mercredi 30 mai 2018 - par roman_garev

Déménager en Russie ?

Par Dmitry Orlov – Le 22 mai 2018 – Source Club Orlov

Beaucoup de gens, en particulier aux États-Unis, parlent constamment de quitter le pays pour un endroit plus prometteur maintenant que le rêve américain est devenu un véritable cauchemar. Et bien que la Russie ne figure pas en bonne place sur la liste des pays où aller, peut-être le devrait-elle. La Russie est presque unique en ce sens qu’elle n’est pas surpeuplée et possède toutes les ressources naturelles, y compris énergétiques, pour de nombreuses générations à venir. Elle est également politiquement stable, remarquablement bien défendue, et malgré une forte désinformation sur la gravité de l’état de son économie (ce qui s’avère être un vœu pieux de la part de ceux qui veulent que la Russie échoue), elle se développe plutôt bien.

Le problème pour aller vivre en Russie, c’est qu’il y a seulement deux façons de le faire légalement, et elles sont toutes les deux plutôt compliquées et demandent une grande implication, avec beaucoup d’obstacles bureaucratiques à franchir. Je ne suis pas un expert juridique et je fournis cette information telle quelle, sans garantie. N’essayez pas de le faire avant de consulter quelqu’un qui est compétent en la matière.

Le moyen le plus simple est d’obtenir un visa de tourisme à long terme, soit directement par l’intermédiaire d’un consulat russe (moins cher mais pas facile), soit par un service de visa travaillant avec les agences de voyages (plus cher mais plus facile). Le meilleur visa touristique à long terme que vous pouvez obtenir est un visa de trois ans qui vous oblige à quitter et à revenir en Russie tous les six mois. Si vous ne partez pas avant la fin des six mois, vous serez autorisé à partir, mais vous ne serez pas autorisé à entrer de nouveau. Après chaque entrée, vous disposez d’un délai de sept jours pour vous enregistrer à une adresse physique, soit par l’intermédiaire d’une entreprise telle qu’un hôtel, soit par l’intermédiaire d’un particulier enregistré en permanence à cette adresse. (Si vous vous présentez pendant la Coupe du Monde, les sept jours deviennent 24 heures, gardez cela à l’esprit !) À son tour, pour être enregistré de façon permanente à une adresse, la personne qui vous enregistre doit posséder la propriété à ce moment-là et à cette adresse, et avoir le timbre correspondant sur son passeport interne, parce que les contrats de location ne permettent qu’un enregistrement temporaire. Si vous ne vous inscrivez pas à temps, votre visa peut être clôturé avant votre prochain départ et vous ne pourrez pas en obtenir un autre. Une fois que les trois ans sont écoulés, vous devez rentrer à la maison et demander un nouveau visa.

L’autre moyen de rester en Russie est d’obtenir un permis de résidence. Pour pouvoir postuler, vous devez soit entrer dans un quota, soit bénéficier d’une exception. Des exceptions sont accordées aux personnes qui appartiennent à l’une ou plusieurs des catégories suivantes :

  • Être né en Russie ou dans une partie de l’URSS devenue depuis la Russie ;
  • Être marié à un citoyen russe ;
  • Avoir au moins un enfant qui est un citoyen russe ;
  • Avoir un parent qui est un citoyen russe et vit en Russie ;
  • Être un locuteur natif compétent de la langue russe.

Certaines catégories de personnalités, d’hommes d’affaires et de professionnels peuvent également passer outre le quota.

Les quotas se remplissent très rapidement dans de nombreux endroits. Si vous envisagez de postuler dans les régions de Moscou ou de Saint-Pétersbourg et que vous êtes soumis à ce quota, vous pouvez oublier. Mais la Russie est un très grand pays et il y a des régions où les quotas ne se remplissent pratiquement jamais. Gardez également à l’esprit que les bureaux qui traitent avec les migrants (c’est ainsi que vous serez appelé) dans les grandes villes, Moscou et Saint-Pétersbourg en particulier, sont constamment harcelés et vous passerez beaucoup de temps à naviguer dans les files d’attente. Les choses s’améliorent un peu, mais il faut encore toute la journée pour accomplir une tâche relativement simple, comme soumettre un formulaire ou recueillir un document.

