vendredi 20 mai 2011 - par Paul Villach

DSK : quand « Le Canard Enchaîné » ne fait pas sourire…

On se réjouit souvent des jeux de mots ravageurs dont Le Canard Enchaîné sait camper un événement. Parmi bien d’autres, on garde en mémoire celui qui avait salué le lancer de chaussures par un journaliste irakien contre l’ex-président Georges W. Bush, le 14 décembre 2008, lors d’une conférence de presse à Bagdad : « Attentat à la chaussure en Irak : À bas…Bush » (1). Cette équation de sons donnée pour une équation de sens, établissant une relation – la plus improbable pourtant qui soit - entre le patronyme de « Bush », la chaussure orientale « babouche » et le cri de proscription «  À bas  », suscite l’hilarité, comme si l’agression était inscrite depuis toujours dans les mots au point de gouverner l’ordre des choses.

L’affaire de DSK, accusé d’agression sexuelle envers une femme de chambre dans un hôtel de New-York, ne pouvait qu’émoustiller Le Canard Enchaîné et il se s’est pas privé de se livrer à son sport favori. Deux jeux de mots sur DSK sont en manchette cette semaine (2). Mais d’où vient qu’au lieu de se décrocher la mâchoire comme avec Bush, on ne desserre pas cette fois des dents ?
 
Premier jeu de mots 
 
Le premier, inscrit dans les deux vignettes qui encadrent traditionnellement le titre de l’hebdomadaire, est le suivant : « Hors compétition : au festival de Strauss-Kahn… « Le journal d’une femme de chambre ». 
 
Sans doute l’actualité du mois de mai se prête-t-elle par le son identique de leur nom (Kahn/Cannes) à l’identification de l’homme politique au célèbre festival cinématographique en cours de déroulement, et leur ressemblance peut-elle se fonder sur une parenté entre l’agression supposée d’une femme de chambre par un grand-bourgeois et le titre d’un film de Bunuel, paru en 1964, qui stigmatise les turpitudes de la bourgeoisie dans ses relations envers ses domestiques.
 
Mais ces rapprochements n’apparaissent-ils pas outrés et même laborieux ? Le sens qui d’habitude dans le jeu de mots se laisse allègrement conduire par le son, pour ouvrir sur des imbrications inédites entre les choses et les êtres, ne résiste-il pas à l’épreuve de force que fait subir aux mots l’hebdomadaire ?
 
Un rapprochement peut-il être effectué entre la tragédie que vivent DSK et sa victime supposée, et son contraire qu’est un festival cinématographique, symbole de fiction et de fête ? On les sent au contraire s’opposer irréductiblement à tout mélange comme l’eau et l’huile. Même si le sort d’une femme de chambre qui est en jeu dans les deux cas, peut les réunir, leur association ne prête pas à sourire.
 
Une raison majeure l’explique : la justice qui vient d’être saisie n’a pas encore tranché, les faits allégués ne sont pas encore établis. Sourire à cette identification incongrue reviendrait à admettre implicitement qu’ils le sont : condamné avant l’heure, DSK ne serait alors jamais qu’un émule des bourgeois sordides qui traitent leurs domestiques comme des esclaves. Pour le coup, le Canard Enchaîné va, si on ose dire, trop vite en besogne, et le jeu de mots se retourne contre lui : il devient gratuit et même malveillant.
 
Deuxième jeu de mots 
 
L’hebdomadaire satirique a-t-il plus de chance avec le second jeu de mots qui, en gros caractères, est placé par tradition en manchette sous son titre ? « Les amis de Dominique Strauss-Kahn se lamentent, lit-on  : « Érection, piège à cons ! »
 
Le slogan des « révolutionnaires » qui par principe se défient des élections, est ici parodié : « Élections, piège à cons !  » Il suffit d’une liquide - on parle du « l » et du « r » - pour glisser d’un paronyme à l’autre, d’ « élections » à « érection ». Et le sens figuré de « cons », synonyme argotique d’ « imbéciles », peut aussi laisser place au son sens propre – si on ose dire – du terme qui désigne en argot le sexe féminin. Ces téléscopages entre les deux lexiques électoral et sexuel créent une ambiguïté volontaire d’où il ressort en particulier que celui qui ne maîtrise pas son sexe en période électorale devient une proie facile.
 
Là encore, même la grossièreté du jeu de mots ne fait pas sourire. Sans doute, l’insinuation d’un « piège » dans lequel serait tombé DSK apparaît-elle. Mais, là encore, la tragédie vécue par DSK comme par la femme de chambre est trop présente. Sourire reviendrait cette fois à souscrire à l’hypothèse d’une machination qui n’est pas non plus prouvée, même si on ne saurait l'écarter.
 
On ne peut pas dire que le Canard Enchaîné ait été inspiré par ses deux jeux de mots laborieux sur l’affaire de DSK. L’incertitude des faits allégués et la tragédie vécue par les deux intéressés, tant que le tribunal ne s’est pas prononcé, retiennent le sourire que cherchent à provoquer ces jeux de mots. Ceux-ci en deviennent même indécents. Pour une fois, si Le Canard fait sourire, c’est à ses dépens. Paul Villach 
 
(1) Paul Villach, « Ces chaussures lancées à la figure de Bush : un beau jeu de mots du Canard en hommage », AgoraVox 22 décembre 2008.
(2) Le Canard Enchaîné, n° 4725, 18 mai 2011.


118 réactions


  • LE CHAT LE CHAT 20 mai 2011 10:45

    Erection ,piège à cons !
    Bravo au Canard d’avoir détourné opportunément ce slogan , je ne suis pas d’accord avec l’auteur , faut vraiment être con pour se mettre dans un telle situation quand on est l’un des personnages les plus puissants au monde !!! on attend d’un tel dirigeant soit disant si brillant qu’il pense autrement qu’avec sa bite !


    • spartacus1 spartacus1 20 mai 2011 12:08

      C’est rare que je sois d’accord avec vous gros matou. Mais cette fois, oui.

      Je ne sais plus qui a dit : « on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui ». Villach nous fait une brillante démonstration de la véracité de cet adage.


    • LE CHAT LE CHAT 20 mai 2011 12:43

      @spartacus

      au delà des opinions que nous pouvons avoir , il faut savoir avant tout garder le sens de l’humour , en tant que simples commentateurs , nous ne sommes pas encore muselés par l’infâme political correct ! vive le parti d’en rire !  smiley


    • mojique mojique 20 mai 2011 20:29

      S’il est malade, il ne pense plus quand il est en crise.


