mardi 6 octobre 2020 - par Le Cri des Peuples

Destruction du port de Beyrouth : face aux accusations, les dénégations hypocrites d’Israël

Israël est « sous le choc », dans un spectacle écœurant d’hypocrisie

Par Gideon Lévy

Source : Haaretz, le 5 août 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

Tout l’Israël officiel s’est présenté comme choqué par la catastrophe qui a frappé son voisin, le Liban, hier. Presque tout le monde prend un visage triste. À l’exception de Richard Silverstein, qui tient le blog Tikkun Olam, personne n’a accusé Israël d’être à l’origine de la catastrophe. À l’exception de Moshe Feiglin, député et chef du parti Zehut qui appartient à la coalition du Likoud, et de quelques autres racistes [y a-t-il autre chose en Israël ?], personne n’a exprimé de joie satanique à ce sujet.

Déclarations de Feiglin : « Aujourd’hui, c’est Tu B’Av, un jour de joie, et un véritable et immense merci à D.ieu et à tous les génies et héros vraiment (!) qui ont organisé pour nous cette merveilleuse célébration en l’honneur du jour de l’amour. Pour marquer les vacances de Tu B’Av, nous avons un fantastique feu d’artifice depuis le port de Beyrouth. Vous ne croyez pas vraiment qu’il s’agissait d’un entrepôt de carburant mal géré, n’est-ce pas ? Comprenez-vous que cet enfer était censé nous tomber dessus comme une pluie de missiles ?! J’ai une certaine expérience des explosifs. La plus grande explosion à laquelle j’ai participé était de 2,5 tonnes de TNT. Ce que nous avons vu hier au port de Beyrouth était bien plus grand. L’effet destructeur (sans le rayonnement) était comme une bombe nucléaire. Si c’était nous, et j’espère que c’était nous, alors nous devrions en être fiers, et avec cela nous créerons un équilibre de terreur. En évitant de dire que c’est nous, nous nous mettons du côté obscur de la moralité. Nous sommes tous autorisés à nous réjouir. »

Heureusement, l’ancien porte-parole de l’armée israélienne Avi Benayahu a chassé Feiglin de la course : « Avec de telles déclarations, vous n’appartenez pas au peuple juif », a déclaré Benayahu, l’homme de moralité juive, et cette tâche honteuse a été lavée.

Publicité

Benayahu a raison : l’État juif n’a jamais causé de telles catastrophes, et lorsque nos ennemis sont tombés, il ne s’est jamais réjoui. Les Forces de défense israéliennes, dont Benayahu était la voix, n’ont jamais causé de destructions et de dévastations, certainement pas au Liban, certainement pas à Beyrouth. Qu’est-ce que Tsahal a à voir avec la destruction des infrastructures ? Avec une explosion dans le port de Beyrouth ? Pourquoi l’armée la plus morale du monde aurait-elle quelque chose à voir avec les bombardements de centres de population ? Et c’est ainsi que les dirigeants du pays se sont empressés d’offrir leur aide au pays des cèdres dévasté, un geste juif et israélien si typique, humain, haut et émouvant au point de nous tirer des larmes.

Il est vrai que l’armée de l’air israélienne fait fi de la souveraineté du Liban et vole dans ses cieux comme s’ils étaient les siens. Certes, Israël a dévasté le Liban à deux reprises pendant la guerre (1982 et 2006), mais on ne va pas tenir de comptes d’apothicaire. Le Président israélien a adressé une déclaration de condoléances au peuple libanais, le Premier ministre et les ministres des Affaires étrangères et de la Défense ont déclaré qu’ils avaient « donné des instructions pour offrir une assistance humanitaire et médicale au Liban ».

lebanon tel aviv

Comme si toute cette bienfaisance ne suffisait pas, le maire de Tel Aviv a ordonné que le bâtiment de la municipalité soit illuminé des couleurs du drapeau libanais. Les mots sont incapables de décrire un geste si éthéré. Toute la haine passée a été mise de côté, et Israël est maintenant un ami dans le besoin de son voisin souffrant. C’était peut-être une bénédiction de Tu B’Av, la fête de l’amour, célébrée hier. Mais quand même, un vague souvenir menace de gâcher la fête à la gloire de notre bonté et de notre altruisme, que nous aimons tant ici.

N’est-ce pas ce même ministre de la Défense qui, la semaine dernière, a menacé ce même Liban de détruire ses infrastructures ? Le Premier ministre n’a-t-il pas également menacé le Liban ? Et à quoi ressemble la destruction des infrastructures au Liban ? Exactement à ce qui a été vu au Liban mardi. Le bruit du tonnerre a secoué la ville, une fumée noire s’est répandue au-dessus, des destructions et des ravages, du sang civil a coulé, 4 000 blessés aux portes de l’hôpital, comme l’a décrit avec horreur l’ambassadrice d’un pays européen à Beyrouth, qui avait auparavant servi en Israël. Elle a été blessée mardi dans l’explosion et était sous le choc.

 

 

Publicité

La moitié d’Israël et l’ensemble de l’état-major de Tsahal savent comment réciter la célèbre doctrine Dahiya, objet de tous les louanges. Un politicien sur deux a menacé de la mettre en œuvre. C’est notre langage avec le Liban et Gaza. C’est la doctrine adoptée par le Carl von Clausewitz israélien, l’ancien chef d’état-major Gadi Eisenkot, l’espoir actuel de la gauche israélienne, alors qu’il était chef du commandement du Nord.

Et quelle est cette doctrine sophistiquée qui porte le nom de la banlieue sud de Beyrouth, bastion des masses populaires du Hezbollah décimées en 2006 ? C’est l’utilisation d’une force disproportionnée et impitoyable contre les infrastructures, semant la destruction et l’effusion d’autant de sang que possible. « Aplatir une fois pour toutes », pour donner une leçon à l’ennemi. L’armée israélienne a essayé cela plus d’une fois dans le passé, au Liban et à Gaza, et ce fut une réussite vertigineuse. Cela ressemble à ce qui a été vu à Beyrouth mardi.

aptopix_mideast_israel_lebanon
Des jeunes filles israéliennes à Kiryat Shmona, dans le nord d’Israël, écrivent des « messages d’amour et de paix » sur des obus d’artillerie lourde avant qu’ils ne soient tirés sur le Liban le 17 juillet 2006. L’attaque israélienne de cet été-là a visé les civils et les infrastructures, causant des morts et des destructions massives.

Il ne s’est pas encore écoulé une semaine depuis qu’Israël a menacé de détruire les infrastructures du Liban si le Hezbollah osait venger le meurtre d’un de ses combattants dans une action militaire limitée à la frontière, mais Israël le destructeur devient Israël le miséricordieux. Accepteriez-vous l’aide humanitaire d’un tel pays ? Y a-t-il une démonstration d’hypocrisie plus écœurante ?

 Voir Que s’est-il passé à la frontière israélo-libanaise, et faut-il s’attendre à une escalade ?

Quand Israël a démoli Dahiya et d’autres quartiers de Beyrouth, le bâtiment de la municipalité de Tel Aviv n’était pas illuminé des couleurs du drapeau libanais. Quand Israël a tué des milliers de femmes et d’enfants innocents, vieux et jeunes, à Gaza pendant l’opération criminelle Plomb durci et l’opération Bordure protectrice, la municipalité n’a pas été éclairée aux couleurs du drapeau palestinien. Mais mercredi, nous étions tous si humains, si Libanais pour un moment. Jusqu’au prochain Dahiya.

Voir également Nasrallah dément toute activité portuaire du Hezbollah et appelle à en finir avec l’impunité et l’incitation sectaire

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.



51 réactions


  • Clocel Clocel 6 octobre 2020 14:41

    Les fondements d’Israël, c’est le mensonge, partant de là, « l’état » ne peut être maintenu que par la surenchère...


