mardi 20 juillet - par NICOPOL

COVID19 / #NonAuPassSanitaire : le mauvais argument de la « Liberté »

J'étais à l'une des manifestations de samedi dernier contre le passe sanitaire, dans une grande ville méditerranéenne - massive, calme, résolue, des familles, des jeunes, des personnes âgées, des populos, des intellos, des bourgeois et des prolos, sous le regard débonnaire de quelques policiers pas vraiment intimidants. Pas de black blocs, pas de lacrymos et de flash balls, pas de récupération politique, une ambiance à la fois plus sereine et plus puissante que celles des manifs Gilets Jaunes, parce que dépassant tous les clivages politiques, économiques et idéologiques. Malgré cela, je n'ai pu m'empêcher de me sentir un peu géné par les mots d'ordre scandé par la foule : "LIBERTE ! LIBERTE !! LIBERTE !!!". C'est à mon avis une erreur de placer la résistance sur ce thème de la "liberté". Non seulement il nous inscrit de force dans le cadre conceptuel de nos ennemis macronistes, celui du "Libéralisme" (philosophique, économique et sociétal), mais il prête aussi le flanc à la facile critique d'un supposé "égoïsme" des "anti-vaxx". Ce n'est pas sur le plan des Valeurs qu'il faut se mettre pour remporter ce combat, mais d'abord, surtout et même exclusivement sur celui de la Science...

L'ambiguité de la valeur "Liberté"

La "Liberté" est un idéal ambigu. Certes, la plupart d'entre nous ont envie d' "être libres", de faire ce qu'ils veulent, de n'être contraints en rien. Pourtant, si chacun exercait ainsi sa sourraine liberté, aucune société ne serait possible, ce serait la masse anomique de Thomas Hobbes dans laquelle "l'homme est un loup pour l'homme" (Leviathan). Pour faire société, il faut donc tempérer cette liberté, l'équilibrer par d'autres valeurs, d'ordre collectif ou communautaire. Ces valeurs peuvent prendre une forme individualiste (l'impératif kantien "ne pas faire à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'il te fasse") ou holiste (la "solidarité", la contribution au "bien commun", une certaine compréhension de la "fraternité"...), se diffuser via la mythologie (Hector se sacrifiant sous les remparts de Troie), la religion, l'école publique, l'Idéologie politique (socialisme, anarchisme, communisme), le droit et les institutions bien sûr. 

La Liberté seule n'est donc pas une valeur positive. Sans contre-valeur, elle mène à l'idéologie "libérale", la recherche sans frein de son intérêt individuel, déclinée sur le plan économique par la recherche illimitée du profit financier - objectif cardinal du capitalisme moderne qui n'admet aucune barrière juridique (omniprésence de la fraude fiscale et de la corruption), morale (mépris absolu de toutes les valeurs collectives auxquelles restent encore attaché le peuple) et matérielle (la résistance pouvant être neutralisée par les moyens de la force publique ou, comme pour les cartels ou les "prestataires" du Pentagone, des milices privée). La Liberté guidant le Peuple, pendant la Révolution Française, c'est en fait la Liberté des marchands bourgeois manipulant le Peuple pour détruire le dernier obstacle - le Roi ! - à leur domination absolue. Macron et ses clones technocrates sont les descendants de ces "Libéraux", c'est au nom de la "Liberté" qu'ils asservissent le Peuple, le domestiquent, l'humilient : au nom de cette liberté "naturelle" légitimant l'exploitation du plus faible par le plus fort. Ne nous y trompons pas, la "Liberté" est la valeur de nos ennemis. Ce n'est pas en son nom que nous devons nous lever, défiler, nous révolter.

A titre personnel, j'admets la possibilité de forcer un individu à faire quelque chose contre son gré, si c'est au bénéfice du groupe, lorsque c'est la seule et dernière solution. Emprisonner un délinquant ou un assassin est une triste mesure, mais dans nos sociétés elle est justifiée moralement et donc juridiquement. Je n'ai donc pas d'objection absolue de principe à la vaccination obligatoire, si c'est la seule et dernière solution pour protéger la société d'un petit nombre d'individus la mettant objectivement en péril. Et donc oui, dans le cas d'un virus ultra-contagieux et ultra-dangereux pour la majorité de la population, si le vaccin est la seule solution pour éviter d'innombrables morts, j'admets la possibilité de la vaccination forcée. Et ceci, je le précise, même si elle comporte un risque non-nul pour la personne vaccinée : un individu doit accepter de prendre un petit risque pour éviter un très grand risque au reste de la population, il doit accepter cette forme (relative) de sacrifice pour le bien commun ; et oui, je pense que la société aurait le droit de le contraindre ou de l'exclure s'il refusait de le faire.

(Bien entendu, cette contrainte ne pourrait être exercée que par un pouvoir légitime, agissant au nom du Peuple et avec l'accord et même le mandat explicite de celui-ci - par exemple après référendum ; certainement pas unilatéralement et sans consultation par une petite clique de technocrates non-élus ou rejetés par la grande majorité de la population).

Quel argument alors contre la vaccination obligatoire ?

Ce n'est donc pas au nom de la "liberté" - de "ma" liberté" - que je refuse la vaccination obligatoire et le passe sanitaire. C'est au nom de la Science, au nom de la Vérité. La vaccination forcée, le passe sanitaire, ne sont justifiés que s'ils sont scientifiquement justifiés. Si c'était le cas, bien tristement, je serai pour. Mais - et c'est sur cela, et seulement sur cela que le mouvement de résistance devrait s'appuyer - CE N'EST PAS LE CAS POUR LE VARIANT DELTA.

Le slogan des anti-vaxx devrait être : "Il n'existe à cette heure AUCUN argument scientifique sérieux pour justifier la vaccination obligatoire de l'ensemble de la population". Et nos ennemis, de fait, sont incapables d'en proposer, d'où la brutalité et l'irrationnalité intuitive de leurs mesures.

Car pourquoi veulent-ils qu'on se vaccine tous, nous expliquent-ils ?

(1) Le virus se répand dans la population non-vaccinée, et celle-ci pourrait contaminer des personnes vaccinées.

Les personnes non-vaccinées mettent donc la vie de ces dernières en danger. Curieux argument que de dire que les personnes vaccinées sont en risque si elle attrape le virus : à quoi servent donc ces vaccins s'ils ne servent pas à les protéger de la maladie pour laquelle on vaccine ? Et si c'est le cas partiellement (on peut choper le virus, mais on ne fait pas de forme grave), pourquoi avoir peur de croiser un non-vaccinés porteur du virus ? Sans parler du fait que même les quelques rares cas de formes graves peuvent désormais être traitées beaucoup plus efficacement, et que les formes graves du variant DELTA semblent par ailleurs moins aigues que les formes graves des variants précédents. Le seul risque signifciatif (c'est-à-dire au-delà de quelques cas particuliers) que courent ces personnes, ce serait de faire une forme légère du COVID-19, c'est-à-dire une sorte de rhume. Donc, on voudrait imposer la vaccination forcée, ou ostraciser les non-vaccinés, juste pour éliminer un... rhume ? La disproportion des moyens par rapport au "danger" est telle qu'elle confine au grotesque.

