lundi 10 août 2015 - par Med Ghriss

De la théorie de l’univers unique à celle des multivers

 Jusqu’à un certain temps, on pensait que notre univers était d’un certain âge qui remonterait au Big Bang originel mais voilà que les nouvelles théories surgies avancent qu’il se pourrait bien qu’il soit plus âgé encore et qu’il se trouverait dans un cycle d’enchainement infini où interviendrait tous les mille milliards d'années un nouveau Big Bang ?

 

De la théorie de l’Univers unique à celle des multivers

 

 Jusqu’à un certain temps, on pensait que notre univers était d’un certain âge qui remonterait au Big Bang originel mais voilà que les nouvelles théories surgies avancent qu’il se pourrait bien qu’il soit plus âgé encore et qu’il se trouverait dans un cycle d’enchainement infini où interviendrait tous les mille milliards d'années un nouveau Big Bang ?

 

 Ce dernier signant un nouveau redépart qui succéderait, alors, au déclinement (Big Crunch) du précédent univers et ainsi de suite. Selon Jacques Dufresne, c’est à Fred Hoyle, le célèbre astronome britannique, passionné d’astrophysique qu’on doit la vulgarisation du nom de Big Bang désignant l’explosion initiale annonciatrice des débuts de l’univers et son expansion conséquente. Auparavant c’était la théorie de l’atome primitif qu’avait formulé en 1927 le prêtre catholique belge et astrophysicien, Georges Lemaitre, qui était à l’honneur. Mais le rival du chanoine estimant l’appellation inappropriée, lui substitua celle, drôlement suggestive, de Big Bang qu’il jugea plus convenable, propageant ainsi ces deux mots « crépitant » qui firent fortune avant que cette idée d’explosion des origines ne soit confirmée en 1965 par Arno Penzias et Robert Wilson. (1) Les deux chercheurs ayant avancé ce qui constitue pour eux la preuve de l’éclosion initiale. Partisan de l’idée d’un Univers stable, Fred Hoyle s’était opposé surtout aux conceptions de son rival le chanoine Lemaitre, quoique aux convictions scientifiques qui se fondaient non pas sur sa foi - comme on serait tenté de le croire - mais sur des arguments mathématiques et physiques de très haute portée. Mais les deux férus d’astrophysique, en dépit de leurs apports théoriques, sont restés assez éloignés des nouvelles conceptions sur l’Univers, qui, aux yeux d’Aristote, n’avait pas eu de commencement, ayant de tout temps existé à son sens. Une supposition que les théories actuelles semblent confirmer quoiqu’avec l’apport d’autres visions divergentes conjecturant sur l’hypothèse étonnante d’éternels chainons spatio-temporels, cycliques ininterrompus, réactualisant au détour de phases cosmiques évolutives déterminées, le Big Bang qui serait loin d’être la résultante unique d’une explosion initiale inauguratrice…

  Surprenante supposition, assurément, mais qui n’est pas sans constituer, selon ses promoteurs, une résolution vraisemblablement du problème de la Constante cosmologique. C’est en tout cas l’avis de Paul Steinhardt et Neil Turok, respectivement des universités de Princeton dans le New Jersey et de Cambridge en Angleterre, qui considèrent que l'Univers que nous connaissons aujourd'hui est au cœur d'une boucle de mille milliards d'années, faisant partie d'un cycle au cours duquel se succèdent Big Bang et Big Crunch. On s’est habitués à considérer le Big Bang comme constituant le point de départ de l’Univers, cependant selon Neil Turok , les équations de la récente théorie des cordes permettent de déduire que le temps n’a pas commencé avec le Big Bang mais qu’il existait bien avant … Autrement dit, s’inscrivant dans un cycle perpétuel de fins et recommencements, vraisemblablement un modèle cyclique très intéressant développé par Paul Steinhardt et Neil Turok, offrant l’avantage d’apporter surtout une solution originale, alors, au problème de la constante cosmologique.

 Pour rappel , la théorie qu’Albert Einstein avait introduite dans ses équations à ce propos, soulignait le rôle des deux forces opposées qui auraient agi sur l'expansion originelle issue du Big Bang : la gravitation tendant à la freiner, d’une part, et la constante cosmologique agissant comme une force répulsive, d’autre part. Mais il faut aussi tenir compte de la découverte de la communauté scientifique établissant en 1996 le fait que l’Univers était en expansion accélérée, la constante cosmologique décrivant une force de répulsion étant apparue, alors, comme la meilleure explication à cette accélération.

 

 Les travaux complémentaires apparus par la suite ont bien évidemment enrichi et rectifié les observations antérieures, reculant même l'âge de notre Univers, estimé jusqu’ici à environ 14 milliards d'années. Pour Paul Steinhardt et Neil Turok, l'Univers serait « emprisonné dans une boucle infinie et que, à chaque nouveau Big Bang, les compteurs de matière et de radiation sont remis à zéro tandis que la valeur de la constante cosmologique demeure. Celle-ci diminue au cours des cycles en subissant des transitions quantiques successives. Les calculs des physiciens montrant « que plus la valeur de la constante est grande, plus ces transitions sont rapides, tandis que plus elle diminue, plus elle varie lentement. On serait ainsi dans une période où la constante cosmologique est très faible et met un temps extrêmement long à se modifier ».

 

 Ce modèle cyclique prédit, d’une part que le Big Bang a émis des ondes gravitationnelles dans l'espace, d'autre part, que la diminution de l'énergie du vide a fait appel à un nouveau type de particules fondamentales nommées axions, qui doivent pouvoir être détectées.

Cette hypothèse est à coup sur séduisante mais ne fait pas l’unanimité quoique ses auteurs pensent que leur concept est vérifiable.

 

 Il faut dire que la plupart des scientifiques s’en tiennent toujours à la question centrale tournant autour de la notion de singularité, concept clef autour duquel gravite la cosmologie telle qu’appréhendée depuis l’antiquité jusqu’à nos jours héritiers des apports de la révolution copernicienne considérant en permanence notre monde comme central et par conséquent comme une singularité totalisante. Autrement dit qui représente la totalité de l’Univers existant. Depuis, la science n’a eu de cesse de détruire le mythe totalisant, les chercheurs se rendant compte de plus en plus de cette vérité dont ils nous font part, à savoir que nous ne sommes, en fait, qu’une infime partie de la vie cosmique mais butant, par contre, constamment sur la notion de singularité.