    • vraidrapo 12 octobre 2020 06:34

      @Clocel

      Le monde hérite le délire de Hitler à titre posthume...
      Comme, actuellement, l’Arménie celui de Staline (toutes proportions gardées).

      Il m’apparaît, mais je peux me tromper, que les Séfaradim ont mis à profit le calvaire des Achkénazim pour faire avancer leur schmilblick.
      A plus d’un titre !
      La France était exempte de sionisme jusqu’à cette guerre des 6 jours à l’issue de laquelle, les Séfaradim rapatriés d’Algérie entrainèrent les Achkénazim dans leur Agenda (terme courtois).
      En Israël, après l’Assassinat de Rabin on a vu le Mouvement « La Paix Maintenant » et les accords d’Oslo enfouis tour à tour.
      Je rappelle :
      le mitraillage du médecin fanatique Baruch Goldstein dans la mosquée Al Qods,
      l’invasion de l’esplanade des Mosquées par ce gros Premier Sinistre (dont j’ai oublié le nom) entouré de 1000 policiers...
      etc, etc
      Mais, je le répète, je ne suis pas spécialiste de la Question, j’ai juste un peu de mémoire et d’esprit logique.


  • Étirév 6 octobre 2020 15:03

    Tout commencera à aller un peu mieux sur Terre lorsque, une bonne fois pour toute, la majorité des peuples et de leurs gouvernants (honnêtes) arriveront à comprendre comment et pourquoi l’origine de tout le mal et toute la souffrance qui règnent en ce bas monde n’est pas à mettre à l’avoir de tous les juifs, notamment ceux de la « rue » ou de la bourgeoisie juive... mais est l’œuvre séculaire et intégrale de la caste dirigeante et secrète de ce peuple, agissant au nom de son dieu mâle « ADONAÏ », inventé au VIème avant notre ère.
    Adon, d’où il vient, est un nom qu’on prononça d’abord Edon. C’est depuis qu’on a donné le nom d’Adam au premier homme (pendant la captivité), qu’on va introduire ce nom dans la nouvelle religion masculine, en opposition avec le nom de Hevah (la Femme).
    Il est facile de montrer que Adon ou Adam sont un même nom. Tous deux signifient le rouge ou le roux.
    Adam, l’homme, le premier-né (comme Esaù, dont il recommence la légende), c’est l’adversaire de la Femme ; Esaù était son frère, Caïn aussi.
    Celui-ci sera son époux, parce que, depuis, on a inventé le mariage. Ce sont les Juifs Kabbalistes qui de Adam ont fait Edon et Adon.
    Il était facile de changer les voyelles, puisqu’on ne les écrivait pas.
    Cet Edon, cet ennemi, est représenté d’abord comme le « farouche Adonaï » du désert, l’adversaire redoutable, tel que les Caïnites le furent pour les Habélites (la légende est la même, du reste).
    Quand ce culte nouveau s’introduisit chez les Juifs, après leur retour de l’exil, ils substituèrent ce nom à celui de Hevah, et choisirent le mont Calvaire placé au nord-ouest de Jérusalem pour célébrer les fêtes de ce Dieu nouveau, auquel les hommes donnaient la beauté de la Femme, en même temps qu’ils lui donnaient son rôle et sa puissance.
    On donna si bien à Adonaï l’apparence d’une femme, que des auteurs s’y sont trompés. Du temps de Plutarque, il était considéré comme androgyne. Dans les hymnes d’Orphée, c’est aussi un être androgyne (Hymne 53). Ce n’est qu’après le Christianisme qu’il ne sera plus qu’un Dieu mâle doué des qualités et de la beauté de la Déesse.
    C’est l’Adonaï des Syriens qui devint, en Grèce, le bel Adonis.
    Le torrent bourbeux des passions de l’homme crée partout les mêmes parodies. On va jusqu’à donner le surnom de Hevah au Dieu des ivresses furieuses, et on crée Bacchus-Sabas. Puis on s’excuse en écrivant dans l’histoire que les Bacchants sont des Bacchantes ; ce ne sont plus des hommes qui se livrent à l’orgie, ce sont des femmes, de chastes jeunes filles, tout d’un coup prises de rage frénétique, tous les crimes masculins sont attribués à des femmes...

    Tout ceci explique le niveau effarant d’immoralité actuel dans lequel patauge misérablement notre Monde.


  • njama njama 6 octobre 2020 15:23

    L’enquête libanaise devrait porter une attention particulière sur la taille très exceptionnelle du cratère provoqué à l’épicentre de l’explosion, parce que *** un cratère de 43 mètres de profondeur *** ça questionne !!!
    Le cratère de l’explosion d’AZF Toulouse ne faisait que 5 à 6 mètres de profondeur sur quelques 60 m de long et 40 m de large. Certes le stock de nitrate n’était que de 300 tonnes mais cela donne une idée de l’effet de la déflagration.

    A la question de savoir pourquoi le président Aoun n’a pas abandonné l’hypothèse de l’implication israélienne dans l’explosion, dont l’allégation selon laquelle un missile aurait frappé le hangar 12 dans lequel était stockée la quantité de nitrate d’ammonium, et ce malgré les affirmations du commandant de la Forces intérimaire des Nations unies au Liban, Del Kol, qui a déclaré qu’après des contacts avec les responsables israéliens aucun acte militaire n’avait eu lieu, le chef de l’Etat a répondu :
    « De nombreux Libanais qui ont témoigné sur cette explosion, ont déclaré avoir entendu le rugissement d’avions de combat avant l’explosion. Par conséquent, nous sommes moralement obligés de ne pas écarter cette possibilité et d’enquêter même si nous sommes convaincus qu’il s’agit d’un accident survenu en raison de la négligence des personnes impliquées dans le port. Par conséquent, nous devons enquêter sur toutes les hypothèses, afin de bloquer toute interprétation ou accusation de faits obscurs ».
    source : Le président Aoun : le Hezbollah n’a pas besoin de stocker des armes dans le port… la justice libanaise en décidera
    http://french.almanar.com.lb/1847474


    • mmbbb 6 octobre 2020 15:32

      @njama « de nombreux Libanais qui ont témoigné sur cette explosion, ont déclaré avoir entendu le rugissement d’avions de combat  » 
      Les parisiens ont entendu un rugissement de Rafale ayant passe au dessus de la capitale en depassant le mur du son : Paris est toujours debout , Cet avion Israelien a t il largue une bombe ! C est la seule question que vous deviez vous posez !
      Ce n est pas le seul survol d un avion qui aurait pu etre a l origine de cette explosiion 
      A Toulouse, l explosion a eu lieu sans bombardement ! 
      Sacre Njama 


    • OMAR 6 octobre 2020 18:44

      Omar9
      .
      @mmbbb :« A Toulouse, l explosion a eu lieu sans bombardement ! »
      .
      A Toulouse, tout a été entrepris pour favoriser et prioriser la piste criminelle et accuser les musulmans :
      https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/12/20/01016-20111220ARTFIG00562-la-piste-terroriste-examinee-au-proces-azf.php
      .
      Sacré Cnews, oups, pardon, @mmbbb... 


    • Analis 7 octobre 2020 13:26

      @njama

      L’enquête libanaise devrait porter une attention particulière sur la taille très exceptionnelle du cratère provoqué à l’épicentre de l’explosion, parce que *** un cratère de 43 mètres de profondeur *** ça questionne !!!

      Le cratère de l’explosion d’AZF Toulouse ne faisait que 5 à 6 mètres de profondeur sur quelques 60 m de long et 40 m de large. Certes le stock de nitrate n’était que de 300 tonnes mais cela donne une idée de l’effet de la déflagration.