Sans parler du fait qu'il semble bien que le virus puisse continuer de se répandre aussi dans une population en majorité, voire entièrement vaccinée, comme le montrent les exemples récents de la Grande Bretagne, d'Israël ou de Gibraltar (taux de vaccination 99% !!), ou même l'existence de cas de contamination ou de clusters au sein de groupes vaccinés (concerts ou boites de nuit ayant pourtant imposé le passe sanitaire, et jusqu'aux Jeux Olympiques japonais). En fait, tout semble indiquer que les vaccins existants NE SONT PAS EFFICACES pour empêcher la contamination par le COVID-19. Ils semblent certes efficaces contre les formes graves, ce qui serait une excellente nouvelle - encore faudrait-il prouver que ce n'est pas tout simplement dû au fait que ce nouveau variant déclenche beaucoup moins de formes graves que ses prédécesseurs ! Mais dire que si on vaccine tout le monde, les personnes vaccinées ne seront plus en contact avec le virus et que celui-ci disparaîtra, est juste FAUX scientifiquement. 

(2) Si le virus continue de se répandre dans la population non-vaccinée, il pourrait muter et remettre en question l'efficacité des vaccins et donc la protection des vulnérables.

Quelle est la preuve de cela ? Des scientifiques comme le Pr. Raoult affirment que c'est au contraire au sein de la population vaccinée que les variants apparaissent (comme le vieil Alpha en Angleterre), justement pour "échapper" au vaccin, et que c'était une véritable folie de lancer des campagnes de vaccination massive en pleine période épidémique. La tendance naturelle d'un virus au sein d'une population non-vaccinée, c'est l'apprentissage de la "cohabitation pacifique" : le virus apprend à ne pas (trop) rendre malade son hôte, ce qui limiterait sa capacité de réplication, et l'hôte apprend à se défendre contre le virus, non pas pour ne plus l'avoir, mais pour le porter sans effets indésirables excessifs. Ce seraient donc les partisans de l'immunité naturelle qui pourraient tout aussi bien accuser la population vaccinée de les mettre en danger en favorisant l'apparition de variants plus résistants et plus virulents (qu s'attaqueraient donc à des personnes de moins en moins vulnérables) ! 

Les deux "arguments" ci-dessus ne pouvant être démontrés au stade actuel de la connaissance scientifique, il n'existe plus aucune justification de la vaccination des personnes non-vulnérables. Le seul effet de la vaccination, ce serait de faire baisser les "cas" (un indicateur parfaitement pipôt n'ayant aucun sens médical et scientifique) et d'empêcher la population mondiale de s'enrhumer. Mais alors tout l'édifice de propagande des pro-vaxx s'effondre - la vaccination forcée, le passe sanitaire, la séggrégation sociale. C'est sur ce terrain qu'il faut se battre, celui de la Science, de la Vérité.

Les mensonges des macronistes pro-vaxx

Le combat des "anti-vaxx" (pour continuer à appeler ainsi un groupe hétérogène dont en fait une bonne partie n'est pas opposée par principe à la vaccination) est juste parce qu'il s'élève contre le mensonge et le dévoiement de la Science. Le discours actuel de Macron et de son entourage est basé sur le mensonge comme il l'est depuis le début de la crise sanitaire, et comme il l'est et l'a été partout où sa caste est au pouvoir :

  • Le masque ne sert à rien : FAUX scientifiquement (en intérieur mal ventilé) et ils ont sciemment menti à ce sujet
  • Le masque en extérieur protège d'un risque de contamination bien réel : FAUX scientifiquement, il n'y a jamais eu le moindre début d'une preuve de cela, et l'imposer était donc totalement illégal
  • Les cas explosent, le virus se répand : FAUX scientifiquement, les tests PCR sont absurdement trop sensibles et renvoient une proportion délirante de faux positifs (jusqu'à 95% selon le New-York Times, pourtant peu suspect de covido-scepticisme), les calculs de "taux d'incidence" et de "R0" sont de purs artefacts statistiques qui ne sont en rien corroborés par les remontées de terrain (en particulier le réseau Sentinelle), les indicateurs correspondants n'ont absolument aucun sens médical et ne peuvent en aucun cas servir de référence à une politique publique,
  • En l'absence de vaccin, le confinement est le seul moyen de contrôler l'épidémie : FAUX scientifiquement, toutes les études qui se sont penchées sur l'impact de ce type de mesures ont conclu qu'elles n'avaient eu strictement AUCUN impact positif sur la dynamique épidémique et le nombre de décès par million d'habitant (mais que par contre elles avaient eu d'innombrables impacts négatifs, le plus révoltant étant bien celui du suicide d'enfants ou d'adolescents)
  • En l'absence de masque / confinement / vaccin etc. l'épidémie sera hors de contrôle : FAUX scientifiquement, tous les modèles qui prédisaient l'apocalypse en Suède (lorsqu'ils n'ont pas confiné comme l'Angleterre ou la France) ou au Texas (lorsqu'ils sont levés toutes leurs restrictions) se sont lourdement trompés, comment les croire alors lorsqu'ils prédisent l'apocalypse en Angleterre maintenant qu'elle s'est "libérée" de ses dernières restrictions, ou en France si une moitié ou même un quart de la population refuse toujours de se faire piquer ?
  • La "communauté scientifique" est unanyme pour dire que le virus est d'origine naturelle : FAUX scientifiquement, et on le savait depuis le tout début comme cela est (enfin) sorti dans la presse mainstream ces mois
  • (Et encore : l'affaire Hunter Biden est une manoeuvre de désinformation : FAUX et archi-faux, et on le sait maintenant, les autorités américaines avaient toutes les preuves pour lancer une enquête, mais celle-ci a été délibérément suspendue avant l'élection de 2020 et totalement occultée par les médias)
  • (Et encore : les élections américaines de 2020 n'ont été entâchées d'aucune fraude : très probablement FAUX, faux et archi-faux, des preuves commencent à sortir de façon tout à fait officielle dans le cadre de procédures judiciaires en cours, comme en Georgie, et on n'en est sans doute qu'au début)
  • (Et avant cela encore : les charniers en Yougoslavie, les couveuses au Koweit, les armes de destruction massive en Irak, les attaques chimiques en Syrie...)

