mardi 30 août 2016 - par Nicole Cheverney

Du degré de « pudeur » devant la loi républicaine et laïque

Conformément à la loi républicaine, code civil, le rôle du juriste laïc et républicain, n'aura pas à juger du degré invoqué de « pudeur » par les « wahhabites », il laissera cela à la moraline, cette suprême onction qu'affectionnent les « nazillons » qui s'affublent des choses sacrées. Il fut un temps où l'église catholique avant d'être retoquée par Vatican II excellait dans la pénétration liturgique du corps féminin pour dire ce qui devait ou ne devait pas être commis comme péché « mortel » par la femme en général. Mais là où nous avons évolué, d'autres régressent et viennent nous expliquer, pénétration dogmatique à l'appui ce que femme doit ou ne doit pas faire, avec le plus grand sérieux, la plus grande arrogance et l'espoir non dissimulé d'élargir le spectre pénétrant à toute la gente féminine française, toutes ethnies confondues, lorsque Dar Al Arb, sera devenue Dar Al Islam, selon leurs vœux pieux et selon le degré éprouvé de résistance du peuple français, des institutions et de nos hommes politiques pour peu qu'ils se débarrassent de leur réflexes démagogiques et électoralistes.

Ce n'est pas le rôle du juge non plus, de mesurer du degré hautement important et vital, de « pudeur » que le port d'un niqab ou d'un yélek, (voile turc) par une dame musulmane, que son mari décrétera et mesurera pour elle, afin de la contraindre à se couvrir entièrement, même par un 40 ° à l'ombre, dans le plus parfait je-m'en-foutisme de l'inconfort de ces tenues réchauffantes que traînent ces pauvres femmes exténuées. Exaltation visuelle théocratique de l'un, souffrance et soumission maritale de l'autre. Ce qu'éprouve un sectaire wahhabite pudibond quant aux choses de la chair féminine, le juge ne pourra en aucun cas interférer dans ces choses si privées et intimes. Le juge ne pourra non plus se prononcer sur le degré de choc émotionnel intense d'un « wahhabite » devant un corps de femme en maillot de bain classique, à l'européenne ! Dans ses « attendus », lorsqu'il rendra son arrêt, le juge n'aura pas vocation à mesurer le degré d'épouvante dudit « wahhabite », devant le corps dénudé de sa femme ou de sa fille, ou un membre féminin de sa famille qui refuse de se « vêtir » à la coranique, niqab ou autre voile couvrant, pratiqué dans les monarchies du golfe pour les femmes du peuple, s'entend, les autres, celles de l'oligarchie autorisées à se prélasser dans des maillots chics et chocs, sur les plages marocaines, états-uniennes ou côte-d'azuréennes, piscines et palaces. Car les mochetés incommodantes sont réservées avant tout à la plèbe. Il en est ainsi dans toutes les civilisations. Et c'est sur cette germination d'idées simplistes que la plèbe se plie à toutes les turpitudes et les servitudes volontaires, ou pas. Et que le totalitarisme fait son lit.

Mais que le « salafiste » tienne comme mission sacrée de ramener en place publique, pour exposer à la face du monde que son modèle sociétal, religieux, économico-politique, eh bien ! Il est le meilleur ! Et que chacun devra s'y conformer : l'Etat, la République et la population, alors là, au nom de la république laïque, le rôle du juge sera conforme à la constitution s'il applique à la règle la loi en la matière. Celle de la laïcité !

Ce que n'ont pas l'air de se presser de faire, les plus hautes juridictions en France, plutôt laxistes en la matière, et la balance de la justice, semblant pencher du côté du fléau. Toujours selon les réflexes rancis électoralistes. Et ils sont légions !

Le rôle du juge se bornera donc à décréter, si oui, ou non, il y a bien « menace à l'ordre public » ! C'est entendu. Or, nous assistons au nom de cette pénétration dans l'intime, à l'externalisation de pratiques liberticides pour les femmes en général, qui n'oseront plus se dénuder partiellement pour aller nager à l'aise, lézarder, la peau en contact direct avec le soleil, bien enveloppées non pas de tissus couvrant, mais d'une crème contre les UV. Sans courir le risque d'être insultées, caillassées ou agressées.

Mais, devant cette liberté de se mouvoir dans le sable et l'eau, depuis presque un siècle à présent, et qui sont nos mœurs et nos coutumes, eh bien ! Une barrière désormais se dresse pour dissuader quiconque musulman ou non, de s'adonner aux joies des jeux de plage, des baignades et des multiples plaisirs que nous offrent la grande Bleue, dans une tenue adéquate pour nager, et faire bronzette : le maillot. Au nom de quoi ? De la « pudeur » ! Un mot qui sort directement de la rhétorique religieuse, pénétrante, obsédante, à connotation sexuelle, car sous-entendant : si la femme ne se couvre pas, elle attirera sur elle la concupiscence masculine. Les couvertes, d'un côté, les pures, et les autres, les « impures » découvertes. Régression, dis-je.

Or, sur les plages françaises coexistent des populations diverses, des ethnies mélangées, multi-ethniques, qui n'ont aucune envie de se soumettre à ces diktats et qui, comme à Sisco, réagiront comme elles l'entendront, à savoir, en montrant les poings, ou dans des affrontements divers et variés, avec blessés à l'appui.

Cela se multipliera. Et cela constitue un « trouble à l'ordre public », lorsque le « burkini », pour revenir à lui, devient l’emblème de cette pénétration dans l'espace public, d'un symbole de soumission politico-religieux, générateur de discorde sociale, de bagarres et d'affrontements à caractère ethniques, puisque affiché ostentatoirement, et avec parfois la gestuelle et mimique des porteuses qui savent très bien, pourquoi elles le portent, lorsqu'elle font du mercenariat, et les autres, les plus à plaindre, contraintes si elles veulent se baigner et qui appellent toute la compassion des femmes libres. Peut-on considérer, que la liberté de la femme, le concept d'égalité que nous garantissent la constitution française et les lois, ne sont pas à ce stade-là bafoués gravement ? Et menacés d'extinction ? Que les politiciens portent une responsabilité écrasante dans cette dérive communautariste ?

Le rôle du juge sera donc de déterminer, par son arrêt, le degré de désordre public, mais encore plus subjectivement le « risque » engendré par ces tenues multiplicatrices de provocations auprès du reste de la population. Ce qui inclura des désordres assurément à divers degrés de gravité. Parce que soit-dit en passant, les baigneuses et les baigneurs n'ont aucunement sur nos plages l'intention de s'en laisser compter davantage.

Oui, les maires incriminés qui, je le rappelle, sont aussi en charge de police et de justice sur leurs territoires communaux, ont fait uniquement leur travail de magistrats municipaux, en anticipant le risque. Ce que le code des Communes leur enjoint de faire selon la Loi. Et qu'ils ont très bien fait, par ailleurs. Et de cette façon, protègent et non discriminent les Musulmans, comme s'ingénient à le faire croire, les "wahhabites" et les suiveurs.

Alors, le Conseil d'Etat en rendant un arrêt pour le moins ambigu, même si force reste à la loi, n'est-il pas entrain de détricoter, à coup d'arrêt peut-être jurisprudentiel, tout ce que la république a accompli depuis la loi de 1905 ?

