mercredi 19 mai - par Rémi Mondine

De quoi le féminisme est-il le nom

Bon ne vous attendez pas à un article sur les stratégies de féministes ce n’est pas le sujet.

Le féminisme bénéficie depuis des années d’un soutien et de ressources qui lui permettent de se faire entendre. Ce genre de choses n’arrive pas par hasard. Il s’agit d’une stratégie de classe.

Vous imaginez bien que la classe qui peut financer une ingénierie sociale de cette ampleur et mettre les médias à son service ce n’est pas celle des employés et ouvrier. Non cela vient de la haute bourgeoisie. Mais pourquoi la haute bourgeoisie validerait-elle un modèle qui invalide la famille et les valeurs catholiques ? N’y est-elle pas attachée ? Nous commencerons par cette question avant de revenir au monde moderne.

 

Nous avons l’image d’une haute bourgeoisie attachée à la famille et aux valeurs traditionnelles. Au XIXeme siècle la bourgeoisie s’en est effectivement faite le chantre moral.

Mais la question est pourquoi ? Pensez-vous que la haute bourgeoisie s’intéresse réellement á la famille et aux valeurs ? Cette haute bourgeoisie que Marx décrivait ainsi :

« Nos bourgeois, non contents d'avoir à leur disposition les femmes et les filles de leurs prolétaires, sans parler de la prostitution officielle, se font le plus grand plaisir de débaucher leurs épouses réciproques. Le mariage bourgeois est, en réalité. La communauté des femmes mariées. »

O temps o mœurs au final les grands discours sur la famille et la morale couvrent une liberté sexuelle que mai 68 n’eut certainement pas reniée, mais en rendant l’accès plus complexe on le rend plus cher et donc inaccessible aux pauvres.

Autre avantage, l’église catholique a pour nature de ne pas s’opposer aux pouvoir politique et de prêcher la soumission à l’ordre établit. Donc là encore la famille et le catholicisme sont les paravents commodes de la guerre de la haute bourgeoise contre le peuple.

Il suffit d’ailleurs de se rappeler qu’à la fin de la monarchie il était de bon ton dans la noblesse et la bourgeoisie d’être athées avant que deux générations plus tard face à la lutte sociale croissante la religion ne fasse un retour remarqué. On ne peut qu’admirer un tel dévouement aux valeurs qui permet à une classe sociale de changer largement de valeurs en deux générations. Evidemment nous parlons de comportement de classes. Il y eut des individus indécrottablement libertins et d’autre dont la religion ne saurait être soupçonnés. Mais globalement la plasticité de la haute bourgeoisie est remarquable.

 

Et aujourd’hui la haute bourgeoisie nous dit que le féminisme c’est bien effectuant encore un retournement remarquable. Et évidemment vous constatez que ces gens ayant pignon sur rue ne défraient pas la chronique par leur non-vie familiale ou des milliards d’avortements.

Là encore la bourgeoisie maintient vis-à-vis de la théorie du temps un certain recul pour mener la vie qui l’arrange tout en imposant un modèle au reste de la société qui est prié de se conformer.

Evidement la question se pose de pourquoi la bourgeoisie imposerait un modèle au reste de la société. Cela ne fait pas sens.

Mais là encore il suffit de suivre l’argent. Dans les années 1950 la vie industrielle était si dure que les hommes ont adopté un modèle où les femmes revenaient au foyer pour les protéger de cette vie. Le résultat fut le plein emploi. Vous imaginez l’horreur ? Le plein emploi, les travailleurs qui peuvent négocier leurs salaires ? Il fallait rapidement trouver une solution.

On en trouva deux : Féminisme et immigration. Les deux sont complémentaires.

Concentrons-nous sur le féminisme. En transformant la protection accordée á la femme au foyer en une immonde exploitation patriarcale on a favorisé l’entrée des femmes sur le marché du travail rétablissant l’équilibre entre les besoins de l’économie et le nombre de poste. L’immigration a ensuite suffit pour refaire l’armée de réserve. Et hop revoila le chômage. Vive les droits de femmes et les baisses de salaire. Pour cela on a accordé l’avortement et la pilule, ça ne coûte rien c’est la sécu qui paie donc les salaires des travailleurs dont on comprime justement les revenus et ça rapporte des profits aux amis des labos.

