lundi 8 mai - par Nicole Cheverney

Emmanuel Macron, le nouveau Cortès ?

Avant même d'être élu, Emmanuel Macron est déjà « haï ». C'est ce que François Ruffin martèle dans une lettre ouverte reprise par les médias. Phrases et mots puissants pour évoquer la colère sourde qui gronde en profondeur dans le pays et dont vraisemblablement l'Oligarchie, n'a pas tout à fait pris l'exacte mesure.

Car, E. Macron sera élu, contre le choix d'une majorité de Français qui rappelons-le a porté au premier tour, leur choix sur les 11 candidats présents, dans des proportions diverses, n'oublions pas non plus les abstentionnistes, les votes blancs et nuls.

E. Macron sera « élu » contre le Peuple, contre la volonté générale, en ne réunissant sous son nom qu'un pourcentage réduit d'électeurs, et pourtant il passera, parce que cela est décidé depuis longtemps, est scénarisé et sera donc, après les millions d'Euros mis en jeu, appliqué à la lettre ! L'oligarchie ne fait aucun cadeau, il lui faut rentrer dans ses comptes en récupérant ses mises.

Mais, ce qu'il ressort de ces élections présidentielles, c'est le vaste accaparement d'une élite sur le Peuple, sur la Démocratie et le rapt des institutions.A l'heure où E. Macron va serrer des mains, à des hommes et des femmes que l'Oligarchie considère comme des « inadaptés sociaux », l'Oligarchie a trouvé en cet homme jeune, le dépositaire idéal de son projet mortifère.

Devant ces hommes et ces femmes de Whirlpool qui voient s'avancer leur destin déjà soldé – le chômage – et qui tentent de lui parler, E. macron ne semble écouter que lui-même, et plus il s'exprime à travers le mégaphone pour se faire entendre, plus sa propre voix raisonne à l'aune de sa surdité sociale, celle des puissants contre les humbles. Lorsque l'on visionne ces images emblématiques d'un monologue, deux mondes se télescopent, étrangers l'un à l'autre, un contraste poignant, mais jaillit soudain, une seconde peut-être d'humanité, très fugitive, où l'on a quelques éclairs d'espoir que cet homme jeune veuille enfin comprendre qu'il est entrain de commettre une erreur fatale, mais il se crispe sur ses positions et son projet, et nous retombons lourdement dans la réalité de ce que le jeune candidat représente. Dans ses attitudes, il est intéressant de remarquer à quel point, E. macron semble se trouver au milieu d'une scène, étranger à lui-même, il veut haranguer la foule de ceux qu'il va, dans quelques mois, priver de leur droits les plus légitimes, celui du travail, ceux qu'il va, au nom d'une mondialisation effrénée envoyer au ban de la société. En pleine dissonance, il veut mais ne peut, velléitaire, expliquer la légitimité de lois totalement illégitimes : la loi El Khomri/loi travail qui passe très, très mal chez les Français, car cette loi va mettre par terre des décennies d'avancées sociales et de progrès et jeter à la rue des milliers de familles, sans travail, expulsés de leurs logements qu'ils ne pourront plus payer, endettés, réduits, aplatis, écrasés !

Dans son attitude, E. Macron tient presque du « piétisme », c'est l'enfant chéri des grandes fortunes de ce monde, et à ce titre, il leur doit tout. Comme s'il était entré en « religion », celle de l'argent-roi, celle des dividendes, et du CAC 40.

Emmanuel Macron, figure de proue figée dans ses postures ne voit-il pas non plus, les individus qui seront sacrifiés au nom de la mondialisation obligée - précisons de l'Ouest atlantiste–, la seule autorisée – et qui loin de leur tendre la main, se contente de tendre un mégaphone pour se justifier.

Moi, je dois dire que le personnage me fascine. Voilà un homme jeune qui aurait pu être un nouveau Cid, un conquérant des temps nouveaux, il se contentera d'être un nouveau Cortès, à la tête d'une armée de mercenaires assoiffés d'or. Il aurait pu être un nouveau « Messie » des temps modernes, non, E. Macron, traîne sa jeunesse comme un fardeau bien trop lourd, comme une croix dressée sur le dos, d'un déjà vieil homme usé et tourné vers les temps les plus anciens, rétrogrades, vieux de mille ans, une jeunesse gaspillée dans un projet expiatoire et féodal qui respire les remugles d'un futur social, dur, très dur, d'une société despotique, impitoyable, inhumaine.