      Il y a un autre élément très important à retenir de cela. À Toulouse aussi, un séisme de magnitude 3,3 avait été rapporté. Mais que celui de Beyrouth ait été aussi puissant, alors que les dimensions du cratère d’AZF soient nettement moindres que celui de Beyrouth (diamètre de 140 m et profondeur de 43 m contre 55 et 5,5), est la dernière confirmation que le séisme de Toulouse ne pouvait pas du tout avoir été provoqué par l’explosion du hangar (dont la puissance correspondait à entre 20 et 40 tonnes de TNT, soit entre 40 et 100 tonnes de nitrate d’ammonium, la faible profondeur du cratère indiquant en plus que seule une faible fraction de l’énergie était allée dans le sol, contrairement à Beyrouth). Comme l’indiquait non seulement la magnitude complètement invraisemblable, mais aussi quantité d’autres éléments ; tels le fait que ce séisme ait été senti et détecté avant l’explosion du hangar, que ses caractéristiques soient incompatibles avec celles d’un séisme de surface, que ses signatures indiquent une origine sous la colline de Pech David, où des organismes officiels sont sensés avoir des dépendances (qui semblent s’être étendues beaucoup plus bas en sous-sol qu’il n’était officiellement reconnu).


      Il reste maintenant à savoir pourquoi à Beyrouth la profondeur du cratère est si grande par rapport à sa largeur. L’explosion d’Oppau en Allemagne le 21 septembre (!) 1921 avait laissé un cratère de 108 m de largeur moyenne sur 19,60 m de profondeur environ, par exemple. Les proportions de celui de Beyrouth sont inhabituelles.


      Sinon, non, en aucun cas à Toulouse "tout n’a été entrepris pour favoriser et prioriser la piste criminelle et accuser les musulmans". Bien au contraire, tout a été fait dans les enquêtes officielles pour éloigner de cette piste, et discréditer toute investigation s’éloignant de la stupide théorie de l’incendie industrielle, emplie de débilités pseudo-scientifiques en tout genre. Seuls quelques rares journalistes se sont autorisés à creuser dans la direction de l’attentat islamiste (ce qui leur a valu des ennuis). Mais il est vrai que cette piste ne peut pas tout expliquer ce qui s’est passé le 21-9-2001, qui est beaucoup plus compliqué. L’ensemble des éléments, si embrouillés soient-ils, indiqueraient plutôt une attaque sous faux drapeau, une de plus, mais qui serait plantée et aurait été abandonnée en cours d’exécution.


  • mmbbb 6 octobre 2020 15:25

    Mais non c est de la faute a C GHOSN . Depuis son exil dans son pays natal , il n apporte que desolation , chute du systeme bancaire et catastrophe ! 


    • ZenZoe ZenZoe 6 octobre 2020 17:00

      @mmbbb
      Il a fait fort ce coup-ci, même sa maison bourgeoise rose a été complètement détruite dans l’explosion. Bien fait pour lui d’ailleurs !


  • njama njama 6 octobre 2020 15:25

    Des avions vus, entendus, vus dans le ciel de Beyrouth avant l’explosion, plusieurs témoignages…, dont celui-ci où l’on entend assez nettement le bruit d’un jet qui précède de quelques instants la seconde explosion vers 1’10dans la vidéo
    Planes Heard, Seen in Skies of Beirut before Blast
    By Alison Tahmizian Meuse
    Global Research, August 14, 2020
    (...) In what is one of the clearest videos of the explosion, filmed from one of the luxury high-rises above the port, a couple document the initial fire billows.
    They are at first totally unaware of the danger headed their way, alternately poking fun at themselves for playing TV journalists, and expressing mounting worry for those in the port.
    *** One minute into the video, what sounds like an incoming jet is heard. ***
    https://www.youtube.com/watch?v=tFR1PJnLwg0&feature=emb_logo
    —  “What’s that sound ? Emad get inside. Honey get inside. Emad ! Get inside !” the woman shrieks to her companion, apparently on the balcony.
    Twenty seconds into the audible crescendo, at 1:20, a blast is heard.
    “Emad ! Please, please get inside … something bigger exploded, dear God, hopefully no one was hurt,” she says. As seconds pass, the billowing charcoal clouds become more intense…
    “Emad come inside ! Close the glass please,” she implores him.
    But he continues filming, even as small explosions begin erupting and orange flares are seen bursting from the area. At 1:54, the final explosion blasts out of the port and through apartment. The phone tumbles and the couple go silent.
    https://www.globalresearch.ca/planes-heard-seen-skies-beirut-before-blast/5721085


  • njama njama 6 octobre 2020 15:30

    Bunker-buster
    La première bombe qualifiée et entièrement conçue pour être un bunker buster est la GBU-28, de 2 268 kg, conçue aux États-Unis en 1991. Elle peut pénétrer 6 mètres de béton armé ou 30 mètres sous terre . En 1991, ceci constitua une grande amélioration comparée à d’autres bombes ne pouvant pénétrer que 1,5 mètre de béton voire 3 mètres pour certaines.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Bunker_buster


    La GBU-28 (Guided Bomb Unit 28)
    La bombe a été développée en hâte lors de la guerre du Golfe de 1991 pour être utilisée dans l’opération Tempête du désert contre les bunkers de commandement irakiens situés en profondeur.
    La première vente de la GBU-28 à l’exportation a été celle de 100 unités à Israël en avril 2005. Leur livraison a été accélérée à la demande d’Israël en juillet 2006.
    L’armée de l’air américaine a développé une version améliorée (Enhanced GBU-28) qui utilise conjointement le guidage laser, navigation inertielle et GPS1.
    Son corps est dérivé d’un fût de canon d’artillerie de 8 pouces (203 mm). C’est donc avant tout une grosse masse métallique qui, avec son énergie cinétique, est capable de pénétrer jusqu’à 30 m sous terre ou 6 m de béton avant d’exploser2. La charge de la bombe comprend 286 kg (630 lb) d’un explosif puissant ; la nature du reste de l’ogive est gardée secrète mais il est possible qu’elle soit principalement constituée d’uranium appauvri3. Le corps de bombe sans kit de guidage est le pénétrateur BLU-113.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/GBU-28


    • njama njama 6 octobre 2020 15:39

      Ce n’est pas une preuve évidemment, il ne s’agit pas d’accuser sans preuves, l’enquête libanaise est en cours... mais juste pour dire que Israël détient ce genre de possibilités techniques


    • Samson Samson 6 octobre 2020 16:19

      @njama
      Certains spécialistes soulignent que sans l’aide d’un missile, il est extrêmement improbable que tout le stock de nitrate d’ammonium ait pu sauter d’un coup, pour faire son trou de 43 m excusez du peu dans un socle granitique !
      Mais autres temps, autres mœurs ! de 2001/9/11 à l’actuelle pandémie, le public s’est accoutumé à voir tant les lois les mieux établies de la physique que les règles statistiques de rigueur en matière épidémiologique balayées, éclipsées et frappées d’obsolescence par la bienséance propagandiste de nos médias !
      On vit décidément une époque formidable !


    • Xenozoid Xenozoid 6 octobre 2020 16:49

      @Samson

      société du spectacle,vive les plotholes et tout le neant autour


    • njama njama 6 octobre 2020 16:55

      @Samson
      Merci pour le commentaire, j’avoue que je ne m’étais pas intéressé à la nature géologique du lieu, et si effectivement il est de nature granitique ... oups !
      il n’est d’ailleurs pas établi si les 2750 tonnes de nitrate d’ammonium était encore là et si elles ont toutes explosées (?)


    • HELIOS HELIOS 7 octobre 2020 12:42

      @njama

       ... selon certaines sources rapidement étouffées, le hangar servait de stock dont les prélèvements servaient à alimenter le « monde artisanal » de la fabrication de mines, missiles et autres joyeusetés utilisées a Gaza et a peu prés partout dans la région et pour toutes les causes.