Il ne s’agit pas d’en critiquer l’utilité sociale, mais de constater que les « progrès » sont beaucoup plus acceptables lorsqu’ils sont payés par le salaire ouvrier et produisent des profits. On aurait pu instituer pour ces dépenses un impôt sur les grandes fortunes finançant ces coûts. Non c’est passé par les cotisations de sécurité sociales alors que la dépense s’applique sur l’ensemble de la population ce qui aurait justifié un financement par l’impôt. Les féministes ne se sont pas battues pour cela vous le remarquerez. Mais pardon je blasphème.

Evidement une fois cette phase passée il aurait été dommage de s’en passer. Le combat féministe évite que les femmes s’investissent dans les syndicats et les divorces fournissent également assez de problèmes personnels pour que la masse des travailleurs ne fassent plus de politique. Et puis en créant une cause progressiste on a aidé les partis de gauche à remplacer un programme de lutte sociale gênant, par un programme politique qui fournit un surcroit de main d’œuvre. Que des avantages.

Et voila pourquoi le féminisme moderne a droit de cité dans tous les grands médias. Il est rentable pour le taux de profit. Quelques féministes qui vivent de la cause reviennent moins cher que des compagnies de CRS.

Evidemment le raisonnement vau aussi pour l’immigration avec le même fonctionnement hypocrite de la haute bourgeoisie.

Bienvenue dans le progrès façons XXi ème siècle qui a le formidable avantage d’être le même qu’au XVIII ème au XIX ème et au XX ème. Ce qui favorise les intérêts immédiats de la bourgeoisie est une cause morale.

 



37 réactions


  • sylvain sylvain 19 mai 20:47

    D’une manière générale, la plus grande valeur de ceux qui ont beaucoup de pouvoirs est d’en amasser davantages . Sinon ils ne seraient pas là ou ils sont .

    A partir de là, on devrait systématiquement se méfier des personnes qui ne cessent d’en accumuler, ce sont des malades . Il est clair que la classe riche a intrumentalisé le féminisme, les luttes anti discriminations en générale, l’immigration ou même les ONG et les mouvements sociaux ( revolutions de couleur...) . Elle n’aura ensuite aucun problème à les laisser crever après les avoir mis dans la merde car tous ces mouvements ont en réalité d’autres bases que la classe bourgeoise, et d’autres objectifs que de la servir .

    Les milices locales et autres groupes fachos se sentent pousser des cornes, eux qui ont été les petits préférés si longtemps mais ils n’ont pas trop à s’en faire leur heure viendra .

    Avant tout, nos « élites » ont besoin de diviser et pour le moment ils peuvent compter sur certains groupes se réclamant du féminisme, des LGBT, du décolonialisme ... Quand ce ne sera plus le cas ils les laisseront à leurs prédateurs


  • constant

    Bonjour, j’ai connu l’ancien modèle. Celle de la maîtresse au foyer et très heureuse de l’être. J’ai bien lu Benoîte Groult et n’ai jamais accroché n’étant en aucune façon envieuse et surtout du pénis. Je préfère de loin la complémentarité à l’égalité. Le féminisme n’a pas gagné grand chose mais a surtout beaucoup perdu. le grand problème reste malgré tout la dépendance financière. L’idéal état d’être dotée avant le mariage. Comme le dit bien le Monde : l’avenir sera peut-être à l’homosexualité. Pas en ce qui me concerne....mais les hommes étant très mal dans leur virilité, ...le lien à la femme fait de plus en plus peur, n’ayant pas eu de modèle paternel..... Je crains le pire pour le futur. Le nombre de pervers-narcissique étant en constante augmentation (on parle déjà de 30 à 40 pourcent....). une femme sur quatre est battue ou violée...Beaucoup d’homme seront sur la crête, supportant malgré tout assez mal la solitude. Porte bloquée du côté de l’hétérosexualité et malgré tout pas envie de basculer homo....Avenir sombre. Bah, point positif, on fera moins d’enfants...


    • sylvain sylvain 19 mai 21:02

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Quand on regarde en pratique ce qu’à été le féminisme, il n’est pas évident qu’il ai toujours servi les intérêts des femmes, et ça n’a jamais été aussi vrai que maintenant .

      C’est dommage car il y a beaucoup a faire de ce coté là . Du coté des hommes aussi d’ailleurs, et ce n’est pas une opposition . En réalité, l’évolution des femmes serait grandement facilitée par celle des hommes


    • Rémi Mondine 20 mai 00:20

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Chére mélusine auriez vous le liens vers l’étude sur laquelle se base vos chiffres ? Je constate à l’usage que beaucoup d’étude obtiennent des résultats impressionnants en accmulant des biais métodologiques qui en faussent le sens tel que présenté dans les médias. Sinon je sis d’accord avec vous on fragilise et les homes et les femmes.