E. Macron perçoit-il derrière ces visages qui le questionnent des yeux, tout leur désespoir muet ou bruyant, un désespoir muet qui les transcendent, qui en font des symboles chez Whirlpool, de ce Nord déconstruit, détruit, laminé, de cette France mourante et d'une société en totale dérive ?

A-t-il, E. macron, saisi-là, cette terrible interrogation de tous ces hommes et ces femmes qui font cercle autour de lui, cassés d'avance par ce que préparent pour eux, contre eux, les lois que E. macron imposera par ordonnances, il l'annonce ?

A-t-il saisi à quel point ceci est une faute qui pèsera longtemps sur la vie politique française, et sur les risques qui pourraient déboucher d'ici peu, et que François Ruffin, dans sa grande inquiétude et capacité visionnaire, explique gravement ?

Macron sera élu, car il est dépositaire d'un projet erratique, celui de l'Oligarchie, projet qu'elle a monté patiemment, tissé de mensonges et de vilenies. Mais ce qui nous étreint, nous, les citoyens, c'est la « solennité » des élections présidentielles, et providentielles pour mettre en œuvre ce projet qui n'aurait pu l'être en temps ordinaire, avec l'émergence d'un porte-drapeau, E. Macron.

Solennité d'un projet qui enverra des milliers d'hommes au ban de la société, comme l'on envoya les premiers martyrs se faire cracher dessus, au moment où le monde n'était pas assez vaste pour en percevoir toute l'étendue du symbole ? Alors oui, cette « colère » de l'homme et de la femme ordinaires est là, remplissant la coupe, jusqu'à ce que la moindre goutte n'en déborde.

Les despotes qui prétendent gouverner le monde, ignorent que le « désespoir » forge les consciences, nées de la rencontre brutale du désespoir des humbles avec l'indifférence des puissants. Mais l'appel de monsieur Ruffin, a-t-il seulement été entendu, non plus, par son destinataire ?



23 réactions


  • Thorgal 8 mai 10:00

    « E. Macron perçoit-il derrière ces visages qui le questionnent des yeux, tout leur désespoir muet ou bruyant »


    macron ne voit qu’une chose dans les yeux de ces visages : son propre reflet.

    PS : Il y a quelques semaines de ca, je commentais ici même en évoquant Daniel Pennac et son caractère fictif JLB qui nous a pondu le « réalisme libéral » comme genre littéraire nouveau (macron étant un exemple typique des personnages romanesques de JLB). Et bien après toute cette saga macron, j’en suis sur le cul !!!! C’est arrivé pour de vrai  :-O

  • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 8 mai 10:23

    @ Thorgal,

    Bonjour,

    J’avais proposé à la modération cet article deux jours avant le deuxième tour de scrutin, malheureusement il n’est sorti qu’aujourd’hui. Même élu, Macron reste le fruit d’une extraordinaire « mise en scène » médiatique et institutionnelle, voir à ce propos l’excellent article du Saker :

    http://lesakerfrancophone.fr/

    Depuis près de deux ans, Hollande qui maîtrise plus qu’on ne croit les stratégies, avec son équipe d’arrière-plan a préparé lentement le terrain, aidé en cela des médias des grands groupes. Aujourd’hui il n’est que d’entendre les commentaires des mainstream pour se rendre compte à quel point l’élection de Macron en est la résultante. Mais... la politique de Macron qui n’est pas la sienne personnellement mais celle de ses initiateurs, et qu’il appliquera à la lettre, soyons-en sûr, celle de l’UE et des US en embuscade, plongera plus sûrement encore, la France dans le marasme, et les Français dans la pauvreté.