L'affaire du burkini qui fait débat est grave, et il dépasse de loin tous les clivages politiques, gauche comme droite, il fait plutôt consensus. Il y a aussi un autre aspect qui doit être évoqué, c'est le côté business de la ou des concepteurs de cet attirail, preuve encore est faite que le « takfirisme » fait très bon ménage avec « l'affairisme », faire feu de tout bois, exploiter la misère humaine, la bêtise profonde de la misogynie et la phallocratie érigée en code à penser, lorsque les règles sont anti-humanistes au possible et contraires à la dignité humaine de la femme.

Ceci n'est pas acceptable.



78 réactions


  • JL JL 30 août 2016 11:55

    Bonjour Nicole Cheverny ?


    beaucoup de périphrases dans cet article dont je ne saisis pas bien le sens.

    Vous dites : ’’ Le rôle du juge se bornera donc à décréter, si oui, ou non, il y a bien « menace à l’ordre public » ! ’’
     
     En l’occurrence, quelle est réellement la menace à l’ordre public ? Le port ici ou là d’un burkini ? 

     Bien entendu, ce n’est pas le vêtement qui constitue la menace, mais bel et bien le risque d’altercation que les ennemis du burkini se verront implicitement autorisés ou non selon la loi, à déclencher.
     
     Que l’on soit clair, il s’agit de charge de la preuve, de savoir qui est dans son bon droit : si le burkini est interdit, les agresseurs seront implicitement autorisés à déclencher des troubles à l’ordre public.
     
     En revanche, si le burkini n’est pas interdit, alors en cas de trouble à l’ordre public ce seront les agresseurs qui seront dans leur tort.

     
     On ne peut pas interdire tout ce qui nous choque : ne vouloir voir qu’une seule tête relève clairement du totalitarisme et du communautarisme.
     


    • leypanou 30 août 2016 12:15

      @JL
      En revanche, si le burkini n’est pas interdit, alors en cas de trouble à l’ordre public ce seront les agresseurs qui seront dans leur tort. : même si le burkini n’est pas interdit, on peut très bien évoquer un hypothétique trouble à l’ordre public, on peut même inciter en douce des personnes -et ce ne sont pas les candidates qui manquent- à le faire et le tour est joué.

      Je pense que vous savez à quoi je fais allusion.

      ne vouloir voir qu’une seule tête relève clairement du totalitarisme et du communautarisme. : ce que certaines personnes ne voient pas, c’est que le totalitarisme institutionnel ou d’état peut s’appliquer contre elles un jour et avec plus de moyens.


    • MagicBuster 30 août 2016 12:17

      @JL
      « ne vouloir voir qu’une seule tête relève clairement du totalitarisme et du communautarisme. »

      Quand un quartier est composé de 90% de musulmans c’est un quartier totalitaire.
      Ca se tient.

      Sans doute - C’est pour cela que tous les français fuient ces quartiers !!!


    • JL JL 30 août 2016 12:43

      Assez d’hyopocrisie : ce n’est pas en stigmatisant une communauté qu’on la fait partir !

       
      Que fait l’extrême droite contre l’immigration massive ? Rien, bien au contraire.

    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 août 2016 12:53

      @JL

      Bien entendu, ce n’est pas le vêtement qui constitue la menace, mais bel et bien le risque d’altercation que les ennemis du burkini se verront implicitement autorisés ou non selon la loi, à déclencher, dîtes-vous

      Vous anticipez de manière totalement subjective des intentions des opposants au burkini. Jusqu’à preuve du contraire, tous les médias, quels qu’ils soient nous témoignent d’altercations provoquées par des gens à l’encontre de nudistes ou de baigneurs, en maillot de bain qui ne demandaient qu’à être tranquilles sur les plages. Exemple, hier encore dans le bassin d’Arcachon, ou bien il y a quelques jours, une jeune femme agressée parce que se bronzant les seins nus.

      Donc, que ce soit de la part du juge ou des maires, il y a bien risque identifiable par récidive de « trouble à l’ordre public ». C’est donc normal qu’ils anticipent, sans prendre parti de quelque côté que ce soit.

      Vous me rétorquerez, bien sûr, qu’il serait aussi républicain et égalitariste d’interdire les « seins nus », les « nudistes » etc... , puisqu’il serait question d’interdire le burkini ! Je vous répondrai que depuis que cela existe ces pratiques de seins nus ou de nudistes, n’ont provoqué de troubles à l’ordre public.

      Et si vous me rétorquez également, toujours anticipant, qu’il n’y a qu’à appliquer les règles de la laïcité sur ces deux problèmes : seins nus et nudistes, je vous répondrai que ces pratiques sont profanes et ne rentrent absolument pas dans le registre religieux.

      Il y a bien, sur le territoire une atteinte à la séparation du profane et du religieux, chose que notre république laïque n’est pas supposée accepter, mais que des groupes de pression religieux , obscurantistes et sectaires, tendent à faire infirmer, jusqu’à ce que cède la République. Mais que l’on ne s’y trompe pas, les récentes déclarations de Valls, confirme la menace réelle qui pèse sur notre république et laissent entendre que la République laïque ne se laissera pas intimider.


    • Taverne Taverne 30 août 2016 13:06

      @Nicole Cheverney

      Prouvez-nous le lien causal direct entre le burkini et les troubles liés à la pratique des seins nus !

      Par ailleurs, vous dites « depuis que cela existe ces pratiques de seins nus ou de nudistes, n’ont provoqué de troubles à l’ordre public. » Or, ces troubles ont existé et existent toujours mais on n’en parle pas, parce qu’il n’y a pas d’enjeu national. A moins que vous n’ayez une étude très officielle prouvant que ces troubles n’existent pas,ce qui m’étonnerait.


    • pemile pemile 30 août 2016 13:11

      @Taverne « Par ailleurs, vous dites « depuis que cela existe ces pratiques de seins nus ou de nudistes, n’ont provoqué de troubles à l’ordre public. » Or, ces troubles ont existé et existent toujours »

      Et leurs origines est très souvent liées à une autre religion, catholique, non ?


    • Ben Schott 30 août 2016 13:18

      @Nicole Cheverney
       
      « Je vous répondrai que depuis que cela existe ces pratiques de seins nus ou de nudistes, n’ont provoqué de troubles à l’ordre public  »
       


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 août 2016 13:40

      @Ben Schott

      De bons souvenirs de franche rigolade avec ces sympathiques gendarmes de Saint-Tropez, mais là on ne rit plus, l’époque est franchement sinistre ! Inquiétante, morbide...


    • Taverne Taverne 30 août 2016 14:07

      @Ben Schott

      Si ! Pas plus tard que l’autre jour, en Charente, un femme faisant du sein nu sur une plage où c’était interdit par arrêté a, non seulement, refusé de mettre le haut, mais a exhibé ses fesses devant des enfants. Aucun burkini à l’horizon pourtant. Ni de religion d’aucune sorte, semble-t-il .

      Le trouble à l’ordre public qui en a résulté fut grave. Et ce n’est qu’un exemple, j’en connais près de chez moi en Bretagne. Il y a toujours eu des échanges d’insultes et des bagarres. C’est un peu trop facile de sortir les gendarmes à Saint-Tropez pour nier ce fait et le ridiculiser.


    • JL JL 30 août 2016 14:28

      @Taverne,

       
      C’était très grave en effet, devant des enfants qui ne regardent jamais la télé ni internet. 

      Au fait, vous en connaissez beaucoup vous, de tels enfants ?
       


