samedi 2 septembre - par Gérard Faure-Kapper

De quelle partie de notre corps l’État se préoccupe en priorité ?

 
Par Gérard Faure-Kapper
 
De quelle partie de notre corps l’État se préoccupe en priorité ?
 
Après des recherches, nous sommes en mesure d’y répondre. En tout cas, ce n’est pas la tête.
 
Tout est fait pour agresser moralement les gens. Être obligé de subir les discours mensongers des politiques, assister impuissant au racket sur son compte bancaire, se faire agresser par des huiSSiers au service d’entreprises privées, ne plus sortir sans son gilet jaune, son casque, son éthylotest et autres fantaisies intéressées de Bruxelles, voir sa feuille d’impôt augmenter sans limite et j’en passe.
 
La vie est devenue une survie pour beaucoup. Nous allons nous en prendre plein la tête. Comment va-t-on réagir ? D’abord la colère pour faire face à l’agressivité du monde qui nous entoure, puis le découragement et le fatalisme, acceptant tout sans broncher, jusqu’à l’annihilation des réactions avant de sombrer dans la dépression.
 
Non, l’État ne se préoccupe pas de la santé mentale des citoyens et contribue fortement à sa dégradation. Un suicide, c’est une retraite en moins à payer.
 
Par contre, tout homme de plus de 50 ans reçoit régulièrement des invitations à aller se faire… contrôler pour que soit décelé, éventuellement, les bribes d’un cancer colorectal. Des campagnes sont également organisées sur ce thème.
 
Alors une question se pose. Pourquoi se préoccupent-ils autant de nos arrières alors qu’ils dégradent consciemment notre tête ? Prévention du cancer mais pas du suicide.
 
La raison en est simple. L’État ne veut pas nous prendre la tête, c’est pour cela qu’il soigne ses entrées. Ceci peut se traduire dans le langage populaire par « parle à mon c.., ma tête est malade.


7 réactions


  • Ciriaco Ciriaco 2 septembre 10:39

    C’est toute la vie qui est malade. Regardez un arbre, une rivière, en ville. Certains n’en ont jamais vu en pleine santé. Quand à nos têtes, plus de pub en 1 heure que de tracts de la résistance durant toute la seconde guerre mondiale. Des gosses dans la rue, éduqués à la nique, à dealer. D’autres qui passent la nuit dehors dans les no man’s land urbanisés. Juste à côté des magasins partout. Du superflu comme un tronc cérébral. De l’alcool et du loto pour le prolo, le retraité. Le jeune étudiant qui kiffe dès le jeudi soir arrivé, avant qu’il ne se prenne trop au sérieux dans les boites aux reflets métalliques qui poussent dans les zones.


    Si c’était que l’État, le « nouveau monde ».

  • bob14 bob14 2 septembre 10:39

    Le cerveau pour lobotomiser les gens afin qu’ils votent pour des incompétents avec le sourire et acceptent d’être sodomisés sans vaseline !


  • Clocel Clocel 2 septembre 10:39

    Moi je dirais de notre cul, puisque le but de tout état bien compris est de faire tapiner le plus grand nombre au profit du petit, formule théorisée par cette chère crapule panthéonisée de Voltaire.

    A la faveur de lois scélérates, il semble que nous soyons en plus, devenu des banques d’organes sur pattes puisque le corps médical peut désormais prélever n’importe quel bout de vos abats.

    Connaissant la propension de ce même état à mettre en fiche nos recoins les plus intimes, ça laisse l’imagination ouverte à des scénarios post-apocalyptiques pas inintéressants...

    Mais bon, c’est pas la préoccupation du moment, le chien de Macron, je crois ???

    Courage !

     


  • jef88 jef88 2 septembre 11:30

    J’ADOOOOOORE la conclusion ! ! ! ! !


  • Ecométa Ecométa 2 septembre 14:20


    La société est mise au services des systèmes, de leurs sels « tenants » (propriétaires) et de leurs aboutissants rationalo économico technoscientistes ; quand ce sont les systèmes qui devraient être au service de la société et des individus qui la composent !

    Devenu totalement paranoïaque et schizophrénique, ce monde moderne au « modernisme » paroxysme de modernité et plus simple « modernité » ; ce monde est savamment et délibérément malade !

    Ne cherchez plus Docteur : c’est la tête !


  • ZXSpect ZXSpect 2 septembre 18:29

    En résumé... la triste réalité des suicides versus les efforts de l’Etat dans les campagnes de santé publique (et encore seul le test colorectal est mentionné)... pour placer une chute de bon goût : « parle à mon c.., ma tête est malade."


  • stef 3 septembre 13:25

    et les 11 vaccins qu’ils veulent administrer à des nourrissons alors que des études sérieuses prouvent que les enfants non vaccinés sont en bien meilleure santé que les vaccinés 


Réagir