lundi 6 juillet - par Bertrand Loubard

Covid-19, Géologie, Marketing et Génocide

Ante-Scriptum 1 : Je sais que ce texte est fort long. Mais pour ceux qui auront le courage d’arriver au bout, je demande d’être compréhensif et de ne pas voir dans la fin de ce papier un quelconque manque de respect pour les victimes des génocides et de celui du Rwanda en particulier.

Ante-Scriptum 2 : Toute ressemblance avec ce qui a été dit sur les « blogs », « forums » ou autres sites tels que celui dont la référence est reprise ci-après, serait purement fortuite et ne pourrait être en aucun cas pris pour du « plagiat » car, croyez-moi, ce texte a été « commis » (bien péniblement) avant les dates de diffusion des documents en question.

https://www.youtube.com/watch?v=UnWG4RhsJWs&t=1712s

 

Quels points communs entre les quatre mots du titre ?

 

Si l’épidémie Covid-19 finira, peut-être, par avoir fait, sur la terre entière, ente 800.000 et 1.200.000 morts en une durée de plus ou moins 10 mois, on peut cependant se demander s’il s’agit réellement d’une guerre, comme l’a « décrété » Macron. En fait une guerre contre la nature est une notion qui n’a pas vraiment de sens. On ne fait pas la guerre contre un tremblement de terre ou contre un ouragan. On se fait, naturellement, normalement, conventionnellement la guerre entre humains, dignes de ce noms, jusqu’aux génocides. Mais dans une vraie guerre on peut encore refuser de la faire, ... par exemple, être déserteur, Monsieur le Président. On peut être collabos ou résistant c’est-à-dire héros ou terroristes, c’est selon. Mais contre un virus ? Et à plus forte raison avec un virus, comment faire une trêve, rétablir la paix, comment sceller des alliances préventives une fois la guerre finie ? Il y a effectivement des Banques Centrales, des Fondations Philanthropiques, l’Etat Profond, des Complexes Militaro – Industriels, des Mafia, des Gladio, des Elites, le Nouvel Ordre Mondial pour cela [1] ? Bien entendu suivant Macron il y aurait peut-être une possibilité[2] que le virus soit d’origine humaine malintentionnée ou accidentelle, par manipulation génétique dans un laboratoire type P4 (haute sécurité). Or un des deux seuls laboratoires qui pourraient être incriminés en l’occurrence, est franco-chinois à Wuhan[3]. Donc il vaut mieux voir l’épidémie comme un cataclysme naturel, Comme tout le monde devrait le savoir. Point/Barre.

