jeudi 26 mars - par uleskiserge

De la banalité des acteurs aujourd’hui anonymes qui ont accompagné les grandes erreurs politiques de leur temps

        Si le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, vous dit que le masque de protection ne sert à rien sachez que c'est uniquement parce qu'il n'y en a pas pour tout le monde ; si ce même Salomon affirme que le dépistage généralisé de la population ne sert à rien sachez que c'est uniquement parce qu'il n'y a pas assez de tests disponibles ; et si... quand vous êtes malade, on vous demande de rester chez vous .... comprenez alors ceci : "N'allez pas emmerder les médecins des villes et les services d’urgence de nos hôpitaux débordés !"

Ce qu'il faut et faudra condamner, et sur ce quoi il nous faut et faudra demander des comptes, c'est bien à propos de cette gestion d’une crise sanitaire de pénurie et non la gestion d'une mise hors de danger des populations

                    --------------------------

      Si les historiens mettent un point d’honneur à ne retenir que les figures de proue responsables des grandes catastrophes dans l'histoire, pour autant, il est bon de ne pas oublier les secondes et petites mains qui ont accompagné jusqu’à leur ultime conséquence, auprès de ces figures maintenant historiques, les grandes et moins grandes erreurs de prises de décisions politiques.

 

Quelques centaines ils ont été, une poignée peut-être aussi, des milliers souvent, acteurs à la personnalité d'une banalité déconcertante, aujourd'hui anonymes, qui n’auront pas su dire « Non ! » à un engrenage de décisions ou d’absence de décisions, condamnable car peu soucieux de ses conséquences humaines et morales. 
 

 

Ces secondes et petites mains soucieuses de servir (leur carrière présente et à venir ?), que l’histoire aura tôt fait d’oublier, hélas ! portent aujourd’hui les noms de Darmanin, Ndiaye, Véran, Salomon (porte-parole de la com de l’Elysée), Buzyn (« J’ai alerté tout le monde ! - sauf le public), Penicaud, Guérini, Ferrand, Larcher (pas une critique) – et combien d’autres encore dans les ministères, dans la haute administration, dans les médias du service public (France-Info, la voix de l’Elysée !) et du privé -, lesquels, jour après jour, accompagnent dans le mensonge par omission et le chantage à l’union nationale sacrée ( « Mesdames, Messieurs, l’heure n’est pas à la polémique ! »), la gestion d’une crise sanitaire de pénurie et non la gestion d'une mise hors de danger des populations.

Pour prolonger, cliquez : David contre Goliath - Didier Raoult contre Pasteur



5 réactions


  • V_Parlier V_Parlier 27 mars 00:08

    Ceux qui sont là aujourd’hui sont dans les stricte continuité des précédents, mais maintenant l’incompétence et la traitrise ne peuvent plus se cacher.


  • rita rita 27 mars 07:57

    CE gouvernement ancré sur ses certitudes ne veut surtout pas changer son fusil d’épaule, ce serait un renoncement à ses convictions ?

    Le « Gourou » de la meute psalmodie ses cantiques du haut de son incompétence, et ses bas du bulbes entonnent en coeur le refrain « il est le plus grand des nains de jardin » !

     smiley


    • rita rita 27 mars 10:45

      @rita

      Coronavirus : Macron prépare une « initiative importante » avec Trump

      Selon la Maison-Blanche, les deux chefs d’État ont convenu de « l’importance d’une coopération étroite par le biais du G7, du G20 et du P5 ».

      Casser les prix du MacDo dans le monde ?

       smiley


  • L’Astronome 27 mars 12:09

     

    Les masques ne servent à rien, les tests sont inutiles, les risques que le virus se propage en France sont pratiquement nuls (etc.)...

     

    A propos de la gestion de la pandémie actuelle par notre gouvernement, je me rappelle la parole (prémonitoire) de Michel Audiard : « Un Macron, ça ose tout ; c’est même à ça qu’on le reconnaît »

     


  • L’Astronome 27 mars 12:14

     

    Très jolie votre deuxième photo : « Le dîner des cons »

     


Réagir