    • njama njama 30 août 2016 14:32

      @Taverne

      « un femme faisant du sein nus sur une plage où c’était interdit par arrêté »
      vos sources ? Je n’ai lu cela dans aucun article.
      Par ailleurs être poitrine nue sur une plage ne constitue plus depuis plusieurs décennies une atteinte aux mœurs, Ou alors il faudrait verbaliser des milliers de femmes tous les jours de l’été partout en France ... je vous laisse imaginer le préjudice et le grand foutoir que ça ferait. Que des femmes usent de la liberté d’être seins nus sur une plage ne choque plus personne (sauf peut-être quelques petits pervers ?), c’est rentré dans les mœurs. L’incident est à priori sans lien avec la burkinite qui agite le ciboulot des français en ce moment.

      la version de la jeune femme aux seins nus :
      http://www.charentelibre.fr/2016/08/27/chateauneuf-agressee-car-elle-se-baignait-seins-nus,3053473.php

      la version d’un bloguer qui s’est interposé :
      http://www.charentelibre.fr/2016/08/27/agression-du-bain-des-dames-le-temoignage-du-blogueur-qui-s-est-interpose,3053476.php

      Pour qu’une petite altercation puisse constituer un trouble à l’ordre public, il faudrait au minimum qu’une plainte eût été déposée ce qui n’est pas le cas il me semble.


    • Taverne Taverne 30 août 2016 15:02

      @njama

      La source ? Il n’y a qu’à demander...

      « Devant l’émoi suscité sur Internet par cet incident, le maire de Châteauneuf Jean-Louis Levesque a envoyé un communiqué dans lequel il rappelle qu’un  »arrêté permanent stipule que le port du maillot de bain est rigoureusement exigé pour les baigneurs sur le site y compris pour les enfants". (L’Express) Il s’agit bien d’une infraction caractérisée doublée d’un trouble à l’ordre public.


    • non667 30 août 2016 15:04

      @JL

       à l’  Entrée du célèbre complexe aquatique OASIRIA de Marrakech ....  il y a une grande affiche ( que je n’ai pas su copier ) interdisant le port de la burka dans l’enceinte mais rendant obligatoire short ou maillot de bain (2 pièces )

      Donc ce qui ne fait pas polémique au Maroc, royaume musulman,fait débat de bobos en France pays de laïcité.... Cherchez l’erreur


    • Taverne Taverne 30 août 2016 15:05

      @njama

      Je vois que vous abondez dans mon sens en disant qu’il n’y a aucun rapport entre le burkini et ces faits. Vous donnez donc tort à l’auteur.


    • Taverne Taverne 30 août 2016 15:08

      @JL

      Vous avez le droit de trouver normal que l’on frappe violemment une mère de famille sur la plage devant ses enfants. Moi, cela me choque, c’est tout. Nous n’avons apparemment pas les mêmes valeurs.


    • Xenozoid Xenozoid 30 août 2016 15:19

      @Taverne


      devant tant de stupidité de la part de tout le monde,et c’est le but ....
      voilà on en est là

      Nous devons nous dégager de l’idée que nos institutions, nos traditions, les barrières qui nous protègent contre les pouvoirs absolus et autoritaires, ne peuvent pas être décomposées. Ils sont démantelées une brique à la fois. La séparation des pouvoirs a déjà été anéantie. C’est un fascisme chuchoté, pas encore en marche dans votre rue et qui cogne à votre porte au milieu de la nuit. Mais il est lá, et il jette des racines profondes. Nous devons écouter au-delà du fascisme chuchoté d’aujourd’hui et entrevoir le fascisme triomphant de demain. Nous devons aller au-delà des mensonges et des mythes, au-delà des dogmes, par lequel nous dormons.


    • JL JL 30 août 2016 15:35

      @Taverne
       

      qu’est-ce qui vous permet de me poser cette question ?

       Nulle part vous n’avez parlé de mère de famille frappée violemment (pourquoi, par qui ?), et vous m’accusez de trouver ça normal !? Elle est bonne celle-là !
       
       Vous savez ce que vous dites ? Ou bien vous faites l’andouille ?
       
       



    • njama njama 30 août 2016 15:36

      @non667

      Au Maroc ...
      charbonnier est maître chez lui.
      L’arrêté municipal de Chateauneuf ne donne pas de précision, et là, à chacun ses règles, celles nous concernant distinguent espace public, des établissements publics.

      Ainsi par exemple la plupart des piscines interdisent (très arbitrairement) le short de bain pour les hommes, les contraignant au « slip » ! mais une piscine (établissement public) n’est pas une plage (espace public) ...

      Un maillot topless (monokini) ne transgressait par l’arrête concernant la baignade en rivière sur la plage au Bain des Dames.


    • JL JL 30 août 2016 15:46

      @Taverne,

       
       ce que cette histoire nous enseigne, c’est que là où il y a une interdiction, les agresseurs de contrevenants se sentent encouragés, les fachos, à utiliser des méthodes musclées. 
       
      Pour éviter de tels débordements, la sagesse commanderait de ne rien interdire sur les plages non surveillées. 


    • njama njama 30 août 2016 15:49

      @Taverne
       Il s’agit bien d’une infraction caractérisée doublée d’un trouble à l’ordre public.

      voir ma réponse @non667 30 août 15:36

      Je ne suis pas d’accord avec vous, si l’arrêté municipal stipule que le port d’un maillot est obligatoire ce qui veut dire plage non autorisée aux nudistes, il ne peut rien dire (à ma connaissance) de la nature du maillot, slip, short, monokini, bikini, maillot une pièce, voire burkini, combinaison de plongée ... parce qu’il s’agit d’un espace public. Rien n’interdirait d’ailleurs de se baigner tout habillé dans cette rivière ...

      trouble à l’ordre public.
      n’ayant pas été constaté, par une plainte, il n’est pas factuel. Pas plus qu’un excès de vitesse, un tapage nocturne non constaté par agent
      Le trouble est dans les esprits, dans les médias et circule comme les rumeurs, ou un incident de cour de récré ... il n’est pas juridique (ou pas encore). Et s’il l’était c’est la femme aux seins nus qui a été molesté ... sa tenue topless qu’elle avait parfaitement le droit de porter ne sauverait pas ses agresseurs devant des juges, agresseurs qui à mon avis doivent faire profil bas ... et ça vaut mieux pour eux.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 août 2016 15:49

      @Taverne

      Cela vous « choque » ? Et c’est tout ? 

       Moi, cela me révolte particulièrement que l’on frappe une femme mère de famille ou pas et me rend encore plus déterminée à dénoncer les dérives communautaristes.

      Car question : frappée par QUI ?

      D’autre part ce n’est pas la peine de dé-centrer le sujet du débat sur le burkini, en sautant à pieds-joints sur celui des « seins nus », que j’ai simplement soulevé à titre de comparaison à côté de la lourdeur symbolique du burkini, embleme de SOUMISSION DE LA FEMME QUI NE PEUT SE BALADER LIBREMENT EN MAILLOT DE BAIN PARCE QUE CES MESSIEURS LES SALAFISTES ONT DECIDE QUE DEUX JAMBES, UNE POITRINE ET DEUX BRAS NUS, C’ETAIT INDECENT !!!
      La « pudeur » selon les « salafistes » qui oseront vous parler de « décence », sous-entendu les autres, sont INDECENTES ! Ah oui ? Et en quoi le seraient-elles ? Et selon quels critères dé-gradants dans l’esprit de ces malades !

      Mais toutes ces réactions qui viennent « donner tort à l’auteur », ce qui semble vous réjouir, ne m’étonnent pas.

      Les bisounours sont de sortie et la faux-culetterie a des limites !