Or la géologie est justement là pour nous apprendre à retrouver le sens des ordres de grandeur dans les cataclysmes naturels. Ce sens doit permettre de nous recadrer, dans la nature ..... et pas seulement dans les perspectives d’élections de village. .... Car la géologie est, elle, une « science naturelle » et certains phénomènes géologiques sont assez caractéristiques de l’influence de la Nature sur l’Histoire de l’Humanité, justement. Depuis les erreurs et/ou les fautes jusqu’aux progrès c’est un peu la nature qui mène le jeu. La transition entre la chute de la République romaine (assassinat de J. César) et l’essor de l’Empire romain fut peut-être liée aux conséquences plus ou moins lointaines sur le climat de l’éruption d’un volcan en Alaska (l’Okmok, dans les îles Aléoutiennes, en 43-45 avant notre ère[4]). On peut également citer l’éruption du Laki[5], en Islande, de 1783 qui a induit, jusqu’en France, des modifications climatiques. La Révolution Française de 1789 en serait fort probablement, en partie, tributaire. Plus près de nous, l’éruption de la Montagne Pelé à Saint Pierre de la Martinique, le 8 mai 1902, a fait 40.000 morts et disparus. L’évacuation de la ville n’a ni été interdite ni décrétée obligatoire. Mais il faut aussi se souvenir que des élections législatives devaient être tenues le 11 mai de cette année 1902 ... tiens, tiens, tiens ..... ! ( ?). Encore plus près de nous l’alerte éruptive de la Soufrière de Guadeloupe en 1976. Claude Allègre venait d’être nommé Directeur de l'IPG[6]. Ne dit-on pas que le point de vue de ce Mandarin Politique a prévalu sur celui d’un scientifique de terrain, Haroun Tazieff[7], et que l’évacuation (qui s’est révélée inutile) a ruiné l’économie de ce DOM. Ne parlons pas des perspectives de Naples (Italie - 1.000.000 habitants) et du Vésuve ? De même de Goma (RDC - 2.000.000 habitants) et du Nyiragongo ? Mais qu’en est-il du suivi des catastrophes géologiques naturelles en générale. Le « reset » « envisagé » aujourd’hui n’est-il pas comparable avec les initiatives de ces moments - là ? ? Qu’en est-il du relogement des sinistrés ?....... N’y aurait-il pas eu des scandales dans la reconstruction dans les pays disposant d’une Mafia bien organisée ? Mais il faut aussi souligner les cas particulièrement positifs et intéressants que sont ceux du tremblement de terre d’Agadir (Maroc) en 1960 (15.000 morts) et l’éruption de gaz CO2 du las Nyos (Cameroun) en 1986 (1.746 morts). La catastrophe d’Agadir a abouti à un exemple, pour la « philosophie de la prévention », dans ce qui est la gestion des risques : l’édition des « Règles PS - MI 89 révisées 92 »[8] pour les constructions en Béton Armé. Pour la catastrophe de Nyos il faut se rappeler que le drainage des gaz volcaniques dissous dans le lac a été effectué grâce à l’intervention du professeur de physique à l’Université de Savoie, Michel Halbwachs, On voit donc les analogies qu’on peut observer entre les catastrophes naturelles (sanitaires et géologiques) sur divers aspects de leurs conséquences sur l’humain en général : études théoriques, observations de terrain, aménagements techniques. (Engineering, Education, Enforcement)

 

Car le point commun entre le Covid-19 actuel et les catastrophes naturelles, c’est justement le marketing. Pour paraphraser Gilles Deleuze qui disait, dès 1977, devant la « mode » des nouveaux philosophes, que l’apport des « nouveaux philosophes » à de la philosophie du 20ième siècle était le marketing, on pourrait dire que cette nouveauté se retrouve, au 21ième siècle, malheureusement, dans tous les domaines : le sport (tennis, football), la culture (cinéma, concert), l’art (peinture, musique), la santé (hôpital, éphad), l’éducation (écoles, université), la justice (tribunaux, prisons), les religions (églises, sectes), les ONG (L’arche de Zoé, Oxfam), les Fondations (Clinton, Soros) et même la guerre ou les génocides (cfr. plus loin). Maintenant avec l’introduction du « Vivant[9] » dans des « Brevets » et de la « Mort » dans des « Protocoles » en tant que marchandises on est sans doute arrivé consciemment (ou non) à un point de non-retour. Mais nous devons être conscients que nous entrons dans l’après - Covid-19.

Il est évident que les marchés doivent s’étudier pour maximaliser les rendements des investissements[10]. Les différends Forums Economiques (depuis les niveaux régionaux, jusqu’à La Macq de Davos) se réunissent, pour établir les modèles mathématiques et les prévisions les plus réalistes. Il veillent également à informer les participants privés et institutionnels des possibilités offertes justement à la « stabilité » et à la « croissance » par l’obtention, sur ces marchés, des prix équitables. Il s’agit là d’une stratégie de partenariat entre le public et le privé. Le public (les Gouvernements) est en charge d’établir les lois, budgets, règlements et autres modus operandi pour mettre en œuvre les conditions nécessaires pour atteindre (manu militari si nécessaire) les objectifs arrêtés. Et c’est bien entendu la « main invisible du marché » (Adam Smith 1776) qui fait le reste et que le juste équilibre entre l’« Offre et de la Demande » s’établit à l’intersection des courbes d’évolution correspondantes ..... à la plus grande satisfaction de tous les acteurs.