    Ce jour est pour moi un jour de grande tristesse pour mon pays. Mais, je pense que l’euphorie journalistique n’est qu’une façade, une méthode coué qu’ils s’appliquent, car ils savent très bien que Macron n’a pas été plébiscité, mais élu par défaut. Et savent également que les grands mouvements sociaux qui suivront tôt ou tard ce scrutin, seront à l’aune de la colère des Français.


    • Thorgal 8 mai 11:30

      @Nicole Cheverney


      Les corporations n’ont qu’un seul but : continuer à s’empiffrer à la gamelle. Le système a été conçu et raffiné selon les contextes pour servir ce but. Les journaleux ne font pas exception. En fait, j’imagine que leurs maîtres (qui vendent des armes ici et là aux pires ordures dans le monde, soit dit en passant) vont les récompenser (avec des miettes bien sûrs, mais un esclave n’a pas les mêmes références et va se réjouir du bon vouloir de ces (CAC)40 voleurs). 

      Nous vivons bel et bien dans un système de type fasciste, ce n’est qu’assez récemment qu’il montre son visage, non sans arrogance d’ailleurs car malheureusement, la lobotomie collective est assez achevée : il se montre donc triomphateur en terrain vaincu.

       

       

    • Alice Alice 8 mai 14:49

      @Nicole Cheverney
       
      Vous avez oublié la source de l’article que vous citez : http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/05/04/francois-ruffin-lettre-ouverte-a-un-futur-president-deja-hai_5122151_3232.html
       
      Etonnant quand on sait que le Monde fait partie des médias qui ont poussé à fond pour Macron !?


  • Piere CHALORY Piere CHALORY 8 mai 10:41

    Bonjour Nicole,


    J’avais voté en modération pour votre article, et partage tout à fait cette notion du nouveau président qui commence son mandat déjà détesté (président en italique dans la mesure où je ne suis en aucune manière représenté par ce personnage qui nie la réalité de la culture française, a clairement signifié qu’il ne défendrait en aucun cas l’intérêt des français, dont il situe le destin à Berlin (?), et enfin compte gouverner par ordonnances, donc dicter ses lois sans discussion préalable (!) )

    Avant le premier tour, je n’imaginai même pas la possibilité, comme beaucoup d’autres, qu’il soit encore présent au second tour, étant un des conseillers, puis ministre de l’économie de Hollande dont la popularité due notamment à l’efficacité des mesures prises par E.Macron a atteint le score phénoménalement bas de 4%.

    Ensuite plus aucune illusion vu le matraquage publicitaire ahurissant glorifiant le demi-dieu Macron, et le fait que des 3 candidats des sondages se tenant dans un mouchoir de poche autour de 20% ; Mélenchon, Fillon, Marine Le Pen, celle-ci soit arrivée d’une courte tête devant les autres. La candidate FN étant bien entendu la plus facile à battre avec l’agitation hystérique du chiffon rouge-brun du fascisme légendaire, mythique, lié au seul nom de la fille du démoniaque Jean Marie le Pen.

    Certains on dit qu’elle aurait dû changer de nom, peut être. D’autres sans doute à raison que le scrutin du premier tour avait été truqué, d’autres enfin que cette élection était une escroquerie, un hold up médiatique... Pour moi ce résultat piteux est le mix de tous ces facteurs, diabolisation trop facile de MLP, fraude électorale plus invasion macrono-hagiographique permanente dans tous les médias.

    Bref je ne perdrai plus de temps à commenter ou écrire sur ce sujet ; ce qui va se passer dépassera et de loin en destruction tout azimut de ce qui reste de la France, ce qu’on a hélas déjà entrevu avec Sarkozy, puis avec Hollande...

    Bonne semaine tout de même.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 8 mai 13:59

      @Piere CHALORY

      Bonjour et merci.
      Pour moi il n’y a aucun mix, il s’agit d’un coup d’Etat parfaitement structuré qui n’a laissé rien au hasard, homogène et qui est très bien expliqué dans le lien que je donne plus haut (le saker).