      Bon, ce sont des on-dits, n’est-ce pas... pourquoi utiliser des engrais alors qu’il suffit de demander pour obtenir de vraies armes militaires ...

      A partir de là, on peut évidement se demander quelle etait la quantité restant dans ce hangar, évaluation correcte ou sous évaluation ayant laissé croire qu’une petite attaques allait tout nettoyer sans risque. Mais, n’en concluons pas rapidement que ce sont « que » les Israeliens les plus interressés par ce nettoyage car tous les voisins en sont beneficiaires... comme les syriens, les iraniens les pays du golfe... mais aussi les egyptiens, les jordaniens, les turcs (oui, oui) et même les américains et les russes.

      Ne nous entonnons pas de ce qui est arrivés, à garder cela sur le port, etait une tres mauvaise idées, le partage aurait du etre fait depuis longtemps, mais un partage, cela se voit et l’hypocrisie est de mises chez tout le monde.

      En réalité : ... que des colombes, des angelots tous coupables quand même.


  • njama njama 6 octobre 2020 16:57

    Beaucoup d’interrogations planent encore sur les circonstances de la terrible double explosion. S’agit-il d’une catastrophe industrielle de type SEVESO ? Ou d’un acte criminel ? Pourquoi le gouvernement libanais a-t-il refusé une enquête internationale ?
    (.........) Mais en attendant que toute la lumière soit faite sur cette double explosion, plusieurs interrogations légitimes s’imposent. Tout d’abord, pourquoi le bateau Rhosus battant pavillon moldave, chargé de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium à usage minier (explosif) depuis le port de Batoumi et se dirigeant vers le Mozambique, a-t-il été détourné, en septembre 2013, vers le port de Beyrouth pour y être emmagasiné ? Par ailleurs, qui étaient les véritables donneurs d’ordre pour l’achat de ce chargement ? S’agissait-il d’un État du Golfe, le Qatar, qui organisait à l’époque l’acheminement massif d’armes et d’explosifs vers la rébellion syrienne ? Rappelons qu’en 2013, le Liban était dirigé par le Mouvement pro-saoudien du 14 mars et servait de base arrière logistique et humaine contre la Syrie, tout comme la Jordanie, et la Turquie. Au moins deux navires, le Lutfallah 2 et MV le Grande Sicilia, chargés d’armes en direction de la Syrie via la ville portuaire de Tripoli avaient d’ailleurs été arraisonnés au mois d’avril par la Finul et par la marine libanaise. Aujourd’hui, aucune information n’a filtré sur les organisateurs de ce trafic parti de la ville libyenne de Misrata, contrôlée par les milices islamistes des Frères musulmans alliées de la Turquie et du Qatar. On peut enfin se demander si les 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium ont toutes réellement explosé. Si c’était le cas, la ville de Beyrouth serait totalement rayée de la carte, à en croire les spécialistes. Selon certains experts, il ne restait finalement dans ce hangar numéro 12 « que » 300 tonnes, le reste ayant été expédié pendant ces sept dernières années vers la Syrie où elles ont servi pour la guerre.
    On le voit, l’enquête sur la double explosion pourrait impliquer de nombreux acteurs régionaux et internationaux parmi tous ceux qui s’étaient mobilisés à l’époque pour opérer un changement de régime en Syrie. Le risque est donc grand de voir l’enquête enterrée en pointant simplement le doigt vers des lampistes négligents et corrompus.
    (...) Source Investigaction : Majed Nehmé : « Il ne reste plus qu’à organiser les funérailles du modèle libanais » 18 Août 2020 Grégoire Lalieu https://www.investigaction.net/fr/majed-nehme-il-ne-reste-plus-qua-organiser-les-funerailles-du-modele-libanais/


  • njama njama 6 octobre 2020 17:02

    Si le navire Rhosus était un navire poubelle il est pour le moins étrange que cette cargaison de nitrate d’ammonium évaluée à 1/2 million de dollars n’ait pas été revendue depuis 2013 ! et donc qui étaient les véritables donneurs d’ordre pour l’achat de ce chargement ? serait-il si difficile de tracer ce genre de transaction ?

    Explosion de Beyrouth : l’enquête planche sur « un forgeron proche des extrémistes », et le refus de Chypres de collaborer.
    (...) Chypre ne répond pas
    S’agissant des résultats de l’enquête en dehors du territoire libanais, autour du navire russe Rhosus sous pavillon moldave qui est à l’origine de la cargaison de nitrate, ses propriétaires et les médiateurs, un citoyen turc auquel la société Spectrum avait eu recours comme courtier a été interrogé dans son pays par les enquêteurs libanais. Ces derniers devraient retourner en Turquie pour poursuivre leur enquête.
    Or, dans le volet chypriote de l’enquête, les autorités de Larnaka n’ont toujours pas répondu à la demande libanaise d’interroger le propriétaire du navire.
    Né en Russie, l’homme d’affaires Igor Grechushkin, réside à Chypre. Sa position est d’autant plus douteuse qu’il a « perdu tout intérêt » pour sa cargaison relativement précieuse, une fois arrivée au Liban, n’essayant même pas de la vendre moins chère pour rembourser ses dettes.
    https://french.almanar.com.lb/1858870


  • ZenZoe ZenZoe 6 octobre 2020 17:04

    Je suis persuadée qu’Israël n’a rien à voir avec l’explosion de Beyrouth, on est d’accord.

    En revanche, quand je lis dans le texte ’’Pourquoi l’armée la plus morale du monde...’’, je tique franchement ! La morale et Israël, euh... comment dire...


    • Jonas 7 octobre 2020 09:27

      @ZenZoe
      En effet , Israël n’a rien à voir dans les explosions de Beyrouth . Accuser Israël , est un sport coutumier dans cette région du monde . C’est si simple , lorsque les responsables , ne sont responsables de rien.

      << Les services de sécurité de l’Etat , ont dit que cela était dangereux . Je ne suis pas responsable ! Je ne savait pas où c’était stocké et je ne savait pas a quel point c’était dangereux. et il ajoute : " Je n’ai pas l’autorité pour m’occuper directement du port , il y a une hiérarchie , et tous ceux qui étaient au courant , auraient dû reconnaître , qu’ils devaient faire le nécessaire >> . Michel Aoun, président du Liban.
       
      Quant à l’armée , israélienne , avec sa puissance de feu, elle peut pulvériser , facilement les terroristes palestiniens . Ils suffit de regarder , ce que font les armées arabo-musulmans , vis-à-vis de leur propre peuple , pour constater la différence entre une armée , qui a des principes moraux , et celles qui agissent sauvagement , en Irak, Syrie , Yemen, Libye , etc. 

      Je rappelle , qu’en 2013 , la grande armée du FLN ,( Algérie ) lors de la prise d’otages d’In Amenas, n’a pas hésité , à liquider les otages et les terroristes , et les journaux de ce pays , ont chanté les louanges de leur armée. 


    • njama njama 7 octobre 2020 10:28

      @ZenZoe
      Je suis persuadée qu’Israël n’a rien à voir avec l’explosion de Beyrouth...

      l’enquête et en cours, peut-être que oui, peut-être que non.
      Israël n’est pas une oie blanche, il est normal qu’il soit parmi les suspects.


    • vraidrapo 12 octobre 2020 06:43

      @Jonas
      , elle peut pulvériser , facilement les terroristes palestiniens

      1)
      J’ai lu que « puissance de feu » avait quitté le Liban après une branlée contre le Hezbollah... non sans avoir largué 90,000 bombes à sous-munitions en 2 jours...

      2)
      Connais-tu Ben Gurion, celui de l’Aéroport ?
      C’est un terroriste qui a réussi.

      La vérité sij mens !


  • Esprit Critique 6 octobre 2020 17:26

    Une chose est certaine l’origine criminelle.