Publicité

Vous devez également être parrainé par un citoyen russe qui prendra la responsabilité de se porter garant de vous pendant que vous passerez par ce processus et qui vous fournira un endroit où vivre. Ce n’est pas une petite responsabilité, puisque le commanditaire sera tenu responsable de toute transgression que vous commettriez sur le territoire russe. Le parrain doit vous envoyer une invitation et une lettre de garantie, avec laquelle vous pouvez obtenir un visa spécial de trois mois auprès d’un consulat russe chez vous. Pendant ces trois mois, vous devez demander un permis de séjour temporaire (РВП) qui vous permet de rester en Russie plus longtemps que votre visa ne le permet, mais vous ne pourrez pas partir car vous n’aurez plus de visa et vous ne serez pas en mesure de revenir. Afin de demander le permis temporaire, vous devez avoir tous vos papiers à jour à l’avance.

Et il y a beaucoup de papiers :

  • Vous avez besoin d’une preuve de revenu. Le plus simple est un dossier bancaire d’une banque russe montrant que vous avez au moins cent mille roubles en dépôt.
  • Vous avez besoin d’une preuve de l’absence de casier judiciaire délivré par votre pays d’origine au cours du dernier mois.
  • Vous devez passer un test médical indiquant que vous êtes en bonne santé, exempt de VIH et de diverses autres maladies transmissibles et non toxicomane.
  • Enfin, vous avez besoin d’un résultat réussi à un examen de langue, d’histoire et de culture russes imposé par l’État au cours des cinq dernières années.

Une fois que vous avez le permis temporaire, vous pouvez demander un permis de séjour (ВНЖ). Le processus est similaire. Le permis de séjour est valide pour cinq ans et peut être renouvelé continuellement, à condition de présenter une demande au moins deux mois avant la fin des cinq ans. Vous devez également vous inscrire chaque année, en présentant une preuve de revenu et en indiquant votre adresse.

Si vous êtes absent de Russie pendant plus de 6 mois, votre permis de résidence devient nul et vous revenez à la case départ : vous devez chercher quelqu’un pour vous parrainer. Après cinq années de résidence constante (être absent de Russie pour une période maximale de trois mois dans une année civile donnée), vous pouvez demander la citoyenneté. Je n’entrerai pas dans tous les détails de la demande de citoyenneté parce qu’au moment où vous en arriverez à ce point, votre connaissance de la bureaucratie russe dépassera vraisemblablement la mienne.

C’est un vrai parcours du combattant, alors je ne promettrai pas gentiment aux gens qu’ils peuvent aller en Russie à la dernière minute quand les conditions sont mauvaises. Mais pour ceux qui veulent aller en Russie, ils devraient commencer à travailler le dossier bien avant que les circonstances ne les y forcent. À tout le moins, apprenez le russe et essayez de passer le test. Si vous le passez, alors avec suffisamment d’effort et de prévoyance, le reste peut être géré.

Ou vous pouvez simplement vivre en Russie en tant que touriste, mais alors vous ne serez pas autorisé à trouver un emploi en Russie. Cependant, cette restriction est dénuée de sens pour le nomade numérique moderne, car tout ce dont il a besoin, est un ordinateur portable, un smartphone et une connexion Internet, et l’accès à Internet en Russie est omniprésent, rapide et bon marché. Vous devrez faire un bref voyage à l’étranger tous les six mois et un voyage plus long à la maison tous les trois ans. Mais si la discussion précédente sur l’obtention d’un permis de séjour vous a mis mal à l’aise, ou si le fait de devenir compétent en russe semble un travail excessif, alors c’est probablement l’approche que vous devez adopter.

Il semble qu’il y ait une question intéressante à se poser : pourquoi de tels protocoles byzantins et labyrinthiques sont-ils nécessaires pour permettre à quelqu’un de vivre en Russie ? Cela peut avoir quelque chose à voir avec l’héritage byzantin lui-même. L’Empire byzantin (ou l’Empire romain d’Orient) a survécu à Rome pendant plusieurs siècles et n’a pas mis beaucoup d’emphase sur les prérogatives individuelles, privilégiant toujours les prérogatives de l’État sur l’individu. La Russie a absorbé une grande partie de cet état d’esprit, tout comme la Turquie, et l’Empire ottoman a continué pendant encore quelques siècles, en combattant la Russie au cours de plusieurs guerres, essentiellement pour les miettes de l’Empire byzantin. Ce fut l’héritage culturel byzantin qui permit à l’État russe relativement jeune, né (ou plutôt baptisé en masse) en 988 après JC, de se battre pour chasser les Polonais de Moscou en 1613, pour ensuite rattraper plusieurs siècles de développement en quelques années, et émerger comme un État européen pleinement formé dans les années 1700.