      Jamais nous n’avons eu une telle déferlante médiatique en faveur d’un candidat, unanime pour chanter ses louanges.
       Malgré une classe politique canidé à la recherche des meilleures gamelles, et la mise à sac du système démocratique français par les Oligarques, il me reste tout de même assez d’optimisme pour me dire que cette mise à sac démocratique ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir. Je crois aux forces profondes du pays, et au vote « intelligent » des électeurs aux législatives. Ce nouveau président marketing aura bien du mal à gouverner, sans majorité, sinon par ordonnances, ce qui augmentera la colère des Français. 

      Il ne s’agit plus d’élections présidentielles, il s’agit avec l’élection de Macron d’une guerre de classe, celle qui a réussi et qui a les moyens de s’imposer, envers les classes sociales des plus défavorisés qui eux, n’ont aucun moyen de s’en défendre, sinon par le vote et la rue.

      D’autre part, les propos tenus par Houellebecq sur Macron dénotent bien le cynisme qui caractérise l’Oligarchie, celle qu’il nomme ’élite mondialisée".

      Bonne journée.


    • Piere CHALORY Piere CHALORY 8 mai 14:48

      @Nicole Cheverney


      c’est sûr qu’on a jamais vu ça ! et c’est aussi la première fois qu’un président élu (imposé) possède un aussi fort capital de détestation à peine arrivé. Lors de l’élection de sarko, sans être l’enthousiasme, c’était une suite ’logique’, avant qu’il pète les câbles et disjoncte littéralement jusque dans sa gestuelle ridicule de roulements de cou voyoucratiques moqués aux 4 coins de la planète. Sarko était donc littéralement haï en 2012 et du coup, Normal 1er a fait pousser un ouf de soulagement à tous ceux qui ne pouvaient plus à juste titre supporter le nain caractériel, alors, Moa président a eu un état de grâce réel, il pouvait se déplacer quasiment sans garde du corps et faire des gentils bains dans la foule aimable...

      Jusqu’à la loi ’El Khomri’ (made in Macron), car après, de l’aveu même d’Hollande ’’on ne pouvait plus sortir’’.. 

      Pour Macron par contre, l’escroquerie de son élection est si évidente que dès hier soir les manifs anti-macron ont dégénéré dans plusieurs villes, même si bien sûr ça ne fera pas la une sur la ’’une’’ ou sur google actu...

      Je ne suis pas très optimiste pour la suite, au vu de la censure médiatique qui s’affirme concernant le néo-conducatore Macron, enfin une chose est sûre ; nous lui survivrons et il finira comme il se doit au fond des poubelles de l’histoire avec tous ses amis...

       smiley


  • Areole 8 mai 10:45

    « la colère sourde qui gronde en profondeur dans le pays et dont vraisemblablement l’Oligarchie, n’a pas tout à fait pris l’exacte mesure. »


    L’oligarchie se fout bien de la colère sourde du « peuple »...Aussi frelatée que soit cette notion de peuple et l’utilisation un peu putassière qui en est faite.
    L’oligarchie survit et survivra à toute les crises. Il va falloir se faire une raison, nous n’avons un semblant de pouvoir qu’en utilisant, sans le vouloir vraiment, notre inertie sociale. 

  • Alain 8 mai 10:54

    François Ruffin ferait mieux de fermer sa gueule puisqu’il a appelé à voter pour Macron. Quand on dénonce ce qu’on élit, on ne peut pas être crédible.


  • covadonga*722 covadonga*722 8 mai 11:22

    Ruffin est l’insoumis parfait comme le patron bénito Mélenchon , on critique et conchie un système sur lequel on se goberge .

    Entre le patron apparatchik de la démocrasouille depuis plus de 35 ans
    et le n’artiste subventionné et révolté des tréteaux la connivence la boursouflure est la même .
    Le tout appuyé sur un socle électoral de nantis diplômes et statutaires a plus de 70%.

    La fonction des insoumis est rigoureusement identique a celle du FN
     
    maintenir la colère sociale et identitaire dans les urnes !






     



  • petit gibus 8 mai 11:36
    « Les despotes qui prétendent gouverner le monde, ignorent que le « désespoir » forge les consciences, nées de la rencontre brutale du désespoir des humbles avec l’indifférence des puissants. »

    Anne ma sœur Anne ne vois tu rien venir ?