 

D’un Big Bang à un autre …

 Stephen Hawking, qui occupe la chaire d’Isaac newton à Cambridge et Thomas Hertog, physicien au CERN, comptent parmi les nouveaux scientifiques qui proposent de nouvelles approches de la compréhension de l'Univers, consistant à partir du présent pour saisir le passé plutôt que l'inverse. Selon l’approche de ces deux chercheurs, l'Univers n'est pas tributaire d’un unique commencement et d’une seule histoire mais serait partie prenante d'une myriade de recommencements et d'histoires incessantes ! Selon Hawking et Hertog, la plupart des modèles de l'Univers procèdent en considérant des conditions initiales bien définies, telles celles relatives au prélude du Big Bang. Mais cette méthode ,considèrent-ils, est défectueuse du fait qu’il est impossible de connaître ces conditions initiales, estimant que seul pouvant être connu, l’état final de l’Univers. En l’occurrence celui dans lequel nous évoluons. Pour le reste, les deux chercheurs se fient à la fameuse théorie des cordes- quoique contestée- pour avancer l’idée d’une multitude de divers univers qui pourraient avoir existé ensemble durant les tous premiers instants faisant suite au Big Bang mais qui se seraient éteints à l'exception du nôtre. (2)

 

 Cette théorie des cordes propose, grosso modo, que les éléments élémentaires de la matière sont des brins d’énergie en oscillation semblable à des cordes et qu’au plus profond de chaque particule, vibrent de minuscules filaments d’énergie dans des dimensions supplémentaires pratiquement inobservables du fait qu’elles sont courbées dans un espace trop restreint. Des dimensions qui seraient responsables de la vibration de ces cordes infiniment petites, ouvertes ou fermées, qui composent toutes les forces et la matière de l’Univers, selon ces chercheurs. Ces derniers expliquent que la matière au niveau fondamental serait donc constituée d’états vibrants qui peuvent osciller suivant différents schémas. Ce qui signifie que l’Univers serait le fait d’un réseau constitué d’un nombre incommensurable de minuscules filaments d’énergie en vibration dans ces dimensions additionnelles sans lesquelles cette théorie des cordes s’écroule. 

Publicité

 Il faut signaler, par ailleurs, que cette théorie des cordes ne fonctionnant pas dans un Univers à 3 ou 4 dimensions, d’autres théories ont vu le jour, « telle que la théorie des cordes bosoniques qui propose 26 dimensions spatiales, la théorie des supercordes qui suppose l’existence de 6 nouvelles dimensions qui s’ajoutent aux 3 dimensions de l’espace et à celle du temps ( 10 dimensions)… » (3) Cette théorie des supercordes ouvrant la voie à 5 nouvelles différentes variantes introduisant une nouvelle dimension, la 11è, a rendu possible la réunification de ces multiples variantes au sein d’une seule et unique théorie, appelée la théorie M. Cette dernière présentant l’avantage d’unifier en une seule théorie unique M toutes les lois de l’Univers et les 4 forces fondamentales (gravitation, électromagnétisme, interaction forte et interaction faible) serait susceptible de décrire n’importe quel phénomène physique observable dans l’Univers et d’expliquer aussi comment et pourquoi le Cosmos est tel qu’il est…en dépit des lacunes que recèle cette théorie sous-tendante des cordes, aucune expérience ne pouvant la vérifier 

 Cette théorie promue en 1995 par Edward Witten démontre, à ce propos, que les 5 variantes de théories des cordes existantes ne sont en fait que cinq manières différentes de considérer la même chose. Comme qui dirait un même élément scénique pris sous divers angles de vues. Au –delà de ces considérations, ce qui retient l’attention, ici, c’est que l’hypothèse de cette 11 è dimension autorise à parler non pas d’un seul Univers mais de supposer l’idée de différents univers parallèles. Et ce, par l’introduction d’un nouveau type d’objet, en l’occurrence les Membranes (Branes), confortant l’idée présupposant de multiples univers parallèles coexistant harmonieusement comme des membranes géantes évoluant en parfaite symbiose. Certains de ces univers pouvant être régis par les mêmes lois physiques régissant notre Univers tandis que d’autres pouvant dépendre de lois physiques autres, totalement divergentes qui font que ces univers différentiels évolueraient dans les dimensions supplémentaires comme le conjecture la théorie M.(4)

 

 Cette représentation de « multivers » est bien évidemment affermie par la nouvelle cosmologie supposant l’existence d’univers multiples avec ses divers modèles physiques spéculatifs controversés, mais qui pourrait inviter à un changement de paradigme fondamental pour la physique théorique. C’est ce que soutient un Bernard Carr dans son ouvrage édifiant Universe or Multiverse, (5) que cite Aurélien Barrau dans son article « Des univers multiples ? » (6) où il rapporte que l’auteur tente d’apporter des éléments de réponse à travers les contributions réunies de divers spécialistes, pour la plupart physiciens théoriciens célèbres, en dressant un panorama relativement exhaustif des arguments en faveur de l’existence d’univers multiples appuyés des théories qui les sous-tendent. Le commentateur prenant soin d’avertir que l’idée d’univers multiples n’est pas nouvelle : d’Anaximandre à Goodman, en passant par Nicolas de Cues, Rabelais, Bruno, Leibniz et David Lewis, elle traverse en fait toute l’histoire de la philosophie et jalonne les grandes cosmogonies. Avérée dans le champ des sciences dures, elle constituerait aux yeux de beaucoup de physiciens une révolution conceptuelle sans doute comparable à la rupture copernicienne. C’est toute notre représentation du monde qui s’en trouverait profondément modifiée en adhérant au postulat de cette structure de « multivers », ou optant pour la conception alléguant que notre Univers, c’est-à-dire l’ensemble de ce qui nous est causalement lié, ne serait-il en fin de compte, pour reprendre l’expression de Aurélien Barrau, qu’une dérisoire parcelle d’un immense méta-monde ? Ceux qui sont en faveur d’une telle hardie hypothèse n’ont pas manqué d’arguer que « s’il existe de multiples planètes, de multiples étoiles, de multiples galaxies, de multiples amas de galaxies, pourquoi n’y aurait-il qu’un Univers ? »

 

 Des objections d’autres spécialistes s’opposent certes à cette vision des choses mais il faut dire qu’il existe différentes théories qui prônent l’existence d’univers multiples, à commencer par l’une des mieux établies, des mieux testées et avérées de toute la physique, celle de la relativité générale, ou modèle d’Einstein préconisant l’infinité de l’espace. Et si ce dernier est infini, cette caractéristique spatiale suffirait, vraisemblablement, à expliquer certains faits étranges qui deviennent, par conséquent, un phénomène bien naturel. Et c’est tout autant pour « la mécanique quantique, suivant certaines interprétations, hétérodoxes mais légitimes, qui peut également conduire à l’existence d’univers multiples lorsque ses principes fondateurs sont interprétés strictement sans recourir à des postulats supplémentaires. Comprise littéralement, la superposition quantique, qui n’est effectivement pas observée dans le macrocosme, ne conduit pas à l’usuelle « projection » du vecteur d’état mais plutôt à l’existence d’autres mondes dans lesquels se réalisent les différentes occurrences possibles de l’évolution du système. » (7)

 