L’accent mis sur le fait de devoir toujours enregistrer son adresse a probablement ses racines dans la loi du servage, qui attachait chaque personne à une parcelle de terrain gérée par un propriétaire terrien, mais elle est plus probablement une continuation directe des procédures de l’URSS. La terminologie est passée de la « propiska  » manifestement communiste à un enregistrement plus sociable, mais le système autoritaire de contrôle de la population est resté intact. Cette exigence de paperasserie, et les obstacles bureaucratiques que l’on doit franchir pour y parvenir, sont plutôt dépassés, étant donné que pratiquement tout le monde en Russie a maintenant un smartphone et est connecté sur Internet. La carte SIM étant liée à votre passeport interne, votre géo-localisation peut être établie de plusieurs façons. Tout cela permet de faire de votre position géographique un élément presque automatique de votre dossier officiel.

Publicité

Quoi qu’il en soit, les héritages des empires anciens et pas si anciens (qui furent de grands succès de leurs époques) meurent lentement. Prioriser ses prérogatives sur les intérêts individuels peut être une stratégie pour l’État. Les individus doivent s’en débrouiller d’une façon ou d’une autre, en particulier les plus ingénieux et ceux ayant le plus de ressources, qui pourraient donc s’avérer utiles à l’État. Mais le système complexe et lourd de lois et de règlements qui détermine qui peut vivre et où en Russie et pour combien de temps, est-il une stratégie pour l’État russe ? Cela semble douteux.

  • Considérons que la Russie a connu un effondrement démographique dans les années 1990, suite à la dissolution de l’URSS, et qu’elle traverse maintenant un autre creux démographique, car il n’y a pas assez d’enfants nés dans les années 1990, parce que ces antépénultièmes ne sont pas assez nombreux.
  • Considérons également que les Russes vivant à l’extérieur de la Russie constituent la plus grande diaspora au monde (entre 20 et 40 millions), suivis par l’Inde avec 15 millions et le Mexique avec 12.
  • Enfin, considérons qu’il y a une pénurie de travailleurs qualifiés en Russie, de nombreuses entreprises luttant pour trouver suffisamment de gens aptes à occuper les emplois vacants et de nombreux emplois sont disponibles pour les migrants étrangers qui rapatrient leurs revenus au lieu de les dépenser, ou les investissent en Russie.

Tout cela indiquerait qu’il serait plus avantageux pour la Fédération de Russie de simplifier et de rationaliser le processus par lequel les personnes qui sont russes, qui parlent russe et qui sont culturellement russes, mais qui n’ont pas de passeport russe, peuvent obtenir le droit de vivre, étudier, obtenir des soins de santé et travailler en Russie aussi longtemps qu’elles le souhaitent. En fait, il y avait un plan pour faire exactement cela : une proposition législative pour une « carte russe ». Mais il est mort, et une série de modifications législatives mineures aux règles régissant les migrants économiques a été signée à la place. Et alors que de nombreuses critiques à l’encontre de la Russie peuvent souvent être contrées par « Oui, c’était comme ça, mais les choses se sont améliorées depuis », dans notre cas, ça n’a pas été fait et à en juger par le programme législatif actuel, ça ne va pas s’améliorer.

Même si vous retenez l’idée que l’État russe doit seulement prendre soin de ses propres citoyens, considérez ceci. Dans les années 1990, quand les temps étaient vraiment durs en Russie, tous ceux qui pouvaient s’enfuir à l’étranger l’ont fait. Ils ont souvent omis de renouveler leur passeport et les ont laissés tomber en déshérence, ou les ont simplement perdus. Et maintenant, alors que les temps en Russie sont bien meilleurs, ils veulent y retourner en visite. Mais ils ne peuvent pas entrer avec un visa parce que les visas russes ne sont pas accordés aux citoyens russes, et leurs passeports expirés (s’ils l’ont encore) ne sont pas valides pour l’entrée. Leur seule option est de passer par un processus de demande assez rigoureux pour un certificat de retour (свидетельство на возвращение, СНВ) qui est seulement valable pour 14 jours. Pendant ces 14 jours, ils doivent arriver en Russie et dans les trois jours, demander un nouveau passeport interne. Une fois qu’ils ont un passeport interne (délivré en quelques semaines), ils doivent demander un passeport international (quelques semaines de plus). Maintenant, combien y a-t-il de citoyens russes vivant à l’étranger, sans passeports russes valides et supposés être en mesure de voyager en Russie pendant leurs vacances de deux semaines ? Réponse : c’est impossible à dire. Cet ensemble de procédures bloque un grand nombre de citoyens russes à l’étranger.