    Place de la Bastille plus de 100.000 personnes
    Place du Louvre parait (je n’y étais pas) 10 fois moins



  • bernard29 bernard29 8 mai 14:41
    Ruffin et Mélenchon sont complétement disqualifiés.

    Ruffin
    Ruffin courageusement, cache son aversion personnelle derrière un sentiment collectif supposé. C’est encore plus lamentable et il est candidat aux élections.

    En quoi, affirmer que l’on « hait » un candidat à une élection , est utile pour le combat contre les violences sociales ou autres, d’ailleurs ? Mais Ruffin se présente aux élections législatives et je lui souhaite, pour la sérénité du combat démocratique, de ne pas avoir de concurrent de son acabit. Eh bien il aurait pu attendre le résultat des élections au minimum pour savoir si sa perception avait un début de réalité.

    Mélenchon

    Mais Mélenchon n’est pas à la hauteur , c’est évident. L’ aigreur, la rancœur, (la jalousie revancharde ??) transpirent dans chacune de ses interventions. Si on s’en souvient bien Mélenchon était loin derrière Macron au premier tour. Vous vous en souvenez ?? 

    Qu’il ne donne pas de consigne de vote c’est même très bien. Mais ce que je déplore gravement, c’est qu’il n’ait pas le courage de dire quel est son propre bulletin de vote ( blanc, nul ou pour un candidat). Un élu de la république doit assumer ses positions. Ne s’agit t’ il pas de la transparence démocratique, du devoir d’un élu de rendre compte de son mandat qui doit être une obligation démocratique d’autant que l’on se dit prêt à promouvoir un référendum révocatoire dans une sixième République éventuelle.
    et que dire de sa diatribe du soir des élections ? lamentable. !!

    la FI file un mauvais coton.

  • bernard29 bernard29 8 mai 15:06
    Avez vous regardé la soirée consacrée à l’interview de Macron sur Médiapart il y a trois jours. C’était une vraie performance , d’intelligence, de pédagogie, d’humanisme. Il est bien meilleur dans ses interviews qu’en meeting. Il est heureux qu’il ait pu montrer aux citoyens médiapartiens, son intelligence, sa clarté, son répondant, et sa force de conviction.

  • jeanclaude 8 mai 18:55

    Comme dans la majorité des réactions dans les autres intervenants, votre opinion négative sur ceux de vos compatriotes qui ont voté pour lui relève plus de votre positionnement politique que de la réalité.
    Ils ne se font pas manipuler par l’oligarchie, beaucoup se sont même rendu compte que les médias n’étaient pas objectifs en poussant à son élection. Mais il leur reste assez de raisons pour voter pour lui, et pas seulement à cause de MLP. Ils sont tout simplement convaincus qu’on ne peut pas sortir de ce que beaucoup de vos amis appellent le Système ; qu’il n’y a d’autre solution que de s’adapter.
    C’est ce que font la majorité de nos voisins européens, sans parler d’ailleurs.

    Il y a beaucoup de difficultés en ce moment dans notre pays, mais la manière de les règler de la gauche dure ou de l’extrème droite ne me convainct pas, comme beaucoup de mes concitoyens.

    Je suis moins lyrique que vous, car je crois que cela n’aide pas à voir les choses objectivement.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 8 mai 19:52

      @jeanclaude

      Bonsoir,

      Le lyrisme que vous m’attribuez ne m’empêche pas de percevoir la crudité d’une réalité tangible qui s’étale sous nos yeux, celle des grands bouleversements négatifs sur la vie de chacun de mes concitoyens, dont je m’inquiète grandement. J’en fais partie bien entendu, quant à mon propre destin et à celui de ma famille. Je m’inquiète de voir jusqu’à quel point les médias inversent les paradigmes, par les mensonges répétés jusqu’à ce qu’ils deviennent LEUR vérité sur ce que nous réserve Macron et son programme qui je le répète n’est pas le sien, mais celui de ses initiateurs et qui causera énormément de dégâts à venir. Mais il y aura matière à en reparler et surtout à contester une politique aussi tournée vers le profit sans limite. Voir à ce sujet l’excellente tribune de Michel Onfray qui ne mâche pas ses mots.