    • L’auteur dit que nous sommes passés de 20 à 30 %. Ce qui est déjà énorme. D’autres parlent de 40 %.


    • @sylvain j’ai toujours été une femme du côté des hommes. Me satisfaisant de leur réussite. Ce qui ne m’a pas empêché de me réaliser intellectuellement et artistiquement. Cela me fut très longtemps reproché. Tu ne ne joues pas le jeu et bla, bla, bla..Avec les hommes, peu de problèmes...même les homos se sentent à l’aise... c’est dire. Mais vu que nos choix son identiques,...pas d’avenir. Quant à l’amitié avec un homo (marche pas non plus. Toutes ces actrices qui se vantent d’avoir des amis homos, je ris un peu....C’est aussi parce que je connais mon pouvoir en tant que femme que je n’en abuse pas....


    • Rémi Mondine 20 mai 09:43

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Pour le coup les pervers narcissique c#est un phénoméne qui concerne autant les hommes que les femmes mais merci pour la référence.


    • @Rémi Mondine Exactement... en remontant aux mères des pervers narcissiques. La différence, c’est que l’homme a plus de facilités à maintenir le DENI....Voir les films d’Almodovar qui est si doué pour filmer les femmes au bord de la crise de nerfs.... Cercle vicieux. Les femmes ne trouvent plus que des « salauds »... parce qu’en plus, elle aiment ça. Je ne sais comment on en sortira. Parce qu’au milieu, il y a enfants et divorces...Dans le fond, nos ancêtres d’une certaine manière n’étaient pas si bêtes : ils se choisissaient plus sur des critères de classe ou de complémentarité. Comptant sur le temps et les épreuves pour forger l’amour... Balayé depuis 1968 : on veut d’l’amour... Sauf que les Princes charmants et charmeurs sont souvent des homos refoulés (EXEMPLE : Patrick BRUEL qui a réussi OH exploit à tenir deux ans avec une femme,...). Pas de Papa. élevé par sa mère...


    • Rémi Mondine 20 mai 12:02

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Ou un certains nombre de personnes ne parviennent pas á distinguer l’amour de projet de vie et d’attirance sexuelle. 
      Vivre ensemble avoir des enfants c’est une petite société commerciale. L’amour permet de le vivre plus facilement, mais ne résoud pas toutes les problèmatiques que cause la vie à deux et plus encore lorsque vous avez des enfants. Il va falloir revennir un peu sur ce mythe de l’amour. Bonne chance sur le sujet, je ne vois pas comment faire.


    • @Rémi Mondine lisez Denis de Rougement. Il en parle bien. Effectivement, perso, je ne vois pas trop la solution. j’ai fais mes rencontres par hasard au moment où je m’y attendais le moins. Cela s’appelle la synchronicité. mais rares sont ceux qui font le démarche de se mettre en mode découverte du monde, confiance en soi et son destin...et surtout avec un stop qui nous signale si la route n’est pas bonne.


    • L’amour et l’Occident.
      Description
      Avez-vous aimé ce livre ?
      DescriptionL’Amour et l’Occident est le magnum opus de l’écrivain suisse Denis de Rougemont. Publiée en 1939 pour la première fois, L’Amour et l’Occident a été traduite dans plusieurs langues. Wikipédia

    • Rémi Mondine 20 mai 14:34

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      J’ai trouvé le livre, mais doit le lire.


    • Rémi Mondine 20 mai 14:54

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Chère Mélusinne,

      je me permet d’attirer votre attention sur un point : Vous parlez de la dépendance financière. 
      Il en va de même pour l’homme financièrement dépendant de son employeur ou de ses clients.
      Evidement il est mieux de naître riche mais peu d’entre nous ont cette chance.
      Pour les autres, la dépendance aux autres est notre lot commun. La question est : Vaut-il mieux être dépendant de son partennaire ou de son employeur ?
      Je ne saurait prendre position, mais la vie au travail est aussi souvent difficile.