En bref, cela semble être un exemple frappant de mauvaise gouvernance. C’est injuste pour les citoyens russes, pour les millions de Russes qui ne sont pas citoyens russes, pour ceux qui ne sont pas russes mais souhaitent s’installer en Russie, et cela met la Russie elle-même dans une situation désavantageuse pour remédier à sa détresse démographique en rapatriant sa gigantesque diaspora. Mais, comme avec tant de choses en Russie, les choses restent rarement comme elles sont et la situation pourrait s’améliorer avec le temps.

Traduit par Hervé, relu par Catherine pour le Saker Francophone



56 réactions


  • Milka Milka 30 mai 2018 15:42

    Et mon RSA .... sera-t-il convertible en roubles ?

    Autrement le pays étant gigantesque, je peux avoir une grande maison ?
    Et des terres avec des gens qui travaillent pour moi pour pas grand chose ? Comme en France mais là je serais du bon côté du knout !
    Merci ! smiley

    • Drougeok Drougeok 30 mai 2018 15:54

      @Milka
      Je ne sais pas si le RSA continue à être verser à un Français qui émigre. Mais si tu comptes vivre en Russie, on va te demander de prouver, pièces à l’appui, un revenu mensuel d’environ 75 000 roubles c’est à dire 1100 euros environ, au cours actuel.


    • Milka Milka 30 mai 2018 16:20

      @Drougeok
      Qu’à cela ne tienne ... je le déclarerais !

      C’est une très bonne mesure à appliquer de suite, ici !

    • V_Parlier V_Parlier 1er juin 2018 15:04

      @Milka

      « Et des terres avec des gens qui travaillent pour moi pour pas grand chose ? »
      -> Ca c’est au Maroc. Jusqu’au jour où les retraités au « paradis » devront se sauver en courant. (Notons que je ne justifie les colonisations ni dans un sens, ni dans l’autre).

  • Drougeok Drougeok 30 mai 2018 15:46

    Il faudra aussi faire traduire vos documents français en Russe. Ne dépensez pas inutilement de l’argent en France. Réservez vos traductions à un agent assermenté que l’on vous indiquera sur place en Russie. Ce sera certainement beaucoup moins cher, et votre traduction effectuée en France a des chance d’être refusée. Vous pouvez prouver que c’était un traducteur assermenté etc.... quand c’est niet, c’est niet !


    • Milka Milka 30 mai 2018 16:24

      @Drougeok
      Qu’à cela ne tienne ! J’apprendrais le russe et soudoierais un agent assermenté !

      Rien ne m’arrêtera. Devenu russe je ferais commerce de peaux d’ours et de visons entre là-bas et ici !


    • Milka Milka 30 mai 2018 16:28


      Mon plus gros coup : Mettre en boîte de la neige de Sibérie, l’expédier par avion cargo, la faire fondre et la mettre en bouteille : ’ Eau de Sibérie ’, uniquement disponible dans les rayons frais !


  • Nicolas_M bibou1324 30 mai 2018 16:05

    Hormis de rares pays où l’on peut acheter la nationalité (500 000 $ aux USA par exemple), obtenir une autre nationalité est compliqué dans tous les pays du monde. 


    Il y a eu 2 naturalisation chinoises ces 50 dernières années. 

    Il faut 7 à 10 ans de travail dans le pays côté Afrique.

    12 ans en Inde.

    Seule l’Amérique du Sud est à peu près aussi clémente que la Russie



    • Milka Milka 30 mai 2018 16:30

      Je sais en France, il faut trouver un enfant à sauver et le sauver. 

      Si pas d’enfant à sauver tu en jette un dans la rivière et tu le sauves, ou pas ....

    • Drougeok Drougeok 30 mai 2018 16:40

      @Milka
      Excité comme tu l’es, à vouloir soudoyer et tromper ton monde, tu sembles assez mal barré pour ton projet russe. Va plutôt du côté de Berrechid ! Là-bas, tu as des chance de te calmer sérieusement.


    • troletbuse troletbuse 30 mai 2018 16:52

      @Milka
      Inutile, pour la France, tu n’as même pas besoin de papiers. Et même tu es payé.On peut même te payer le voyage de retour. Même que parfois, tu as un coup de fil du président. Six mois après, tu reviens, toujours sans papiers et on t’aide encore. Pas belle, la vie de migrants.


    • Milka Milka 30 mai 2018 18:06

      @foufouille
      Moi je préfère le Japon  : 20 réfugiés par an ... le rêve !!


    • Milka Milka 30 mai 2018 18:08

      @Drougeok
      Dites donc, c’est pas parce que je suis entrain de vous pourrir le fil, qu’il faut vous montrer désagréable  !! 