    • velosolex velosolex 21 mai 2011 02:05

      Pour récolter 60 messages de sympathie, sur un message aussi désolant, force est de se demander, si ce n’est pas la même personne, employant 60 identifiants.
      Ou les 40 voleurs d’Ali Baba, mais ils ne seraient pas assez
      Ou 60 agents de la CIA
      Ou les 60 chatons d’une même portée


    • Emmanuel Aguéra LeManu 20 mai 2011 14:07

      « Pour une fois, si Le Canard fait sourire, c’est à ses dépens ». Paul Villach

      La paille et la poutre...


    • sisyphe sisyphe 20 mai 2011 15:20

      Par Perseús (xxx.xxx.xxx.248) 20 mai 10:47


      A toutes fins utiles et malgré la paralysie permanente des zygomatiques de l’auteur, rappelons que le Canard est un journal satirique .


      A ne pas confondre, en l’occurence, avec un journal satyrique ! 

       smiley


  • cyprienne cyprienne 20 mai 2011 10:51

    DSK est bien plus drôle en effet.

    Selon le Point, juste avant d’être arrête dans l’avion d’AF qui devait le ramener à Paris il avait gratifié une hôtesse de l’air de ce compliment :

    « Quel beau cul ! »

    http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/michel-colomes/exclusif-les-derniers-mots-de-dsk-avant-son-arrestation-19-05-2011-1332681_55.php


  • girard444 20 mai 2011 10:52

    Bof, commentaire plutôt nul, très orienté. Ce jeu de mots vous fait réprober. Très bien. Allez vivre dans un pays à censure plutôt que jouer au pisse-vinaigre.


  • Yvance77 20 mai 2011 10:58

    Salut,

    Comment pouvez-vous dans votre vie d’homme en arriver au point ou vous ne comprenez même plus la satire.

    M’est avis qu’un soupçon de repos vous irez bien.

    A peluche


  • Gabriel Gabriel 20 mai 2011 10:59

    La dérision est l’art de remettre la vie sur ses rails Monsieur Villach. Seriez vous de ceux qui,  bourrés de principes, passe leur temps a parler morale et donner leçons ? Le canard enchaîné fait parti de ses rares média libres qu’il faut choyer car au train où font les choses, même les banalités dont vous faites usages seront bientôt censurées.  


    • Durand 20 mai 2011 16:52

      girard444 et vous, Gabriel, j’approuve vos appréciations concernant P. Willach.

      Ce « donneur de leçons » tirant sur tout ce qui bouge" mérite qu’à mon tour je lui rappelle l’une de ses erreurs monumentales liée à la foule de commentaires qu’il fit de l’Affaire des Irlandais de Vincennes suivie de celle des Ecoutes de l’Elysée.

      Pour s’en convaincre, il y a lieu de prendre connaissance de l’implacable réquisitoire contre ignominie, propagande et imposture visible en allant sur Google et en tapant Le Gendarme Durand dénonce.

      Un peu d’humilité chez P. W., un peu moins de fiel dans son encrier, et sa prose deviendrait plus digeste, peut-être même crédible si ses critiques finissaient par devenir positives.


  • jluc 20 mai 2011 11:09

    A force de faire des jeux de mots on finit par se méprendre sur leur sens. C’est ce qui s’est passé, pour DSK.
    DSK : Le petit déjeuner ?
    FdChambre : Compris !
    DSK : Je prends tout de suite !


  • Krokodilo Krokodilo 20 mai 2011 11:11

    Relax, ou keep cool and take it easy, comme ils disent là-bas. Déjà le dessin de Lefred-Thouron sur le voile islamique avait déclenché vos foudres. Un titre dans un journal satirique n’est ni l’édito, ni le jugement.Ce titre n’est nullement en faveur du complot, je le vois même plutôt contre DSK, qui se serait piégé lui-même à cause de son érection, c’est-à-dire que sa tendance harceleuse, laquelle semble corroborée, a foutu en l’air son élection.


  • cevennevive cevennevive 20 mai 2011 11:17

    Bonjour Monsieur Villach,

    Vous « coupez les cheveux en quatre » il me semble... Je trouve, moi qui suis née la même année que vous, que ces titres sont plutôt rigolos.

    Qu’avez-vous pensé alors lorsque paraissaient Hara Kiri ou l’Echo des Savanes ? C’était pourtant notre jeunesse estudiantine non ? Et les titres étaient autrement outrageants !

    Le Canard Enchaîné est le seul désormais à pratiquer une telle satyre de la société au grand jour. C’est rafraîchissant, sain et bénéfique à nos pauvres horizons obscurcis par des politiques irresponsables...

    Mais personnellement je vous pardonne car votre billet d’humeur provient simplement du fait de votre sympathie apparente pour ce pauvre DSK


    • cevennevive cevennevive 20 mai 2011 12:22

      Du fait de votre sympathie apparente pour ce pauvre DSK qui a bien cherché ce qui lui arrive ! 

      La fin de mon message a été « rogné » peut-être par ma maladresse, je ne sais pas. Mais cette fin manquait au message bien sûr !


    • sisyphe sisyphe 20 mai 2011 15:25

      Par cevennevive (xxx.xxx.xxx.25) 20 mai 11:17



      Le Canard Enchaîné est le seul désormais à pratiquer une telle satyre de la société 


      Aïe ! 

      Fâcheuse confusion.... 

      Nul doute que Monsieur Villach, va se jeter sur cette métonymie fatale ! 

       smiley


    • Jlenjo Jlenjo 20 mai 2011 15:48

      couper les cheveux en quatre c’est souffrir de tetrapilectomie. Umberto Ecco pense que c’est tout un art. En tout cas, ce billet est un peu tiré par les cheveux.


    • cevennevive cevennevive 20 mai 2011 15:56

      Oui sisyphe ! Pardon !

      Je n’avais pas remarqué ma faute ! Ce n’est qu’après votre commentaire que j’en ai pris conscience : peut-être ai-je été influencée par la situation ! Mais alors, j’aurais dû écrire « LE satyre de la société »...


    • slipenL’air 20 mai 2011 16:55


      on ne dit pas
      tiré par les cheveux
      mais capilotracté
       smiley


    • acmazin 21 mai 2011 08:17

      Tiré par les cheveux se dit « capillotracté » !
      Les articles bourrés de sémantique ne peuvent s’abaisser au langage populo !


    • acmazin 21 mai 2011 08:19

      Oups, pardon, Slipenfer, j’avais pas tout lu... priorité t’est faite !


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 mai 2011 08:33

      @ Jienjo


      Ca commence comme un coup de tonnerre et ca devient un coup de vent. C’est bien ça ?

      PJCA

  • Ariane Walter Ariane Walter 20 mai 2011 11:28

    J’adore ce titre !
    Bravo encore une fois, le Canard !