Trous de vers et théorie des cordes 

 Une question qui ne manque pas de se poser lorsqu’on évoque la pluralité des mondes : c’est celle relative à leur inter-communicabilité. On est en pleine science-fiction, mais le sujet de voyage stellaire interplanétaire a été déjà abordé par des physiciens qui ont soutenu que cette communication pourrait se faire entre ces différents astres, la chose pouvant s’expliquer, selon eux, par le fait que l’espace-temps n’est point uniforme et dépendrait d’autres considérations. Entre autres, d’abord, et suivant la théorie de la relativité générale d’Einstein, celles instruisant que « l’Univers formé par le tissu espace-temps peut s’étirer », et suivant ce qu’avance la théorie M, qui nous apprend que « les dimensions peuvent se courber ,mais aussi se réduire et créer de cette manière des raccourcis qui peuvent relier un point d’une membrane avec un point d’une autre membrane d’un univers vers un autre ». Et ce, par le moyen du graviton, responsable de la force de gravitation qui serait une corde vibrante assurant les relais entre les divers univers parallèles « connectés » via ces raccourcis. La théorie des trous de vers préconisée par le chercheur Kip Thorne, allègue qu’il est possible de voyager dans l’espace interplanétaire en empruntant des voies de raccourcis : celles qu’autoriseraient les trous vers dont les champs de gravitation recourant à l’énergie négative (hypothétique mais expérimentée en laboratoires) permettraient alors de passer d’une dimension à une autre grâce à ce stratagème de raccourcis interstellaires. Pour schématiser, l’utilisation d’un trou de ver permettrait le voyage d’un point de l’espace à un autre (déplacement dans l’espace), d’un point à l’autre du temps (déplacement dans le temps), d’un point de l’espace-temps à un autre (déplacement à travers l’espace et en même temps à travers le temps). Il reste cependant que ces trous noirs sont des conceptions purement théoriques, leur existence et formation physique dans l’Univers n’ont pas été vérifiées. Et il ne faut pas confondre trous de ver et trous noirs, ces derniers existants réellement et dont la gravité est si intense que toute étoile qui s’y effondre-y compris la lumière même,- ne pourra jamais s’en échapper (8). 

 Cela dit, revenons à la théorie M dont on considère aujourd’hui que son apport permet de mieux comprendre l’origine de l’Univers dont le fameux Big Bang qui serait la résultante d’une collision entre diverses membranes dimensionnelles, laissant supposer qu’il y a eu plusieurs Big Bang par le passé et que d’autres sont à venir. Intervenant, considère-t-on, dans la logique d’un processus cyclique incessant, allant d’un Big Bang expansif à un Big Crunch décroissant auquel succèderait par la suite un autre Big Bang régénératif suivi également d’un autre Big Crunch dépérissant et ainsi de suite dans la trame interminable de la complexe et permanente évolution cosmique …

 Autrement dit, avec la théorie des univers parallèles, on passe de la singularité originelle de l'Univers inscrite dans un cadre spatio-temporel géocentrique délimité, tel qu’enseigné dans les manuels classiques, à un nouveau type d’Univers comparables cogitant dans un cadre spatio-temporel polycentrique s’inscrivant dans le flux perpétuel du temps ou des diversités des temps, passant pour être en parfaite corrélation d’interdépendance avec la constellation de la pluralité des mondes, vraisemblablement…Comme il se pourrait que ce soit dans des conditions autres d’évolutions parallèles ou oppositionnelles, dépendant de lois favorisant naturellement gouffres de séparations sidérales incommensurables ou lignes- limites disjoignant diverses dimensions astrales maintenues à d’immenses distances stellaires mais susceptibles d’être reliées via ce que préconise, la théorie des cordes, entre autres…(9) 

 Des théoriciens ont bien sûr écrit sur ce sujet captivant ou inquiétant des univers multiples ou multivers, et de plus en plus des avis d’experts montent au créneau pour nous apprendre que d'autres terrains d'approches à l’étude promettent des éventualités plus surprenantes encore ! Cette idée de multivers avancée par des chercheurs soutenant l’hypothèse de la pluralité d’univers, a fait son bonhomme de chemin et parait de plus en plus plausible par les temps qui courent par rapport à l’hypothèse classique soutenant l’existence d’un seul Univers prééminent. C’est que l’on envisage, de nos jours, que la complexité caractéristique de la constellation infinie des flux et reflux « désintégrateurs-intégrateurs » spatio-temporels cosmiques permanents, régis par le perpétuel jeu transformationnel de la trame intersidérale, puisse très bien sous-tendre une possible fluctuation de pluralité des mondes cogitant dans l'instantanéité-éternelle du temps Présent. Celui de l’« ici-maintenant » s’annonçant sans cesse dans la constante instantanéité fugitive du moment présent continuellement actualisé, coïncidant ainsi, avec la notion de temporalité cosmique éternelle résonnant au rythme des battements d’aiguilles de l’horloge universelle signant l’écoulement et actualisation immédiate de l’instant fugitif de chaque seconde retentissant au diapason du Présent de tous temps, perpétuellement (re)commencé… .

 Autrement dit, un présent permanent en rapport dialectique avec son paradigme spatio-temporel se faisant et se défaisant dans la toile de fond du cycle à la fois fini et infini de l’alternance transitionnelle permanente des Big Bang et des Big Crunch successifs. Chaque phase entérinant les précédents univers et présidant à la régénération des suivants dans l’ordre interstellaire évolutif permanent présidant aux continuités dans les ruptures avec l’engendrement d’un Big Bang tous les mille milliards d’années, selon les théoriciens de l’évolution cosmique. Cette dernière régissant les constellations de ses multiples champs d’espace –temps aux "briques" caractéristiques construisant – déconstruisant (à la fois), incessamment les « murs » de ces univers parallèles, supposés se succéder, donc, dans un cycle éternellement renouvelé : bal cosmique perpétuel animé partout par la dualité Eros - Thanatos présidant aux destinées de ces univers parallèles que l’on suppose passant de phases expansives des Big Bang en croissance aux phases inversées des Big Crunch régressifs et ainsi de suite dans le cycle mutationnel permanent régis par la loi de l’entropie et de la néguentropie déterminant dans cette optique pourrait-on extrapoler, les multiples successions et métamorphoses évolutives en multi-sens, croissants ,décroissants ,parallèles et autres en spirales, etc., de la panoplie de ces divers univers multidirectionnels s’enchevêtrant dans la pluralité des temps et anti-temps. Avec leurs fins et leurs régénérations transformationnelles incluant d’autres revêtements spatio-temporaux intégrant les apports d’innombrables ingrédients interstellaires qui proviendraient de toutes les dimensions sidérales et des confins cosmiques de l’infini Mystère (re)générateur du phénomène vie : le vivant autant que l’inerte, sempiternellement dégradés et régénérés diversement en différentes spatialités interstellaires, par delà l’accomplissement, en différentes temporalités sidérales, de leurs mille milliards cycles ontologiques évolutifs déterminés, qu’entraine le perpétuel ballet cosmique orchestrant en permanence le jeu universel des déclinaisons - régénérations métamorphosées de tous temps renouvelées.