    • foufouille foufouille 30 mai 2018 18:08

      @Milka

      le japon est assez raciste et froid.


    • Milka Milka 30 mai 2018 18:17

      @foufouille

      ... peut-être mais les japonaises vous réchauffe avec leurs mitaines en laine de zébu (Le Zébu du japon est très connu pour être pourvu d’une épaisse toison en hiver qui tombe au printemps et ainsi pas besoin de le tondre) *


    • velosolex velosolex 31 mai 2018 09:44

      @Milka
      J’ai essayé de sauver un certain petit Nicolas, suspendu au balcon de l’Élysée, en escaladant les étages de la promotion sociale, malheureusement il a lâché avant que je n’arrive. Je soupçonne qu’on lui a tapé sur les doigts.

       Quant à moi, on m’a retenu par les pieds. De toute façon j’avais déjà la nationalité française.

      Sinon il suffit de passer par la case Malte, et de filer un million d’euros, une paille pour obtenir le passeport européen qui est une sorte de super joker pour immigrant parait il. Russe ou Géorgien compris. Avec ça vous ne passer par la case prison, et vous recevez 20 000 francs.
      Pour la nationalité russe, j’ai lu tout Tolstoï et Tchekhov. Est ce que ça suffit pour se retrouver dans un univers de carte postale comme le montre notre auteur, et non pas dans une zone post atomique ?...

      Changer de nationalité, la rigolade. 
      No pericoloso sporgessi. 
      Nicht hinauslehnen.....
      Don’t lean out the window.... 
             Au delà, votre titre de transport n’est plus valable !

    • V_Parlier V_Parlier 1er juin 2018 15:06

      @troletbuse
      D’ailleurs en France il y a même des « no-borders » qui considèrent qu’habiter là où on veut sans conditions c’est un droit absolu... mais pas pour nous, bien sûr. smiley


  • Buzzcocks 30 mai 2018 16:42

    Ma femme est russe et bizarrement (d’après votre article), ça ne nous serait jamais venu à l’esprit de vivre en Russie... Mais alors jamais.
    Le climat est quand même rude. 
    Et la vie est chère et les salaires dérisoires (surtout pour les femmes).
    Bon accessoirement, j’admets qu’apprendre à parler russe ne me tentait pas trop.

    Ensuite, culturellement, c’est quand même dur d’accepter de se faire racketter dès qu’on veut un papier par des fonctionnaires/policiers qui boostent leurs misères salaires en pot de vin.

    Après, oui, pour les vacances, c’est joli, les gens sympas, très francophiles, sur les radios russes, vous pouvez entendre des chanteurs français plus que sur nos propres radios ou presque.

    Je ne sais pas si il y a des français(e)s qui vont sur le meetic russe pour y trouver un conjoint(e) pour aller vivre là bas. Par contre, de jolies russes qui veulent se casser de leur pays, y en a légion.


    • Milka Milka 30 mai 2018 18:12

      @Buzzcocks
      Oui il y a du pour et du contre... moi j’aime la Russie depuis 1917 .

      Après le seul russe que j’ai connu était menuisier de son métier et avait quitté le pays car racketté par la mafia....

      Après, ici, nous sommes rackettés par la mafia qui n’existe pas et dont on ne doit jamais prononcé le NOM !


    • Milka Milka 30 mai 2018 18:26

      @Milka
      Euh rectification il était charpentier et s’appelait Joseph !  smiley


    • V_Parlier V_Parlier 1er juin 2018 15:01

      @Buzzcocks

      C’est drôle comme les gens sont différents. Mon épouse russe a de plus en plus envie que nous allions nous installer là-bas alors qu’il y a un bon 10 ans elle ne tarissait pas de critiques sur son pays. Comme quoi, connaître les deux mondes permet de connaître sa vraie opinion, au delà des idées qu’on se fait à l’avance.

      Pour ce qui est des salaires dérisoires j’aimerais connaître votre méthode de comparaison (pas en convertissant directement en euros et en comparant au SMIC français j’espère ?), même si le niveau de vie moyen est (encore) un peu plus bas qu’ici pour un monsieur-tout-le-monde.

      Pour le reste, ça fait très « années 90 » (les flics racketteurs à tous les coins de rues et les « filles qui se cassent »). Rappelons nous que nous allons vers la situation dont les russes reviennent aujourd’hui. C’est ça qui donne d’ailleurs tout son sens à cet article !

  • foufouille foufouille 30 mai 2018 17:37

    les quotas jamais atteint, c’est certainement en sibérie et pas au bord de la mer noire.


