mardi 5 décembre 2017 - par Diogène

Désolé, Jupiter, mais les avions parlent anglais !

Tel l’enfant prodigue pris d’un remords soudain, notre auguste monarque s’est souvenu lors de sa pérégrination africaine que sa langue maternelle était le français. Il avait pourtant jusque là montré un zèle soutenu pour plaire à ses bienfaiteurs transatlantiques en leur montrant qu’il n’était pas un ingrat, et qu’il justifiait son label de « young leader » à travers un usage immodéré de barbarismes anglophones.

Se sentant investi de la mémoire glorieuse de nos ancêtres porteurs de « civilisation » à destination des « sauvages », Jupiter a donc usé de toute sa force de conviction pour promettre aux étudiants de Ouagadougou qu’il ferait du français la « première langue de l'Afrique » et « peut-être du monde » en leur lançant cette formule bien sentie : "Le rayonnement, l'attractivité du français n'appartient pas seulement à la France".

Mais suffit-il que sa majesté olympienne lèvre son sceptre pour que la linguistique et l’histoire se plient à ses volontés ? Son autorité ressemble plus à celle du roi qui ordonnait au soleil de se coucher à l’heure indiquée par le calendrier (« le Petit Prince  ») qu’à son idéal du moi mythologique, aussi surdimensionné soit cet ego centripète.

Il est vrai qu’il existe en France une tendance lourde chez les dirigeants (qu’ils soient rois, régents, empereurs ou présidents) à utiliser l’appareil d’état pour imposer des règles, et même des règles grammaticales. La langue française a été un outil de coercition important pour convaincre de leur appartenance à une même nation les peuples peu à peu amalgamés. L’Académie Française a été mise en place par Richelieu en 1634 dans le cadre d’un projet d’unification dont l’aspect militaire, moins rose, s’était traduit par la destruction de toutes les forteresses des nouvelles provinces qui auraient pu rappeler des souvenir aux nouveaux sujets du royaume et leur donner des velléités d’indépendance.

Le contrôle de la langue donne toujours l’illusion aux dirigeants qu’ils continuent à exercer le pouvoir à travers cette même langue. En mettant périodiquement à jour une liste noire d'anglicismes désagréables tels que "weekend", l’Académie contribue à les maintenir dans cette torpeur quasi onirique. Une loi nationale a même été promulguée pour la défense de la langue. En 2006, une filiale française de la compagnie General Electric a été condamnée à une amende de 500 000 euros pour avoir publié un de ses manuels logiciels en anglais. Personne ne dit sans quel lexique les traducteurs sont allés puiser le vocabulaire francophone des machines numériques.

Publicité

Malheureusement, de tels leviers bureaucratiques et juridiques ont peu de chance d'être efficaces dans la vraie vie.

Deux phénomènes expliquent la propagation des langues : les effets de réseau et le poids du passé. 

  • les effets de réseau illustrés par le développement fulgurant des « réseaux sociaux » vont au-delà de l’effet « boule de neige ». L’utilité du réseau s’amplifie au fur et à mesure que les utilisateurs le rejoignent. Si un nombre croissant de personnes parlent une langue, il devient de plus en plus utile que d'autres la parlent aussi s'ils veulent communiquer efficacement.
  • le poids du passé concerne l’influence des conditions hitoriques sur une longue période. La prééminence actuelle de la langue anglaise dans le commerce international et la culture découle du fait que la Grande-Bretagne avait, comme la France, créé un empire mondial au 19ème siècle, mais que cette « domination partagée » de la planète s’est transformée en hégémonie culturelle anglophone au 20ème siècle avec la montée en puissance puis la prédominance économique de les Etats Unis. 

 

Ces conditions historiques initiales, combinées aux effets de réseau sont la raison pour laquelle l'anglais domine la communication internationale aujourd'hui.

Il aurait pu en aller autrement. L’anglais n’est pas l’espéranto, ce n’est pas la langue la plus facile à apprendre, ni la plus « rationnelle ». Un changement mineur dans les conditions initiales aurait-il permis d’imposer le français si Louis XV n’avait pas vendu la Louisiane ? Aujourd’hui, on ne peut plus repasser le film à l’envers, mais les choses peuvent peut-être changer. La France peut-elle concurrencer l'anglais et devenir la lingua franca du 21ème siècle ? 

La banque d'investissement française Natixis prévoyait il y a quelques années que la population parlant français dans le monde pourrait dépasser celles parlant anglais, mandarin ou espagnol et devenir la langue la plus parlée d'ici 2050. Cette prévision reposait essentiellement sur des projections de croissance rapide de la population en Afrique où le français est couramment parlé en raison de l'héritage du colonialisme français du 19ème siècle.

Publicité

Or, le poids du passé et les effets de réseau sont des forces plus puissantes que la démographie. Il est probable qu'un grand nombre des Africains qui naitront dans les décennies qui viennent auront le français pour langue « maternelle ». Mais, tout comme les futurs Français, ils subiront des incitations extrêmement puissantes pour apprendre également l'anglais s'ils ont l'intention de voyager, d'étudier à l'étranger ou de travailler dans des entreprises liées à l'économie mondiale.