 Cet immense champ de métamorphoses spatio-temporaux suppose des rapports de métamorphoses permanents intervenant à chaque phase cyclique et entrainant, nécessairement, - et c’est là, semble-t-il, la déterminante majeure incontournable - la transmutation de la lumière en matière et inversement, sans quoi ce gigantesque processus mutationnel cosmique en permanente recréation dynamique ne pourrait probablement pas fonctionner sans cette éventualité conditionnante ( ?) Autrement dit, lors de ces ballets cosmiques transformationnels la lumière passe à l’état de matière et cette dernière à l’état de matière. Pour rappel, les physiciens Gregory Breit et John Wheeler avaient prédit en 1934 « la fabrication de la lumière à partir de la matière » suivant la célèbre équation d'Einstein E= MC² qui postule qu'énergie et matière sont deux entités équivalentes, M étant la masse et C étant la vitesse de la lumière. Mais comme des spécialistes l’ont noté, si l'annihilation matière-antimatière survient fréquemment, l'opération inverse (c'est à dire la matérialisation) n'avait jamais été observée. Or voilà qu’on apprend que cette éventualité est du domaine du possible avec ce qu’a entrepris une équipe britannique qui « affirme qu’il est possible de créer des particules matérielles à partir de rayons lumineux grâce à un laser ultra-puissant. » C’est ce qu’a rapporté un article paru le 18 mai 2014 dans la revue Nature, indiquant que « fabriquer de la matière à partir de la lumièreBas du formu - un phénomène quantique du monde subatomique - nul n'y était encore parvenu », mais voilà que « des chercheurs britanniques de l'Imperial College London ont annoncé avoir trouvé le moyen de parvenir à cette incroyable prouesse » Et quoique le professeur Steve Rose, auteur de l’article, prévienne cependant que si le dispositif venait à fonctionner, les résultats devraient être observés au microscope et que pour le moment cela n’est pas envisagé, l’expérience permettrait assurément « de comprendre les phénomènes qui ont eu lieu lors des premiers instants de notre univers, où cette matérialisation quantique était supposée fréquente » ( Voir article « Quand la lumière devient matière : l'incroyable expérience enfin réalisée ? ») (10).

 Actuellement cette théorie est au stade de la vérification mais rien n’interdit de concevoir ce processus transformationnel de masse en énergie et inversement, déjà qu’un certain Lavoisier nous avait appris de longue date que « Rien ne se perd, tout se transforme » - et pourrait-on ajouter dans le registre de l’infiniment grand- en… une succession de pluralités existentielles de mondes parallèles sans cesse en mutations régénératives intervenant aux fins de cycles répétitifs des séries de chainons cosmiques reproduits chacun avec sa singularité spécifique le caractérisant dans ce contexte de l’évolution cosmique transformationnelle permanente.

 

Hypothétiques multivers

 Nul doute que la Science promet beaucoup à l’avenir comme innovations et découvertes de plus en plus surprenantes, cependant les postulats théoriques du Savoir ne sont pas à confondre avec la réalité avertissent les scientifiques. Les prédictions de la théorie de la relativité générale, par exemple, ne peuvent être expérimentalement vérifiées quoique la théorie dans son ensemble n’en demeure pas moins scientifique. Et comme le conclut Aurélien Barrau dans son article cité ci-dessus, « Il n’est pas nécessaire de vérifier toutes les prédictions d’une théorie pour qu’elle puisse être réfutée. Qu’un seul des univers d’une théorie puisse être observé affaiblit la signification statistique des résultats mais ne modifie nullement la démarche scientifique usuelle. Un unique échantillon est disponible mais il est bel et bien disponible ! Si donc le « paysage » de la théorie des cordes venait à être précisément calculé (ce qui est aujourd’hui loin d’être le cas), si la probabilité d’apparition d’observateur dans une structure donnée venait à être scrupuleusement évaluée (ce qui est non moins hors de portée de nos moyens actuels), si une mesure rigoureuse et covariante pouvait être définie dans le multivers (ce qui n’est pas encore consensuel), il devrait être possible de confronter notre unique univers à un modèle prédisant de multiples univers et de corroborer ou d’infirmer ce dernier à un niveau de confiance donné. Une physique somme toute très standard qu’il serait étonnant de réfuter a priori, d’autant que les vertus explicatives du multivers quant à la naturalité et à la complexité n’apparaissent qu’a posteriori, sans le moindre coût conceptuel. Une adéquation quasi parfaite avec le critère du rasoir d’Ockam… Parce que l’histoire des sciences nous enseigne qu’une certaine humilité est toujours bienvenue face au attrais des révolutions naissantes, la prudence est de mise : il est fort probable que les mondes multiples s’évaporent aussi rapidement qu’ils ne sont venus sur le devant de la scène scientifique. Mais rien, aujourd’hui, ne semble plaider contre une prise au sérieux de cette nouvelle cosmogonie. » (11).

 

 Dans cette optique recommandant la prudence et considérant ces supposées cordes de relais cosmiques permettant, grâce à leurs raccourcis interstellaires, d’assurer des liaisons intersidéraux en des temps records, suivant les suppositions de chercheurs astrophysiciens, peut –être, convient- il de rappeler l’interprétation révisée du paradoxe de Langevin en relativité par l’éminent chercheur Jean Charon ( le concepteur Français de la théorie de la relativité complexe considéré comme continuateur d’Einstein). On s’est durablement habitués à l’idée longtemps entretenue du paradoxe répandu supposant qu’un voyageur partant pour l’espace et revenant au bout d’un temps assez long trouverait la terre plus vieillie que lui. Il n’en est rien démontre l’astrophysicien qui explique que dans cette éventualité c’est l’espace qui se contracte et non pas le temps, affirmant que ce voyageur sidéral à son retour trouverait la terre au même âge que lui : l’écart entre les deux points ralliés ayant été parcouru en un temps record à la vitesse de la lumière, réduisant ( contractant) donc, l’étendue séparant la distance terre – cosmos sans que l’âge des personnes sur terre et des éléments dans l’espace vertigineusement ralliés changent en quoi que ce soit… (12). Cependant, l’auteur n’exclut pas moins la possibilité théorique de visiter les galaxies les plus lointaines et d’en revenir dans la durée d’une vie humaine sans que la terre ait vieilli d’un nombre d’années plus grand que celui qui s’est écoulé pour les voyageurs intergalactiques.

 Pour clore, disons qu’en matière de savoir il est légitimement permis de rêver surtout lorsqu’il s’agit d’émettre des suppositions audacieuses faisant suite à celles déjà émises mais qui en appellent à d’autres encore quand la nécessité de combler le vide des chainons manquants suggère d’autres pistes et d’autres horizons d’idées hardies à proposer tout en courant le risque de contredire certains axiomes de théoriciens connus de l’ancienne école s’en tenant toujours au postulat de l’unicité de l’univers. Ce que l’auteur des présentes lignes n’a pas hésité de faire en suggérant, à partir des données de base des théories récentes de chercheurs aguerris, des possibilités d’évolution spatio-temporelles multidirectionnelles et transformationnelles caractérisant le ballet cosmique permanent, incluant atouts du passé ,présent et futur dans l’éternel présent de l’instant fugitif de l’ici-maintenant de tout temps recommencé dans son incessant devenir par-delà les différentes banlieues d’espace-temps et autres dérivant des multitudes constellations galactiques intersidérales… 

Publicité

 

 Rappelons l’anecdote qu’on prête à Platon, considéré comme chef de file des idéalistes. Un jour qu’il se promenait en campagne les yeux rivés vers le ciel, absorbé par ses préoccupations, il tomba par mégarde dans une fosse suscitant les railleries d’une dame. Cette dernière lui reprochant d’avoir constamment la tête dans les nuages et les pieds loin du sol ferme La saison de la cueillette d’olives arrivée, les récoltes des champs se sont avérées abondantes et le célèbre philosophe prit sa revanche en ayant prédit les conditions météorologiques grâce à sa perspicace observation du firmament. Comme quoi ce qui est songe ou supposition, aujourd’hui, peut parfaitement devenir réalité demain…ou à défaut l’alimenter.