    • Milka Milka 30 mai 2018 18:22

      @foufouille
      La mer noire, cette mer qui donne un accès direct à la Russie vers l’Océan indien via le canal de Suez .... smiley


  • Jean Roque Jean Roque 30 mai 2018 18:38

     

    Poutine devrait organiser l’émigration des souchiens boobalandais en Russie, pas que réservé à Gégé
     
    Des vieux allemands partent en Hongrie. 
     
     
    « L’ex-France est devenue la colonie de ses anciennes colonies » Poutine
     


  • roman_garev 30 mai 2018 20:22

    Resurrection totale des victimes du Kremlin.

    Les victimes des tyrans Assad/Poutine à Douma syrienne - ressuscitées.
    Les Scripals en Minuscule Bretagne - ressuscités.
    Et même l’ennemi personnel de Poutine (un des millions, paraît-il), journalope Babtchenko à Kiev, citadelle de la démocratie occidentale, - ressuscité. Après des clameurs bien orchestrées des MSM de ce matin qui l’ont déploré en se frottant joyeusement les mains.

    Affligeants, ces bourreaux du Kremlin : ils ne savent même pas tuer ! 


    • Pie 3,14 30 mai 2018 20:40

      @roman_garev

      Vous êtes tellement pressé de nous faire partager votre petite boulette propagandiste probablement étalée sous divers pseudos sur vos sites cibles que vous n’avez lu dans l’article que le mot Russie contenu dans le titre. Cet article a un sujet mais vous vous en fichez n’est-ce-pas ?

      Affligeant et tellement gros. Cela dit, il y aura toujours des idiots pour vous suivre. 

      J’espère au moins que vous gagnez bien votre vie en Russie derrière votre clavier.

    • roman_garev 30 mai 2018 20:54

      @Pie 3,14
      Pauvre, pauvre pie tant fatiguée de ses cricris, elle ne s’est même pas donné la peine de regarder l’auteur de l’article...

      Pourtant ce commentaire est étroitement lié au sujet. Mais ce n’est pas à chaque pie de le comprendre...

    • Pie 3,14 30 mai 2018 21:13

      @roman_garev

      J’ai toujours un peu honte pour vous. C’est un sentiment que je n’aime pas éprouver.

      Vous êtes cultivé, au moins bilingue, employé propagandiste, motivé ou pas cela m’importe peu. 
      C’est un beau gâchis intellectuel. N’avez-vous rien de mieux à faire ?

      Au passage, une pie ne fait pas de « cricris » mais jacasse et un Pie3,14 fait des bulles.



    • roman_garev 31 mai 2018 07:55

      @Pie 3,14
      Merci pour cette remarque linguistique au passage.

      Pourtant, à ce que je vois, vous n’avez toujours rien à riposter dans mon commentaire, sauf lui coller l’étiquette de « propagandiste ».
      Quand on ne voit que ces insultes, cela signifie l’absence d’arguments. CQFD.


  • Aristide Aristide 30 mai 2018 20:31

    J’ai cru un moment qu’il s’agissait de remettre au gout du jour le traitement psychiatrique efficace mis au point par l’ex URSS concernant les citoyens qui déménagaient.


  • waymel bernard waymel bernard 30 mai 2018 20:53

    Vu les difficultés pour la Russie, choisissez un autre pays étranger où il fait bon vivre ; la Hongrie. Pas besoin de visa. Et une carte de résident qui s’obtient sans difficulté dès que l’on possède un logement.


    • JC_Lavau JC_Lavau 30 mai 2018 20:55

      @waymel bernard. La langue magyare est autrement difficile à apprendre.


    • Pie 3,14 30 mai 2018 21:33

      @JC_Lavau

      Et puis il y a le gouvernement Orban et l’atmosphère politique délétère.

    • JC_Lavau JC_Lavau 30 mai 2018 23:07

      @JC_lavau. J’aurais quand même pu introduire la restriction que la langue russe n’est pas précisément facile. Le vocabulaire russe est difficile. Deviner quel est le perfectif d’un verbe est une rude épreuve pour nous. Et à lire l’écrit, je ne devine que rarement quel est le bon accent tonique.

       

      Et en Magyar je ne connais, et fort peu, que le livret de Béla Balázs, dont j’admire la sobriété et l’efficacité dramatique. FM avait consacré un dimanche après-midi à la critique de douze ou quatorze versions enregistrées de A Kékszakállú herceg vára. Pas deux versions n’avaient fait la même interprétation de ce livret, et aucune n’était ridicule.