    Des vidéos amateurs qui filme le port avant l’attentat montrent clairement un énorme incendie sur le bord du stock d’engrais, amorce indispensable, qui provoque l’explosion du tas .


  • Jonas 6 octobre 2020 18:44

    L’officine du régime criminel des mollahs le « Cri des peuples » refait surface , avec ses gros mensonges. Après avoir accusé israël d’avoir fabriqué avec les Etats-Unis du virus de la Corona-19, pour faire plier l’Iran et la Chine, le revoilà , sortir de son chapeau une autre accusation.

    A celle-ci , je répondrai en citant , l’édito de ce mardi , 6 octobre de Michel Touma du quotidien libanais « l’Orient -le Jour ». extraits. 

    (...) 

    Il est certes déplorable que les questions ne soient pas posées sans détour , mais en réalité , les réponses n’échappent certainement à personne , malgré la manoeuvre de diversion axée sur la théorie de la « négligence » et de la « corruption » de simples fonctionnaires . En effet , quel que soit le facteur qui a provoqué l’explosion du 4 août , que la cause soit un accident, une attaque ou un acte de sabotage criminel , cela ne change rien à l’affaire : la responsabilité directe du Hezbollah dans ce fait accompli , assorti d’une infranchissable ligne rouge , qu’il a longtemps imposée manu militari au port ne saurait être occultée. Ce fait accompli représente d’ailleurs l’un des éléments d’une stratégie globale visant à mettre en place dans le pays ( comme ce fut le cas en Iran et plus tard au Yemen et en Irak) une structure para-militaire reposant sur des pratiques miliciennes , de manière à saper ou à court-circuiter le pouvoir central.

    C’est ainsi dans le cadre de cette stratégie d’inspiration Khomeyniste, que le parti pro-iranien s’est livré depuis sa fondation au milieu des années 80 à un minutieux travail de fourmi , un patient travail de sape de l’autorité de l’Etat . Tel un feu ravageur qui s’étend lentement de bâtiment en bâtiment , il a déployé progressivement ses tentacules -en s’inspirant de la politique des petits pas-pour miner les structures officielles afin de forger une place de para-Etat, sans s’empêcher aussi depuis quelque temps d’étendre son influence directe à l’administration publique . Le tout au service exclusivement d’un projet hégémonique et théocratique régional >> .

    (...)

    << L’explosion apocalyptique du 4 août a reposé avec violence un double problème au niveau de la place qu’occupe le Hezbollah sur la scène locale : d’abord , la nature des rapports du parti pro-iranien avec les composantes nationales, des rapports qui ne sauraient être fondés sur la forces des armes ;ensuite , son allégeance inconditionnelle au guide suprême à Téhéran. Tout dialogue interne serait vain et trompeur tans qu’une solution radicale n’aura pas été trouvée à cette double entrave à portée existentielle>> 


    • Kapimo Kapimo 6 octobre 2020 19:56

      @Jonas
       Je ne sais pas quelle est son obédience, mais votre journaliste doit revoir ses sources. Il écrit ainsi :
      C’est ainsi dans le cadre de cette stratégie d’inspiration Khomeyniste, que le parti pro-iranien s’est livré depuis sa fondation au milieu des années 80 à un minutieux travail de fourmi , un patient travail de sape de l’autorité de l’Etat .

      D’abord, tout le monde sait très bien que l’état Libanais n’avait aucun autorité dans les années 80, encore moins peut-etre qu’aujourd’hui.
      Mais surtout, laisser entendre que ce parti est d’origine « pro-Iranien » est une grosse blague. Le Hezbollah s’est constitué avec l’aide de l’état Syrien : il ne s’est tourné vers l’Iran qu’au départ des Syriens du Liban suite à l’assassinat (non élucidé) de R Hariri.

      Bref, votre journaliste n’est qu’un propagandiste, un simpliste.


    • Jonas 7 octobre 2020 08:50

      @Kapimo
      J’ai toujours dit sur ce site , a part une minorité admirable, formée , éduquée et courageuse , la majorité des arabo-musulmans , manque de culture historique. On peut discuter les raisons d’un événement historique , mais on ne peut occulter les faits. 

      Le Hezbollah ( Parti de Dieu) , a été créé en juin 1982 , avec l’appuie non de la Syrie , comme vous le dites @Kapimo, mais avec celui de l’Iran , sur le plan financier et militaire, avec un objectif principale de s’opposer à l’armée israélienne. Mais le cheminement du  Hezbollah ,,après le retrait unilatérale de l’armée israélienne en 2000 a suivi de multiples inflexions . Il avait commencé à s’impliquer dans la vie politique et économique  ainsi que dans la vie constitutionnelle du Liban , juste après la guerre civile dont il a été un protagoniste. Et  depuis 2008, le Hezbollah , contrairement aux autres partis politiques à bénéficier  d’un droit de veto de facto au sein du gouvernement libanais. A cela il faut ajouter que le Hezbollah est le seul mouvement militaire du Liban mis à part l’armée libanaise. 

       Le Hezbollah a tué l’initiative française au Liban titre Daraj-Beyrouth  , sous la signature de Hazem Al-Amin. 

      << Le parti de Dieu , suivant les injonctions de Téhéran , attend les élections américaines . Que les libanais aient faim , cela lui est égal. Dans les négociations pour former un gouvernement , il a tout d’abord insisté pour que le ministre des Finances soit un chiite. Et Lorsque Sand Hariri  a cédé a cette exigence , le Hezbollah a trouvé que cela ne suffisait plus , et a exigé qu’il puisse lui-même désigner le candidat. Il voulait donc avoir le privilège de dicter ses propres choix dans la composition du gouvernement , privilège qui n’est accordé à aucune autre composante politique du pays >> 
      (...) 
      << Le Hezbollah , sans se préoccuper des intérêts des Libanais , a décidé , qu’il fallait saboter l’initiative française parce que cela va dans le sens des intérêts de Téhéran et de Moscou. Même si cela est catastrophique pour le Liban >> 


  • Jonas 6 octobre 2020 20:29

    L’officine du régime criminel des mollahs le « Cri des peuples » devait lire ce que pensent les libanais , les vrais , ceux qui ne sont pas redevables , au régime criminel des mollahs. Le chef de la milice du régime des mollahs au Liban, Hassan Nasrallah est accusé d’avoir détourné 1,5 millard de dollars , placés a l’étranger. Pour sa réponse : il dit que cette argent est composé de dons et n’appartient pas à l’Etat libanais.

    (...) 

    << Le scepticisme , pour l’heure , reste le sentiment le plus prévalant au niveau de la population. Comment pourrait-il en être autrement lorsque nul parmi les officiels n’ a eu encore l’audace de fournir le moindre indice susceptible d’éclairer les Libanais sur les véritables causes du cataclysme qui a dévasté les quartiers anciens de la capitale. Dans ce qui peut paraître comme une cynique opération de camouflage visant à détourner l’attention de l’opinion publique de l’identité des responsables ( politiques ) de ce drame , les campagnes médiatiques se contentent de dénoncer « la négligence » de ceux qui étaient en charge du port , à différents échelons. Habile manoeuvre de diversion qui permet d’éviter de poser les vraies questions que nul n’ose soulever clairement du fait semble -t-il, de leur caractère tabou : qui est cette autorité omnipotente à peine « occulte », intouchable , qui emmagasinait pendant des années ces matières explosives , voire peut-être des munitions , dans les hangars du port, en les considérant comme chasse gardée , une ligne rouge ? La passivité des fonctionnaires en poste dans le secteur est-elle vraiment une «  négligence » grave , ou plutôt une résignation face à un fait accompli imposé par cette autorité à toutes les parties , responsables officiels inclus ? Les hautes sphères du pouvoir étaient au courant du danger ; quelle est cette force prépondérante qui les a empêchés d’agir ? Les dirigeants à la tête de l’Etat n’assument ils pas , eux , la responsabilité politique et morale de la catastrophe pour n’avoir pas eu le courage de taper du poing sur la table afin d’éviter le pire ? 


