dimanche 10 avril - par Marcel MONIN

E. Macron et Mac Kinsey : du renvoi d’ascenseur dans les institutions de la République

 

E. Macron et Mc Kinsey : du renvoi d’ascenseur dans les institutions de la République.

 

On vient d’apprendre qu’une plainte a été déposée auprès du parquet financier pour corruption, trafic d’influence, prise illégale d’intérêts (et peut-être visant d'autres infractions).

Ce qui présente évidemment plus d’intérêt que les bavardages des médias sur la banale affaire fiscale de Mc Kinsey. Et bien plus que les déclarations du président de la République sur l'application à l'avenir de la loi, dont les citoyens auraient souhaité qu'elle eut été déjà appliquée. 

 

Intérêt parce que si une information est ouverte contre un « responsable » de Mac Kinsey, voire si l’un d’entre eux est mis en examen, voire est condamné ( rappel : chacun étant présumé innocent avant toute condamnation définitive), c’est le sort d’E. Macron ou celui d’autres personnes du « côté » de l’Etat (même rappel) qui sont ipso facto possiblement scellés. Parce que les infractions qui font l’objet de la plainte sont des infractions qui se commettent à deux. Par exemple, dans la corruption, on a généralement un corrupteur et un corrompu.

 

Que la firme Mc Kinsey n’ait pas payé d’impôts en France … ça n’est contesté par personne. Qu’on essaie maintenant, puisqu’on a quand même fini par l’apprendre, de faire des redressements fiscaux et d’étudier, avec le parquet national financier, si la firme en question ou tel de ses dirigeants ont commis des infractions pénales, sont des questions très secondaires sous un certain rapport. Sauf peut-être la question de savoir comment l’Etat qui verse de l’argent à une société, ne se rend pas compte (via ses services), et ce pendant si longtemps, qu’une partie de cet argent ne rentre pas ses caisses sous forme d’impôts.

 

La vraie question est celle des infractions pénales pouvant avoir été commises par les auteurs et les bénéficiaires de ce qui ressemble à un beau renvoi d’ascenseur :

Dans une première phase, des collaborateurs de Mc Kinsey travaillent gratuitement pour le candidat Macron. Lequel, devenu président de la République, via les procédures officielles, passe ou fait passer ensuite des contrats avec Mac Kinsey. Firme qui va alors gagner beaucoup d’argent. En accomplissant des tâches dont chacun attendait qu’elles fussent accomplies par les services de l’Etat, (déjà) payés par les contribuables pour ce faire. (1)

 

Dans cette affaire, si des infractions visées par la plainte ont été commises, elles ont, d’un point de vue logique (v. ci-dessus) , été commises par des personnes relevant de Mac Kinsey et par d’autres relevant de l’Etat. En commençant, s’agissant de ce dernier côté, par … le président de la République lui-même. Puisque, comme on a fini par l’apprendre (2), c’est lui qui a bénéficié à titre personnel du concours de collaborateurs d’une société, laquelle a ensuite bénéficié de juteux contrats décidés ou acceptés d’une manière ou d’une autre, cette fois-ci par lui au nom de l’Etat.

 

Si M. E. Macron ne peut pas être inquiété provisoirement (*) - selon les dispositions de l’article 67 al 2 de la constitution (3) - , il peut techniquement l’être à terme - article 67 al 3 (4) -

 

Les questions purement juridiques que nous avons évoquées, se doublent en réalité d’un enjeu politique (5).

 

Sera-t-il envisageable qu’un président de la République apparaisse -de facto- comme un « client » potentiel pour les juges de son pays ? Qui continuerait à signer ou faire signer des contrats avec qui il voudrait ? Qui serait chef des armées et irait négocier des traités ? Qui téléphonerait aux chefs d’Etats étrangers pour leur faire la leçon ou même simplement pour les assurer de son obéissance ? Qui serait, comble de la farce, le garant de l’indépendance de l’autorité judiciaire ?