    • Taverne Taverne 30 août 2016 15:59

      @JL

      Cette phrase aurait dû vous interpeller « Le trouble à l’ordre public qui en a résulté fut grave. » 

      Bon, je vous crois de bonne foi.


    • Taverne Taverne 30 août 2016 16:03

      @Nicole Cheverney

      On pourrait retourner l’argument de l’indécence, qui a été invoqué dans les arrêtés des maires qui trouvent « indécent » le port du burkini. En résumé  :« Ce qui m’est désagréable à ma vue est indécent donc j’interdis ! Et rien à foutre des libertés, de la constitution, des droits de l’homme, et du conseil d’Etat ! Avec ça, la république va être belle. Déjà, à l’étranger, on a des échos de sa »beauté".


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 août 2016 16:05

      @Xenozoid

      Bravo, et merci pour ce bel exemple de lucidité...


    • njama njama 30 août 2016 16:14

      @Taverne

      @njama

      Je vois que vous abondez dans mon sens en disant qu’il n’y a aucun rapport entre le burkini et ces faits. Vous donnez donc tort à l’auteur.

      Non je n’abondais pas dans votre sens, car autant ce que j’ai pu lire de cette affaire, je n’ai pas vu une seule ligne qui permettait de corréler l’incident sur cette plage avec ces histoires de burkini.

      Mais certains, profitant de l’aubaine pour jeter de l’huile sur le feu de la polémique, n’auront pas manqué de le faire j’imagine ... 

      Si l’on en croit le témoignage de cette femme l’incident part de là : « Une jeune fille est passée et a fait une vilaine remarque pour les seins nus. » puis la mère de cette jeune fille s’en est mêlée ... Qu’avait dans la tête cette jeune fille ? ...


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 août 2016 16:21

      @Taverne

      La république elle est ce qu’elle est mais son devoir est de protéger les citoyens des « égorgeurs », auriez-vous tendance un peu à oublier Charlie ? Le Bataclan, Nice ? Et tous ces morts ? etc... etc... etc... etc... etc... etc...

      C’est exaspérant cette mauvaise foi !

      Et surtout soyez bien conscient qu’en justifiant le port du burkini, pas de celles qui le portent bien sûr, mais de ceux qui l’importent et l’imposent, vous approuvez implicitement la thèse que le « salafisme » et la religion musulmane sont la même chose ! 
      Vous approuveriez donc la thèse de l’amalgame.

      Ceci n’est pas acceptable.


    • Taverne Taverne 30 août 2016 16:32

      @Nicole Cheverney

      C’est très fatiguant, votre façon de faire parler les autres. Votre premier commentaire m’avait interpellé : Vous faisiez les questions et les réponses (de JL) :

      « Vous me rétorquerez, bien sûr,... »(...)
      « Et si vous me rétorquez également, »

      Dans votre précédent commentaire, vous avez décidé que je défendais les barbus et à présent je défendrais les égorgeurs de Charlie et le salafisme. Sortez, prenez l’air ou faites une thérapie, je ne sais pas, mais vous donnez pas une bonne image de vous avec vos accusations à l’emporte-pièce.


    • Xenozoid Xenozoid 30 août 2016 16:44

      @Xenozoid


      Bravo, et merci pour ce bel exemple de lucidité... 

      mettons nous bien d’accord je constate un fait bien avant le fait présent, je suis sur qu’on a toujours pris les gens pour des cons,nations ,religions ou sexisme,les groupements qui se font en ligne ou sur les plages ressemble de plus en plus a une chasse ....

      oui,trés lucide sur le pouvoir ...oui,et il s’amuse en ce moment

      moi j’accuse le société hierarchisé a tout va,mais je ne veux pas prendre part,a la chasse aux sorciéres, encore un notion de mâle et de femelle perdu dans le dédale qu’est l’esclavage....
      aussi mon constat de ce que fait le pouvoir me parait a la fois rationel et pragmatique


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 août 2016 16:45

      @Taverne

      Je vous répondrai en paraphrasant l’inspecteur Harris avec ses avis :
      - Bof ! vous savez, les images c’est comme les tr....... s.....du......c.......l, tout le monde en a une !

      Alors, bonne ou mauvaise ? Hein ? Je ne suis qu’une femme !


    • Xenozoid Xenozoid 30 août 2016 16:45

      @Xenozoid


      c’’etait une réponse a Nicole plus haut
      Nicole Cheverney 30 août 16:05

    • Ben Schott 30 août 2016 16:53

      @Taverne
       
      Vous vous êtes mépris sur le sens de ma réponse ! Je reprenais une phrase du commentaire de Nicole Cheverney, et mon lien voulait démontrer qu’il n’y a pas si longtemps la nudité sur les plages étaient réprimées parce qu’elle choquait la morale commune, mais qu’on pouvait encore en rire malgré tout...
       


    • Taverne Taverne 30 août 2016 17:20

      @Ben Schott

      Bon, ça fait sourire tout le monde sauf Cruchot ! smiley


    • epicure 30 août 2016 18:15

      @Taverne

      aucun burkini, mais toujours la même mentalité sexiste, misogyne à l’œuvre pour le contrôle du corps de la femme en l’enfermant dans des prisons de tissus, et là on a une réaction typique de la mentalité de ces gens, la non réalisation de leur attentes sectaires provoque la colère, la violence.
      Ils détestent les femmes libres. Le voile intégral étant l’une des plus évidentes manifestations.
      Le burkini est à l’origine un truc pour permettre à des femmes dans les pays musulmans de pouvoir aller à la plage en se conformant à cette vision sexiste.
      Vu que depuis des siècles les grandes écoles sunnites recommandent le voile, toujours dans cette optique sexiste du regards sur le corps de la femme, dans ce cas là c’est bien lié à une religion.

      A une époque les cathos et les protestants ne valaient guère mieux, ce n’est pas pour rien que les arrière grand mère se baignaient habillées, à une époque où un bout de peau de la femme était jugé provoquant.
      Mais voilà nos sociétés ont évoluées et se sont émancipées de cette mentalité pour mettre en avant la liberté et l’égalité des femmes, où elles ont le droit de ne pas se sentir prisonnière du regard sexiste des hommes et donc pouvoir porter des mini jupes, faire du monokini, voire être nue.

      Les agresseurs ont fait payer à la femme en monokini sa liberté vis à vis de leur vision étroite, sexiste, intolérante. Car la liberté de la femme c’est ce qu’ils détestent.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 août 2016 18:39

      @epicure

      Merci Epicure pour ce beau commentaire et si j’osais le dire en l’honneur de mes soeurs musulmanes opprimées : choukran !


    • pemile pemile 30 août 2016 18:40

      @epicure « Car la liberté de la femme c’est ce qu’ils détestent. »

      Et tout le monde semble oublier que la plupart des femmes musulmanes se battent (dans certain pays au risque de leur vie) contre ce contrôle de leur liberté.


    • Pere Plexe Pere Plexe 30 août 2016 22:39

      @Nicole Cheverney

      Dommage que tout l’article révèle surtout une profonde confusion des pouvoirs institutionnels de notre pays.
      Vous mélangez le pouvoir législatif qui fait nos lois, le pouvoir exécutif qui doit les mettre en oeuvre et le pouvoir judiciaire qui fait appliquer les lois et s’assure de la légalité des actes des uns et des autres.

      Dans le cas qui nous intéresse chacun des ses pouvoirs à parfaitement remplis son rôle. 