  • njama njama 7 octobre 2020 10:35

    Le Hezbollah n’est pas jusqu’à présent classé terroriste par la France, Emmanuel Macron cherche-t-il à le provoquer pour avancer ses pions en politique étrangère ? satisfaire Netanyahu ?
    Emmanuel Macron est soit inculte, soit manipulé, ou alors petit commis d’Israël (?) Dans son discours Conférence de presse sur la situation au Liban le 27 septembre, il dit (dans la vidéo de 3’30 à 3’59)  :

    « Le Hezbollah ne peut être en même temps une armée en guerre contre Israël, une milice déchainée contre les civils en Syrie et un parti respectable au Liban. Il ne doit pas se croire plus fort qu’il ne l’est, et c’est à lui de démontrer qu’il respecte les libanais dans leur ensemble. Il a clairement ces derniers jours clairement montré le contraire. »
    https://www.youtube.com/watch?v=L2HGUj6KiYA&feature=emb_logo
    Hallucinant et tellement orwellien ! avec E. Macron l’agressé devient l’agresseur, la victime le coupable !
    C’est simplement mentir aux français, au monde, c’est insulter les libanais et la question palestinienne défendue.

    Le Hezbollah (était) est classé terroriste par Israël et par les États-Unis. Il a été classé terroriste par «  l’entité politique  » Union €uropéenne (qui n’est pas un État Fédéral, du moins pas encore) à l’été 2013 après que le Hezbollah s’était engagé dans la bataille de Qousseir pour sécuriser la frontière libanaise infestée de terroristes, frontière qui leur servait de base arrière. L’avis de l’U€ n’est que de peu de valeur au plan juridique, c’est une gesticulation politique pour diaboliser le Hezbollah, comme d’autres diabolisent des figures de Syrie, d’Iran, du Venezuela, de Bolivie, de Cuba, de Russie... de pays non-alignés en fonction de l’agenda politique de l’Occident.


  • njama njama 7 octobre 2020 10:48

    @Jonas, faudrait vous mettre à jour, et pas tout inverser !

    Rendez au Hezbollah ce qui est au Hezbollah…
    Par Mouna Alno-Nakhal, Mondialisation.ca, 25 juillet 2020

    Le Hezbollah est le garant principal et incontesté de l’intégrité du territoire libanais comme l’a encore affirmé, M. Ahmad Sweidan, le délégué du Liban au Conseil des droits de l’homme, réuni à Genève le 14 juillet dernier, en réponse au délégué d’Israël qui a qualifié la Résistance libanaise d’organisation terroriste :

    « La délégation de mon pays use de son droit de réponse aux allégations terroristes de la force d’occupation, alors que les hasards du calendrier font que nous sommes en pleine commémoration de son agression destructrice sur mon pays en juillet 2006. Une agression qui a consisté en une violation évidente et dangereuse du droit international, au cours de laquelle cette force a commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité restés malheureusement impunis. Une agression contrée par le Liban, son peuple, son armée et sa résistance avec, en premier lieu, le Hezbollah libanais.

    Le Hezbollah libanais ou la résistance née de la souffrance des Libanais du fait des agressions continuelles de cette force, de ses crimes et de sa longue occupation de territoires libanais, laquelle perdure dans les fermes de Chab’a. La résistance qui continuera à défendre ces territoires jusqu’à leur libération totale et à protéger les droits économiques du Liban sur son pétrole et son gaz en mer Méditerranée face à cette force qui les vole, comme elle a déjà volé les droits des peuples arabes tout au long de son occupation » [1].
    [...] lire l’article : https://www.mondialisation.ca/rendez-au-hezbollah-ce-qui-est-au-hezbollah/5647705


    • Jonas 7 octobre 2020 12:12

      @njama ( 1) 
      Je répète , qu’à part une minorité d’arabo-musulman , la majorité est inculte en géopolitique et aborde n’importe quel sujet sans le maîtriser. Pour elle , il suffit que le nom d’Israël , apparaisse pour que l’arabo-musulman devienne un spécialiste, et divague dans tous les sens, alors qu’il n’est pas capable de connaître la situation de son propre pays. , 

      << Ces choses là sont difficiles , pour les connaître , il faut avoir fait des études>> disait Victor Hugo. Vos connaissances @njama , s’appuient sur Wikipédia et les idéologues du régime criminels des mollahs. Vous parlez , sur l’occupation d’Israël au Liban qui vraie , mais a duré moins longtemps que celle de la Syrie, que vous escamotez . Je vous rappelle , a toutes fins utiles , que la Syrie n’avait jamais accepté d’avoir une ambassade au Liban depuis l’indépendance de ce pays. Cela s’est fait mais tout récemment. 

       Le 7 avril 2005 , a la Sorbonne de Paris , mes amis libanais et moi avions organisé une journée géopolitique sur le Liban . Nous avions invité , Fouad Makkhzoumi, Simon Haddad , Antoine Basbous, , le regretté Antoine Sfeir, Michael Davie , Josephe MaIla et  Michel Aoun , en exil en France. Michel Aoun , devait aborder l’occupation du Liban par la Syrie. Extraits : 

      Mesdames , messieurs , 
      Je tiens tout d’abord à remercier les organisateurs ( mes amis libanais et moi ndlr) de ce colloque pour l’occasion qui nous est donnée d’apporter un éclairage attendu à la situation qui prévaut aujourd’hui au Liban.
      Nous sommes tous témoins de l’accélération des événements sur la scène libanaise ces dernières semaines . Presque 30 ans après son occupation , la Syrie, par la voix de son président et de son ministre des Affaires Etrangères , a officiellement accepté de se conformer à la résolution 1559 du Conseil de sécurité des Nations Unies , et de retirer ses troupes , et services associés du Liban .
       
       


    • Jonas 7 octobre 2020 12:29

      @njama (2) 
      Michel Aoun a la Sorbonne le 7 avril 2005. ( Suite) 

      << Vous comprendrez ma joie et celle de mes concitoyens à l’annonce de cette nouvelle historique .Si le Liban retrouve enfin sa totale indépendance et bientôt sa pleine souveraineté , il le doit en premier lieu au combat pacifique et persévérant qu’aura mené son peuple et singulièrement sa jeunesse courageuse et héroïque durant des années. Une lutte tenace , difficile et souvent ingrate , car niée ,ostracisée , voire ignorée par un système surveillant , contrôlant et broyant la contestation tous azimuts , comme nous allons le voir. 

      Il me semble en effet utile de rappeler que la communauté internationale s’est longtemps accommodée de l’occupation syrienne du Liban -ne parlait-on pas de «  présence »jusque très dernièrement ?  celle-ci ne fut pas moins à l’image du régime dont elles est issue . Oeuvrant à créer et maintenir au Liban une ambiance de terreur caractérisée , avec son cortège d’intimidation , d’enlèvements , de disparitions ( entre 20 000 à 30 000 libanais disparus sans laisser de traces , ndlr) de détentions arbitraires et d’assassinats politiques dont le dernier en date est celui de l’ancien Premier ministres Rafic Hariri >> 


    • Jonas 7 octobre 2020 13:10

      @njama ( 3) 

      Pendant l’occupation syrienne du Liban , le régime Alaouite ( branche du chiisme ) , avait favorisé, avantagé et aidé , les mercenaires du Hezbollah en tant que chiites, à accaparer les rouages de l’Etat libanais.  C’est ce qui pose problème au Libanaujourd’hui. 