Depuis le début, les "autorités" politiques, médiatiques et hélas aussi scientifiques se sont trompées, ou bien ont délibéremment menti, occulté, manipulé l'information, toujours dans le même sens, celui de la vaccination de masse ("du monde entier", dixit notre président) et donc des intérêts objectifs de Big Pharma. Depuis le début, une petite "élite" de "sachants", persuadés qu'ils sont investis du pouvoir de choisir ce qui est bon pour la population, sont décidés à imposer leurs décisions, par la menace, le chantage et jusqu'à la force s'il le faut - une petite minorité de "premiers de la classe" sociopathes incapables d'accepter qu'on ne soit pas d'accord avec eux ou qu'on ne leur obéisse pas, sombrant dans une colère infantile lorsqu'on leur résiste, tel un petit garçon tyrannique auquel un camarade de classe refuse de prêter un jouet et qui, de rage, s'en empare de force et le réduit en miette. Depuis le début, une petite clique de fondés de pouvoir de l'oligarchie, corrompus jusqu'à la moelle par le lobbying et les passerelles entre le public et le privé, utilisent leurs fonctions politiques pour détourner l'argent public au profit d'intérêts privés - des tests inutiles, des médicaments nocifs (souvenons-nous, l'Ivermectine de Gilead...), désormais des vaccins expérimentaux peut-être ni sûrs ni efficaces...

Ils n'ont cessé de se tromper, de mentir et de voler : comment, et surtout pourquoi, leur faire confiance désormais, les croire sur parole à propos du variant Delta, accepter ce qu'ils nous disent qu'il se passera si on ne vaccine pas tout le monde ? Comment se convaincre que c'est eux qui ont raison, et pas les Raoult, les Fouché, les Henrion-Caude et autre Robert Malone (cet inventeur de la thérapie à ARNm qui attire sonne aujourd'hui l'alarme sur la toxicité de la molécule Spike) ? Je ne dis pas qu'ils ont forcément eu raison sur tout, ni qu'ils ne se trompent pas dans leurs prises de position actuelle, je dis juste qu'au moins, eux, jusqu'à preuve du contraire, ils sont sincères, désintéressés, objectifs, et que s'ils disent quelque chose qui sera infirmé plus tard, c'est de bonne foi, en tant que scientifique tatonnant à la recherche de la vérité, et non pour manipuler ou influencer des comportements à leur profit. 

L'absurdité des positions pro-vaxx 

La position des pro-vaxx et pro-pass ne repose pas sur des élément scientifiques probants. Elle ne repose que sur l'argument d'autorité ("tous les scientifiques sérieux disent que"), la menace ("si vous ne vous vaccinez pas, pas de vacances, pas de rentrée scolaire"), l'intimidation ("égoistes", "menace pour la société", "traitres"...) et bien entendu la répression (6 mois de prison pour prendre un café en terrasse sans passe sanitaire !?!?!).

Ne reposant pas sur la Science ou la Raison, elle débouche, comme toute Idéologie, sur des contradictions internes insurmontables, qui sont d'autant plus apparentes que les positions se radicalisent et se durcissent. En ce sens, elle est très (de plus en plus) facilement contestable.

Les pro-vax peuvent-ils répondrent aux questions de bon sens suivantes ?

  • Quelle est la logique de ne pas obliger les personnes vulnérables (obèses, personnes âgées dans les "quartiers sensibles") à se faire vacciner au nom du principe de "non-discrimination" - sachant que c'est ces personnes qui, si elles tombaient malades, couteraient le plus cher à la société - mais de discriminer les personnes en bonne santé qui ne veulent pas se faire vacciner - sachant que ces dernières, si elles tombaient malades, ne couteraient rien à la société (paquet de Clinex non-remboursé par la Sécu) ? 
  • Quelle est la logique d'interdire certains lieux (restaurants, cinémas) à des personnes non-vaccinées non-contagieuses, mais d'y autoriser des personnes vaccinées contaminées et contagieuses ?
  • Quelle est la logique d'interdire les terrasses aux non-vaccinés, sachant qu'on ne s'y contamine pas, mais d'autoriser les salles de restaurant ou de cinéma à des personnes vaccinées, qui pourront s'y contaminer ?
  • Quelle est la logique d'interdire aux non-vaccinés des lieux où il n'existe pas de risque sérieux de contamination (terrasses, mais aussi avions, TGV...), mais d'autoriser les vaccinés contagieux à se regrouper dans des lieux où le risque de contamination est beaucoup plus élevé (bureaux mal ventilés, domicile personnel...) ?
  • Quelle est la logique pour un obèse vacciné de demander à une personne non-vaccinée de payer elle-même son traitement si elle tombe malade, tout en sachant qu'il bénéficie des impôt de cette dernière pour traiter son diabète ou se faire un triple pontage coronarien ? Quelle est la logique pour un gros fumeur vacciné d'appeler à l'exclusion des personnes non-vaccinées des services de réanimations tout en sachant que ces dernières cotisent à la sécu pour le traitement de son futur cancer de la gorge ou des poumons ? Quelle est la logique pour un vieillard sénile de fulminer contre la population non-vaccinée qui contribue à ses différentes dépenses gériatiques et (accessoirement) au paiement de son précieux vaccin ? 
  • Si 110 000 manifestants c'est "infime minorité" qu'il convient d'ignorer et de mettre au ban de la société, pourquoi 100 000 morts ont-ils représenté une telle proportion de la population qu'elle a justifié d'enfermer 60 millions de Français, de mettre l'économie à l'arrêt, d'imposer des mesures de contrôle social d'une dureté jamais vue dans l'histoire de l'humanité ?

Merci à mes lecteurs de rajouter leurs propres questions en commentaire... Véran, Blachier, Delfraissy, Fauci, on attend vos réponses !



152 réactions


    • NICOPOL NICOPOL 20 juillet 18:40

      @Olivier Perriet
      Regarder QUOI en face ? Un variant Delta dont on sait, en Angleterre, pays dont le taux de vaccination n’est pas tellement plus élevé que le nôtre, qu’il s’est certes répandu très vite mais sans provoquer de formes graves ? Pourquoi voulez-vous que les choses se passent différemment en France, sachant que la population vulnérable, en tout cas le taux d’obésité, y est en plus moindre ?

      Et en septembre et en décembre, comme vous dites, vous pensez VRAIMENT que ça a été l’ « Apocalypse » ? Vous avez les chiffres de surmortalité par tranche d’âge comparée à une bonne épidémie de grippe saisonnière ? Ca m’intéresse.

      Vous avez peur de QUOI, en fait ?


    • Ouam (Paria statutaire non vaccinné) Ouam 21 juillet 01:21

      @Shawford, Fufutologue

      @Clouz0—

      Inde hier :

      -vaccinés : 6,02%
      -morts : 374

       

      Sors le nez de BFM !

      C’est vrai qu’une bonne cure de desintox est necessaire de temps en temps et une bonne dose de culture générale est a l’inverse bonne poir la santé...
       