      https://www.les-crises.fr/michel-onfray-les-loups-sont-entres-dans-paris/

      Lorsque je dis que nous avons eu affaire à un coup d’Etat, est-ce suffisamment explicatif ? Pour moi il n’y a aucun doute et de plus des informations me parviennent depuis hier, sur la tenue des scrutins dans certains bureaux de vote PACA, où des présidents de bureau faisaient peser les enveloppes une fois franchies l’urne pour qu’elle ne dépasse pas le poids imposé. Et bien d’autres bizarreries par dizaines, des fraudes en tous genres, qui me laissent à penser que nous avons affaire avec cette élection à une vaste escroquerie.

      D’autre part, vu les .chiffres et pourcentages des résultats : Macron n’a pas vraiment été élu à une majorité éclatante, en face de lui l’opposante MLP + les bulletins blancs, les bulletins nuls, et le grand nombre d’abstentionnistes dépassent largement les votes pour Macron. Donc, son élection qui peut paraître si spectaculaire aux yeux des médias qui l’encensent, pauvres courtisans ! reste toutefois assez rikiki.

      Donc, si je vous suis bien, il n’y a pas d’autre alternative selon vous que d’accepter le programme destructeur de Macron, parce que la France va mal, même si Macron et son équipe comptent la mettre encore plus à genoux ?

      Moi, je ne me résous pas à ce manque de perspectives.


  • Djam Djam 8 mai 21:29

    Joli article, comme toujours, élégamment écrit smiley

    Le petit Macron ne peut pas comprendre ni voir ce que vous souhaiteriez qu’il voit. Tout simplement parce que ce garçon est un pur profil d’acteur ou de comédien. Doué pour exprimer ses émotions et les mettre en scène (merci Brigitte !), le nouvel enfant-roi qui vient de poser son séant sur les velours élyséens, n’a pas la capacité psychique de la véritable empathie. Cela pourrait paraître contradictoire pour un profil hystérique mais en réalité la plupart des acteurs et comédiens cherchent désespérément l’amour d’autrui, par le truchement des spectacles pendant lesquels le public (la foule) focalise son attention totale sur celui ou celle qui déclame sur le plateau.
    Ce n’est pas pour rien que le garçonnet lance spontanément des baisers à la foule et leur hurle des « je vous aime ! ». L’hystérie est basée sur un rêve, celui d’être aimé par tous. L’oligarchie, qui a ses officines et ses antennes utiles partout dans les endroits stratégiques des pays qu’elle parasite sait repérer ces surdoués du relationnel capables à la fois d’être docile aux briefes qu’on lui prie de passer et de se dépasser pour assouvir un égo défaillant affectivement.
    Le petit Macron était exactement l’homme profilé nécessaire pour un pays comme la France, complexe, rétif aux alignements mais en même temps fatigué de ses milles et une batailles. Macron plaît aux jeunes bien nés qui rêvent comme lui de voyagent aux points cardinaux du monde, alignant des chiffres sur des comptes bien garnis et appelant sa petite famille de salons d’aéroport ou de « lounge » de gare international.
    Macron est l’image d’identification que l’oligarchie tend à ses supporters qui lui ressemblent.

    Quelques annagrammes du patronyme du jeune homme donne des sous-bassements intéressants :
    ENCLOUERA et NARCOMANE (si l’on utilise prénom + nom)
    NARCO et CORAN (si l’on utilise que le nom)
     !!!


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 9 mai 20:27

      @Djam

      Bonsoir et merci de votre indulgence.