 

Quelle rigolade pour les Etats étrangers ! Quel mauvais exemple donné à la classe politique !

 

On peut se risquer à poser plusieurs hypothèses découlant du texte même de la constitution, si la recherche des infractions ci-dessus est lancée : la démission ou la sortie imposée.

Il est probable que le président démissionne alors . Pour éviter pire plus tard. Ou parce qu’il y serait contraint par l’opinion publique. Ou qu’il y serait tout bonnement invité par ceux qui l’ont porté au pouvoir et qui peuvent avoir intérêt à laisser le fusible sauter dans la perspective, pour une même gouvernance (6),  de la mise en place d’un clone, mais aux manières et à la ligne de conduite moins voyantes.

A moins que les pressions ne conduisent la classe politique à se mettre de la partie, pour les mêmes raisons que ci-dessus, en faisant jouer l’article 68 ( destitution), ou l’article 7 al 5 ( constatation de « l’empêchement ») (*) .

 

A suivre.

 

 

Marcel-M. MONIN

m. de conf. hon. des universités

 

 

(*) Sur ces questions, v. notre commentaire de la constitution : « textes et documents constitutionnels depuis 1958 » . Dalloz – Armand Colin . Et lire le texte de articles cités de la constitution sur « Legifrance ».

(1) Le tout sans compter que les laboratoires Pfizer (connus aux Etats-Unis pour le montant des amendes acquittées pour corruption) dont les produits ont été vantés par les gouvernants français (quelque peu au delà de leurs qualités) ont été les clients du même Mac Kinsey et que lesdits laboratoires ont racheté la branche nutrition de Nestlé dans une opération dont la réalisation est attribuée à M. E. Macron du temps où il oeuvrait au sein d’une banque. Ce qui peut ajouter aux interrogations diverses, en tous cas celles sur la « gouvernance » ( v. note 6) qui s’est « coulée » sans qu’on s’en rende compte, dans les dispositions de la constitution.

(2) Le fait que la déclaration d’intérêt signée par M. E. Macron ne mentionne pas cette situation a provoqué, après sa découverte, une saisine du Conseil constitutionnel qui s’appuyait sur un considérant d’une décision récente de ce dernier ( N° 2022-184/188 PDR du 14 mars 2022) :  « En vertu de la mission générale de contrôle de la régularité de l'élection du Président de la République qui lui est conférée par l'article 58 de la Constitution, le Conseil constitutionnel peut exceptionnellement statuer sur les requêtes mettant en cause l'élection à venir, dans les cas où l'irrecevabilité qui serait opposée à ces requêtes risquerait de compromettre gravement l'efficacité de son contrôle de l'élection, vicierait le déroulement général des opérations électorales ou porterait atteinte au fonctionnement normal des pouvoirs publics ». La requête, traitée comme une contestation tardive de l’établissement de la liste des candidats, a été rejeté par le secrétaire général du Conseil constitutionnel.

(3) art. 67 al 2 de la constitution : « Il ne peut, durant son mandat et devant aucune juridiction ou autorité administrative française, être requis de témoigner non plus que faire l'objet d'une action, d'un acte d'information, d'instruction ou de poursuite. Tout délai de prescription ou de forclusion est suspendu ».

(4) art 67 al 3 de la constitution : « Les instances et procédures auxquelles il est ainsi fait obstacle peuvent être reprises ou engagées contre lui à l'expiration d'un délai d'un mois suivant la cessation des fonctions ».

(5) Avec les inévitables campagnes de pression sur les juges, juges dénoncés comme instrumentalisés, mal syndiqués ou scandaleusement politisés, méconnaissant la séparation des pouvoirs ou faisant fi de la souveraineté du peuple … Juges qui, l’expérience l’apprend, et certains à leurs dépens, ne sont pas toujours sensibles à ces argumentaires .

(6) https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/mckinsey-le-maillon-qui-manquait-240340 



13 réactions


  • Clark Kent Kaa 10 avril 19:08

    A l’allure à laquelle la censure s’abat sur ce qui restait d’espaces d’information non conformiste, il est possible que nous ne connaissions pas la suite de ce feuilleton.