      Ils sonts compbien en inde
      ouhlala au moins 1.2 milliards, cad à l’arrache pour pas se faire iech 20 fois plus que nous on va pas chipoter pour pas s’emmerder apres
       
      Divisons de tete et de maniere rapide 374 par 10
      Ca fais 37
      Divisons le par 2
      18 morts par jour en gros pour l’echelle de la France, et en plus avec l’etat sanitaire de ce pays (ou c’est pas triste)
       
      Bref ...voila j’ai tout dit.....


    • NICOPOL NICOPOL 21 juillet 10:09

      @Ouam
      L’arme la plus puissante contre la désinformation et l’intimidation, c’est bel et bien la division !
      Rien de plus ravageur qu’on bon ratio pour renvoyer les « enfermistes », « alarmistes » et autres « vaccinistes » à leurs névroses...


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 juillet 11:11

      @NICOPOL

      T’es te-be ou tu le fait exprès ?

      Hôpitaux saturés, réanimations. Ah mais je suis bête, y’avait la chloroquine, ou les pissenlits.

      Et surtout les statistiques flatteuses du gouvernement malgache, qui dénombre 100 morts, alors que les pompes funèbres locales les voient défiler.


  • Pierre 20 juillet 13:20

    Vieux con planqué économique....


    • NICOPOL NICOPOL 20 juillet 14:52

      @Pierre
      Rien compris. Pouvez-vous développer ?
      Si ça me concerne, (i) je ne suis pas vieux, (ii) je ne suis pas con, (iii) je ne suis pas planqué économique (profession libérale durement impactée, non pas par le virus, mais par les mesures politiques prises pour essayer soi-disant de le maîtriser)


  • ticotico ticotico 20 juillet 13:22

    Perso, j’ai l’impression que cette histoire est un voile islamique augmenté.

    Au fond du fond, macron a pour seuls objectifs de diviser encore et encore ainsi que de confirmer son statut de chef. A la différence de l’infaillibilité papale, l’infaillibilité macronienne a la constance d’une girouette.

    L’aspect voile islamique, c’est qu’il tient là un débat clivant qui va se poursuivre dans la durée, et le côté augmenté, c’est qu’ici, il piétine encore davantage la constitution. 

    A propos de liberté, j’étais il y a quelques jours avec des cubains qui étaient dans la rue ensemble pour réclamer la liberté pour leur pays. Là, tu sens l’émotion, tu sais que ce n’est pas un simple mot d’ordre, mais une revendication profonde, l’affirmation d’un besoin qui a été impossible à formuler publiquement pendant toute une vie.


    • NICOPOL NICOPOL 20 juillet 15:03

      @ticotico
      Oui. Le voile, la constitution européenne,

      le « mariage-pour-tous », les taxes écologiques, maintenant le vaccin et le passe sanitaire...
      En même tant, tant que ça marche, pourquoi ne pas continuer, hein...


  • BA 20 juillet 14:28

    En réalité, le Covid-19 a fait entre 3,4 et 4,7 millions de morts en Inde.


    Virus : le nombre de morts en Inde pourrait être 10 fois supérieur au bilan officiel.


    Le nombre de personnes mortes en Inde du Covid-19 pourrait être dix fois supérieur au bilan officiel qui est actuellement proche de 415.000 décès, estime mardi une étude américaine, ce qui ferait de la pandémie la pire tragédie humanitaire en Inde depuis son indépendance.


    Les experts de la situation indienne avertissent de longue date que le bilan est largement sous-évalué dans ce pays de 1,3 milliard d’habitants. Mais l’estimation du Center for Global Development est la plus élevée qui ait jamais été faite. Elle prend en compte la dramatique flambée épidémique qui s’est produite en avril et mai en Inde à cause du très contagieux variant Delta.


    L’étude, dont la période va du début de l’épidémie l’an passé à juin de cette année, avance qu’entre 3,4 et 4,7 millions de personnes ont succombé au coronavirus dans cet intervalle.


    "Le bilan réel des morts se situe probablement dans les millions, pas dans les centaines de milliers, ce qui en fait la pire tragédie humaine en Inde depuis la partition et l’indépendance", avancent les chercheurs.


    https://www.lepoint.fr/monde/virus-le-nombre-de-morts-en-inde-pourrait-etre-10-fois-superieur-au-bilan-officiel-20-07-2021-2436122_24.php



    • NICOPOL NICOPOL 20 juillet 15:10

      @BA
      Inde, nombre de morts par million d’habitants à l’instant où je vous écris : 297.

      Vous multipliez par 10 (ce qui est déjà un très très grand max), on arrive à 2 970. On serait donc, dans le pire du pire de la sous-estimation, au niveau de la République Tchèque et de la Hongrie, et environ 50% au-dessus de pays comme la Belgique, l’Angleterre, la France...

      Vu l’état de misère d’une bonne partie de la population (et donc de fragilité immunitaire), et le niveau catastrophique du système hospitalier dans l’essentiel du pays, on pourrait dire que juste 50% de morts en plus, ce n’est vraiment pas si mal que ça...

      Tout est à remettre en perspective...

      https://www.worldometers.info/coronavirus/


    • pemile pemile 20 juillet 15:20

      @NICOPOL « on pourrait dire que juste 50% de morts en plus, ce n’est vraiment pas si mal que ça... »

      Mais pour un pays qui est LA référence sur AVox pour prouver l’efficacité de l’Ivermectine, l’effet magique n’est pas vraiment là, non ?


    • Carlô SAINT Señor Shawford, Fufutologue 20 juillet 15:31

      @pemile

      Salut Mimile, t’es allé regarder cette vidéo j’espère :

      https://infovf.com/video/reiner-fuellmish-pandemic-fraud-version-integrale-1h20—9908.html

      J’attends avec délectation ton debunkage ! smiley smiley


    • NICOPOL NICOPOL 20 juillet 15:58

      @pemile
      L’Inde est un grand pays. Il faudrait différencier entre les Etats qui ont utilisé très tôt l’Ivermectine, ceux qui ne l’ont pas fait, ceux qui l’ont fait puis interdit...

      Il semble que les résultats montrent que les Etats qui ont misé sur l’Ivermectine ont pu infléchir beaucoup plus rapidement leur courbe épidémiologique que les autres...


    • pemile pemile 20 juillet 16:43

      @NICOPOL "Il semble que les résultats montrent que les Etats qui ont misé sur l’Ivermectine ont pu infléchir beaucoup plus rapidement leur courbe épidémiologique que les autres"

      Alors que l’étude de Pasteur prétend qu’il n’a un qu’un effet immunomodulateur mais pas d’effet antiviral, qu’il permet de limiter les symptômes mais pas la réplication virale ?