      Les seuls qui ont failli sont les politiques législateurs en mal de buzz qui font mine de découvrir les lois qu’ils ont votés...

  • JL JL 30 août 2016 13:06

    Je comprends pas, vous dites une chose et son contraire :

     
    «  tous les médias, quels qu’ils soient nous témoignent d’altercations provoquées par des gens à l’encontre de nudistes ou de baigneurs, en maillot de bain qui ne demandaient qu’à être tranquilles sur les plages. »
     
    et de l’autre : « depuis que cela existe ces pratiques de seins nus ou de nudistes, n’ont provoqué de troubles à l’ordre public. »
     
     En cas de troubles à l’ordre public la question est de savoir qui est dans son bon droit vis-à-vis de la loi. Les nudistes sont fauteurs de troubles là où le nudisme est interdit et seulement là. De la même façon, les burkinistes ne seront fauteurs de troubles que si le burkini est interdit. Dans l’alternative inverse, ce sont les plaignants qui seront les fauteurs de troubles. 

    • alinea alinea 30 août 2016 14:40

      @JL
      dans la loi, qui est coupable : le provocateur ou celui qui répond à la provocation ?
      j’ai idée que comme seuls les dommages corporels sont pris en compte, ce sont ceux qui répondent qui sont dans leur tort. Mais je ne le sais pas.
      Si par mes seins nus je provoque la bigote du coin, elle ne pourra pas grand chose contre moi, et je pourrai courir devant sa canne tendue, en riant. Mais ça, c’était naguère, le racisme rampant aidant, les réactions s’enveniment.
      Personnellement je pense, oui, qu’il s’agit bien de provocation, que les femmes en soient l’outil ou le sujet ; notre seule réponse intelligente aurait été de ne même pas le mentionner ; quand on rate son coup, il retombe comme un soufflé.
      Je propose l’apprentissage des sports de combat pour tous ; si un mec vient me chercher parce que j’ai les seins nus, un bon coup de pied dans les couilles peut lui faire comprendre que j’ai beau avoir des seins, je suis un « homme » !! smiley


    • njama njama 30 août 2016 15:21

      @alinea
      Mais ça, c’était naguère, ...

      Tu aurais juste être traitée de « dévergondée » smiley pendant que d’autres se rinçaient l’œil, et ça n’aurait pas été plus loin ...

      Le libertinage serait donc de s’effeuiller
      et le puritanisme de se couvrir  ?

      et tous nos élus en politique en foufelle* avec cette burkinite ! au lieu de simplement considérer les burkinistes pour ce qu’ils sont, des puritains !

      pour ce qui concerne d’aliéner la femme d’une façon ou d’une autre, y a pas une religion pour rattraper l’autre, et dans ce domaine aucune ne saurait avoir les faveurs du combat féministe dont la république devrait s’inspirer. 

      (* affairée, en émoi - expression cht’i)


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 août 2016 15:52

      @JL

      Ou vous me prenez pour une conne ou vous ne savez pas lire ! Manipulateur !


    • JL JL 30 août 2016 18:51

      @Nicole Cheverney
       

       
      Relisez votre phrase : «  depuis que cela existe ces pratiques de seins nus ou de nudistes, n’ont provoqué de troubles à l’ordre public. »
       
       Elle n’est pas grammaticalement correcte et j’ai opté pour le sens suivant : « depuis que cela existe ces pratiques de seins nus ou de nudistes, n’ont pas provoqué de troubles à l’ordre public. »

       Or quelques lignes plus haut vous disiez l’inverse : ’’tous les médias, quels qu’ils soient nous témoignent d’altercations provoquées par des gens à l’encontre de nudistes ou de baigneurs, en maillot de bain qui ne demandaient qu’à être tranquilles sur les plages.’’
       
       Mais je me suis peut-être trompé ? Que vouliez vous dire ?
       
      Ps. A l’occasion j’aimerais des excuses pour cette avoir été traité de manipulateur. Cela vous arrive souvent, ce genre de dérapage ?. 


    • pemile pemile 30 août 2016 19:15

      @JL « Que vouliez vous dire ? »
      Même si ce n’est pas explicite, il me semble : avant la radicalisation islamique, les seins nus ne posaient plus de problèmes (les cathos intégristes ayant fait avec), récemment, l’islam radical, relance le débat ?


    • pemile pemile 30 août 2016 19:18

      @pemile

      PS : cathos intégristes ET musulmans non radicaux !


    • JL JL 30 août 2016 19:56

      @pemile
       

      si Nicole Cheverney ne sait pas écrire elle n’a pas à accuser les lecteurs qui ne pensent pas comme elle de ne pas savoir lire.
       
      Par ailleurs, quant à ce que vous dites, permettez que j’aie un autre point de vue.

    • JL JL 30 août 2016 20:39

      @pemile,

       
       de fait, nous serions face au choix suivant : interdire nudisme et burkini ou n’interdire ni nudisme ni burkini.
       
       Il n’y a pas d’autre alternative. L’arnaque est de faire croire qu’on veut interdire l’un et pas l’autre. Et je soupçonne les maires d’extrême droite de monter en épingle les incidents liés au burkini pour aboutir à une interdiction générale de tout ce qui n’est pas conforme à leur vision des choses. 

      D’ailleurs, leur texte d’interdiction amalgame burkinis, strings, topless et nudisme.
       


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 août 2016 21:10

      @JL

      D’accord ! Mais comme j’écris sous mon patronyme et vous sous un pseudo, étant donné que vous m’avez dit que je ne savais pas écrire, vous aurez certainement, je n’en doute pas, l’occasion vous aussi de vous en excuser, à la suite de quoi je m’excuserai d’avoir traité votre pseudo de « manipulateur ». Ma magnanimité s’arrêtera là.

      Votre mauvaise interprétation de mon commentaire est due à une simple coquille de ma part, que vous relevez d’ailleurs. Pas de quoi en faire une maladie.


    • JL JL 30 août 2016 21:33

      @Nicole Cheverney
       

      c’est tout ce que vous trouvez comme réponse ? Pfff ! je me moque de savoir si vous écrivez sous votre patronyme ou un nom d’emprunt : Agoravox n’exige pas de fiche d’état civil. 
       
       
      Je note que vous n’avez toujours pas levé l’ambiguïté. Cela confirme que vous ne savez pas vous exprimer correctement.

      Quant à vos excuses, je m’en passerai ; vous n’en êtes pas digne, je ne saurai qu’en faire.

  • sarcastelle sarcastelle 30 août 2016 13:08
    L’auteur a écrit : 

    Il fut un temps où la religion catholique excellait..........................pour dire ce qui devait ou ne devait pas être commis comme « péché mortel » par la femme. 
    .
    Nenni. 
    L’Eglise ne connaît ni n’a connu de péché spécifique à un sexe. Le péché d’avortement lui-même n’est pas spécifique à la femme, car l’homme qui y concourt commet le même. 

  • agent ananas agent ananas 30 août 2016 13:37

    Curieux pays que la France. Ses dirigeants tentent d’abattre depuis cinq ans, par tous les moyens, le seul régime non confessionnel du Moyen-Orient. Ils livrent des armes aux djihadistes au nom de la démocratie et des droits de l’homme. Ils bombardent les populations civiles en prétendant lutter contre le terrorisme qu’ils soutiennent par ailleurs. Ils distribuent des médailles honorifiques et vendent des avions de chasse aux sponsors saoudiens de la terreur planétaire. Mais cette absurdité permanente de notre politique étrangère n’offusque personne. Elle ne suscite dans les médias dominants que des débats feutrés. Aucun mouvement de foule n’en dénonce la nocivité. Pour peu elle passerait inaperçue, faisant place à d’autres préoccupations.