      Je pense que la faiblesse des électeurs consiste à vouloir à tout prix voir dans un candidat formaté un homme ou un femme pourvu des plus grands sentiments d’altruisme, et seraient disposés à « aimer » n’importe qui, du moment qu’il leur manifeste quelques signes extérieurs comme des baisers à la foule. Hitler lui, ne s’embarrassait pas de tels minauderies, il jouait des bras, des mains et des coudes, au moins on savait à qui l’on avait affaire, il annonçait la couleur. Macron, lui dans son spectacle à connotation d’hystérie collective fabriquée, me semble tout à fait bardé des mêmes ambitions mégalomaniaques que Charlie Chaplin avait si bien caricaturées dans « le Dictateur ». Et le passage qui me semble le plus en adéquation avec les ambitions affichées et peut-être plus secrète de l’ex-candidat en marche, c’est le moment hillarant où le dictateur joue avec une grand ballon censé représenter la planète. C’est bien ce qui arrive en ce moment avec les néo-conservateurs ayant réussi leur pari, installer durablement en France, vieux pays latin, un jeune néo-con, qui regarde la France historique se déliter, pendant qu’il joue avec.


  • alinea alinea 8 mai 21:31

    Moi je trouve qu’il a été bien élu et que tout ce monde ait foncé dans un artifice bien ficelé, c’est sûr, mais ils n’étaient pas forcés de le faire.
    En ce qui concerne Whirlpool, c’est une entreprise privée qui fait ce qu’elle veut dans ce néolibéralisme que Macron aime tant. On se demande bien pourquoi il y est allé !
    Changer la donne, un Français sur cinq l’a voulu. Ce n’est pas suffisant.
    Alors ce que nous vivons, ce que vivent et vivront ces ouvriers, ces savoir-faire, sans compter le reste, quatre Français sur cinq le veulent ou l’acceptent.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 9 mai 11:42

      @alinea

      Bonjour,

      Apparemment beaucoup n’ont pas compris que nous avons, tous les Français, été victimes avec cette élection truquée d’un coup d’Etat. Ou du moins à ce qui peut y ressembler, sans un seul coup de feu tiré, c’est vrai, mais les véritables armes tueuses du Peuple se nomment : bombardement médiatique outrancier pro-Macron, intervention depuis l’Etranger, les States, d’un ex-président US qui déclare sa flamme à Macron, nous avons eu droit à des déferlantes de people tout aussi outranciers dans les médias, pour encenser Macron, nous avons eu droit à une fraude massive, nous avons eu droit à des inégalités médiatiques très visibles dans le traitement des candidats, nous avons eu droit à un crachotis journalier, et en règle de la part des radios et télévisions pour inciter les gogos à veauter Macron. Car, avec une constance que je me permets de saluer, car si nous, les « sans dents » - ceux à qui le pouvoir a limé les dents, nous avions eu cette même constance et cette conscience de classe que l’on ne trouve plus que dans l’Oligarchie, nous ne serions pas entrain de médire et de maudire ce 7 mai 2017, jour où « les loups sont entrés dans Paris », dixit Michel Onfray.

      De quoi ses électeurs se plaignent-ils, en effet ? Alors que, sans avoir à se mettre une pince à linge sur le nez, il paraît que c’est la nouvelle mode en période électorale, l’abstention au deuxième tour, aurait été un geste politique et symbolique, plutôt que de TRAHIR le peuple en allant veauter Macron pour ne pas veauter Le Pen.

      Changer la donne ? Quel changement ? Nous sommes dans la continuité de la politique de Hollande, elle-même politique d’un pro-européen, une politique fanatique qui passe le relais à Macron, enfant chéri des banques. Il se trouve que l’infantilisme, justement en politique est criminel, et les postures éberluées également.

      J’attends donc que monsieur Mélenchon sorte de sa réserve, tel un Sioux - et rompt enfin le calumet de la paix avec les détenteurs d’un pouvoir sans partage. Beaucoup n’y verront que des « petites fumées » peut-être, mais au moins aurons-nous l’assurance que monsieur Mélenchon n’ait pas mobilisé des milliers d’électeurs pour retourner dans la réserve, où l’ont relégué les aficionados de Macron et les gammellards en tous genres qui attendent la redistribution pour bons et loyaux services.

      Chère Alinéa, je sais que vous êtes une femme sincère et romantique, moi je ne suis pas une rêveuse, j’ai les pieds bien sur terre et mon réalisme me fait craindre un désengagement total de la classe politique contre ce qui est entrain de se passer : l’aggiornamento de l’Oligarchie. Des lois pourries vont bientôt être votées par ordonnances dans la plus pure des traditions d’une dictature, et nous verrons alors la capacité de résistance de chacun. Les paris sont ouverts.