      Michel Aoun a la Sorbonne le 7 avril 2005 ( suite) 

      << Mais au-delà de ces avatars habituels de l’occupation , c’est à une entreprise de syrianisation systématique que le Liban a été soumis. 
      Véritable projet politique , cette entreprise a affecté tous les domaines de la vie publique libanaise et contribué à la destruction de l’Etat et de ses institutions . Elle a également 
      déstructuré la société , affectant , toutes les composantes de la vie civile, en imposant un modèle de gestion et reprise en compte des affaires du citoyen dans le corps social, fondé sur l’allégeance aveugle à la Syrie et à ses sbires. 

      Services de sécurité clonés sur ceux du régime syrien et à leur entière disposition , institutions paralysées , noyautées , mises sous tutelle , autocensure imposée au médias , justice transformée en moyen de pression et d’intimidation à l’encontre des opposants ou au service des trafics en tous genres , corruption érigée en système de gouvernement , tout à été mis en place afin d’imposer le discours idéologique et empêcher toute expression libre et différente de la pensée unique , dans le but de vider le Liban de tout qui en faisait une entité originale , dans un environnement régional tristement monolithique.

      Même la composition démographique du tissu social libanais aura été modifiée par la naturalisation massive et injustifiée de dizaines de milliers de Syriens >> 


    • vraidrapo 12 octobre 2020 06:54

      @Jonas
      Tu nous emmerdes avec tes élucubrations cosmétiques.
      Les gens de ton espèce adorent couper les cheveux en 4 pour fatiguer leurs auditeurs ou détourner l’attention.
      Combien de Résolutions de l’ONU défavorables à Tel-Aviv, ont essuyé le Veto Yanki ?
      Quand le Gvt de Tel-Aviv respectera la Résolution qui lui enjoint de revenir aux frontières de 1947 ?
      Aidés des media, vous essayez d’avoir la Planète à l’Usure (intéressant, on peut prêter 2 sens intéressants à ce terme en pensant Goldmann-Sachs / Roteuch) !


  • Garibaldi2 7 octobre 2020 11:01

    Il faut être particulièrement manipulateur pour accuser le Hezbollah d’avoir fait exploser le stock de nitrate d’ammonium du port de Beyrouth, car, comme d’habitude, la question est : à qui profite le crime ?

    Réponse : certainement pas au Hezbollah qui n’avait rien à gagner dans cette catastrophe. Je dirais même : bien au contraire.

    Pour creuser un trou de 43 mètres, il faut une explosion particulièrement puissante, d’autant plus que rien ne limitant le souffle de l’explosion vers le haut (toiture en tôle), le sol n’a reçu qu’une partie de cette force. Dans une mine, une charge d’explosif est placée dans la roche, si elle était placée contre la roche, l’effet de l’explosion serait quasi nul.

    C’est donc bien le stock saisi sur le navire poubelle qui a explosé. Reste à savoir pourquoi les autorités libanaises ont laissé ce stock extrêmement dangereux attendre là pendant des années, sans le vendre pour payer les frais de stockage ?!


    • njama njama 7 octobre 2020 11:37

      @Garibaldi2
      oui le stock a explosé, en tout ou partie (pulvérisé par le souffle ?), ce n’est pas contradictoire avec un possible tir de missile. Il y a aussi des jets US, français dans le coin, de mémoire 22 aéronefs étaient dans le ciel libanais au moment de ces explosions. Macron donnera-t-il les images satellites que lui demandait Michel Aoun (?), des navires français n’étaient pas loin. Ou Secret Défense ?
      Sur la nature de l’explosif il se trouve qu’une explosion assez semblable s’est produite en Syrie en décembre 2019

      Beirut Explosion : a similar one in Syria (2’02) https://www.youtube.com/watch?v=1VNrJO7EY5Q
      Large explosion of an unknown device in Syria
      « The images of a huge explosion and the subsequent blast wave somewhere in Syria are the subject of discussion among experts, who continue to debate the type of bomb that could have caused such destruction
      The author of the video indicates that this is the Russian ODAB-500 thermobaric bomb. These devices generate an extreme pressure at the epicenter of the explosion, which amounts to the pressure of 30 atmospheres on Earth. Such an effect leaves no chance of surviving within a radius of at least 30 meters of the explosion.
      However, some experts disagree and claim that it was an ordinary explosion, and what you see in the images is nothing more than the blast wave. »
      Allegedly happened on Dec 6, 2019 (0’25) https://www.liveleak.com/view?t=9nyQR_1576254676

      "... so thermobaric weapons are significantly more energetic than conventional condensed explosives of equal weight. Their reliance on atmospheric oxygen makes them unsuitable for use underwater, at high altitude, and in adverse weather. They are, however, considerably more destructive when used against field fortifications such as foxholes, tunnels, bunkers, and caves—partly due to the sustained blast wave and partly by consuming the oxygen inside."
      https://en.wikipedia.org/wiki/Thermobaric_weapon


    • Garibaldi2 7 octobre 2020 12:25

      @njama

      Il y avait un incendie à proximité du stock. Je ne pense pas qu’il était nécessaire de larguer une bombe thermobarique pour obtenir une méga explosion. Par comparaison, à Toulouse il n’y avait que 300 à 400 tonnes de nitrate d’ammonium. Voici des images de l’explosion d’une bombe thermobarique la plus puissante au monde (russe) : https://www.youtube.com/watch?v=8llKwUTvJVs


    • njama njama 7 octobre 2020 12:57

      @Garibaldi2
      Le cratère de l’explosion d’AZF Toulouse ne faisait que 5 à 6 mètres de profondeur sur quelques 60 m de long et 40 m de large.

      Pour ce qui est de la profondeur du cratère à Beyrouth, à peu près circulaire, il faut je pense quelque chose de perforant qui explose ensuite, d’autant plus si le sol est granitique.

      Cela suggère l’impact d’un missile — l’emploi d’une arme nouvelle ? « mini-nukes » et les bombes « bunker-buster » avec des têtes nucléaires de guerre ? (*) — la logique en physique étant que l’explosion se déploierait là où la résistance est moindre, sauf technologie particulière.

      Selon un projet d’ordre du jour qui a fait l’objet d’une fuite, la réunion secrète comprenait des discussions sur les « mini-nukes » et les bombes « bunker-buster » avec des têtes nucléaires de guerre « pour une utilisation éventuelle contre des États voyous »  :
      (*) https://www.mondialisation.ca/reunion-secrete-sur-la-privatisation-de-la-guerre-nucleaire-tenue-le-jour-dhiroshima-2003/5648146


    • njama njama 7 octobre 2020 13:01

      (ibid) Le Nuclear Posture Review (NPR) 2018 de l’administration Trump a appelé au « développement de nouvelles armes nucléaires plus utilisables. »

      Le NPR 2018 est à bien des égards du Déjà Vu.

      Ce qui semble avoir échappé aux nombreux reportages des médias sur le NPR 2018 de l’administration Trump est que le développement d’ « armes nucléaires plus utilisables » avait déjà été mis en avant dans le Nuclear Posture Review 2001 de George W. Bush, qui a été adopté par le Sénat américain fin 2002. A cet égard, le sénateur Edward Kennedy avait accusé l’administration Bush d’avoir développé « une génération d’armes nucléaires plus utilisables », à savoir des armes nucléaires tactiques (mini-nucléaires B61-11) ayant une capacité explosive comprise entre un tiers et six fois celle d’une bombe atomique d’Hiroshima.

      Le terme « plus utilisable » émane du débat autour du NPR 2001, qui a justifié l’utilisation d’armes nucléaires tactiques dans le théâtre de guerre conventionnel sous le prétexte que les armes nucléaires tactiques, à savoir les bombes antibunker avec une tête nucléaire, sont « inoffensives pour la population environnante car l’explosion est souterraine », selon l’avis scientifique à la solde du Pentagone,

      Michel Chossudovsky, le 6 août 2019, le 3 août 2020

      ------------------------------------

      L’explosion de Beyrouth a fait peu de morts (202) compte-tenu de la déflagration.