  

 Mohamed Ghriss 

 (Auteur-journaliste indépendant)

 

_________

Notes et références 

(1) Jacques Dufresne, Du Big Bang au Smoot Bang, site Net et dailymotion-video 

(2) Stephen Hawking, Une brève histoire du temps. Du Big Bang aux trous noirs, Flammarion Paris, 2005.

(3) Stephen Hawking, Trous noirs et bébés univers et autres essais, Odile Jacob, Paris 2000.

(4) A.S.Hawking,R .Penrose , La nature de l’espace et du temps, Gallimard, Paris 2003.

(5) Bernard Carr, Universe or Multiverse, (Cambridge, Cambridge University Press, 2007),

(6) Aurélien Barrau, Des univers multiples ? in La vie des idées. fr , 24 septembre 2008)

(7) Aurélien Barrau Ibid.

 (8) Kip S.Thorne, Trous noirs et distorsions du temps, trad.Alain Bouquet et Jean Kaplan, Flammarion, Paris 2009.Avec une préface de Stephen Hawking.

(9) Site du Net, Les énigmes du temps - 07/11/2005

(10) Voir article « Quand la lumière devient matière : l'incroyable expérience enfin réalisée ? », dans Revue Science et Avenir Mai 2014).

(11) Aurélien Barrau Ibid.

(12) Jean Charon, Eléments d’une théorie unitaire de l’univers et Théorie de la relativité complexe



61 réactions


  • Le p’tit Charles 10 août 2015 10:08

    Garçon....Un...multivers... !


    • La mouche du coche La mouche du coche 10 août 2015 17:09

      Petit à petit les athées imitent de plus en plus les chrétiens. Leur « multivers » ressemble furieusement aux 7 ciels chrétiens et c’est bien smiley


    • bourrico 7 11 août 2015 12:35

      @La mouche du coche


      C’est beau de rêver tout éveillé, mais t’as rien suivi, y en a aucune raison que ça s’arrête à 7.




  •  
     
    Le multi-culti-vers habite la big-bande radis rose qui est blanc à l’intérieur (fusion)
     
    Il est toujours près de l’assiette au beurre (matière blanche), c’est le champion castiste au cm2 de bulletin.
     
    Le temps Chronos (Rollex chez les bobo) entoure l’œuf monde (Caddie chez les bobos) et pour les bobo dans Caddie vit La Machine (e-ped18)
     
    Car en dehors de Rollex pas de vie (célèbre Shaman de gôôôche)
     
    Le totem Pluganal est celui du shamanisme. Il doit arrêter l’Histoire qui expulsera au final la caste des shamans dans la diarrhée des temps messianiques marxistes. Recouvert de poudre de la Forêt d’Emeraude, il divulgue aussi le mépris de ces parasitaires pour le travail des mineurs bobo.
    Les précieuses pierres sont broyées puis balancées inutilement sur le plug (un peu comme les chefs indiens Chibchas recouverts de poudre d’or balançaient des figurines aussi en or dans le lac Eldorado). Expression, pas tellement symbolique finalement, d’une caste dominante dorée se foutant de la gueule du peuple en gaspillant son or. Mais les bobo (comme les bororos et tous les colonisés) préfèrent la verroterie qui brille. Mais les shamans sont de plus en plus remis en cause pour leur gaspillage consumériste au Dieu Caddie.

     


    • bourrico 7 10 août 2015 16:05

      @Touche pas à mon melting-potes libéral américain, souchien rouge !

      T’aurais pas une version en Français ?

    • @bourrico 7
       
      En quoi ?
       
      J’ai une version en « Benêt », la langue de colonisé du coin. Sinon il y a un autre totem qui décrit le monde bobo (plus simple).
       

       Le totem bobo le plus original, surement inspiré par un romain qui passait, est ReKo-KiMaTix.
       
      Il annonce les temps eschatologiques des bono bobo verts, la fin du monde dans le feu final. Un foyer souterrain, caché soigneusement, est alimenté par les shamans (genre d’hypocauste), et au dessus, un caldarium représente « Du flot de ma mère ». L’eau (la mère donc), est très chargée en mauvais esprits Karbon et KiPu, et commence par dégazer des bulles sous l’effet de la chaleur (mais ça les bono bobo verts ne le savent pas) et finit par bouillonner. Les shamans rusés affirment alors que Karbon et Kipu ont tué l’eau avec leurs bulles. Le bono bobo vert mettrait la main au début il verrait que l’eau commence à chauffer avant (la courbe de CO2 SUIT la courbe de température), mais les shamans l’interdisent évidemment ! Ils ont jeté dans le bain bouillonnant un anthropologue hérétique, qui avait osé le faire (Pr. Cloud du CERN).

       


    • @bourrico 7
       
      La Ploutocratie Sexialiste c’est comme les radis, roses à l’extérieur, blancs à l’intérieur et toujours près de l’assiette au beurre (le fromage Ripoublik)
       
      Dedans vivent les vers (EELV), les champions en castistes au cm2 de bulletin (3% 40 députés)
       
      Chronos le Temps entoure l’œuf Monde (mythologie grecque, pas si con ...)
       
      Si t’as pas une Rollex à 50 ans t’es une chiure (du libéralisme) Séguela
       
      « Le capital est nécessaire - le travail est nécessaire. Le travail seul peut peu de chose - le capital seul ne doit rien pouvoir ! »
      Gottfried Feder
       
      « Qu’est ce donc que le capital financier, sinon rien d’autre que de la dette ? »
      Gottfried Feder


    • bourrico 7 11 août 2015 12:32

      @Touche pas à mon melting-potes libéral américain, souchien rouge !

      Désolé mais si t’as pas d’interprète avec toi c’est pas la peine de t’adresser à moi.

      Des invectives, des dictons et autres citations toute faites ne présentent aucun intérêt et n’ont aucune consistance, même mises bout à bout.


  •  
     
    E= mc2 est une formule d’ Henri Poincaré (Qui le sait ?) qui a écrit la relativité restreinte (partant d’autres trvx, mais le disant lui ...)
     
    Les formules de la relativité générales ont été écrites par Hilbert (le plus grand mathématicien du XXe siècle)
     
    Einstein a échoué à l’examen d’entrée au 3e cycle en physique de Zurich (Von Neumann y est docteur en math et physique à 23 ans) et est devenu ingénieur des brevets (scribouillard). Mais savait tirer la langue à la télé d’un copain.
     
    Einstein a eu le prix Nobel pour l’effet photovoltaïque (1/2 page très simple).
     
    Les équations d’ Ettore Majorana n’ont été comprises que dans les années 60, certaines de ses particules n’ont pas encore été découvertes (il avait annoncé le neutron aux Curie sans même voir l’expérience)
     
    Onfray
     


    • Aristoto Aristoto 10 août 2015 18:03

      il est évident que ce compte est un bot ou l’exercice d’une agence de web-réputation !!!