      Bonne journée.


    • alinea alinea 9 mai 14:00

      Bonjour Nicole,
      Sûr que si nous étions unis comme ils le sont, nous n’aurions pas tous ces problèmes !
      J’ai dit dans mon dernier article combien je regrettais que Mélenchon n’ait pas glissé , mine de rien, que Macron n’avait besoin d’aucune de nos voix. Il ne l’a pas fait, je le lui reproche. J’aurais écouté avec plaisir : Macron n’a pas besoin de nous pour être élu, cela nous laisse libres. Par exemple
      Je me suis engagée dans la Fi parce qu’elle portait pas mal de choses importantes pour moi et j’en veux aux votants de la FI qui ne sont, en fait que des votants PS de l’ancien temps. Très soumis.
      Je ne suis pas romantique, mais je me suis engagée avec enthousiasme parce que c’était ma manière d’être vivante en ces temps tourmentés.
      Toute action ponctuelle, on le sait désormais, est vouée à l’échec ; la lutte politique devra prendre de la profondeur, du courage et de la ténacité, mais j’ai bien peur que les encore-nantis n’en aient pas l’idée ni le goût. Les autres auront assez à faire pour tâcher survivre.
      Je suis pessimiste, oui, et même plus.


  • TSS 9 mai 09:42

     Tous les medias(?) se pâment devant le couple Mi cron pour

    ce qui n’est qu’un detournement de mineur qui aurait envoyé n’importe

     quel prof devant un tribunal si cela ne s’etait passé dans la belle

     bourgeoisie amienoise.

     Il arrive ,le soir des elections, sur l’hymne européen ,ce qui montre

     le mepris qu’il a de son pays.

     dans le documentaire ,il parle avant le deuxième tour de convaincre

     les pecquenots ...etc.

     Les mougeons qui ont voté pour lui vont se le reprendre dans les

     dents.... zut ils n’en ont plus... !!


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 9 mai 11:58

      @TSS
      Bonjour,

      Depuis Sarkozy, les présidents de la république confondent l’Elysée avec le grand escalier de Cannes, son tapis rouge et son festival. C’est là le signe d’une dégradation continuelle des institutions de la République et de la grossièreté d’une classe privilégiée soudée, certes, mais qui n’en reste pas moins portée vers l’outrance. Nous sommes bien évidemment lloin de la sobriété classieuse d’un Général de Gaulle et Yvonne, d’un Giscard d’Estaing et sa femme.
      Les Français ont tout vu avec la cinquième république, de phase en phase, de changement en changement, de destruction en destruction, et le bouquet final la destruction de notre souveraineté, dont le dernier symbole a été exhibé au soir du deuxième tour avec Macron, son hymne européen, (à la joie), et le drapeau étoilé qui n’est rien d’autre qu’une vague reprise du drapeau Yankee étoilé.

      Macron n’en a rien à faire de la France, la France c’est ce vieux pays de culture et d’histoire que Macron n’a jamais rencontré. Comment dans son esprit, fécondé par une culture anglo-saxonne, qui envahit tout du domaine public et privé, un embargo intellectuel total, ne pas exhiber ce pour quoi il respire, il s’est tout simplement agenouillé en bon féal devant sa vassale ( Merkel) et son suzerain ( Trump), 

      Décidément, nous ne sommes pas sortis de la féodalité.


    • Remosra 9 mai 12:04

      @Nicole Cheverney

      Beaucoup de scientifiques appellent à la surveillance de notre système solaire pour prévenir d’un éventuel astéroïde pouvant ce diriger sur notre terre.
      Cependant je ne serai pas contre un petit cailloux venant fortuitement rencontrer l’Elysée.
      Alors vous me direz que le batiment de l’Elysée est un monument Français, certes, mais un bien pour un mal, ceux qui seront dedans vivront la même expérience que les dinosaures !
      Aaah, si la nature pouvait s’en mêler !


Réagir