    • NICOPOL NICOPOL 20 juillet 18:19

      @pemile
      Ca dépend de quelle courbe vous parlez. En ce qui me concerne celle qui compte c’est celle des hospitalisations / réanimations et des décès. Celle des « cas » est tout à fait virtuelle et n’a aucune signification médicale (un « cas positif » asymptomatique n’est pas un malade, et ne rentre donc pas dans le champ de la médecine qui n’est rien d’autre que l«  »art de guérir").


    • leypanou 20 juillet 19:40

      Alors que l’étude de Pasteur prétend qu’il n’a un qu’un effet immunomodulateur mais pas d’effet antiviral  : une étude de Pasteur sur des hamsters a plus de valeurs que les résultats de médecins sur le terrain.
      Une dame aux États-Unis a forcé l’hôpital où elle était à la soigner avec de l’ivermectine au tribunal : 2 jours après, elle est rentrée chez elle.


  • Janlou 20 juillet 15:06

    Pétition à signer d’urgence..et faire suivre :

    https://petition-passeport-sanitaire.com/signature


  • SilentArrow 20 juillet 15:29

    @NICOPOL

     (souvenons-nous, l’Ivermectine de Gilead...)

    Ne serait-ce pas plutôt le Remdesivir de Gilead ?


  • zygzornifle zygzornifle 20 juillet 16:14

    Macron va écraser l’opposition au pass comme il l’a fait pour toutes les autres contestation ....

    Descendre dans les rues ne sert plus a rien a moins d’être des millions mais les millions ce sont des faux culs, il fait passer a quelque chose de plus musclé ....


    • Carlô SAINT Señor Shawford, Fufutologue 20 juillet 16:19

      @zygzornifle

      Tu te prépares à monter en première ligne ? Ça va être Hamburger Hill tu sais ? smiley


    • véronique 20 juillet 17:05

      @zygzornifle

      Il se peut que ça ne serve à rien pour le moment, en tous cas que ça ne permette pas de faire reculer le gouvernement. 

      Mais on ne connait pas l’avenir. On disait la même chose des gilets jaunes. Aujourd’hui, des groupes de gilets jaunes, déjà constitués, vont manifester.


  • ticotico ticotico 20 juillet 16:18

    Un autre truc qui révèle assez clairement la volonté manipulatoire, le désir de cliver et diviser, la phrase infâme du petit Tatal (Gabriel) :

    « Il y a une France laborieuse et volontariste, qui veut mettre le virus derrière elle et travaille. Elle est largement majoritaire. Et puis il y a une frange capricieuse et défaitiste, très minoritaire, qui se satisferait bien de rester dans le chaos et l’inactivité. »


    Je suis prêt à parier qu’il ne l’a pas écrite tout seul, sûr que le « Bva nudge Unit », a été briefé pour sortir ça.


    Pour les mal comprenants (l’ensemble des français pour les macroniens) voici un magnifique commentaire trouvé dans la presse collabo (ici le Midi « Libre » )

    Gabriel Attal dit tout haut ce que beaucoup des 37 millions de Français vaccinés pensent tout bas : « Nous ne voulons pas faire peser sur les vaccinés les choix des non vaccinés ».


    • véronique 20 juillet 16:58

      @ticotico

      Les mots du jeune Attal sont ignobles, indignes d’un serviteur de la république et des français.

       les vaccinés : ils sont travailleurs et volontaires, combatifs contre le virus.
       les non-vaccinés : des paresseux, capricieux, bordéliques, défaitistes.


    • NICOPOL NICOPOL 20 juillet 18:24

      @véronique

      Gabriel Attal dit tout haut ce que beaucoup des 37 millions de Français vaccinés pensent tout bas : « Nous ne voulons pas faire peser sur les vaccinés les choix des non vaccinés ».


      Alors même qu’il se pourrait bien que les variants apparaissent au sein de la population vaccinée... Lol.

      Et puis, « beaucoup » de 37 millions, vu qu’on est 67 millions dans notre pays, ça pourrait bien faire une minorité smiley


    • NICOPOL NICOPOL 20 juillet 18:25

      @véronique
      Bien d’accord. Ce jeune arriviste est payé avec nos impôts, il est à notre service. Ajouter l’insulte au mensonge est le propre de ceux qui sont dans l’erreur. Restons calmes, restons courtois, restons attachés aux faits, et on y arrivera.


  • véronique 20 juillet 16:41

    Et quelle est la logique de prévoir des exceptions notamment pour les personnes ayant des contre-indications médicales à la vaccination  ?

    Je vous rejoins sur l’argument de la liberté.

    Parce que c’est justement en vertu de ce principe de liberté qu’on nous impose le laisser-passer sanitaire  : la vaccination n’est pas obligatoire, il y a une option possible pour le test pcr ou antigénique (il faut préciser un petit détail au sujet des personnes qui peuvent justifier avoir été malades du covid dans les 6 derniers mois. Pour elles aussi, il faut montrer un test pcr fait au moment de la contamination).

    Le seul grand principe qui permette de s’opposer au laisser-passer sanitaire, c’est celui de l’égalité.

    Pour ce qui concerne la vaccination proprement dite, je suis d’accord sur le fait que c’est la science qui peut dire si cette vaccination est nécessaire, et malheureusement nos institutions parlementaires n’ont pas daigné se saisir de la question. Pourtant, au moment où la vaccination va devenir obligatoire sans autre option pour une partie de la population, ça devient indispensable, et même s’il s’agit de personnes en contact avec des personnes fragiles, situation qui peut justifier des critères plus souples en faveur de la vaccination obligatoire.


    • NICOPOL NICOPOL 20 juillet 18:30

      @véronique
      Bonjour Véronique,
      Merci de votre commentaire, et bien d’accord avec vous sur la liberté, qui est un argument à double tranchant. 

      En revanche, je ne suis pas d’accord avec le fait que le principe d’égalité peut être invoqué, sauf là aussi à tomber dans l’ « égalitarisme ». Le droit se base en fait non sur l’égalité (qui est « la même chose pour tout le monde ») mais d’équité (« la même chose pour des situations comparables »). Le traitement différencié des non-vaccinés ne rompt pas le principe d’égalité, dans la mesure où on peut arguer objectivement que cela correspond à 2 situations sanitaires différentes. On interdit aux mineurs de conduire et d’acheter de l’alcool, aux politiciens condamnés de se représenter à un mandat électif, aux hommes de pisser dans les toilettes des femmes : cela me parait parfaitement normal.

      Encore une fois, ne nous trompons pas de combat : ne résistons pas au nom de valeurs toutes interprétables dans le sens qui nous arrange, mais des faits.


    • véronique 20 juillet 19:49

      @NICOPOL

      Et bien l’application de traitements différenciés ne conduit jamais à une réduction des droits des personnes (ça conduit plutôt à donner certains avantages, comme par exemple un tarif préférentiel, dans le but justement d’améliorer l’égalité).
      Je ne parle évidemment pas de ceux qui vont en prison après condamnation par exemple. Votre exemple des mineurs n’est pas adapté puisqu’un mineur n’est pas privé de ses droits,’ il ne les a pas encore, c’est différent. Les citoyens non vaccinés ne sont pas des délinquants. Il n’y a aucun raison de les punir en les privant ou en réduisant l’exercice de leurs libertés. Et pour quelle faute puisque la vaccination n’est pas obligatoire ?