      Est ce qu’on peut le supprimer SVP !

      parce que bon on sait quoi

      - LA France est au mains des Franc maçon laicard
      - ils conspire ( les juifs, les franc maçon, les laicard ) pour le grand remplassement
      - Le robinet du flux migratoire est ainsi laissé ouvert exprès 
      - Mastriche c les zombie reptilien
      - marine le pen est trop bonnasse

      ça va maintenant on peut le dégager !


  • frugeky 10 août 2015 22:08

    Ouf ! c’est copieux, mais un univers unique valant au moins tout ça, pensez qu’un multivers le vaut largement...(pas tout lu, s’cuses)
    mais puisque il me semble que nous soyons un peu limités pour appréhender cette totalité cosmique et que vous citez Aurélien Barrau, il me semble que, dans sa conférence sur le sujet, il dise quelque chose comme « il se pourrait qu’il y ait autant de possibilité d’univers qu’il y ait de de cerveaux pour les penser ». Personnellement j’aime jouer avec cette idée et quand j’ai du mal à m’endormir je m’en crée un petit nouveau...


  • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 10:02

    Encore des théories d’astrologues du cosmos ! Comment peut-on boire de telles âneries ?


    Il n’y a pas l’ombre du commencement d’une preuve qu’il existe une autre dimension que les trois que nous connaissons ! Telle est la réalité.

    Vous savez désormais que de nombreux travaux prouvent l’existence de la fusion froide, ce n’est plus un secret. Les démonstrations d’Andréa Rossi montrent clairement que l’électromagnétisme sera impliqué dans un remaniement conceptuel or la relativité provient directement de l’électromagnétisme ce qui signifie que sa compréhension prend un sérieux coup de vieux.

    Dans de telles conditions, il vaudrait mieux comprendre d’abord ce qu’on peut toucher de près avant d’interpréter ce qu’on voit de loin. En cosmologie, tout passe par le filtre de l’interprétation théorique, s’il y a une erreur, elle se répercutera de proche en proche mais n’empêchera pas de bâtir une description qui paraîtra cohérente. Des détails montreront que ça ne va pas comme de perdre 96% du contenu de l’univers en matière noire et énergie noire, une bagatelle....

    Pour l’instant, les observations sont justes mais pour l’interprétation, c’est le tarot divinatoire de Mme soleil.

    • bourrico 7 11 août 2015 12:37

      @christophe nicolas

      Comment peut-on boire de telles âneries ?


      Vu ton post, t’as du en boire pas mal déjà, donc tu dois déjà avoir ta réponse.

      Alors pourquoi poser la question ?

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 14:08

      @bourrico 7


      J’ai compris, bourrico 7 vit dans la 7ème dimension, peux tu nous la présenter ?

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 14:09

      @bourrico 7
       

      Tache de passer par le bon trou de ver, je ne veux pas rester coincé.

    • bourrico 7 11 août 2015 14:18

      @christophe nicolas

      kssss kssss, allez pépère, attaque le nonoss !! smiley

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 14:39

      @bourrico 7
       

      Il ne faut pas se débiner par une pirouette où alors il faut changer de nom. Prend « mulot 7 » ou « bourrico 8 qui renaît de ses cendres toujours aussi con »

    • bourrico 7 11 août 2015 14:47

      @christophe nicolas

      Ah non mais les génies ignorés moi je fais pas le poids clairement.

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 15:08

      @bourrico 7

      Les génies devraient être ceux qui postulent un truc que personne n’a jamais vu ! que personne ne cherche ! Qui ne sert à rien ! Qu’ils ont inventé pour le chercher !

      Est-ce une plaisanterie ?

    • bourrico 7 11 août 2015 15:15

      @christophe nicolas

      Tu vois, même toi tu ignores que tu es un génie ignoré.

      Lances toi mon gars, fait cause commune avec Dugué.

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 15:24

      @bourrico 7

      Pourquoi ne réponds tu pas ? Il faut tout de même lancer une théorie à partir d’observations ou essayer d’expliquer des observations auquel cas une théorie peut amener des nouvelles inventions. Dans les dimensions supplémentaires, il n’y a rien, c’est totalement spéculatif comme un jeu.

      Puisque tu railles ma critique justifiée, donne une observation, même éloignée....

    • bourrico 7 11 août 2015 15:29

      @christophe nicolas

      blabla blabla

      Je te l’ai déjà dit, j’ai pas le niveau pour causer avec les génie de la sciences tels que toi et Dugué par exemple.

      Je manque de crédulité pour ça, et crois bien que ça m’attriste.

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 17:34

      @bourrico 7

      Je comprends bien mais pourquoi défendre les multivers qui semblent si loin des préoccupations de chacun si tu manques de crédulité ? 

      Si tu as le niveau de Nabilla, moi je n’ai pas de souci pour causer et si tu as son physique, là je risque la déconcentration...

    • bourrico 7 11 août 2015 21:50

      @christophe nicolas

      Si je devais défendre une truc, ce serait la science de la raison, du doute, contre les affabulateurs dans ton genre.

      Mais comme je suis un troll rentre dedans, je défends pas vraiment, j’attaque.

      J’attaque ceux que je juge nuisibles, les baratineurs, les menteurs, la mauvaise foi, les crédules, tous ces gens qui n’ont pas grand chose que de grandes phrases pour étaler leur croyance et faire leur prosélytisme de bas étage.
      Ces gens qui aiment se sentir appartenir à un cercle d’initié, les détenteur de la vérité, les génies incompris qui ont raison contre tout le monde, c’est la qu’on trouve ce que j’amalgame volontairement en complotiste-soucoupiste.

      Le problème dans notre cas, c’est que tu sembles considérer d’office tous ces délires comme des vérités.
      Alors que tu n’as aucune preuve de quoi que ce soit, nous sommes toujours dans l’ignorance, et céder à la première explication venue n’est pas le meilleur moyen de faire avancer efficacement les choses, au contraire, c’est pour ça que je t’ai traité de nuisible.

      Je prône le doute scientifique (c’est une chose qu’on apprends au scientifiques de toujours douter, après, ce ne sont que des hommes), contre la croyance.

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 23:29

      @bourrico 7

      Effectivement tu es un troll douteur qui croit aux multivers, une espèce originale. Tu comptes te reproduire ?

    • bourrico 7 13 août 2015 17:46

      @christophe nicolas


      Bah, les complotistes soucoupistes reprochent aux autres leur « croyance » en la « science officielle », tout en tentant d’imposer leur propre croyance en la « science alternative ».

      Vous êtes des guignols.

  • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 15:00

    Il ne faut pas être un génie pour voir que les multivers sont une crétinerie, n’inversons pas les choses ! Présente moi une dimension cachée, c’est tout ! Une expérience où un objet matériel passe d’un endroit à un autre, c’est tout. Une seule expérience et j’admets m’être trompé.


    • bourrico 7 11 août 2015 15:15

      @christophe nicolas

      Mais si tu es un génie, pas de fausse modestie.