    • Clark Kent Kaa 10 avril 19:15

      @Kaa

      Le méchoui organisé sur les pelouses de l’Elysée comme renvoi d’ascenseur à Kadhafi avait été plus folklorique, mais provisoire pour l’invité.


    • chapoutier 10 avril 19:15

      la quasi totalité des articles déposés en modération, mettant en cause le rôle de l’otan et des états-unis dans les événements ukrainiens sont interdits de publication, quelque soit l’auteur.

      Une dizaine d’articles de différents auteurs à +4 ou +5 en modération ne sont toujours pas publiés.

      Par ailleurs, certains articles en modé sont votés plusieurs fois par le même individu qui laisse le commentaire suivant « N’étant pas spécialiste, je rejette donc maintenant (comme modérateur !) tous les articles ayant comme sujet la guerre entre la Russie et l’Ukraine, car on fini par ne plus avoir que cela sur Agoravox ! Et on en est saoulé ! 
En un mot : « Fichez-nous la paix ! » 

      Est-ce la politique délibéré des administrateurs d’agoravox ou des caniches de l’otan patrouillant en meute sur agora tel un certain ’’dug...et’’ qui à modéré négativement 42 articles ces 5 derniers jours.


  • malhorne malhorne 10 avril 19:21

    macron 24 %

    lepen 24%

    merluchon 19% a 19h15  suisse romande !!


  • sylvain sylvain 10 avril 19:23

    BLAST a sorti un article la dessus . Leur hypothèse, après avoir étudié la campagne de macron en 2017, est qu’en marche est quasimment une création de mac kinsey .


  • chapoutier 10 avril 19:26
     pièces à produire pour concourir à un marché public
    • Attestation de régularité fiscale.


    • Attestation de régularité sociale.
    • Extrait K-bis, du « Numéro unique d’identification »
    • Certificat relatif aux congés payés et au chômage-intempéries.
    • Attestation d’assurance décennale.

    • chapoutier 10 avril 19:29

      qui a donc le pouvoir de s’assoir sur les règles d’attribution d’un marché public ?

      au minimum le ministre en charge de Bercy


  • BA 10 avril 23:03

    Un second tour (très) serré. Selon un premier sondage IFOP pour TF1/LCI, 51 % des électeurs inscrits voteraient pour le président sortant Emmanuel Macron. Face à lui, la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen recueillerait 49 % des suffrages. Le sondage a été réalisé juste après 20 heures, ce dimanche 10 avril, à l’annonce des résultats du premier tour.


    https://www.tf1info.fr/politique/election-presidentielle-2022-emmanuel-macron-et-marine-le-pen-au-coude-a-coude-au-second-tour-selon-notre-sondage-2216272.html



    • zygzornifle zygzornifle 11 avril 08:49

      @BA

       Faut abattre le Macron et le bâton s’appelle LePen, il n’y en a pas d’autres c’est le seul ..... 
      il est impossible de faire pire que le bilan plein d’hémoglobine de gilets jaunes de Macron, petit rappel 25 yeux de crevés, 5 mains arrachées , des manifestants mutilés a vie, voila le monde de Macron et les équarisseurs sont bien protégés dans leur chenil-caserne .... 


  • zygzornifle zygzornifle 11 avril 08:45

    Macron le roi de l’évasion fiscale connait tous les rouages .....


  • zygzornifle zygzornifle 11 avril 09:25

    Faut voir a quel niveau s’arrête l’ascenseur .....


  • Français, Françaises ,

    Ne faites pas Ce que vous voulez 

    `VOTER MLP .

    Quoi qu’il vous en coût !

    ....Dégager Macron et sa bande d’escrocs ....


    Attention !

    Macron et Véran

    Les milliers de morts suite à la politique sanitaire catastrophique

    du Domicile, Doliprane, Dodo, D C D .

    Ce sont des criminels .


Réagir