    Car ce ne sont pas les événements d’Alep qui passionnent les foules. Ces affrontements exotiques auxquels on ne comprend rien n’intéressent personne. Loin de nous, ils sont comme frappés d’insignifiance. Le vrai sujet est ailleurs, son urgence saute aux yeux. Son extrême gravité nous pétrifie d’angoisse. Le burkini !

    ... SUITE


  • njama njama 30 août 2016 15:00

    Le point commun entre burkinistes et anti-burkinistes, c’est le patriarcat !

    ne faut-il pas les renvoyer dos à dos ?

    Même les Femen en perdent leur latin avec cette histoire !

    Rien ne change. 100 ans de contrôle du corps des femmes et de leur accès à l’espace public par l’état.


    • Taverne Taverne 30 août 2016 15:12

      @njama

      Sauf que les burkinistes sont très rares. Nous avons affaire à une majorité raisonnable de gens qui soutiennent, comme le Conseil d’Etat, les libertés dont celles des femmes auxquelles ils ne veulent rien imposer.


    • njama njama 30 août 2016 15:59

      @Taverne

      Je suis d’accord ça ne mérite pas ce pataquès qui agite même Agoravox.

      Il n’y a de bonnes lois que des lois générales disait je ne sais plus quel magistrat du Syndicat de la Magistrature dont j’ai oublié le nom, et je suis bien d’accord.

      s’il fallait faire des lois pour chaque fait divers ...
      Une loi ne résout pas tout, ne gendarme rien, pas plus que le Code de la route. Pas vu, pas pris ... on ne va pas mettre des policiers municipaux sur toutes les plages et coins baignade (lacs et rivières)

      Une loi sur la tenue burkini, quelle bassesse que cette petite poignée d’arrêtés municipaux minables  !


  • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 août 2016 16:03

    @ Taverne

    Nous avons affaire à une majorité raisonnable de gens qui soutiennent, comme le Conseil d’Etat, les libertés dont celles des femmes auxquelles ils ne veulent rien imposer.

    Bravo pour ce commentaire, un véritable cas d’école de sophisme !

    Donc, si je suis bien votre raisonnement, en le retournant dans le bon sens, vous prenez fait et cause pour les « barbus » !


    • Taverne Taverne 30 août 2016 16:07

      @Nicole Cheverney

      C’est quoi cette logique ? Apprenez à raisonner un minimum et à avancer des arguments. Pourquoi je défends les barbus ?


    • sparker808 (---.---.48.194) 30 août 2016 16:10

      @Nicole Cheverney
      Mais les barbus ne veulent pas de burkini, il vous remercie de renvoyer les femmes à leur cuisine...


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 août 2016 16:37

      @Taverne

      Pourquoi je défends les barbus ? dîtes-vous

      Parce que sans le vouloir, en défendant le port du burkini, vous défendez « l’enveloppe » du barbu qui met la femme en cage !

      Apprenez à raisonner un minimum et à avancer des arguments.

      J’ai appris à comprendre les subtilités des sophistes, alors abandonnez-donc votre ton pontifiant. Mais en retour, je vous invite à avancer vos arguments, parce que jusqu’à présent, ils ne sont guère convaincants. Pourquoi ? Parce qu’ils sont trop facilement démontables. Ou alors développez réellement et d’une manière plus rigoureuse et scientifique les sophismes que vous pompez à droite et à gauche dans les médias mainstream.

      Vous croyez que les femmes ne peuvent pas raisonner avec autant de combativité qu’un sophiste mainstream même de sexe masculin ? Mais vous rêvez, mon ami ! Et n’essayez pas de me mettre en cage, vous n’y arriverez pas !

      Taverne vous voulez que je vous avoue quelque chose ? Vous me donnez des migraines, à cause de vous je suis obligée de me gaver de Doliprane .


    • njama njama 30 août 2016 16:47

      @Nicole Cheverney
      j’ai simplement soulevé à titre de comparaison à côté de la lourdeur symbolique du burkini, embleme de SOUMISSION DE LA FEMME QUI NE PEUT SE BALADER LIBREMENT EN MAILLOT DE BAIN PARCE QUE CES MESSIEURS LES SALAFISTES ONT DECIDE QUE DEUX JAMBES, UNE POITRINE ET DEUX BRAS NUS, C’ETAIT INDECENT !!!

      On peut être parfaitement d’accord avec ça, avec vous, sans pour autant dire que le Conseil d’État avait tort.
      Il est lui-même coincé par des lois, que son avis ne pourrait contredire, qui ne lui permettent pas de dire quel MAILLOT est « agrée républicain » ou non, d’autant plus que des plages sont des espaces publics et non des établissements publics, ou lieux publics propriétés des communes. C’est une nuance juridique, mais d’importance, car elle est fondamentale.

      On peut interdire définir des normes pour les maillots dans les piscines (interdire le burkini pour des raisons d’hygiène ou de risques pour la sécurité de la natation par exemple, comme les shorts de bain sont interdits) mais pas sur des plages de mer, de rivières ...

       En fin de compte le Conseil d’État ne pouvait juridiquement approuver ces arrêtés municipaux anti-burkini pour des raisons constitutionnelles et se retrouvait impuissant à statuer sur la question car il n’est pas le législateur, qui par exemple a interdit le voile dans tel ou tel endroit, mais pas partout, comme dans les universités, dans les entreprises privées

      Quelle autre réponse alors ? ...


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 août 2016 17:25

      @njama

      Dans mon article, je dis que l’arrêt du Conseil d’Etat est « ambigu », je ne prétends pas qu’il ait tort. Je laisse donc au législateur la libre appréciation de son rendu juridique. Je précise en outre, si l’on m’a bien lue, et je pense que sur ce fil certains commentaires laissent à penser que l’on m’a lue plutôt en diagonale, que FORCE RESTE A LA LOI.

      Je suis persuadée que si tous les points de droits étaient abordés avec la ferme volonté de donner un coup d’arrêt à l’extension du burkini, je suis sûre que tout législateur qui se respecte saurait trouver la plus petite faille dans le droit français pour se prononcer sans ambiguïté. Nous avons, jusqu’à présent un code civil parfaitement adapté à toutes les situations, il est épais et toute la jurisprudence est là pour le rappeler. Mais il est vrai que le Conseil d’Etat est la dernière juridiction avant la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Ne pas oublier cette juridiction-là, elle existe tout de même ! Et peut servir, le cas échéant.


    • Mania35 Mania35 30 août 2016 17:36

      @Nicole Cheverney
      « Parce que sans le vouloir, en défendant le port du burkini, vous défendez « l’enveloppe » du barbu qui met la femme en cage ! »

      En tant que femme, je suis contre la burka mais je suis très profondément choquée par l’islamophobie actuelle et l’hystérie médiatique contre le burkini. Pourquoi des flics agressent-ils une femme portant un foulard sur une plage ? Quel est son crime ? Quel tollé cela aurait-il provoqué s’ils avaient exigé d’un juif qu’il retire sa kippa !!! Pourtant la kippa n’est-elle pas un symbole de soumission de l’homme devant un dieu. Va-t-on faire une loi pour obliger les juifs orthodoxes (hommes et femmes) à se déshabiller et retirer chapeaux, foulards ou perruques ?
      Pourquoi pensez-vous que le port du burkini est imposé aux femmes par des hommes ? Je pense que pour beaucoup il s’agit d’une forme de rébellion. Je serais musulmane je crois que je porterais foulard et burkini rien que pour provoquer la fachosphère islamophobe.
      De même que le FN et certains LR favorisent le recrutement de Daesch, de même les propos actuels ne font que renforcer le port de signes distinctifs.
      Pourquoi une loi anti-burkini ? pourquoi pas une loi interdisant le port de la barbe, n’est-elle pas un symbole islamiste ? Pourquoi faire des lois sur des comportements très minoritaires. La croix doit-elle être assimilée à la pédophilie ou aux religieuses tueuses d’enfants ?
      Lorsque je lis ou entends certains propos, j’ai honte d’être française.