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 15:25

      @bourrico 7

      On a tous un coté génial, même le bourricot que la décence m’interdit d’évoquer...

    • bourrico 7 11 août 2015 15:28

      @christophe nicolas

      L’argument du génie : « présentez moi une dimension. »

      Non t’as tous les attributs du génie niveau AV.

    • bourrico 7 11 août 2015 15:36

      J’ai même lu la suite : 


      Une expérience où un objet matériel passe d’un endroit à un autre

      Et j’ai bien fait, car ça prouve que notre génie est une pointure de premier ordre sur le sujet.
      Un indice.... la « taille » des dimensions supplémentaire dans ces théories.

      Oserais en ajouter en lui disant que l’observation ne fait plus la science depuis longtemps ?
      Que l’intuition et le bon sens sont dépassés depuis plus d’un siècle ?
      Pauvre pauvre génie méconnu....



    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 15:50

      @bourrico 7

      Tu as raison, c’est un constat mais cela ne refléterait-il pas plutôt une carence ? Commet expliques tu les merveilleuses avancées de la science et le rapport Cométa. N’y a t-il pas une impuissance de la science qui révélerait une déficience de son ADN

      Ceci dit, si tu préfères la science qui n’a que faire de l’observation, je te la laisse bien volontiers. En revanche, elle ne peut pas ignorer les observations et si elle n’arrive pas à les expliquer, il y a bien un souci que le déni ne saurait effacer. Je sais que la fusion froide est un souci pour la nucléosynthèse primordiale de l’univers mais il faudra bien en tenir compte puisque beaucoup de gens sont en phase de développement et ce n’est pas le seul cas.

    • bourrico 7 11 août 2015 15:56

      @christophe nicolas

      C’est bien que ce soit toi qui le premier parle des extraterrestres, je savais bien en te lisant qu’ils n’étaient pas loin, la prose des complotistes/soucoupistes (ou des génies méconnus, ça dépends du point de vue) est tellement répétitive et prévisible.

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 16:13

      @christophe nicolas

      Le concept de la « taille » d’une dimension est un non sens, une dérive relativiste du plus mauvais goût. Comme ils n’arriveront jamais à intégrer la gravité dans les modèles pour des raisons de simplicité, je n’ai aucun souci de concurrence par les théoriciens des multivers. 

      Ils sont beaucoup plus intelligents que moi avec beaucoup plus de moyens et beaucoup plus nombreux et pourtant c’est moi qui suis sur le bon chemin parce qu’ils manquent d’humilité, de simplicité, d’innocence... c’est idiot n’est-ce pas ?

      Avez vous pensé aux multivers parallèles de grande dimension ?

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 16:16

      @bourrico 7

      Le rapport Cométa ne parle pas d’ET, c’est Spielberg. Le rapport Cométa relate des observations corroborées par plusieurs sources militaires. Ca vous pose souci ?

    • bourrico 7 11 août 2015 16:36

      @christophe nicolas

      Le rapport Cométa ne parle pas d’ET, c’est Spielberg. Le rapport Cométa relate des observations corroborées par plusieurs sources militaires. Ca vous pose souci ?


      Non, c’est le fourre tout réalisé par les génies dans ton genre qui me gène.

      Ils sont beaucoup plus intelligents que moi avec beaucoup plus de moyens et beaucoup plus nombreux et pourtant c’est moi qui suis sur le bon chemin parce qu’ils manquent d’humilité, de simplicité, d’innocence... c’est idiot n’est-ce pas ?


      Un instant de lucidité, Bravo !

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 17:00

      @bourrico 7
      Je suis assez flatté que tu me compares aux auteurs du rapport Cométa. Merci


      Se faire traiter d’idiot par un bourricot est un honneur. Sais tu que deux signes négatifs s’annulent. Je te remercie pour le compliment.

      Tu es incompétent, c’est un peu ton problème donc tes insultes sont comme des médailles. Il faudrait que tu deviennes crédible et que tu critiques après, tu comprends ?

      Si tu critiques avant d’être crédible, tu passes pour un con. Pour être crédible, il faut des arguments et éviter les multivers, tu piges ?

      Tu sais on y arrive toujours par le travail.

    • bourrico 7 11 août 2015 21:29

      @christophe nicolas

      Je suis assez flatté que tu me compares aux auteurs du rapport Cométa


      T’as vu ça ou, à part dans tes fantasmes nocturnes ? smiley

      Toi t’es un croyant, rien d’autre, tu me fais marrer.

      Et on ne peut pas échanger de façon rationnelle avec un croyant,

      Continues de croire, et sois heureux de te sentir ainsi supérieur.

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 23:56

      @bourrico 7

      J’ai pas de mal à me sentir supérieur avec toi puisque tu te rends ridicule tout seul. Un sacerdoce apparemment.

      Soit crédible, ose t’exprimer au lieu de te camoufler, tu n’es plus un enfant, on ne va pas te manger, en plus, tu es anonyme, tu ne crains rien jeune homme.

    • bourrico 7 13 août 2015 17:47

      @christophe nicolas

      C’est pas parce que tu t’as sorti une connerie qu’il faut m’en tenir rigueur.

      Tes croyances ne l’intéressent en rien.

  • TicTac TicTac 11 août 2015 15:11

    De toute façon, je ne crois que ce qu’en disent les frères Bogdanov.

    Ils sont pour moi la preuve ultime de l’existence d’univers parallèles et de la possibilité de passer de l’un à l’autre.
    Si j’ai bien compris la théorie, l’univers souffrirait donc d’une sorte de bug de l’an 2000 qui l’empêcherait de compter au-delà de mille milliards.
    Peut-être tient-on donc dans cette imperfection le signe de ce que Dieu n’est qu’une espèce d’informaticien.
    De là à savoir si c’est rassurant...

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 15:36

      @TicTac
       

      De ton point de vue, il est vrai que les frères Bogdanov laissent une étrange impression, j’avoue... Ceci dit, leur cas relève plus de la mode et je laisse les femmes juger.

      Pour Dieu, les révélations miraculeuses me semblent plus probantes que la cosmologie mais il est vrai qu’un univers aussi vaste est forcément accessible, il en a toujours été ainsi par le passé. De nombreux éléments de la bible laissent penser qu’il n’y a pas de limitation physique à l’expansion même si elle met en garde, peut-être à juste titre sur des choses qu’on ignore encore... qui sait ?

    • bourrico 7 11 août 2015 15:57

      @christophe nicolas

      Ah mais y a Dieu aussi dans ton délire de génie, pas mal, tu bouffes à tous les rateliers décidément.

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 16:20

      @bourrico 7

      Je réponds à Tic-tac qui a abordé le sujet. Es tu intolérant contre les révélations avérées par des dizaines de milliers de témoins ?

    • bourrico 7 11 août 2015 16:33

      @christophe nicolas

      Quelles révélations, avérées par quels témoins ?

      C’est marrant cette propension à faire votre tous les thèmes plus ou moins tordus, à en faire une sorte de gloubiboulga qui vous décrédibilise complètement.

      Juste la on a Dieu, les extraterrestres, la fusion froide cachée, le b.a.-ba du complotiste/soucoupiste de base.
      Je l’ai raté ou t’as oublié Tesla ?

