ne sont jamais brûlés.

    1) La Birmanie et sa répression depuis des années contre la minorité des Rohingyas et leur expulsion 

    2) La Chine et ses agressions et emprisonnements des musulmans ( Ouïgours ) au Xinjiang dans ds camps d’enfermements . 

    3)L’ Occupation de Chypre Nord par la Turquie et les massacres des Kurdes, sous tous les prétextes , pour ne pas leur accorder l’autonomie , qu’ils méritent plus que certains. 

    4) Les massacres a huis clos des musulmans en Tchétchénie -Daguestan-Ingouchie , par Poutine. ( 250 000 morts en Tchétchénie )

    5) L’Inde et sa nouvelle politique de « nationalité » excluant les musulmans du Pakistan, Bangladesh etc.

    Bref , les 57 pays musulmans regroupés dans l’organisation de la coopération islamique ,( OCI) n’ont strictement rien à reprocher aux pays cités ci-dessus , en revanche , les pays occidentaux sont montrés du doigt pour leur racisme et leur soi-disant « islamophobie », bien que les immigrés venant de ces pays se dirigent vers les pays occidentaux. 


Réagir