(Patients devenus clients, usagers utilisateurs, bénéficiaires assujettis, etc. ....).

Ce qui est étonnant c’est que dans les scénarios que normalement les Forums Economiques étudient, aucun modèle ne semble ne fut-ce qu’avoir été évoqués les conséquences économiques, financières, monétaires, socio-culturelles et environnementales des diverses attitudes à prendre en cas de « pandémie ». Pour les crises pétrolières, les accidents nucléaires, les sécheresse, les typhons, les sauterelles....tout est objet de simulations de A à Z, les unes plus réalistes que les autres.... Pour la pandémie « actuelle », hypothèse cependant envisagée depuis plusieurs années déjà, semble-t-il, rien de tout cela, à première vue .... ? En fait, il apparait bien que la planification de ce qui s’appelle actuellement « reset » (Economic Post-Collapse’s reset – Remise à zéro économique post effondrement) était bien étudiée depuis bien avant le H1N1 (2009 - qui se révèle avoir été comme un « ratage », une espèce d’essai avorté) .... On dit que l’occasion crée le larron. Mais pour le Covid-19 les larrons (en foire) étaient, eux, aux aguets depuis longtemps, et cela a bien marché. En 2020, tout n’a-t-il pas bien commencé par un essais du type « crash » ou « stress- test » qui était en fait une vérifiaction de la résilience de la population au choc ? Il a répondu à toutes les prévisions et espérances. Le chaos a été initialisé et tout le reste a suivi comme par magie (ou sorcellerie) .... Tous, comme les gnous[11] entre le parc de Masai Mara au Kenya et le parc du Serengeti traversant la rivière Massaie au milieu des crocodiles lors de leur migration, tous, nous nous sommes précipités sur le PQ, les spaghetti, la farine, le sel et le savon ....... jusqu’à épuisement. Nous nous étions donc montrés mures pour le confinement et piégés par ceux qui d’une main tenaient le virus et de l’autre le vaccin promis et .... les forces de répression .... Nous nous sommes inclinés devant de nouvelles « idoles », nous avons faits les gestes barrières (rituels), respecter la distanciation sociale (déchaussement), porter le masque (Kippa) et utiliser les gels hydro-alcooliques (bénitiers). Les « inputs » compilés dans les domaines cliniques, biologiques, radiologiques, virologiques, épidémiologiques et statistiques étaient fournis en flux tendu par toutes les structures robotisées de gestions bureautiques hospitalières. Les « outputs » ont été fournis en temps réel et « tous convergeaient » vers l’obligation d’un lockdown radical, avec polices, gendarmerie, les services « ABN[12] Rescue », hélicoptères, drones de surveillance, engagement de milices et de vigiles à caractère para – militaire ....... Les quelques « rébellions » n’ont coûté en fait que quelques jours en institution psychiatrique[13], sous perfusion de chimie « lobotomisante » ... et le suicide du Ministre des Finances de Hesse, Thomas Schaefer (« profondément inquiet » des répercussions de l’épidémie du coronavirus sur l’économie, suivant le Premier ministre de ce land allemand Volker Bouffier)[14]