      De plus, en quoi la situation est différente pour un vacciné ? Tout le monde peut contaminer et être contaminant. Une personne avec pass aussi, et dire que ça va globalement permettre de réduire la circulation du virus, ok, pourquoi pas même si ce n’est pas prouvé, mais on crée une réponse individuelle, le pass, à un objectif collectif, ce n’est pas du tout adapté. En plus il est prévu de faire des exceptions, donc il y aura dans les lieux accessibles avec un laisser-passer, des personnes non vaccinées et non testées, et peut-être non masquées.

      Donc cette histoire de traitement différencié du fait que les personnes vaccinées et non-vaccinés sont dans des situations différentes ne tient pas la route. Il y a trop de failles, trop d’inconnues, trop d’approximations pour pouvoir en arriver à restreindre l’exercice des droits d’une partie des citoyens.

      Reste l’intérêt général, pour justifier la rupture d’égalité, mais le moyen du pass sanitaire n’est pas une mesure sanitaire. C’est juste un instrument de contrôle qui se base sur des données scientifiques qui ne permettent pas d’avoir des certitudes et qui n’est pas par lui-même garant que son porteur est vraiment « sain » .


    • NICOPOL NICOPOL 21 juillet 09:22

      @véronique
      Vous avez raison de faire une nuance entre priver quelqu’un de ses droits, et accorder des droits différents à différentes catégories de personne. Dans le cas du passe sanitaire, retire-t-on à quelqu’un le droit d’aller au restaurant, ou bien ne lui accorde-t-on carrément plus ce droit ?
      Bon, sur le fonds, nous sommes manifestement d’accord, en particulier vos deux derniers paragraphes. Mais pour moi l’argument important est bien celui-là : ça ne tient pas la route scientifiquement.


    • véronique 21 juillet 10:24

      @NICOPOL

      On lui retire un droit qui existait auparavant. 
      Quoi qu’il en soit nous sommes effectivement d’accord, et nos décideurs politiques évitent le plus possible de questionner la réalité scientifique, c’est flagrant.

      J’en profite pour dire que les gens vaccinés devraient eux aussi majoritairement dénoncer le pass sanitaire. Qui porte aussi atteinte à leurs droits, dans une moindre mesure que pour les non vaccinés, mais tout de même.
      Le pass sanitaire est juste un instrument de contrôle. On pourrait d’ailleurs très bien imaginer le pass sanitaire + la vaccination obligatoire sans autre option.
      Ce n’est pas totalement inconnu en France. Quand on conditionne l’inscription à l’école ou à la crèche aux vaccinations obligatoires, c’est un genre de pass sanitaire. Mais c’est très limité. Et il y a vaccination obligatoire, ce qui permet de penser que la balance bénéfices/risques a été évaluée sous le contrôle parlementaire. Et l’État est responsable en cas de dommage lié à ces vaccins.
      Avec le projet de loi, le contrôle sanitaire se fait chaque fois qu’on va au cinéma, à la piscine au café, au restaurant, à la déchetterie, au centre commercial, à des réunions etc. etc.  Et ce contrôle se double d’un contrôle d’identité. Le tout alors que la vaccination n’étant pas déclarée obligatoire, le vacciné doit lui aussi être prêt à assumer son choix s’il a des problèmes suite à sa vaccination.


  • saint louis 20 juillet 16:56

    Si je résume dans les slogans de la manif le mot « respect » aurait dû être employé au lieu de « liberté ».

    En plus cette valeur essentielle du respect d’autrui est la clé d’une société harmonieuse que l’on a connue jusqu’alors.

    Celle ci est bafouée par la nouvelle civilisation de la racaille et du mondialisme.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 juillet 17:32

      @saint louis

      Non égalité, c’est mieux.


    • NICOPOL NICOPOL 20 juillet 18:21

      @Olivier Perriet et @Saint Louis
      Euh non, pour moi, ni l’un ni l’autre. Commençons par le principe de réalité, celui des faits, de la science et de la vérité (définie comme la concordance entre les modèles de représentation et les faits observables).


    • saint louis 22 juillet 22:20

      @NICOPOL
      La réalité ? mais laquelle ? car chacun a la sienne.


    • NICOPOL NICOPOL 23 juillet 08:15

      @saint louis
      C’est une position philosophique, et je ne la partage pas. La réalité existe indépendamment de ce que nous en percevons ou comprenons. Chacun peut avoir son « interprétation » des faits observables, mais il n’en reste pas moins que ces faits se déroulent indépendamment de cette observation et de cette interprétation.


  • BA 20 juillet 17:18

    France : l’épidémie de Covid-19 explose. Les nouveaux cas de contamination suivent une courbe exponentielle. C’est une augmentation de + 158 % en une semaine.


    Covid-19 : 18 000 cas recensés en 24 heures, en augmentation de 158 % en une semaine.


    « Le nombre de cas de contaminations au Covid-19 sur les dernières 24 heures a grimpé à 18 000, contre moins de 7 000 une semaine auparavant (+ 158 %) », s’est alarmé le ministre de la Santé Olivier Véran, selon qui cette hausse, due au variant Delta, est inédite.


    https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/direct-pass-sanitaire-le-projet-de-loi-du-gouvernement-contre-le-covid-19-arrive-au-parlement-4ac444d8-e916-11eb-89e6-1dd7ac0e3ad2



    • NICOPOL NICOPOL 20 juillet 18:34

      @BA
      Mais encore une fois, qu’est-ce que ça veut dire, ces « cas », s’ils ne se traduisent pas en « malades », et ensuite en hospitalisations et en décès ? Du virtuel. En Angleterre, dont le taux de vaccination n’est pas stratosphériquement supérieur au nôtre, les hospitalisations et les décès n’ont pas significativement augmenté, et ceci alors même qu’on a suffisamment de recul temporel.
      Une forme moins virulente du virus qui se répand dans une population où les gens vulnérables sont en majorité vaccinés, mais c’est l’immunité naturelle à moindre frais ! Pourquoi tout le monde flippe alors ? C’est absurde, irrationnel. On est dans la psychose pure et simple.


    • byle 21 juillet 07:50

      @BA

      Et combien de test en plus ?
      Les gens partent en vacances, normal qu’on teste massivement, non ? 


  • Mellipheme Mellipheme 20 juillet 18:41

    Bravo et merci pour votre article très complet. Je partage votre analyse.

    Discuter le mot « ennemis », préférer « adversaires », ne change rien sur le fond. Nous assistons à l’installation d’un autoritarisme sanitaire jamais vu jusqu’à ce jour, sans aucune justification crédible.