    • V_Parlier V_Parlier 1er juin 2018 15:10

      @waymel bernard
      Vous proposez un pays auquel on reproche les mêmes chose qu’à la Russie. Certes, ça joue plutôt en faveur de la Hongrie. (Administrativement plus simple, c’est vrai).


  • toma 30 mai 2018 23:06

    privet,

    je peux uniquement dire que j’habite Berlin, epouse russe, marié en Belgique, je peux dire que : 

    1. en Belgique de manière générale, on y connait rien, nous avons été très mal conseillés, les apostilles belges ont été collés sur les documents russes, ce qui a beaucoup fait rire le Consul, qui a demandé si le fonctionnaire belge parlait russe pour s autoriser a certifier des papiers en russe... 

    2. en Allemagne ca aurait bien plus simple, mais bon, ils ont plus de russes aussi
    j adore quand le Consulat belge de Berlin exige un papier, que la commune de Berlin ou je reside, ne connait pas et ne veut pas delivrer...

    3. Consulat russe, c est effectivement assez difficile et complexe, mais on a pas du racket, mais des aides qui se font payer pour avoir un accès plus rapide aux bureaux et préparer a l avance les papiers, ca permet de passer tous les papiers en 3 heures, au lieu de un rendez vous par jour, ce qui prend des heures et des jours effectivement

    Ma fille posséde la double nationalité, autorisée en Belgique, en Allemagne, il faut choisir a 18 ans, vu que la Russie oblige au service militaire, beaucoup par peur d un appel, abandonne a 18 ans

    Apres, mon collegue canadien a fait 5 fois un rendez vous à la Ausland Behörde allemande de Berlin, pour qu il arrive a expliquer la nouvelle procédure de Blauer Karte, carte de résidence européenne, et les rendez vous sont sous 6 à 7 mois.... C est souvent artisitique ici aussi... 


  • lloreen 31 mai 2018 09:30
    Si vous ne vous voyez pas dans le grand froid, vous pouvez toujours envisager de partir planter des olives sur Mars. Il y a de l’avenir là-bas...puisque c’est l’ UE qui finance.


  • zygzornifle zygzornifle 31 mai 2018 10:58

    Quand on voie l’état de la France et son devenir pourquoi pas , au moins la bas il y a une possibilité d’avenir alors qu’en Europe on dégringole de jour en jour .....


  • Montagnais Montagnais 31 mai 2018 12:01
    Déménager en Russie ?
    ..

    Déménager en France plutôt, c’est bien plus facile, immédiat, l’explication se fait en trois mots .. 

    Dites-voir ... vous avez en Moscovie des campements comme à Paris, Saint-denis ? 

    • Ruut Ruut 31 mai 2018 16:10

      @Montagnais
      Non la France est trop dangereuse a long terme avec toutes ses centrales nucléaires qui coûteront cher aux Français lorsqu’elle ne produiront plus mais continueront a être des bombes en attentes pour les 300 prochaines années minimum..

      Ex : Le Site nucléaire de Brennilis, la première centrale de France où a été entreprise une procédure de démantèlement (en cours depuis 1985), toujours en 2018 pas démantelée complètement.

      (source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Site_nucl%C3%A9aire_de_Brennilis)

      Pour résumer une centrale basique construite en 1962, arrêtée en 1985, et coûte aux contribuables français une fortune et c’est loin de finir car les déchets a vie longues auront aussi un coût dans la durée.
      Donc actuellement en 2018, 25 ans de production dont seulement 12 ans de productions rentables pour EDF et le CEA et a ce jours 33 ans de coûts sans productions aux contribuables Français. Et ce n’est pas fini......

      Le Nucléaire est l’arnaque du Siècle.
      Normal qu’avec des coûts infinis liés aux démantèlement des centrales nucléaires sur le dos des Français il n’y ait plus d’argent pour leur Hôpitaux, Police, Justice et autres services publiques.

      Non la France n’est pas un pays intéressant dans les années a venir.
      Sans compter que ce gouffre financier (Nucléaire) peut aboutir a des catastrophes sanitaires majeures impactant plusieurs dizaines de générations.
      Imaginez si des terroristes prenaient d’assaut des sites de stockages de déchets a vie longue ou des piscines de refroidissement.


  • McGurk McGurk 31 mai 2018 13:35
    Article totalement surréaliste.

    Je table sur le titre du prochain : « Afghanistan, pays de rêve, vous tend les bras ! » - enfin surtout des bombes artisanales et des balles de kalachnikov.