  • kiouty 20 mai 2011 11:38

    Et puis même si ce n’est pas de très bon gout, ça fait UN titre qui est un peu limite sur tous les autres, ça va quoi, pas de quoi faire un billet et encombrer encore plus la pléthore de billets à lire, ni de charger le canard, qui est le seul à faire un certain boulot dans l’ensemble de la presse française.

    Monsieur Villach, il vaut mieux parfois ne rien écrire que de chercher désespérément quelque chose à écrire.


  • Hermes Hermes 20 mai 2011 12:02

    Merci à Paul d’avoir attiré mon attention vers ce titre du canard qui m’a bien fait rire !


    • Hermes Hermes 24 mai 2011 10:31

      Ils auraient pu tittrer :
      DSK teste le DTS : la nouvelle monnaie internationale « Droit à Tirer Special »


  • zgrouik zgrouik 20 mai 2011 12:24

    Ayant pu apprécier à leur mesure vos autres interventions sur l’affaire de la suite 2806, je trouve ici plusieurs fois le terme « laborieux », et c’est aussi ce qu’on retiendra de votre article.
    ça sent le métier, et pour cause vu votre parcours. 
    Mais à trop décortiquer le sens, étaler l’analyse et exiger la perfection dans la saillie du Canard ; il vous reste les épluchures du fruit entre les doigts, et la tartine raisonneuse lourdement chargée vous retombe sur les pompes côté collant.

    La satire a ceci de particulier qu’elle n’attend pas le verdic pour sonner. Cet art, dont on attend pas qu’il soit majeur, n’est en tout cas un procédé de pisse-froid.
    Dans ce type de presse, ce n’est pas titre qui descend (ou défend) l’individu, c’est l’artice qui suit.
    Bien à vous,
    ZK


  • Jean-Pierre 20 mai 2011 12:27

    Le Canard fatigue,c’est le grand âge,c’est qu’il est vieux ;le Canard !Il est né autour de la guerre de 14-18 ! Il n’a pas renouvelé son stock de blagues,toujours égrillardes,d’un autre temps.Non,il ne fait plus rire,même Cabu,ce jeune homme,a perdu son humour,et pédale dans la choucroute.L’album de la comtesse ,ce n’est plus de notre temps.,.Et Hara-Kiri et Charlie ,de même,sont enterrés.


  • Spip Spip 20 mai 2011 12:46

    Décidément, l’humour et Mr Villach, ça fait deux !

    Que rajouter aux autres commentaires, sinon que, effectivement, « outré et laborieux » s’applique assez bien à son article...

    Pour moi, entre les jeux de mots assumés du Canard et les contorsions plus ou moins fielleuses des média, c’est vite choisi.


  • Jean Lannes Christopher Lings 20 mai 2011 13:13

    Comme avec le titre de VSD, vous allez chercher trop loin. Beaucoup trop loin. Sans doute ce que vous dites est vrai, mais ce qui est sûr c’est que les gens qui ont fait ce titre n’ont pas autant creusé jusqu’à l’étymologie des mots. C’était juste pour la blague, pour la parodie. Les lecteurs aussi, le perçoivent comme cela et ne vont pas chercher aussi loin.

    Cordialement.

    ____________
    > Le bréviaire des patriotes


    • L’Ankou 20 mai 2011 14:19

      Il faudra suggérer une variante de ça au canard, si DSK au mépris des rumeurs abondantes, fait état, dans sa plaidoirie, de sa fidélité conjugale : « Dominique : j’trousse qu’Anne »

      Ok, je sors...

      Bien à vous,
      L’Ankou


  • vasionensis 20 mai 2011 13:54

      Le Canard est effectivement un journal satirique, ce qui ne l’empêche pas d’être au fond très conformiste, comme en témoignent par exemple ses prises de position violentes vis-à-vis des révisionnistes. Et là, la satire fait place à la dénonciation.

      P.Villach pourrait donc bien lui pardonner la forme, puisque je ne pense pas qu’il renie le fond.
      

  • Walid Haïdar 20 mai 2011 13:55

    DSK avait pourtant un slogan de campagne qui a fait ses preuves :


    « J’la force tranquile »

  • Madoff Madoff 20 mai 2011 13:59

    Rectification pour votre titre :

    DSK quand « le Canard Enchaîné » ne ME fait pas sourire ...

    Voilà beaucoup mieux comme ça


  • Papybom Papybom 20 mai 2011 14:03

    Bonjour Monsieur Villach,

     

    A la lecture de votre article, je prends conscience que l’humour est un sujet sérieux. J’ai honte de mon article sur le PAF de DSK. Par chance pour ce site, vous avez la vigilance de l’expert du bon gout. Usez et abusez de votre notoriété, pour que mon torchon ne soit jamais publié.

    Bien cordialement.


  • spartacus le vrai pas l'autres !!! spartacus 20 mai 2011 14:22

    Par contre le « CANARD » est de plus en plus décevant, avant il se démarquait vraiment des autres torchonts, mais là quand je voit que sa rédaction est incapable de pondre un article concernant l’omerta criminelle sur La catastrophe planétaire de FUKUSHIMA, sa me « dé-becte » !!


  • Gonzague Gonzague 20 mai 2011 14:31

    Article époustouflant, fabuleux, prodigieux, etc, etc, etc


  • CAMBRONNE CAMBRONNE 20 mai 2011 14:32

    Salut Paul


    Vous en faites partie aussi ? Des inconditionnels de l’ex futur président de la république ?

    Vous ne trouvez pas qu’il y a assez de copains de parti , de religion , de coquinerie pour venir en plus leur prêter main forte .

    ils n’ont pas besoin de vous les Moscovivi , Badinter et cie . Je vous recommande Badinter ; hier soir il m’a fait presque vomir .Quelle suffisance affichée par ce donneur de leçon !! On se croirait plus de trente ans en arrière au procès du cher Patrick Henri 

    Alors oui pour une fois le Canard me fait rigoler ! Pas vous ?

    Je vais vous dire mon cher Paul : Il est possible que DSK soit innocenté dans cette affaire , pourquoi pas ....mais la réalité du personnage qui sort de partout , de la plume ou de la bouche de gens sérieux n’est pas ragoutante du tout .

    Vive la république , tant pis !

    • Paul Villach Paul Villach 20 mai 2011 15:12

      @ Cambronne,

      Oui, je conçois qu’il est, par ces temps de vents violents, difficile de cheminer sur une ligne de crête pour ne pas dévaler la pente ni d’un côté ni de l’autre.

      À l’heure où j’écris, personne ne sait ce qui s’est passé dans cette chambre de l’hôtel Sofitel !

      Il existe une version, celle de « la victime », accréditée par la police et le procureur. On ne connaît pas celle de « l’agresseur », vu la procédure très déconcertante de la justice américaine qui vous encadre un prévenu présumé innocent en veillant à alerter la meute des médias pour la photo à la sortie du commissariat. On voit le résultat sur le bon peuple.