Actuellement, la terre compte plus de locuteurs natifs (982 millions) que d'anglophones (375 millions), mais la domination anglaise (avec 1,5 milliard de locuteurs dans le monde) est toujours aussi forte, malgré l'essor économique de la Chine.

Quand il s'agit de la puissance d'un langage global, la domination militaire a certainement joué un rôle dans les premiers temps, en établissant les conditions initiales, les colonies et les empires. Mais aujourd'hui, le pouvoir d'une langue découle de son utilité dans les réseaux commerciaux et culturels et certainement pas des diktats des bureaucrates et des politiciens.

Le « globish » (global english) n’a pas trop de soucis à se faire, pour autant que sa position préoccupe quelqu’un.

 



22 réactions


  • Decouz 5 décembre 2017 09:55

    Les Africains ont aussi des conflits entre leurs langues locales et les langues internationales qu’on veut leur imposer, beaucoup de Camerounais abandonnent l’école parce que l’enseignement n’est pas fait dans leur langue habituelle.

    En Algérie il y a un problème entre l’arabe dialectal dominant, et l’arabe littéraire que l’on a voulu imposer après l’indépendance par réaction à l’emploi précédent du français, sans parler du problème kabyle . La sagesse serait une politique d’édition et d’éducation en arabe dialectal.
    L’état français a réussi à imposer par la force la langue d’oïl, mais il s’agissait d"une langue de même origine et coloration culturelle que les autres dialectes de ce pays, tandis que pour un africain ou un chinois, des langues comme l’anglais ou le français sont des langues qui appartiennent à un autre monde mental.
    Malgré la mondialisation, le local et ses spécificités sont toujours présents et nécessiteront toujours des langues adaptées aux lieux. Il y a dans les langues un aspect intellectuel qui peut se transplanter dans d’autres régions ou pays, et un aspect physiologique dépendant des conditions du milieu et cet aspect est indéracinable.

    • Dzan 5 décembre 2017 14:12

      @Decouz
      Din moun païs, nou parlen patoïè
      Une cheminée : No chaminèdO
      La santé : Lo SantA
      C’est plus clair que l’Oïl, non ?


  • Diogène diogène 5 décembre 2017 10:23

    En Algérie, les Kabyles ne sont pas le seul peuple de langue berbère : les Chaouïas des Aurès ne sont pas non plus arabophones. Ce pays est une exemple de plurilinguisme intéressant, comme la Belgique et la Suisse, mais avec une histoire très différente :



  • Decouz 5 décembre 2017 11:42

    L’Islande a une politique intéressante de préservation de sa langue, tout en rendant obligatoire au moins une autre langue scandinave (danois obligatoire pour le primaire et le secondaire, deux langues étrangères obligatoires) pour les relations extérieures.

    Un avantage : pas de patois, la langue est unifiée sur tout le territoire.

    • Diogène diogène 5 décembre 2017 11:59

      @Decouz

      c’est à peu près comme si vous montriez l’Italie en exemple pour avoir imposé le toscan aux écoliers qui, chez eux, parlent sicilien, sarde, romain, piémontais, etc...
      les Islandais sont les descendants de Vikings danois. Comme vous le dites, il ne s’agit pas de « langues » différentes, mais de variantes patoisantes, tout au plus de dialectes (comme en Allemagne).

    • Pain Pain 5 décembre 2017 14:53

      Bonjour,

      Il y a la vielle société humaine, le fond du monde, le continum linguistique d’un bout a l’autre de l’empire qui permet de parler avec ses voisins ou que tu te trouve, mais pas avec l’autre bout de l’empire.

      Il y a la, les langues communes pour la noblesse, les administrateurs... Qui est sois la langue de l’état impérial, du colonisateur, de l’envahisseur, sois une langue sacrée.

      Un pouvoir central a parfois enseigné une langue commune a tout le monde, pas seulement aux élites., parfois en l’imposant, parfois non, le plus souvent c’est le commerce qui fait voyager les mots.

      Enfin il y a quelques cas par ci par la ou des langues se sont mélangé par métissage de leurs locuteurs sans influence centralisé, il y a massivement des langues recyclés par une autre.

      On peut dire ce que l’on veux de l’impérial, du bas gothique, de l’anglais international, comme vous voulez, mais il fait meilleur vivre dans les société ou le peuple parle la même langue que les élites.

      Il aura le même rôle que le latin, que l’arabe, que le mandarin, et facilitera les négociation, la paix, les affaire, dans le monde entier pendant un millénaire.

      Occupons nous d’autres-choses.

    • beo111 beo111 6 décembre 2017 07:44

      @Pain

      [...] il fait meilleur vivre dans les société ou le peuple parle la même langue que les élites.


      Discutable.


  • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2017 13:50

    diogène bonjour,

     « Le rayonnement, l’attractivité du français n’appartient pas seulement à la France ».
    Je suis désolé, il a tout à fait raison.
    Si la langue française n’avait pas l’Afrique pour perdurer, elle tomberait parmi les langages qui disparait vu les difficultés qu’elle offre à tous les locuteurs qui ne sont pas d’origine française et ayant suivi des cours dans la langue de Molière.
    Le propagateur de la langue française du temps dans son temps était Voltaire.
    Presque toute l’Europe parlait en français comme langue de transition.
    Aujourd’hui, c’est irrémédiablement l’anglais qui joue des coudes.
    C’est ce que je lançais encore dans mon dernier billet au sujet de son pragmatisme qui parlait de l’écriture inclusive .

    L’anglais est la langue qui mérite la palme de l’écriture de la facilité et du pragmatisme en ne recherchant pas le sexe des anges.

    « The », « he/she » , « him/her », « it/you »...et en ne colportant pas le genre au travers des mots dans les phrases par souci de liaison.


    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2017 13:53

      Votre conclusion est parfaite :
      Mais aujourd’hui, le pouvoir d’une langue découle de son utilité dans les réseaux commerciaux et culturels et certainement pas des diktats des bureaucrates et des politiciens.


    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2017 13:55

      La difficulté de l’anglais est ailleurs ;
      Et vous comprenez difficilement quand on écrit « élastique » et que l’on prononce « caoutchouc » smiley


    • Dzan 5 décembre 2017 14:09

      @L’enfoiré
      Les plus francophones de la planéte ? Les Québécois !
      Le panneau Sop, ils l’écrivent ARRET !


    • Dzan 5 décembre 2017 14:15

      @L’enfoiré
      Une frite= Chip
      Un bateau= Ship
      Un mouton= Sheep
      Attention au intonations smiley


    • Dzan 5 décembre 2017 14:18

      @L’enfoiré
      Et quand ils disent condom, il ne s’agit pas d’une ville du Gers !


    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2017 18:06

      @Dzan,
       Exact. Les Québecois utilisent encore des mots qui sont sortis de l’usage courant en France.
       Mais ile le prononcent avec un accent repérable aux premiers sons.
       Je suppose que vous parliez du mot STOP..
       En fait, ils ont aussi une envie latente de faire sécession au Canada dans leur province
       C’est un peu le même cas que la Catalogne.
       Aujourd’hui, un autre point est discuté à Bruxelles, le Brexit avec l’Irlande du Nord qui a un statut spécial que Madame May n’a pas préparé avec suffisamment de soin.
      .. 


    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2017 18:10

      Dictionnaire des expressions québecoises

      Maintenant, si vous voulez nos expressions belges...
      On pourrait faire une compet...
      Mais pas sûr qu’il n’y aurait pas quelques mots ou expressions flamandes ou anglaises ;


  • jeanpiètre jeanpiètre 5 décembre 2017 14:01

    miniter ne parle ni français ni anglais , il parle le langage du buisness, le globish


  • Doume65 5 décembre 2017 14:18

    Les langues les plus parlées dans le monde :

    1Mandarin 
    848 millions2Espagnol590 millions3Anglais335 millions4Arabe263 millions

    • Doume65 5 décembre 2017 14:21

      @Doume65
      La mise en forme a été massacrée lors de la publication (alors que la prévisualisation était bonne).
      Je vous le refait.

      Les langues les plus parlées dans le monde :

      Mandarin : 848 millions
      Espagnol : 590 millions
      Anglais : 335 millions
      Arabe : 263 millions


    • Diogène diogène 5 décembre 2017 14:40

      @Doume65

      ... mais les avions,les PC et les smartphones parlent globish ainsi que leurs utilisateurs.
      le globish est la deuxième langue la plus parlée....
      et là, je ne connais pas les statistiques

    • zygzornifle zygzornifle 6 décembre 2017 08:22

      @Doume65


       au moins le cunnilingus est international .....

    • Diogène diogène 6 décembre 2017 09:23

      @zygzornifle

      vous êtes mauvaise langue

  • Krokodilo Krokodilo 7 décembre 2017 13:08

    C’est un peu naïf de résumer la progression de l’anglais ou d’autres langues au poids du passé et à l’effet des réseaux. Il y a aussi des décisions politiques dont on pouvait voir dès le début qu’elles avaient pur but de favoriser l’anglais comme langue de l’UE : l’imposer à l’école primaire (en appelant hypocritement la réforme « initiation AUX langues »), et de plus en plus tôt - spécialisation aberrante à un âge de découverte), ou encore le programme Erasmus dont la quasi-totalité des financements sont allés aux programmes anglophones, avec un habillage du genre apprendre quelques mots de la langue d’accueil... L’absence de soutien aux revues scientifiques francophones, la progression de l’anglais dans les universités ( devenu obligatoire en médecine depuis quelques années). De même que l’absence de réflexion, de débat et d’expérimentation sur la barrière des langues dans l’UE et dans le monde en général, qui aurait permis de favoriser l’espéranto que vous citez au début. L’américanisme ambiant de nos élites et le snobisme des journalistes, de la mode et des médias, tout ça s’est conjugué pour que l’anglais soit la lingua franca de l’UE, alors que c’est une langue totalement irrationnelle sur le plan phonétique, donc un des pires choix comme langue-pont - de même que le serait le français mais pour des raisons grammaticales.


Réagir