    • njama njama 30 août 2016 18:16

      @Nicole Cheverney

      Je conçois bien que la décision du Conseil d’État a pu paraître très frustrante à certains, elle faisait très logiquement abstraction de la polémique politique, ce n’est pas son rôle de statuer sur le burkini lui-même, ni sur le soi-disant « trouble à l’ordre public » que supposeraient ces « tenues de plages islamisées ».

      Le recours contre ces actes contestés (arrêtés communaux), donc administratifs a été déposé en appréciation de leur légalité.

      Selon le Conseil d’Etat, « les restrictions qu’il [le maire, ndlr] apporte aux libertés doivent être justifiées par des risques avérés d’atteintes à l’ordre public ». Or, « la tenue adoptée en vue de la baignade par certaines personnes », en l’occurrence le burkini, ne représente pas un tel risque. Interdire le burkini est donc « une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales », d’après le Conseil d’Etat, d’où l’invalidation.
      http://www.huffingtonpost.fr/...

      Amen ... mais pas Ite missa est puisque les maires frondeurs comptent faire appel ... (retour devant le Conseil d’État je pense), voire même après par les options offertes à ... (citoyen, association LDH ?) de saisir la Cour Européenne des Droits de l’Homme ... le débat reste sur la table, et cela fera parler dans les chaumières..., et espérons-le faire évoluer les mentalités.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 août 2016 18:20

      @Mania35

      Vous tombez exactement dans le piège tendu par les salafistes. Qu’un maire refuse le burkini, il est aussitôt accusé d« islamophobie, d’hystérie etc.. par les intégristes. Alors qu’il est bien entendu et je tiens à le souligner que les »salafistes" ne représentent qu’une minorité dans le monde musulman présent en France, et par leurs revendications incessantes (à l’aide de leurs pétro-dollars), contraires à nos valeurs républicaines, parce que cela ne fait que commencer, favorisent l’amalgame. Ce piège-là est de loin le plus dangereux. J’ai la chance de compter parmi mes amis (es) des musulman-es. Nous discutons très sereinement de ce problème qu’elles et eux, considèrent comme alarmant pour la cohésion sociale. Ils sont contre le burkini et la burka qui à leurs yeux sont un accoutrement qui leur est étranger, puisque saoudien. Mes amies ne portent aucun voile, d’ailleurs.

       En ce qui concerne le burkini, c’est bien la femme qui est visée, toujours l’avoir en tête. C’est l’homme qui veut assouvir son pouvoir sur elle. Il faudra bien que la République se penche enfin très sérieusement sur ce problème, crucial.


    • Mania35 Mania35 30 août 2016 18:27

      @Mania35
      Pour souligner le ridicule des propos actuels sur le burkini, je rappelle l’hystérie en juillet à propos du projet de privatisation d’une piscine par une association musulmane.

      Cette association recommandait pour les femmes le port d’une tenue les couvrant des épaules aux genoux. Cela a déclenché un tollé général car « cette tenue symbolisait l’islamisme radical » aux yeux d’une majorité de « petits cons ».
      Or, quelle surprise, quelques jours plus tard aux JO je découvrais que TOUTES les nageuses portaient une tenue islamiste (les couvrant des épaules aux genoux. Pourtant personne n’a condamné les JO et ses nageuses de toutes les nationalités affichant leur soutien à Daesch  .
      Je précise qu’en Bretagne cette tenue est régulièrement portée par les femmes comme les hommes.

    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 août 2016 18:29

      @njama

      Très heureuse d’apprendre que les maires invalidés ne s’en arrêteront pas en si bon chemin.

      Vous dîtes que cela fera parler dans les chaumières. Si le sujet était anodin, on pourrait effectivement bavasser autour de la table, mais non, pas après les attentats de Charlie, Bataclan, Bruxelles, Nice, St-Etienne du Rouvray, non, nous sommes en deuil.

      Vous dîtes également, « espérons-le faire évoluer les mentalités »

      Vous ne précisez pas dans quel sens ?


    • Mania35 Mania35 30 août 2016 18:31

      @Mania35
      les smileys de mon commentaire précédent ont disparu, je précise donc, pour les individus ayant peu de réflexion, que mes remarques sur la « tenue islamiste » et le « soutien à Daesch » sont du 2ème degré.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 août 2016 18:42

      @Mania35

      Le mieux serait de demander à la modération d’ Agoravox de les remettre sur le fil de discussion. J’aimerais bien lire la totalité de vos commentaires.


    • Mania35 Mania35 30 août 2016 18:51

      @Nicole Cheverney
      Chère Nicole, je peux vous répondre que c’est vous qui tombez dans le piège tendu par les salafistes. Comme vous le dites très justement les « salafistes » ne sont qu’une très petite minorité, alors pourquoi monter en épingle un épiphénomène, la publicité qui en est donnée ne fait que le renforcer et encourage les femmes à porter ce vêtement par provocation.

      Une de mes amies « française de souche » comme dirait le FN et catho, s’était convertie à l’islam après son mariage, il y a 25 ou 30 ans de cela. Elle s’est mise à porter un foulard y compris au travail ce qui, à l’époque, était très très rare, pourtant son mari n’était pas pratiquant et très bon vivant, alors le symbole de la soumission à l’homme !!!!

    • njama njama 30 août 2016 19:03

      @Nicole Cheverney

      Dans le sens du respect mutuel, déjà, ce qui est basique, sans lequel les cultures ne peuvent évoluer. Enfin si, en les brusquant, par la violence, mais je ne pourrais pas être complice de telles méthodes coercitives comme le passé en a connues.

      Après je ne peux pas être solidaire d’amalgames qui assimileraient ces quelques femmes en « burkini » (improvisés bien souvent) à l’islamisme, cela relève presque du délit de faciès, et en fait deux fois des victimes, une fois d’être astreintes à ces codes vestimentaires, et une autre d’être stigmatisées.

      Pour le reste, je suis né en France en 1955 si vous voulez tout savoir, njama est un pseudo, et mon nom est bien français. mon prénom est jacques d’ailleurs, le « j » dans njama,et mon avatar est un portrait tel qu’une amie peintre me voyait l’an passé. J’espère que pour les présentations ça ira. Je vous rassure, je n’ai aucune envie d’islamiser  quiconque, les personnes aux seins nus sur les plages ne me dérangent pas, mon épouse le faisait un temps, puis mes deux filles ...et si je voyais une femme en burkini, je n’y attacherais aucune importance. Je penserais plutôt que tout cet attirail doit être peu seyant et désagréable autant pour nager que pour rester sur une plage en plein soleil


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 août 2016 21:42

      @njama

      Merci de ce témoignage. Mais voilà ce que je pense.

      Premier cas de figure.