      Si vous m’avez fait l’amitié depuis quelques années de lire quelques uns de mes articles, dont certains, si je me souviens bien, ont trouvé grâce à vos yeux, vous avez dû voir que je ne partage ni les idées ni les goûts de l’homme politique Strauss-Kahn.
      Je ne viens donc pas à son secours : il n’en a pas besoin.

      En revanche, j’essaie de défendre en pratique une théorie de l’information qui diffère de celle des meutes ou des troupeaux de moutons. Paul Villach 


    • CAMBRONNE CAMBRONNE 20 mai 2011 15:47

      RE salut mon cher Paul


      Vous avez raison et vous êtes courageux car vous saviez en écrivant votre article que vous alliez vous en ramasser plein la figure . Je ne peux que m’incliner devant vos propos qui recherchent la justice et l’équité .

      Il faut que ces choses là soient dites et vous le dites bien . Dont acte !

      Ceci n’empêche que le spectacle honteux donné par la gauche et les copains (plus juifs d’ailleurs que socialistes) de DSK m’insupporte très sérieusement .

      Badinter et Vals hier étaient odieux sur France 2 . Surtout Badinter ; le bienheureux de la gauche française , l’intouchable , le méprisant ! 

      Je le dis et le répète et je ne veux pas me laisser aller à un antisémitisme de mauvais aloi : Vous trouvez en soutien inconditionnel de DSK une quantité de juifs bien supérieure à la moyenne nationale . Un peu comme les noirs dans l’équipe de football (LOL).

      Vive la république quand même .

    • Paul Villach Paul Villach 20 mai 2011 16:49

      @ Rebonjour, cher Cambronne,

      1- Évidemment que je savais que j’allais prendre à rebrousse-poils les dévots du Canard Enchaîné ! Il le faut ! C’est marrant quand ce n’est pas gratuit ! il est pour nombre de matamores sans repères le marqueur de l’anticonformisme, de l’anarchisme et tutti quanti. C’est « le politiquement correct de l’anticonformisme ».
      L’ennui, c’est que depuis toujours, il y a à boire et à manger dans ce journal.
      Mais pour les « conformistes de l’anticonformisme », le Canard est devenu une vache sacrée. Avouez que la métamorphose est difficile à digérer !

      2- Pour ce qui est de l’intervention de Robert Badinter sur France 2, hier, je l’ai trouvée pertinente, au contraire
      - il a été courageux : il n’a pas lâché son ami. Il n’a pas dit comme quelqu’un autrefois par trois fois avant que le coq ne chante , « Je ne connais pas cet homme ».
      - Il l’a défendu dans les strictes limites du droit et dénoncé le lynchage abject de la sortie du commissariat qui est un usage américain ignominieux.

      3- Enfin, l’agression étonnante dont Badinter a fait l’objet de la part de Laurent Joffrin est intéressante.
      - Le directeur du Nouvel Obs lui a reproché de négliger le sort de « la victime », alors qu’il en avait fait état.
      - Ne faut-il pas y voir une application immédiate d’une directive donnée par le club « Terra Nova » qui, délaissant « les couches populaires » qui virent à l’exrême droite, recommande au Parti Socialiste de constituer une nouvelle coalition dont les femmes sont un des piliers ? Paul Villach


    • velosolex velosolex 21 mai 2011 00:56

      Ouai, j’ai été assez surpris de la démagogie de Joffrin. J’aurais pas du. Voilà déjà longtemps que ce carriériste au foulard rouge a déjà révélé son vrai visage. Ses attaques contre Badinter semblaient aussi sincères que celles d’un crémier vous affirmant que son fromages pourri est de première fraicheur.
      Mais bon, il hurle avec les loups et se fait le défenseur de la pauvre (supposée) victime,dans un pathos ressemblant à celui de Le Pen.
      « Et les femmes violées, et les victimes, vous les oubliez ? » Ou quelque chose du même bord.
      Beurk... Est-ce que les femmes sont dupes de sa démagogie adipeuse ?
      Beaucoup d’admiration pour M.Badinter dans son rôle de d’Artagnan face aux mousquetaires du roi, tentant de mettre un peu de raison, et de ramener les choses sur leurs rails, face aux postilloneurs déchainés.
      J’aimerais avoir un ami comme lui pour me défendre un jour en cas de coup dur.
      DSK aura tout connu, y compris l’indignité. Rare de passer de la gloire au caniveau en si peu de temps. Il n’y a guère que dans le mille et une nuits que l’on lit des histoires pareilles. Ou alors l’histoire de Job...J’ai pas vraiment l’impression qu’en ce moment il n’est tant d’amis que ça...Au vu des réactions des internautes déchainés, qui prennent pour argent comptant cette histoire hautement suspecte.
      Lecteur assidu du canard enchainé, je ne trouve pas non plus que leur gros titre soit ce qu’ils ont fait de mieux ( tout comme Plantu associant Le pen et Mélenchon dans le même salut nazi !) Si l’humour a sa place partout, elle s’ouvre évidemment à la critique aussi.
      Se révolter contre un dessin facile vous met dans le camp des coincés. C’est un peu facile.
      Moi je dirais simplement que c’est raté, foireux, minable.
      Le canard enchainé d’habitude tire au-dessus de la ceinture,, et surtout pas sur les ambulances.


  • Aldous Aldous 20 mai 2011 14:59

    Bravo le Canard !


  • Laratapinhata 20 mai 2011 15:13

    Si vous n’aimez pas le Canard, ne le lisez pas.


    • spartacus le vrai pas l'autres !!! spartacus 20 mai 2011 15:45

      j’apréciait bcp le canard il se démarquait, mais depuis peu, je le trouve de plus conformiste, ne parle plus de se qui dérange vraiment de se qu’on nous cahce réellement, juste un exemple FUKUSHIMA, ils ne dénonce rien par rapport l’omerta et ses conséquences !!!!
      « LE CANARD MUSELE »


    • spartacus le vrai pas l'autres !!! spartacus 20 mai 2011 15:46

      Je dirais même « LE CANARD LAQUET »


    • pierrot123 21 mai 2011 06:40

      On pourrait aller jusqu’à « Canard Laquais » (plutôt qu’un improbable « Laquet » ?)...
      Cela dit, « Vive le Canard », seul journal en France à vivre depuis 80 ans SANS AUCUNE PUB....


  • lloreen 20 mai 2011 15:15

    http://www.nydailynews.com/news/world/2011/05/18/2011-05-18_dominique_strausskahn_charged_with_sexually_assaulting_hotel_maid_i ntends_to_res.html
    Sinon, pour les élections, cette photo ira très bien aussi avec la mention
    Election, piège à con.
    Si vous n’en êtes pas convaincus, suivez le guide en haut de l’affiche.