Mais tout cela permet de mettre un peu d’ordre dans les affaires .... L’après Covid-19 ne sera jamais plus comme avant ... Cela me rappelle évidemment le « Plus jamais ça » .... et j’en arrive aux génocides. Mais alors, je commence à ma fâcher car il y a 26 ans exactement c’est entre 800.000 et 1.200.000 rwandais qui ont été assassinés en moins de 100 jours dans un pays grand comme la Bretagne. Et personne, personne n’a bougé, personne n’a levé le petit doigt. Au contraire Bill Clinton a interdit d’employer le mot « G »[15] à la Maison Banche et les Institutions Internationales se sont tues dans un chœur assourdissant. Clinton a fait évacuer les troupes de la Minuar pour ne plus avoir de témoins de ce qui se passait réellement. Il a refusé qu’une intervention proposée par l’un de ses compatriotes et amis (moyennant néanmoins quelques millions de dollars) stoppe en 15 jours les tueries. Paul Kagamé a menacé les troupes étrangères qui resteraient sur place et qui auraient pu « témoigner ». Kagamé les a forcées à se retirer. Il n’y a que la France qui s’est débattue pour tenter quelque chose et qui maintenant est honteusement accusée de complicité de génocide...pour cacher quoi ?... Par après ce sont les mêmes acteurs qui ont fait deux guerres en RDC pour un total d’environ 6.000.000 de morts. Avec les mêmes sponsors. Est-ce la même chose qu’avec le Corona ... que veut on nous éviter de voir ? Pourquoi faut-il nous tétaniser, nous sidérer ..... ? Et par après, au Rwanda, comme par hasard, c’est la Fondation Clinton et la Fondation Bill Gates qui viennent vacciner les petites rwandaises contre le cancer du col de l’utérus ... Et par après c’est Halliburton et Kellogg Brown & Roo qui construisent une base militaire aérienne dans le Bugéséra... Mais aussi il y a Starbucks Corporation qui fait découvrir au monde comment le nouveau régime produit le meilleur café et le meilleur thé du monde .... Il y a aussi Monsanto qui fournit en pommes de terre OGM (stériles) le Nord Rwanda qui naguère était le « grenier à patates » du pays et qui maintenant subit une famine sans précédent.... mais il y aussi les milliers de dollars et d’Euro que Kagamé peut donner aux clubs de football de Manchester et de Paris Saint Germain ....

Mais, il est vrai, un Génocide, ce n’est pas contagieux ..... n’empêche !!!!

Ici chez nous ;...c’est la 5G qui passe, c’est la suppression du Jury Populaire en Assises, ce sont les impôts sur les fortunes supprimés, ce sont les bombardiers envoyés dans le Baltique et en Syrie, ce sont les réductions des retraites, le renforcement de l’exclusion du chômage, ce sont les impôts de solidarité « Corona », ce sont les retraites à 69 ans et +, la réduction du remboursement des soins de santé , les transactions pénales entres voleurs ........ Etc. etc. .... Tant pis, y avait qu’à pas. ... !

 

[2] Et donc une vraie guerre.

[6] Institut de Physique du Globe de Paris (France)

[7] Qui était le volcanologue français le plus connu du monde.

[9] Et donc de la mort

[10] Bien que les cultures Judéo-Chrétiennes (et bien d’autres) ont toutes toujours condamner officiellement la spéculation ....

[12] Atomic, Biologic, Nuclear

[15] Génocide – Cfr Samantha Power : “A problem from hell”



9 réactions


  • Patrick Samba Patrick Samba 8 juillet 13:02

    Bonjour,

    c’est pas trop long ! Et c’est intéressant.

    Mais il y a à boire et à manger...

    "Pour paraphraser Gilles Deleuze qui disait, dès 1977, devant la « mode » des nouveaux philosophes, que l’apport des « nouveaux philosophes » à de la philosophie du 20ième siècle était le marketing«  : comme quoi Deleuze il lui arrivait de dire de grosses conneries... Dire son fait au stalinisme, du marketing.... bon....

    Et rien compris à votre analyse du génocide rwandais. Savez-vous ce qu’a dit Mitterrand au sujet des rwandais, y compris les victimes donc ? Ses propos ont été rapportés par l’ambassadeur français au Rwanda, Saint-Exupéry : »Pour ces gens-là, un génocide ce n’est pas grand chose"...