    • Garibaldi2 8 octobre 2020 12:28

      @njama

      Les mininuke ne sont pas exempts de diffusion de radiations. Je n’ai pas entendu parler de radiations détectées à Beyrouth.

      Le sol de Beyrouth n’est pas granitique mais sédimentaire, comme l’analyse cette étude : https://www.geotechnique-journal.org/articles/geotech/pdf/2002/03/geotech2002100p75.pdf


    • njama njama 8 octobre 2020 14:29

      @Garibaldi2
      Merci pour la référence géologique précise.
      pour les radiations, je ne sais pas, faibles peut-être (?) dans le sol, et avec ce cratère inondé, comment faire des prélèvements (?), les résidus radioactifs absorbés par l’eau (?)


    • Garibaldi2 9 octobre 2020 02:26

      @njama

      Les radiations seraient présentes au niveau du sol.

      ’’Une suite d’ogives à faible rendement et à effets spéciaux (faible collatéral, rayonnement amélioré, pénétration de la terre, impulsion électromagnétique et autres à mesure que la technologie progresse), y compris éventuellement un missile de croisière plus petit et à plus courte portée qui pourrait être livré par des F-35’’

      Lire : https://www.frstrategie.org/programmes/observatoire-de-la-dissuasion/une-nouvelle-arme-faible-puissance-options-etat-debat-2017


    • vraidrapo 12 octobre 2020 07:02

      @Garibaldi2

      Ne t’inquiètes pas comme pour le 911, les experts fermeront leurs gueules.
      Mais ces cons de la CIA ont carrément chié avec le Pentagone et la 3ème tour ; tellement ils se croient convaincants !!!
      Les plus méprisables sont les modélisateurs silencieux capables de démontrer que c’est bien un missile qui a percuté le Pentagone...
      Une équipe potentielle capable de présenter l’impact comparatif d’un missile et d’un avion de ligne (dommage que je ne sois plus en activité..)
      https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01422248/document


  • ETTORE ETTORE 7 octobre 2020 13:19

    N’oublions pas qu’ils lisent de droite à gauche.

    Ce qui pour nous, rend le futur pardonnable et le passé responsable.


  • njama njama 7 octobre 2020 13:33

    Escalade nucléaire en Europe : la bombe B61-12 est testée
    par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire 18 avril 2017
    Les États-Unis viennent de tester chez eux les composantes non-nucléaires de la super-bombe atomique B61-12.
    (...) La B61-12 n’est pas une simple mise à jour de la version précédente, mais une nouvelle arme : elle a une tête nucléaire à quatre options de puissance sélectionnables en fonction de l’objectif à frapper ; un système de guidage qui permet de la larguer non pas à la verticale, mais à distance de l’objectif ; la capacité de pénétrer dans le terrain pour détruire les bunkers des centres de commandement dans une première frappe nucléaire.

    Le test confirme que la nouvelle bombe nucléaire peut être larguée par des chasseurs F-16 (modèle C/D) de la 31st Fighter Wing, l’escadrille de chasseurs-bombardiers US basée à Aviano (Pordenone), prête à l’attaque actuellement avec 50 bombes B61 (nombre estimé par la Fas, la Fédération des scientifiques américains). La B61-12, spécifie le communiqué, peut être larguée aussi par des chasseurs-bombardiers Tornado PA-200, comme ceux du 6ème Escadron de l’Aéronautique italienne basés à Ghedi (Brescia), prêts à l’attaque nucléaire actuellement avec 20 bombes B61. En attendant qu’arrivent aussi à l’aéronautique italienne les chasseurs F-35 dans lesquels, annonce l’U.S. Air Force, « sera intégrée la B61-12 ».
    (...)
    Le général James Cartwright lui-même, ancien chef du Commandement stratégique des Etats-Unis, prévient que « des armes nucléaires comme les B61-12 de plus petite puissance (entre 0,3 et 50 kilotonnes) et plus précises augmentent la tentation de les utiliser, et même de les utiliser en premier plutôt qu’en représailles »...

    https://www.voltairenet.org/article196050.html


    • vraidrapo 12 octobre 2020 07:05

      @njama

      Les Yanki n’ont pas besoin de se casser la tête pour détruire toute vie humaine sur la Terre, on est bien lancé pour atteindre ce résultat.
      Qu’ils aillent baffrer des Burgers...


  • njama njama 7 octobre 2020 14:34

    Les mini bombes nucléaires une réalité, un standard stratégique aujourd’hui

    B61-12 : Un programme en débat
    22 juin 2018

    article paru dans DSI n°106, septembre 2014

    https://www.areion24.news/2018/06/22/b61-12-un-programme-en-debat/

    Earth-Penetrating Capability of B61-12 Nuclear Bomb
    Posted on Jan.14, 2016 in NATO, Nuclear Weapons, United States by Hans M. Kristensen director of the Nuclear Information Project at the Federation of American Scientists

    ... We know that the B61-12 is designed to have four selectable explosive yields : 0.3 kilotons (kt), 1.5 kt, 10 kt and 50 kt. Therefore, given the National Academies’ finding, the maximum destructive potential of the B61-12 against underground targets is equivalent to the capability of a surface-burst weapon with a yield of 750 kt to 1,250 kt...
    Even at the lowest selective yield setting of only 0.3 kt, the ground-shock coupling of a B61-12 exploding a few meters underground would be equivalent to a surface-burst weapon with a yield of 4.5 kt to 7.5 kt.

    ... Moreover, while the B61-11 can only be delivered by the B-2 strategic bomber, the B61-12 will be integrated on virtually all nuclear-capable U.S. and NATO aircraft : B-2, LRS-B (next-generation long-range bomber), F-35A, F-16, F-15E, and PA-200 Tornado.

    https://fas.org/blogs/security/2016/01/b61-12_earth-penetration/


  • pierrot pierrot 8 octobre 2020 11:04

    Bon, beaucoup d’hypothèses difficiles à étayées.

    Plus de 19 ans après l’explosion de nitrate d’ammonium à Toulouse, l’origine n’a pas été démontré car il est quasi impossible d’avoir des éléments probants dans un champ de ruines.

    Cependant nous savons que le nitrate d’ammonium n’est pas inflammable si explosif s’il est stocké dans de bonnes conditions : pas d’apport thermique ni de substances qui catalysent la décomposition exothermique du nitrate d’ammonium.


  • ETTORE ETTORE 8 octobre 2020 11:23

    Juste une question !

    On peut imaginer un sol bien plat, de surcroit en granit.

    Quel est le comportement d’un explosif qui se déclenche sur un sol plat ?

    As t’on vraiment un cratère qui se forme ? Ou, toute la puissance de l’explosion est dirigée vers les côtés et le haut ? ( les côtés les plus libres de résistance matérielle)

    Certains artificiers devraient pouvoir répondre .

    Pour ma part, je ne constate ces cratères que sur des tirs d’obus, missiles....

    et parfois....« sous des voitures piégées » c’est vrai !


    • njama njama 8 octobre 2020 14:24

      @ETTORE
      Une partie de la puissance a été arrêtée par les silos qui n’ont été qu’à moitié détruits, s’ils n’avaient été là les dégâts auraient été beaucoup plus importants dans Beyrouth.
      Et puis cette seconde explosion à 18:08 EEST, en fin de journée quand il ne reste probablement plus grand monde ni d’activités sur le port... a limité les victimes (?)
      Si c’est une opération militaire qui voulait infliger au Liban un signal fort par la destruction de cette infrastructure poumon économique du Liban on peut imaginer que ces critères ont été pensés.
      J’avoue avoir du mal à croire en la thèse de l’accident...


Réagir