  • picpic 20 mai 2011 15:56

    Votre titre aurait dut être :« Dsk : Quand le canard enchaîné ne ME fait pas sourire... »


  • Jlenjo Jlenjo 20 mai 2011 16:10

    en tout cas, DSK il est en canne


  • Georges Yang 20 mai 2011 16:14

    M . Villach, vous manquez d’humour, la derision est salutaire.
    Relisez Diogene de Sinope, rien n’est respectable, rien n’est tabou
    On peut rire de tout, sur n’importe qui et avec n’importe qui


  • TSS 20 mai 2011 17:03

    @l’auteur

    je vous remercie de m’avoir expliqué les jeux de mots du« canard » ,le lisant depuis 50 ans et

     prenant tout au 1er degré je vous remercie de m’avoir degagé la m...e des yeux !!

    entre nous,vous changerez avant qu’il ne change et c’est tant mieux... !!


  • franc 20 mai 2011 17:09

    je ne suis pas d’accord avec vous mr Villach lorsque vous fustigez ce jeu de mot mais je suis d’accord avec vous pour dire que le Canard est devenu conformiste et fait parti du système


  • wesson wesson 20 mai 2011 17:47

    Bonjour l’auteur,
    la différence entre le canard et vous-même, c’est que en plus de nous faire rire, le canard, lui, on le lit avec plaisir !


  • Vipère Vipère 20 mai 2011 17:57

    Bonjour à tous

    Dans le registre de la « connerie » et au premier degré, celle de Jean-François Khan qui déclarait, sur France Culture, le 16 mai au sujet de Dominique Strauss-Khan qu’il n’y avait pas « eu tentative violente de viol », juste « une imprudence, un troussage de domestique ».

    Les droits de l’homme, et plus précisémment celles des femmes, des salariées sont largement bafoués par des propos aussi ouvertement sexistes affichant un mépris à l’endroit des femmes de condition modeste.
     
    La condition des femmes à encore du chemain à faire, pour être respectées si les puissants de ce monde et les pseudo intellectuels, minimisent des faits de viol commis sur des catégories de salariées !




  • docdory docdory 20 mai 2011 18:16

    Cher Paul Villach

    Personnellement , quand j’ai vu le titre du « Canard enchaîné », j’ai éclaté de rire ! Evidemment vous pourriez me faire remarquer ( ce qui ne serait pas totalement faux ) que le sens de l’humour des médecins reste en général pendant toute leur vie du niveau des plaisanteries de salle de garde, et que l’humour du « Canard » est du même niveau. Mais je vous trouve très sévère vis-à-vis du « Canard » .
    Il faut remarquer que le « Canard » était soumis à une triple contrainte vis-à-vis de l’affaire Strauss-Kahn :
    - D’une part, personne n’aurait compris qu’il n’en fasse pas sa « une » ,
    - d’autre part, il ne pouvait pas faire un titre « sérieux » puisqu’il s’agit d’un journal satirique dont la vocation première est par conséquent de susciter l’hilarité de ses lecteurs, même si sa vocation annexe est d’être souvent souvent une source d’information valable.
    -enfin, il ne devait pas trop prendre position sur le fond, qui n’était pas encore connu dans son intégralité au moment ou le « Canard » était en cours d’impression, d’où l’ambiguïté du titre, que d’aileurs vous soulignez. ( A vrai dire , compte tenu des éléments qui sont maintenant apparus depuis le début de l’affaire, il devient extrêmement difficile de croire à l’innocence de DSK ... )
    Je crois que le titre du « Canard enchaîné » est bien plus profond que le laisse supposer sa paillardise apparente.
    En effet, le slogan « élections piège à cons » ( déformé par le « Canard » en « érection piège à cons » ) est un des trépieds idéologiques de mai 68, avec les slogans « il est interdit d’interdire » et « jouissez sans entraves ».
    Ce trépied idéologique est celui de la gauche bobo post soixante-huitarde dont des gens comme DSK et Cohn Bendit sont les leaders emblématiques.
    Au fond, qu’a fait DSK ? Il s’est approprié et appliqué à lui même les deux derniers slogans de mai 68. « Il est interdit d’interdire » est simplement devenu « je m’interdis de m’interdire », et « jouissez sans entrave » est devenu une sorte d’ injonction morale moderne « je dois jouir sans entrave » . Or, la seule entrave à la jouissance de DSK est l’absence de désir de jouissance de la personne de sexe féminin qui est en sa présence, qui, cette fois-ci ( parce qu’il semblerait y en avoir eu d’autres ) était cette femme de chambre. Autrement dit, cette entrave que n’a pas supporté DSK, c’est la liberté de cette femme.
    Il y a longtemps, Michel Jobert, Ministre des affaires étrangères à qui l’on demandait « que reste t-il de la politique arabe de la France ? » répondait « Barbès Rochechouart » !
     Dans le même ordre d’idées, à la question « que reste t-il de mai 68 ? » , on peut maintenant répondre « l’affaire DSK » ! ( et, accessoirement « entre les murs » ) . 
    Cette affaire DSK, et le soutien qu’il a massivement reçu de son parti, symbolise la faillite idéologique d’une génération pour laquelle la lutte contre l’ordre moral s’est transformé en complaisance excessive pour le désordre immoral.
    Le titre du « Canard », en détournant un des slogans-phares de mai 68, n’est il pas l’illustration subtile de cet effondrement idéologique d’une certaine gauche ?

    • Paul Villach Paul Villach 20 mai 2011 19:10

      @ Cher Docdory

      Je partage volontiers votre analyse, mais en dehors du contexte de l’affaire DSK

      Pour sourire aux jeux de mots du Canard, il faut acquiescer aux deux versions de cette affaire :
      - ou DSK est coupable
      - ou il est victime d’un piège.

      Or, selon vous, "compte tenu des éléments qui sont maintenant apparus depuis le début de l’affaire, il devient extrêmement difficile de croire à l’innocence de DSK".
      Votre opinion est donc faite. Et je comprends que vous souriez au jeu de mots.

      Ma conviction au contraire est qu’on n’est pas au bout des découvertes, dans un pays qui n’a pas été encore capable à ce jour de présenter une version incontestable de l’assassinat du président Kennedy, il y a près de 48 ans.

      Je ne peux me prononcer - comme ce devrait être le cas de chacun - ni pour la culpabilité ni pour la machination. On en reste au stade des hypothèses. Pis, les arguments qui plaident en faveur de la culpabilité peuvent être retournés en faveur de la machination.

      Donc prudence. C’est la raison pour laquelle les jeux de mots du Canard ne mon font pas sourire : le journal joue sur les deux tableaux, la culpabilité acquise dans le premier, le piège possible dans le second. Paul Villach

       


    • CAMBRONNE CAMBRONNE 20 mai 2011 19:11

      Salut Docdory


      Cent pour cent d’accord avec vous .