    • Bertrand Loubard 8 juillet 16:07

      @ Patrick Samba

      Merci pour votre commentaire. Pour ce qui est de Deleuze, je voulais simplement paraphraser ce qu’il avait dit de la « nouveauté » qui, selon lui, avait été apportée par ceux qui se sont qualifiés de « nouveaux philosophes » à savoir l’introduction du marketing dans un domaine où il est indécent de parler marché et marchandage. Or comme on le sait le « marchand » est actuellement partout y compris dans le « Vivant » (trafics des êtres humains, trafics d’organes) et dans la « Mort » (exploitation des résultats des « protocoles » en tant que stratégie des laboratoires pharmaceutiques). Pour ce qui est du Génocide des Tutsis du Rwanda il ne faudrait pas se tromper sur les fonctions. « Il » a été effectivement « dit » que quelqu’un des services de sécurité de Mitterrand aurait « avancé » qu’un garde-du-corps de celui-ci l’aurait entendu dire : « Pour ces gens-là, un génocide ce n’est pas grand - chose" (ou à peu près, car il semble qu’il y ait plusieurs versions) ... Vous appelez l’ambassadeur de France au Rwanda auquel Mitterrand aurait adressé ce constat : Saint-Exupéry. S’il s’agir du même Saint-Exupéry auquel je pense (et qui aurait bien rapporté la phrase en question ou presque ...) je crois savoir que ce dernier n’a jamais été ambassadeur de France au Rwanda, mais bien journaliste en France.
      Que le Génocides des tutsis du Rwanda soit devenu, actuellement, ce que certains appellent un « fonds de commerce » pour le régime rwandais, semble se confirmer au fur et à mesure que des critiques, provenant même des ex-bras droits de Kagamé, reçoivent comme réponse justifiant les « dérives » dictatoriales de celui-ci : le Génocide. Je vous signale que le Rwanda comme d’autres pays pauvres est devenu une réserve vivante de cobayes pour les vaccinations expérimentales et pour d’autres « productions-manipulations » des membres du Complexe Militaro – Industriel et de l’Etat Profond. Bill Clinton (copain cul et chemise avec Kagamé) et sa fondation sont aussi des exemples de mercantilisme et des techniques de la concurrence commerciale sous couvert de philanthropie. Et là aussi le Génocide des Tutsis du Rwanda est une monnaie d’échange, sonante et trébuchante, dans des contrats, des conventions et autres « gentlemen’s agreement » (cfr. les clubs de foot Arsenal et Paris St.-Germain).
      Bien à vous.


    • Patrick Samba Patrick Samba 9 juillet 11:05

      Oui, vous avez sans doute raison. Je citais de mémoire. Il est bien possible que Saint-Exupéry soit journaliste et cite dans son livre les propos de l’ambassadeur de France. Pour moi c’était lui l’ambassadeur.

      Oui vérifié sur le net, plus de doute vous avez raison.


  • alinea alinea 8 juillet 22:12

    L’eau bénite, est-elle désinfectante ? Elle repousse le diable déjà, j’aurais bien vu des bénitiers à l’entrée des temples de la consommation laissés ouverts dans lesquels nous aurions trempé notre menotte, et foin de masques !

    Quant au Rwanda, après avoir lu « la Stratégie des Antilopes » ma vie n’a plus jamais été comme avant. Et je n’ai lu que celui-là de cet excellent journaliste.

    Ça dépassait l’entendement, seulement, en y réfléchissant, nos pays n’ont qu’un vernis, bien chimique, de civilisé, et la violence du monde actuelle, dont l’occident est en grande partie l’auteur,

    n’a rien à envier à ce génocide.

    Les 500000 enfants morts du blocus en Irak, c’est comme les drones, ce n’est plus de la barbarie ; tandis que la corrida si.

    Allez comprendre : ce qui est loin et que l’on apprend par l’écran, ne touche guère, tandis qu’un délire collectif se crée sur une com’ alarmante que l’écran nous transmet.