    • Oceane 31 mai 2018 22:33

      @McGurk

      Quand l’on refuse obstinément de comprendre que les Afghans sont irrémédiablement allergiques à toute domination étrangère, on s’étonne d’être reçus avec des bombes artisanales et autres balles de kalachnikov.


    • McGurk McGurk 31 mai 2018 22:51

      @Oceane


      Pour votre information, ça n’a rien à voir avec la population locale mais une bande de terroristes qui sont soit financés par les grandes organisations terroristes mondiales soit qui s’auto-financent par la vente de drogue issue du pavot (culture très présente dans le pays).

      Le but est une domination planétaire de leur dictature à relents théocratiques - et encore, leur religion a été tellement déformée pour être un instrument de haine qu’elle s’apparente ici à un lavage de cerveau -, de massacrer les « non croyants » et de convertir ceux ayant la chance d’avoir survécu, de violer nos femmes ou les convertir également ou bien les réduire en esclavage pour en faire de vulgaires prostituées.

      Vous êtes totalement à côté de la plaque.

  • hunter hunter 31 mai 2018 14:18
    Je déménagerais n’importe où, si j’avais lacertitude de ne pas pouvoir y rencontrer une gueule de muzz, ni une de leurs bâchées, et non plus leur inombrable et insupportable marmaille que subventionne la France...

    Qu’il fasse 60 degrés ou - 60, tout plutôt que d’âtre en contact avec la sous-race musulmane !

    Adishatz

    H/

    • Drougeok Drougeok 31 mai 2018 18:57

      @hunter
      Toi tu as vraiment besoin de voir ailleurs comment ça se passe. Les musulmans, « muzz » comme tu dis si gracieusement ne sont pas tous arabes, ni tous barjot. Viens voir dans le Caucase, tu rencontreras et travailleras avec des musulmans auxquels tu ressembles, puisque le type caucasien est la référence du type d’un bon français moyen d’avant l’immigration. Tu boiras la vodka avec eux pour faire la fête, et dans 40 ans tu auras un président russe musulman.


    • Dom66 Dom66 31 mai 2018 19:18

      @hunter

      Un endroit où c’est possible…. Alaska  smiley


  • Ruut Ruut 31 mai 2018 15:42

    Le fait d’avoir une épouse africaine pose il problème pour vivre en Russie ?


    • Drougeok Drougeok 31 mai 2018 19:02

      @Ruut
      J’ai entendu dire qu’à Moscou, ils étaient racistes, mais sans doute pas plus et pas moins qu’en France. En général en Russie les gens sont sympa. la vie n’est pas facile, mais elle s’améliore, et Poutine a comme objectif de faire augmenter le pouvoir d’achat de 50% en cinq ans.


  • Dom66 Dom66 31 mai 2018 19:15

    Salut « roman »

    Déménager en Russie ?, Pour moi c’est dommage, pour plusieurs raisons, je suis en retraite, mais le plus gros problème est : Après mon séjour touristique (visa de touriste chez des amis avec adresse) en belle, voir très belle Crimée, je me suis rendu compte que si je n’avais pas eu mes amis, pour moi impossible de comprendre le Russe, la langue et les panneaux, les inscriptions etc. J’ai eu les presque les mêmes problèmes en Grèce.


  • Matlemat Matlemat 31 mai 2018 21:19

     Il y a tout de même une incertitude sur le futur de la Russie : l’ère post-Poutine.


     Qui va succéder au président actuel de la Russie ? N’y a t-il pas un risque d’instabilité politique à moyen terme ? 

    • Oceane 31 mai 2018 22:38

      @Matlemat

      Un autre Poutine et surtout pas un Elstine.

      Mais qu’est-ce qui te fait croire que la succession de l’actuel chef de l’État n’est pas organisée ?


    • gorguetto gorguetto 1er juin 2018 10:30

      @Matlemat
      La constitution pourrait être aménagée pour prolonger la présidence de Poutine.


    • Matlemat Matlemat 1er juin 2018 16:49

      @Oceane
      Surement qu’ils doivent y reflechir, mais il n’y a pas de successeur naturel pour le moment, j’ai entendu dire que Medvedev n’est pas aussi populaire que Poutine.


    • Matlemat Matlemat 1er juin 2018 16:51

      @gorguetto
      Poutine n’est pas éternel, et on peut être sûr que les occidentaux feront tout pour destabiliser la Russie après lui.


    • Matlemat Matlemat 1er juin 2018 20:12

      @Oceane
      Poutine est le symbole l’homme qui a redressé la Russie après Eltsine , pour qu’un nouveau Poutine émerge, c’est donc après un nouvel Eltsine.


Réagir