      Cdt

    • Annie 20 mai 2011 21:32

      Effectivement le Canard devrait prendre parti. Après tout, c’est que font les journaux et les journalistes, n’est-ce pas ?


    • papi 20 mai 2011 22:16

      @ doctory

      Oui , nous commençons à savoir que vous posez en médecin , vous nous le rappelez à chaque com !! médecin ou pas votre avis ne vaut que l’attention qu’on lui porte..
      S’ériger en maitre de conscience en s’appuyant sur une profession supposée n’a aucune portée sur AV, quiconque peut faire prévaloir son opinion , petit , pauvre , analphabète,immigré , français
      ou étranger, ici personne n’est quelqu’un , il est un simple commentaire, seul le droit à la parole suffit , sans étiquette ni diplômes..Alors docteur en salle d’attente comme tout le monde ..


    • docdory docdory 21 mai 2011 00:06

      @ Paul Villach

      J’entends vos arguments.
      Mais examinons l’hypothèse d’une machination.
      Qui peut avoir un intérêt à une telle machination ?
      - Première hypothèse : cette machination est liée à son activité à la tête du FMI, donc des conspirateurs ( banquiers, rivaux, financiers , que sais-je ? ) essiant de trouver un moyen de l’en faire éjecter . Mais il existe une objection majeure : tout le monde était certain qu’il allait se présenter aux élections françaises, il suffisait donc d’attendre un mois ou deux, et il s’évinçait lui même du FMI, inutile donc de monter une pareille machination.
      - Deuxième hypothèse : cette machination est liée aux futures présidentielles françaises. Dans ce cas , seuls deux personnes peuvent vouloir souhaiter son élimination : Sarkozy lui-même, ou un des rivaux de Strauss Kahn aux primaires du PS ( Hollande, Aubry ou Ségolène Royal )
      Quelle que soit l’opinion que j’ai de Sarkozy, je ne le crois pas capable de monter un coup pareil : il faudrait qu’il paie de sa poche un organisateur, lequel devrait payer des enquêteurs pour tout savoir sur tous les déplacements prévisibles de DSK, qui soudoierait une femme de chambre pour qu’elle fasse semblant d’être violée au moment où DSK serait au Sofitel, et qui, comme par hasard , aurait reçu la consigne de son patron pour faire le ménage à cet instant précis ? Ou alors il ferait faire le coup par les services secrets ? Je ne pense pas que le patron de ceux-ci accepterait de se lancer dans une pareille magouille, même sur ordre présidentiel ...
      François Hollande ne ferait pas de mal à une mouche, Aubry soutenait la candidature DSK, donc pourquoi s’en débarrasser, et S. Royal n’a pas l’envergure pour monter un pareil complot
      -Troisième hypothèse : un riche américain cocufié par DSK décide de lui tendre un piège pour se venger de l’avoir fait cocu ? Ce serait une bien coûteuse vengeance, avec un trop grand risque d’être découvert !
      - Quatrième hypothèse : que la femme de chambre ait prétendue être violée pour toucher un maximum de dommages-intérêts au cours du procès . Bof, trop risqué ( au moins 15 ans de taule si elle est découverte ), et dans ce cas, ça faisait 3 ans qu’elle bossait dans cet hôtel, elle aurait pu faire le coup à n’importe quel nabab dans une suite à $ 3000 la nuit, pourquoi attendre si longtemps ?
      Si l’on applique le principe du rasoir d’Occam, toutes ces hypothèses sont bien plus compliquées que les déclarations de la femme de ménage.
      Par ailleurs , toutes les informations qui ressortent sur DSK depuis le début de l’affaire montrent qu’il semble avoir des difficultés à se contrôler sur le plan libidinal, donc les dires de la femme de chambre semblent cohérents avec ce que l’on commence à savoir du personnage. ( et encore, la presse britannique ( en particulier le journal en principe sérieux le « times » ) apprend ces jours-ci à ses lecteurs des choses sur DSK que la presse française se garde bien de répéter.
      Pour toutes ces raisons, je ne crois guère à la thèse du complot.

    • docdory docdory 21 mai 2011 00:12

      @ Papi

      Je vous ferais remarquer que vous exposez à chaque commentaire votre titre de grand-père. Quelqu’un vous a t-il déjà critiqué à ce sujet ?

    • velosolex velosolex 21 mai 2011 02:28

      Il y a quelque chose qui ne colle dans cette affaire, au niveau psychologique.
      Bon je sais, ce mot devient un peu obscène en ce moment.
      Néanmoins, je développe mon idée, me contentant de l’accueil favorable de quelques internautes, et n’attendant que des banderilles plantées dans mon flanc.*
      " ouah, le défenseur du violeur. L’affreux DSK, l’homme à la Jaguar. Cette fois, les ricains vont le niquer !...
      Bon ils vont le pousser dans le vide, au volant de sa bagnole FMI.
      Pas sûr malheureusement qu’on ai le temps de sauter !
      Bon, je m égare encore.
      Le truc qui ne colle pas, comme je l’ai dit dans une autre intervention il n’y a pas cinq minutes, c’est le profil psychologique. Au niveau criminel, c’est assez invraisemblable. Un séducteur et un violeur ne sont pas construits sur le même substrat. Le séducteur, comme DSK l’est, et comme beaucoup de témoignages l’ont attesté, est un homme qui cherche le consentement de l’autre, à plaire, par le jeu des avances et des négociations.
      C’est la raison pour laquelle la politique lui plait.
      Son plaisir sera dans l’assentiment de l’autre, son abandon. Sans même qu’il n’est besoin d’ailleurs de toujours consommer. Il tient simplement à vérifier sa valeur, son aura.
      Surtout pas écraser. Alors ça en serait fini de sa satisfaction. Et de son propre narcissisme Son plaisir est dans la conquête.
      La psychologie du violeur se déroule aux antipodes. Il écrase, il domine, il bafoue. Tout son plaisir est dans la négation de l’autre, son asservissement. Il va chercher à humilier, même à tuer, ultime jouissance de puissance brute.
      C’est le noir et le blanc, le jour et la nuit.
      Mais au pays des apparences
      A ton besoin de s’emmerder avec de telles nuances ?


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 mai 2011 08:26

      Forcer a une fellation est se mettre dans une position bien vulnérable…. je ne m’imagine pas DSK courir ce risque. Il n’ a pas assez loin de la coupe aux levres….


      PJCA

    • Francis, agnotologue JL 21 mai 2011 08:38

      « Forcer a une fellation est se mettre dans une position bien vulnérable » (PJCA)

      De fait, comme disait si bien Régis Maillot chroniqueur au « Fou du roi » (France Inter) : une fellation inverse le rapport de force.