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 16:49

      @bourrico 7

      L’apparition de la Vierge en pays musulman avec les collombes du St Esprit et l’enfant Jésus n’a pas besoin de commentaires en soi. Les premiers témoins sont dans le rapport, il suffit de le lire, tu n’es pas raciste au moins ? Je cite :

       
      • Mahmoud Abd Él-Rahman, journaliste du journal Él-Masaa.
      • Hamdy Hiraz, député de Zeitoun à l’Assemblée Nationale.
      • Mahmoud Naguib, correspondant de presse du journal AI-Gomhoreya.
      • Mohamed Hassan de la Société de lunetterie Nagi.
      • Mustafa Mohamed Él-Kabbani, comptable à l’Institut du Pétrole.
      • Mohamed Raafat Mahmoud, chef-comptable.
      • Le Directeur de l’Information et des Griefs a soumis à M. le Ministre du Tourisme Hafez Ghanem un rapport circonstancié confirmant le témoignage des ouvriers du garage et attestant de 27 apparitions de la Sainte Vierge depuis le 2 avril 1968 jusqu’à la date du rapport.
       
      Je crois que plus de 100 000 personnes ont vu ces apparitions à une époque excluant tout trucage. Cela a recommencé en 2009.
       
      Ca te pose un souci ?

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 17:23

      @bourrico 7


      Il est interdit de présenter des argument maintenant ? Tu es censeur autoproclamé ? Je présente des arguments, pas toi qui n’y répond pas autrement que par le déni, donc tu es un « dénigriste » or le mensonge est puni par la loi comme l’usage d’un faux dans certains cas. Tu ne veux pas que je sois hors la loi ? 

      Je te signale que j’aime bien manger des escargots, cela fait-il de moi un escargotiste ? 


    • bourrico 7 11 août 2015 21:33

      @christophe nicolas

      T’en est aux apparitions maintenant, pas mal, je suis impatient de voir la suite.

      Si tu considères des témoignages d’apparitions comme des preuves, t’es un soucoupiste complotiste bas de gamme, un débutant, le genre qui nuit à la crédibilité de ceux qui travaillent sérieusement, comme les auteurs du rapport cité plus haut par exemple. 

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 23:47

      @bourrico 7


      Pour ton instruction... sinon, selon, toi, quelle est la définition d’une preuve ?

      As tu une preuve de multivers ? Ils ne sont pas sérieux, ils sont payés, ce n’est pas pareil.

    • bourrico 7 13 août 2015 17:50

      @christophe nicolas

      Places tu les mathématiques au même plan, que des témoignages ?

      La rigueur au même plan que la subjectivité ?

      Tu viens la imposer tes certitudes et tes croyances sur un sujet ou tu es totalement ignorant, à savoir le lien entre les mathématiques et la physique.

      Tu t’enfonces tout seul.

  • blablablietblabla blablablietblabla 11 août 2015 19:26

    @christophe nicolas, 

    il faut arreter la moquette là , je vois que ça doit etre du bon mathos que tu fume !

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 19:37

      @blablablietblabla

      Peux tu préciser, ton cerveau a l’air d’être sous l’emprise de ce dont tu m’accuses, je peux te répondre à condition que tu poses une réelle question....

  • blablablietblabla blablablietblabla 11 août 2015 21:31

    une question ? tout simplement que tout tes postes n’ont ni queue ni tête, et en plus ton dialogue avec le « bourrico » troll bien connu sur agora ça a fini par discréditer tout bon sens relatif à l’article ci dessus .

    bonne soirée !

    • bourrico 7 11 août 2015 21:37

      @blablablietblabla

      mmm... une célébrité non prévue au départ, issue de la médiocrité de certains, et actée par la disparition de toute considération de ma part pour ce site.

      Sinon je n’ai absolument rien contre l’article.

    • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2015 23:38

      @blablablietblabla


      Tu as peur de t’exprimer ? J’aime bien un petit troll par ci, par là... Ils ont le droit de s’instruire. Il n’y a que le cerveau primaire qui s’affiche mais je suis sur qu’ils en cachent un second dans la vraie vie. Un jour, ils oseront leur coming out.

      Le troll primaire permet à tous de s’instruire, lorsqu’il flanche, le troll secondaire arrive à la rescousse pas content de l’étalage de preuves, il dit que ça ne sert à rien.... mais non, les meilleures démonstrations sont celles pas l’absurde et le troll est royal en absurdité.

      On doit donc dire merci aux trolls de nous permettre une si belle démonstration. 

  • christophe nicolas christophe nicolas 12 août 2015 00:22

    Lorsque je lis des commentaires, le troll me permet tout de suite de voir la qualité de l’interlocuteur.


    Tout le monde se fiche des trolls, ils n’amusent qu’eux mêmes à se croire malin, comme des adolescents boutonneux. On ne lit jamais le troll mais il met en valeur le contradicteur par les preuves qu’il avance.

    On sait que le troll est dans le déni absurde et l’ironie piquante plus ou moins réussie sans aucune démonstration. Ainsi, certains défendent la science en volant au raz des pâquerettes, il est évident que personne ne souhaite un tel avocat, surtout pas la science. La seule chose que le troll défend correctement est l’absurdité parfois l’humour, il faut donc s’en servir comme point d’appui dans des démonstration par l’absurde, ils sont une bénédiction. Je les adore... 

    Bonne nuit et faites de beaux petits trolls

  • Ruut Ruut 12 août 2015 08:28

    Une question qu’est ce qui génère cette rotation des galaxies et surtout pourquoi les galaxies sont elles plates ?


    • christophe nicolas christophe nicolas 12 août 2015 13:57

      @Ruut

      Qu’est qui génère la rotation d’une particule ? Ta question est vague...

      En réalité, tout tourne naturellement et je ne connais pas le frein... c’est surtout une question de stabilité du système.

      On ne peut rien trancher sur la forme entre différentes théories à partir des systèmes planétaires et galactiques parce qu’il y a des incertitudes de méthode trop grandes dans l’interprétation des observations, que les systèmes évoluent lentement et que la relativité générale agit comme un patch correctif. De plus la gravité n’est pas intégrée avec l’électromagnétisme.

      En revanche, la planète science va pouvoir apprendre dans des expériences beaucoup plus simple directement sur terre. C’est une affaire de quelques paires d’années, la cosmologie devra ensuite en tenir compte.

      Je ne pense pas que tu prennes le problème par l’aspect le plus simple.

  • Med Ghriss 13 août 2015 13:22

    C’est bien dommage que certains internautes sautent sur le prétexte d’un sujet parcouru à la va vite sans l’analyser pour livrer leurs avis personnels qui n’ont pas grand chose à voir avec le contenu du thème exposé ; cela les spécialistes pourraient le confirmer avec le public-lecteur qui a ses propres idées sur le sujet développé , qu’elles soient pour ou contre l’article l’essentiel en tout cas ce n’est pas d’être hors sujet ! 
    Med Ghriss ( citoyen du monde, n’excluant pas la possibilité de la pluralité des mondes) 


Réagir