    Seule lueur dans cette nuit de l’esprit qui s’abat : les remarques de la défenseure des droits, très mesurée, (elle se dit favorable à la vaccination) mais inquiète sur les conséquences sociales du projet de loi.

    Si le Conseil Constitutionnel valide les dispositions d’exceptions qui nous menacent, il restera l’émigration ou la résistance passive collective.

    Je précise que je suis vacciné contre de nombreuses maladies (diphtérie, tétanos, typhoïde, fièvre jaune notamment) mais que je n’accepterai jamais ce chantage à la vaccination covid en raison des très grandes incertitudes qui existent sur les effets collectifs à moyen terme et sur l’absence de risque réel pour les personnes en bonne santé se faisant prescrire en cas d’infection covid Delta un traitement précoce efficace (il en existe de nombreux).

    Pour le premier volet lire attentivement :

    https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/080721/covid-19-vaccins-experimentaux-strategie-vaccinale-entretien-avec-christian-velot

    Pour le second point, voir un médecin engagé dans le collectif « Laissons les médecins prescrire ».


    • NICOPOL NICOPOL 20 juillet 18:50

      @Mellipheme
      Merci de votre commentaire.

      Discuter le mot « ennemis », préférer « adversaires », ne change rien sur le fond. Nous assistons à l’installation d’un autoritarisme sanitaire jamais vu jusqu’à ce jour, sans aucune justification crédible.

      C’est pourtant une distinction importante. Un « adversaire », c’est quelqu’un avec qui je suis en conflit provisoirement mais que je reconnais comme d’égale dignité. L’ « ennemi », c’est le Bien contre le Mal, ce dernier étant exclu du champ de l’humanité et pouvant faire l’objet de mesures qu’on n’accepterait pas de faire subir à un « ami ». Or, ce sont eux, les élites macronistes covidistes, qui ont déclaré le peuple comme « ennemi ». C’est eux qui ont déclaré la guerre, qui ont ouvert les hostilités ou plutôt, qui ont élargi au champ sanitaire une guerre déjà déclarée et menée depuis longtemps sur le plan culturel, économique et sécuritaire.

      Merci à cette référence à notre « défenseure des droits ». Je mets le lien. C’est édifiant.

      https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/communique-de-presse/2021/07/extension-du-passe-sanitaire-les-10-points-dalerte-de-la-defenseure-des


  • DACH 20 juillet 22:52

    La liberté au bout du chemin ? = Jérusalem : 3 médicaments existants battent presque à 100% le corona dans un labo

    Si les médicaments réussissent le test clinique pour le COVID, ils sont également susceptibles de s’avérer efficaces pour les nouvelles variantes, selon les scientifiques. Voir son article....


    • NICOPOL NICOPOL 21 juillet 09:53

      @DACH
      Merci de relayer cette info. Les Israéliens peuvent être critiqués sur de nombreux sujets, mais ils ne sont pas idiots. Ils sont en train de réaliser que le tout-vaccinal ne fonctionne pas, que le « zéro-COVID » est une absurdité, que la contrainte sociale marche un moment mais ne peut servir de politique sanitaire, et alors du coup, que reste-t-il ? Le traitement, bien sûr.
      Notons toutefois que, selon l’article, il s’agit de médicaments existants (un contre l’athérosclérose, un contre le cancer, un contre le VIH). Et que leur efficacité reposerait sur le fait qu’ils ne ciblent pas la protéine Spike (dont on découvre qu’elle est hautement mutagène) mais d’autres protéines plus stables (ils devraient donc rester plus efficaces contre les variants). Autant dire que c’est l’antithèse des thérapies ARNm et adénovirus actuels.
      La presse mainstream relaiera-t-elle cette info ? Et si elle ne le fait pas, sera-ce antisémite ? smiley


  • Hervé Hum Hervé Hum 20 juillet 22:57

    C’est toujours agréable de lire un article où on y retrouve l’essentiel de sa propre réflexion.

    Juste deux remarques que vous devriez apprécier.

    La première, pour lever l’ambiguité sur la liberté, il suffit d’identifier la source de cette confusion, c’est à dire, liberté individuelle ou privé et liberté collective ou publique. La première, c’est la souveraineté de son propre corps (les anglais ont tiré les 1ers avec l’habeas corpus ad subjiciendum), la seconde, la responsabilité de ses actes vis à vis d’autrui. Comprendre que la souveraineté est un principe d’intériorité, que ce soit pour un individu ou un royaume ou une nation. Alors que la responsabilité est un principe d’extériorité, de soi vers autrui (jamais vers soi même). Une communauté, quelle que soit sa taille, repose sur le principe de responsabilité, mais divisé en classes ou castes sociales. C’est cette division qui crée d’elle même, car c’est sa fonction, le rapport de souveraineté et de servitude (ce rapport obéit strictement au principe de causalité et lui seul). En principe, la démocratie peut reconnaître une forme de division sociale, mais je ne suis pas certain qu’une population bien informée soit d’accord avec celle qui sert aujourd’hui de référence. J’en doute fortement même.

    Or, dès lors où un peuple délègue sa souveraineté totale sur l’Etat à une personne ou groupe de personnes, elle perd ou plutôt, n’a jamais eut la pleine souveraineté de l’Etat, donc, du pouvoir, de la force publique, etc.

    De fait, si on considère que le peuple en tant que tel est toujours maintenu en mineurité ou toujours considéré et laissé comme tel par le groupe détenant l’essentiel du pouvoirs, il est possible de dire que ces derniers exercent une forme de « régence » du pouvoir démocratique. Car la souveraineté ne peut se déléguer que vers le bas, c’est à dire, pour une mission et un temps déterminé. Par contre, déléguer sa souveraineté vers le haut, revient à la perdre et ne peut être motivé que par une forme d’incapacité d’exercer son pouvoir intérieur. Ici, l’immaturité politique et sociale, entretenue de manière perverse, manipulatoire.

    Ceci dit, ce pouvoir démocratique ne peut reposer que sur le principe de responsabilité, qui garantie l’équilibre et l’équité de la souveraineté démocratique, dès l’instant où chacun revendique d’être responsable de ses droits et devoirs envers autrui (jamais envers soi même).

    Ainsi, par définition, l’irresponsabilité du président est la preuve qu’il exerce d’un point de vue constitutionnel, le rôle de souverain d’Etat, non pas en apparat comme en Angleterre ou sous la 4ème république, mais en fonction et détention du pouvoir régalien de l’EtaT. Pour un pays qui affirme être républicain et démocratique, c’est totalement contradictoire.

    La seconde remarque, c’est qu’en lieu et place de « logique », je met plutôt « relation de causalité », car c’est en ne faisant pas la relation de causalité qu’ils peuvent s’affranchir de la logique ! Mais après tout, le déni de relation de causalité est une pratique générale et je ne connais personne, à commencer par moi, qui y échappe en tout.