      Mais de la part d’un individu porté sur les jeux sados masos, une telle prise de risque n’est pas exclue : quel pied ! ou bien on se fait très mal, ou bien on fait très mal, puisque si la victime ne profite pas du rapport de force en sa faveur, elle est doublement soumise !

      PJCA, je vous ai fait une réponse circonstanciée sur un autre fil, là : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/dsk-libere-le-frere-de-l-94381#forum2924508 


    • Francis, agnotologue JL 21 mai 2011 08:40

      Par ailleurs, s’il était avéré qu’une accusation de fellation forcée était invraisemblable, ça se saurait, y compris de la part des complotistes de cette envergure supposés


    • Paul Villach Paul Villach 21 mai 2011 10:28

      @ Cher Docdory

      J’entends bien vos arguments qui vous font rejeter la thèse de la machination et opter pour celle de la culpabilité de DSK.

      L’ennui, c’est que vous vous fondez pour l’heure où nous écrivons sur la version de l’accusation.
      Le principe du contradictoire exige qu’on entende la défense qui, malheureusement, selon la procédure judiciaire américaine, n’a pas voix au chapitre en son tout début.

      Je ne penche ni pour l’une ni pour l’autre thèse : j’observe seulement qu’elles ont chacun des arguments.
      Il est étonnant, en tout cas de conclure à la culpabilité de l’agression sexuelle, au vu du contexte qui définit DSK comme un obsédé sexuel. Paul Villach


    • Francis, agnotologue JL 21 mai 2011 15:27

      « Le principe du contradictoire exige qu’on entende la défense qui, malheureusement, selon la procédure judiciaire américaine, n’a pas voix au chapitre en son tout début. Je ne penche ni pour l’une ni pour l’autre thèse : j’observe seulement qu’elles ont chacun des arguments. » (Villach)

      Paul Villach qui dit ne pas connaitre la thèse de la défense , observe qu’elle a des arguments !!!

      De fait, si j’ai bien compris la procédure, c’est une sorte de poker : l’accusation délivre sa version et les preuves sont gardées secrètes. La défense élabore une version qui d’une part doit coller aussi près que possible aux preuves qu’elle suppose détenues par la partie adverse, d’autre part, doit donner le beau rôle à l’accusé. Une sorte de fil raide avec un danger de chaque coté. De plus, elle peut apporter de nouveau éléments qui discréditent l’accusation aussi bien que l’accusateur.

      La version qui sera retenue sera celle qui colle aux ptreuves.

      Deux cas peuvent se présenter : L’une est invalidée, l’autre est reconnue ; ou bien aucune des deux ne l’emporte sur l’autre. Si l’accusation est invalidée, alors la situation se retourne.

      Si l’accusé est déclaré coupable il sera puni selon les faits qui lui sont reprochés dans la version de l’accusation. Dans le cas contraire, si sa version ne peut être invalidée, il bénéficera du doute, et éventuellement condamné à la peine qui correspond à sa version des faits à lui.

      On le voit, s’il met la barre trop bas, il risque gros. S’il est conduit par des preuves accablantes à la mettre trop haut, alors il a plutôt intérêt à plaider coupable. C’est très libéral, une sorte d’enchères.


    • Eponymus Eponymus 22 mai 2011 17:31

      @ Paul Villach

      L’argument que la défense n’a pas voix au chapitre dans cette affaire est plus que ridicule et je vous explique pourquoi :

      D’accord avec vous que pour l’instant, dans la défense devant le grand jury, DSK et ses avocats n’ont pas pu s’exprimer. Qu’il était également prématuré de le faire dans le cadre du jugement sur la liberté provisoire sans avoir du tout eu accès au dossier.

      Sauf qu’aujourd’hui, DSK est libéré depuis vendredi. Les avocats s’ils n’ont pas eu accès au dossier peuvent disposer de la version de DSK dans son intégralité. DSK sdachant ce qui s’est passé dans cette suite peut tout à fait s’exprimer au monde entier par le biais de ses conseils. De fait dans sa lettre au FMI, il s’exprime sur ce point en disant qu’il est innocent. Point barre. Sa ligne de défense globale nous l’avons.

      Bien entendu, on attends toujours une ligne de défense détaillée. Elle ne vient toujours pas. Pourquoi ?

      En fait, les élus socialistes, les commentateurs, à peu près tout le monde, ne sont absolument pas curieux de savoir ce que DSK et ses avocats vont dire véritablement. La seule et unique chose que tout le monde attend, c’est de savoir si il y a des traces ADN sous les ongles de la plaignate, sur la moquette,dans d’autres endroits significants pour l’accusation. Re point barre.

      Dans ce cas, la ligne de défense passera de « je nie tout ce qu’il m’est reproché » à a. « je nie toujours tout en bloc » (mais dans ce cas, est-ce que ce serat ne serait-ce que vaguement vraisemblable). b. « rapports consentis » c. plaider coupable sur des chefs d’accusation minorés afin d’éviter une trop longue peine de prison et la possibilité d’effectuer sa peine en France dans un carré VIP (avec une libération pour bonne conduite la plus rapide possible).

      La seule raison pourquoi nous n’avons pas entendu la ligne de défense, c’est que lui comme beaucoup d’autres attendent de savoir quels sont les éléments de preuve que l’accusation possède avant d’émettre la moindre ligne de défense autre que générale (« mon client sera acquité » - « cette affaire est très défendable », etc.)

      Entre vous et moi, si DSK et ses avocats savaient que c’était un montage complet sans preuve possible, ils ne se seraient pas génés pour le proclamer à la terre entière. Ils en auraient strictement le droit. Et ses avocats le devoir afin de sauvegarder son honneur par rapport aux images véhiculées jusqu’ici.

       


  • Germain de Colandon Germain de Colandon 20 mai 2011 18:22

    A l’auteur de l’article que nous remercions de nous avoir éclairé sur les jeux de mots du « Canard » : « Abas Bush ! » (Babouche)
     et « érection » pour « élection »

    Nous n’aurions jamais trouvé ! Il est vrai que nous en sommes restés à nos petites études H E C : Hautes Etudes Communales....

    Et l’article de notre Jack Lang de Vipeyre, vous en pensez coâ ?

    http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-dsk-73987459.html


  • Taverne Taverne 20 mai 2011 18:28

    « Érection, piège à cons ! » mais c’est drôle ! Détendez-vous, c’est vendredi. smiley

    Jeu de main, jeu de vilain.
    Mais jeu de mot, bah ! « Il n’y a pas mort d’homme »


    • Taverne Taverne 20 mai 2011 18:59

      Ou alors un nom qui serait un compromis entre Dominique Strauss Kahn et Clémentine Autain : Dominique Autine, ça ferait un tabac, non ?