    Quant aux vaccinations, il semble que les cobayes africains ne suffisent plus aux appétits de « Portes » de l’enfer, il est question d’y ajouter les occidentaux.

    Sinon, rien, l’homme gère et gèrera. !

    Merci pour votre article vu bien tardivement.


    • Patrick Samba Patrick Samba 9 juillet 11:08

      Ah, pas lu ton commentaire avant d’avoir répondu à B. Loubard, j’aurais dû.


    • Bertrand Loubard 10 juillet 14:41

      @alinea

      A propos de « La stratégie de l’antilope » de Jean Hatzfeld (1949 - journaliste et écrivain), j’ai été, à l’époque, fort déçu à la lecture de la littérature romanesque sur le Rwanda et sur le génocide en général (je n’ai pas tout lu, évidemment). J’ai été également interpellé par ce qui était « rapporté » dans les films de fiction () qui sacrifiaient, in fine, à une certaine forme de prosélytisme, relativement spontané. Je voudrais rappeler à ce sujet le film « Kinyarwanda » d’Alrick Brown avec Cassandra Freeman dans le rôle de Rose Kabuyé. Rose Kabuyé a été un des « bras droits » de P. Kagamé. Actuellement « déchue –suicidée ( ?) “, en tous cas hors radar. Cassandra Freeman disait de Rose Kabuyé : « She’s like the Martin Luther King Jr. of Rwanda. She is known for ending the genocide”. Ce qui est totalement faux. Le film n’a pas fait de carrière commerciale en Europe. L’« héroïne » est tombée en disgrâce vis-à-vis du régime de Kigali, au mauvais moment pour que ce film devienne un « événement » .... Voilà encore un exemple de marketing sur le dos du génocide. Car à propos d’un génocide, justement, on se doit de défendre la pensée unique, la doxa sous peine de se faire excommunier. C’est évidemment une stratégie tenant du marchandage ..... Aujourd’hui : « cholestérol, phosphate, ensime glouton, oméga trois, papier maïs, etc. » .... Demain ce sera l’inverse .... si du moins les stocks sont assez avancés pour refourguer les restes en Afrique noire .... Brûles ce que tu as adoré et adores ce que tu as brulé....

      Pour les enfants d’Irak, je suis entièrement d’accord avec vous. Donc pour moi s’il faut porter le masque pour protéger le prochain commençons par ne plus envoyer nos bombardiers en Syrie, en Irak, en Libye et partout où nous massacrons des gens en bonne santé .... ce sont aussi nos prochains. Commençons aussi à chercher où disparaissent chaque année, bon an - mal an, 15.000 Migrants Mineurs Non Accompagnés (MINA). Pour les petites filles il n’y a pas photo. La demande est suffisante entre les ports d’Hambourg, Amsterdam Antwerpen, et Marseille. Mais pour les gamins....évidemment cela fait, par gamin en bonne santé, un cœur, deux poumons, un foie et deux reins ... cela va chercher dans les combien sur le marché des organes, à votre avis ? »....

      Bien à vous.


    • alinea alinea 10 juillet 16:12

      La stratégie des antilopes, n’’est pas romanesque !! c’est le récit des rescapées, principalement des femmes dans mon souvenir, à la veille du retour des hutus du Congo.

      Je n’ai pas lu les autres qui étaient faits de témoignages aussi.

      Je dois avouer, à ma plus grande honte, que je n’ai pas, à l’époque, suivi de près cet épisode si cruel, n’ayant à ma disposition qu’un poste de radio comme tout contact avec le monde.

      Note de lecture : « La stratégie des antilopes (Jean Hatzfeld) | « Charybde 27 : le Blog

      Bien à vous aussi


  • dimitrius 8 juillet 22:28

    @alinea :

    L’Occident c’est Rome , pas de place pour les faibles.


Réagir