    Au fait, statistiquement, le nombre de morts dû au covid c’est la moitié de 100 000, car on peut être sûr que de la différence statistique entre le nombre réel de morts et l’estimation de morts hors covid, tant cette infection ne peut être analysée autrement.

    sinon, quelle est la logique de confiner toute la population, sans distinction des zones infectés et zones non infectés après deux semaines de confinement ?

    Cela revient à maintenir alité toute la famille d’un malade par « solidarité », ou mettre toute la population en prison, sous prétexte qu’il y a des voleurs parmi elle !


    • NICOPOL NICOPOL 21 juillet 09:57

      @Hervé Hum
      Merci ce votre long et intéressant commentaire.
      Vous avez raison de rattacher le débat sur la « liberté » à celui sur la « souveraineté ». Est réputé « libre » collectivement un peuple qui serait « souverain ». Et resterait « souverain » un peuple dont les dirigeants seraient légitimes, responsables et représentatifs. Ce qui n’est certainement pas le cas de notre « pouvoir » actuel.


  • SilentArrow 21 juillet 00:45

    @NICOPOL

    Merci pour l’article

    Je viens de trouver ceci sur l’origine de la doctrine du confinement. Et on ne peut pas accuser ce site de complotisme.

    Et ceci sur l’échec de cette expérience.

     

    En ce qui concerne la « vaccination », il est peut-être un peu tôt pour se prononcer, mais il semble bien que parmi les nouveaux morts du covid en Israël, il y a plus de vaccinés que de non vaccinés. 


    • NICOPOL NICOPOL 21 juillet 10:03

      @SilentArrow
      Merci, very interesting indeed.


    • Yaurrick Yaurrick 21 juillet 11:06

      @SilentArrow
      Pour la situation en Israël , c’est un biais statistique, les 2 groupes n’étant pas de même de taille (et probablement d’age moyen assez différent). C’est malheureusement une erreur courante que font certains en ne considérant pas le résultat d’un paramètre relativement par rapport à la taille du groupe considéré,
      Vous pourrez vérifier dans les sources officielles du gouvernement israélien, la contamination et les hospitalisations sont plus élevés en proportion dans le groupe non-vaccinés que dans le groupe vaccinés y compris dans les personnes assez jeunes.


  • LeMerou 21 juillet 07:12

    @ L’Auteur

    Vous écrivez 

    « A titre personnel, j’admets la possibilité de forcer un individu à faire quelque chose contre son gré, si c’est au bénéfice du groupe, lorsque c’est la seule et dernière solution. »


    C’est justement ce raisonnement qui est exploité, les « élites » seules détentrices du savoir et de la connaissances considèrent que le « bon peuple » n’étant pas en capacité de comprendre justement le « bénéfice » de la vaxxination, il devient alors tout à fait normal de l’imposer ! Peut importe les prétextes .


    Surjouant de la binarité actuelle (pour ou contre.. Anti devrais-je dire) l’interrogation, les questions restées sans réponses n’étant de pas de mises ou deplus ces questions étant potentiellement susceptibles de provoquer un éveil collectif (ce dont je doute) font classer globalement le moindre mouvement, la moindre pensée (aidé en cela très activement par les médias) dans une case « Anti ».

    Dans cette case « Anti », il y a évidemment une portion habituellement contestataires de tout y compris de l’autorité, une portion paranoïde qui sont mises en exergue bien sur, pour annihiler la deuxième composante du mouvement un peu en quête de vérité (et il y a de quoi, quand l’ont repense aux tergiversations, remises en cause, ordres et contre ordres, indications, contre-indications formulées pendant de long mois, tant par les autorités politiques que médicales), qui reste toujours dubitatives, non pas des « vaxxins » mais de leur nouveauté (bousculant les connaissances apprises), des effets secondaires (dont les médias avides de sensationnels ont malencontreusement mis à la Une au départet des mesures associées qui même si elle sont « tolérables » sur le fond ne semble pas se justifier au vue de la sur-mortalité considérable engendrée par ce virus. « Qu’ils » tentent à tout prix de nous faire croire.


    Bien évidemment à la case « anti » sont associé tout un tas de qualificatifs comportementaux, de déviations de significations littéraires pour parfaitement établir un classement binaire (Pour/Anti) favorisant une forme plus facile (nouvelle) de domination, le tout avec un zeste de « démocratie » (terme dont beaucoup en ignore la réelle signification, mais l’emploie énormément).

    Une nouvelle forme de pouvoir ? 

    Il est étrange que malgré une augmentation importante du niveau d’éducation de la personne, (confirmée par les niveaux « soviétiques » de réussite à un certain examen) lui permettant normalement d’avoir atteint un minimum de connaissance pour « penser par elle même » d’avoir un tel niveau de servilité.

    Ainsi va le changement, l’évolution, Bienvenue à Gattaca.


    • LeMerou 21 juillet 07:16

      @L’Auteur.

      Je rajoute que je suis d’accord avec l’Auteur du texte, l’exploitation du mot Liberté est tout à fait inapproprié dans cette affaire et il en devient même nuisible. Etant très facile de démontrer que ce que l’ont nous « ordonne » est insignifiant par rapport à ce qu’il se passe ailleurs.


    • NICOPOL NICOPOL 21 juillet 10:13

      @LeMerou
      Merci.
      Vous écrivez :

      « A titre personnel, j’admets la possibilité de forcer un individu à faire quelque chose contre son gré, si c’est au bénéfice du groupe, lorsque c’est la seule et dernière solution. »


      C’est justement ce raisonnement qui est exploité, les « élites » seules détentrices du savoir et de la connaissances considèrent que le « bon peuple » n’étant pas en capacité de comprendre justement le « bénéfice » de la vaxxination, il devient alors tout à fait normal de l’imposer ! Peut importe les prétextes .

      Oui, c’est bien pour cela que j’avais pris soin de préciser :

      Bien entendu, cette contrainte ne pourrait être exercée que par un pouvoir légitime, agissant au nom du Peuple et avec l’accord et même le mandat explicite de celui-ci - par exemple après référendum ; certainement pas unilatéralement et sans consultation par une petite clique de technocrates non-élus ou rejetés par la grande majorité de la population


  • pharmacien 25 juillet 17:54

    bonjour Nicopol

    puis je utiliser certains de vos arguments pour un petit document à lire lors d’une prochaine manif ?

    je suis d’accord sur le point que le seul argument de la liberté ne convaincra pas les provax qui ont beau jeu de dire que les opposants au pass sont juste des égoïstes et que la liberté des uns s’arrête bla bla bla. il faut être plus intelligent comme vous le dites : Il n’existe à cette heure AUCUN argument scientifique sérieux pour justifier la vaccination obligatoire de l’ensemble de la population.


Réagir