  • Marco07 20 mai 2011 20:45

    Moi ça m’a fait rire...

    Ce qui me fait nettement mois rire c’est le rôle du FMI (joué par DSK il y a peu) qui participe activement au pillage des pays ciblés.


    Complot ou pas, il est loin d’être blanc...
    On peut s’amuser à détailler le nombre de chômeurs ou de personnes qui ont du mal à joindre les 2 bouts à cause de lui (même si il n’est pas 100% responsable, il a accepté de participer, pour 300-400k€ annuels et 60k€ de retraite) ou pire (cf pays du tiers mode « aidés » par le FMI).
    Pour un type du PS, un seul mot qui me vient à l’esprit : « traître »
    (pourtant je n’ai toujours pas choisi de camp)

  • Rosemarie Fanfan1204 20 mai 2011 21:29

    Le Canard est le seul journal totalement indépendant (pas de publicité, pas de dépendance d’un avionneur quelconque) et très bien informé.
    Sa marque de fabrique est la satire et les jeux de mots.
    Si un jour il disparaissait, ce serait inquiétant pour la liberté de parole.
    Moi je l’ai acheté, comme toutes les semaines et ce jeu mot m’a bien amusé.
    Les dessinateurs du journal ont un humour fantastique, des petits bijoux.

    bonne soirée


  • BA 20 mai 2011 21:35
    19h00.

    La libération de DSK retardée. L’hôtel Bristol Plaza de Manhattan n’accueillera pas DSK. Les copropriétaires de l’immeuble voisin, qui partagent la piscine et les prestations avec l’établissement de luxe, se seraient opposés à l’arrivée de DSK, selon les informations recueillies auprès de la direction par l’envoyé spécial d’Europe 1 à New York, Emmanuel Renard (@manurenard sur Twitter). 

    Anne Sinclair recherche visiblement des prestations dignes d’un hôtel 5 étoiles avec piscine et personnel de service. Une locataire a expliqué qu’elle payait 11.000 dollars par mois pour une simple chambre au Bristol Plaza.

    Cela risque de retarder la sortie de prison de DSK car après avoir trouvé le logement, il faudra l’équiper en vidéosurveillance et le faire valider par le juge.


    • Christoff_M Christoff_M 21 mai 2011 01:37

      et les français y se réveillent quand au lieu de regardez et d’appeler à soutenir ce qui se passe ailleurs !! encore un bon moyen de neutraliser et d’occuper des gens qui feraient mieux de s’occuper de leur pays entre des mains indélicates et rapaces !!


  • johnford johnford 20 mai 2011 22:11

    agoravox finit par ressembler à tf1, avec son lot d’articles sur dsk métant en doute sa culpabilité alors que le passé du bestiau ne laisse place à aucune doute..
    De la même façon qu’à la tv les affaires importantes (graves même) du pays sont occultées.


    • logan 20 mai 2011 22:34

      Bilan de DSK au FMI :
      Pillage de la Grèce de l’Irlande et du Portugal pour le compte des banques.
      Une érection mal controlée aura mis fin à sa carrière.


  • JacquesLaMauragne JacquesLaMauragne 20 mai 2011 23:24
    Bof.....
    Vous prêtez bien des vertus, ou plutôt des...vices, à ces titres du Canard !
    Je le lis avec assiduité et avidité depuis près de quarante ans et, franchement, il n’y a pas de deuxième degré ou de troisième ou de quatrième à trouver dans les titres du Canard.

    Et, si tant est que vous ayez raison sur le fond à propos de ces deux titres, ils n’atteignent en rien la...médiocrité (pour être gentil, certaines ont même parlé d’abjection)), des commentaires qui nous sont jetés en pâture depuis les rangs de la gauche comme de ceux de la droite.

    Pour ma part, si je n’ai pas éclaté de rire à la lecture de ces deux titres-là, , j’en ai quand même souri.
    Et c’est tout ce qui m’importe lorsque je découvre à domicile la Une de mon hebdomadaire préféré.

    jf.



    • epapel epapel 21 mai 2011 11:11

      Ben oui, que peut-on attendre d’autre d’un journal satirique que la satire ?

      Le canard enchaîné est un habitué des jeux de mots faciles et percutants et on a vraiment l’impression que Paul Villach sort d’une longue hibernation.


  • Marc Viot Marc Viot 20 mai 2011 23:55

    Vous voulez rire un peu : Cliquez pour la vidéo hilarante des médias anglais sur cette affaire


  • Christoff_M Christoff_M 21 mai 2011 01:16

    Attention critiquer un journal supposé de gauche et satirique...

    Ca ne se fait pas au pays de la pensée unique ou chaque chose doit rester à sa place...

    Et bien sur on doit rire de jeu de mots proches de ceux de DSK quand il parle du cul d’une hôtesse !!

    Attention monsieur Villach vous avez pris des risques !! on ne s’attaque pas aux valeurs établies dans le pays des étiquettes !!


  • teddy-bear teddy-bear 21 mai 2011 01:23

    J’ai rarement vu si peu d’humour dans ce texte laborieux qui décortique le jeu de mot, comme si le lecteur était un lapin de 3 semaines.


  • pierrot123 21 mai 2011 07:01

    Pendant ce temps-là, une véritable mobilisation populaire , contre la maimise de la Finance sur le Pays, a lieu dans toute l’Espagne, avec occupation de la rue depuis plusieurs jours, sans qu’aucun média n’en parle....

    Il faut aller sur Radio Canada pour avoir des infos...Un comble !!!
    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/05/20/013-manifestations-espagne-madrid.shtml


  • djanel Le viking- djanel Le viking- 21 mai 2011 07:34

    A propos de l’érection qui serait un piège à cons, il y a comme un petit sophisme que Villach n’a daigné relever. En effet ce n’est pas l’érection qui est un piége à cons mais le con lui-même à moins que cela soit le contraire et dans ce cas l’érection est un piège à connes.


  • Deneb Deneb 21 mai 2011 07:36

    Bonjour Paul
    Vu le score de cet article, il est clair que sur Agoravox, il vaut mieux ne pas attaquer le Canard, j’en ai fait l’expérience. Le Canard devient-il une vache sacrée ? J’y vois le debut de son déclin : en refusant de barboter sur le Net, il a peut-être bénéficié d’un sursaut de popularité chez les nombreux technophobes, mais aujourd’hui il se trouve en manque d’inspiration, se bornant à hurler avec les loups, à taper sur un homme à terre.
    Une vache sacrée au dessus des critiques ? Ce statut, contraire à sa vocation, qu’il ait toujours dénoncé chez les autres, lui pend au nez aujourd’hui. Mes condoléances à la France, le Canard est mort. Et j’ai vraiment de la peine.


Réagir