      C’est que tous ceux qui prétendraient ne porter aucune attention au burkini, en fait, ne verraient que lui, mais comme ils sont « enfermés » dans une logique de « tolérance » de l’« intolérable », par réflexe idéologique au nom d’une soit-disant liberté, ne savent plus très bien quelle contradiction invoquer pour se débarrasser de leurs doutes personnels et profonds, sans perdre la face. Ne vaudrait-il pas mieux parfois, abandonner un peu de ses « préceptes », lorsque la cause en vaut la peine ?

      Deuxième cas de figure.

      Nous avons affaire à des théoriciens de l’ultra-libéralisme, considérant la femme musulmane ou autre comme une marchandise à valeur ajoutée. C’est ce qui se passe avec le lancement du burkini où les marchands misent sur le nombre. C’est ce qui se passe également avec les seins siliconés, la chirurgie esthétique à outrance dans le cadre des profiling de marketing.

      Troisième cas de figure.

      Ce sont des psychorigides considérant que la femme en général, elle « le vaut bien » et doit accepter n’importe quel avatar vestimentaire ou comportemental que les incessantes compromissions sociales ont réussi à lui imposer.

      Quatrième cas de figure : politico-religieux, sans autre solution possible que de s’exécuter.


    • JL JL 31 août 2016 00:34

      Pauvre Nicole Cheverney,

       
       vous pédalez dans la choucroute en alignant des mots sans suite dans une parodie de raisonnement.
       
       On ne peut pas comprendre votre message pour la bonne raison que vous n’avez rien à dire d’intelligent sur le sujet sinon que vous n’aimez pas.
       
       Moi non plus je n’aime pas, mais à la différence de vous, je ne condamne pas.
       
      La psychorigide ici c’est vous.
       
       Je suis à 100% d’accord avec coquecigrue : qu’est-ce qu’on en a à foutre qu’elles aient la tenue de plage de nos arrières grand-mères !

    • pemile pemile 31 août 2016 00:52

      @JL « qu’est-ce qu’on en a à foutre qu’elles aient la tenue de plage de nos arrières grand-mères ! »

      Pourquoi nos arrières grand-mères avaient (devaient avoir) cette tenue à la plage ?

      Nos grand-mères gauloise chargeaient les romains seins nus.


  • sparker808 (---.---.48.194) 30 août 2016 16:08

    Il me semble que le burkini ne soit pas toléré par les salafistes, du coup ils doivent remercier les antis pour le renvoi des femmes musulmanes à leur cuisine...
    Pour ce qui est des moeurs, quand j’étais gamin, début 70 je suis allé en vacnace en corse et on nous avait prévenu qu’il ne fallait pas se dépoiler ou alors bien caché, sous risques de représailles des locaux qui pourchassaient le nudiste et semi nudiste... déjà à l’époque...
    Après que l’on veuille prendre nos moeurs comme modèle, je suis un peu perplexe aussi. Notre modèle de libération à fait que nos filles de 14 ans (j’en ai eu une) se baladaient à moitié habillées en hiver (c’était il y a 10 ans) revendiquant ostentatoirement les formes naissantes de leur corps auprès des garçons de la cour de récré, j’avoue qu’un peu plus de pudeur ne m’aurait pas fait crier à la domination du corps de la femme, donc j’ai contrôlé et un peu interdit, et oui.... La burka est un autre extrème, soit, mais il fut un temps pas si lointain nous en étions presque à la même posture. A l’époque il y avait moins de concurence confessionnelle il est vrai.
    Mais je rejoint un commentaire, celui disant que le combat de fond c’est le contrôle des libertés féminines par les hommes, cela reste le fond du problème... qu’elles doivent séduire lubriquement ou se cacher des concupiscents, même combat.


  • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 août 2016 16:59

    @ Taverne

    Et comme je vous sens très attaché aux valeurs d’égalité entre hommes et femmes que favorisent nos lois de la République française laïque, je propose pour faire bon poids et bonne mesure et mettre ainsi tout le monde d’accord :

    LE BURKIKI pour les barbus et ceux qui veulent bien les imiter dans la décence et la pudeur !

    Oui, @ Taverne, je vais donc suivre votre très aimable conseil, je vais aller prendre l’air, au bord de la plage, cela tombe bien, il y en a une magnifique près de chez moi avec ramassage gratuit de télines, et de ce pas enfiler mon burkini-topless !


    • njama njama 30 août 2016 18:25

      @Nicole Cheverney

      Une petite histoire pour vous quand vous reviendrez de la plage, c’est une amie qui me l’a envoyée :
       smiley

       
      De retour d’un voyage, du Burkina Faso si j’ai bien compris, mon fils ainé me rapporte une espèce de tenue de plongée, en me le tendant d’un air facétieux : à ton âge maman, pour la cellulite.

      Je laissai cette histoire de côté, remettant à plus tard mon projet de passer le PADI, plus préoccupée par l’intervention que je devais subir pour un mélanome.

      Puis vint l’été. En convalescence, je renouai avec les plaisirs de la mer...

      Sur la plage assez fréquentée je m’écartai pour laisser le passage a des policiers, craignant une nouvelle menace d’attentat mais visiblement c’était vers moi qu’ils se dirigeaient.

      « Madame, vous êtes sur la plage, une tenue décente est requise ». Je tirai nerveusement le bord de mon maillot, peut-être trop échancré à leur goût ? Mais diantre qu’ils aillent voir ailleurs on se croirait en Seoudie avec la police des mœurs ! D’accord la France est aplatie toute ébaudie devant ses amis des pétromonarchies mais quand même !

      Donc que me reprochez-vous au juste ? c’est le T-shirt madame, sur la plage vous devez être en maillot uniquement, je faillis m’étouffer, voulez-vous un certificat médical prouvant que je dois me protéger du soleil ? La tenue décente c’est aucun vêtement toléré, fut-il pour raison médicale ?

      J’ai pensé ressortir ma drôle de tenue de plongée, mais parait-il ca a fait tellement de vagues que c’en est devenu un vrai sujet politique !

       
      Bon, pour ceux qui me connaissent je n’ai pas de fils, on est d’accord ? Pas de mélanome , je vous rassure, et pas de cellulite non plus, ceux qui me connaissent très très bien peuvent en témoigner !

      Juste que j’avais envie de me marrer un peu inspirée par le sujet a la mode, ça me détend, comparé aux VRAIS drames humains qu’on nous fait subir.


  • coquecigrue coquecigrue 30 août 2016 22:57

    TANT QU’ELLES NE VONT PAS A LA PISCINE OU ON M’OBLIGE A PORTER UN BONNET DE BAIN ! 


  • coquecigrue coquecigrue 30 août 2016 23:11

    J’ai porté mon premier bikini en 1960, j’avais 16 ans ! Maintenant, avec mes 2 prothèses de hanche, je vais patauger dans l’océan à marée basse avec une canne et mon vêtement (je ne supporte plus le soleil). Personne ne peut me contraindre à porter un maillot de bain. Bien sur, je ne vais pas nager, ni dans la mer, ni dans une piscine... quoique chez ma copine... sans exhiber mes cicatrices ?

    Mais qu’est-ce que ça peut nous foutre qu’elles aient la tenue de plage de nos arrières-grands-mères ?

    • sarcastelle sarcastelle 31 août 2016 19:13

      @coquecigrue

      .
      Qu’est-ce que ça peut nous foutre qu’elle aient la tenue de plage de nos arrière-grands-mères ?
      .
      plus la protection de la tête 

Réagir