lundi 16 novembre 2020 - par PETINOS

Erdogan veut cueillir les fruits de son soutien à l’Azerbaïdjan

Selon la Deutsche Welle[1], l’Azerbaïdjan est susceptible de reconnaitre la « République turque du nord de Chypre (RTCN) », autoproclamée il y a 37 ans sur le territoire chypriote occupé illégalement par la Turquie depuis 1974. Rappelons à cet effet que sur ce territoire il y a toujours environ 40 000 soldats turcs d’occupation, que l’économie de cette région est tenue à bout des bras par la Turquie, qui contrôle tout ce qui s’y passe : des « élections » à l’installation des colons turcs envoyés pour modifier la structure démographique du pays, à la destruction de tout ce qui rappelle le caractère grec et chrétien du territoire et la turquification et islamisation forcées du territoire et de ses habitants.

Donc, je disais qu’après avoir aidé avec des mercenaires djihadistes et son armée l’Azerbaïdjan dans son agression contre l’Artsakh (Haut-Karabagh), le néo-sultant et aspirant calife d’Ankara, Recep Tayyip Erdogan, veut cueillir les fruits de son soutien : Tout d’abord, un plus grand contrôle des Azéris et de leur pétrole et, ensuite, un acte politique fort, qui serait la reconnaissance de l’ « État » fantoche de la « RTCN » par l’Azerbaïdjan.

Rappelons également que le président turc Recep Tayyip Erdogan a préconisé la création de deux Etats à Chypre lors d'une visite dimanche 15 novembre dans le nord de l'île méditerranéenne divisée, marquée par un déplacement controversé dans la ville fantôme de Varosha. Cette position contrevient à toutes les résolutions et décisions de tous les fora internationaux, dont le Conseil de Sécurité des Nations-Unies, l’Union européEnne et l’OSCE

« Il y a deux peuples et deux Etats séparés à Chypre. Il faut des pourparlers pour une solution sur la base de deux Etats séparés », a affirmé Erdogan lors d'un discours à Nicosie[2]. Pour lui, les plans pour une réunification de l'île sous forme d'un Etat fédéral font partie du passé. « Vous ne pouvez faire sécher le linge d'aujourd'hui avec le soleil d'hier », a-t-il martelé, une expression imagée en référence aux précédentes négociations qui n'ont pas réussi à mettre fin à la division de l'île.

Le président turc a assisté à une parade militaire à Nicosie, sa visite intervenant le jour de l'anniversaire de la proclamation le 15 novembre 1983 de la « République turque de Chypre du Nord (RTCN) », autoproclamée dans la partie occupée et reconnue uniquement par Ankara[3].

Il s'est ensuite rendu à Varosha après la réouverture partielle en octobre de cette ancienne cité balnéaire abandonnée par ses habitants et bouclée par l'armée turque depuis l'invasion de 1974. (Voir à ce sujet mon article du 10 novembre 2020[4], intitulé : « Les extrémistes de droite turcs - les Loups gris - sont dans la place (France / Chypre) »).

Publicité

Dans le même temps, Recep Tayyip Erdogan a exhorté le « président » chypriote turc nouvellement « élu », Ersin Tatar, un islamo-nationaliste soutenu par Erdogan, à se rendre à Bakou dès que possible. Selon Erdogan, la visite serait « une étape dans une situation très différente » pour la « RTCN » et la Turquie, sous-entendant clairement ce qui avait été écrit auparavant dans la presse turque après les développements au Haut-Karabakh, c'est-à-dire une démarche de reconnaissance de la « RTCN » par l’Azerbaïdjan.

Enfin, malgré l’interdiction des manifestations le 15 novembre à Nicosie occupée, des centaines de manifestants chypriotes turcs ont défilé se dirigent vers « l'ambassade » turque en scandant des slogans contre l'intervention turque dans les affaires chypriotes.

 

 

[1] Texte du 15 novembre 2020.

Publicité

[2] Dépêche de l’AFP, relative.

[3] Idem



7 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 16 novembre 2020 17:01

    Après le ministre des affaires étrangères, le premier ministre d’Arménie démissionne.

    Les rats commencent à quitter le navire ?


  • sylvain sylvain 16 novembre 2020 20:22

    Ca fait pas de très gros fruits tout de même

    je suis pas sur que la turquie s’en sortira plus facilement avec ces boulets 


  • DACH 17 novembre 2020 14:53

    Bj à P= Ci-jointe une analyse qui demande une politique arménienne plus lucide qu’avant….=https://www.jforum.fr/comment-larmenie-a-t-elle-si-mal-calcule-sa-guerre-avec-lazerbaidjan.html =


    • vraidrapo 17 novembre 2020 20:39

      @DACH

      Ces donneurs de leçon devraient être un peu plus modestes. Lors de la guerre des 6 jours, la cavalerie égyptienne aurait atteint tel-Aviv si Golda meyer et Gal Dahan n’avaient pas menacé Alexandrie d’un missile atomique...
      Les plans de la bombe ayant été donnés par l’État-Major français dans le dos du Général.
      Depuis, avec les milliards de l’Allemagne, de l’UE et du Yanki, ils ont les moyens de vivre à la fois dans le Confort et dans un état de guerre permanent sans trop de privations...
      Quand ça tourne vinaigre le Yanki se précipite pour installer des missiles anti-missiles Patriots en 8 jours !
      Je ne parle même pas de la branlée donnée par le Hezbollah dans le Sud-Liban.
      Pour se venger, Les pilotes israéliens ont largué 90,000 bombes à fragmentation en 48 hr !!!
      Oui vraiment, ils devraient réfléchir avant de donner des leçons aux autres... d’autant qu’ils ont livré des drones tueurs à ce taré d’Aliyev pendant le Yom-Kippour, un comble pour le peuple Elu !
      Si leur dieu existe, ils risquent de recevoir la Plaie qu’ils méritent !


  • vraidrapo 19 novembre 2020 09:44

    Pour ceux que ça intéresse encore ( nous vivons l’époque de l’info Kleenex)

    cette analyse qui en surprendra plus d’un.

    Une nouvelle fois l’Arménie est sacrifiée sur l’hôtel de la Finance et du «  Grand Jeu  » géostratégique, par Sam Tilbian

    https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=72227


Réagir