    • @Rémi Mondine Vaste question. En Afrique, c’est la femme qui apporte la Dot et le mari qui est chargé de protéger la famille. L’oncle ou le Totem incarnant le Loi.....Un aspect qui devrait être changé dans la société : le mi-temps devrait être mieux reconnu et la femme bénéficier d’une même retraite que si elle avait fait un plein-temps. Elever des enfants, ils sont l’avenir que je sache, devrait être bien mieux reconnu. La dépendance de la femme à son mari est source de la plupart des conflits dans le couples...et de chantages divers...Mais est-ce que l’ETAT se soucie de l’avenir ? On voit bien que non. Le court terme encore et toujours..Une certaine indépendance financière de la femme par rapport à son mari est indispensable à l’équilibre du couple.


    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 mai 18:12

      @Rémi Mondine,
        Exact. 
        Le grand problème arrive après un divorce pour la femme qui devient ce qu’on appelle une fille mère. La femme a perdu une partie de sa séduction et de ses charmes avec l’âge.
        L’homme qui a perdu ses cheveux (ou chauve) ou qui les a blanchi n’a pas ce problème pour se remettre dans le circuit du travail.
        C’est l’appréciation du vieillissement qui prend malheureusement le pas.
        C’est le jeunisme qui veut ça.


    • Rémi Mondine 20 mai 18:24

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      ma chére nous devrions en parler en détail. Je ne suis pas hostile, mais hormis jouer avec les revennus de transfert qui posent problème j’ai du mal à concevoir le dispositif satisfaisant.


    • Rémi Mondine 20 mai 18:30

      @Réflexions du Miroir
      Et pas du tout le fait qu’une femme atteinds la ménopause á quarante ans alors qu’un homme reste un reproducteur possible jusqu’á sa mort ?
      Biologiquement nous sommes construit pour la reproduction.
      Si les hommes sont traditionnelement plus sacrifiables que les femmes c’est que la perte d’hommes ne réduit pas la capacité de reproduction de l’espéce alors que les femmes sont très vite un facteur limitant.
      Faites les calculs vous verrez.


  • Quand une femme veut réussir, elle trouve toujours le chemin. Georges, Sand, Marie Curie... Bien sûr les oppositions sont coriaces. Mais la femme est aussi plus finaude,...


    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 mai 18:06

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
       La différence entre une femme et un homme ?
       Un homme réserve son attention sur un sujet à la fois.
       Une femme fait de la multi.
       Pendant qu’elle parle de son travail, elle pense en même temps, aux courses qu’il faut faire pour les enfants, pour ce qu’il faut faire à souper, et tellement d’autres choses. 


  • Clocel Clocel 20 mai 08:07

    Une vision plus réaliste du féminisme...

    Attention, pour ceux qui ont encore des illusions, ça pique.


    • @Clocel Pourquoi les individus aujourd’hui sont à ce point soumis...parce que n’ayant plus de références parentales, ils suivent l’ETAT (cela commence depuis la crèche,..). La famille a toujours été le plus grand ennemi de l’ETAT...


    • Clocel Clocel 20 mai 08:39

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Pas faux, chère Vouivre, mais l’ignorance offre un confort certain, (celui du troupeau), et on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif.

      La plupart ne verront bien que devant des râteliers vides, ça viendra nécessairement.


  • Étirév 20 mai 08:37

    Le féminisme dont vous parlez est celui des misogynes et/ou surtout celui des ignorants.

    C’est un peu comme ceux qui pointent du doigt l’Islam parce que des chaînes de désinformations montrent en continu des individus criant « Allah Akbar » en mitraillant des foules.

    Le pseudo féminisme contemporain trouve son origine dans la Maçonnerie moderne anglo-saxonne, « déviée » et née avec la révolution ténébreuse et marchande du XVIIIème siècle.

    Si vous saviez ce qu’est réellement le Féminisme, et ce qu’il réalise à tous les points de vue, vous y adhéreriez sans attendre.

    Mais Il est vrai que pour le comprendre réellement, cela demande autre chose que la raison et des travaux de simple érudition.

    BLOG


    • Rémi Mondine 20 mai 09:34

      @Étirév
      Cher monsieur,

      Que ce soit le bon ou le mauvais feminisme je parle de celui qui a ses ronds de serviettes dans les médias et ses relais dans l’appareil gouvernemental. 
      C’est celui là qui a le pouvoir de faire les lois et dd’accorder les moyens. 
      Aprés si je demande à chaque francais ce qu’est la définition du féminisme j’aurais surement plusieurs millions de définitions dont beaucoup seront bien, mais comme cela n’a aucune influence politique on va rester á la vision de ceux qui controlent les moyens pour nous réeduquer avec notre argent.


    • @Rémi Mondine il est vrai que les anglo-saxons traîneront toujours un vague parfum d’homosexualité latente. Je me rappelle avoir vu une représentation d’une pièce de Shakespeare, pour être plus proche du style de l’époque, ils ont pris des acteurs homos,...


    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 mai 18:02

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
        « Ils ont pris des acteurs homos »
      Et, alors qu’est-ce que cela change ?
      L’interprétation ?
      Cela n’a rien avoir avec l’époque.
      L’homosexualité a toujours existé comme le théâtre d’ailleurs.


  • eddofr eddofr 20 mai 10:41

    Tous le ismes (les mots en isme) sont marqués par des effets de croyances instaurant une vision du monde particulière, déformée au prisme de ces croyances.


    • Rémi Mondine 20 mai 11:20

      @eddofr
      Oui, mais les croyances ont ou non des retombées. Et ces retombées sont là dans le cadre d’une guerre sociale. 
      Si vous croyez que le soleil tourne autour de la terre tant que vous ne travaillez pas dans le secteur aérospatial cela n’a pas de conséquences. Par contre l’héliocentrisme si vous êtes directeur á l’ESA ca a urait des conséquences.
      Il en va de même pour le feminisme. Ce qui compte est l’aspect opérationnel et á qui profite le crime.


    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 mai 17:58

      @Rémi Mondine bonjour,
        Je pense que vous oubliez quelque chose : l’enseignement qui a été à la portée de tous.
        La société dans les pays occidentaux du moins a investi dans la jeunesse qu’elle soit masculine ou féminine.
        Aucune différence due au sexe n’est acceptable.
        Pourquoi une femme qui a suivi de longues études ne pourrait-elle pas les exercer comme un homme ?
        Entendu ce matin, la patronne de la multinationale Solvay. Ihlam Kadri Ecoutez bien, elle répond que je ne le pourrait   Ca c’est l’avenir....
        Rien à voir avec la bourgeoise qu’elle soit haute ou non.
        Comme je l’ai écrit dans mon billet d’aujourd’hui : pour abolir les inégalités sexuelles, je suis plus favorable à une l’égalité « unisexe » dans une sorte d’androgynie de surface en dehors de la physiologie en gardant l’esprit de la diversité. Le féminisme et le masculinisme créent une césure en revendiquant une non-égalité alors qu’ils devraient viser la complémentarité.

        L’esprit de famille a changé. Je suis une exception et athée. 49 ans de mariage. Normalement un couple reste en moyenne ensemble avec de divorcer. Cela fait marcher le commerce des avocats, non ?
        Changement de « viande » n’excite-t-il pas l’appétit ?  smiley
       
        


    • Rémi Mondine 20 mai 18:03

      @Réflexions du Miroir
      Cher Miroir,
      vous êtes vous demandé ce que l’on aurait pu faire autrement ?
      On a dit aux femmes : « Prenez la pillule allez travailler » Elles ont été travailler et les salaires ont été massacrés.
      On aurait pu dire : Celui des deux parents qui reste chez lui touche une allocation d’état et s’ouvre le droit à une compensation en cas de séparation. Cela ne fut pas le cas car cette solution n’aurait pas fait monter la main d’oeuvre disponible.
      On aurait pu dire : « Prennez la pillule, mais n’oubliezn pas qu’une famille épanouie est le meilleur chemin vers le bonheur »
      D’ailleur on a fait payer la pillule par les cotisations sociales (Salaires des travailleurs) et pas par l’impôts (Richesse du pays.
      On aurait pu faire autre chose si l’objectif avait été de donner aux femmes l’égalité et non de gérer la main d’oeuvre.


  • Old Dan Old Dan 20 mai 12:58

    Récupération du féminisme pour faire du fric ???...

    ... mais aussi du sport, de l’info, du changement climatique et du bio, des loisirs et du temps libre, des opinions et du sans-opinions... de l’intelligence et de la bêtise !

    C’est le rôle de la pub, de la mode, des influenceurs, des lobbies, des télés, des réseaux...

    .

    [Occuper la part de cerveau disponible ? Encore faut-il avoir un cerveau à soi ! ]


  • eddofr eddofr 21 mai 15:32

    De toute façon, dans une société capitaliste et par principe, tout, absolument tout, finit par être récupéré ou manipulé et se résume finalement à une autre manière de « faire du fric ».


Réagir